Dessiner une lueur d’espoir. Jean-Louis Rolland député du Front populaire à Brest

     « Il faut que puisse naître, sans effusion de sang, un ordre nouveau. » C’est à quoi aspire  le candidat socialiste aux élections législatives d’avril-mai 1936, Jean-Louis Rolland dans la 1ère circonscription de Brest. Né en 1891 à Landerneau, il s’est engagé dans la marine à 14 ans. Après avoir participé à la Grande Guerre, il retourne à la vie civile et s’engage dans le parti socialiste qu’il quitte en 1920 pour rejoindre le nouveau parti communiste. Rapidement cependant, il retourne à la « vieille maison » socialiste et devient maire de Landerneau en 1929. À partir de là, il devient un cadre écouté de la Sfio dans le département du Finistère, et s’impose comme le successeur d’Émile Goude, qui est alors en disgrâce au sein du parti. L’étape suivante de sa carrière politique se déroule en 1936. Profitant de nombreux désaccords au sein de la Sfio brestoise, mais aussi de l’espérance que suscite au sein du peuple de gauche la constitution du Rassemblement populaire, il s’impose comme candidat socialiste, mais pourtant personne ne croit qu’il peut devenir député. C’est pourtant lui qui est élu en mai, à l’issue d’une difficile campagne électorale.

Choisir

     J.L. Rolland est maire de Landerneau, commune qui n’est pas dans la circonscription de Brest. C’est là qu’il affronte depuis son élection en 1929 une droite de plus en plus radicalisée. Influencée à la fois par les cadres de l’Office central de Landerneau, tenants d’un ordre conservateur, et par les partisans bretons des Croix de feu dirigées par un autre Landernéen, le commandant Leclerc, la droite municipale n’a de cesse de s’opposer à celui qu’elle considère comme un maire illégitime, en raison de son extraction modeste et son militantisme socialiste. Mais il doit également affronter des adversaires à gauche : les communistes ont accepté difficilement son revirement rapide au début des années vingt, et beaucoup le considèrent comme un traître à la cause ouvrière. Au sein même de la famille socialiste, il doit faire face à des oppositions. En effet, Jean-Louis Rolland appartient au courant modéré de la Sfio, partisan de la participation ministérielle et des accords avec les radicaux pour participer au gouvernement. Favorable à l’ouverture du parti socialiste vers les classes moyennes, il est de plus très proche d’Émile Goude, pilier de l’implantation du socialisme dans la région, mais qui n’appartient plus à la Sfio à la suite de désaccords profonds. Goude a en effet des difficultés à suivre les mots d’ordre du parti et à respecter la discipline partisane. C’est pourquoi la désignation de Rolland comme candidat socialiste à Brest est d’abord une surprise.

La mise en place du Rassemblement populaire dans le Finistère est difficile. Socialistes et communistes s’entendent difficilement, quant aux radicaux, ils ne sont pas favorables à une alliance vers la gauche. Si la volonté d’union est sur toutes les lèvres militantes, elle n’est pas mise en pratique concrètement. Les élections municipales de mai 1935 sont un échec pour la gauche : c’est Goude qui conduit une liste soutenue par la Sfio, mais aucun rapprochement avec les communistes n’a été possible. La défaite marque la fin de l’influence politique de Goude, pour beaucoup de socialistes, il faut maintenant créer les conditions réelles d’une entente entre les deux partis afin de participer à une dynamique gagnante. Deux autres faits renforcent la nécessaire union des forces de gauche : l’extrême-droite est de plus en plus présente dans la région, que ce soit avec les Croix de Feu ou avec les Chemises vertes de Dorgères. La République est mise en cause, et le danger d’un renversement de régime est ressenti comme une menace inquiétante pour les militants de gauche. Il importe de défendre la République, et pour que cela soit possible, l’union doit être réelle et sincère. L’été 1935 est également marqué par des troubles violents à Brest : à la colère ouvrière doit succéder la prise du pouvoir par la légalité, afin d’apporter un maximum de réformes au peuple, mais aussi de stabiliser les institutions. Le courant unitaire s’exprime au sein de toutes les organisations ouvrières : CGT et CGTU s’unissent au niveau départemental en décembre 1935, et dans ce processus d’unification, les militants syndicaux enseignants sont particulièrement actifs. On les retrouve également au sein du Comité de défense laïque, un des plus importants du pays, qui rassemblent tous les défenseurs de la cause laïque et de la République. C’est le laboratoire d’une élaboration de l’unification réelle des forces de gauche, entre socialistes, radicaux, communistes, et syndicalistes. Au sein de la Sfio brestoise, les partisans de l’unité d’action avec les communistes sont dorénavant à la tête de la section, et l’instituteur Joseph Goasdoué (1887-1977) est la figure politique montante de ce parti. Se pose dès lors le problème du candidat socialiste qu’il faut désigner pour les élections d’avril-mai 1936.

