« Préférer les mitrailleuses aux bornes-fontaines » : une militante socialiste contre Munich

La Sfio est très divisée au moment de la conférence de Munich et dans les mois qui suivent. De nombreux socialistes sont en faveur de la préservation de la paix, alors que d’autres souhaitent une politique de fermeté contre les dictateurs européens, et en particulier contre Hitler. Cette division entraîne une tension de plus en plus grande entre « munichois » et « bellicistes » au sein du parti socialiste. Mais cette opposition se retrouve dans toutes les organisations amies de la Sfio qui militent en faveur de la paix. L’un de ces groupes, constitué au moment de Munich, est la Ligue des femmes pour la paix « Septembre 1938 » dont la secrétaire dans le Finistère est Josette Cornec. Des militantes socialistes adhérent à cette organisation, mais ses buts et son existence même est violemment mise en cause par d’autres. C’est ce que fait l’animatrice du groupe des femmes au sein de la fédération du Finistère. Il s’agit de Marie-Louise Gounot, ou Gounod, une institutrice qui écrit régulièrement dans l’hebdomadaire socialiste. Grâce à son action, les adhérentes sont plus nombreuses dans la fédération socialiste et son rôle est salué lors du congrès national de 1939. Elle avait déjà fait une intervention remarquée au congrès extraordinaire du parti à la fin de l’année 1938, concernant la question laïque. Mais on ne trouve pas beaucoup de renseignements sur cette femme : fait rare, elle n’a pas de notice dans le Maitron, je n’ai pas non plus trouvé de données complémentaires à son propos dans l’ensemble de la bibliographie que j’ai pu consultée jusqu’à présent. Il reste ses articles publiés dans le Breton socialiste ; l’un d’entre eux est particulièrement dur, et intéressant, contre les femmes pacifistes. Selon elle, il ne faut surtout pas que des socialistes militent dans cette ligue contre la paix, car son action ne peut être qu’une politique des bons sentiments sans aucune réelle efficacité politique. Que feraient selon-t-elle les femmes en cas de mobilisation et de déclenchement de la guerre ?

« En pleurant, elles accompagneront les hommes à la gare et au retour elles passeront chez l’épicier faire une petite provision de sucre et de café… [1]»

Ce type de groupe, dirigé par quelques femmes déconnectées de la réalité, n’a pour conséquence que de diluer l’action nécessaire des femmes dans la sphère politique. Pour Gounot, la seule voie possible est de consolider l’action féminine à l’intérieur de la Sfio. Elle écrit ainsi :

« En avant donc pour la Paix qui ne peut nous venir que du Socialisme et non d’un rassemblement basé sur le sentiment »

Pour défendre la paix, il faut donc selon ML Gounot adhérer tout d’abord au socialisme. Et par cette adhésion à la Sfio, les militantes pourront comprendre comment et pourquoi il faut lutter contre la guerre. Surtout pour l’institutrice militante, une politique de fermeté face au fascisme s’imposera d’elle-même. Elle écrit, prenant le contrepied de tous les « bons sentiments » pacifiste :

« Quand un roquet lui aboie aux talons que fait le bull-dog ? Il se détourne et lui montre les crocs…Hitler et Mussolini auraient le verbe moins haut s’ils sentaient une force qui leur résiste. Et bien, prenons l’attitude du bull-dog…Que cela s’appelle préférer les mitrailleuses aux bornes-fontaines ou autrement, mettons-nous en face des réalités, et faisons la part du feu. »

J’essaye de retrouver des traces sur cette institutrice socialiste. Sa vigueur et ses paroles fortes étaient saluées régulièrement par les leaders socialistes du département. Son intervention en faveur de la laïcité avait également eu  un écho national. Mais malheureusement, je ne sais pas encore grand chose sur elle. Elle semble devoir rejoindre les rangs de militantes et de militants obscurs condamnés à rester dans l’ombre. J’ai toutefois du mal à m’y résoudre, sans doute parce que ses écrits dénotent une opinion déterminée quant à la question de l’attitude à adopter face à l’Allemagne nazie. Aujourd’hui, j’ai pourtant trouvé un élément nouveau : dans le Populaire, le quotidien de la Sfio (un grand merci à Gallica qui permet des recherches par nom), en date du 26 décembre 1938, on trouve un rapide compte rendu de son intervention au congrès nationale, mais surtout à la Une, parmi d’autres photographies, on trouve son portrait, avec comme seule légende « Marie Louise Gounod » Peut-être un signe qu’il faut continuer à chercher ses traces ?

Portrait de ML Gounot, Le Populaire, 26 décembre 1938
Portrait de ML Gounot, Le Populaire, 26 décembre 1938

[1] Marie-Louise Gounot, « Sur Septembre 38 », Le Breton socialiste, 11 février 1939. Cet article fait partie d’une débat dans les colonnes du journal entre militantes : une autre socialiste, Françoise Bosser, par ailleurs grande figure de la LDH en tant que soutien de Seznec, avait incité les femmes à adhérer à cette ligue. Les autres citations proviennent du même article.


Laisser un commentaire