Un 1er mai fleuri et calme

Ouest-éclair, 2 mai 1936

« Un 1er mai fleuri et calme » c’est le titre en Une du quotidien Ouest-Eclair le 2 mai 1936. Pourtant les nouvelles mises en avant montrent l’inverse depuis quelques jours. Ce quotidien qui se proclame «journal républicain du matin » dans les premiers jours du mois de mai 1936 tente de convaincre ses lecteurs de la dangerosité du Front populaire qui est en passe de gagner les élections législatives. Tous les moyens sont bons : les articles expliquant savamment qu’il ne faut pas voter pour la gauche malgré le mécontentement justifié, les dénonciations du communisme en France ou ailleurs, surtout les articles polémiques où la « peur du rouge » et d’une nouvelle « terreur» sont affirmées. Le premier tour des législatives a eu lieu le 26 avril, le second tour est prévu le 3 mai. La journée du 1er mai n’est donc qu’une journée d’attente pour de nombreux partisans du Front populaire. Ainsi à Brest, le 1er tour a donné 45% des voix au candidat socialiste Jean-Louis Rolland. Difficilement désigné candidat, perçu comme trop réformiste, pas assez unitaire (voir sur sa désignation ce billet précédent) il a toutefois réussi dans la campagne électorale à convaincre les Brestois, s’est transformé en leader de plus en plus apprécié et il arrivé facilement en tête au soir du 26 avril. Pour le second tour, il a face à lui un candidat démocrate-populaire Jaouen, soutenu justement par Ouest-Eclair. Mais Jean-Louis Rolland est confiant et dans sa profession de foi, il écrit « les positions sont prises une fois de plus à Brest : les rouges vaincront les blancs ». Malgré les articles de plus en plus hostiles de la presse quotidienne, d’Ouest-Eclair mais aussi de la Dépêche de Brest, malgré les attaques de plus en plus vives de toutes les forces partisanes de la droite, Jean-Louis Rolland est triomphalement élu le 3 mai avec près de 58 % des voix. Il devient un des nouveaux députés socialistes à l’Assemblée nationale. Une nouvelle vie commence pour lui. Le 1er mai 1936 à Brest, tout le monde attend donc le second tour des élections qui se dérouleront deux  jours plus tard. Parfois l’attente est la même ce jour là, quelle que soit l’année, en 1936 ou en 2012.

A Marie, née un premier mai


Laisser un commentaire