Finir

« Bref, continuer contre toute attente et toute espérance, continuer parce qu’on sent, parce qu’on pense, parce qu’on croit qu’on ne peut plus continuer, qu’on est à bout, que cela suffit, et parce que voilà qu’on continue quand même, est à la fois la pensée la plus noble et la plus douteuse. Le continu est autant la splendeur indiscrète des forces toujours insoupçonnées de l’âme et du corps que le pathétique héroïsme de la pulsion de vie laissée à elle-même, sa persévérance dérisoire. Splendeur plus puissante que toute sensation singulière, que toute pensée sans totalité, que toute croyance disparate. Et pathétique aux sources du ridicule : petit bonhomme qui tombe sans cesse dans la boue et se relève sans cesse, héros de pacotille, vain combat.

Mais c’est cela vivre. »

Pierre Zaoui, La Traversée des catastrophes. Philosophie pour le meilleur et pour le pire, Paris, Seuil, coll. « L’Ordre philosophique », 2010, p.373.

Ce manuel de survie tel que le définit lui-même l’auteur m’accompagne ces jours-ci, mais cela fait en réalité longtemps, puisque je l’ai déjà évoqué ici. J’aime beaucoup ce passage, justement parce que c’est ce dont je ne me sens pas capable. Écrire ce carnet de recherche, c’était un moyen d’accompagner la rédaction de la thèse. Or, je n’y arrive plus pour le moment. Parce la vie est faite d’éléments qu’il est impossible de prévoir. Donc il faut continuer ailleurs mais plus ici ni sur twitter. Merci beaucoup à celles et ceux qui ont aimé lire ce carnet, merci pour vos conseils, vos remarques, vos encouragements. J’espère qu’un jour vous pourrez lire le texte de la thèse. Je vais encore écrire comme promis quelques billets pour le carnet collectif Espaces réflexifs, j’espère pouvoir y arriver, parce qu’il faut continuer…

20141023_172254-EFFECTS


Une réflexion au sujet de « Finir »

Laisser un commentaire