Le tournant du mois d’août

Réveil ou mise en sommeil?

Après avoir occupé durant le mois de juillet le carnet collectif «Espaces réflexifs» sur une thématique «engagement et distanciation en histoire ouvrière», il me faut revenir à mon travail en cours et sur la place de ce carnet de recherches dans le processus de réalisation de la thèse. En réalité la thématique d’ensemble abordée durant juillet n’est pas éloignée de certaines des préoccupations qui m’intéressent dans le cadre de ma recherche et cela a fortement accéléré une partie de mon travail en cours.

                Revenir à la thèse, c’est aussi s’interroger sur le bienfondé de ce carnet de recherches : tout ce qui est abordé ici à un lien avec ce travail, mais parfois j’ai pu avoir l’impression que j’oubliais l’objet premier, à savoir que cela devait accompagner le travail de recherche et de rédaction de thèse. J’ai été récemment très intéressé à la lecture de l’article de Dan Cohen intitulé « The Blessay » qui définit à merveille ce qui peut être un écrit sur ce carnet. Toutefois, si je compte bien en écrire à nouveau de ce type de billets, je pense utiliser dorénavant davantage mon carnet comme un espace parallèle accompagnant véritablement la réalisation de ma recherche.

Alors justement cette thèse ? Le plan adopté a été validé par mon directeur. En effet, cela faisait quelques mois que j’avais plusieurs plans, aucun ne me convenant véritablement, mais finalement j’ai réussi à construire quelque chose qui me satisfait d’une part, et qui rassemble tout ce dont je souhaite parler d’autre part. Il y a neuf chapitres.

                Concernant la rédaction, j’ai plusieurs pages rédigées, des bouts de parties pas encore mis en forme, une sorte de puzzle qu’il me faut rassembler et approfondir. Cela signifie qu’il me faudra encore plusieurs mois pour terminer et rédiger. Nous avons fixé un rétro-planning et le tout sera achevé début mai 2013, il me reste donc 9 mois, soit un chapitre par mois. La première vraie échéance est en réalité pour novembre, date à laquelle je dois rendre la première partie.

                Ce calendrier me laisse parfois un peu songeur : cela me paraît à la fois beaucoup tant il me semble que j’ai déjà bien approfondi certains aspects, mais plus rarement je me dis que ce calendrier a quelque chose d’angoissant parce que je ne me sens pas au point. Je suppose que c’est un sentiment ambivalent partagé par celles et ceux qui rédigent une thèse, donc il faudra faire avec.

                Il me reste surtout encore des archives ou des journaux à consulter. Je suppose que je n’aurais pas le temps de faire tout ce que j’avais prévu, ce qui n’est pas un mal sans doute. Mais certains points me paraissent indispensables. Et je ne conçois pas véritablement une autre manière de faire, que de combiner recherches et écriture ! Ce ne sera peut-être pas le plus efficace mais je pense que j’avancerai davantage ainsi.

                Quelle place alors pour le carnet dans cette phase finale, tout de même assez longue ? Franchement je ne sais pas encore mais depuis l’ouverture de celui-ci, je dois reconnaître que ça avance plus vite, que je peux en particulier écrire plus facilement, plus rapidement, alors autant faire une place de choix à ce « compagnon numérique », d’autant que j’apprécie les échanges avec les lecteurs. La prochaine étape : préparer un séjour dans les archives en Bretagne, mettre un peu d’ordre dans les fichiers de l’ordinateur et enfin écrire.


Laisser un commentaire