«Dénoncer les livres scolaires, c’est exciter les haines » : Jaurès, l’école et mes Premières

La semaine dernière, une information concernant l’école m’a particulièrement heurté : quelques militants du collectif réactionnaire la Manif pour tous, sans doute à court d’idées, décidaient de placer sous surveillance les enseignants et de contrôler le choix des manuels scolaires. Si j’essaye de laisser de côté mes sentiments profonds sur une telle initiative (ce qui est quand même assez difficile…) je suis frappé par la similitude entre cette énième initiative de ce groupe réactionnaire et les critiques que des milieux hostiles à l’école laïque pouvaient faire au début du XXe siècle. J’ai ainsi retrouvé un article de Jean Jaurès évoquant une campagne contre des manuels scolaires républicains en 1909. Cet article a été écrit pour le journal de la fédération socialiste du Finistère, le Cri du Peuple. Il paraît le 7 novembre 1909 dans un numéro spécial du journal : Jaurès, en effet, ce jour-là, est présent dans le Finistère pour participer à deux réunions publiques, l’une à Brest, l’autre à Douarnenez et la fédération socialiste a édité un numéro spécial pour souligner l’importance de l’événement. Le discours que Jaurès fait lors de ces meetings est d’ailleurs très intéressant puisqu’il évoque la question de la place de la Bretagne dans la France, les spécificités de cette région et les possibles liens entre les Bretons et le socialisme. Il n’est pas rare que le grand socialiste lors de tournées à travers toute la France écrive un article que le journal officiel de la fédération accueillante publie par la suite. Cela permet aujourd’hui aux historiens de redécouvrir des textes oubliés de Jaurès et rend encore plus indispensable, mais aussi difficile, le travail d’édition de ses œuvres complètes que la Société d’études jaurésiennes mène actuellement. Ce texte de Jaurès est donc très peu connu, mais je trouve qu’il convient parfaitement à l’actualité que j’évoquais plus haut.

Le Cri du Peuple, 7 novembre 1909
Le Cri du Peuple, 7 novembre 1909

Jaurès et l’école 

L’article s’intitule «Par la réforme sociale » et s’adresse plus particulièrement aux socialistes de la région ; voici quelques extraits :

« L’Eglise comment une grave imprudence en livrant à l’école laïque un furieux assaut. Elle pouvait, usant des larges libertés que lui assure la loi et des facilités particulières qu’elle lui laisse, vanter la supériorité des écoles où l’enseignement religieux est donné. Mais calomnier l’école laïque, mener auprès des mères de famille une campagne d’intimidation, dénoncer les livres scolaires, c’est exciter les haines ; c’est réveiller des luttes violentes qui depuis la très libérale loi de séparation semblaient amorties. Un des traits les plus choquants, c’est qu’elle jette l’anathème sur des livres scolaires sans jamais préciser les passages qui lui paraissent scandaleux […] Je viens de lire ici à Brest deux des livres dénoncés l’un de Calvet, l’autre d’Aulard. Vraiment, je n’y ai trouvé aucune phrase provocatrice et si c’est l’esprit de raison, si c’est l’explication humaine et vraiment historique des faits qui choque l’Eglise, autant vaut qu’elle demande à toute la France moderne de se renier. [1]»

On voit ici que dans ce court article, Jaurès se montre un ferme partisan de l’école laïque et qu’il ne permet pas aux autorités religieuses de condamner tel ou tel manuel scolaire au nom d’un dogme qui serait mis à mal par la vérité historique. Je crois qu’on peut voir quelques similitudes avec la situation actuelle, où des militants, bénéficiant parfois de la compréhension plus large de quelques responsables politiques, se croient autorisés à valider ou non le choix pédagogique des professionnels de l’éducation dans le domaine de l’édition scolaire ou des pratiques mises en place dans les écoles. L’article de Jaurès permet de se rappeler que de telles critiques virulentes ne sont pas réservées à notre époque, mais qu’elles ont toujours existé sous une forme différente et qu’elles sont le  moyen d’action de celles et ceux qui n’acceptent pas les lois de la République.

Il est bon de se rappeler ces faits, souvent par le biais d’une meilleure connaissance de l’histoire. En dehors de la tenue de ce carnet de recherche, qui accompagne ma recherche, je suis également professeur d’histoire-géographie dans un lycée. Transmettre, expliquer, contextualiser, tout cela fait donc partie de ma pratique d’enseignant, qui ne se recoupe que très rarement avec ma recherche. Il est bon de savoir cloisonner les différentes activités. Mais parfois des « ponts » peuvent se mettre en place. Lorsque cela est le cas, j’hésite parfois de prime abord à laisser les deux domaines se superposer. Pourtant, je souhaite évoquer ici une telle expérience.

