Archives pour la catégorie informations diverses

Je ne vous ai pas trop ennuyé avec mes salades?

J’emprunte le titre de ce billet au merveilleux roman noir de Thierry Jonquet, Les Orpailleurs. C’est une phrase que l’on peut lire à deux reprises: la première fois, l’inspecteur Rovère termine de raconter une partie tragique de sa vie à la juge d’instruction par ces mots. Quelques jours plus tard, relatant elle-même un épisode douloureux à l’inspecteur, la juge termine son histoire par les mêmes mots, copiant la même ironie mordante et le même refus de s’apitoyer sur son propre sort. Entre les deux personnages naît alors une complicité plus qu’intellectuelle. Il m’arrive souvent de me poser les questions suivantes : comment raconte-t-on un épisode tragique de sa vie ? Quels souvenirs en garde-t-on ? Comment conserver la mémoire intacte des événements ? Et surtout, comment se remémorer durablement des images, des pensées, des mots prononcés en étant sûr qu’il ne s’agit pas de souvenirs inventés ou édulcorés? Ce type d’interrogations peut se poser  particulièrement lorsque l’on travaille sur les souvenirs de guerre des combattants de la Première Guerre mondiale. Plusieurs travaux historiques se sont penchés sur cet aspect. Mais il n’est pas certain que l’on sache vraiment comment la mémoire personnelle peut se transformer en témoignage écrit, et surtout si on ne reconstruit pas, pour partie ou totalement, des souvenirs que l’on croit ensuite, de bonne foi, être la simple transcription de la réalité passée. La mémoire déforme les faits, incontestablement. Écrire ou réécrire son expérience de guerre obéit à des règles, des conventions dont il faut prendre conscience si on souhaite accorder de l’importance à de tels témoignages.

Les souvenirs de guerre de François Le Lann

J’ai sous les yeux les souvenirs de guerre de François Le Lann, né en 1890 dans le Finistère[1]. Instituteur depuis 1910, il fut mobilisé le 2 août 1914 au 65e régiment d’infanterie de Nantes. Comme il est devenu durant les premiers mois de la guerre lieutenant, j’ai pu consulter son dossier militaire au SHD de Vincennes. J’ai donc à ma disposition deux sources importantes pour reconstituer son parcours durant la Grande Guerre. Si la vie de Le Lann m’intéresse, c’est qu’il devient par la suite militant socialiste tout en étant instituteur dans plusieurs écoles du Finistère. Peut-être d’ailleurs était-il déjà socialiste avant 1914, comme de nombreux jeunes camarades à lui ? Je n’ai pas de réponse pour le moment. Les souvenirs de guerre qu’il a écrits sont des notes qu’il prend au jour le jour durant les premiers mois du conflit. Cela ne va pas au-delà car le lieutenant Le Lann est grièvement blessé en octobre 1914. Dans l’avant-propos, l’auteur précise : «  le petit travail qui suit est la relation exacte de mon journal de guerre tenu au jour le jour du 1er août au 23 octobre 1914. » Pourtant lorsqu’on lit la suite, on est parfois dubitatif. Plusieurs indications montrent en effet que ce texte, que l’auteur dit être une «  relation exacte », a été retravaillé, modifié sur certains points, tant le narrateur semble trop omniscient, anticipant parfois quelques événements ou exprimant une opinion qu’il ne peut avoir eu que plusieurs années plus tard. L’association Bretagne 14-18 a republié en 2000, sous forme d’une petite brochure, les souvenirs de Le Lann avec une préface de René Richard, président de l’association. On y apprend que ce texte a été publié une première fois à compte d’auteur en 1973. Quelques mois plus tôt, Le Lann avait décidé de reprendre ses carnets et de les retranscrire. Il meurt en 1975 sans avoir pu écrire la suite . Mais surtout, on peut parfois s’interroger pour savoir si certains des souvenirs personnels qu’il mentionne ne sont pas les reconstructions mémorielles d’un homme âgé qui aurait poli et amélioré des écrits bruts produits tous les jours. C’est une question que les historiens peuvent souvent se poser à la lecture de carnets de guerre présentés trop souvent comme étant des souvenirs datant de la guerre, alors qu’ils ont été modifiés plus tard. Les souvenirs de guerre de François Le Lann semblent être une forme hydride avec de courts passages directement issus des carnets écrits sur le vif, et des réflexions postérieures, plus construites, plus longues et écrites au moment de la transcription des documents de base. Dès lors, on peut s’interroger : quels sont les passages que l’auteur a gommés, s’il y en a ? Dans quelle mesure la plupart des souvenirs ici relatés ne sont pas des réinterprétations sujettes à caution du passé du jeune combattant ? Il est très difficile d’apporter des éléments de réponse à ces questions. Certains passages sont pourtant clairement écrits au jour le jour :

« 27 août, soir

Nous campons là où nous sommes, en ligne de sections par 4, à même le sol humide, car il a plu copieusement le 26 au soir et le 27 au matin quand nous traversions les herbes hautes pour aller prendre position. »

D’autres passages, par contre, semblent réécrits, par exemple celui-ci :

« Mercredi 5 août

Au-delà de Reims, penché à la portière, en gare de Béthéniville, je vois une jeune fille, bien jolie, ma foi, qui me fait signe d’approcher pour recevoir d’elle un bouquet. Je n’hésite pas. Pour la remercier je l’embrasse sur les deux joues, ainsi que ses amies. Dans son bouquet, un bout de billet sur lequel je lis : « Tâchez de revenir vainqueurs. Vive la France ! Maria Michel, Béthéniville ». Ce billet et son épingle ne m’ont jamais quitté en campagne, et quoi que je ne sois point superstitieux, je le considérais comme un talisman. Je l’ai encore, dans mon livret militaire de soldat. »

Dans ce passage, la dernière phrase montre que le narrateur explique qu’il a encore ce billet dans son livret militaire, mais il est fort probable que ce «  je l’ai encore » soit écrit au moment où l’auteur a décidé de transcrire les notes prises sur le vif en temps de guerre, soit soixante ans après les faits. Ce texte semble être un écrit composite qu’il convient d’analyser en conséquence. Mais il n’est pas nécessaire pour autant d’adopter une position hypercritique à l’encontre de ce témoignage, qui consisterait à remettre en cause systématiquement les propos de Le Lann. Il est alors important de se poser une autre question : peut-on raconter avec précision plusieurs dizaines d’années après un événement que l’on a vécu ? Car les souvenirs de ce lieutenant contiennent de nombreuses indications très précises, dont on peine à savoir s’il s’agit de souvenirs ancrés dans sa mémoire ou de faits relatés dans l’instant. On peut en effet douter de la persistance de certains moments vécus dans une mémoire personnelle toujours en évolution sur une aussi longue période.

Il n’y a peut-être pas de réponse déterminée mais je vais tenter à mon tour de raconter une ou deux journées qui se sont déroulées il y a aujourd’hui trente ans. Avec surprise, certains détails très précis, mais anodin,s sont restés en mémoire.

Une journée il y a trente ans

Le 13 mai 1986, je me suis mis en route comme chaque jour vers le collège. J’étais en 5ème, et la matinée allait être ponctuée par une heure de français, une autre de latin, une encore d’Histoire-Géographie puis en dernière heure, les maths. Je suis aussi aujourd’hui professeur moi-même, et j’ai bien du mal à me souvenir de mon emploi du temps des années précédentes. Pourtant, je me souviens parfaitement de mon emploi du temps de collégien des mardis matins de l’année scolaire 1985-1986. Ou alors est-ce une reconstruction ? Un peu fatigué au matin, j’ai rapidement salué comme à chaque fois, je crois avoir lâché un grand « Salut » dit avec l’humour d’un garçon de 13 ans. En retour, j’ai reçu un sourire amusé. Je ne suis pas resté plus longtemps, cela n’a duré que quelques secondes. Mais j’ai encore l’image de ce regard amusé. Je me dis aussi que si j’étais resté un peu plus longtemps, il y aurait quelques paroles prononcées, mais pas cette fois. Il faut dire que je n’étais pas en avance et que je ne voulais pas risquer d’arriver en retard à l’école. Sans doute avais-je eu un peu de mal à me réveiller. Le soir d’avant, j’avais eu le droit de regarder la télévision… Le lundi 12 mai au soir, sur la troisième chaîne, était diffusé Le Vieux Fusil. Du moins c’est le souvenir que j’ai. Peut-être qu’un jour je découvrirais que ce n’est pas vrai, que ce n’est pas ce soir là, mais j’en suis pourtant sûr. C’était la première fois que je voyais ce film, et depuis, c’est un film qui me fait toujours un drôle d’effet. Visiblement, je n’étais pas le seul en le regardant qui éprouvait une sensation étrange, c’est du moins ce que j’ai pensé en croisant un autre regard. Je me souviens alors m’être dit qu’il devait y avoir une raison, mais je ne savais pas encore pourquoi. L’image pourtant est toujours là, très présente, et je sais aujourd’hui pourquoi ce film a pu avoir des résonances particulières. Mais peut-être encore que je reconstruis cette soirée devant la télévision. Mais revenons au lendemain : cours de français où l’enseignante nous donne un sujet de rédaction à faire pour la semaine suivante : «  Que souhaitez-vous faire plus tard comme métier ? » Quel sujet banal non ? Mais en même temps, c’est étrange de se souvenir de ce sujet. Combien de rédactions bâclées ou écrites avec soin un collégien peut-il faire dans toute sa scolarité ? Beaucoup je pense. Et je ne me souviens d’aucun autre sujet que j’ai eu à traiter. Celui-là si. Je me souviens aussi avoir eu droit à une remarque de ma prof, parce que tout à coup je n’étais plus là. Vous savez, celui qui en face de vous est profondément plongé dans une réflexion intérieure. Je crois que j’ai dû rougir parce qu’à cette époque j’étais un élève toujours attentif. Toujours attentif, sauf ce matin-là, sans réellement savoir pourquoi. C’est que c’était une longue matinée du mois de mai, où il y a plein de jours fériés et où on sent indubitablement la fin de l’année scolaire. Je suis sorti du collège et, agréable surprise, on était venu me chercher. Cela arrivait quelques fois, et c’était toujours une joie. Je n’habitais pas loin du collège, mais c’est bien plus rapide, et puis souvent il y avait de la musique, vous vous rappelez, les vieilles cassettes audio avec le mauvais son des enceintes. En même temps, si cela arrivait parfois qu’on venait me chercher, c’était quand même rare. Et c’est étrange comme on se dit alors que quelque chose n’est pas pareil, qu’il y a une nouveauté presqu’inquiétante dans la journée, un truc que l’on ne comprend pas. J’ai dû replonger encore une fois dans mes pensées à ce moment-là. Nous étions trois dans la voiture et je me souviens parfaitement du parcours effectué.

Puis on se gare, après avoir trouvé difficilement de la place dans la rue montante où on habitait alors. Le fait d’être arrivé en voiture faisait gagner du temps, c’était autant de minutes précieuses pour jouer après le repas, il fallait donc descendre vite, manger vite, et jouer le plus possible, profiter des quelques minutes de liberté avant de retourner à l’école. L’après-midi du mardi, c’était sports et ? Je ne sais plus pour l’après-midi. C’est étonnant car la mémoire me fait ici défaut. Le ciel était nuageux, mais il faisait bon ce jour-là. Je me souviens avoir remonté rapidement sur le trottoir pour arriver à la hauteur du numéro 48. Mais avant d’y être, on s’est rendu compte que quelque chose n’allait pas. Une personne que l’on connaissait bien était sortie de la maison pour nous accueillir, et on a tout de suite su que normalement cette personne n’aurait pas dû être là, n’aurait pas dû sortir à ce moment-là pour nous attendre, n’aurait pas dû guetter notre arrivée et sortir sur le trottoir. Depuis combien de minutes était-elle sur le palier ? On a su très vite en voyant cette personne, qui a prononcé quelques paroles douces. Ou plutôt, on n’a pas compris tout de suite, même si les paroles douces étaient très claires. Je m’en souviens encore. C’était net, précis, clair, sans aucune fioriture. D’autres personnes sont ensuite arrivées, bien plus affolées, dans le vestibule de la maison. Mais après je ne sais plus. Je ne les ai pas écoutées. Il faut attendre le lendemain matin pour retrouver un autre souvenir précis. Celui d’une maison où pour une fois il n’y avait pas de musique. Le lendemain, c’était le silence. Cela n’est pas si facile de se rappeler du silence. Pourtant, c’est le souvenir qu’il me reste du mercredi 14 mai de cette année-là. Quelques jours plus tard, j’ai dû écrire sans aucune conviction la rédaction demandée : je ne me souviens plus du tout du métier que j’avais choisi. Avec étonnement, cette période est donc une alternance de souvenirs très précis et d’oublis nombreux. On peut y voir quelques similitudes avec les récits de guerre de nombreux combattants, très précis sur certains points et silencieux sur d’autres, sans que cela soit un choix des auteurs, mais plutôt une conséquence du vécu qui parfois ne se transforme pas en souvenir mais en espace de mémoire vide.

