L’ombre de l’ombre : sur les traces de René Litalien et programme des jours à venir

«  Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît çà et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment  pour que l’histoire soit finie ».C’est une citation de Paco Ignacio Taibo II tirée de  De Passage, un de mes livres préférés. Je trouve que c’est une description parfaite de mon travail en cours.

Je suis en ce moment à la recherche des traces d’un militant socialiste de Brest, René Litalien, et j’ai bien l’impression de ne voir que «  l’ombre de l’ombre » – autre livre de Taibo II-,  de cette personne. Litalien a été adjoint au maire de Brest après l’élection de la première municipalité socialiste de cette ville en 1904 .Professeur de lettres au lycée, il a été étudiant à l’Ecole normale supérieure dans la même promotion que Charles Péguy et Albert Mathiez. Devenu un des piliers de la Sfio dans le Finistère (il est ainsi trésorier de la jeune fédération entre 1907 et 1909), il est ensuite muté à Dijon, semble-t-il sur ordre de l’administration publique. Mais il continue de garder de nombreux liens avec la Bretagne, écrivant régulièrement dans Le Cri du Peuple, le journal socialiste de Brest ou encore plus tard dans la Pensée Bretonne de l’ancien socialiste Yves le Febvre.

J’ai collecté plusieurs de ses articles, plusieurs de ses lettres adressées à Le Febvre, ou encore pour l’une d’elle adressée aux frères Tharaud à propos de Péguy et de sa collaboration aux Cahiers de la Quinzaine. Dans ses écrits, on peut voir que René Litalien est un fin connaisseur du socialisme et de ses multiples chapelles dans les années d’avant la Première Guerre mondiale, discutant les analyses de Lagardelle ou de Sorel. Il est par ailleurs un des principaux animateurs de l’Université populaire brestoise et participe à la lutte antialcoolique dans les milieux ouvriers de Brest. Les quelques rares livres d’histoire qui l’évoquent ne le font qu’en quelques lignes. Pourtant, il joue un rôle important dans mes recherches : son analyse du socialisme, ses interrogations à propos de la révolution, de la violence offrent de nombreux éléments qu’il me faudra évoquer. Et puis il y a aussi quelques photographies, comme celle -ci :

René Litalien, DR, Archives municipales de Brest

Pourtant, j’ai l’impression de ne pas en connaître assez pour le moment sur lui. Il a bien sa biographie dans le «  Maitron », mais j’ai la désagréable sensation de me retrouver dans le passage écrit par PIB II : son nom apparaît çà et là mais jamais assez pour que l’histoire soit finie !

Comme souvent, je suis à la recherche d’archives privées l’évoquant, est-ce que la «  toile mondiale » pourra m’aider ?

En attendant, les vacances se terminent, le travail pour le lycée va reprendre le dessus et les séminaires vont débuter, mais je me suis fixé un programme de travail pour les jours à venir :

Tout d’abord, toute recherche nécessite un programme de lectures : plusieurs livres m’attendent, dont je ferai pour certains d’entre eux un compte rendu critique ici :

–          Sur l’histoire du socialisme : R.Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Perrin, 2010 et C.Prochasson, La Gauche est-elle morale ?, Flammarion, 2010.

–          Sur la Première Guerre mondiale : N.Offenstadt, 14-18 aujourd’hui, O.Jacob, 2010 et le Journal d’un gendarme 1914-1916, présenté par A.Farge, Bayard, 2010.

–          En ce qui concerne l’anthropologie : A.Bensa, Après Lévi-Strauss, pour une anthropologie à taille humaine, Textuel, 2010 ; F.Laplantine, La Description ethnographique, A.Colin, 2010 ; C.Severi, Le Principe de la chimère, une anthropologie de la mémoiree, 2007 et F.Weber, Manuel de l’ethnographe, PUF, 2009.

–          Sur la Résistance : J.Blanc, Au commencement de la Résistance, Seuil, 2010 et C.Vast, L’identité de la Résistance, Payot, 2010.

–          Pour réfléchir, C.Guinzburg, Mythes, emblèmes et traces, nvlle éd., Verdier, 2010 et O.Scheler, Des Revenants, Bayard, 2009.

Mais il me faut aussi m’intéresser à ce qui me reste à faire, à organiser et mettre de l’ordre dans les vieux papiers, archives et microfilms. Cela risque de prendre du temps. Quelques fils directeurs : le parcours de René Litalien, la collecte d’informations sur la première municipalité socialiste de Brest, l’analyse du rôle de Paul Ricoeur dans la fédération socialiste du Morbihan et la recherche de données sur les militants socialistes qui ont combattu durant la Première Guerre mondiale.  Mais tout cela n’est que la face immergée de l’iceberg…


Laisser un commentaire