Le candidat socialiste désigné pour les législatives sera le mieux placé pour obtenir la victoire du Front populaire, car les communistes sont peu nombreux, et les radicaux sont très réticents à une alliance électorale, contrairement à la configuration nationale. Un comité du Front populaire est constitué en janvier 1936 et pour la Sfio, c’est une assez longue période de tractations afin de désigner le candidat du parti. Dans les autres circonscriptions du département, le processus de désignation est souvent plus rapide, soit parce qu’un leader naturel s’est imposé, soit parce que les chances des candidats du rassemblement populaire sont trop faibles. Mais à Brest, l’affaire est prise avec sérieux. La désignation a lieu le 19 janvier 1936. [1]

Trois postulants se font connaître : il y a tout d’abord Joseph Goasdoué, qui a le mérite d’être en faveur d’une alliance avec les communistes, et aussi de s’être émancipé de Goude. Il se situe à la gauche du parti, et est un ferme partisan de la nécessité de changements révolutionnaires après la victoire électorale espérée. Le second candidat est un autre instituteur, Joseph Le Meur (1895-1944). Ancien combattant, passé au PCF en 1920, il est revenu au parti socialiste. Jean-Louis Rolland est le troisième impétrant. S’il n’est pas originaire de Brest, il y travaille puisqu’il est commis de marine à l’Arsenal. Son origine modeste lui assure également le soutien des ouvriers de l’Arsenal. On peut remarquer que l’origine sociologique du candidat a eu sans aucun doute son importance : face à lui, Rolland a deux postulants qui sont instituteurs. Si on constate une très forte prégnance du milieu enseignant parmi les cadres des fédérations socialistes bretonnes, cela n’est pas sans poser quelques difficultés au moment de la désignation des candidats aux élections : la culture ouvrière du milieu partisan socialiste est encore très forte, et on mesure qu’il y a souvent des réticences à désigner un candidat qui n’est pas proche du monde des ouvriers ou des paysans. Mais surtout J.L.Rolland a pour lui d’avoir d’autres qualités : il a par deux fois été candidat aux législatives et sait donc en quoi consiste ce type de campagne électorale. Il est également maire de Landerneau depuis plusieurs années, et sa commune fait figure de vitrine du socialisme dans le nord du département depuis que Brest a été perdu. Il est incontestable que cela pèse dans la balance en sa faveur. Mais Rolland a aussi de nombreux défauts : il cache difficilement son hostilité envers le communisme et est proche des courants les plus à droite au sein de la Sfio. Surtout, on le considère comme le candidat de Goude. Comme lui, il est commis de marine à l’Arsenal, et il a aussi de très longues années de militantisme derrière lui. Avoir de l’expérience peut être une qualité, mais à l’aube d’une espérance nouvelle, de nombreux socialistes peuvent aussi être tentés de miser sur l’avenir et sur un candidat nouveau. Le vote est donc très mouvementé : au cours de la désignation, un des délégués meurt d’une crise cardiaque ! Mais le vote est maintenu : Goasdoué a été le plus applaudi, tous pensent qu’il sera le prochain candidat. Pourtant en coulisses, Rolland s’est mis d’accord avec le troisième candidat afin qu’il favorise sa candidature. C’est donc le maire de Landerneau qui l’emporte à trois voix près. À peine le résultat du vote est-il connu que de nombreux délégués réclament une nouvelle procédure. Le rapport du commissaire de police montre le désarroi de nombreux militants :

« L’effervescence née dans le parti socialiste de la région brestoise, en raison de la désignation de J.L.Rolland comme candidat SFIO aux élections législatives, est loin de s’apaiser. En effet, les extrémistes du parti disent que couramment que c’est un non sens que d’avoir désigné comme porte drapeau le Maire de Landerneau, à leur avis, trop modéré. [2]»

Cette désignation est un « coup politique » pour J.L.Rolland. Il est certain qu’il a manœuvré au mieux pour obtenir sa désignation, tout comme il est sûr qu’il a bénéficié du soutien discret de Goude, encore influent au parti. Mais de nombreux socialistes ont aussi montré par ce vote leur méfiance à l’égard des communistes et de l’alliance avec eux. Goasdoué était partisan sans réserve de l’unité d’action avec le PCF ; Rolland a souvent marqué ses réticences. Il est certain que cela a joué en sa faveur. Il faut donc maintenant convaincre.

Convaincre

Jean-Louis Rolland, mal désigné par les socialistes, doit convaincre pour espérer devenir le nouveau député de Brest. Il est servi dans cette mission par le mouvement général qui se développe dans le pays et par sa personnalité qui va rapidement convaincre les électeurs. Le journal de la fédération, le Breton socialiste, quant à lui, fait le strict minimum dans un premier temps. On trouve en effet peu de comptes-rendus des réunions de Rolland, et lorsqu’il faut présenter les candidats, la rédaction explique qu’elle n’a pas pu trouver de photo du candidat pour illustrer sa présentation, remarque assez étonnante. Il faut dire que le journal, situé à Morlaix, est davantage occupé par la campagne d’un autre candidat, Tanguy Prigent, et que le candidat brestois ne semble pas susciter de ce côté-là non plus, une très grande adhésion. Pourtant Jean-Louis, comme on l’appelle souvent durant la campagne, peut bénéficier de l’aide du comité local du Front populaire. Le socialiste André Roulleau et le communiste Marcel Hamon font de ce comité une véritable machine politique en faveur des candidats du rassemblement populaire. C’est surtout lors de réunions publiques que le candidat réussit à convaincre. Le 22 février 1936 se déroule une réunion en protestation de l’attentat dont Léon Blum vient d’être victime. Plus d’un millier de personnes sont présentes. Ce meeting se déroule en la présence de Blum et c’est Rolland qui fait la plus longue intervention : il rapproche l’action de Blum de celle de Jaurès. Il s’emporte contre les forces politiques de droite qui tolèrent la violence et souhaitent changer de régime. Il proteste contre les « voyous » de l’Action française et des ligues d’extrême-droite. Pour lui la période qui s’ouvre est celle des espérances et « une lueur d’espoir se dessine.[3] » Le rapport de police montre les qualités d’orateur de Rolland :

« Son éloquence prolixe, émaillée de traits humoristiques et satyriques (sic) contre les chefs de ligues Daudet, Maurras, Dorgères, etc… lui acquièrent de très nombreux applaudissements. » Et concluant, le commissaire précise : «  seul le maire de Landerneau a soulevé l’enthousiasme de l’auditoire. [4]»

