Le 10 juillet des parlementaires socialistes bretons

"L'Histoire jugera" L.Blum, 1945, DR

Le 10 juillet 1940 l’ensemble des parlementaires français est amené à se prononcer sur le sort de la constitution de la IIIe République. Ce régime est contesté par un mouvement de fond mis en lumière par la défaite éclair de juin 1940 : l’ensemble de la classe politique est discréditée car elle est jugée responsable du désastre, mais nombreux sont ceux qui estiment que la gauche parlementaire est davantage coupable encore depuis l’accession au pouvoir du Front populaire en 1936. Les Allemands ont progressé rapidement à l’intérieur du pays et le 17 juin un nouveau gouvernement est constitué sous la direction de Philippe Pétain : il décide d’emblée de demander l’armistice qui est signé le 22 juin. Mais ce nouveau pouvoir souhaite en finir avec ce régime républicain : à Vichy les 9 et 10 juillet 1940, les parlementaires doivent décider non seulement de la révision de la constitution, mais aussi de l’avenir de la République[1].

                Dans ma recherche, l’année 1940 marque la fin de la période que j’étudie. Mais le vote du 10 juillet est un révélateur des atermoiements des députes socialistes bretons face à la guerre, à la défaite et à l’ordre nouveau qui se profile. C’est pourquoi il me semble important d’y revenir ici. Quatre députés socialistes se rendent à Vichy comme une grande partie des parlementaires français. Il y a deux députés du Finistère, François Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland, le député du Morbihan Louis L’Hévèder et Philippe Le Maux élu des Cotes-du-Nord. Les Allemands sont déjà présents dans la région et les élus ont dû tout d’abord faire face à cette rapide occupation de l’espace : ainsi à Landerneau, ville dont Jean-Louis Rolland est également maire, les Allemands entrent le 19 juin. Deux élus les accueillent, le maire tout d’abord mais également le député de la circonscription, le démocrate populaire Paul Simon, et le premier contact est conflictuel car des combats ont eu lieu autour de la ville car Landerneau était situé sur la route d ‘évacuation des marins français qui voulaient trouver refuge à Brest. Le capitaine allemand a signifié aux élus que ses hommes n’avaient pas subi de perte ; dans le cas inverse, il aurait fait raser la ville.

                Ce premier contact peut sans doute aider à mieux comprendre la suite des événements. Pierre Laval et Philippe Pétain ont en effet décidé de statuer sur l’avenir de la République en réunissant l’ensemble des députés et des sénateurs à Vichy les 9 et 10 juillet. L’organisation d’une telle séance dans un pays défait et occupé pour partie, est difficile, Laval espérant d’ailleurs que les élus soient peu nombreux. Certains d’entre eux sont en effet encore sous les drapeaux, d’autres ont préféré rester dans leur circonscription. Pour les élus bretons, il faut déjà rejoindre Vichy qui est une ville éloignée de leur région. Des voyages collectifs ont organisé, ainsi quatre parlementaires du Finistère se rendent dans la nouvelle «capitale» du pays ensemble en voiture. Je ne sais pas comment arrivent les quatre députés socialistes, mais ils ont a priori des opinions différentes sur l’avenir de la France. Louis L’Hévèder est un partisan affirmé du pacifisme qu’il a défendu jusqu’au bout dans les tribunes du quotidien socialiste Le Populaire. Philippe Le Maux et Jean Louis Rolland sont quant à eux également partisans du courant pacifiste de Paul Faure, Tanguy-Prigent ayant quant à lui évolué vers des positions plus intransigeantes face à l’Allemagne et acceptant en conséquence après Munich la nécessité d’une position ferme face au nazisme. Mais le vote du 10 juillet ne recouvre que partiellement les positions socialistes adoptées auparavant. 569 parlementaires lors de la séance votent pour les pleins pouvoirs à Pétain, 80 votent contre et 20 s’abstiennent. Le groupe socialiste compte 36 opposants sur les 132 présents.

                Deux députés ont voté pour les pleins pouvoirs : Louis L’Hévèder qui justifie son vote par le désordre dans lequel la France était plongée depuis la défaite et plus étonnement par la peur que les Allemands utilisent un vote négatif des représentants bretons comme une marque de séparatisme. Philippe Le Maux fait de même, les deux étant profondément marqués par le pacifisme. Quant aux deux députés du Finistère, ils votent contre, y compris Jean-Louis Rolland connu pour avoir des positions paul-fauristes. D’ailleurs sur les 11 parlementaires de ce département présents à Vichy, 7 votent contre, ce qui en fait un département exceptionnel par rapport au reste de la Bretagne puisque tous les autres parlementaires de la région ont voté pour. Comment expliquer un tel nombre ? L’historien doit ici accepter de ne pas pouvoir tout connaître des motivations des différents acteurs, il peut seulement tenter d’étudier l’événement avec le maximum d’informations, ce que je m’efforce de faire durant cette recherche.