Il n’y a pas grand-chose à retenir de ce billet, si ce n’est que la mémoire personnelle est un objet d’étude qu’il est très difficile à étudier pour l’historien-ne. Je le sais peut-être davantage après avoir écrit ces lignes. D’ailleurs, plus largement, l’ensemble de ce carnet était destiné à  accompagner le travail d’écriture d’une thèse. Cela se termine doucement. En conséquence, ce billet sera le dernier pour le moment. Parce qu’il faut terminer ailleurs. Je crois que je suis enfin en train de répondre au sujet de cette rédaction du mois de mai 1986.

Je ne t’ai pas trop ennuyé avec mes salades ?

NB: il y a toujours une personne qui lit en premier. Merci à elle.

[1] François Le Lann, Souvenirs de la Guerre 14-18. 3 mois de campagne, Association Bretagne 14-18, 2000. Les citations suivantes sont issues de ce court texte.

« Les hommes partent avec un élan superbe »

On trouve la phrase qui me sert de titre pour ce billet dans le JMO du 62e régiment d’infanterie en date du 31 mars 1917. Au petit matin, une offensive est en effet lancée dans le secteur de  Vrégny, dans l’Aisne, pas très loin de Soissons. L’attaque est couronnée de succès mais le JMO précise que le bataillon à l’origine de l’action a perdu 80 soldats morts ou blessés durant l’assaut. Parmi eux, on trouve Joseph Vételé, qui a 33 ans au moment de sa disparition. C’est un soldat qui connaît bien l’armée puisqu’il a été engagé volontaire dans sa jeunesse pour servir en Indochine. Mais depuis plusieurs années, il s’était installé à Brest, où il exerçait le métier d’ouvrier menuisier. En août 1914, il est, comme d’autres, rappelé sous les drapeaux et sa fiche matricule mentionne qu’il participe à la campagne contre l’Allemagne jusqu’à sa mort.

« Tué à l’ennemi » après avoir participé à un assaut « avec un élan superbe ». Une histoire parmi tant d’autres. Pourtant, ce soir je me suis arrêté sur son cas. Parce que derrière le portrait rapide que je viens de brosser, il y a quand même quelques accrocs dans l’image de ce « tué à l’ennemi ».

Au moment de la mobilisation contre la Loi des trois ans en 1913, les pouvoirs publics établissent tout un ensemble de rapports et d’enquêtes sur le mouvement ouvrier. Brest est perçue alors comme un foyer d’agitation qu’il faut surveiller. La municipalité est socialiste et a régulièrement maille à partir avec la préfecture maritime. Le député de la ville, Émile Goude, appartient également à la SFIO. Mais si certains socialistes inquiètent à cause de leur antimilitarisme, ce sont surtout les syndicalistes révolutionnaires brestois qui sont davantage surveillés. Dans chaque département du pays, des listes de militants sont ainsi établies afin de garder un œil policier sur ceux qui seraient susceptibles de devenir dangereux. Il n’y en a pas partout d’ailleurs, puisque le préfet du département voisin des Côtes-du-Nord signale qu’il n’y a chez lui aucun militant dangereux à surveiller. À Brest par contre, ils sont nombreux à être inscrits dans ce que les autorités appellent le carnet B, c’est-à-dire la liste des personnes qu’il faudra arrêter de toute urgence en cas de guerre car ils sont supposés mettre en péril la mobilisation. On trouve dans cette liste quelques socialistes cependant, ceux surtout qui ont commencé à militer dans les rangs libertaires. Il y a, à ce moment, un courant qui revendique l’action directe au sein du parti socialiste, et ce sont ses représentants brestois qui sont inscrits dans ce carnet B. Mais dans cette liste, on retrouve Joseph Vételé, caractérisé par ces mots : « antimilitariste et révolutionnaire militant ». Il appartient, en effet, à l’union des ouvriers du bâtiment de Brest et participe très régulièrement aux réunions de la Bourse du travail, qui est dominée par les syndicalistes révolutionnaires rassemblés autour de la figure de Victor Pengam, leader anarchiste de Brest. Et Joseph Vételé a aussi d’autres faits qui laissent des traces dans les rapports des pouvoirs publics : lorsqu’il est au 2e régiment d’infanterie coloniale, il est condamné à six mois de prison pour vol à un particulier. Puis, il est muté dans un bataillon disciplinaire. On sait qu’il débarque à Toulon le 19 juin 1909. Sa fiche matricule semble ensuite plus imprécise, mais on trouve quelques mois plus tard un entrefilet dans l’Humanité du 1er septembre 1909 où un soldat Vételé provenant d’un régiment colonial est mentionné… S’agit-il de Joseph ? On peut peut-être le penser. Que dit cet article ?

« On vient de découvrir à la prison militaire du fort Lamaigue, à Toulon, l’évasion de huit soldats prisonniers qui ont pu desceller un barreau de leur cellule, côté est de la prison (…) Les conditions dans lesquelles s’est effectuée cette évasion indiquent une audace peu commune. » En effet, la prison est entourée de très hautes murailles que les évadés ont dû descendre au péril de leur vie. L’article précise qu’ils sont vivement recherchés car considérés comme très dangereux. Alors, est-ce que le soldat du régiment colonial Vételé est le Joseph Vételé en question ? Le profil pourrait correspondre mais je n’en sais pas plus pour le moment.

La fiche matricule précise évidemment que le certificat de bonne conduite est refusé au moment où Joseph quitte l’armée. Résumons : condamné à la prison, militant révolutionnaire, inscrit au carnet B, possible évadé, antimilitariste, tout cela fait sans doute beaucoup pour les autorités militaires lorsqu’elles voient le soldat Vételé revenir sous les drapeaux. J’ai cherché dans le journal de la bourse du travail de Brest, Le Finistère Syndicaliste, si on trouvait son nom, mais pour le moment j’ai échoué. Joseph Vételé, qui a droit à une courte notice biographique dans l’indispensable Dictionnaire biographique qu’est le Maitron, semble n’avoir laissé que peu de traces, et encore celles-ci proviennent exclusivement des autorités politiques ou militaires. Il est mobilisé dans le 62e RI de Lorient, a priori pas dans un bataillon disciplinaire comme d’autres inscrits au carnet B le sont au même moment. Car, si les inscrits à ce fameux carnet n’ont pas été immédiatement arrêtés dans les premiers jours de la mobilisation, ils sont cependant surveillés durant toute la guerre et certains ont droit à des traitements de « faveur » : bataillons disciplinaires, ou, assez rapidement, envoi en première ligne. Certains de ces militants ouvriers ou socialistes que j’étudie font d’ailleurs de très bons soldats qui sont ensuite régulièrement félicités par les autorités militaires. Mais en ce qui concerne Joseph Vételé, ce n’est pas exactement le cas ! Il est en effet condamné un an plus tard, le 16 août 1915 à cinq ans de travaux publics. Le motif de la condamnation ? « Refus d’obéissance sur un territoire en état de guerre et outrage envers un supérieur pendant le service ». Toutefois, la peine est suspendue et après presqu’un an de détention, Vételé est libéré et il repart au front le 29 juin 1916. Ensuite, plus rien avant la mention de sa disparition le 31 mars 1917.

Voilà, ils sont sans doute très nombreux durant la Grande Guerre les exemples comme celui que je viens d’évoquer. Mais en lisant son histoire et en cherchant des informations complémentaires, je trouvais que ce Joseph Vételé méritait une attention particulière. Je crois surtout que cela vaudra le coup plus tard de chercher d’autres informations sur lui. Tout simplement parce que je ne suis pas sûr qu’il soit parti à l’assaut le 31 mars 1917 « avec un élan superbe ».

Finir

« Bref, continuer contre toute attente et toute espérance, continuer parce qu’on sent, parce qu’on pense, parce qu’on croit qu’on ne peut plus continuer, qu’on est à bout, que cela suffit, et parce que voilà qu’on continue quand même, est à la fois la pensée la plus noble et la plus douteuse. Le continu est autant la splendeur indiscrète des forces toujours insoupçonnées de l’âme et du corps que le pathétique héroïsme de la pulsion de vie laissée à elle-même, sa persévérance dérisoire. Splendeur plus puissante que toute sensation singulière, que toute pensée sans totalité, que toute croyance disparate. Et pathétique aux sources du ridicule : petit bonhomme qui tombe sans cesse dans la boue et se relève sans cesse, héros de pacotille, vain combat.

Mais c’est cela vivre. »

Pierre Zaoui, La Traversée des catastrophes. Philosophie pour le meilleur et pour le pire, Paris, Seuil, coll. « L’Ordre philosophique », 2010, p.373.

Ce manuel de survie tel que le définit lui-même l’auteur m’accompagne ces jours-ci, mais cela fait en réalité longtemps, puisque je l’ai déjà évoqué ici. J’aime beaucoup ce passage, justement parce que c’est ce dont je ne me sens pas capable. Écrire ce carnet de recherche, c’était un moyen d’accompagner la rédaction de la thèse. Or, je n’y arrive plus pour le moment. Parce la vie est faite d’éléments qu’il est impossible de prévoir. Donc il faut continuer ailleurs mais plus ici ni sur twitter. Merci beaucoup à celles et ceux qui ont aimé lire ce carnet, merci pour vos conseils, vos remarques, vos encouragements. J’espère qu’un jour vous pourrez lire le texte de la thèse. Je vais encore écrire comme promis quelques billets pour le carnet collectif Espaces réflexifs, j’espère pouvoir y arriver, parce qu’il faut continuer…

20141023_172254-EFFECTS

« Personne ne le verra » : Jaurès, l’éducation et le plagiat

« Personne ne le verra »…Ce billet, initialement publié il y a quelques jours n’avait qu’un but : montrer que plusieurs sources disponibles en ligne avaient été plagiées dans un site éducatif concernant Jaurès. Quelques heures après la première publication, le site concerné a été dépublié dans le but de refonder entièrement les fiches qui contenaient trop souvent des copier/coller d’autres travaux. Ce billet a donc servi à alerter et a permis  la prise en considération du problème. A partir de là, il n’a plus lieu d’être.

« Rem tene et verba sequentur » Cicéron

Agir pour la paix dans les années 30

La première fonction de ce carnet de recherche était d’aider à la réalisation de la thèse. Celle-ci étant toujours en cours de rédaction – eh oui !-  il est donc logique de poursuivre la publication de billets. Deux formes d’écriture bien différentes tracent le chemin de la recherche menée : l’une est organisée, plus difficile à manier, assortie d’un appareil critique parfois lourd à mettre en place et souvent « contrôlée » ; l’autre, pratiquée ici, n’en est pas une version édulcorée mais une forme plus libre qui permet bien souvent à la première écriture d’aboutir aux résultats attendus. Peut-être qu’après tout, la thèse sera un peu comme le palimpseste du carnet lorsque les deux seront terminés. Quoi qu’il en soit, j’envisage d’aborder à présent dans plusieurs billets consécutifs la question du pacifisme dans les années 30, ou plus exactement de suivre des hypothèses concernant les liens entre le pacifisme socialiste durant cette période et la mémoire de la Première Guerre mondiale : les relations entre ces deux objets d’étude semblent aller de soi, mais j’ai de nombreuses interrogations cependant à ce propos. Derrière le constat premier que de l’expérience de la guerre découle le pacifisme, il me semble que se cachent plusieurs aspects qui méritent qu’on s’y arrête. Afin d’avancer dans la recherche, plusieurs thèmes seront évoqués dans les jours prochains :

Extrait de l'Almanach populaire de laSFIO, 1938.
Extrait de l’Almanach populaire de laSFIO, 1938.

Le prochain billet aura le mérite de faire la transition avec un sujet d’étude qui m’a beaucoup occupé dans les mois précédents : le 30 juillet 1939 les principales organisations de gauche commémorent le 25e anniversaire de la disparition de Jaurès. L’hommage se fait en ordre dispersé car socialistes et communistes organisent deux manifestations distinctes. Du côté de la SFIO, la commémoration se place sous le signe de la paix : il s’agira donc dans ce billet «Jaurès, la SFIO et le camp de la paix à la veille de la Seconde Guerre mondiale» de comprendre pourquoi le leader socialiste disparu en 1914 est encore une référence déterminante et comment le contexte particulier de l’été 1939 donne à cette commémoration une signification particulière qui mérite d’être étudiée. Ce rassemblement est en outre l’occasion de faire le point sur le camp de la paix à gauche, puisque de très nombreuses organisations se sont jointes aux socialistes. Enfin, l’hommage rendu au Panthéon à Jaurès ne devra pas faire oublier que mon sujet de recherche porte sur l’espace breton : aussi, je verrai l’importance que le grand orateur a pour les militants socialistes de la Bretagne lors de cette commémoration.

Le second billet, plus historiographique, s’appuiera sur la récente étude de l’historien Norman Ingram, «  Pacifism, The Fascit Temptation, and the Ligue des droits de l’homme » publiée dans le livre dirigé par Samuel Kalman et Sean Kennedy, The French Right between the Wars[1]. Spécialiste du pacifisme français de l’entre-deux-guerres, l’auteur, en portant un jugement sur l’historiographie française qui a peu abordé cette question selon lui, aborde la question de l’omniprésence du pacifisme dans la France de l’entre-deux-guerres. Il montre également en quoi cela a eu pour conséquence de rendre plusieurs organisations perméables à l’attraction du fascisme. Dans «Du pacifisme nouveau style au fascisme ? La gauche et la paix » j’essayerai de rendre compte du travail de Norman Ingram, tout en m’arrêtant sur la question de savoir comment on peut étudier localement la Ligue des droits de l’homme durant cette période puisque cette organisation était très liée, en Bretagne comme dans le reste du pays, à la sphère militante socialiste. Le troisième billet, « Les femmes socialistes en Bretagne et la paix » aura pour ambition de rendre compte de l’action pacifiste des militantes intégrées au milieu partisan socialiste, voire davantage puisque je partirai de l’itinéraire de Josette Cornec, une institutrice syndicaliste du Finistère dont l’action militante fut importante pour l’ensemble du mouvement ouvrier de ce département et au-delà. Puisqu’elle était déjà pacifiste durant la Première Guerre mondiale, son parcours permettra d’aborder les continuités et les ruptures de l’idée pacifiste de 1914 jusqu’aux années Trente. Enfin, cela permettra de porter le regard sur les militantes socialistes en Bretagne. Le billet suivant portera, quant à lui, sur une des tendances de la SFIO qui apparaît à la fin des années Trente autour de la revue « Agir ». Rassemblant les partisans de la fermeté face aux dictatures fascistes, cette tendance critique le pacifisme des autres militants tout en proposant un renouvellement du corpus idéologique du parti, ainsi que des pratiques militantes. Parmi les dirigeants de ce courant, on trouve un socialiste breton, le député Tanguy-Prigent, ce qui impliquera que j’essaye de situer cette tendance dans le mouvement socialiste de la région : c’est pourquoi le titre de ce billet sera «L’implantation locale d’un courant socialiste à la fin des années Trente : l’exemple d’Agir ». L’étude suivante trouve son origine dans la lecture récente d’un article de l’historien Michel Dreyfus, «Un historien et ses doutes », paru le dernier numéro de la revue Communications où il revient sur la réalisation et l’écho de son livre L’Antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours[2]. L’auteur souligne ainsi dans son article que cet objet d’étude a trop souvent été négligé dans l’étude historique du mouvement ouvrier. Du coup, j’essayerai d’apporter quelques éléments à ce sujet dans « Pacifisme et… antisémitisme au sein de la SFIO ? Une exploration des sources locales »

Ces différents sujets de billets serviront de point de départ à un article final plus synthétique sur « Aveuglés par la Grande Guerre ? Socialistes et pacifistes à la fin des années Trente » Comme toujours ici, c’est un programme de recherche prévu, mais cela pourra très bien être modifié en cours de route. Faire un pas de côté, ou même faire une pause : c’est autant de plaisir qu’on peut se permettre dans le carnet de recherche, peut-être moins dans l’écriture de la thèse.


[1] Samuel Kalman et Sean Kennedy (dir.) The French Right between the Wars. Political and Intellectual Movements from Conservatism to Fascism, Berghahn, New York – Oxford, 2014.

[2] Michel Dreyfus, L’Antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours, La Découverte, Paris,2009.

« C’est avec une profonde affliction »

En cherchant une information sur Victor Pengam, un militant ouvrier brestois inscrit au carnet B, en lien avec la série débutée dans le précédent billet, je suis tombé sur cette petite annonce :

« C’est avec une profonde affliction que nous avons appris la mort, à l’âge de 20 ans, du sous-lieutenant Julien Léon, du 23e colonial, tué dans un des derniers combats. Il était le fils de notre sympathique camarade Julien, instituteur, adjudant mobilisé au 68e d’artillerie au front. En cette douloureuse circonstance, la section de Saint-Pierre adresse au militant Julien, à son épouse et à ses enfants, l’expression de ses plus sincères condoléances »

Ce petit article est paru le 23 novembre 1918 dans le Cri du Peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère. Au moment où les militants lisent ces lignes, la Grande Guerre est terminée depuis quelques jours. Pourtant, on apprend encore la mort au combat de certains soldats. Jean Julien, le père du sous-lieutenant, est un instituteur que j’ai plusieurs fois rencontré dans mon parcours de recherche. Jeune enseignant, il a  été en poste à Landerneau. Il a exercé une grande influence sur un de ses élèves, Jean-Louis Rolland – plusieurs fois évoqué dans ce carnet de recherches – qui devient plus tard maire socialiste de cette ville et député du Front populaire. Lui-même fut par la suite un responsable actif de la fédération finistérienne. Il a droit à une notice biographique assez conséquente dans le Maitron, mais celle-ci ne mentionne pas son parcours durant la Première Guerre mondiale. Né en 1874, il est en conséquence relativement âgé durant ces années, mais l’article nous apprend qu’il a toutefois été mobilisé. J’ai repéré depuis sa fiche matricule conservée aux Archives départementales du Finistère. Il doit y avoir également un dossier sur son parcours professionnel qui permettra aussi de reconstituer son engagement durant la guerre. Ce sera la première piste de recherche qu’il faudra suivre. Et puis, il y a surtout ici la mort de son fils, le deuil et le traumatisme que l’on peut imaginer, d’autant que Léon est décédé dans les derniers jours du conflit. En cherchant sur le site Mémoire des hommes, on découvre en effet qu’il est mort le 29 octobre 1918 dans les Ardennes. Né le 15 décembre 1898, il n’a donc pas eu le temps d’avoir 20 ans. Comme pour tout officier, il doit rester un dossier individuel le concernant conservé aujourd’hui au SHD de Vincennes. Ce sera donc la seconde piste de recherche. J’ai déjà  relaté  à quelques reprises  le deuil des soldats morts au combat. Ce fut le cas dans ce billet évoquant les réactions d’Yves Le Febvre lors des funérailles d’un jeune militant socialiste de Morlaix. L’histoire de Jean et Léon Julien a également quelques similitudes avec le cas d’André Durkheim et de son père Émile.

Jean Julien, 1934, DR
Jean Julien, 1934, DR

Dans l’entre-deux-guerres, Jean Julien est un militant important de la SFIO dans la région brestoise. La dernière piste de recherche sera donc de tenter d’étudier la mémoire personnelle de la guerre qu’il a pu exprimer dans son parcours militant. Cette tragédie a laissé des traces, il faudra donc les retrouver. « Alors cette recherche ça avance ? » me demande-t-on parfois avec d’autres mots suspendus comme «Dis, tu en mets du temps…» Peut-être pas assez rapidement, mais oui ça avance.

Les Bonnets rouges, le socialisme et la Bretagne: Histoire et mémoire (1900-1940)

 

Aujourd’hui, dimanche 27 octobre 2013, on peut lire en Une du Télégramme de Brest, un gros titre « La révolte des bonnets rouges ». Relatant la manifestation organisée à Pont de Buis dans le Finistère contre l’écotaxe par des paysans bretons et leurs soutiens, le journal se focalise ainsi sur un élément visible par tous de cette action de colère : les manifestants portaient tous un bonnet rouge, en mémoire de la révolte des Bonnets rouges de 1675, façon de  revendiquer une mémoire longue des mouvements collectifs contre l’impôt et d’intéresser par là-même les médias. L’observateur ne peut qu’être étonné pour cette forme d’action : le bonnet rouge, facilement assimilable en plus au bonnet phrygien, pourrait objectivement être perçu comme un symbole du peuple de gauche et non pas a priori  comme celui d’un mouvement hostile à une nouvelle taxe mise en place par un gouvernement socialiste. C’est sans doute que ce qui peut rassembler les deux mouvements de colère est une animosité  vis-à-vis du reste de la France et d’un gouvernement jugé trop centralisé. Ce type d’action serait alors destiné à montrer l’existence d’une « identité » bretonne en lutte contre une forme d’ « impérialisme» de l’Etat, unifiant les partisans de celle-ci, les opposants à un supposé « matraquage fiscal » du gouvernement actuel et d’autres personnes sensibles à la seule vue d’un bonnet de couleur rouge, couleur symbolique s’il en est d’un mouvement social populaire de gauche. Le tout sur fond de nombreux plans sociaux en cours dans la région.

Pourtant, il me semble nécessaire d’aller bien plus loin dans l’analyse en ne ciblant cependant qu’un aspect peut-être marginal : comment cette mémoire des Bonnets rouges a-t-elle été entretenue par la gauche bretonne dans la première partie du XXème siècle ? Ce sera mon interrogation de départ. Celle-ci s’ancre dans un questionnement bien plus large sur les pratiques militantes du milieu partisan socialiste dans ces années et sur l’étude d‘un imaginaire social et d’une mémoire collective des militants de la SFIO en Bretagne. Au final du coup, l’actualité n’est qu’un prétexte pour poursuivre la recherche et peu importe ce que je pense de la situation. L’événement actuel aiguise ma curiosité, mais ce qui prime, c’est une analyse historique.

La révolte de 1675

La révolte des Bonnets rouges de 1675 est un épisode de l’Ancien régime fréquemment étudié en histoire moderne. Au départ, on trouve une réaction hostile et violente à l’instauration d’une nouvelle taxe voulue par le pouvoir royal. Mais cette révolte du papier timbré est avant tout urbaine et dans les campagnes du Centre-Bretagne, un mouvement concomitant se déroule, les paysans se mobilisant non seulement contre les nouveaux impôts mais aussi contre les abus des seigneurs. Ceux qui portent un bonnet rouge comme signe distinctif entrent en lutte contre une oppression fiscale lointaine mais aussi toute proche. Quelques meneurs, comme Sébastien Le Balp, font de cette révolte un mouvement collectif assez bien organisé. Une répression sévère est rapidement mise en place par le pouvoir central et laisse des traces nombreuses dans les traditions orales dans cette région. Un très bon résumé de l’histoire de cette révolte est visible dans ce documentaire réalisé sous la houlette de l’historien Alain Croix . Plusieurs études historiques sont également disponibles comme le livre d’Yvon Garlan et de Claude Nières , Les révoltes bretonnes de 1675.Papier timbré et bonnets rouges ( Paris, éditions sociales, 1975) dont l’analyse est influencée par le courant dominant du marxisme à l’époque de la rédaction de l’ouvrage. Car cette révolte de 1675 a été également l’objet d’un débat historiographique important, j’y reviendrai tout à l’heure.

En ce qui concerne la mémoire de cette révolte des Bonnets rouges, quelques études comme celle d’Alain Croix[1], ou plus récemment celle de Gauthier Aubert , donnent de précieux jalons pour comprendre comment cet évènement a pu laisser des traces dans la mémoire collective jusqu’à nos jours.

De mon côté, je voudrais apporter quelques réponses à deux questions complémentaires liées à mon objet d’étude : est-ce que d’une part l’histoire des Bonnets rouges a servi lors des mobilisations collectives des socialistes entre 1900 et 1940 ? La SFIO a-t-elle eu, d’autre part, un discours historique ou engagé à propos de cette révolte bretonne de 1675 ?

 Historiens socialistes et  Bonnets rouges

La seconde question oblige tout d’abord à considérer le rôle possible des historiens socialistes. Il se trouve que la fédération de l’Ille-et-Vilaine a durant cette période deux historiens spécialistes de la période moderne, Henri Sée[2] et Armand Rébillon. Tous deux professeurs à l’université de Rennes, ils ont milité au sein de la SFIO dans les suites de l’affaire Dreyfus dès le début du XXème siècle. Historiens reconnus, ils ont aussi participé activement à l’implantation du socialisme en Bretagne pour Henri Sée jusqu’à sa mort en 1936 et pour Rébillon encore après la Seconde Guerre mondiale. Surtout, leurs études historiques ont porté sur l’histoire économique et sociale de la région à l’époque moderne. Historiens engagés, ils écrivaient régulièrement dans la presse militante et parfois sur leurs propres sujets de recherche. Pourtant, sous réserve d’une étude plus exhaustive, on ne trouve pas sous leur plume de référence aux Bonnets rouges. Henri Sée par exemple signe une étude sur « Le socialisme et les paysans » en trois articles, du 22 août au 10 septembre 1922 dans le journal de la fédération socialiste des Côtes du Nord L’éveil breton mais il ne mentionne pas la révolte de 1675. Armand Rébillon, de son côté, fait plusieurs conférences sur la Révolution russe et ses antécédents historiques, ou encore sur l’histoire de la paysannerie, mais là encore il ne mentionne pas l’exemple des Bonnets rouges. Mais les deux historiens évoquent cette révolte dans leurs travaux historiques comme Henri Sée dans son étude Les classes rurales en Bretagne du XVIème à la révolution [3]parue en 1906, où il explique que les paysans pris dans cette révolte ont conscience de leur classe et de leurs intérêts collectifs. Si le discours intellectuel sur la révolte des Bonnets rouges ne semble pas être utilisé comme une arme politique au sein de la SFIO en Bretagne, on peut être tenté d’explorer plus en avant la question afin de savoir si lors de mobilisations collectives, l’exemple de la révolution de 1675 est utilisé. Là encore, force est de constater que ce n’est guère le cas. La seule mention que j’ai retrouvée pour le moment est associée à une contremanifestation organisée par le parti socialiste en septembre 1933.

Des Bonnets rouges de 1933 ?

 A cette date, l’Action française souhaite organiser un rassemblement à Saint-Goazec dans le centre-Bretagne. La SFIO du Finistère organise la riposte et mentionne la mémoire des Bonnets rouges à cette occasion :

« Face aux Camelots du Roy

Notre appel a été entendu. D’excellentes nouvelles nous parviennent de tous les points du département et même des Côtes du Nord et du Morbihan. Du Nord comme du Sud, du Trégorrois avancé, de la Montagne rouge comme de la Cornouaille d’avant-garde, tous se préparent à venir contre-manifester (…) Les paysans de Cléden, de Laz, de Landeleau, de Kergloff, de Saint-Hernin, dignes descendants des bonnets rouges ».[4]

Mais c’est la seule évocation de la révolte de 1675, même si les contre-manifestants utilisent tout un vocabulaire contre les royalistes qui peut se rattacher à l’hostilité que manifestaient les bonnets rouges vis-à-vis du pouvoir royal. On trouve même des pratiques similaires au XVIIe siècle puisque lors de la manifestation de 1933 une effigie de Jean III, le duc de Guise, qui est à l’époque le prétendant au trône allié de l’Action française, est exhibée puis brûlée. Des pratiques collectives identiques pouvaient exister à l’époque moderne lors des révoltes paysannes dirigées contre le roi. Le journal national de la SFIO, Le Populaire, insiste encore davantage sur la mémoire des Bonnets rouges à propos de cet épisode.

Ainsi dans l’édition du 1er septembre 1933, on précise qu’il faut réagir à la présence de l’Action française :

« Nos amis demandent aux forces antifascistes de se dresser résolument contre la réaction, contre le bellicisme fauteur de guerre. Ils font appel aux descendants de ces Bretons, de ces « bonnets rouges » qui, bien avant la Révolution osèrent se dresser contre l’absolutisme royal et furent massacrés sans pitié. »[5]

Cette évocation de la mémoire des Bonnets rouges est toutefois la seule que j’ai retrouvée jusqu’à présent et cela montre que c’est plutôt parce que la mobilisation a lieu près du lieu d’origine de la révolte de 1675 que cet exemple est ici rappelé, pas forcément parce que c’était un exemple à suivre. Sans doute, aussi faut-il rappeler qu’à la même période, le mouvement nationaliste breton utilisait cet exemple mais dans un tout autre but : il s’agissait alors de rappeler la volonté autonomiste que les Bretons avaient selon eux en mémoire. Cela peut sans doute expliquer pourquoi les socialistes n’évoquent qu’avec parcimonie cet exemple de mobilisation collective. Pourtant, comme je le rappelle au début de ce billet, la révolte de 1675 devient aussi un enjeu historiographique. Ainsi l’historien soviétique Boris Porchnev publie quelques temps après en 1940 son étude sur « Les buts et les revendications des paysans lors de la révolte bretonne de 1675 » inscrivant les Bonnets rouges dans une analyse marxiste qui allait entraîner un débat historiographique après 1945. Au-delà, la révolte de 1675 sera à nouveau évoquée au sein de la gauche autonomiste à partir de la fin des années 60 comme un épisode précurseur et à valeur d’exemple.

De mon côté, ces quelques indications m’incitent surtout à utiliser plus en avant les recherches de l’historien H. Roderick Kedward qui travaillant sur l’histoire de la Résistance en France a cherché ,selon une approche d’anthropologie historique, à comprendre comme la Résistance s’inscrivait dans des continuités avec d’autres contestations collectives des siècles antérieurs. C’est pourquoi cette action collective actuelle que l’on connaît en Bretagne m’aide également de me plonger dans l’imaginaire social des socialistes bretons avant 1940. Dans le prochain billet, retour à Pierre Guéguin.


[1] Alain Croix «  La révolte des bonnets rouges, de l’histoire à la mémoire » revue Ar Men, nov-déc. 2002

[2] Sur Henri Sée, voir l’article «  nécrologie et bibliographie des travaux de Henri Sée » écrit par Armand Rébillon à la suite de son décès dans les Annales de Bretagne, 1936, p2-33 consultable en ligne.

[3] Henri Sée, Les classes rurales en Bretagne du XVIème siècle à la Révolution, Paris, Giard et Brière, 1906, consultable en ligne.

[4] Le Breton socialiste, 2 septembre 1933.

[5] Le Populaire, 1er septembre 1933.

Le Lieutenant Pierre Guéguin, de Châteaubriant à la Première Guerre mondiale

Le 22 octobre 1941, les autorités allemandes décidèrent d’exécuter 27 otages pris parmi les détenus du camp de Châteaubriant en représailles de l’attentat contre Karl Hotz à Nantes deux jours auparavant. En tout, près d’une centaine d’otages dans toute la France sont fusillés en représailles à cet attentat organisé par la branche armée de la résistance communiste[1]. Ces otages sont pour une très grande part des communistes, ainsi Guy Môquet, dont certains avaient été arrêtés avant l’occupation allemande.

Deux parmi les 27

Pierre Guéguin, ancien maire communiste de Concarneau et l’instituteur Marc Bourhis ont eux été arrêtés en juillet 1941, quelques jours après le début de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne et ils ont été conduits au camp de Choisel près de Châteaubriant. Ils font partie des 27 otages tués le 22 octobre. Tous deux n’avaient toutefois pas  été accueillis à bras ouvert par les autres détenus. En effet, Marc Bourhis après avoir milité au PCF jusqu’en 1933 s’est rapproché du mouvement trotskyste comme d’autres instituteurs de la région. Membre du POI, Parti Ouvrier Internationaliste, il a aidé à l’organisation d’un meeting de ce parti à Concarneau en 1937, puis a rejoint les rangs du PSOP, Parti Socialiste Ouvrier et Paysan, de Marceau Pivert. Ce parti dispose d’une toute petite organisation régionale avec des militants essentiellement issus du mouvement syndicaliste enseignant. Un ancien membre de la SFIO, Alain Le Dem, a une influence sur l’ensemble du groupe. Dans le Finistère, le Morbihan et les Côtes du Nord, on peut déceler l’action du PSOP à travers les archives et la presse militante[2]. Bourhis est aussi un ami proche de Pierre Guéguin. Lui aussi eut des difficultés avec les autres otages communistes : militant communiste important de la Bretagne, maire de Concarneau et conseiller général, il avait aussi mené la campagne des législatives de 1936 au nom du Front Populaire devenant ainsi malgré sa défaite un partisan de l’union des partis de gauche. En août 1939, il ne suivit pas la ligne officielle du PCF en ce qui concerne le pacte germano-soviétique et condamne publiquement lors d’un conseil municipal le 1er septembre 1939 la politique de l’URSS. Il est aussitôt banni de toutes les organisations communistes et lorsqu’il arrive au camp de Choisel, lui et son ami sont immédiatement mis à l’écart.

Acte de décès de Pierre Guéguin
Extrait de l’acte de décès de Pierre Guéguin

La mémoire des deux hommes fut ensuite constamment l’objet d’enjeux plus politiques qu’historiques. Le PCF a longtemps refusé avec violence d’accepter la présence d’un trotskyste et d’un communiste critique parmi les fusillés de Châteaubriant. Les organisations trotskystes ont elles souvent annexées Pierre Guéguin faisant de lui un militant qui aurait rejoint leurs rangs. Des témoignages sujets à caution affirment par ailleurs que l’ancien maire de Concarneau s’était en prison rapproché à nouveau du communisme officiel. L’ouvrage de l’historien Marc Morlec, Filets bleus et grèves rouges[3] est revenu plus récemment sur le parcours politique de Pierre Guéguin et sur l’ensemble de la polémique, apportant de nombreux éléments neufs, mais pas forcément toujours d’ailleurs de façon convaincante[4].

Pierre Guéguin et la Première Guerre mondiale

Mais si je m’intéresse au parcours de Pierre Guéguin, c’est avant pour sa participation à la Première Guerre mondiale, son adhésion à la SFIO en 1919, parti qu’il quitte ensuite après la scission de Tours pour le jeune PCF, auquel il reste fidèle jusqu’en 1939 tout en conservant une autonomie, qui lui sera souvent reproché d’ailleurs, par rapport à l’appareil.

Pour connaître son parcours durant ces années, deux sources sont utilisables. Tout d’abord son dossier personnel d’officier et ensuite plusieurs rapports provenant des archives de la gendarmerie du Finistère. En effet, Guéguin est pendant toute l’entre-deux-guerres un officier de réserve et cela inquiète à plusieurs reprises les services de la gendarmerie, car ce lieutenant qui effectue ses périodes de réserviste, est également un des leaders les plus en vue du communisme breton. Je reviendrai dans deux prochains billets sur le parcours militaire de Guéguin : tout d’abord en relatant sa participation à la Première Guerre, puis dans un second temps en examinant ce que les autorités militaires disent de lui dans l’entre-deux-guerres. Ce sera aussi l’occasion dans ce dernier billet de faire le point sur l’apport potentiel des archives de la gendarmerie, sources peu évoquées à propos de l’histoire de cette période dans les départements bretons.

Mais aujourd’hui à l’heure où j’écris ces lignes, la mairie de Concarneau rend hommage à son ancien maire et à son ami. Parfois le chercheur en histoire doit aussi s’incliner aussi devant la mémoire.


[1] Sur le contexte de cette période, voir J.M.Berlière et F.Liaigre, Le Sang des communistes. Les bataillons de la jeunesse dans la lutte armée, automne 1941, Fayard, 2004  et F. Liaigre, 22 octobre 1941, le drame des 50 otages en 30 questions, Geste éditions, 2001.

[2] L’étude du mouvement trotskyste en Bretagne dans les années 1930-1945 occupe la dernière partie de mon mémoire de Master 2 Résister à la guerre ? Les militants ouvriers du Finistère face à la guerre, 1914-1962, Brest, UBO, 2005.

[3] M.Morlec, Filets Bleus et grèves rouges. Concarneau : de la Grande guerre au Front populaire, Morlaix, éditions Skol vreizh, 2003.

[4] L’auteur par exemple explique que Marc Bourhis a adhéré en 1934-1935 au POI, or ce parti n’existe pas encore à cette date !

« Quand quelqu’un frappe à la porte »: la mairie socialiste de Landerneau et les réfugiés espagnols (1937-1939)

Si le gouvernement du Front populaire ne s’engage pas véritablement dans la guerre d’Espagne qui divise ce pays entre partisans du Frente populare et nationalistes réunis autour de Franco, le conflit a toutefois des conséquences nombreuses sur la vie politique nationale et locale en France. Ce fut tout d’abord un point de division important entre la gauche et la droite, mais aussi entre les différentes composantes du Front populaire. De plus, des milliers de réfugiés sont accueillis dans les départements proches de la frontière, mais aussi plus largement dans toutes les régions françaises. La présence de ces réfugiés, rendant plus concrète les horreurs de cette guerre civile, a suscité des réactions contrastées, de l’hostilité affirmée à l’expression d’une solidarité toujours plus chaleureuse. Même dans un département aussi éloigné de l’Espagne que le Finistère des réfugiés sont accueillis entre 1937 et 1939. Quelques sources[1] permettent ainsi  de reconstituer l’histoire de ces Espagnols accueillis dans la petite ville de Landerneau dirigée dans les années Trente par le socialiste Jean-Louis Rolland.

L’accueil des réfugiés

"Pour les gosses d'Espagne" Le Breton socialiste, 5 juin 1937
« Pour les gosses d’Espagne » Le Breton socialiste, 5 juin 1937

Landerneau connaît deux vagues d’arrivée de réfugiés espagnols en juin 1937 puis en février 1939. Cela correspond à deux offensives des nationalistes : la première est la résultant de l’offensive franquiste sur le pays basque et les Asturies, la seconde coïncide avec l’attaque générale de la Catalogne. Les premiers arrivants de 1937 sont hébergés dans deux locaux appartenant à la ville. Près de 150 réfugiés sont sous la responsabilité de la mairie socialiste, ce qui dépasse de très loin les capacités d’accueil de la petite commune. Une solution transitoire est trouvée lorsque le maire décide de les recevoir dans la colonie de vacances du Quelern dans la presqu’île de Crozon, que la ville loue pour ses œuvres de bienfaisance. Mais là aussi les places manquent. C’est le préfet du département qui gère la répartition des réfugiés dans les communes du Finistère : 1700 réfugiés doivent être accueillis dans le département. Mais cette mission est délicate car de nombreux maires refusent tout net de recevoir des réfugiés. Du coup, ce sont les mairies qui acceptent qui doivent de plus gérer le flux de réfugiés supplémentaires. Plusieurs édiles conservateurs ont ainsi mis leur démission dans la balance pour ne pas suivre les ordres du préfet. Une campagne de presse se développe d’ailleurs dans les journaux de droite : les Espagnols seraient des fauteurs de troubles, des combattants armés, pire encore des « fils de rouges » ou des vecteurs de maladie. Il ne faut pas recevoir en France ces Espagnols affublés de tous les défauts selon eux.

Les premiers réfugiés de Landerneau sont rapatriés au début de l’année 1938, ils sont donc restés près de six mois à la charge de la commune. Mais en février 1939, un second exode a lieu, avec encore plus de réfugiés. La commune doit accueillir cette fois-ci 200 Espagnols. Leur présence est plus longue puisque dans les premiers temps de la guerre qui début en septembre 1939, on peut découvrir dans les archives qu’ils sont encore présents dans la commune. Mais ensuite on perd leur trace.

Tentative de portrait collectif des réfugiés

C’est le préfet du Finistère qui apporte une première réponse :

«  Je vous confirme qu’il s’agit de malheureux, femmes et enfants, victimes depuis plus d’un an des atrocités de la guerre civile. »[2]

Mais la presse xénophobe et hostile au Front populaire affirme au contraire que ce sont des hommes en âge de combattre, des soldats dangereux, des communistes armés qui risquent d’exporter la guerre civile en France. On possède pourtant, grâce aux archives communales, des données statistiques qui contredisent ces affirmations.

On ne trouve que des femmes et des enfants, souvent d’ailleurs ce sont des familles. Il y a aussi quelques femmes âgées. Il n’y a aucun homme en âge de se battre, l’enfant de sexe masculin le plus vieux ayant 12 ans. Ils sont auscultés de près par une équipe médicale mais on ne décèle aucune carence ou maladie. Ce n’est pas le cas en 1939 où les nouveaux réfugiés accueillis sont dépourvus de tout, souffrent de plusieurs maladies comme la gale. Plusieurs actions sont menés afin de les occuper dans la journée, on tente même de reconstituer des activités scolaires pour les enfants.

Quelles réactions dans la population ?

C’est l’Etat qui prend en charge l’accueil des réfugiés. Des indemnités sont allouées et elles sont à Landerneau gérées par la caisse des écoles qui procure également les locaux d’accueil. Là encore, la presse réactionnaire se déchaine et affirme que les Espagnols ont droit à davantage d’aides que les Bretons de pure souche. Mais les signes de solidarité sont aussi très présents : la mairie lance des appels à des dons qui sont entendus : des vêtements chauds sont récupérés, des dons de toute nature également surtout de la nourriture. Les organisations syndicales prennent en charge également des réfugiés et 11 familles landernéennes se proposent pour accueillir chez elles des réfugiés.

Le maire Jean-Louis Rolland fait tout son possible pour gérer l’afflux de ces Espagnols dans sa commune. Il apporte personnellement son aide et s’oppose surtout au discours xénophobe de la droite. Bien que pacifiste et hostile à une intervention de la France dans ce conflit, il aide au mieux fidèle en cela à ses convictions humanistes. C’est aussi le cas lorsqu’il faut accueillir d’autres réfugiés comme des Juifs d’Allemagne : on retrouve en effet dans les archives de nombreuses lettres dont lesquelles il demande à l’Etat d’accepter la présence de ces réfugiés. Sans doute y avait-il profondément ancré chez ce maire socialiste l’idée de générosité et la volonté d’aider au mieux ses semblables. On peut même penser qu’un sentiment de dette était présent. En effet, comme l’écrit Jean-Pierre Vernant :

« Le sentiment de dette demeure néanmoins chez un grand nombre de gens, sous des formes variées. Germaine Tillion avait raison de dire récemment, lors d’une émission télévisée, que lorsque quelqu’un frappe à la porte, il y a ceux qui ouvrent et ceux qui n’ouvrent pas. Celui qui ouvre, c’est celui qui se sait en dette. »[3]


[1] La plupart des informations mentionnées ici proviennent des archives municipales de Landerneau, série 2I2, réfugiés espagnols, 1937-1939.

[2] Lettre du préfet aux maires du département, 4 août 1937.

[3] J.P.Vernant, Entre mythe et politique, Paris, Seuil, collection points, p.628.

«Une raie au beurre noir » ou le jour où tout a failli s’arrêter

Il y a des moments où on ne se sent pas du tout à la hauteur de la tâche à accomplir. Aujourd’hui fut un jour de cette nature. C’est arrivé en lisant le livre récent de Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? dont l’ambition est de relater une histoire sociale des combattants durant la Grande Guerre en étudiant plus particulièrement des textes d’intellectuels. Ces derniers, dotés d’un capital culturel les plaçant à l’écart du reste de la société française, ont porté un regard sur le peuple que l’historien décrypte avec brio. Parmi les 42 intellectuels concernés par l’étude, l’un d’entre eux Henri Jacquelin a plus particulièrement retenu mon attention. Très souvent cité dans l’ouvrage, ce témoin a en effet un profil qui ne pouvait que m’intéresser :

«  Parmi les témoins, le cas d’Henri Jacquelin est particulièrement instructif quant au rôle que tient l’environnement civil dans la prégnance de la thématique héroïque chez les intellectuels mobilisés en 1914. Le professeur de lettres socialiste est en effet atteint de typhoïde dès septembre 1914 (…) ancien maire de Quimper et fonctionnaire de l’Etat. »[1]

J’ai mis quelques temps à bien comprendre ce que l’historien écrivait mais il n’y avait pas de confusion possible : Jacquelin était avant 1914 maire socialiste de Quimper. Et je ne le savais pas ! En plus, le voilà participant à la Première Guerre mondiale, comme nous le révèle sa correspondance qui a été publiée par la suite[2] et sur laquelle s’appuie l’historien. Il fallait donc se rendre à l’évidence : d’une part, je n’avais jamais rencontré dans mes recherches ce militant socialiste, pourtant maire de la préfecture du Finistère ; d’autre part, je n’avais pas non plus connaissance de son parcours de combattant durant la Première Guerre mondiale. Et pourtant, mon sujet de recherche porte pour une grande partie sur les soldats socialistes de 14-18 originaires de la Bretagne ! Je me suis alors demandé comment de tels oublis étaient possibles. Il fallait se faire une raison : cet oubli remettait en cause toute ma démarche, tout l’édifice patiemment constitué ; sans doute qu’en conséquence, l’ensemble était trop bancal, sans doute aussi n’étais-je pas fait pour réussir un tel travail. Plutôt que de cumuler oublis, erreurs et insuffisances, fallait-il mieux se consacrer à d’autres activités, tout arrêter ! Hop, on ferme le blog, on range pour toujours les archives dans des cartons et l’écriture en cours restera à jamais inachevée car trop mauvaise. Et on oublie tout.

Quelques vérifications plus tard, cela se confirmait : Jacquelin était socialiste SFIO, on trouvait cette indication sur le site du CRID 14-18 et sur le site de la ville de Quimper, on indiquait que Jacquelin était le premier maire socialiste de la ville.

Donc il fallait tout arrêter.

Et puis une question toutefois restait présente : « comment est-ce possible ? ».

Et puis le « comment est-ce possible ? » est devenu un désespéré « c’est impossible ! ».

Henri Jacquelin n’a pas de notice biographique dans le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le Maitron. L’absence de biographie pour quelqu’un qui avant 1914 a une fonction de maire est assez rare dans ce dictionnaire de référence, mais des oublis sont toutefois possibles. Après tout, Jacquelin ne fut maire de durant deux années, ce qui est assez court. J’ai repris alors toute ma documentation, et je n’ai trouvé aucune mention sur lui, rien du tout. Il a fallu donc replonger dans la consultation de la presse militante de la SFIO. Rien dans l’Humanité, rien non plus dans Le Cri du peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère. Pourtant, la fonction de Jacquelin, qui plus est professeur au lycée de Quimper, aurait normalement due laisser des traces. Je me suis alors plongé sans grande conviction dans la presse locale que l’on peut consulter en ligne sur le site des Archives départementales du Finistère.

La situation devint ensuite beaucoup plus claire : Jacquelin avait été élu maire de Quimper fin octobre 1912 à la suite de plusieurs épisodes assez rocambolesques de la vie politique de la ville. Il avait été soutenu par des conseillers socialistes qui profitèrent de la situation pour affirmer leur existence face aux  autres conseillers municipaux, très divisés entre radicaux, libéraux et républicains. Ces divergences étaient avant tout liées des querelles de personnes. Mais le plus important était de pouvoir retracer le profil d’Henri Jacquelin : il n’est pas du tout adhérent à la SFIO, refuse l’étiquette socialiste ou même celle de radical-socialiste. Il se décrit comme un libéral, un intellectuel très éloigné des querelles politiques. Avec un certain humour, voici ce que le journal Le Citoyen écrit à son sujet juste après son élection :

« M. Jacquemin s’ignore, il se cherche, sans avoir encore réussi à se définir lui-même. Il est un peu républicain, beaucoup libéral passablement socialiste et chrétien, et pas du tout radical. Et maintenant si vous n’êtes pas fixés, vous n’avez qu’à entrer au restaurant et à vous commander une raie au beurre noir, agrémentée de persil et arrosée d’un filet de vinaigre rouge en guise de citron, et, vous y serez »[3]

 Je ne sais pas si finalement tout cela est rassurant, mais le point positif de mon côté, c’est qu’après cette découverte, tout continue !


[1] N.Mariot, Tous unis dans la tranchée ? Les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013, p.285.

[2] Claire Jacquelin, De la rue d’Ulm au Chemin des Dames. Histoire d’un fils, trajectoire d’un homme, 1902-1918, Paris, L’Harmattan,2000.

[3] Le Citoyen, organe de concentration républicaine, 2 novembre 1912.

L’agent Émile,ou esquisse du portrait d’un socialiste résistant

Aujourd’hui on commémore la création du Conseil National de la Résistance sous la direction de Jean Moulin. Il a été au début des années Trente sous-préfet de Châteaulin dans le Finistère et la biographie que lui consacre Daniel Cordier mentionne quelques épisodes de sa vie dans cette petite sous-préfecture de Bretagne. Mais ce n’est pas l’objet de ce billet. Mon sujet de thèse se termine en juillet 1940, date à laquelle le régime républicain disparaît. Et pourtant, l’attitude des socialistes bretons durant la Seconde Guerre est un sujet qui m’interpelle. Un des fondements de mon travail est en effet d’essayer de mieux comprendre l’importance du pacifisme dans la culture militante de ces militants qui dans la Seconde Guerre mondiale ont ensuite eu des parcours diversifiés. Surtout ces parcours ne semblent pas obéir à des logiques préconçues, à des déterminismes que l’on pourrait résumer en quelques mots. Certains socialistes participent à la collaboration de manière active, d’autres se taisent, d’autres encore essayent de maintenir une identité socialiste clandestine alors que quelques-uns, plus rares, au moins au début, participent activement à la Résistance. S’interroger sur cette multiplicité des parcours possibles afin d’y déceler quelques explications me semble être un problème historiographique important. Peut-être aurais-je l’occasion de l’aborder plus tard, mais je voudrais surtout évoquer ici le parcours d’un responsable socialiste plusieurs fois déjà mentionnés, Jean-Louis Rolland, l’agent Émile dans la Résistance[1].

Jean-Louis Rolland, un élu socialiste dans la guerre

Député de Brest depuis 1936, maire de Landerneau depuis 1929, il est un des élus socialistes les plus en vue en Bretagne avant guerre. Profondément pacifiste et lié au courant de Paul Faure, pour qui le pacifisme semble un principe essentiel primant sur les autres valeurs socialistes, il fut munichois comme son ami Louis L’Hévèder, qui explique à maintes reprises son positionnement dans la presse locale et nationale du parti. Pourtant, lors du vote du 10 juillet 1940 contrairement à ce dernier, Rolland vote contre, rejoignant une petite minorité d’élus, les fameux Quatre-vingts, qui n’ont pas accepté la disparition des institutions républicaines et la mainmise de  Philippe Pétain sur la république. À partir de là, Jean-Louis Rolland s’engage de plus en plus fermement dans une hostilité au nouveau régime.

Il est dans un premier temps maintenu à son poste de maire, mais plusieurs conseillers socialistes sont remplacés par des personnes en phase avec le nouveau régime. C’est en particulier le cas des nouveaux conseillers affilié à l’Office central de Landerneau, très proche dans les années Trente du mouvement de Dorgères. Il y a chez eux un vrai esprit de revanche orchestré par le préfet du Finistère qui signale dès les premiers mois du nouveau régime le peu d’estime qu’il a pour le député-maire socialiste. Mais Rolland tente de préserver une marge de manœuvre au sein du conseil municipal, usant par exemple de phrases à double sens dans les délibérations du conseil municipal, pratiquant une politique de « l’épaule froide » avec les autorités de Vichy et les occupants. Mais le 31 mars 1942, suivant en cela plusieurs autres élus du département, il est provisoirement suspendu de sa fonction de premier magistrat de la ville. Son successeur inscrit son action dans la droite ligne de Vichy.

C’est que Rolland est en contact depuis plusieurs mois avec des groupes de résistants. On connaît peu – et ce serait un travail important à faire que de retracer cette histoire – l’action des socialistes bretons entre 1940 et 1942-1943. On sait seulement qu’autour de Tanguy-Prigent, l’autre ancien parlementaire socialiste du département, s’est organisé un ensemble de groupes dont la logique est la lutte contre le nouveau pouvoir et l’occupant, même si parfois de telles structures sont tolérées par la préfecture : c’est en particulier le cas de regroupements agricoles dont la fonction officielle semble la défense des intérêts des paysans mais dont l’action réelle vise à sabrer les fondements idéologiques de Vichy.

Jean-Louis Rolland, selon des documents postérieurs, appartient à un réseau résistant à partir du 1er septembre 1942, mais on sait que de telles dates que l’on trouve dans les documents de liquidation du réseau, sous forme de fiches personnelles, sont souvent arbitraires. Quoi qu’il en soit l’ancien maire de Landerneau est membre du réseau Jade-Fitzroy, qui agit avant tout dans le renseignement pour les Britanniques et l’accueil d’aviateurs alliés. Il est également membre du mouvement de résistance Libération Nord, dont un des premiers organisateurs fut Tanguy-Prigent, et qui rassemble une bonne partie des socialistes résistants. Il a par contre refusé d’être membre de Défense de la France, mouvement actif à Brest, préférant sans aucun doute s’associer à ses anciens camarades socialistes et syndicalistes au sein de Libération-Nord.

La Résistance

Dans un premier temps, Rolland est l’agent Émile, agent P1 du réseau, c’est-à-dire qu’il n’est pas clandestin, qu’il garde une vie familiale, et qu’il sert avant tout d’agent de liaison et héberge les aviateurs alliés tombés sur la zone. On dispose du propre témoignage de Rolland sur cette action :

« En bref, la filière employée consistait à recevoir des aviateurs tombés sur différents points du territoire, à assurer leur hébergement chez des patriotes résistants éprouvés, en attendant d’assurer leur acheminement vers l’Angleterre. »[2]

L’action de ce réseau nécessite une organisation très hiérarchisée et efficace puisque les aviateurs sont un élément précieux pour les Alliés qui cherchent à les récupérer le plus rapidement possible. Mais la participation de Rolland est difficile car selon un des chefs du réseau Jade Fitzroy «  tout le monde le connaissait à Landerneau »[3] et les soupçons sur son action résistante étaient nombreux. Pour amener les pilotes vers la côte nord du département, endroit à partir duquel ils étaient ensuite rapatriés par bateau, l’ancien maire possédait des fausses cartes d’identité qui portaient souvent la mention «  sourd-muet » afin d’éviter d’attirer des questions. Il bénéficiait aussi de la complicité d’une importante partie de la population, ainsi que de gendarmes eux-mêmes membres de Libération-Nord.

Ce mouvement a été l’un des plus importants dans le département, et à partir de 1943, il est de plus en plus structuré. Après la constitution du CNR en mai de cette année, une première ébauche d’un comité de libération du département se met en place en juillet. Il est dirigé par un ancien socialiste Louis Dupoux, qui semble avoir été placé à ce poste par Jean-Louis Rolland. Ce dernier a un rôle décisionnel au sein du mouvement, sans que l’on sache véritablement pour le moment son champ d’action.

L’arrestation

Le Finistère Libéré, 26 août 1944
Le Finistère Libéré, 26 août 1944

En février 1944, Rolland a pour mission d’entrer en contact avec des officiers de marine à Brest afin de préparer la libération, ce qui montre que de nombreux militaires changent de camp à ce moment. Mais deux jours après cette rencontre, il est appréhendé par la police allemande, on retrouve à son domicile des faux papiers, des documents militaires et des tracts socialistes ; plusieurs responsables résistants sont aussi arrêtés. On sait  que l’arrestation repose sur une dénonciation dont on connaît l’origine : elle provient d’un petit groupe de militants d’extrême droite hostile au socialiste depuis l’entre-deux-guerres.

Rolland est amené à la prison de Brest, les cellules sont dans le noir complet, la détention dure jusqu’en juin 1944 ; là, il est amené au camp Marguerite de Rennes. Et le socialiste, dans un grand baraquement où 150 prisonniers sont rassemblés, tente de garder confiance pour lui et ses camarades :

«  Malgré notre internement et notre avenir incertain, Jean-Louis avait gardé sa bonne humeur, toujours affable, il nous a gardé le moral.»[4]

Le 2 août 1944, les prisonniers sont évacués par le train vers une destination inconnue. Le convoi de 51 wagons subit les bombardements alliés puisque les Américains sont au même moment aux portes de Rennes. Des prisonniers réussissent à s’évader, comme le résistant socialiste qui est touché par une balle lorsqu’il saute du train. Il n’est pas repris mais la grande majorité des prisonniers est elle rassemblée à nouveau dans le train qui s’achemine ensuite vers le camp de concentration de Dachau. Jean-Louis Rolland, lui le fervent anticlérical d’avant-guerre, ne peut trouver refuge que dans un couvent ! Ce couvent subit d’ailleurs un bombardement et il est grièvement blessé à la jambe. Il n’assiste donc pas à la libération de la Bretagne et de sa ville natale, Landerneau, qui est libérée le 10 août 1944. Il revient seulement le 30 octobre 1944 après avoir été soigné. Toute sa vie durant, il garde une grande douleur à la jambe après sa blessure mal guérie. On peut le voir sur des photos lors de la visite du général de Gaulle le 22 juillet 1945 dans le département : on le voit très droit, très fermé, près de de Gaulle. Je sais par des témoignages postérieurs qu’il souffrait énormément de sa blessure à ce moment, presque à en avoir un évanouissement. J’ai sur mon bureau une de ces photographies. Aujourd’hui, où l’on commémore les 70 ans de la création du CNR, mais où on assiste également à une récupération honteuse de l’héritage de la Résistance par certains manifestants qui semblent décidément ne pas avoir beaucoup de culture historique, il me paraissait important d’évoquer un peu de l’action de ces femmes et de ces hommes qui ont participé à la Libération.


[1] Jean-Louis Rolland a une autre identité clandestine : Lecorre, comme le « cor de Roland ».

[2] Lettre de J.L.Rolland, 6 avril 1970, fonds Huguen, Archives départementales des Côtes d’Armor.

[3] Lettre de Pierre Hentic, 25 février 1995.

[4] Témoignage de F.L’Azou, dossier Rolland, Archives municipales de Landerneau.

«C’est un fait d’exploitation humaine»: conférence d’H.Sellier sur la prostitution (Lorient, octobre 1938)

L’article de Ricoeur paraît dans le Rappel du Morbihan le 29 octobre 1938

Le dernier numéro du magazine L’Histoire contient un dossier sur l’histoire de la prostitution intitulé «Prostitution, de la tolérance à la prohibition». À partir de ce dossier ancré dans l’actualité, je voudrais  évoquer ici un compte rendu d’une conférence donnée par Henri Sellier à Lorient en octobre 1938. Il s’agit de poser quelques jalons pour une étude plus poussée de la culture militante socialiste lorsqu’elle porte le regard sur la prostitution, ce qui m’oblige à découvrir l’historiographie de cet objet d’étude. Je partirai toutefois du contenu de la conférence faite par l’ancien ministre de la Santé publique du Front populaire qui développe la position de la Sfio concernant la prostitution, mais sans doute faudra-t-il également dans un second temps s’arrêter sur les commentaires de l’auteur du compte rendu lui même, à savoir «Paul Ricoeur, Agrégé de l’Université »[1].

Henri Sellier partisan de l’abolition de la prostitution

Sellier est au moment de la conférence à Lorient sénateur socialiste et l’ancien ministre de la Santé publique du Front populaire. Maire de Suresnes, il a développé une politique sociale dans sa commune qui a valeur d’exemple pour de nombreuses autres municipalités socialistes[2]. Il est par ailleurs l’auteur d’un projet de loi visant à abolir la réglementation sur la prostitution où on trouve l’interdiction des maisons closes ou encore l’établissement du délit pour racolage et proxénétisme. Mais ce projet de loi n’aboutit pas car, d’une part, il est peu soutenu par les abolitionnistes qui ne le trouvent pas assez restrictif et, d’autre part, il rencontre l’hostilité de nombreux responsables locaux, y compris socialistes, associés à plusieurs regroupements ayant des intérêts dans cette activité, comme celui des tenanciers de maisons closes.

Malgré cela, Henri Sellier poursuit après la disparation du gouvernement de Front populaire sa campagne en faveur d’un contrôle plus strict de la prostitution qui doit  normalement aboutir à une abolition totale de cette activité. C’est à ce titre qu’il est invité en octobre 1938 à Lorient par la section locale de « l’Union temporaire pour la suppression de la prostitution réglementée ».

Cette organisation, dont on peut consulter les archives au Musée social / Cédias, a une section lorientaise active placée sous la direction du pasteur Jean Delahaye qui est à l’origine de la publication d’une enquête sur la prostitution dans cette ville portuaire intitulée Résultat d’une enquête : comment on s’amuse à Lorient ( publiée selon les sources en 1935 ou en 1937).

La Sfio de Lorient et la question de la prostitution

Il n’est pas anodin de relever tout d’abord l’emplacement de ce long compte rendu de la conférence de Sellier. En effet, il est placé sous la rubrique «tribune libre» et il est bien précisé que «les articles paraissant dans cette tribune n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs ».

Le principe de la tribune libre, que l’on retrouve souvent dans la presse socialiste, s’applique dans la plupart des cas à des articles discutant de l’orientation de la Sfio ; c’est avant tout le lieu d’expression des différentes tendances du parti, qui souvent polémiquent entre elles dans ce cadre réservé aux débats internes. Ici ce qui étonne, c’est que cet article soit placé justement dans la tribune libre. Cela peut impliquer que la position défendue par Henri Sellier et par Paul Ricoeur ne fait pas l’objet d’un consensus au sein de la Sfio du Morbihan. Clairement en faveur de l’abolition de la prostitution, cet article ne rencontre donc pas forcément l’adhésion de tous les socialistes, ce qui m’obligera d’ailleurs à m’intéresser davantage à la position de la Sfio vis-à-vis de la prostitution dans l’entre-deux-guerres. Cela implique surtout que je lise tout un pan de la production historique dans ce domaine, et sur ce point le dossier de L’Histoire est un bon point de départ. Si mon exploration est à peine ébauchée, j’ai toutefois l’impression que ce sont des aspects relativement peu étudiés jusqu’à présent. Mais peut-être que le projet gouvernemental actuel incitera à s’intéresser davantage à la généalogie de la position socialiste sur la prostitution.

Toujours est-il que si le compte rendu est prudemment placé sous la rubrique «tribune libre», les socialistes sont nombreux à assister selon Ricoeur à la conférence. Ce sont avant tout  les femmes militantes qui sont mentionnées au premier rang desquelles on trouve la représentante de « l’Union des femmes socialistes de Lorient » Odette Michel[3]. Mais l’auteur de l’article précise toutefois que « Henri Sellier est arrivé samedi soir presque incognito » ce qui montre que la Sfio ne semble pas avoir fait une grande publicité à la venue et à la conférence du sénateur socialiste. Pourtant Lorient, comme d’autres villes portuaires telles que Brest, est très concernée par la thématique de la prostitution comme le montre la brochure écrite par le pasteur J.Delahaye. Il faudra donc explorer davantage l’attitude des socialistes vis-à-vis de la prostitution, qui semble avoir été bien hésitante.

Sur l’auteur du compte rendu

Le long article de Paul Ricoeur appartient à cette petite dizaine de textes qu’il a écrit dans la presse socialiste en Bretagne dans les années Trente, dont j’ai déjà eu l’occasion à plusieurs reprises d’évoquer ici. Ce parcours militant  d’avant guerre de celui qui devient après 1945 un philosophe internationalement reconnu est encore méconnu, même si je souhaite aborder cet aspect dans ma thèse en cours. L’article  mentionné ici est tout d’abord un compte rendu fidèle de la conférence d’Henri Sellier, et il n’est pas aisé de distinguer ce qui est de l’ordre des propos du conférencier  de l’interprétation que Ricoeur peut en faire. Pourtant en conclusion, c’est avant tout le jeune philosophe qui s’exprime :

« Henri Sellier est venu rappeler à Lorient que, même pour un marxiste qui admet que les problèmes économiques commandent en partie les problèmes moraux, les premiers doivent être résolus par une autorité, et que l’exercice de l’autorité suppose une atmosphère de salubrité. La Révolution sociale doit être annoncée par un grand coup de balai général depuis le quartier réservé jusqu’aux cabinets ministériels. Merci à notre camarade Sellier de l’avoir dit et de l’avoir tenté courageusement.»

L’ensemble des textes militants de Ricoeur montre un intellectuel attaché à un renouvellement des idées socialistes, comme la conclusion de son article le laisse voir. Ici, tout comme Henri Sellier, il se montre partisan d’un encadrement législatif de la prostitution qui respecte davantage les droits de la personne humaine et qui mette fin à l’exploitation des prostituées. Un tel projet, initié par le gouvernement du Front populaire, à travers l’action du ministère de la Santé publique, est  aujourd’hui à nouveau en discussion et le fait qu’il soit proposé par un gouvernement socialiste montre une continuité, mais aussi bien des hésitations, dont il pourrait être intéressant de retracer l’histoire du Front populaire jusqu’à nos jours.


[1] P.Ricoeur «  Henri Sellier à Lorient », Le Rappel du Morbihan,  29 octobre 1938.

[2] On peut lire à ce sujet la biographie de Roger-Henri Guerrand et Christine Moissinac, Henri Sellier, urbaniste et réformateur social , Paris , La Découverte, 2005 dont on trouve une présentation sur le site de l’éditeur.

[3] Sur Odette Michel, on trouvera quelques renseignements dans l’article de François Prigent sur les femmes socialistes dans le Morbihan, que j’ai déjà eu l’occasion de citer dans un autre billet.

Le Breton socialiste (1929-1940) en ligne

Je viens de découvrir il y a quelques heures que le journal de la fédération socialiste du Finistère, Le Breton socialiste, est accessible en ligne à partir du site des archives départementales du Finistère. Cette excellente nouvelle est l’occasion de faire un point rapide sur l’existence de la presse ancienne en ligne en rapport avec mon sujet de recherche.

Le Breton socialiste accessible pour les années 1929-1940

Le Breton socialiste, extrait du 2 février 1929

En 1929, la fédération socialiste du Finistère est très divisée entre les partisans du député Goude, propriétaire du Cri du Peuple qui est considéré comme la publication officielle de la Sfio et d’autres militants qui souhaitent se détacher de son influence. Ces derniers lancent alors, avec une nouvelle équipe, un nouveau journal destiné à être le seul organe officiel de la fédération du département. Très vite, la concurrence entre les deux journaux oblige Le Breton socialiste à tenter d’être le reflet exact de la fédération et à faire appel à tous les militants du département pour alimenter les colonnes du journal et aider à la diffusion. Emile Goude, exclu du parti, perd alors de plus en plus d’importance et son journal disparaît quelques années plus tard, ce qui permet au BS d’être le seul titre de la presse de la presse socialiste dans le département.

C’est pourquoi avoir un accès en ligne à cette publication est une information importante pour moi. J’ai commencé à consulter ce journal il y a plusieurs années, entre exemplaires papier, microfilms ou photographies numériques réalisées par mes soins, mais avoir la collection complète apporte de nouvelles perspectives.

Pourquoi un accès en ligne facilite-t-il la recherche ?

Pour avoir consacré plusieurs dizaines d’heure à la consultation de ce journal (et pour malheureusement être aussi à la fin de ce processus), il me semble évident que cette disponibilité en ligne n’a que des avantages : on peut rester chercheur à n’importe quelle heure de la journée tout d’abord, ce qui est bien utile lorsqu’on doit faire face à un emploi du temps bien chargé. La consultation de ce journal pouvait jusqu’à présent se faire  sur microfilm aux archives départementales de Quimper ou bien encore à la BNF. Avec l’accès en ligne, plus de problème non plus d’accessibilité !

La première version du module de consultation des archives du Finistère était pourtant désastreuse : il fallait un nombre incalculable de clics avant d’accéder à la date voulue et surtout il n’y avait que quelques titres en ligne. Une deuxième version vient donc d’être mise en place, beaucoup plus facile à utiliser et surtout plus riche en titres numérisés.

En ce qui concerne Le Breton socialiste, l’accès se fait par mois (soit 4 ou 5 numéros) numérisés en format PDF et téléchargeable. Je pense que l’accès par mois est une bonne idée car cela évite la consultation par exemplaire ou par page comme sur d’autres sites. Pour avoir une utilisation la plus efficace possible, j’utilise le logiciel stdu viewer, une fois le téléchargement effectué, car cela permet un repérage aisé des mots clés ou des personnes recherchées.

Cet accès au Breton socialiste numérisé arrive à un bon moment, celui où il m’est utile de vérifier telle ou telle source lorsque j’écris. Et puis lorsqu’on consulte la presse, il me semble difficile d’avoir une lecture exhaustive des titres à consulter. Je suis toujours impressionné par la liste des titres que des chercheurs alignent dans leurs sources pour un travail de recherche, car cela me paraît parfois difficile à réaliser. La consultation en ligne permet au moins d’avoir un accès plus riche, mais ne ressemble pas toutefois l’exploitation, la lecture, la relecture et la confrontation avec d’autres sources.

Les autres titres de la presse socialiste en Bretagne

D’autres titres de la presse socialiste en Bretagne sont également en accès libre en ligne, sur Gallica.fr, sur le site des archives départementales du Morbihan ou sur celui de la médiathèque de Lorient. Par contre, certaines plateformes de consultation sont très pénibles à utiliser( à moins de disposer d’un écran 28 pouces et encore…), c’est le cas malheureusement de celle des archives départementales du Morbihan, c’est pourquoi pour consulter le journal de la fédération socialiste de ce département, Le Rappel du Morbihan, je suis bien content d’avoir pu avoir un accès aux exemplaires papier ! Quoi qu’il en soit, pouvoir utiliser la presse ancienne en ligne modifie considérablement les pratiques du chercheur en histoire et un grand merci aux différentes institutions qui permettent d’y avoir accès.

La baignoire d’Henri de Man, ou comment avance la recherche

Le précédent billet se terminait sur le mot de «baignoire», qui était tiré d’une citation du philosophe John R. Searle. Mais si je reviens à ce mot, ce n’est pas pour poursuivre la réflexion comme je l’avais songé dans un premier temps. J’escomptais même, en effet, intituler le prochain billet « le carnet de recherche est une baignoire comme les autres » afin de m’interroger – avec un peu de détachement teinté d’ironie – sur la signification de cette pratique d’écriture en ligne et de recherche partagée en cours d’élaboration. Mais depuis, je sais que je vais avoir l’occasion de revenir sur cette question dans d’autres lieux et dans d’autres espaces, donc cela attendra encore un peu. Pourtant, je vais quand même évoquer dans ce billet une baignoire, mais une vraie, celle d’Henri de Man lorsqu’il était combattant de la Première Guerre mondiale.

Henri de Man, socialiste et combattant de la Première Guerre mondiale

« Après coup » ou les mémoires du soldat socialiste de Man

Henri de Man est une personne très présente dans ma recherche en cours, son nom apparaît souvent, c’est à la fois une référence pour certains des socialistes qui m’intéressent mais aussi un repoussoir puisqu’il appartient à cette frange du socialisme qui a accueilli avec bienveillance, au moins dans un premier temps, l’occupation allemande. Dans la littérature militante des années Trente, ses idées sont très présentes, c’est un de ceux dont le nom est immanquablement associé au planisme, ce courant idéologique issu de la gauche qui envisageait de créer par l’organisation de l’économie une société plus égalitaire qui ne serait plus divisée comme le capitalisme l’imposait, ni comme une nouvelle société créée par une révolution comme le revendiquait le communisme. Très influent au sein de la CGT et dans une partie de la Sfio, ce courant doit à Henri de Man d’avoir élaboré une théorie  dont les fondements furent établis dans son ouvrage aujourd’hui le plus connu Au delà du Marxisme[1]. Comme de nombreux autres partisans de cette forme de socialisme organisateur, De Man, entre temps devenu le principal dirigeant du parti socialiste belge, le POB, se révèle à la fin des années Trente incapable de résister à l’attraction du fascisme et du nazisme et accepte l’occupation allemande, y voyant même une forme de libération amenant à la société socialiste. À partir de ce moment, le socialiste belge est de plus en plus contesté au sein de la gauche et ses idées sont marquées du fer rouge de l’infamie[2].

Pour qui souhaite connaître davantage cet intellectuel et dirigeant socialiste « renégat », le livre de Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en France – une grande référence pour moi  qui va bientôt être republiée en version revue et augmentée dans la collection Folio histoire– étudie avec précision son action et ses idées. Parmi les reproches que l’on a pu faire au livre de Sternhell, l’un des plus importants porte sur le fait que l’historien a négligé la Première Guerre mondiale comme facteur explicatif et essentiel de la révision du marxisme, chemin nécessaire selon lui à la constitution d’une idéologie fasciste. C’est ici que le personnage du créateur du planisme m’intéresse plus particulièrement.

La leçon de la guerre

Henri de Man appartient en effet à la génération des militants socialistes qui a participé aux combats de 14-18. De cette expérience fondamentale, il a gardé un souvenir vivace qu’il cherche par la suite à inclure dans son programme idéologique, même si ces ouvrages théoriques, Au delà du marxisme, mais aussi L’idée socialiste publié en 1935 ne l’évoquent pas directement.

On peut connaître son parcours et sa participation à la guerre  grâce à deux autres ouvrages essentiellement autobiographiques. Le premier, publié directement après la guerre en 1919, dont le titre est déjà tout un programme, The remaking of a mind : a soldier’s thougths on War and Reconstruction, est un essai autobiographique dans lequel de Man s’interroge sur son comportement durant la guerre et sur ses idées socialistes. Ce premier essai autobiographique est publié en français l’année suivante en 1920 mais sous forme de brochure militante d’une cinquantaine de pages alors que la version anglaise est bien plus complète[3] .

Il revient ensuite sur son parcours en 1941 dans ses mémoires publiées sous le titre Après Coup[4], alors que le contexte n’est plus du tout le même. De Man insère d’ailleurs dans ce dernier texte un extrait de La Leçon de guerre qu’il me paraît important de citer, tant cela correspond à mon objet de recherche :

« De toutes les souffrances que j’ai connues au front – j’en parle sans fausse pudeur, puisque ce furent celles de millions d’hommes – la pire n’était pas la menace constante de la mort, ni les privations, ni la solitude morale, ni même la crasse, le froid et la boue. C’était de devoir combattre pour une cause tellement différente de celle qu’un socialiste eût pu librement choisir, que le devoir en devenait un permanent problème de conscience. Il fallait être prêt à mourir à chaque seconde, il fallait tuer et mutiler des hommes, et cependant être en état à répondre au grand Pourquoi ? qui me revenait en écho de ce que j’avais dit moi-même contre la guerre avant qu’elle n’éclatât. »[5]

Cette interrogation est portée de façon encore plus vivace par Henri de Man qu’il confie avoir beaucoup apprécié la vie de soldat et avoir combattu avec fierté et souvent même avec ardeur. On doit tenter de comprendre cette forme de tiraillement, cette «dualité de [ses] réactions» comme il l’écrit encore. C’est pourquoi la lecture de ses écrits autobiographiques m’est très utile pour étudier le parcours d’autres militants socialistes en guerre.

Le soldat de Man, que l’on peut voir ici poser avec fierté en tenue de combat, avoue tout d’abord qu’il a été un jusqu’auboutiste de la guerre, demandant à être affecté comme officier dans une batterie de mortier de tranchée. Là, il a pu ensuite montrer son attachement à l’autorité et à la discipline, se comportant en « farouche zélateur de la discipline». En lisant ses mémoires publiées en 1941, on doit d’ailleurs s’interroger si de Man n’évoque pas par moment davantage le climat des années Trente plutôt que la Première Guerre mondiale. Car, et c’est aussi un aspect important de mon travail en cours, son parcours permet de mieux comprendre les évolutions de militants socialistes dans l’Entre-deux-guerres pour qui les années 1914-1918 ont causé une rupture idéologique dont on peine pourtant à suivre les contours. Cet aspect est abordé par l’historien Dan S.White dans son livre Lost Comrades, socialists of the Front generation, 1918-1945[6], dont la lecture a aussi beaucoup influencée ma démarche.

Mais surtout Henri de Man explique comment il a essayé de commander son unité en respectant des principes issus de son idéologie socialiste. Et c’est là que l’on peut retrouver l’évocation de sa baignoire.

« Cette baignoire eut ses heures de célébrité au front belge »

« Dans le domaine de l’hygiène, le standing unique de la batterie était symbolisé par une gigantesque baignoire à roulettes. Cette baignoire eut ses heures de célébrité au front belge, à cause du curieux spectacle qu’elle offrait quand, la batterie étant en mouvement, elle brimbalait sur ses grossières roues en bois, à la remorque d’un de nos camions. Entretemps, elle permettait, par un fonctionnement presque ininterrompu, de procurer à chaque homme un bain chaud par semaine. »[7]

Pour qui a lu des descriptions sur l’hygiène au front, ce passage peut paraître étonnant. Ce n’est pas tout : l’officier socialiste fait attention à que ses hommes soient bien nourris, il leur procure des livres par l’intermédiaire d’une bibliothèque, des instruments de musique, du matériel sportif, des cours élémentaires à l’image des structures ouvrières que les partis socialistes cherchaient avant et après la guerre à mettre en place  pour l’émancipation du peuple. Et comme il l’écrit « Tout cela rendait possible la formation d’un esprit de corps étonnamment puissant, modifiant profondément la pratique militaire courante »[8] Cet exemple, que l’on peut penser très exceptionnel, m’oblige à m’interroger sur le comportement des officiers socialistes que j’étudie de mon côté. Ont-ils pour certains d’entre eux essayé d’avoir un positionnement qui soit à la fois en accord avec la hiérarchie militaire et leur engagement militant ? Je peux seulement pour le moment me poser la question, il faut maintenant réexaminer mes sources. J’ai en effet dorénavant une vingtaine de dossiers d’officiers, provenant du Service Historique de la Défense de Vincennes qui étaient aussi militants socialistes en Bretagne, avant ou après la guerre. C’est une formidable source pour faire l’histoire de ces combattants. Je tiens pour terminer ce billet à remercier très vivement Mickaël Bourlet, historien et co-animateur du blog Sources de la Grande Guerre ( qui est aussi l’auteur d’un livre récent sur la Belgique durant la Première Guerre mondiale) , de m’avoir guidé  dans les méandres de ces archives.  C’est aussi comme cela que la recherche avance !

Shd de Vincennes, où la recherche a beaucoup avancé

[1] La première édition en français est publiée en 1926. Ce texte est republié en 1974 par les éditions du Seuil. On peut lire en ligne cette édition.

[2] On peut retrouver dans la préface d’Au delà du marxisme, rédigée par Michel Brelaz et Ivo Rens, les éléments essentiels du parcours de de Man, bien que les auteurs adoptent un point de vue très positif sur le socialiste belge.

[3] Henri de Man, La Leçon de la guerre, Bruxelles, Librairie du Peuple, 1920, 47 p. Sternhell écrit que le 1er texte en anglais, publié à New York, est traduit en français sous ce titre. Mais ce n’est qu’une traduction très partielle.

[4] Henri de Man, Après Coup (Mémoires), Bruxelles, éditions de la Toison d’or, 1941, 323 p.

[5] Henri de man, op.cit., p 108-109, lignes tirées de la préface à la brochure La Leçon de la guerre.

[6] Dan S.White, Lost Comrades, Socialists of the front generation, 1918-1945, Harvard University Press, 1992. Sont analysés dans ce livre le parcours de socialistes européens marqués par la Première Guerre mondiale et confrontées dans les années suivantes au fascisme et à la recherche d’adaptations théoriques pour y faire face ou pour s’y rallier. Outre le parcours d’ Henri de Man sont évoqués  dans cet excellent livre méconnu Marcel Déat ou Oswald Mosley.

[7] Henri de Man, op.cit., p.117.

[8] Henri de Man, op.cit., p.118.

Conférence à Lorient : «Y a-t-il une morale laïque ?» par Paul Ricoeur

extrait de « L’éveil du Morbihan », 16 juin 1939

Les récentes déclarations du ministre de l’éducation Vicent Peillon sur sa volonté de mettre en  place un enseignement de la «morale laïque» ont suscité de nombreuses réactions. Si on laisse de côté les déclarations de certains  commentateurs ou hommes politiques de droite – mais aussi de gauche-  qui révèlent davantage une méconnaissance de l’histoire de la laïcité en France et une tendance à manier des références historiques dans le seul but d’alimenter de vaines polémiques, on peut remarquer que la question de la « morale laïque » n’est en rien un thème nouveau. Il n’est sans doute d’ailleurs pas anodin que ce soit Vincent Peillon, grand connaisseur de l’histoire de la laïcité, des idées républicaines et du socialisme[1], qui en tant que ministre de l’éducation ait abordé ce thème. Cela peut légitimement d’ailleurs rassurer l’observateur de l’actualité et l’enseignant que je suis. Mais je voudrais surtout montrer dans ce billet que la question de la « morale laïque » est liée à l’histoire du socialisme en France et qu’il n’est pas inutile de s’y intéresser pour éclairer le débat actuel.

Laïcité et socialisme en Bretagne

                Ainsi, la laïcité est particulièrement importante pour les fédérations socialistes de Bretagne avant-guerre. C’est par exemple là qu’on trouve  souvent le plus grand nombre de militants des comités de défense laïque, qui sont très souvent également des militants de la Sfio, et l’identité socialiste semble intrinsèquement liée à l’idée laïque. En conséquence, la question de la morale laïque est très régulièrement abordée dans les publications socialistes, souvent d’ailleurs avec des arguments que l’on peut retrouver aujourd’hui. L’un des plus importants défenseurs de la laïcité en Bretagne est ainsi l’instituteur Joseph Rollo, responsable du SNI et militant socialiste dans le Morbihan[2]. Il tient une chronique sur la laïcité dans le journal de la fédération du Morbihan et participe nationalement aux discussions sur la laïcité, soit au sein du parti socialiste, soit dans les commissions syndicales. Son intransigeance sur les questions laïques et sur la défense d’une morale laïque  souvent définie comme antireligieuse rencontre toutefois quelques oppositions parmi les militants socialistes.

Ricoeur et la morale laïque

                L’un des militants, à son corps défendant d’ailleurs, qui se retrouve à la fin des années Trente, au cœur d’une polémique sur la morale laïque, est Paul Ricoeur, à l’époque jeune professeur de philosophie à Lorient. Militant socialiste actif, il est également au même moment marqué par un courant du christianisme social, fortement ancré à gauche et rassemblant autour de  Elie Gounelle ou d’André Philip avant tout des croyants protestants[3]. Pour Ricoeur, concilier le socialisme et le christianisme est tout à fait possible et il importe donc de réexaminer la place de la morale laïque dans l’idée socialiste mais plus globalement dans la pensée républicaine. Il aborde le problème dans une conférence faite à Lorient le 9 juin 1939.

Cette conférence déclenche une polémique avec le journal catholique proche des milieux de droite L’Éveil du Morbihan. C’est l’occasion pour le philosophe de mieux expliquer ses idées et de définir ce qu’il entend par «morale laïque ». Le contenu de sa conférence est résumé dans l’hebdomadaire de la fédération socialiste et lui-même dans la réplique qu’il formule contre le journal catholique revient sur ce qu’il a dit lors du 9 juin. On peut également retrouver plusieurs feuillets du brouillon, malheureusement incomplet, de cette conférence dans les archives du Fonds Ricoeur[4].

Dans sa lettre ouverte au rédacteur en chef du journal catholique qui l’a incriminé, Ricoeur explique sa pensée:

«  Si j’ai posé la question : ‘Y a-t-il une morale laïque ?’ c’était précisément pour dire que je refusais une réponse par un oui ou un non (…) J’ai dit dans ma conférence que la notion de morale laïque recouvre deux sens très différents ; que j’acceptais l’un et refusais l’autre : en un premier sens, c’est le fond moral commun, essentiellement pratique, sur lequel nous vivons tous, commun aux croyants et aux incroyants : voilà la morale laïque que l’école publique peut et doit enseigner. En un deuxième sens, ce sont les ‘systèmes’ de morale non religieuse ou antireligieuse que chacun peut adopter pour fonder et justifier ce fonds moral commun ; or ces systèmes que je refuse personnellement comme chrétien sont affaire de vie intérieure et non d’enseignement »[5].

Paul Ricoeur se réfère à une vision de laïcité qu’il rattache à Jaurès et s’oppose par contre à une vision intransigeante que Joseph Rollo défend au même moment. Cela n’implique pas pour autant qu’il rejette l’idée laïque qui est pour lui le fondement de la vie en commun et du fonctionnement de la république :

« Si je refuse personnellement l’idée d’une morale laïque au sens d’une foi, d’une mystique substituée à la foi religieuse, je crois qu’il existe un enseignement moral laïque fait des concordances pratiques des diverses mystiques qui ont fait l’Occident »[6].

Il s’inscrit également dans la doctrine officielle de la Sfio qui considère la religion comme relevant de la sphère privée et qui n’a aucun rôle à avoir dans la vie publique. De telles distinctions sont difficiles à comprendre pour les militants socialistes et laïques bretons à la même époque. Ils sont en effet très nombreux à associer la religion à la réaction, comme l’expression « cléricaux fascistes » le montre, et à ne voir dans le christianisme qu’un instrument d’exploitation du peuple qu’il importe de combattre. La position de Ricoeur s’explique aussi sans doute par son appartenance au protestantisme, très minoritaire en Bretagne. Il semble d’ailleurs que de nombreux protestants bretons aient pu avoir la même conception de la laïcité  et le même attachement au socialisme que le philosophe. On peut ainsi  en retrouver des exemples comme c’est le cas pour André Féat, jeune militant finistérien et qui avant guerre faisait des études de théologie pour devenir pasteur avant d’être victime durant la Seconde Guerre de la répression allemande.

                La conférence de Paul Ricoeur et les divers commentaires qui en découlent montrent donc que la question de la morale laïque n’est pas nouvelle et qu’il peut être profitable de se référer à l’histoire de la laïcité, comme les travaux de Jean Baubérot le permettent[7], pour mieux comprendre les enjeux actuels, plutôt que laisser libre cours à une argumentation erronée. C’est aussi ce que permet le très intéressant dernier billet de Marie Anne Paveau paru sur le carnet La Pensée du discours. C’est enfin un thème important de la pensée socialiste depuis le XIXème comme Vincent Peillon dans ses déclarations ou dans ses travaux a pu le rappeler et il n’est pas inutile de plonger dans le passé pour mieux comprendre le présent et l’avenir sur ce sujet comme sur d’autres.

Le thème du prochain billet : l’évocation par Louis L’Hévéder, député socialiste du Morbihan, d’un voyage en Allemagne à l’été 1939 quelques jours avant la déclaration de guerre.



[1] On peut se référer sur ce point à sa contribution « actualité du socialisme républicain : sécularisation, modernité et laïcité » parue dans l’ouvrage collectif dirigé par Juliette Grange et Pierre Musso, Les Socialismes, éditions le Bord de l’eau, 2012.

[2] Sur Rollo voir Jacques Girault «Joseph Rollo, dirigeant national du Syndicat National des Instituteurs (1935-1939)»Recherche Socialiste,  L’Ours Hors-série, n°42, mars 2008.

[3] Voir sur ce groupe le livre de Agnès Rochefort-Turquin, préfacé par Ricoeur,Front Populaire. Socialistes parce que chrétiens,Paris, éditions du Cerf, 1986.

[4] Fonds Ricoeur, bibliothèque de l’I.P.T., Paris, dossier PF9, boîte 38 «philosophie chrétienne». Le brouillon de cette conférence est incomplet mais permet de mieux en saisir le contenu. On peut également trouver dans ces archives des indications sur l’action de Ricoeur dans la fédération SFIO du Morbihan. Je remercie vivement Madame Catherine Goldenstein de m’avoir permis de consulter ces archives.

[5] Le Rappel du Morbihan, 24 juin 1939.

[6] Le Rappel du Morbihan, 3 juin 1939.

[7] Plusieurs travaux de Jean Baubérot abordent cette question, je ne citerais que trois d’entre eux, qui m’ont été utiles : son Que-Sais-Je ? sur L’  Histoire de la laïcité en France ; La morale laïque contre l’ordre moral, Paris, Le Seuil, 1997 et plus largement Le Retour des huguenots, Paris, Le Cerf, 1985, qui contient un chapitre sur les «pacifismes du christianisme social » très utile pour situer la pensée et l’action de Ricoeur dans les années Trente.