kalos thanatos des soldats socialistes?

Pour les semaines à venir, je vais plus me pencher sur les militants socialistes morts au combat durant la 1ère Guerre mondiale. Je suis frappé par la teneur des articles de la presse militante dans les années 1914/1915 : lorsqu’on évoque la mort des militants, il faut insister sur leurs vertus et leur combat politique. Il y a une « belle mort » pour ces socialistes et il faut impérativement que les articles nécrologiques montrent cet aspect. Ainsi un de ces soldats socialistes bretons peu connus laisse une lettre que le Cri du Peuple publie où il explique que s’il meurt, cela sera en bon socialiste car il est à jour de cotisations. Importance de son adhésion, importance des timbres mensuels qu’il faut coller sur la carte d’adhérent à la Sfio. Un des éléments parmi d’autres à interroger.

Mourir au combat pour ces militants doit être aussi l’occasion d’intégrer pleinement la communauté nationale, mais cela doit signifier bien davantage. Comment cela se passe-t-il concrètement? Quels sont les liens entre le socialisme et la mort? Comment doit-on se faire enterrer? Quelle  signification donner à cette mort au combat pour celles et ceux qui restent? Ce sont ces questions qui me préoccupent. On retrouve des aspects déjà évoqués dans les travaux historiques sur les deuils de guerre. Christophe Prochasson a aussi quelques bonnes pages très intéressantes sur les liens entre les socialistes et la mort dans son dernier ouvrage, « La Gauche est-elle morale? ». Cela alimente ma réflexion, d’autant que j’ai l’impression que cela n’a pas encore vraiment été étudié : quels sont les aspects de la mort au combat des socialistes ? Cela constitue-t-il une « belle mort » pour reprendre le titre d’une étude de Jean Pierre Vernant?

Dans les semaines qui suivent, je vais essayer de bien cerner cet aspect. On m’a offert un nouveau carnet, c’est l’occasion de l’utiliser. Je commence par la lecture de penseurs socialistes: que disent, entre autres,  Jaurès, Adler, de Man ou Blum de la mort au combat? Je reviendrai sur ce point dans le prochain billet. Je lis aussi les travaux de l’anthropologue Louis Vincent Thomas. Très intéressant. Je ferai en outre un compte rendu de lecture du travail de Romain Ducolombier.


Laisser un commentaire