Asher Sternlicht, militant de la Ligue Internationale des combattants de la paix à Brest

Inlassablement dans ce cas de figure, je pense à cette phrase de Paco Ignacio Taibo II :

« Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît ça et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie. [1]»

Asher Sternlicht, c’est exactement ça : le nom apparaît parfois dans les archives, mais jamais assez pour que l’histoire soit finie. Il est dans les années 1930, le trésorier de la section brestoise de la Ligue Internationale des Combattants de la Paix. Ce groupe fondé par Victor Méric se développe dans toute la France à partir de 1931, pour avoir au milieu de la décennie près de 10 000 adhérents. On connaît bien l’histoire de la LICP grâce aux travaux de Nicolas Offenstadt . Une section brestoise existe avec une vingtaine de membres ; y cohabitent militants libertaires et militants socialistes. L’action locale de la LICP est régulièrement mentionnée dans la presse de la Sfio, et plusieurs responsables de la section brestoise sont également des membres actifs de la ligue. On peut ainsi reconstituer son action durant ces années. En raison de son action pacifiste et antimilitariste, cette organisation est surveillée par les autorités policières, ce qui permet aujourd’hui, en consultant les archives, de mieux connaître les contours de l’action de la section brestoise. D’autres sources, comme les très riches archives de Jeanne Humbert, une des militantes qui fait des tournées dans toute la France pour la LICP, permettent également de connaître les actions pacifistes menées localement. Asher Sternlicht est un des adhérents de la LICP brestoise, c’est même le trésorier de la section. Il est né à Lubaczow (Pologne) le 24 décembre 1880. Il a vécu à Berlin durant plusieurs années, puis il s’est installé à Brest. Je ne connais pas la date de son installation, peut-être est-il arrivé dans le port breton après la prise du pouvoir par Hitler en 1933. Une fois à Brest, il créé une entreprise, c’est un « entrepreneur zingueur » selon un des rapports de police le concernant. Il a une fille, mais les rapports que j’ai pu lire ne disent pas grand chose d’autre à propos de sa vie privée. Son entreprise prospère cependant car on trouve dans la presse locale de nombreuses annonces dans les années 1930 pour l’embauche de nouveaux ouvriers ou apprentis. Surtout, du fait de son action à la LICP, il est vu tantôt comme « un anarchiste polonais », tantôt comme un « antimilitariste ». Plusieurs autres étrangers  établis à Brest ont des liens avec le mouvement ouvrier à cette période. Mais Asher ne semble pas faire l’objet d’une surveillance importante.

S’il est militant de la LICP, et perçu par les autorités comme un anarchiste, on trouve cependant son nom dans une souscription faite par la section socialiste de Brest en 1933, souscription en faveur « Grandes batailles socialistes et républicaines » que le secrétaire de la section Joseph Le Meur transmet à Paris. A priori, les noms qui apparaissent sur cette liste (publié par le Populaire) ne concernent que des adhérents de la SFIO, donc il est difficile d’en savoir davantage pour le moment. La souscription est publiée le  10 avril 1933, ce qui signifie que Sternlicht est à Brest à ce moment. On le retrouve également au moment des émeutes d’août 1935 dans un rôle bien particulier. Un Allemand, ouvrier de chantier a été arrêté lors des manifestations, on l’accuse d’avoir été en possession d’une arme et d’être un de ceux qui a participé aux violences. Lors de son procès quelques jours après les événements, il est totalement disculpé. Asher a servi d’interprète et son nom se retrouve donc dans les comptes rendus de la presse et dans les rapports de police concernant les suites des émeutes du mois d’août.

Pour le moment, je n’en sais pas plus, c’est pour cette raison que la citation de Taibo II mentionnée au début du billet me semble particulièrement bien adaptée à son cas. La seule autre information que l’on connait sur Asher Sternlicht est qu’il est juif. On retrouve dans les archives, après les mesures antisémites prises par le gouvernement de Vichy, plusieurs listes des familles juives de Brest, avec leur nationalité et les métiers exercés. Le remarquable livre collectif dirigé par Claire Zalc, Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff et Nicolas Mariot, Pour une microhistoire de la Shoah[2], fournit toutes les indications nécessaires, et un cadre d’analyse, pour poursuivre l’étude de l’histoire d’Asher Sternlicht et de sa famille après 1940. Il faudra trouver du temps pour pouvoir retracer cette histoire. Ce soir, j’ai juste consulté en ligne The Central Database of Shoah Victim’s Names du centre international de Yad Vashem. On trouve près de 200 noms dont l’orthographe s’apparente à « Sternlicht ». Il n’y a pas d’Asher né en 1880. Par contre, on trouve trace de Herta Sternlicht, née à Berlin en 1910. On précise qu’elle vivait à Brest avant la guerre. C’est la fille d’Asher. Elle est arrêtée le 18 juillet 1942 à Nantes et elle est déportée en Pologne. Elle meurt le 25 juillet 1942 à Auschwitz.

« Jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie »…


[1] Paco Ignacio Taibo II, De Passage, éditions Métaillé, Paris, 1997.

[2] Claire Zalc, Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff et Nicolas Mariot, Pour une microhistoire de la Shoah, Seuil, Paris, coll. «  Le genre humain », 2012


Laisser un commentaire