« Quand quelqu’un frappe à la porte »: la mairie socialiste de Landerneau et les réfugiés espagnols (1937-1939)

Si le gouvernement du Front populaire ne s’engage pas véritablement dans la guerre d’Espagne qui divise ce pays entre partisans du Frente populare et nationalistes réunis autour de Franco, le conflit a toutefois des conséquences nombreuses sur la vie politique nationale et locale en France. Ce fut tout d’abord un point de division important entre la gauche et la droite, mais aussi entre les différentes composantes du Front populaire. De plus, des milliers de réfugiés sont accueillis dans les départements proches de la frontière, mais aussi plus largement dans toutes les régions françaises. La présence de ces réfugiés, rendant plus concrète les horreurs de cette guerre civile, a suscité des réactions contrastées, de l’hostilité affirmée à l’expression d’une solidarité toujours plus chaleureuse. Même dans un département aussi éloigné de l’Espagne que le Finistère des réfugiés sont accueillis entre 1937 et 1939. Quelques sources[1] permettent ainsi  de reconstituer l’histoire de ces Espagnols accueillis dans la petite ville de Landerneau dirigée dans les années Trente par le socialiste Jean-Louis Rolland.

L’accueil des réfugiés

"Pour les gosses d'Espagne" Le Breton socialiste, 5 juin 1937
« Pour les gosses d’Espagne » Le Breton socialiste, 5 juin 1937

Landerneau connaît deux vagues d’arrivée de réfugiés espagnols en juin 1937 puis en février 1939. Cela correspond à deux offensives des nationalistes : la première est la résultant de l’offensive franquiste sur le pays basque et les Asturies, la seconde coïncide avec l’attaque générale de la Catalogne. Les premiers arrivants de 1937 sont hébergés dans deux locaux appartenant à la ville. Près de 150 réfugiés sont sous la responsabilité de la mairie socialiste, ce qui dépasse de très loin les capacités d’accueil de la petite commune. Une solution transitoire est trouvée lorsque le maire décide de les recevoir dans la colonie de vacances du Quelern dans la presqu’île de Crozon, que la ville loue pour ses œuvres de bienfaisance. Mais là aussi les places manquent. C’est le préfet du département qui gère la répartition des réfugiés dans les communes du Finistère : 1700 réfugiés doivent être accueillis dans le département. Mais cette mission est délicate car de nombreux maires refusent tout net de recevoir des réfugiés. Du coup, ce sont les mairies qui acceptent qui doivent de plus gérer le flux de réfugiés supplémentaires. Plusieurs édiles conservateurs ont ainsi mis leur démission dans la balance pour ne pas suivre les ordres du préfet. Une campagne de presse se développe d’ailleurs dans les journaux de droite : les Espagnols seraient des fauteurs de troubles, des combattants armés, pire encore des « fils de rouges » ou des vecteurs de maladie. Il ne faut pas recevoir en France ces Espagnols affublés de tous les défauts selon eux.

Les premiers réfugiés de Landerneau sont rapatriés au début de l’année 1938, ils sont donc restés près de six mois à la charge de la commune. Mais en février 1939, un second exode a lieu, avec encore plus de réfugiés. La commune doit accueillir cette fois-ci 200 Espagnols. Leur présence est plus longue puisque dans les premiers temps de la guerre qui début en septembre 1939, on peut découvrir dans les archives qu’ils sont encore présents dans la commune. Mais ensuite on perd leur trace.

Tentative de portrait collectif des réfugiés

C’est le préfet du Finistère qui apporte une première réponse :

«  Je vous confirme qu’il s’agit de malheureux, femmes et enfants, victimes depuis plus d’un an des atrocités de la guerre civile. »[2]

Mais la presse xénophobe et hostile au Front populaire affirme au contraire que ce sont des hommes en âge de combattre, des soldats dangereux, des communistes armés qui risquent d’exporter la guerre civile en France. On possède pourtant, grâce aux archives communales, des données statistiques qui contredisent ces affirmations.

On ne trouve que des femmes et des enfants, souvent d’ailleurs ce sont des familles. Il y a aussi quelques femmes âgées. Il n’y a aucun homme en âge de se battre, l’enfant de sexe masculin le plus vieux ayant 12 ans. Ils sont auscultés de près par une équipe médicale mais on ne décèle aucune carence ou maladie. Ce n’est pas le cas en 1939 où les nouveaux réfugiés accueillis sont dépourvus de tout, souffrent de plusieurs maladies comme la gale. Plusieurs actions sont menés afin de les occuper dans la journée, on tente même de reconstituer des activités scolaires pour les enfants.

Quelles réactions dans la population ?

C’est l’Etat qui prend en charge l’accueil des réfugiés. Des indemnités sont allouées et elles sont à Landerneau gérées par la caisse des écoles qui procure également les locaux d’accueil. Là encore, la presse réactionnaire se déchaine et affirme que les Espagnols ont droit à davantage d’aides que les Bretons de pure souche. Mais les signes de solidarité sont aussi très présents : la mairie lance des appels à des dons qui sont entendus : des vêtements chauds sont récupérés, des dons de toute nature également surtout de la nourriture. Les organisations syndicales prennent en charge également des réfugiés et 11 familles landernéennes se proposent pour accueillir chez elles des réfugiés.

Le maire Jean-Louis Rolland fait tout son possible pour gérer l’afflux de ces Espagnols dans sa commune. Il apporte personnellement son aide et s’oppose surtout au discours xénophobe de la droite. Bien que pacifiste et hostile à une intervention de la France dans ce conflit, il aide au mieux fidèle en cela à ses convictions humanistes. C’est aussi le cas lorsqu’il faut accueillir d’autres réfugiés comme des Juifs d’Allemagne : on retrouve en effet dans les archives de nombreuses lettres dont lesquelles il demande à l’Etat d’accepter la présence de ces réfugiés. Sans doute y avait-il profondément ancré chez ce maire socialiste l’idée de générosité et la volonté d’aider au mieux ses semblables. On peut même penser qu’un sentiment de dette était présent. En effet, comme l’écrit Jean-Pierre Vernant :

« Le sentiment de dette demeure néanmoins chez un grand nombre de gens, sous des formes variées. Germaine Tillion avait raison de dire récemment, lors d’une émission télévisée, que lorsque quelqu’un frappe à la porte, il y a ceux qui ouvrent et ceux qui n’ouvrent pas. Celui qui ouvre, c’est celui qui se sait en dette. »[3]


[1] La plupart des informations mentionnées ici proviennent des archives municipales de Landerneau, série 2I2, réfugiés espagnols, 1937-1939.

[2] Lettre du préfet aux maires du département, 4 août 1937.

[3] J.P.Vernant, Entre mythe et politique, Paris, Seuil, collection points, p.628.


Laisser un commentaire