Étudier les pratiques militantes et culturelles de la Sfio dans les années 1930

                Après une pause de plus d’un mois, conséquence de plusieurs lectures, de tentatives d’écriture de passages de la thèse et surtout de mes activités professionnelles d’enseignement, je reprends ce carnet de recherches avec une série de cinq études sur le thème des pratiques militantes socialistes, mais aussi culturelles, dans les années 1930.Il s’agira surtout d’apporter quelques éclaircissements sur la présence de la guerre et de la violence dans ces pratiques afin de mieux comprendre en quoi consiste l’identité partisane dans un contexte de plus en plus marqué par l’ombre d’un nouveau conflit menaçant et la présence de mouvements hostiles à la démocratie. Le premier billet portera sur une commémoration de la mort de Jaurès à Brest en 1930 : le déroulement de cette réunion militante permet de saisir quelques éléments de la composante militante et culturelle des socialistes dans l’entre-deux-guerres, tout en comprenant l’importance du pacifisme dans l’identité partisane. La seconde étude analysera le livre de Serge Tchakhotine, Le Viol des foules, écrit à la fin des années 1930[1] : l’étude de ce livre, qui cherche à promouvoir de nouveaux moyens de lutte contre le fascisme, me permettra surtout de découvrir si les prescriptions de Tchakhotine ont été suivies d’effet dans les sections socialistes de Bretagne. Ensuite, deux autres billets auront pour objet l’étude plus approfondie du pacifisme : tout d’abord à travers une controverse en 1933 entre Raymond Aron et Georges Canguilhem[2], j’essayerai de mieux comprendre ce que représente l’hostilité à la guerre dans la culture militante de la Sfio; ensuite je tenterai de mesurer l’influence d’Alain, qui est dans cette période un intellectuel pacifiste de référence[3]. Il s’agira justement de retrouver des traces de son discours et de son influence dans les écrits des militants socialistes bretons. Le dernier billet aura pour vocation de rassembler et d’approfondir les quelques éléments importants relevés précédemment tout en étudiant plus largement l’ensemble des pratiques militantes et culturelles au sein de la Sfio à la fin des années Trente à partir des publications sur ce sujet[4] mais surtout en utilisant les sources que j’ai pu utilisées pour le moment. Chacun de ces billets à venir évoquera donc un aspect des rapports à la violence et à la guerre qu’ont les militants socialistes durant cette période, mais en élargissant les perspectives et en désenclavant l’étude d’évènements vécus, comme la Première Guerre mondiale. Cette série me permettra enfin de dévoiler par la suite la structure d’ensemble du plan de la thèse en cours de rédaction. Le premier sera posté dans quelques jours.


[1] S .Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1ère éd. 1939

[2]  Je partirai pour cette étude de la récente publication du 1er tome de ses Œuvres complètes, Écrits philosophiques et politiques (1926-1939), Paris, Vrin, 2011. On peut lire  également dans cet ouvrage le texte de Raymond Aron qui a entraîné une réponse de Canguilhem.

[3] Mesurer l’influence d’Alain sur les socialistes passe d’une part par l’étude des ses textes et d’autre part par une étude dépassant l’évocation de son influence sur les seuls intellectuels, objet de plusieurs travaux historiques.

[4] Je pense  en particulier ici aux travaux de Pascal Ory sur les pratiques culturelles au temps du Front populaire ou à ceux d’ Éric Nadaud sur les pratiques militantes de la Sfio.


Laisser un commentaire