Retrouver la trace d'un militant Sfio grâce à une recherche en ligne? Retour d'expérience

                Tout part d’une phrase lue hier dans le dernier livre de C.Bougeard qui venait d’arriver par la poste: « le professeur d’EPS et secrétaire fédéral [de la Sfio dans le Morbihan] de 1911 à 1914, Frédéric Bonneaud, tué au front en 1914 »[1]. Il m’est alors venu une idée simple : est-ce que en utilisant seulement les ressources de l’Internet, je pourrais trouver des éléments complémentaires sur ce militant Sfio que je ne connaissais pas encore? Car je me pose souvent la question de l’utilité de ce type de recherches faites exclusivement en ligne : est-ce que l’historien peut y trouver son compte et quel en est la plus-value? N’est-ce pas plutôt une perte de temps et ne faudrait-il pas mieux consacrer mon temps libre à fréquenter les centres d’archives qu’il me reste à consulter ? Je me souviens d’avoir lu il y a de cela plusieurs années un débat aujourd’hui délicieusement suranné dans la revue «  L’Histoire » : le thème en était ‘ l’historien doit-il photocopier les documents lorsqu’il travaille en archives ?’ Plusieurs chercheurs renommés s’insurgeaient contre la tendance des nouveaux chercheurs de l’époque à photocopier en masse lorsque cela était possible. Nous sommes aujourd’hui bien éloignés d’un tel débat et pourtant on pourrait sans doute retrouver de telles attitudes rétives devant l’utilisation d’outils de son temps comme les technologies numériques. Alors voici mon compte rendu d’expérience[2] d’une pratique connectée de la recherche en histoire.

Qui es-tu ? Bonneaud, ou Bonnaud ou Bonneau ? Frédéric ou Louis ?

                Le plus simple est tout d’abord de rechercher si le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français, le fameux Maitron, contient une notice sur ce Fréderic Bonneaud. On peut y avoir  accès en ligne , mais cela ne donne que les débuts des biographies pour l’utilisateur lambda de l’Internet (il faut pour aller plus loin un accès autorisé, soit en étant soi-même auteur de biographies soit en ayant acheté le dernier volume qui fournit un code). De toute façon, la notice «  Bonneaud ( ou Bonneau ou Bonnaud) » est très courte, ne donne qu’un minimum de renseignements : secrétaire fédéral en 1911, rédacteur au journal « le Rappel du Morbihan », délégué au Congrès national de 1913 qui se déroule à Brest, candidat aux législatives de 1914 ; bref une notice très minimale, peu d’informations, un de ces très nombreux militants qui bien que présent dans le Maitron n’en est pas moins un inconnu de l’Histoire.

                La Seconde étape consiste à partir de l’affirmation trouvée dans le livre de C.Bougeard : mort en 1914 ! Et là l’apprenti chercheur que je suis pense immédiatement au site «  Mémoire des Hommes » qui contient les fiches de tous les morts durant la Première Guerre mondiale (et de plus en plus pour les autres conflits du XXème siècle). Bien qu’il y ait incertitude sur l’orthographe du nom, je trouve effectivement un « Frédéric Bonneaud » originaire de Charente qui semble correspondre, rien n’indique qu’il puisse toutefois avoir habité Lorient. Un peu sur ma faim, j’utilise le moteur de recherche Google, et trouve après plusieurs pages l’indication sur un site destiné à l’utilisation du vélo à Lorient (!) d’une place Bonneaud à Lorient, mais il s’agit de la place « Louis Bonneaud » non pas « Frédéric » ; pourtant,il y a également une courte notice qui m’indique qu’il fut conseiller municipal et également mort au combat , avec d’ailleurs une faute de frappe qui indique 1944 au lieu de 1914. Et si Fréderic s’appelait Louis ? Je trouve également sur le site «  Mémoire des hommes » une notice « Louis Bonneaud », avec les mêmes indications biographiques que celles du site précédent. Mais comment me débarrasser de cette confusion ?

Ce Bonneaud est mon bonhomme :

                Il me reste maintenant à utiliser la presse ancienne en ligne. Le plus simple est de commencer par le journal « L’Humanité » qui est disponible sur Gallica et dispose d’un outil de recherches des termes : Je trouve rapidement un article conséquent du 26 juin 1913 intitulé « un professeur va être poursuivi pour avoir critiqué la loi de 3 ans ». Dans l’article, on parle de Bonneaud, sans son prénom, mais je sais que ce Bonneaud est mon bonhomme. J’y trouve de nombreux renseignements sur son parcours, son métier de professeur à l’école primaire supérieure et son action militante. Il me reste à consulter la presse ancienne locale. Pour le département du Morbihan, fort heureusement, je dispose de deux sites de consultation en ligne : la médiathèque de Lorient a mis à disposition du chercheur connecté plusieurs titres de la presse militante, l’utilisation en est très pratique et peu difficile, d’autant que comme dans Gallica, on peut télécharger les numéros voulus. Le second site à proposer la presse en ligne est le site des archives départementales du Morbihan: un atout, il y a presque tous les titres du département avant 1940 ; mais un gros défaut : la navigation est très laborieuse, il faut sans cesse manipuler les pages, on ne peut pas télécharger les journaux voulus, on peut à peine imprimer, il faut sans cesse régler le zoom. On s’épuise très rapidement et c’est vraiment peu pratique. J’en viens sincèrement à regretter les visionneuses pour microfilms ! Mais je persiste en sachant que j’ai une piste sûre : si Bonneaud a été candidat aux législatives de 1914, le journal socialiste «Le Rappel du Morbihan » a dû évoquer longuement la campagne électorale de ce candidat. Après plusieurs essais infructueux tant l’outil proposé est compliqué d’utilisation, je trouve mon « Graal » : «le Rappel du Morbihan » du 18 avril 1914 met en une un portrait de «F. Bonneaud », candidat Sfio. Je découvre ensuite que son nom est en réalité « Louis Frédéric Bonneaud », voilà pour ce qui est des atermoiements sur son prénom et des confusions qui ont pu en découler.

