Le goût de l’archive

Des historien(ne)s comme Arlette Farge ou encore Philippe Artières ont pu évoquer le  » choc physique » qu’entraîne parfois la lecture des archives. Après plusieurs feuillets lus, après de longues prospections dans des cotes qu’il n’est pas toujours aisé de comprendre, après la fatigue des yeux à force de lire le même type de document ou à force de tourner la molette de la machine à microfilms, il arrive qu’on tombe sur une indication, une lettre ou le compte rendu qui en un instant fait disparaître l’ennui et la fatigue.

Je suis ainsi tombé « par hasard » dans les archives d’ Yves Le Febvre consultées il y a quelques mois sur un brouillon d’article écrit par Jean Jaurès lorsqu’il est venu effectuer une tournée de propagande dans le département du Finistère aux alentours des années 1900. Hébergé chez Le Febvre, qui est à l’époque un des militants les plus entreprenants dans la construction du socialisme en Bretagne, Jaurès a dû écrire ce brouillon puis l’oublier ensuite. Ce sont juste quelques lignes, quelques phrases, le tout est interrompu en plein milieu de phrase. Il n’y a là rien de bien utile a priori pour l’historien. A part peut-être l’essentiel : l’émotion à lire et relire quelques mots écrits par celui qui allait devenir un grand leader socialiste. Et puis il y a aussi la teneur de ces mots, qui nous « parle » bien davantage après l’assassinat de Jaurès. Ces lignes évoquent en effet la guerre et la paix. La dernière phrase en suspension prend tout à coup une autre dimension :

« Petite république, Paris

La Paix nous n’avons jamais désespéré de la paix et nous avons indiqué aux lecteurs les raisons de notre optimisme les raisons confirment no » ; la phrase s’arrête là en plein milieu d’un mot. Comment ne pas penser , par une juxtaposition des années, par une collision des évènements à ce qui se passe en juillet 1914?

Les archives d’ Yves le Febvre sont conservées au CRBC de l’UBO de Brest.


Laisser un commentaire