Ce que l’on ne trouve pas dans les archives

Archives départementales des Côtes d'Armor, août 2012

Après avoir consulté bon nombre de fonds d’archives ces derniers jours, je voudrais m’arrêter non pas sur les éléments trouvés – nombreux d’ailleurs – mais sur ce que l’on ne trouve pas alors qu’on passe plusieurs heures à chercher. Aux archives départementales des Côtes d’Armor, j’avais pour ambition de trouver des renseignements sur l’activité militante de Paul Ricoeur que j’avais déjà abordée mais sans en trouver tous les détails. Il y avait trois pistes : d’un côté, les fonds concernant l’activité militante socialiste à proprement parler, la presse militante ensuite, et enfin son activité d’enseignement au lycée de Saint-Brieuc.

             Du côté de l’action militante, il faut reconnaître que les archives contiennent de très nombreuses descriptions de réunions, de prises de position ou de rapports de police, ce qui facilite le métier de l’historien. Bien sûr, il est nécessaire de manier ce type de sources avec les précautions scientifiques d’usage, mais cela forme un ensemble de renseignements conséquents. Pour le coup, aucune mention d’un «Ricoeur» parmi les militants de la Sfio durant l’entre-deux-guerres. Evidemment, je ne suis pas sûr d’avoir tout consulté et surtout de ne pas avoir loupé ce type d’informations, mais je crois avoir essayé d’être attentif toutefois. Ensuite, du côté de la presse militante, j’ai retrouvé les trois articles de « Péric » alias Ricoeur dans leur première version de publication. Il publie deux articles dans le journal  l’Eveil breton, qui est l’organe de la fédération Sfio, puis le troisième est publié par Le Combat, journal qui a pris la succession du premier après des dissensions au sein de la fédération socialiste. Cette série d’articles aborde les rapports entre le socialisme et le christianisme et elle est publiée durant l’été 1934. Mais je n’ai pas trouvé d’autre trace du militant Ricoeur dans ces publications militantes. A priori, il n’y a donc que ces trois articles, repris par ailleurs par une publication socialiste du Finistère, et on ne trouve pas de mention de lui dans des compte rendus de réunion, en particulier celles qui évoquent les Jeunesses socialistes ou les réunions de la section briochine. Là encore, je ne peux certifier de ne pas avoir manqué les indications, mais j’ai essayé d’être attentif à nouveau.

                Restait alors l’évocation du professeur Ricoeur, puisqu’il fut enseignant au lycée Anatole Le Braz de Saint Brieuc durant l’année scolaire 1933-1934. Il se trouve que la série 1T qui concerne l’enseignement est très bien fournie dans les Côtes d’Armor et que l’on dispose d’un très bon outil de travail (qui de plus est  en ligne) pour s’y retrouver. J’ai donc consulté plusieurs liasses qui auraient pu contenir des informations sur le jeune Ricoeur. Mais là encore rien du tout, aucune trace du jeune professeur de philosophie. Alors passer plusieurs heures pour faire choux blanc, c’est aussi le quotidien du chercheur dans les archives : on ne sait qu’après consultation de la liasse, qu’en fait elle ne contient pas les informations qu’on aurait souhaité. Mais il faut aussi garder une certaine détermination et poursuivre l’investigation. J’ai ainsi vu par hasard que plusieurs liasses avaient été ajoutées à la série 1T dernièrement et n’étaient donc pas mentionnées sur l’inventaire que j’utilisais. Parmi les dossiers récemment transmis, j’ai pu décelé qu’il y avait une série concernant le lycée de Ricoeur.

                Ce fond d’archives concerne le personnel du lycée dans l’entre-deux-guerres, avec par exemple la liste des enseignants et leur état de service. Toutes les années ne sont pas présentes, mais il y a l’année 1933-1934 . Cette année-là, Ricoeur, après avoir raté le concours d’entrée à l’école normale supérieure, doit prendre un poste de professeur de philosophie pour subvenir à ses besoins et il le fait au lycée de Saint-Brieuc. Avant d’ouvrir ce dossier « état indiquant le service du personnel par semaine» de l’année 1933, je me suis dit que j’allais enfin trouver des traces de Ricoeur. Les enseignants de ce lycée sont assez peu nombreux, une douzaine en tout, et je me suis depuis le début de la consultation habitué à leur nom, à leur discipline.

indications sur Guy Robert, responsable SFIO des Côtes d'Armor

           Parmi les personnes, il y en a une qui m’intéresse aussi : il s’agit de Guy Robert, professeur de lettres, qui est par ailleurs un des responsables de la fédération socialiste des Côtes d’Armor. Il devient en 1934 le secrétaire fédéral jusqu’en 1938, date à laquelle il est muté à Paris. Il poursuit ensuite une carrière universitaire en soutenant une thèse en 1943 sur le roman de Zola «La Terre». En conséquence, chercher dans des liasses concernant le lycée de Saint-Brieuc sans trouver de mention de Ricoeur ne fut toutefois pas une perte de temps puisque cela m’a permis de trouver des renseignements sur Guy Robert. Les données que l’on trouve dans ce type de dossier sont souvent purement d’ordre administratif mais cela fournit aussi parfois également d’autres renseignements précieux.

                Mais pour le dossier concernant l’année 1933, rien à nouveau, aucune mention de Ricoeur ! Je suis revenu plusieurs fois, lisant ligne à ligne, espérant que j’ai pu la première fois ne pas trouver la mention du jeune philosophe. Mais non, aucun Ricoeur n’est indiqué. Pourtant il est là en creux : à la ligne concernant le professeur de philosophie, il y a un vide, aucun nom n’est mentionné. Je me remémore alors des pages lues précédemment où le proviseur se plaignait d’avoir du mal à trouver des enseignants qui souhaitent venir en province. Je me souviens aussi de ce document trouvé plusieurs mois  auparavant qui concerne Paul Nizan : il est muté au lycée de Quimper, et il renonce à venir dans cette ville, trop loin sans doute. Pour venir dans ce type d’endroit, il faut sans doute le vouloir comme par exemple Louis Poirier, alias Julien Gracq, qui demande à venir justement au lycée de Quimper pour enseigner l’histoire-géographie à la même période. Donc pour en revenir à Ricoeur, on comprend qu’il est venu au lycée Le Braz après que cet état de services ait été rempli. Donc pas de trace de lui, mais toutefois je n’ai pas l’impression d’avoir perdu mon temps : je connais maintenant son entourage durant son année d’enseignement, je peux aussi déduire qu’il a eu des liens avec Guy Robert, âgé de 26 ans alors que lui a tout juste 20 ans. Les deux ont d’ailleurs écrit dans le journal de la fédération socialiste sur la question des rapports entre le socialiste et le christianisme : est-ce la suite d’une discussion entre eux deux ? Là s’arrête le travail de l’historien, car on ne peut pas faire à outrance de telles spéculations. Je n’ai pas trouvé de traces de Ricoeur dans ces archives et pourtant le travail  de recherche continue !


Laisser un commentaire