Comment commence l’enquête? Le cas Lalouet

Le dossier du lieutenant Lalouet est conservé au SHD de Vincennes

J’avais annoncé dans le dernier billet que je parlerai d’un long article de Louis Lhévéder sur son voyage en Allemagne durant l’été 1939 juste avant la déclaration de guerre. Ce député socialiste du Morbihan était un des tenants de la ligne pacifisme au sein de la Sfio et son compte-rendu de voyage mérite une étude poussée, d’autant qu’il continue à avoir la même position idéologique après la défaite de 1940, ce qui l’amène à un soutien tacite du nouveau gouvernement. Mais je voudrais avant cela évoquer un autre militant sur lequel je m’apprête à trouver de nouveaux renseignements. Sa biographie dans le Maitron est assez courte, et pourtant je l’ai très souvent côtoyé dans les archives, dans des publications militantes, parfois aussi dans quelques livres, mais très souvent le portrait qui en ressort est contradictoire, parfois erroné, toujours imparfait. Ces lignes de l’écrivain et historien Paco Ignacio Taibo II que j’aime à citer lui vont à merveille :

« Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît çà et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie »[1]

Le point de départ 

Lalouet, Louis Jacques Marie François (1890-1953) a été maire d’une petite commune du Finistère en 1919, Le Huelgoat, puis adhère en 1920 au PCF, n’y reste que très peu de temps et retourne ensuite à la Sfio. Son mandat prend fin en 1925. La biographie du Maitron indique également qu’il a participé à la Première Guerre mondiale comme officier et qu’il a été blessé à plusieurs reprises durant ce conflit. Enfin il s’est engagé en 1940 malgré son âge et a été fait prisonnier en Allemagne.

C’est à peu près tout ce que sa notice rédigée par G.M.Thomas contient. Pas tout à fait un militant obscur, mais Lalouet ne semble pas avoir laissé suffisamment de traces pour en connaître davantage sur sa vie. On risque de l’oublier très vite et pourtant périodiquement il est revenu dans les documents que je consulte.

Les émeutes de 1935 

Je crois que la première fois que j’ai retrouvé sa trace, ce fut à propos des émeutes d’août 1935 à Brest. Lalouet est en effet l’avocat qui défend les ouvriers et les militants qui sont accusés de dégradation, donc je découvris par hasard qu’il était avocat. Un peu plus tard, j’appris qu’il s’était présenté aux élections municipales de Brest sur une liste d’union de la gauche non communiste. Appartient-il encore à cette date à la Sfio ? Je n’en sais rien. Je me souviens avoir tenté de retrouver des traces de sa famille, sans succès : quelques lettres envoyées un peu au hasard, mais aucune réponse ne m’est parvenue à l’époque.

Un microfilm où il apparaît 

Quelques temps plus tard, je l’ai retrouvé dans un microfilm des archives d’une loge maçonnique brestoise consultable aux archives municipales de la ville. Ce document précieux (est-ce lui qui l’a transmis ?), je l’ai consulté car de nombreux socialistes étaient franc-maçons et ces archives sont des comptes rendus des réunions ; il faut s’habituer aux abréviations, aux rituels, mais il y a souvent de très nombreuses et intéressantes informations, même si parfois je regrette d’avoir peu suivi mes cours de paléographie. Un jour, j’ai été jusqu’à la fin de la bobine, c’était à la fin d’une journée où à force de consulter des microfilms, on laisse filer la bobine un peu plus vite. Et là il y avait des tracts, des textes, une lettre ouverte, certains documents étaient signés d’un pseudonyme, d’autres portaient la signature de Lalouet ! Il appelait à la résistance dès 1940, une action de résistance totalement isolée, je me souviens avoir à ce moment admiré le panache de cet homme. Lalouet avait été franc-maçon, sans doute trouvait-on là l’origine de sa rupture avec le PCF, et il ne voulait pas baisser les bras devant la défaite, l’occupation, Vichy. J’ai alors  davantage cherché des renseignements sur lui, et là je ne trouvais que des données incomplètes et des contradictions.

Lalouet militant du PNB ?

Deux livres au moins le mentionnent comme étant durant l’entre-deux-guerres militant du Parti Nationaliste Breton ! Ce qui semble peu compatible avec le militant de gauche que je connaissais jusqu’à présent, mais il fallait donc creuser de ce côté. Je ne connais pas très bien l’histoire du mouvement nationaliste breton, j’ai donc cherché, mais je suis souvent resté sur ma faim. Il y avait du coup de nombreuses zones d’ombre, et surtout tout ce que je lisais n’offrait qu’un aspect du personnage, une facette qui entrait en opposition avec une autre. J’ai alors un peu laissé tomber l’itinéraire de Lalouet, mais souvent il me revenait en mémoire.

Lalouet au SHD 

Et puis il y a eu cette journée passée aux Archives de la Défense à Vincennes. J’avoue avoir eu du mal à me repérer dans ce type d’archives nouvelles pour moi, et je ne peux que remercier encore une fois ceux qui m’ont aidé à y trouver des références.

L’un des fonds que j’ai consulté ce jour-là contenait des lettres de militaires qui correspondaient avec des opposants à la guerre connus des autorités militaires, comme Pierre Monatte. Parmi les lettres, j’ai retrouvé des signatures connues, comme celle de Jean Cornec ou de sa future femme Josette Mazé, tous deux instituteurs opposés à la guerre. Et puis des lettres envoyées de Coëtquidan écrites par un certain Alfred Griot que j’ai découvert être en fait Alfred Rosmer. Enfin, j’ai retrouvé la signature d’un lieutenant : Jacques Lalouet ! Ses lettres sont clairement contre la guerre, il souhaitait en particulier organiser l’opposition minoritaire au sein de la Sfio.

Ce jour-là, je me suis dit que cela faisait trop longtemps que ce « mystérieux » militant était présent à la périphérie de ma recherche, qu’ il me fallait donc aborder de front le «cas» Lalouet.

 Et maintenant ?

Dans quelques jours je consulterai son dossier d’officier conservé au SHD de Vincennes, peut-être assez naïvement, je dois avouer que j’ai hâte. D’autant que j’ai découvert dans d’autres dossiers de ce type qu’il n’est pas rare d’y trouver des documents portant également sur la Seconde Guerre mondiale. Ce sera la première étape pour reprendre tout à zéro ! C’est comme ça que l’enquête va commencer sur le cas Lalouet. J’essayerai de vous tenir au courant



[1] Paco Ignacio Taibo II, De Passage, Paris, Métaillé, 1995, p.43


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire