Archives pour la catégorie compte rendus (ouvrages, articles)

Ici, des compte rendus d’ouvrages, d’articles, de colloques en lien avec l’histoire du socialisme et de la Bretagne

Une histoire de l’expérience de la Première Guerre mondiale

C.Ingrao : Croire et détruire

Des lectures peuvent accélérer le processus de réalisation de la thèse. C’est le cas de livres ou d’articles fondateurs que l’on connaît depuis le début du travail de recherche : dans mon cas, il peut s’agir des travaux de S.Audouin-Rouzeau, de C.Prochasson, de G.L.Mosse ou encore de Z.Sternhell pour ne citer que quelques noms. Et puis, il y a également des lectures qu’on découvre au cours du processus d’écriture et qui, une fois faites, provoquent un déclic, une accélération dans l’élaboration de l’organisation du travail. C’est le cas du livre de Christian Ingrao, Croire et détruire[1], que je suis en train de lire actuellement : l’auteur y étudie le parcours de plusieurs dizaines d’intellectuels allemands qui ont participé à l’appareil d’Etat nazi dès les années 1930. Deux aspects m’intéressent plus particulièrement : l’historien développe tout d’abord ce qu’il nomme, après d’autres, une Erfahrungsgeschichte, une histoire de l’expérience que les intellectuels SS ont eu de la Première Guerre mondiale, même si pour la plupart ils n’étaient encore que très jeunes. Cette notion me semble particulièrement appropriée pour m’aider à retracer le parcours des militants que j’étudie. Le second aspect, raison première de ma lecture, est avant tout d’ordre méthodologique : comment rendre compte, et rendre lisible surtout, le parcours de plusieurs dizaines de personnes ? J’essaye en effet de construire ma propre rédaction en fonction d’itinéraires et je voulais lire comment l’auteur de ce livre avait réussi à organiser sa rédaction. Je dois dire que sur ces deux points, je trouve ce travail de recherche très réussi et vraiment il me permet d’améliorer considérablement mon mode d’organisation. De plus, C.Ingrao fait de nombreuses références à l’anthropologie, ce qui me fournit également d’autres outils méthodologiques appréciables, et le contenu de ce livre me servira aussi pour mes cours d’histoire dans le secondaire. Je ne suis encore au tiers du livre, et il me faut donc poursuivre ma lecture, mais j’y ai déjà trouvé beaucoup.

Comme la nature de ma recherche se modifie, en devenant de plus en plus «concrète», j’ai également un peu modifié l’apparence du carnet de recherche, histoire d’ouvrir de nouvelles perspectives.


[1] Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Hachette Pluriel, 2011.

L’historien doit-il être un fin limier?

Poetry and the Police

Robert Darnton, Poetry and The police, Communication Networks in Eighteenth-Century Paris, Belknap Harvard, 2010.

 

J’ai précise dans un précédent billet que les livres dont je rends compte sur ce blog ont tous un lien avec ma recherche en cours. Il ne s’agit donc pas de compte rendus à proprement parlé, plutôt d’un parcours de lecture où je peux ici et là trouver de quoi alimenter ma réflexion, même si a priori le thème du livre est éloigné du sujet de ma thèse.

Je m’intéresse actuellement aux travaux de l’historien américain Robert Darnton afin d’essayer de trouver des éléments de réponse aux questions suivantes: comment lit-on ? Comment peut-on savoir en tant que chercheur en histoire ce que des personnes retiennent de leurs lectures et comment elles se l’approprient ? Je me pose cette question à propos des militants socialistes. En effet, il n’est pas rare de trouver des mentions de leurs lectures, mais il est difficile de savoir comment on passe des  idées de «grands» auteurs à l’appropriation de ces mêmes idées par de simples militants. Entre ces deux extrémités, il peut y avoir tout un ensemble d’intermédiaires – des militants faisant un compte rendu dans la presse militante, des conférenciers ou encore des intellectuels que l’on pourrait qualifier de subalternes– et c’est justement ce type de questions que l’historien Darnton aborde dans ces différents travaux sur le XVIIIème siècle français.

Une étude d’un réseau de communication :

Dans son dernier livre, l’historien s’intéresse également à la communication des idées, aux réseaux qui permettent les échanges d’idées, de textes ou de chansons. A partir d’une affaire criminelle concernant plusieurs personnes accusées d’avoir propagé des poèmes et des chansons irrévérencieuses envers le roi Louis XV en 1749, Darnton relate le déroulement des événements en eux-mêmes tout en détaillant l’analyse du réseau qui a permis la diffusion des poèmes. Il développe l’argument selon lequel la communication orale a permis de divulguer de multiples informations  durant le siècle des Lumières, et ce aussi efficacement que le réseau Internet permet aujourd’hui à tout un chacun d’accéder à un maximum de connaissances et d’échanges.

Robert Darnton relate en conséquence cette affaire des Quatorze (il y a quatorze inculpés) en essayant de reconstituer l’espace public relationnel qui a permis la diffusion de ces écrits et paroles subversives. Il est  à noter qu’il s’agit d’un «  livre augmenté » car sur le site internet de l’éditeur, on peut entendre les chansons incriminées, ce qui permet de mieux comprendre la portée de telles chansons (voir ici : an Electronic Cabaret https://t.co/XJr5ntG)

Méthode historique = méthode de limier ?

Que retenir de cette lecture, outre le fait que c’est un livre très plaisant ? Tout d’abord je dois constater que ce n’est pas là que j’ai trouvé des éléments de réponses aux questions que je me pose sur le processus d’appropriation des idées contenues dans des livres par les lecteurs militants. Je suppose que je trouverai ces informations dans les autres travaux de l’auteur. Ensuite, la reconstitution d’un espace relationnel de contestation est bien mise en valeur et c’est cet aspect que je retiens ici. Autrement dit, Robert Darnton offre ici de précieux conseils méthodologiques. Utilisant les archives de police et souhaitant reconstituer par pièce de puzzle « l’opinion publique » du XVIIIème siècle, à l’instar des travaux par moments assez comparables d’Arlette Farge, l’historien anglo-saxon montre surtout que les chercheurs peuvent appréhender une société où l’oralité dominait. Ce qu’il faut alors, c’est une méthode d’enquête. Pour lui, le travail du chercheur en histoire ressemble alors au travail de détective : « historical research resembles detective work in many respects (…) they [ les détectives, mais aussi les historiens] interpret clues, follow leads, and built up a case until they arrive at a conviction » p.141-142.

Se démarquant d’autres historiens qui ont établi une différence entre le travail d’historien et le travail de détective, comme Carlo Ginzburg , Robert Darnton écrit que les deux méthodes ont de très nombreuses similitudes et cela permet au chercheur en histoire de saisir « the oral experience of people from the distant past » p.141.

Je dois dire que sur ce point le livre de Robert Darnton est plutôt convaincant et que les faits énoncés me donnent la conviction de sur bien des aspects, je peux reconstituer le parcours des militants socialistes et les interactions entre leur identité et la violence entre 1900 et 1940, même si comme l’a écrit Sergio Luzatto «  il est presque impossible, enfin, de suivre à la trace les fantômes historiques » (L’Impôt du Sang,PUL, 1996, p.9). Peut-être qu’avec l’aide des travaux de Darnton, de telles traces seront plus visibles.

 

Le charme désuet du léninisme en Histoire

A propos de François Bouloc, Les profiteurs de guerre, 1914-1918, Editions Complexe, 2008

Comme je l’ai déjà écrit précédemment, on ne trouvera ici que des recensions d’ouvrages ou d’articles qui ont a priori un intérêt dans le cadre de mes propres recherches. Cela oblige aussi à ne s’intéresser parfois qu’à une toute petite partie des travaux recensés. Le livre de François Bouloc a été lu dans une double perspective : tout d’abord dans le cadre de la préparation d’une séance de TD portant sur « la mobilisation des entreprises françaises durant la Première Guerre mondiale » (séance appartenant à un ensemble de cours intitulé «  Histoire des entreprises françaises XIX-XXI e siècle ») et ensuite dans le cadre de ma recherche personnelle, d’autant que l’auteur évoque le cas d’Albert Thomas, socialiste ayant appartenu au gouvernement durant le conflit.

Ce travail, qui découle d’une thèse soutenue à l’université de Toulouse-le Mirail en 2006 surprend tout d’abord dans sa forme. Sans doute pressé de sortir ce livre dans un contexte de commémoration autour de novembre 2008, l’éditeur n’a pas jugé bon de fournir ni index ni bibliographie, ce qui relève d’une pratique qu’on aimerait bien ne plus voir dans l’édition en sciences sociales et déconsidère les éditions Complexe, habitués à un travail éditorial bien plus abouti. De même, quelques imperfections du texte doivent s’expliquer par cette précipitation (comme l’évocation du maréchal Joffre en septembre 1914 p.124 alors que celui-ci n’est encore que général ou bien encore la présence de deux « appendices » sans qu’on arrive à savoir ce qu’ils sont vraiment – conclusion partielle ? texte plus polémique?-). Oublions rapidement ces points négatifs pour nous concentrer sur les propos de l’auteur.

L’ouvrage est divisé en trois parties, la première tentant d’identifier le plus finement possible la catégorie « profiteur de guerre », suivie d’une tentative de mise au point sur le rôle de l’Etat dans l’économie de guerre et sur les profits qu’il en a tiré, et enfin l’auteur concentre son travail sur la question des impôts et celle des bénéfices réalisés par quelques entreprises, comme Hochkiss, durant le conflit. Mais le lecteur ne trouvera toutefois pas une analyse complète de la mobilisation des entreprises durant la Première Guerre mondiale : François Bouloc le souligne dès les premières pages : il ne s’agit pas d’un livre d’histoire économique mais plutôt « ce qui a été tenté est au fond une compréhension sans ambages de la place et de la perception du capitalisme et de ses agents dans la société française d’alors »p.9. Sans ambages ? Non certes, tant l’auteur nous inflige une série de considérations pour le moins problématiques. En effet, l’auteur a des idées à défendre et c’est bien là que les problèmes commencent. On pourrait s’étonner d’utiliser une citation de Boukharine pour débuter un livre d’histoire (ou alors est-ce l’illustration d’un sens de l’humour exacerbé ?) ou de se placer sous l’égide de la méthode historique d’Annie Lacroix-Riz comme Bouloc le fait en affirmant qu’il faut « d’abord rappeler constamment les faits ! »(p.15).Cela me laisse pour le moins perplexe tant je me rappelle un article de Lacroix-Riz paru dans le Monde diplomatique et dans lequel elle s’efforçait de justifier le pacte germano-soviétique… Mais on comprend peut-être davantage ce patronage si on sait qu’elle a voulu dans ses plus récents livres dénoncer par le rappel constant des faits la collusion du grand capital avec le fascisme en France, et ce dès avant l’occupation allemande. Une vision qui n’exclut pas une vaste conspiration des capitalistes français. Et comme elle, Bouloc a des idées bien arrêtées : tout d’abord le vrai ennemi est le « capitalisme », dont il ne donne pas d’ailleurs de définition, associant toutes les personnes qui ont voulu gagner de l’argent en temps de guerre au capitalisme. L’auteur identifie le capitalisme comme un vaste tout nocif, une sorte de pieuvre dont les principales victimes seraient les poilus. Aux profiteurs de guerre, il adjoint des collaborateurs comme Albert Thomas. Et même si l’auteur se dédouane en écrivant qu’il ne fait pas un réquisitoire, force est de constater que Thomas est selon lui une parfaite illustration du « social-traître » et tant pis si cela n’est une catégorie historique, Bouloc n’est pas une approximation près, en faisant même de Charles Maurras un compagnon de route de ce ministre socialiste. On ne s’étonnera dès lors pas de ne pas trouver de références aux récents travaux sur le rôle d’Albert Thomas dans le Premier conflit mondial.

Tout cela ne serait pas bien si grave si on ne trouvait pas dans d’autres occasions les travaux et les idées arrêtées de François Bouloc dans d’autres circonstances. Ainsi dans mon travail du moment sur le rôle de la mort au combat pour les militants socialistes, j’utilise le très bon livre collectif co-dirigé par Christian Benoit, Gilles Boëtsch, Antoine Champeaux et Eric Deroo, Le Sacrifice du Soldat, Cnrs éditions, 2009 et je peux aussi y lire, à côté de très bons articles, «  le combattant français, en parangon de vertu, ou le sacrifice instrumentalisé » du même François Bouloc, article fort heureusement plus mesuré, bien qu’il y dénonce à tour de bras à nouveau les « méchants capitalistes ». Par contre, plus embêtant selon moi, Bouloc est également un des membres du CRID 14/18, un collectif de chercheurs qui souhaite construire une nouvelle production sur la Première Guerre mondiale. Je dois reconnaître que l’entreprise peut se révéler séduisante (on peut le voir grâce à leur intéressant site internet) mais les arguments assenés par François Bouloc ont pour effet sur moi de jeter le discrédit sur l’ensemble de l’entreprise. En effet, notre historien anticapitaliste a réalisé le compte rendu critique de l’ouvrage dirigé par Vincent Chambarlac et Romain Ducoulombier, Les socialistes français et la Grande Guerre, ministres, militants, combattants de la majorité ( 1914-1918), et le moins que l’on puisse dire est que cette recension laisse l’apprenti chercheur que je suis bien interloqué : on y trouve en effet surtout une lourde charge contre les militants socialistes qui ont accepté de participer au premier conflit mondial ; « tous des traîtres » pense François Bouloc. Mais on n’y trouvera aucune perspective scientifique, juste quelques arguments léninistes remis à l’ordre du jour. Comment peut-on confondre à ce point opinion politique et recherche scientifique ? Ce qui est surtout regrettable, c’est qu’on a après la lecture l’envie de tout jeter avec l’eau du bain : les idées de l’auteur, ses travaux et l’ensemble du projet collectif du Crid 14/18. Mais peut-être suis-je trop réformateur et social-démocrate ?  L’intérêt de tout cela : cela m’a permis de mesurer combien des présupposés politiques pouvaient paralyser la recherche historique. Ce qui ne signifie pas a contrario qu’il ne soit pas nécessaire d’avoir des idées : mais à la lecture pénible des écrits de Bouloc, je préfère, si je souhaite m’en prendre au capitalisme, la lecture du petit opus de Karl Korsch, La Guerre et la Révolution (c’est plus rapide et moins ennuyeux à lire que les « profiteurs de guerre »). Et si en plus, je souhaite montrer mon hostilité à la guerre, l’écoute du dernier album de PJ Harvey fera très bien l’affaire.

A peine le début d’un commencement

Julien Blanc : Au Commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme, 1940-1941, Seuil, La librairie du XXIe siècle, 2010.

Faire la recension d’un livre est toujours chose difficile.  Pourtant ce passage obligé de tout travail de recherche est nécessaire afin de souligner les dettes que l’on peut contracter  ou de contester certains résultats obtenus. Dans ce carnet, il ne s’agira pas pour moi de faire des compte-rendus d’ouvrages selon les normes habituellement admises. Je souhaite plutôt partir de la lecture d’essais pour ensuite mieux déceler ce qui peut m’être utile afin de construire ma propre réflexion. Autrement dit, je cherche dans les livres lus ce qui peut m’être utile et je n’ai pas pour objectif de faire une recension complète des livres évoqués.

Alors pourquoi commencer par un livre sur la Résistance, alors que cet objet d’étude est a priori exclu de mon propre champ de recherche ? C’est que si mon sujet de thèse trouve son terme en 1940, la période de la Résistance en est la «  page suivante » naturelle. C’est en effet à partir d’une réflexion sur la participation ou non des socialistes à l’opposition à Vichy et à l’occupation allemande que ma problématique d’ensemble s’est peu à peu constituée. Il est donc normal que les études sur la Résistance trouvent une résonnance particulière dans mes propres investigations et nourrissent encore ma réflexion. Continuer la lecture de A peine le début d’un commencement