« Notre misère intellectuelle » ou comment pensent les militants Sfio

image à la Une du "Breton Socialiste" dans les années 1900

  « La pauvreté de notre presse (…) oblige le militant qui se trouve à neuf ou dix heures de Paris, à lire chaque jour les pires feuilles capitalistes ». Ainsi commence un article de Jean Longuet dans le journal brestois « L’égalitaire », publication de la Sfio le 22 août 1908. Dans cet article, L’auteur, qui est à l’époque journaliste à « l’Humanité » met en évidence les difficultés qu’ont les militants provinciaux à s’informer sur le socialisme et à lire au quotidien des analyses des intellectuels de ce courant. Lui-même, en vacances en Bretagne au mois d’août comme il semble l’avoir fait régulièrement[1], affirme dans son article avoir des difficultés à s’informer et surtout à devoir supporter la lecture de journaux de droite qui dénoncent à longueur de pages la « misère intellectuelle » des militants socialistes. Et Jean Longuet[2] de s’évertuer à montrer dans cet article aux lecteurs brestois que le socialisme rayonne dans le monde intellectuel, parmi les écrivains, les penseurs ou les artistes. Se faisant, ses propos ont entraîné ma réflexion sur la question de l’éducation militante des socialistes : comment sont-ils devenus socialistes et surtout quelles sont les lectures, les théories, les penseurs qui les ont influencé et qu’ils utilisent par la suite dans leurs actions militantes ?

                Comment les idées socialistes viennent aux militants ?

                Pour étudier cet aspect, il me faut tout d’abord lire les nombreux écrits de théoriciens du socialisme que les militants Sfio ont été susceptibles de lire entre 1900 et 1940. Or, lire des textes de Marx pour le plus connu des théoriciens socialistes, mais aussi de Benoît Malon, de Paul Brousse, d’Eugène Fournière, de Paul Lafargue de Georges Sorel, etc, n’est pas forcément d’une part chose si aisée et d’autre part, demande beaucoup de temps. Deux atouts d’importance toutefois : la plupart des écrits sont disponibles soit en ligne sur le site Gallica (et il faut également ajouter les revues socialistes de l’époque, riches en articles théoriques, comme la « Revue Socialiste » ou le « Mouvement Socialiste« ), ou bénéficient d’éditions récentes, très souvent accompagnées par un appareil critique qui facilite la lecture et l’utilisation pour le chercheur en histoire. C’est en particulier le cas de la collection « Bibliothèque républicaine» des éditions Le Bord de l’eau  qui offrent de nombreux « classiques » de la pensée socialiste, ainsi que des ouvrages reprenant les textes militants pour les discuter, comme le livre de Philippe Chanial, La délicate essence du socialisme . Quant aux textes de Marx, et provenant d’auteurs marxistes, c’est davantage à une profusion parfois confuse auquel le chercheur doit faire face. Mais là encore des travaux récents, comme ceux de Jean-Numa Ducange, sont très utiles.

                Une fois ces lectures entamées, il me faut revenir aux militants bretons : comment ont-ils lu, compris, déformé, contesté les textes théoriques ? L’ont-ils seulement fait ? Se sont-ils contentés des opuscules que la Sfio diffusait pour édifier les militants ? La question de l’appropriation des idées socialistes oblige à quitter l’histoire des idées politiques et les rivages davantage balisés de l’histoire intellectuelle : c’est tout le problème qui m’occupe en ce moment. Pour se faire, je pars des articles publiés dans les journaux socialistes. Souvent en effet, sont publiés des articles théoriques des militants bretons les plus en vue qui ont pour objectifs d’expliquer les grands principes du socialisme. Avant 1914, on assiste d’ailleurs à une profusion qui nécessite l’étape préalable que j’ai évoqué, à savoir connaître au mieux les théories dont il est question, avant de pouvoir dire comment les militants l’utilisent.  C’est en cela que je trouve intéressant l’article de Jean Longuet :  il montre bien qu’il est difficile pour un militant éloigné de Paris de se tenir bien informé des idées socialistes. Surtout, il oblige aussi le chercheur actuel à changer de focale : comme il est simple, mais peu opérant, de constater par exemple que les militants sont peu formés, ne comprennent pas les principes de base du marxisme ou des courants socialistes révisionnistes sans chercher à aller au delà. Certes, ces articles sont parfois confus, difficiles à comprendre et vulgarisent sans talent les théories du socialisme. Mais il me semble nécessaire de les étudier afin de mieux comprendre comment les militants se perçoivent en tant que socialistes.

