« Le temps maussade invitait peu à sortir »: les socialistes et les commémorations du 11 novembre

Dans l’hebdomadaire socialiste du Finistère, le militant chargé de rendre compte de l’actualité dans la petite commune de Châteauneuf-Du-Faou relate, le 19 novembre 1938, la cérémonie commémorant de la fin de la Grande guerre qui a eu lieu quelques jours auparavant : « Le temps maussade invitait peu à sortir ; mais c’est tous les ans qu’on constate de plus en plus la faiblesse du souvenir. [1]» Pourtant, l’année 1938 est une année où la mémoire de la précédente guerre mondiale s’est ravivée : les socialistes n’arrivent plus à cacher les divisions à propos des relations internationales depuis la crise de Munich, et l’évocation des combats de 14/18 se place au cœur des débats entre les tendances de la Sfio. Dans le Breton socialiste de la semaine suivante, un autre militant qui signe « Un Ancien Combattant » raconte également la cérémonie du 11 novembre qui a eu lieu à Quimper. Il ne mentionne pas la faible influence lors du rassemblement, mais insiste sur les divisions du cortège : socialistes, communistes, syndicalistes et membres de la LDH n’ont pas été invités alors qu’ « il y a cependant dans leurs rangs un joli lot d’anciens combattants authentiques [2]». Ces deux entrefilets parus dans la presse militante évoquent deux aspects liés à la commémoration du 11 novembre: d’une part, la peur que le souvenir de la Grande guerre s’estompe au fur et à mesure que de nouvelles générations arrivent à l’âge adulte ; d’autre part, la difficile expression, après 1918, d’une unité nationale communiant unanimement dans le souvenir des morts de la guerre. Alors qu’aujourd’hui, 11 novembre 2014, l’ensemble des pays belligérants commémore l’événement dans une communion à valeur universelle, l’histoire du 11 novembre dans l’entre-deux-guerres peut rappeler que ces commémorations dépassaient souvent la simple évocation du souvenir des morts pour se transformer en démonstrations politiques, voire en manifestations contestataires.

Le souvenir de la guerre

20141111_015309

L’histoire de l’anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918 est désormais bien connue grâce aux travaux de l’historien Rémi Dalisson[3]. Du côté des socialistes, la fin de la guerre marque l’espoir de la naissance d’un monde nouveau. Léon Blum mentionne cette espérance lors de son discours du 21 avril 1919 au congrès national de la SFIO :

« Nous ressemblons à ces voyageurs qui, dans la montagne se voient pris dans les nuages et dans le brouillard. Eh bien, on n’a qu’une chose à faire : monter, monter plus haut, et quand on monte plus haut, on trouve l’air pur, la lumière libre et le soleil. [4]»

Mais le projet de régénération du socialisme connaît bien des hésitations. Nombreux sont en effet les militants, qu’ils soient anciens combattants ou non, à souhaiter créer les conditions d’un nouveau mouvement révolutionnaire capable de faire face aux conséquences de la participation des socialistes à plusieurs gouvernements durant la guerre, pour ensuite refonder le parti sur des principes inspirés par la révolution russe. Dans ce cadre là, la Grande guerre ne doit pas être seulement un souvenir, mais la première étape d’un processus à plus long terme. Léon Blum se méfie de la voie qu’une majorité de socialistes choisit à la fin de la guerre :

« La guerre a projeté comme un éclairage brutal et soudain sur les vices essentiels de la société bourgeoise (…) Nous ne voulons pas faire de vous des socialistes de pur sentiment. Il nous faut autre chose qu’une commotion de révolte contre le spectacle affreux que le genre humain vient de subir [5]».

Pour celui qui devient quelques mois plus tard le gardien de la « vieille maison » alors qu’une majorité des militants choisit la voie communiste, l’émancipation qui doit naître de la grande guerre ne doit pas reposer sur « une commotion de révolte », mais doit être basée sur un socialisme de la raison qu’il faut prendre le temps d’apprendre lorsqu’on souhaite être militant. Dans ce contexte particulier, le souvenir de la guerre, ravivé chaque 11 novembre, occupe une place importante dans la culture militante. Je voudrais ici mentionner quelques éléments de l’évolution de la mémoire de cet événement dans l’habitus socialiste durant l’entre-deux-guerres.

Du souvenir à la commémoration

Dès la fin de la Grande guerre, l’attitude des militants à ce sujet est multiforme. Ainsi, en exploitant les notices communales écrites par les instituteurs des Côtes du Nord[6], on peut y lire un courrier de l’instituteur de Pluduno adressé à l’Inspection qui est à l’origine de la demande de telles notices retraçant la vie des communes en guerre :

« Aucun travail sérieux n’a pu être établi au sujet de « l’histoire locale de la guerre » J’étais mobilisé et ma femme a exercé pendant la guerre de multiples fonctions (…) qui ne lui ont pas permis de faire œuvre d’historien.»

Dans les notices conservées, celle-ci fait exception[7] : plusieurs instituteurs ont écrits plusieurs pages pour essayer de rendre compte de l’histoire locale durant la guerre[8], et même lorsqu’ils ont été mobilisés, ils essayent malgré tout d’apporter quelques informations. Ici, le refus est net : les conditions n’ont « pas permis de faire œuvre d’historien. » Une telle affirmation mérite un examen approfondi. Sauf erreur de ma part, c’est le seul courrier qui explique qu’il est impossible de faire l’histoire de la commune. On comprend bien au ton de la lettre qu’avant tout ce n’est pas le moment, qu’il y a des choses plus urgentes à faire. L’instituteur qui écrit a été mobilisé, et peut-être peut-on déceler dans son refus la difficile appréhension de son propre passé. Surtout, c’est peut-être l’expression d’une incompatibilité entre l’histoire qu’il faut écrire et la mémoire qu’il faut entretenir d’un point plus personnel. L’auteur du courrier est Ange Rabardel, secrétaire du syndicat des instituteurs et membre de la Sfio avant 1914. Mobilisé, il revient après 1918 dans sa commune de Pluduno ; là, il est un partisan offensif de l’adhésion à la IIIe Internationale et devient un des premiers responsables du jeune PCF dans le département des Côtes du Nord. Son refus de faire l’histoire locale de sa commune durant le conflit peut aussi s’expliquer par ce parcours politique : le souvenir de la guerre, qui s’oppose à une forme d’histoire officielle, ne peut pas être transmis aussi simplement. Cet événement est devenu un enjeu de mémoire dans la société française, en particulier entre militants socialistes et militants communistes.

Communistes et socialistes dans une bataille de mémoire

Dans Germinal, l’organe régional communiste, Jean Le Tréis évoque le 4 novembre 1922 l’anniversaire du 11 novembre. Après avoir relaté la dernière journée de guerre, il mentionne le souvenir de la guerre :

« Il y a quatre ans de cela. Beaucoup ont oublié. C’était fatal. La vie reprend ses droits et les héros d’hier, las d’importuner les « gâs de l’arrière » se sont tus. [9]» Et l’auteur de l’article qui se dit « rescapé de la guerre du Droit et de la Civilisation » insiste sur la nécessité de se souvenir des morts au front pour rester vigilant et pour agir au cas où d’autres guerres pourraient voir le jour. Leader socialiste et ancien soldat de l’armée d’Orient, Le Tréis a lui aussi choisi le communisme et il est devenu le chef de file des partisans de la IIIe Internationale dans le Finistère. On voit que le souvenir de la guerre, ravivé chaque 11 novembre, peut être  le début d’une contestation de l’ordre établi. Les désastres de la guerre ont entraîné de nombreux socialistes sur la voie d’un communisme révolutionnaire plus à même de calmer la colère de ceux qui sont revenus des combats. La même année, le maire de Douarnenez, Sébastien Velly prononce un discours devant le monument aux morts qui est inauguré à ce moment. Dans la notice que le Maitron lui consacre, on précise qu’il a participé aux combats de la Grande Guerre, puis qu’il est condamné aux travaux forcés pour désertion en août 1917. Élu maire en mai 1921 – ce qui en fait un des premiers édiles communistes de France – Velly prononce un long discours le 11 novembre 1922 :

« Qui de nous n’a perdu et pleure aujourd’hui quelqu’un des siens et ce monument sert pour ceux d’entre nous qui n’avaient pas la consolation d’avoir en ce cimetière la sépulture de vos chers disparus le lieu de pèlerinage. Que ce monument puisse apporter un adoucissement à votre affliction.[10] »

La commémoration a lieu devant le monument aux morts qui dans chaque commune est érigé après la Grande guerre. Ce qui compte  est de disposer d’un lieu commun de recueillement, alors que de nombreux corps des combattants sont encore disparus à cette date. Puis le maire communiste évoque son propre parcours :

« Bien que mobilisé pendant toute la guerre je n’ai resté que peu de mois dans une unité combattante, mais ce que j’ai vu m’a guéri à tout jamais de vouloir supprimer mon prochain sous quel aspect qu’il se présente (…) J’ai assisté à la retraite de Charleroi et mon cœur saigne toujours lorsque je pense à ces terribles journées.[11] »

S’il n’évoque pas sa désertion, on peut disposer dans son témoignage d’éléments explicatifs à propos de celle-ci. Le traumatisme est exprimé avec sincérité et émotion. Le troisième point du discours repose sur la nécessaire mobilisation contre toute nouvelle tentative de guerre, et pour Velly, l’avènement du communisme est le seul rempart possible. Rémi Dalisson évoque pour la période de l’entre-deux-guerres une politisation du 11 novembre du côté des communistes partout en France. Mais on retrouve un tel phénomène du côté des socialistes, même si la commémoration de la fin de la Grande guerre n’est pas mentionnée certaines années dans la presse militante. Les articles relatant ces commémorations sont très souvent le fait d’anciens combattants qui affirment ainsi leur identité de socialiste et de soldat. Ainsi l’article mentionné plus haut, à propos du 11 novembre 1938 à Quimper, est écrit anonymement par un ancien combattant, mais on peut reconnaître sans erreur possible le style de Louis Blayau, instituteur et chef de file des socialistes dans cette ville. Blayau est durant la guerre mobilisé et il est devenu aviateur à la fin du conflit. Régulièrement, il s’oppose dans les colonnes de la presse militante aux récupérations politiques à propos de la Grande guerre. Il condamne les organisations des anciens combattants situées à droite et les groupes politiques qui ne voient que dans ce conflit qu’une période d’héroïsation virile qu’il faut perpétuer. Un discours pacifiste de plus en plus élaboré se construit du côté des militants socialistes dans les années de l’entre-deux-guerres. Bien souvent exclus des commémorations officielles, ils mobilisent dans des rassemblements davantage politiques. Si les dimensions émotionnelles et les pratiques funéraires ne sont pas exclues, c’est avant tout un message politique que ces cérémonies veulent diffuser. Ainsi, le 11 novembre 1931 à Brest, la Sfio organise un rassemblement en opposition au cortège officiel. Une grande manifestation pacifiste a lieu pour se démarquer du «  réveil à coup de canon » et de la «  revue militaire ». Mais l’anniversaire du 11 novembre est également lié aux aléas de la vie politique :, à partir de 1934, les même cérémonies rassemblent en plus des socialistes d’autres militants ouvriers et des communistes. Le rassemblement populaire se met en place et le souvenir de la Grande guerre sert à fédérer ces différents groupes qui adoptent un projet unitaire.

Une mobilisation politique

À Concarneau, le 11 novembre 1935, a lieu un rassemblement unitaire au message politique clair. Le maire Pierre Guéguin, communiste et lieutenant durant la Première Guerre, fit un discours appelant à la paix universelle. Une couronne de fleurs rouges avec une inscription «  à bas la guerre » est déposée au monument aux morts. Mais quelques temps après, cette couronne est piétinée. L’opposition entre les forces de gauche et les milieux de droite est de plus en plus violente, et à partir de cet anniversaire, à gauche, on est décidé à répliquer y compris par la force :

« Par leur acte de vandalisme, bas, lâche, sale, – aussi sale que leur conscience et que leurs âmes – ils ont voulu nous dire que nos morts n’auraient pas droit de dormir dans ce cimetière. Ils ont donné leur sang pour vous ou vos amis. Ils ont eu le droit de crever dans un trou fétide. Leurs mères, leurs femmes, leurs enfants, n’ont plus le droit d’aller les pleurer à ce cimetière. Et cela parce que quelques barbes gâteuses, ou quelques boutonneux, gommeux, crâneurs l’ont voulu… Et bien non ! Vandales fascistes concarnois ! Vous n’avez même pas le courage de défiler pour porter votre gerbe au cimetière, vous en avez pourtant assez pour détruire quelques innocentes fleurs ! Vous avez voulu la bataille ! Vous l’aurez. Vous avez l’argent et les armes ! Nous avons notre foi, nos bras et les cailloux du chemin ! [12]»

Dans le cadre du mouvement d’union qui entraîne le Front populaire, le 11 novembre est un moment important pour les forces de gauche  afin d’affirmer une identité commune, basée sur la paix mais aussi sur la force active contre les ennemis de la république. Protestation et commémoration sont liées comme on peut le voir également dans l’évocation de la cérémonie à Quimper en 1935. Deux cortèges opposés, comme c’est de plus en plus le cas, se font face :

« Relevons ainsi la différence d’allure des groupes : chez nous, la pondération, le recueillement derrière une simple pancarte ; chez les autres, l’esprit militaire domine. Chez nous, la liberté de chacun est respecté ; chez les autres, la discipline constitue la force principale de l’armée (…) Au cimetière, les nôtres défilent dignement, le poing tendu, devant le monument aux morts [13]»

Les pratiques rituelles au moment des commémorations de la fin de la Grande guerre ont donc évolué durant la période de l’entre-deux-guerres. D’un rassemblement pour rendre hommage aux morts, on passe à une démonstration politique clairement assumée. On passe, en outre, du souvenir douloureux, parfois effacé et difficile à transmettre, à une mobilisation collective aux dimensions émotionnelles qu’il faut encore davantage analyser. L’étude du 11 novembre durant l’entre-deux-guerres aide finalement à saisir un moment important de l’histoire de cette période, évoqué par George Mosse :

« Ce moment où la glorification de la guerre et de la nation (incarnée par le soldat) céda la place aux valeurs fraternelles du socialiste est comme un rai de lumière pénétrant dans les ténèbres, mais il fut rapidement obscurci par une société encourageant l’agressivité et la concurrence, même en temps de paix. [14]»


[1] Le Breton socialiste, 19 novembre 1938.

[2] Le Breton socialiste, 26 novembre 1938

[3] Rémi Dalisson, 11 novembre, du souvenir à la mémoire, Paris, Armand Colin, 2013.

[4] Léon Blum, Commentaires sur le programme d’action du Parti socialiste, Paris, Librairies du Parti socialiste et de l’Humanité réunie, 1919, p. 23.

[5] Léon Blum, « Pour être socialiste » in Textes socialistes, 1919-1920, Paris, éditions Bruno Leprince, coll. « l’encyclopédie du socialisme », 2003, p.54-55.

[6] Archives départementales des Côtes d’Armor, série 1T 402 : notices communales d’instituteurs pour l’histoire locale de la guerre. Cette source, utilisée pour la première fois par J.J. Becker, est disponible en ligne.

[7] Ce document n’est pas numérisé sur le site des AD des Côtes d’Armor.

[8] Par exemple pour la ville de Quintin, on dispose d’un vrai historique durant les années de guerre avec documents iconographiques et très riche documentation.

[9] Germinal, 4 novembre 1922.

[10] Germinal, 18 novembre 1922.

[11] Ibid.

[12] Le Breton socialiste, 16 novembre 1935.

[13] Le Breton socialiste, 23 novembre 1935.

[14] George L.Mosse, L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Pocket, 1999, p. 125.


Laisser un commentaire