Agir pour la paix dans les années 30

La première fonction de ce carnet de recherche était d’aider à la réalisation de la thèse. Celle-ci étant toujours en cours de rédaction – eh oui !-  il est donc logique de poursuivre la publication de billets. Deux formes d’écriture bien différentes tracent le chemin de la recherche menée : l’une est organisée, plus difficile à manier, assortie d’un appareil critique parfois lourd à mettre en place et souvent « contrôlée » ; l’autre, pratiquée ici, n’en est pas une version édulcorée mais une forme plus libre qui permet bien souvent à la première écriture d’aboutir aux résultats attendus. Peut-être qu’après tout, la thèse sera un peu comme le palimpseste du carnet lorsque les deux seront terminés. Quoi qu’il en soit, j’envisage d’aborder à présent dans plusieurs billets consécutifs la question du pacifisme dans les années 30, ou plus exactement de suivre des hypothèses concernant les liens entre le pacifisme socialiste durant cette période et la mémoire de la Première Guerre mondiale : les relations entre ces deux objets d’étude semblent aller de soi, mais j’ai de nombreuses interrogations cependant à ce propos. Derrière le constat premier que de l’expérience de la guerre découle le pacifisme, il me semble que se cachent plusieurs aspects qui méritent qu’on s’y arrête. Afin d’avancer dans la recherche, plusieurs thèmes seront évoqués dans les jours prochains :

Extrait de l'Almanach populaire de laSFIO, 1938.
Extrait de l’Almanach populaire de laSFIO, 1938.

Le prochain billet aura le mérite de faire la transition avec un sujet d’étude qui m’a beaucoup occupé dans les mois précédents : le 30 juillet 1939 les principales organisations de gauche commémorent le 25e anniversaire de la disparition de Jaurès. L’hommage se fait en ordre dispersé car socialistes et communistes organisent deux manifestations distinctes. Du côté de la SFIO, la commémoration se place sous le signe de la paix : il s’agira donc dans ce billet «Jaurès, la SFIO et le camp de la paix à la veille de la Seconde Guerre mondiale» de comprendre pourquoi le leader socialiste disparu en 1914 est encore une référence déterminante et comment le contexte particulier de l’été 1939 donne à cette commémoration une signification particulière qui mérite d’être étudiée. Ce rassemblement est en outre l’occasion de faire le point sur le camp de la paix à gauche, puisque de très nombreuses organisations se sont jointes aux socialistes. Enfin, l’hommage rendu au Panthéon à Jaurès ne devra pas faire oublier que mon sujet de recherche porte sur l’espace breton : aussi, je verrai l’importance que le grand orateur a pour les militants socialistes de la Bretagne lors de cette commémoration.

Le second billet, plus historiographique, s’appuiera sur la récente étude de l’historien Norman Ingram, «  Pacifism, The Fascit Temptation, and the Ligue des droits de l’homme » publiée dans le livre dirigé par Samuel Kalman et Sean Kennedy, The French Right between the Wars[1]. Spécialiste du pacifisme français de l’entre-deux-guerres, l’auteur, en portant un jugement sur l’historiographie française qui a peu abordé cette question selon lui, aborde la question de l’omniprésence du pacifisme dans la France de l’entre-deux-guerres. Il montre également en quoi cela a eu pour conséquence de rendre plusieurs organisations perméables à l’attraction du fascisme. Dans «Du pacifisme nouveau style au fascisme ? La gauche et la paix » j’essayerai de rendre compte du travail de Norman Ingram, tout en m’arrêtant sur la question de savoir comment on peut étudier localement la Ligue des droits de l’homme durant cette période puisque cette organisation était très liée, en Bretagne comme dans le reste du pays, à la sphère militante socialiste. Le troisième billet, « Les femmes socialistes en Bretagne et la paix » aura pour ambition de rendre compte de l’action pacifiste des militantes intégrées au milieu partisan socialiste, voire davantage puisque je partirai de l’itinéraire de Josette Cornec, une institutrice syndicaliste du Finistère dont l’action militante fut importante pour l’ensemble du mouvement ouvrier de ce département et au-delà. Puisqu’elle était déjà pacifiste durant la Première Guerre mondiale, son parcours permettra d’aborder les continuités et les ruptures de l’idée pacifiste de 1914 jusqu’aux années Trente. Enfin, cela permettra de porter le regard sur les militantes socialistes en Bretagne. Le billet suivant portera, quant à lui, sur une des tendances de la SFIO qui apparaît à la fin des années Trente autour de la revue « Agir ». Rassemblant les partisans de la fermeté face aux dictatures fascistes, cette tendance critique le pacifisme des autres militants tout en proposant un renouvellement du corpus idéologique du parti, ainsi que des pratiques militantes. Parmi les dirigeants de ce courant, on trouve un socialiste breton, le député Tanguy-Prigent, ce qui impliquera que j’essaye de situer cette tendance dans le mouvement socialiste de la région : c’est pourquoi le titre de ce billet sera «L’implantation locale d’un courant socialiste à la fin des années Trente : l’exemple d’Agir ». L’étude suivante trouve son origine dans la lecture récente d’un article de l’historien Michel Dreyfus, «Un historien et ses doutes », paru le dernier numéro de la revue Communications où il revient sur la réalisation et l’écho de son livre L’Antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours[2]. L’auteur souligne ainsi dans son article que cet objet d’étude a trop souvent été négligé dans l’étude historique du mouvement ouvrier. Du coup, j’essayerai d’apporter quelques éléments à ce sujet dans « Pacifisme et… antisémitisme au sein de la SFIO ? Une exploration des sources locales »

Ces différents sujets de billets serviront de point de départ à un article final plus synthétique sur « Aveuglés par la Grande Guerre ? Socialistes et pacifistes à la fin des années Trente » Comme toujours ici, c’est un programme de recherche prévu, mais cela pourra très bien être modifié en cours de route. Faire un pas de côté, ou même faire une pause : c’est autant de plaisir qu’on peut se permettre dans le carnet de recherche, peut-être moins dans l’écriture de la thèse.


[1] Samuel Kalman et Sean Kennedy (dir.) The French Right between the Wars. Political and Intellectual Movements from Conservatism to Fascism, Berghahn, New York – Oxford, 2014.

[2] Michel Dreyfus, L’Antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours, La Découverte, Paris,2009.


Laisser un commentaire