                Dès lors il me semble nécessaire de poursuivre ma recherche dans deux directions : tout d’abord mieux comprendre les liens entre les intellectuels et le socialisme. Les travaux de Christophe Prochasson, que ce soit sur l’introduction du marxisme en France ou sur l’étude des rapports entre le socialisme et les intellectuels, sont ici irremplaçables. Ensuite, il me faut interroger les mots en eux-même. Trop souvent, on sous-entend que l’intellectuel est obligatoirement parisien et à dimension nationale. Or, ce serait méconnaître tout un pan de la réflexion sur le socialisme que de penser cela. Dans mon champ de recherches, plusieurs intellectuels ont une action en Bretagne dont il faut déterminer les contours : ce sont eux qui se chargent d’expliquer les idées socialistes, de les populariser, de les critiquer et de leur porter localement au pouvoir. De l’histoire des idées, je passe donc à l’histoire des intellectuels, puis à la sociologie de la lecture et de l’écriture ou à la sociologie politique, ainsi qu’à l’anthropologie historique. C’est un élément d’importance pour ma thèse: en effet, ce sont ces mêmes « intermédiaires » intellectuels qui analysent les rapports que les militants peuvent entretenir avec la violence et la guerre dans des articles qui se retrouvent donc au coeur de ma réflexion. Bien sûr, l’appropriation des idées socialistes par les militants peut se faire avec difficulté : dans l’article cité de Jean Longuet, lorsqu’il indique les noms d’intellectuels ou d’hommes politiques, on peut voir que ceux qui ont mis en page l’article ont parfois du mal à déchiffrer l’écriture de Longuet: on évoque ainsi un «Plekharsoff» trop éloigné de «Plekhanoff » comme on l’écrivait à l’époque pour que ce soit une seule faute de frappe. Sans doute que pour les concepteurs du journal brestois, ce « Plekharsoff » ne voulait pas dire grand chose. Est-ce suffisant pour ne pas aller au-delà d’une «  misère intellectuelle » supposée des militants socialistes ?

Rapide tour d’horizon du travail en cours:

                Concernant l’avancée de mon travail, qui doit tenir compte des aléas du professeur de secondaire que je suis également, j’ai trouvé ce qui sera peut-être le titre de ma thèse.Surtout, j’en suis maintenant à établir deux choses : je revois mon plan en fonction des avancées et des remarques pour qu’il ait une forme à peu près définitive et je fais la liste des dépôts d’archives qui me restent encore à consulter. Comme dit précédemment, je me plonge également dans la lecture des théoriciens du socialisme et je tente aussi de mieux comprendre l’action des militants durant la Première Guerre mondiale, selon une approche micro-historique. Bref, il s’agit de forger les pièces du puzzle avant même de penser ensuite à les rassembler. Le travail d’écriture, lui, se poursuit un peu comme ce que pouvait écrire Karl Marx à propos de la révolution : c’est «notre vieille amie, notre vieille taupe qui sait si bien travailler sous terre pour apparaître brusquement ». J’écris en ce moment, et les billets de ce blog ne sont donc que de brusques apparitions qui surgiront encore en fonction des envies, du temps et des urgences du moment.


[1] Jean Longuet semble avoir passé régulièrement des vacances en Bretagne, dans la région du nord Finistère.

[2] Gilles Candar a écrit une biographie sur ce membre important de la Sfio, Jean Longuet (1876-1938), un internationaliste à l’épreuve de l’Histoire, PUR, 2007. On peut lire ici quelques extraits de son ouvrage. Sur Longuet, on consultera également l’excellent blog «  la bataille socialiste ».


Laisser un commentaire