Seulement la partie visible de l’iceberg

Après plusieurs billets sur des aspects de ma recherche en cours, il peut être utile de se poser tout simplement cette question : à quoi bon tenir un carnet de recherches en ligne, alors qu’on a en même temps des cours à préparer, des archives à consulter et une thèse à écrire ?Est-ce que tout cela n’est pas une perte de temps ? Est-ce que ce n’est pas surtout un piédestal pour se mettre en valeur (le fameux « je » en histoire est-il toujours signe d’arrogance et de mise en avant de soi ?) et faire croire qu’on entre dans « la cour des grands » alors qu’on est encore qu’un simple doctorant en histoire qui à tout moment peut échouer à mener à bien son projet ?

Je n’ai pas de réponse définitive mais je sais que je continuerai dans la rédaction régulière des billets sur ce blog. Tout simplement parce le travail d’écriture d’une thèse est certes un travail que l’on fait de façon isolée, mais qui nécessite tout de même que cela soit lu à la fin de la rédaction. Et les billets du blog sont des essais, parfois réussis, parfois complètement ratés, mais ils ont un avantage : ils ont le mérite d’être lus, même par peu de monde. Un encouragement peut ainsi entraîner d’autres billets, et mieux peut impulser le travail d’écriture de la thèse.

Car malgré mes précautions, certains lecteurs semblent penser que les billets de ce blog forment l’ensemble de ma recherche. Mais ce ne sont que des esquisses, des portions d’un puzzle qui n’a pas de modèle, un ensemble de pièces de lego qui s’emboîtent mal et ne forment encore aucun objet. Pourtant, je continue tout d’abord pour m’entraîner à l’écriture. Mais je continue également car cette forme d’exercice a le mérite d’ordonner ma recherche, de me permettre de classer, de creuser et suivre des pistes et de ne pas avoir l’impression paralysante de faire du surplace.

Alors bien sûr pour le lecteur, cela peut paraître brouillon, trop brouillon, et aussi sans doute trop égocentré comme peut l’être un journal d’enquête que l’on garde pour soi. Mais « Enklask/Enquête » n’est pas un carnet de brouillons (j’en ai déjà plein) ; ce n’est pas non plus une liste de billets formant des articles définitifs et rédigés dans les règles de l’art historique. C’est une forme hybride, une exploration de plusieurs chemins avant de trouver la bonne route. Il ne faut pas craindre dès lors de revenir en arrière, de s’avouer perdu ou de reconnaître ses erreurs. Mais l’important est quand même d’avancer dans la recherche. Une telle forme hybride implique aussi de multiplier les changements de ton, les points de vue et les angles d’attaque : par exemple à qui s’adressent les billets? C’est selon, soit à moi seul, soit à tous les lecteurs, ou encore parfois aux doctorant-e-s ou aux amateurs d’histoire locale ou d’histoire du mouvement ouvrier. Mais c’est surtout un travail qui me permet de structurer ma recherche.

Quoi qu’il en soit, il faut juste accepter que ce blog ne soit qu’une petite partie du travail en cours, ce n’est donc pas l’essentiel de ma recherche, mais cela en fait tout de même partie intégrante, comme la partie visible de l’iceberg est indispensable à la partie invisible.

Programme des jours à venir: plusieurs directions sont à l’ordre des prochains jours :

–   Tout d’abord revenir sur les émeutes d’août 1935 pour analyser les réactions de la Sfio face à cet événement. Mais ce ne sera pas tout de suite.

–   Le prochain billet portera par contre, sur un groupe d’Italiens anarchistes établis à Brest au milieu des années Trente, groupe que j’ai découvert par hasard et qui a publié plusieurs textes anarchistes à partir de Brest.

–  Je ferai également le point sur ma méthode pour découvrir des sources et des renseignements sur les militants ouvriers, à partir de l’exemple d’Alain Le Dem, qui adhère à la Sfio du Finistère au milieu des années Trente, tout en étant partisan du Trotskysme.

–  Deux autres axes  seront abordés pour le moment : écrire un billet sur l’intérêt de faire une recherche d’histoire « interconnectée », c’est-à-dire qui utilise au mieux les nouvelles technologies et les ressources d’Internet ; et une tentative de mise au point sur la presse militante socialiste en Bretagne entre 1900 et 1940.

–  Enfin, je ferai le compte rendu du livre de Marie-Cécile Thoral, From Valmy to Waterloo, France at War, 1792-1815, Palgrave, 2011, qui s’inspire beaucoup de l’historiographie de la Première Guerre mondiale.

De quoi créer et amonceler encore quelques pièces de lego.


2 réflexions au sujet de « Seulement la partie visible de l’iceberg »

  1. Bonjour,

    à chaque fois que vous publiez ce genre de billet, je m’inquiète : va-t-il arrêter ? Et puis non, vous continuez, et c’est de plus en plus passionnant.Bravo pour cette mise au point où se trouvent quelques formulations éclairantes dont j’avais justement besoin pour un texte sur les carnets de recherche pour les historiens. Merci donc, j’ai une citation toute trouvée. Bon courage pour la suite !

  2. Bonjour,
    Et surtout merci pour ce billet très réconfortant. Je suis aussi doctorante avec un carnet de recherche et à chaque fois que je m’apprête à poster sur celui-ci, le doute, la question ultime : « est-ce vraiment intéressant ou pertinent ? ». De ce fait la plupart du temps, je poste ce qui me semble être des anecdotes sur mon Tumblr de recherches et ne poste sur mon carnet de recherches que des textes avec une ligne de conduite spécifique. Mais suite à votre billet, je me dis que c’est un tort. Que ce carnet est lu par d’autres bien sûr mais sert aussi d’outil personnel pour mener à bien la thèse.
    Alors bonne recherche à vous ! J’ai déjà hâte de lire la suite. Et merci encore. :^)

Laisser un commentaire