L’historien doit-il être un fin limier?

Poetry and the Police

Robert Darnton, Poetry and The police, Communication Networks in Eighteenth-Century Paris, Belknap Harvard, 2010.

 

J’ai précise dans un précédent billet que les livres dont je rends compte sur ce blog ont tous un lien avec ma recherche en cours. Il ne s’agit donc pas de compte rendus à proprement parlé, plutôt d’un parcours de lecture où je peux ici et là trouver de quoi alimenter ma réflexion, même si a priori le thème du livre est éloigné du sujet de ma thèse.

Je m’intéresse actuellement aux travaux de l’historien américain Robert Darnton afin d’essayer de trouver des éléments de réponse aux questions suivantes: comment lit-on ? Comment peut-on savoir en tant que chercheur en histoire ce que des personnes retiennent de leurs lectures et comment elles se l’approprient ? Je me pose cette question à propos des militants socialistes. En effet, il n’est pas rare de trouver des mentions de leurs lectures, mais il est difficile de savoir comment on passe des  idées de «grands» auteurs à l’appropriation de ces mêmes idées par de simples militants. Entre ces deux extrémités, il peut y avoir tout un ensemble d’intermédiaires – des militants faisant un compte rendu dans la presse militante, des conférenciers ou encore des intellectuels que l’on pourrait qualifier de subalternes– et c’est justement ce type de questions que l’historien Darnton aborde dans ces différents travaux sur le XVIIIème siècle français.

Une étude d’un réseau de communication :

Dans son dernier livre, l’historien s’intéresse également à la communication des idées, aux réseaux qui permettent les échanges d’idées, de textes ou de chansons. A partir d’une affaire criminelle concernant plusieurs personnes accusées d’avoir propagé des poèmes et des chansons irrévérencieuses envers le roi Louis XV en 1749, Darnton relate le déroulement des événements en eux-mêmes tout en détaillant l’analyse du réseau qui a permis la diffusion des poèmes. Il développe l’argument selon lequel la communication orale a permis de divulguer de multiples informations  durant le siècle des Lumières, et ce aussi efficacement que le réseau Internet permet aujourd’hui à tout un chacun d’accéder à un maximum de connaissances et d’échanges.

Robert Darnton relate en conséquence cette affaire des Quatorze (il y a quatorze inculpés) en essayant de reconstituer l’espace public relationnel qui a permis la diffusion de ces écrits et paroles subversives. Il est  à noter qu’il s’agit d’un «  livre augmenté » car sur le site internet de l’éditeur, on peut entendre les chansons incriminées, ce qui permet de mieux comprendre la portée de telles chansons (voir ici : an Electronic Cabaret https://t.co/XJr5ntG)

Méthode historique = méthode de limier ?

Que retenir de cette lecture, outre le fait que c’est un livre très plaisant ? Tout d’abord je dois constater que ce n’est pas là que j’ai trouvé des éléments de réponses aux questions que je me pose sur le processus d’appropriation des idées contenues dans des livres par les lecteurs militants. Je suppose que je trouverai ces informations dans les autres travaux de l’auteur. Ensuite, la reconstitution d’un espace relationnel de contestation est bien mise en valeur et c’est cet aspect que je retiens ici. Autrement dit, Robert Darnton offre ici de précieux conseils méthodologiques. Utilisant les archives de police et souhaitant reconstituer par pièce de puzzle « l’opinion publique » du XVIIIème siècle, à l’instar des travaux par moments assez comparables d’Arlette Farge, l’historien anglo-saxon montre surtout que les chercheurs peuvent appréhender une société où l’oralité dominait. Ce qu’il faut alors, c’est une méthode d’enquête. Pour lui, le travail du chercheur en histoire ressemble alors au travail de détective : « historical research resembles detective work in many respects (…) they [ les détectives, mais aussi les historiens] interpret clues, follow leads, and built up a case until they arrive at a conviction » p.141-142.

Se démarquant d’autres historiens qui ont établi une différence entre le travail d’historien et le travail de détective, comme Carlo Ginzburg , Robert Darnton écrit que les deux méthodes ont de très nombreuses similitudes et cela permet au chercheur en histoire de saisir « the oral experience of people from the distant past » p.141.

Je dois dire que sur ce point le livre de Robert Darnton est plutôt convaincant et que les faits énoncés me donnent la conviction de sur bien des aspects, je peux reconstituer le parcours des militants socialistes et les interactions entre leur identité et la violence entre 1900 et 1940, même si comme l’a écrit Sergio Luzatto «  il est presque impossible, enfin, de suivre à la trace les fantômes historiques » (L’Impôt du Sang,PUL, 1996, p.9). Peut-être qu’avec l’aide des travaux de Darnton, de telles traces seront plus visibles.

 


Laisser un commentaire