« C’est avec une profonde affliction »

En cherchant une information sur Victor Pengam, un militant ouvrier brestois inscrit au carnet B, en lien avec la série débutée dans le précédent billet, je suis tombé sur cette petite annonce :

« C’est avec une profonde affliction que nous avons appris la mort, à l’âge de 20 ans, du sous-lieutenant Julien Léon, du 23e colonial, tué dans un des derniers combats. Il était le fils de notre sympathique camarade Julien, instituteur, adjudant mobilisé au 68e d’artillerie au front. En cette douloureuse circonstance, la section de Saint-Pierre adresse au militant Julien, à son épouse et à ses enfants, l’expression de ses plus sincères condoléances »

Ce petit article est paru le 23 novembre 1918 dans le Cri du Peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère. Au moment où les militants lisent ces lignes, la Grande Guerre est terminée depuis quelques jours. Pourtant, on apprend encore la mort au combat de certains soldats. Jean Julien, le père du sous-lieutenant, est un instituteur que j’ai plusieurs fois rencontré dans mon parcours de recherche. Jeune enseignant, il a  été en poste à Landerneau. Il a exercé une grande influence sur un de ses élèves, Jean-Louis Rolland – plusieurs fois évoqué dans ce carnet de recherches – qui devient plus tard maire socialiste de cette ville et député du Front populaire. Lui-même fut par la suite un responsable actif de la fédération finistérienne. Il a droit à une notice biographique assez conséquente dans le Maitron, mais celle-ci ne mentionne pas son parcours durant la Première Guerre mondiale. Né en 1874, il est en conséquence relativement âgé durant ces années, mais l’article nous apprend qu’il a toutefois été mobilisé. J’ai repéré depuis sa fiche matricule conservée aux Archives départementales du Finistère. Il doit y avoir également un dossier sur son parcours professionnel qui permettra aussi de reconstituer son engagement durant la guerre. Ce sera la première piste de recherche qu’il faudra suivre. Et puis, il y a surtout ici la mort de son fils, le deuil et le traumatisme que l’on peut imaginer, d’autant que Léon est décédé dans les derniers jours du conflit. En cherchant sur le site Mémoire des hommes, on découvre en effet qu’il est mort le 29 octobre 1918 dans les Ardennes. Né le 15 décembre 1898, il n’a donc pas eu le temps d’avoir 20 ans. Comme pour tout officier, il doit rester un dossier individuel le concernant conservé aujourd’hui au SHD de Vincennes. Ce sera donc la seconde piste de recherche. J’ai déjà  relaté  à quelques reprises  le deuil des soldats morts au combat. Ce fut le cas dans ce billet évoquant les réactions d’Yves Le Febvre lors des funérailles d’un jeune militant socialiste de Morlaix. L’histoire de Jean et Léon Julien a également quelques similitudes avec le cas d’André Durkheim et de son père Émile.

Jean Julien, 1934, DR
Jean Julien, 1934, DR

Dans l’entre-deux-guerres, Jean Julien est un militant important de la SFIO dans la région brestoise. La dernière piste de recherche sera donc de tenter d’étudier la mémoire personnelle de la guerre qu’il a pu exprimer dans son parcours militant. Cette tragédie a laissé des traces, il faudra donc les retrouver. « Alors cette recherche ça avance ? » me demande-t-on parfois avec d’autres mots suspendus comme «Dis, tu en mets du temps…» Peut-être pas assez rapidement, mais oui ça avance.


Laisser un commentaire