Zeev Sternhell sur France Culture:Enklask à l’écoute

L’historien Zeev Sternhell est à l’honneur cette semaine sur France Culture. Depuis lundi dans l’émission « à Voix nue » (à 20 heures), on peut l’écouter dans une tentative d’  « ego-histoire » qui se mêle à une explication de son travail d’historien. Je me rends compte de l’importance prise par ses travaux dans ma propre recherche. Il y a tout d’abord  Ni droite, ni gauche, l’idéologie fasciste en France qui est un des livres d’histoire que j’ai le plus lu et relu, d’autant que Sternhell a revu à plusieurs reprises son travail, ajoutant corrections et nouvelles explications. Mais il y a aussi La Droite révolutionnaire , où le mouvement des Jaunes tient un rôle essentiel , livre qui est un des premiers que j’ai acheté et que j’ai tenté de lire sans trop rien comprendre à l’époque (j’avais 18 ans)  ou encore Naissance de l’idéologie fasciste , où Georges Sorel prédomine, que j’ai lu à l’université et relu au fin fonds de ma voiture lors d’une nuit nomade. Bref, je me rends compte que cet historien a une grande importance.

"Ni droite ni gauche", un livre essentiel

Dans Ni droite, ni gauche , Sternhell est un des premiers à avoir vraiment étudié l’influence du planisme au sein de la Sfio, avec une précision éclatante. On peut critiquer la méthode de l’historien, trop calé sur une « histoire des idées » qui laisse de côté l’histoire sociale, ou encore regretter son oubli de l’impact de la Première Guerre mondiale sur les différentes révisions du socialisme en Europe. On peut aussi rester dubitatif sur la logique impérieuse qu’il inscrit dans un processus allant de la révision du marxisme au fascisme. Cà et là, on peut aussi trouver des erreurs factuelles : ainsi il affirme ( p. 283 de l’édition Complexe de 2000) que Guy Lemonnier est un ancien néo-socialiste, qui est au moment où il écrit le texte cité en 1942 membre du RNP. Or, Lemonnier, militant sur lequel je reviendrai, n’est pas néo-socialiste mais membre de la fédération socialiste du Finistère et partisan du courant « Redressement ». Malgré cela, je dois dire que les travaux de Zeev Sternhell sont brillants et très importants dans mon propre cheminement de recherche historique. Outre Ni droite, ni gauche , les autres livres de l’auteur évoquent les Jaunes, et ils sont importants en Bretagne car Biétry est élu à Brest, le syndicalisme révolutionnaire ou les idées de Georges Sorel, autant de points essentiels dans mes recherches.

Demain sur France Culture, Sternhell reviendra sur l’impact de son livre Ni droite ni gauche. Les précédentes émissions (et les émissions à venir) peuvent être réécoutées sur le site de France Culture.


Laisser un commentaire