                Mais si je peux connaître de nombreuses choses sur ce militant avant la Première Guerre mondiale, je n’oublie pas que ce qui m’intéresse ici est son action au combat et sa mort dès le mois d’aôut 1914. Je sais qu’il est mobilisé dans le 307e régiment d’infanterie soit le régiment de réserve du 107e régiment d’infanterie. Une notice Wikipédia m’indique que lors de la bataille de Moislains où il décède, il y a eu 1246 disparus. Une véritable hécatombe. Je m’interroge d’ailleurs sur le terme « disparus », pourquoi pas «morts » ? Je relis alors la très courte notice trouvée en premier sur le site avec les noms de rues de Lorient, je relis que le conseil municipal de la ville lui a rendu hommage le 25 novembre 1915. Il n’y a pas, comme c’est le cas pour d’autres communes, de mise en ligne des délibérations du conseil municipal pour Lorient. Quant aux publications socialistes du département, elles se sont arrêtées le temps de la guerre. D’autres prospections rapides dans les journaux du département ne m’apportent rien. Mais je ne veux pas que l’enquête soit encore terminée, même si elle semble à bout de souffle : le quotidien régional «Ouest éclair » est en ligne sur le site de son descendant Ouest france : l’utilisation en est pratique si on sait ce que l’on cherche et si on a des dates. J’ai la date de la réunion du conseil municipal qui lui rend hommage. Le 27 novembre 1915, «L’Ouest éclair » fait le compte-rendu de la réunion : on vient seulement d’apprendre la mort de Louis- Frédéric Bonneaud, soit plus d’un an et demi après sa mort : « depuis le jour de son départ au front on n'avait jamais eu aucune nouvelle ».

                Voilà, mon expérience touche à sa fin : force est de constater que j’en sais maintenant beaucoup plus sur ce militant socialiste mort au combat en août 1914.En recoupant toutes les sources à ma disposition, j’en sais d’ailleurs davantage que toutes les personnes qui se sont un jour intéressées à lui. Pour finir, je découvre dans l’index du livre de Christian Bougeard, juste au-dessus de son nom une « Renée Bonneau» qui dans le corps du livre est caractérisée comme étant l’épouse d’un responsable fédéral : est-ce la femme de mon militant retrouvé ? Une rapide dernière recherche en ligne me permet de relire un texte de François Prigent sur les femmes militantes dans le Morbihan : « La figure de Renée Bonneau, femme du jeune secrétaire fédéral, incarne ce premier réseau d’institutrices mariés » (p.4). Voilà : Renée Bonneau est en réalité Renée Bonneaud et semble avoir continué à militer au sein de la Sfio après la mort de son mari ; la figure d’une gardienne du temple me vient en tête et un nouveau sujet de réflexion : comment entretenir la mort des militants socialistes ? En poursuivant leur action qu’ils avaient entreprise avant la Première Guerre mondiale ? Mais c’est déjà une autre histoire...

Faire une recherche connectée apporte donc des résultats:

Alors la réponse s’impose : oui pratiquer une recherche connectée apporte de nombreuses possibilités. Si des zones d’ombre sont toujours présentes dans la vie de Louis-Frédéric Bonneaud, je peux maintenant rédiger pour ma thèse un passage sur lui, un passage pas terminé, car il me reste évidemment plusieurs pistes à explorer, et surtout il me faut bien sûr aller consulter maintenant les archives, chercher d’autres sources, non plus juste derrière mon ordinateur mais en réel. Je sais aussi qu’il avait des descendants, je vais donc poursuivre mon enquête. Mais ce sera en continuant également une pratique connectée de la recherche.


[1] C.Bougeard, Les forces politiques en Bretagne, notables, élus et militants (1914-1946),PUR, 2011, p.88

[2] Je me suis inspiré du livre collectif, Le dossier Bertrand, Jeux d’histoire, éditions Manuella, 2008, dont on peut retrouver le principe en ligne ici. C'est une excellente lecture pour tout chercheur. Je me suis donc fixer quelques règles : pas d'autres ressources que l'Internet, et pas plus d'une demi-journée de travail sur cette expérience.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire