Mais qui es-tu? De l’utilisation des pseudonymes dans le mouvement ouvrier

Je fais un petit pas de côté dans la série de billets annoncés sur l’histoire du pacifisme dans les organisations liées au parti socialiste. Mais c’est toutefois en lien. Il s’agit d’évoquer un problème qui oblige le chercheur à déployer de multiples pistes sans être certain de trouver la solution : à plusieurs reprises dans la presse militante, on doit faire face à des auteurs qui se cachent sous un pseudonyme ou par des initiales dont il est très difficile de trouver la signification. C’est souvent bien embêtant, énervant même, surtout lorsque le contenu de l’article est intéressant. Il faut donc dès lors tenter de trouver la véritable identité de celui ou celle qui se cache derrière le pseudonyme. Pour certains militants très connus, cela ne pose aucun problème puisqu’on connaît l’ensemble de leurs identités de papier. Ainsi, Angelo Tasca, évoqué dans le précédent billet, signe de nombreux articles du nom d’André Leroux ou encore de l’identité XXX dans le Populaire lorsqu’il évoque la situation internationale en 1939-1940. Ces militants ont souvent fait l’objet de travaux biographiques et en conséquence découvrir leurs pseudonymes ne pose pas de problème. Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le Maitron, donne également la liste des pseudonymes utilisés par des militants ; certaines organisations,en effet, avaient l’habitude d’utiliser des pseudonymes, des surnoms, des «blazes » dont on peut donc aisément retrouver la trace. Ainsi le militant Alain Le Dem, qui adhère à la Sfio au milieu des années 1930 dans le Finistère apparaît dans la presse militante sous le nom d’Alain Béhel. Sans l’aide du Maitron, il n’est pas certain que j’ai réussi à faire le lien entre les deux noms. Dans ce cas, comme dans d’autres, le nom choisi a une signification assez simple : Béhel pour B.L. pour Bolchévique-Léniniste, du nom de la tendance de ces militants trotskystes qui ont choisi d’adhérer quelque temps à la Sfio. D’autres pseudonymes sont des déformations du nom d’usage. Ainsi en 1934, un article paru dans la presse socialiste des Cotes-du-Nord puis du Finistère, portant sur «Socialisme et christianisme » est signé « Péric ». Je me souviens encore avoir été bien content de me rendre compte assez vite que ce «Péric» était la déformation de P.Ric, à savoir Paul Ricoeur qui était tout jeune militant socialiste de Saint-Brieuc. De telles contractions ou inversions sont assez fréquentes : ainsi dans la presse syndicaliste brestoise dans les années 1930, on trouve la signature du militant « Valpaul » ; il s’agit de Paul Valière, militant de la Cgt, exclu du Pcf pour avoir participé aux manifestations d’août 1935 à Brest. Dans ces deux derniers cas, trouver qui se cache derrière le pseudonyme est assez facile.

Pour ce qui est des initiales, plusieurs cas de figure sont possibles : l’auteur peut ainsi utiliser alternativement les initiales puis son vrai nom, en conséquence il est aisé de retrouver son identité. Dans l’Aurore Socialiste, le journal de la fédération d’Ille-et-Vilaine, on retrouve au début des années 1930 un militant qui signe ses articles H.S. La particularité de ses contributions est qu’il est en faveur du courant participationniste de la Sfio, puis en faveur de Renaudel lors de la scission avec les néo-socialistes. Il est difficile de retrouver l’identité de cette personne. L’historien Henri Sée est à la même période militant socialiste à Rennes et il pourrait donc s’agir de lui. Comme souvent, ce cas est problématique puisque les articles signés H.S. contiennent des informations que je trouvais bien utiles.  Cet exemple que j’évoque ici  montre qu’il faut aussi compter sur le hasard : dans la revue La Vie socialiste, qui regroupe les partisans de Paul Renaudel, on trouve de nombreux articles écrits par un certain Henri Siriez, étudiant puis ingénieur agronome, fervent partisan de la participation. Il est l’auteur en outre de plusieurs dessins illustrant des ténors du parti socialiste. Au détour d’un numéro, il évoque la situation des socialistes à Rennes qu’il semble bien connaître. Une rapide utilisation du Maitron me fait découvrir qu’il est né à Rennes. Une relecture poussée de l’Aurore socialiste me permet de trouver des articles signés « Henri Siriez », avec également des données biographiques complémentaires qui font que le doute n’est plus permis : H.S. qui signe de nombreux articles dans l’Aurore socialiste n’est pas l’historien Henri Sée mais Henri Siriez qui quitte la Sfio lors de la scission néo-socialiste.

Pour découvrir l’identité qui se cache derrière des initiales ou des pseudonymes, il faut donc compte sur une certaine part de chance et sur un recoupement des informations, sur la patience également et admettre bien souvent que l’on ne trouvera pas la solution. Il y a toutefois une autre aide précieuse : utiliser un pseudonyme se fait fréquemment lorsque le militant ou la militante ne souhaite pas que les autorités découvrent son identité, en raison des propos tenus ou de la fonction exercée, en particulier si on est fonctionnaire. En conséquence, lorsque des pseudonymes sont utilisés, comme lors de la Première Guerre mondiale, les autorités cherchent également à savoir qui se cache derrière tel ou tel pseudonyme. L’historien peut alors bien souvent utiliser le résultat des enquêtes menées et trouver facilement l’identité cachée.

La Tour rouge, Chirico, 1913 (source: http://en.wikipedia.org/wiki/Chirico)
La Tour rouge, Chirico, 1913 (source: http://en.wikipedia.org/wiki/Chirico)

Donc, il y a des réussites, dont certaines peuvent mettre beaucoup de temps à se réaliser. Encore un dernier exemple : dans le Breton socialiste, de nombreuses chroniques sont signées dans les années 1930 du pseudonyme « La Tour rouge ». Je m’étais attelé à la tâche pour trouver de qui il pouvait s’agir, mais les indices étaient très minces, et je me suis vite rendu à l’évidence que je ne trouverais pas forcément de qui il s’agit. En ce moment, je consulte pas mal les documents que j’ai pris dans la presse militante et il y a de nombreux pseudonymes que je n’arrive pas non plus à identifier. Mais l’exemple de « La Tour rouge » peut être encourageant. J’avais depuis pas mal de temps abandonné l’idée de trouver la véritable identité de ce socialiste, lorsque je me suis mis à consulter le Breton socialiste dans les années d’après guerre. Dans l’un des premiers numéros après la libération du territoire, on mentionnait que le socialiste Louis Dupoux aller devenir le chef du comité départemental de libération. Ce dernier avait droit quelques jours plus tard à une présentation biographique assez dense : on y préciser qu’il avait géré plusieurs publications militantes et qu’il avait en particulier écrit dans le Breton socialiste sous le nom de « La Tour rouge » ! Là encore j’ai eu l’impression que le hasard faisait bien les choses, même si j’ai dû reprendre toute la série d’articles qu’il avait écrit car je connaissais dorénavant son identité. J’essaye en ce moment de m’accrocher à cette idée en me disant que je vais bien finir par retrouver les identités cachées qui me résistent encore. L’historien doit parfois être un fin limier.

PS: en complément, je conseille un très bon billet sur la question des pseudonymes écrit par Marie-Anne Paveau sur son carnet de recherches « La pensée du discours » Les écritures de Protée: identités pseudonymes


Laisser un commentaire