Comment déchiffrer un espace blanc?

Après plusieurs mois de silence ici, c’est le moment de reprendre le fil d’une narration entreprise depuis un assez long moment déjà. C ‘était le but premier de la tenue de ce carnet: montrer une recherche en train de se faire, soulever en quelque sorte le capot pour essayer d’y voir plus clair, s’arrêter peut-être davantage sur les copeaux de ce que l’on peut trouver lorsqu’on chemine dans les archives, regarder l’échafaudage plutôt que le bâtiment qui est en construction.

explorer d'autres horizons dans la recherche en cours. Photo DR
explorer d’autres horizons dans la recherche en cours. Photo DR

S’interroger sur les formes de narration en histoire aussi. Pour cela, les travaux de Carlo Ginzburg sont de merveilleux guides. J’ai d’ailleurs emprunté le titre de ce billet à un de ces articles, « déchiffrer  un espace blanc » paru dans Rapports de force[1]. L’historien s’interroge sur la signification d’un espace blanc laissé par Flaubert dans L’éducation sentimentale, et passant de Proust à Marc Bloch, il étudie les formes narratives de l’Histoire.Pour Ginzburg, il est important:

« de bien comprendre que les interrogations de l’historien sont toujours formulées, directement ou indirectement, en des formes narratives (le pluriel est important). Ces narrations provisoires délimitent un champ de possibilités, qui seront souvent modifiées, voire totalement écartées, au cours du processus de recherche. On peut comparer ces narrations à des instances médiatrices entre interrogations et sources, lesquelles influencent profondément (même si nullement de manière exclusive) la manière dont les données sont recueillies, éliminées, interprétées, et, pour finir, incorporées à une narration. [2]»

C’est là, je crois, une très bonne explication de ce en quoi l’écriture sur un carnet de recherches en ligne peut apporter dans le processus de la recherche en train de se faire. Comme souvent pour les écrits de Carlo Ginzburg, il faut peut-être lire et relire ce qu’il écrit, pour bien en saisir la teneur et la portée. Souvent en effet, il semble s’écarter d’un chemin rapidement tracé pour ensuite entraîner le lecteur dans des méandres pas toujours faciles à suivre. Mais parallèlement, on peut découvrir une pensée très éclairante sur l’histoire et sa pratique.  Sans doute aussi que la pratique d’une histoire numérique complexifie encore les formes narratives de cette discipline, mais pour les enrichir. Alors il faut continuer à poser quelques jalons ici. Parce que aussi précise également Ginzburg « la projection du désir, sans laquelle nul ne s’adonnerait à la recherche, n’est pas incompatible avec les démentis infligés par le principe de réalité. [3]»

Donc pour déchiffrer un espace blanc, il faut d’abord le créer.

Et ensuite partir vers d’autres chemins a priori éloignés du principal sujet de recherche, mais ce n’est peut-être pas vraiment le cas. À suivre dans les prochains jours.


[1] Carlo Ginzburg, «  Déchiffrer un espace blanc » in Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », 2000, pp. 87-97.

[2] Carlo Ginzburg, op.cit., p.95.

[3] Carlo Ginzburg, op.cit., p34.


Laisser un commentaire