«Front fuyant, yeux châtains, nez moyen» : le carnet B du Morbihan en 1914

En août 1914, l’ensemble du mouvement ouvrier en France, aussi bien les militants politiques que les syndicalistes, adhèrent à l’Union sacrée pour défendre le territoire contre l’Allemagne que l’on identifie alors sans nuance à l’agresseur. Ce ralliement entraîne l’annulation des mesures de répression qui avaient été envisagées contre les militants ouvriers. Ces derniers avaient été identifiés et fichés depuis quelques années dans un document que l’on retrouve dans chaque département : le fameux carnet B, qui reste en fonction dans l’entre-deux-guerres, donne le signalement de tous les individus que l’on considère comme dangereux en cas de mobilisation. Avant 1914, ce sont avant tout les pacifistes et les antimilitaristes que l’on répertorie ainsi dans ce document et les autorités préfectorales le mettent à jour avec sérieux. Il n’est toutefois pas aisé de caractériser ce qui peut a priori faire que l’on considère tel ou tel militant comme dangereux en temps de guerre. Ce sont avant tout les anarchistes qui sont scrupuleusement indiqués dans ces registres, mais on y trouve également bon nombre de militants socialistes, des syndicalistes ou d’autres personnes actives dans ces milieux comme les habitués des bourses du travail. Les départements du Finistère et du Morbihan, à cause de la présence militaire à Brest et à Lorient, sont des territoires où les autorités accordent une grande importance au fichage des personnes suspectes.

L’historien Jean-Jacques Becker a été le premier à étudier ce sujet, en particulier en menant une étude poussée du carnet B dans le Finistère[1]. Par ailleurs, selon ses calculs et avec l’aide des archives départementales, il avait établi une liste de 17 départements dans lesquels on avait gardé des archives sur ce fichage des militants. Outre le Finistère, le département des Côtes d’Armor dispose d’une documentation sur le carnet, mais il ne reste aucune trace dans l’Ille-et-Vilaine. Quant au Morbihan, l’historien précisait alors :

« Dans 6 départements, les dossiers ont été détruits, au moment de l’approche des Allemands en 1914 ou en 1940, ou accidentellement : Aisne, Ardennes, Loiret, Morbihan, Nord, Seine-et-Marne. [2]»

Mais au moment où Becker mène sa recherche, il y a dans les archives de nombreux documents qui ne sont pas classés. Contrairement à ce que l’on pensait à l’époque, on dispose aujourd’hui d’une liasse dans le Morbihan qui se révèle contenir ce fameux carnet B pour la période de la Grande Guerre[3].

Je souhaite donc, dans une série de billets à venir, m’arrêter plus longuement sur le fichage des suspects en Bretagne au moment de la déclaration de guerre : qui sont les militants mentionnés ? Quel est le motif de leur inscription ? Sont-ils anarchistes, socialistes, ou syndicalistes ? Voici quelques questions que j’essayerai de traiter dans les billets suivants. Cela permettra d’apporter des éléments de réponse à l’adhésion ou non des militants ouvriers  à l’Union sacrée.

les délégués au 1er congrès des jeunesses syndicalistes de l'Ouest, 1912. (photo DR)
les délégués au 1er congrès des jeunesses syndicalistes de l’Ouest, 1912. (photo DR)

 En ce qui concerne le carnet B du Morbihan, le document que l’on peut consulter semble dater de 1911. Il y a 35 noms indiqués, et beaucoup viennent de Lorient. Pourtant, on peut également trouver des traces antérieures d’autres types de fichage. Ainsi, en 1909 un socialiste, Jean-Marie Baco est listé comme suspect : « C’est un personnage très remuant qui fait beaucoup parler de lui.[4]»

Pourtant dans le document de 1911, il n’apparaît plus dans la liste, ce qui indique sans doute que les militants de la SFIO sont moins perçus comme dangereux à ce moment-là. Mais ce n’est pas tout, on dispose aussi d’une précieuse mise à jour datant du 28 juillet 1914 : onze noms sont inscrits, mais un est à nouveau barré. A cette liste bien plus courte, deux noms ont été ensuite rajoutés. Il ne reste donc plus que douze suspects inscrits au carnet B avant le déclenchement du conflit. Parmi eux, un charpentier de l’arsenal de Lorient : Jean Michel Ihuel qui sera le sujet du prochain billet.


[1] Jean-Jacques Becker, Le carnet B. Les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Paris, éditions Klincksieck, 1973.

[2] Jean-Jacques Becker, op.cit., p.208.

[3] Archives Départementales du Morbihan, M1773 : personnages suspects, guerre 14-18.

[4] Fiche signalétique de Jean-Marie Baco, 1909, AD Morbihan, M1773.


Laisser un commentaire