De la sociabilité militante en temps de guerre

Comment étudier la sociabilité militante? DR

J’ai relevé il y a quelques jours dans le journal qu’Yves Le Febvre a écrit durant la Première Guerre mondiale un extrait qui m’incite à me pencher plus en avant sur un élément important d’enquête. Le Febvre n’est plus à cette période militant socialiste, mais il garde de nombreux contacts avec des militants et continue à affirmer son adhésion à des idées de gauche. Il rend compte dans un carnet quotidien de la guerre et de son impact sur la vie à l’arrière en Bretagne. Certains de ses commentaires sont d’ailleurs publiés dans sa revue La Pensée bretonne , lieu de rencontre et d’échanges entre intellectuels bretonnants et sympathisants de gauche, qui donne de précieux renseignements sur le milieu partisan socialiste dans ces années de guerre.

En janvier 1915, Yves Le Febvre relate cet épisode :

« Un soldat écrit à sa famille […] qu’il est si fatigué, si triste, si seul qu’il voudrait bien être mort. Il n’a plus aucune connaissance, aucun ami, tous sont morts ou blessés. Il est le seul de sa commune, de son canton et il ne sait pas comment il est encore en vie. »[1]

Il y a bien sûr dans ce passage la relation d’un cri de détresse d’un combattant, c’est peut-être d’ailleurs ce qui m’a intéressé à la première lecture. Mais très vite, une autre question est venue. On peut  voir en effet dans ce texte que les soldats de la Grande Guerre avaient besoin pour tenir au combat d’avoir des relations proches avec des amis , des voisins, des connaissances. Il y a toujours la possibilité de se construire un groupe affinitaire au fur et à mesure de la mobilisation et des années de combat, mais on peut voir ici que la constitution d’un groupe préexistait souvent à l’incorporation dans l’armée. C’était d’ailleurs, peut-être, un préalable à une bonne dynamique de groupe dans les premiers mois de la guerre. Dans ce cas précis, le soldat évoqué n’a plus d’amis proches ou de personnes originaires de son village, ce qui entraîne un sentiment de déréliction et d’abattement.

Autorité et sociabilité militante

Il m’a paru en conséquence important de chercher à comprendre et  de tenter de reconstituer la sociabilité des combattants durant la Grande Guerre. Cela a bien sûr était déjà entrepris dans de nombreux travaux historiques, mais j’essaye d’y ajouter une dimension : les soldats qui font l’objet de mon étude ont en plus la particularité d’avoir des militants socialistes, c’est-à-dire qu’ils appartiennent à une autre forme de sociabilité préexistante à 1914, une sociabilité militante qui obéit à des principes, à des relations (entre simples militants, responsables de sections, ou responsables fédéraux voire nationaux) qui peuvent reposer sur un sentiment de fraternité, d’égalité ( en faisant groupe avec des semblables qui sont également adhérents à la Sfio) mais aussi sur des liens de hiérarchie. Il paraît en effet évident que des militants socialistes mobilisés entretiennent durant le conflit des liens forts – qu’il faut pourtant mettre en évidence et être capable de mesurer ou de restituer – reposant sur des configurations multiples. Ainsi des responsables fédéraux, eux-mêmes mobilisés, disposent d’un capital militant qui peut leur fournir une ascendance sur des soldats militants qui concurrence l’autorité basée sur la hiérarchie militaire.

Pour essayer de mieux saisir ce phénomène, j’utilise plus particulièrement deux ressources, utiles «béquilles » dans cette partie de ma réflexion. Tout d’abord, la récente étude d’ Emmanuel Saint-Fuscien qui analyse justement la relation d’autorité au sein de l’armée française[2] . Ensuite, les travaux en sciences sociales qui portent sur l ‘analyse des sociabilités militantes[3].

Comme un besoin de théorie

S’occuper de ces configurations entre soldats et militants socialistes oblige à passer  à l’abstraction et à la construction d’objets, passer des archives à des travaux théoriques en changeant sans cesse de point de vue et de focale. C’est aussi surtout sortir des rivages connus pour s’aventurer dans des domaines de recherche que je ne maîtrise pas, ou alors avec peine. Ce n’est bien sûr pas la première fois, et plusieurs auteurs en sciences sociales forment déjà un halo de références accompagnant ma recherche en cours que je me suis approprié peu à peu. La sortie récente du coffret en trois volumes Faire des sciences sociales[4] offre de nouvelles perspectives intéressantes, comme dans l’étude de P.Urfalino « La décision des collectifs »[5] qui fournit un cadre théorique roboratif pour l’étude des groupes que j’évoquais au début de ce billet.

Mais à quoi sert ce carnet ?

Enfin à plusieurs reprises ces jours-ci, la question de l’utilité de ce carnet s’est posée. Je me rends compte que la forme – un carnet de recherche en ligne – et  l’objet – accompagner la rédaction d’une thèse d’histoire – peuvent susciter des interrogations ou des commentaires. Je vais y réfléchir dans les prochains jours, là encore en combinant pratiques et théorie et en essayant d’apporter quelques remarques intéressantes dans de prochaines contributions. Peut-être que pour commencer à y réfléchir cette citation de John R. Searle fera l’affaire :

« Par exemple, qu’un objet  ait une certaine masse : voilà qui est une caractéristique intrinsèque de l’objet. Si nous mourions tous, il continuerait d’avoir cette masse. Mais que ce même objet soit une baignoire, voilà qui n’est pas une caractéristique intrinsèque ; elle n’existe que relativement aux utilisateurs et aux observateurs qui lui attribuent la fonction de baignoire. » [6]



[1] Y.Le Febvre, Journal de guerre, 1914-1918, YLF44 M170, CRBC (Brest)

[2] E.Saint-Fuscien, A vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre, Paris, éditions Ehess, 2011.

[3] Je me sers en particulier du Dictionnaire des mouvements sociaux, sous la direction d’O.Filieule, L.Mathieu, C.Péchu, Paris, Presses de Sciences Po., 2009.

[4] Faire des sciences sociales, trois tomes (Critiquer/ Comparer / Généraliser), éditions de l’Ehess, 2012.

[5] P.Urfalino « La décision des collectifs » in E.Désveaux, M.de Fornel ( s.d.) Faire des sciences sociales, Généraliser, éditions de l’Ehess, 2012, pp178-208 . On peut retrouver cet article en ligne.

[6] J.R. Searle, La redécouverte de l’esprit, Paris, Gallimard, 1992, p.15.


Laisser un commentaire