Brest, août 1935 : micro-dynamique d’une mobilisation


Tract de la CGT, Brest, juillet 1935 , photo DR

Dans la genèse de l’embellie du Front Populaire, les manifestations violentes de Brest (6, 7 et 8 août 1935) occupent une place importante et paradoxale. Coincées entre le 6 février 1934 et l’arrivée au pouvoir au printemps 1936 des forces de gauche, elles n’ont pas laissé a priori beaucoup de traces dans les mémoires, y compris à Brest. Pourtant, elles obligèrent toutes les organisations de gauche, syndicats et partis politiques à répondre aux questions posées par le déroulement de cette flambée de colère ouvrière: assistait-on à un processus révolutionnaire susceptible de dynamiser le Front populaire ? Devait-on au contraire freiner les revendications sociales afin de ne pas fragiliser une alliance électorale naissante impliquant le parti radical, plus modéré et moins sensible à l’expression aussi violente d’une contestation sociale ?

En rappelant rapidement les événements, ce qui m’occupera dans ce premier billet d’une série de trois, c’est tout d’abord de tenter de mieux connaître la composition des manifestations, de passer  ensuite en revue les différents modes d’action mis en pratique par les protestataires et enfin d’établir une typologie des cadres, souvent contradictoire, de l’action collective mis en évidence lors de cette protestation ouvrière du mois d’août 1935[1].

Encore une fois, on ne lira ici d’une série d’ébauches sur cette question, tout d’abord car il s’agit d’un « work in progress » associé à mon travail de thèse, et ensuite parce que je reviens sur cette mobilisation sociale dans deux billets suivants[2].

Une semaine dans Brest en colère :

            En juillet 1935, alors que la gauche fête la naissance du Front Populaire, le gouvernement de Pierre Laval tente de trouver des solutions pour sortir la France de la crise économique. Parmi  elles, Laval impose une série de décrets-lois qui amputent le salaire des ouvriers d’Etat entre 5 et 10% par mois. La population de Brest est concernée au premier chef par une telle mesure. Cette ville[3] dépend en effet de l’arsenal maritime, car une bonne moitié de la population est composée de fonctionnaires, ouvriers d’Etat ou de retraités d’Etat, autant de catégories touchées par les décrets-lois.

La population ouvrière représente quant à elle, environ 10 000 personnes et ce sont 6 000 ouvriers qui travaillent à l’arsenal. Si leur statut leur donne des avantages par rapport à d’autres catégories, les décrets-lois entraînent une amputation de salaire d’environ 10%.

Fin juillet, une première manifestation se déroule. Elle a été au préalable interdite par les autorités qui craignent des débordements, mais les leaders syndicaux n’arrivent pas à canaliser la colère qui s’exprime ce jour-là. Et le défilé se lance alors dans les rues de Brest, tant en restant calme. On peut donc déjà sentir une contradiction entre la détermination des ouvriers qui passent outre l’interdiction et l’attitude majoritaire des dirigeants de la CGT confédérée, de la CGTU, du Pcf et de la Sfio qui de leur côté tentent d’éviter sans succès la tenue d’une telle manifestation.

Le second acte se situe le 5 août, c’est le jour de paie des ouvriers qui constatent de visu les baisses annoncées. Certains débrayent sur le champ (ce que redoutaient les autorités de l’Etat) et manifestent dans l’enceinte de l’arsenal, qui est coupé du reste de la ville et normalement soumis aux autorités militaires. Un service d’ordre est présent, renforcé depuis quelques jours, mais près de la moitié des ouvriers se joignent à la grogne et un cortège improvisé défile avec, en tête, des fanions rouges (qui servent normalement pour signaler un danger) en guise de drapeaux. Il n’y a cependant aucun incident et la manifestation est restée confinée dans l’espace fermé de l’arsenal maritime.

Le lendemain, la préfecture maritime a renforcé le service d’ordre, les baïonnettes sont visibles et les ouvriers acceptent mal de devoir travailler sous aussi bonne garde. C’est que les autorités militaires ne veulent pas tolérer un autre arrêt de travail. Très vite cependant, les ouvriers affichent des signes de nervosité et des bagarres éclatent.

Un travailleur, Joseph Baraer, qui n’était pas connu pour être un militant actif d’un syndicat ou d’un groupe politique, est frappé mortellement à coups de crosse. C’est l’élément déclencheur des manifestations tournant en émeutes. La violence devient très présente et les autorités militaires ferment l’arsenal, les ouvriers se déversant dans les rues de Brest. Plusieurs cortèges se mettent en place sans coordination apparente, ce qui compte, c’est exprimer sa colère. Plusieurs rumeurs accentuent la nervosité ouvrière.

S’enchaînent trois autres jours de manifestations et d’émeutes, avec des destructions de plus en plus importantes, une inquiétude grandissante des autorités. Deux autres ouvriers sont tués, le second l’est à coups de crosse lors d’une échauffourée près de l’hôtel de la poste, alors que le troisième Pierre Gautron est tué par arme à feu par un sergent de l’infanterie coloniale le 10 août alors que la ville tendant à redevenir calme. Cet acte, encore inexpliqué n’entraîne d’ailleurs pas l’inculpation du sergent qui est libéré rapidement, alors qu’il semble avoir prémédité son geste. Il y a également une centaine d’arrestations, plus de 250 blessés et de nombreux dégâts dans toute la ville.

C’est une véritable explosion sociale qui a eu lieu, et il convient maintenant de revenir sur la composition des manifestations, les modes d’action mis en œuvre et les interprétations que l’on peut donner à un tel mouvement social. Ces trois aspects pourront ainsi illustrer la micro-dynamique d’une mobilisation[4].

Micro-dynamique d’une mobilisation 1/ : qui sont les manifestants ?

La question est en apparence anodine tant la réponde semble évidente : les manifestants sont les ouvriers de l’arsenal qui participent aux marches de protestation. Mais plusieurs aspects peuvent amener à mieux examiner la question : tout d’abord, et afin de discréditer les revendications ouvrières, de nombreuses sources de la presse ou des autorités signalent la présence de personnes ou de groupes n’ayant que peu de liens avec la population ouvrière :ce sont des «  éléments tarés » selon un rapport que le préfet du Finistère destine au gouvernement, la presse de droite ou d’extrême droite n’hésitant pas quant à elle à parler de «  racailles » sans que l’on sache si le terme désigne les fauteurs de troubles ou l’ensemble des manifestants[5]. On retrouve dans la presse de gauche une volonté de se démarquer des agitateurs et là aussi on évoque les «gamins » sur les barricades, on fustige les  « voyous » auteurs des saccages et on valorise les ouvriers responsables qui ne se sont pas joints aux troubles. C’est en particulier le discours de la presse socialiste.

De nombreux observateurs enfin, évoquent la présence de « provocateurs » qui seraient responsables des dégâts matériels, des rumeurs et d’avoir excité la violence des ouvriers. Mais si tous en parlent, peu savent vraiment quelle est l’identité de ces « agents provocateurs ».La commission d’enquête parlementaire qui suit les événements doit elle-même reconnaître que « disons le tout simplement : nous n’avons pu identifier aucun de ces provocateurs ».

Il est donc essentiel de s’arrêter sur la composition sociale des différentes manifestations, cortèges ou encore de la participation à l’édification et à la tenue des  barricades qui furent nombreuses durant cette semaine d’agitation. Mais l’opération peut s’avérer délicate : en effet, les rapports de police sont parfois peu précis sur cet aspect, tout comme les articles de la presse locale et nationale. Mais d’autres sources peuvent être utilisées : les déclarations de blessure dans les registres hospitaliers, la liste des personnes arrêtées et jugées, les photographies prises lors des journées de mobilisation ou le compte rendu personnel de certains militants. Pour le moment, quelques données importantes peuvent être mises en évidence : les personnes arrêtées ou blessées sont pour moitié des ouvriers, et sur ce groupe une moitié à nouveau travaille à l’arsenal. Il y a peu d’éléments extérieurs même si les rapports de police insistent sur les quelques cas d’étrangers ou de fauteurs de trouble connus au préalable des services de police.

En ce qui concerne l’origine militante des manifestants, on doit tout d’abord rappeler qu’il y a relativement peu de militants ouvriers à Brest : le Pcf n’a pas cinquante militants, la Sfio est plus structurée avec un groupe de près de 200 membres (en incluant les JS tentés par l’activisme des minorités ouvrières), la CGT confédérée a environ 400 militants, et la CGTU quelques dizaines de militants. A ces groupes, il faut aussi ajouter les militants du milieu anarchiste, dont Brest a toujours formé un bastion, mais au milieu des années 1930, ceux-ci sont moins nombreux et vieillissants. Il est donc important de mesurer l’influence de ces structures dans la construction de la mobilisation (voir 3ème point). Enfin, durant la semaine, on peut aussi trouver des envoyés des partis politiques ou des syndicaux : la CGT confédérée dépêche un responsable national, le Pcf envoie des militants aguerris, plus ou moins secrètement, afin de tenter de contrôler la colère des ouvriers et de lui donner un sens qui corresponde au nouveau positionnement national et international des communistes.

Ces quelques exemples montrent que pour connaître la composition sociale et politique des manifestations, un long travail de recoupement est nécessaire, d’autant que de nombreuses approximations sont véhiculées sur le moment et dans les périodes suivantes. On doit aussi mobiliser l’analyse des photographies[6] qui nous dévoilent aussi de nombreuses informations sur les modes d’action des protestataires.

Micro-dynamique d’une mobilisation 2/ : quels modes d’action ?

            Si on cherche l’étymologie du mot «manifestation », on peut voir qu’à l’époque moderne, manifester signifiait «rendre visible » ou «se rendre visible ». En effet, par l’occupation temporaire d’un espace public comme la rue et par un défilé, on se rend visible du reste de la population. Ainsi en août 1935, la presse a rendu visible la mobilisation des ouvriers de Brest, qui pendant une semaine ont manifesté de manière violente. Parmi les modes d’action, le défilé, la manifestation sont les premiers moyens utilisés. On peut rappeler que la première manifestation du mois de juillet n’était d’ailleurs pas autorisée par la police, mais que les ouvriers ont passé outre, avec l’accord plus ou moins tacite, des responsables syndicaux et politiques. Le second cortège s’est déroulé à l’intérieur de l’arsenal, donc sans que la population extérieure puisse voir cette mobilisation. Dans les jours suivants, on assiste à plusieurs manifestations ou rassemblements qui ont souvent la même organisation : les militants syndicaux et politiques sont tout d’abord en tête, puis la manifestation se déroule et a tendance à s’éparpiller en plusieurs cortèges, qui se rejoignent ensuite très souvent sur la place Wilson qui offre la particularité d’avoir un kiosque à musique, où les allocutions des leaders sont plus audibles. Mais à cette ritualisation des premiers cortèges succède la volonté de conquérir plusieurs lieux de l’espace brestois. Ce sont avant tout les lieux de l’autorité qui sont visés, comme la mairie mais surtout la préfecture maritime. De plus, dès le second jour de mobilisation, on assiste à la construction de barricades, d’abord isolées, puis de plus en plus nombreuses et qui ont la particularité de créer une zone symbolique où l’espace est occupé du moins temporairement. Cette zone repose sur la topographie (on choisit des rues étroites afin de faciliter l’érection des barricades) mais aussi sur la volonté d’encercler des lieux symboliques comme la préfecture maritime. Dans cette mobilisation protestataire, on peut voir que les ouvriers ont voulu conquérir l’espace public en utilisant des moyens de plus en plus coordonnés afin de résister aux assauts de la police et de la gendarmerie mobile. La mise en évidence d’un espace géographique de la mobilisation brestoise est donc nécessaire.

On retrouve donc un point déjà évoqué, qui sera aussi analysée finement par les autorités par la suite, à savoir comment les manifestants se sont organisés durant ces journées de violente colère.

Micro-dynamique d’une mobilisation 3/: quels cadres de l’action collective?

Avant de voir comment on peut caractériser les cadres de l’action collective lors des émeutes d’août 1935, il est important également d’utiliser d’autres concepts de la sociologie des mouvements sociaux afin de mieux comprendre ce qui s’est joué lors de ces journées. On peut ainsi s’interroger sur la naissance de « réseaux » de manifestants : comment se sont –ils organisés ? Comment s’adaptent-ils à la présence policière de plus en plus importante (environ 1 500 membres des forces de l’ordre contre une moyenne de 5 000 manifestants, même si ces derniers chiffre sont à manier avec prudence).On doit constater que l’organisation des manifestants évolue : à de grands défilés organisés, où le soutien de la population brestoise est évidente, on passe ensuite à des manifestations plus confuses, où il est difficile de différencier manifestants, badauds et curieux, et qui sont confrontés aux forces de l’ordre, ce qui entraîne des mouvements de foule. Par la suite ce sont de petits groupes tenant des barricades, jouant à cache-cache avec la police, dont la coordination semble au moins à interroger qui occupe l’espace protestataire, jour et nuit. On évoque dès lors à plusieurs reprises le maniement d’armes à feu, et donc au moins la tentative de guérilla urbaine, terme qui est utilisé à plusieurs reprises dans les rapports des autorités, même ceux qui sont rédigés plus tard et qui essayent d’étudier à froid cette mobilisation protestataire.

Si une telle coordination existe, il faut tout d’abord la mettre en évidence, puis comprendre le rôle des meneurs, des leaders lors de cette mobilisation. L’action de Paul Valière, syndicaliste et membre influent du Pcf semble devoir être plus particulièrement étudiée avec soin, mais cela est d’autant plus difficile qu’il est par la suite exclu du Parti justement à cause de la conduite des émeutes brestoises. Liée à la question de l’étude du leadership, on doit aussi mettre en évidence les structures de la mobilisation, à savoir le rôle préexistant des organisations politiques et syndicales. Car ce qui se passe début août 1935 à Brest doit être relié tout d’abord à l’action des organisations politiques et syndicales, mais aussi mis en perspective par rapport à la constitution du Front populaire, dont le but est la conquête du pouvoir par les élections et non pas par un mouvement social violent et révolutionnaire. Ce sont autant de points dont il faut rendre compte si on veut mieux comprendre cet épisode de colère ouvrière. Après avoir relaté le séjour de Nizan à Brest durant ces émeutes dans un second billet de cette série, ce que je tenterai de faire en me centrant sur le rôle de la Sfio dans ce mouvement de protestation et en revenant sur l’apport de la sociologie des mouvements sociaux pour mieux comprendre ce qui se passait à Brest ces jours-là.



[1] J’ai pu donner une première interprétation de ce qui va suivre lors d’une communication au séminaire d’Olivier Wieviorka sur la manifestation, ENS Cachan, 15 décembre 2009, « Les manifestations d’août 1935 à Brest ». Je tiens encore à remercier O.Wieviorka de m’avoir donné la possibilité de faire part lors de cette séance de mes recherches en cours dans ce domaine, ainsi que tou-te-s les participant-e-s au séminaire.

[2]  Le second billet portera plus précisément sur Paul Nizan venu à Brest comme envoyé spécial de L’Humanité, tandis que le troisième billet analysera deux autres aspects : tout d’abord le rôle de la Sfio dans cette protestation ouvrière et surtout l’apport des travaux en sociologie des mouvements sociaux pour mieux appréhender cet épisode de mobilisation.

[3] Brest intra-muros a une population de 60 000 habitants, mais si on considère le «grand» Brest, la population dépasse les 120 000 habitants.

[4] J’emprunte le terme de « micro-dynamique d’une mobilisation » à la sociologie des mouvements sociaux inspirée par les travaux de Charles Tilly, Sidney Tarrow ou encore Doug McAdam. J’expliquerai plus en détails mon utilisation de ces travaux dans le troisième billet de la série consacrée aux manifestations violentes de Brest.

[5] Pour les références aux archives ou à la presse de l’époque, je me permets de renvoyer à ma thèse en cours, d’autant plus que je suis actuellement dans la phase de recueillement des informations.

[6] Plusieurs photographies sur ce sujet sont disponibles en ligne sur le site des Archives municipales de Brest 


Laisser un commentaire