                Après leur vote négatif, Jean Louis Rolland et Tanguy-Prigent participent peu à peu à des actions de la Résistance. Les deux autres députés socialistes se sont tenus à l’écart du nouveau pouvoir bien qu’on leur reproche par la suite une attitude de soutien à Vichy. Ainsi, le parcours de ces quatre élus peut illustrer toute la difficulté qu’il y a à étudier les socialistes durant l’année 1940 et les premiers mois de l’occupation. Mais connaître leur rapport à la Première Guerre mondiale et  au pacifisme peut y aider. C’est du moins ce que j’essaye d’étudier dans ma thèse. Après l’instauration du gouvernement de Vichy, Rolland et Tanguy-Prigent essayent dans un premier temps de se lancer dans une sorte d’opposition légale au régime en restant dans leur fonction de maire et contestant la politique mise en place par Pétain: ils se savent toutefois dans le collimateur de l’occupant et du nouveau régime et participent de plus en plus par la suite à des actions clandestines de la résistance. Le Maux et L’Hévèder se tiennent à l’écart, mais en 1944 la SFIO reconstituée exclut les parlementaires qui ont voté pour les pleins pouvoirs, effaçant par la même leur rôle dans l’action socialiste avant 1940 dans la région. On retient davantage les 80 courageux parlementaires qui ont le 10 juillet 1940 choisi de défendre les valeurs républicaines, ou qui avaient peut-être d’autres motiviations comme en témoigne cette citation de Louis Noguères : « quelques pas plus loin, Le Bail, député radical socialiste du Finistère, m’accrochait pour me confier, l’air radieux : « Je sais que tu as voté non : moi aussi, parce que moi qui suis Breton, j’ai trouvé ce moyen pour dire ‘merde’ à Hitler »[2].


[1] Sur cette question voir l’excellent travail d’Olivier Wieviorka Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français 1940-1945, Paris, Le Seuil, 2001.

[2] L.Noguères, déposition devant la Commission parlementaire d’enquête sur les événements survenus en France de 1933 à 1945, cité par Marc Sadoun, Les Socialistes sous l’Occupation, Paris, PFNSP, 1982, p.41.


3 réflexions au sujet de « Le 10 juillet des parlementaires socialistes bretons »

  1. (oups, les quatre « nomS »!?). Pour le coup, j’ajoute quelques mots de la suite de la citation:

    « Et si le titre de « premiers résistants de France » attribué aux « quatre vingts » députés qui ont dit « non » le 10 juillet 1940, appartenait, en réalité, aux quatre parlementaires qui ont dit « non » un jour plus tôt, le 9 juillet 1940? » (tjrs p. 366)

    1. Merci à toi pour tes commentaires et ta lecture bienveillante. Je vais du coup lire le livre de Anne Simonin dont j’ai effectivement entendu le plus grand bien mais que je n’ai pas encore lu faute de temps. Et merci également pour avoir pointé du doigt aussi l’importance de la séance du 9 juillet, ce qui m’oblige à approfondir mon travail et mes connaissances sur le sujet !

  2. Merci et bravo pour ce billet très intéressant, comme toujours. C’est un peu marginal par rapport à tes réflexions, mais je pense que quelques pages du livre d’Anne Simonin, Le déshonneur dans la République. Une histoire de l’indignité, 1791-1958, pourraient t’intéresser sur le mois de juillet 1940.
    Ainsi, pp. 366 et suivantes, elle écrit :

    « Autrement dit : était-il légal, sous un régime d’état de siège, d’envisager une révision totale des institutions ?
    La réponse à cette troisième question est, selon moi, aussi essentielle que de savoir si, le 10 juillet 1940, l’Assemblée nationale avait ou non le droit de déléguer son pouvoir constituant au gouvernement du Maréchal Pétain. Seuls quatre hommes ont dit « non » le 9 juillet 1940. »

    Histoire de maintenir un peu de suspens, je garde les quatre nom pour moi… Un indice, 3 sur quatre siégeaient à la Chambre, 2 SFIO et 1 radical-socialiste.

Laisser un commentaire