«Un courant d’air démocratique»: le Front populaire et l’épuration des fonctionnaires

La récente nomination de nouveaux recteurs par le ministre de l’éducation Vincent Peillon a été l’occasion pour l’un des évincés de s’étonner avec fracas qu’il soit remplacé. Dans une lettre qu’il destinait aux personnels de l’académie de Lyon, Roland Debbasch manie avec peu d’élégance des arguments historiques expliquant qu’ « aussi étrange que cela puisse paraître, c’est la première fois depuis l’épuration consécutive à la Libération de la France, en 1944, qu’un recteur de l’académie de Lyon est relevé de ses fonctions à la suite d’un changement de gouvernement »[1]. S’il est exact que son prédécesseur de 1944, l’historien André Gain, a été remplacé à la Libération pour maréchalisme avéré, l’ancien recteur Debbasch semble oublié que son prédécesseur avait lui-même été remplacé pour des raisons politiques, bien que cela ne se soit pas fait à la suite d’un changement de gouvernement (voir cet article de Libération). Surtout le raccourci historique a une autre fonction : laisser sous-entendre que le gouvernement actuel outrepasse ses droits en faisant référence à une période sombre de notre histoire. S’il ne m’appartient pas de juger l’argumentation de l’ancien recteur, on peut toutefois constater que la question de l’ « épuration » des fonctionnaires a été posée dans un autre épisode historique, celui du Front populaire.

Le Front populaire et l’épuration des administrations

la question de l’ épuration des fonctionnaires est abordé dans cette brochure

Arrivée au pouvoir en 1936, la coalition de gauche doit prendre les rênes du pouvoir  alors que de nombreux hauts fonctionnaires, responsables militaires et importants commis de l’Etat sont très hostiles aux idées de la gauche et peu déterminés à défendre les institutions démocratiques. Il faut donc pour le gouvernement Blum se poser la question de l’épuration, qui prend son sens de procéder à l’élimination d’éléments indésirables dans une société ou un groupe durant la Révolution française, tout en s’inscrivant dans une continuité de l’Etat démocratique.

Une brochure rédigée en 1937 pour dresser un premier bilan de l’action du gouvernement de Front populaire aborde sans ambages la question .Tout d’abord il ne faut pas exagérer l’action du pouvoir de gauche dans ce domaine :

« Épuration, c’est peut-être la formule qui fut populaire. Mais elle est en partie impropre, surtout si on l’entend dans son sens le plus rigide. Quelques esprits furent enclins à se figurer qu’on allait assister à un véritable massacre de fonctionnaires de tous les ordres et de tous les grades »[2]

Et s’il est nécessaire de se débarrasser de ceux qui ne feraient pas preuve d’un « loyalisme indispensable vis-à-vis des institutions républicaines », il faut faire attention dans ce domaine à ne pas prendre des décisions arbitraires, mais quelques mesures s’imposent selon le Front populaire:

« Des mesures importantes ont été prises et sont  renouvelées de temps en temps pour faire passer à tous les degrés des administrations un courant d’air démocratique qui doit assainir l’atmosphère(…) l’œuvre d’épuration, de démocratisation des grandes administrations, pour aussi nécessaire qu’elle soit, ne saurait être l’œuvre d’un jour, ni de quelques mois. »[3]

La confrontation de deux mondes politiques

Pour mettre en place sa politique, et résister aux tentations autoritaires de l’époque, le gouvernement de Léon Blum a donc cherché à placer à la tête des administrations des personnalités respectueuses des institutions démocratiques et aptes à promouvoir la politique mise en place. Une telle pratique a pu rencontrer de nombreuses résistances. On peut le voir en particulier dans les archives militaires où les orientations du nouveau gouvernement ne sont pas très appréciés. Cela entraîne une confrontation de deux cultures que tout semble opposé. On peut en particulier le voir dans le compte rendu d’une visite du nouveau ministre de la marine, François Blancho à Brest en octobre 1936. Un rapport destiné à l’État-major s’étonne des pratiques qui ont eu cours lors de cette visite officielle : on s’offusque de voir des ouvriers accueillir les officiels en levant le poing et en chantant l’Internationale. Surtout l’attitude de l’ordonnance du ministre est condamnée en ces termes :

« C’est alors qu’on voit le lieutenant de vaisseau d’ordonnance de M.Blancho qui, en tenue civile, accompagne son chef, lever le poing à l’invitation de celui-ci.»[4]

Cet exemple nous illustre la difficulté que ces deux « mondes » – les responsables politiques de gauche d’un côté, l’État-major de l’autre –  ont à se comprendre à la fin des années Trente. Il est d’ailleurs intéressant d’un point de vue historique de chercher à analyser la confrontation du milieu de l’armée et du milieu de gauche lors du Front populaire. C’est un aspect de ma recherche en cours. Il est plus étonnant de voir qu’aujourd’hui, des dizaines d’années plus tard,certains hauts fonctionnaires semblent encore avoir du mal à respecter et comprendre l’alternance politique, signe s’il en est d’une vitalité de notre République.



[1] Lettre de M.Debbasch aux personnels de l’académie de Lyon, 28 septembre 2012.

[2] Le Gouvernement à direction socialiste, ses réalisation, sa politique, 1937, 93 p., p.80.

[3] Op.cit., p.81.

[4] SHD Vincennes, archives de la Marine, 1BB2


Laisser un commentaire