Une expérience d’éducation ouvrière avant 1914 : les pupilles de la maison du peuple de Brest

La récente généralisation de la réforme des rythmes scolaires a reposé la question des occupations des plus jeunes dans les temps d’activités périscolaires, ainsi que le contenu de ces activités. Ce problème n’est sans doute pas nouveau et a préoccupé de longue date les partisans de l’éducation populaire. Avant 1914, le syndicaliste Victor Pengam met sur pied une expérience éducative concernant plus d’une centaine d’enfants de 4 à 15 ans, « Les pupilles de la maison du peuple ». C’est en 1912 que le militant libertaire décide de créer de toute pièce cette structure éducative destinée aux enfants des ouvriers. On peut suivre l’évolution de cette expérience dans les colonnes du journal de la CGT, Le Finistère syndicaliste.

Extrait du Finistère syndicaliste, mars 1914
Extrait du Finistère syndicaliste, mars 1914

Quelles sont donc les activités proposées ?

« – 1°   Apprendre à chanter, déclamer, réciter.

-2° Remplacer les chansons de rues- que l’enfant s’assimile si rapidement au détriment de son éducation rationnelle- par des chansons, récits, monologues suivant l’âge.

-3° Apprendre à exprimer soi-même sur un cahier spécial les pensées qu’on a de tel ou tel sujet.

-4° Entendre des causeries éducatives et distractives sur divers sujets et apprendre à discuter les idées émises.

– 5° Gymnastique individuelle et d’ensemble selon une méthode rationnelle excluant tout moyen violent. [1]»

A ce programme s’ajoutent la pratique de la musique, l’apprentissage du théâtre ou encore la proposition de séances cinématographiques. Il y a régulièrement des spectacles devant les parents et les militants ouvriers. C’est Victor Pengam qui s’occupe de la mise en place de ces différentes activités et c’est également lui qui est le principal éducateur des jeunes enfants. Il précise les raisons de son action :

« Je ne reconnais pas de plus beau, de plus doux devoir, pour le militant éducateur, que celui d’aider au relèvement de l’enfance, toujours innocente et bonne , quels que soient les dehors qu’elle nous présente […] La panacée révolutionnaire, camarades qui en petits comités dissertez à l’infini, individualistes qui arrêtez le savoir humain aux limites de votre « moi », la panacée, elle est toute entière là, dans cette saine jeunesse, aux cerveaux neufs, à l’esprit impartial.»

Il s’agit pour ce militant anarchiste de jeter les bases d’une éducation émancipatrice qui permettra ensuite aux enfants devenus jeunes adultes de participer aux luttes sociales et ouvrières. Les méthodes sont basées sur une réelle égalité entre tous les pupilles et sur la volonté des enfants ; les pratiques éducatives coercitives ne sont pas tolérées et les parents peuvent assister aux «cours» qui sont dispensés à la maison du peuple.

L’ensemble de cette structure est de plus en plus organisée, on passe l’année suivante à deux niveaux, l’un réservé aux enfants les plus âgés. Un conseil d’administration coordonne le programme et Pengam abandonne peu à peu l’action syndicale pour se consacrer entièrement à cette expérience éducative qui reçoit un écho favorable dans l’ensemble de la presse socialiste et ouvrière. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale met fin à cette expérience, Pengam étant mobilisé. Mais de retour quelques mois plus tard, il continue, tout en étant gravement malade, à faire des conférences éducatives jusqu’à sa mort en 1920. Plus tard, un collège du travail est créé à Brest, sous l’égide des époux Lefranc de la CGT. Un des pédagogues les plus actifs dans ce collège ouvrier est Jean Gosset, philosophe et enseignant au lycée de Brest pendant quelques années. Il écrit en juin 1938 dans la revue Esprit un article relatant cette autre expérience éducative. Gosset devient résistant durant la guerre et meurt en 1944. On trouve de très nombreuses indications sur Jean Gosset sur ce site qui lui est dédié.

C’est la rentrée des classes, et il me semblait important de rendre hommage à ces militants éducateurs, Victor Pengam et Jean Gosset, mais aussi à tous les autres, d’hier et d’ aujourd’hui.


[1] Victor Pengam, « Les pupilles de la maison du peuple », Le Finistère syndicaliste, janvier 1913. Les autres citations proviennent du même article.


Laisser un commentaire