Sa popularité grandissante semble donc est la conséquence de ses prestations dans les meetings et réunions électorales. De très nombreuses réunions, plusieurs fois par jour, sont faites durant la campagne électorale. On relate régulièrement ses interventions, y compris dans le Breton socialiste qui au début semblait réticent. Régulièrement, on lit que les salles entières se lèvent, que Rolland a fait un brillant discours, et on le décrit comme un infatigable militant de la cause du Front populaire. On pourrait que de telles expressions sont convenues et naturelles en période électorale ; cependant, la comparaison avec les autres candidats socialistes du département montrent que non. Jean-Louis Rolland semble disposer d’une prestance, d’un charisme qui lui assure de plus en plus d’audience. Il réussit à convaincre, usant d’une rhétorique accessible à tous, évoquant ses origines modestes, son implication personnelle. Rapidement, plus personne n’évoque sa difficile désignation ou ses opinions trop modérées. La campagne l’a transformé en candidat de plus en plus crédible et porteur d’espoir. Plus la date du premier tour approche, plus il assiste à de multiples réunions, comme le souligne le Breton socialiste : «  Chaque jour, trois réunions au moins se tiennent simultanément et notre ami J.L.Rolland se multiplie pour être présent en tous lieux. [5]» La campagne est difficile, trois autres candidats lui font face. Les radicaux brestois hostiles à la gauche ont choisi de présenter un candidat, Lullien. Yves Jaouen, maire de Saint-Marc, est le candidat démocrate populaire farouchement hostile au Front populaire. Le Pcf, enfin, présente un jeune syndicaliste, André Le Roy.

Être élu

            Les axes défendus par le candidat socialiste correspondent au programme national du Front populaire, auquel il ajoute comme bon nombre de candidats bretons la défense exacerbée de la laïcité. Il réussit également à convaincre au centre-gauche, de nombreux sympathisants radicaux le choisissant contre le candidat radical. Le 5 mars 1936 a lieu une réunion contradictoire avec les quatre candidats : devant 5 000 personnes, Jean-Louis Rolland est celui qui réussit à convaincre le plus, si on en croit les applaudissements. Il évite soigneusement de polémiquer avec les communistes afin de ne pas briser l’élan unitaire. Mais convaincre la classe ouvrière est parfois difficile : lors d’une réunion organisée par les anarchistes, il tente de présenter son programme mais il est obligé d’interrompre son discours et la réunion se termine en pugilat[6]. C’est qu’il est également connu pour savoir jouer des poings. Fréquemment en effet, depuis son entrée en politique, Jean-Louis Rolland n’hésite pas à combattre ses adversaires au besoin par la violence. Car si le candidat socialiste dispose d’un charisme et de talents oratoires, c’est aussi un militant doté d’une carrure impressionnante, et il n’hésite pas à être brusque et à user de sa force lorsqu’il pense que c’est nécessaire. Son caractère bouillonnant doit d’ailleurs souvent être tempérer par ses amis, et la fatigue aidant, on perçoit dans certains réunions publiques, de possibles dérapages verbaux ou physiques. Mais incarner une certaine force virile peut aussi être un atout au sein de l’électorat ouvrier, c’est pourquoi Jean-Louis Rolland hésite peu à s’en faire l’incarnation.

Au 1er tour, le 26 avril 1936, il obtient 8 645 voix, soit 45, 30 % des suffrages. Au second tour, le 3 mai, il est élu avec 57,80 % contre 42, 2 % contre son adversaire démocrate populaire. Une bonne partie des radicaux s’est ralliée à lui, tout comme les communistes (André Le Roy avait fait un score de 5,24 % au premier tour). Le nouveau député socialiste appartient au plus puissant groupe parlementaire, puisque la Sfio a 147 députés.  Comme lui, 45 % des élus socialistes le sont pour la première fois. Surtout, depuis ce début du mois de mai, comme le pense Jean-Louis Rolland « une lueur d’espoir se dessine ».

dessiner une lueur d'espoir
dessiner une lueur d’espoir

NB : beaucoup de choses ont commencé en passant par là .

[1]  Archives municipales de Brest, 1K46, rapport du commissaire central de Brest, 19 janvier 1936.

[2] Archives départementales du Finistère, rapport du commissaire central de Brest au sous-préfet, 24 janvier 1936.

[3] Archives municipales de Brest,2I76, comité antifasciste, rapport du commissariat de police, 22 février 1936.

[4] Idem.

[5] Le Breton socialiste, 25 avril 1936.

[6] Archives municipales de Brest, 2I76 , groupe libertaire, rapport du commissariat de police, 26 mars 1936.


Laisser un commentaire