Jaurès à l’école

Le programme d’histoire de Première, pour la filière STMG, commence par une partie intitulée «  La France en République, 1880-1945 ». Il s’agit de montrer les caractéristiques de ce régime politique, d’expliquer en quoi il s’agit d’une construction historique, de comprendre son fonctionnement et ses insuffisances, sans entrer dans une lecture trop chronologique de la vie politique de cette période. Quelques moments phares sont privilégiés comme par exemple  l’adoption des premières lois sociales, la loi de 1905, ou encore l’Affaire Dreyfus. C’est pourquoi, j’ai choisi dans mon cours de définir la nature de ce régime à partir de plusieurs documents, dont un texte de Jaurès, le discours à la jeunesse de 1903, qu’il a prononcé à Albi devant des lycéens. L’extrait choisi commence par ces mots «  Dans notre France moderne, qu’est-ce donc que la République ? C’est un grand acte de confiance. » Puis, Jaurès explique le fonctionnement théorique de ce régime et l’importance de la Révolution française dans la construction du régime. C’est donc un document parfaitement adapté à la problématique générale du programme, bien qu’il soit sans doute difficile dans un premier temps à comprendre. Mais cela doit rassurer tous les « déclinologues » et  les nostalgiques de l’école puisqu’au moins cela prouve que je ne brade pas trop mon enseignement ! Je vous rassure tout de suite : j’utilise également Twitter en classe, donc je crois que pour la confrérie des nostalgiques de l’éducation à la « grand-papa », je suis perdu quoi qu’il en soit pour la cause…

Comme ce sont les premiers cours, il faut créer des automatismes avec l’ensemble des élèves, cela peut prendre du temps, ce qui entraîne bien souvent le dépassement du nombre d’heures normalement allouées à tel ou tel chapitre. Donc, nous avons commencé à expliquer le texte. Après avoir lu le nom de l’auteur, question « Bon, Jaurès, cela dit quelque chose à l’un d’entre vous ? » Et là, ben rien, aucune réponse, silence, non Jaurès, connais pas.

Alors est-ce grave ? Je vois déjà des admirateurs nostalgiques de l’école sentant bon la naphtaline se réjouir de cette baisse irrémédiable du niveau, du manque de connaissances de mes élèves, de la nullité de leur savoir historique (sans qu’ils sachent quels sont les programmes d’histoire d’ailleurs). Allez, je serais même tenté d’ajouter que « de mon temps (toutes les critiques des nostalgiques de l’école commencent ainsi….) c’était quand même mieux » : je me rappelle avoir répondu « Jaurès ! » à une question en 4ème sur mon personnage historique préféré ; et là, rien, Jaurès terra incognita.

Évidemment, la position ici de l’enseignant peut entrer « en conflit » avec la position du chercheur : j’ai passé plusieurs mois en compagnie de Jaurès afin de rédiger toutes les semaines des notes sur les aspects de son œuvre. J’ai lu beaucoup, écrit, expliqué, répondu à des questions, à tel point que de nombreux aspects de sa vie me sont devenus très familiers. Je continue d’ailleurs de faire tout ça. Et, puis il y a eut le centenaire de son assassinat, le discours des plus hautes autorités de l’État, les émissions de radio ou de télévision, les articles, la presse parfois, même aussi les polémiques et aussi bien souvent la question : « Qu’aurait fait Jaurès ? » à propos de tout et n’importe quoi. Beaucoup de personnes semblent avoir plein de choses à dire sur Jaurès, mais là, le matin où nous commencions à étudier le Discours à la jeunesse, aucun des élèves ne savait qui était Jaurès. Aucun ? Là aussi il faut être modeste, peut-être qu’un élève silencieux avait des choses à dire, il faut bien avouer qu’on n’a pas forcément toujours envie de répondre aux questions du prof ! Du coup comment réagir ? Il n’est pas rare que j’entende certains de mes collègues s’emporter contre les lacunes des élèves, s’affoler à propos du niveau qui baisse, se moquer aussi des erreurs. J’aurais pu faire pareil mais non.

Donc, au risque d’effrayer la confrérie des « c’était mieux avant » (mais je me rassure : cette confrérie ne lit pas de billets sur un carnet de recherche en ligne sur Internet), je trouve cela assez banal, que mes élèves ne sachent pour le moment rien ou pas grand chose sur Jaurès. Le plus essentiel, me semble-t-il, est qu’on arrive ensemble à construire un savoir utile et en lien avec le programme à son sujet. On va donc continuer de travailler sur son rôle, cela tombe bien, on peut l’utiliser également pour l’affaire Dreyfus, le début de la guerre de 1914 ou l’étude du monde des ouvriers, autant de points que l’on doit aborder cette année en Première. Peu à peu un savoir se construira, je suis même sûr que sur certains points on abordera des aspects particulièrement complexes. Je suis certain aussi d’apprendre moi-même beaucoup de cette expérience.

Je n’ai donc aucun problème à essayer de mener de front deux activités sur un même sujet, mais selon des angles totalement différents ( à part bien sûr la gestion du temps). On peut aussi sur ce point suivre l’exemple de Jaurès : il souhaitait lui aussi transmettre, réussir à faire comprendre au plus grand nombre les idées qu’il défendait, dépasser la barrière du langage ou de l’écrit. Une telle position est difficile à tenir, il faut trouver le bon chemin entre explications et simplifications, sans jamais choisir la facilité et en faisant des efforts pour être le mieux compris possible. C’est pourquoi il me semble important de sortir parfois de sa recherche pour essayer de transmettre, pour enseigner ça ou autre chose, parfois avec facilité, souvent aussi avec difficulté. Se tromper, ne pas savoir, mais continuer à avancer.


[1] Jean Jaurès, « Par la réforme sociale », Le Cri du Peuple, Brest, 7 novembre 1909.


Laisser un commentaire