Archives pour la catégorie informations diverses

«Ah chacun voit midi à sa porte !»

bureau, à 10 jours de la rentrée

Une petite pause dans la poursuite de la recherche en cours qui en ce moment concerne toujours la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement vue du côté des instituteurs et des institutrices. Ils sont en effet très nombreux au sein des sections socialistes en Bretagne et leur importance oblige à étudier en profondeur la profession. En particulier, je m’intéresse à leur participation aux combats, leurs réactions durant le conflit et juste après. Certains, ou certaines puisque les institutrices sont actives durant cette période même si elles ne participent pas au combat, deviennent d’ailleurs des opposants à l’Union sacrée, mais ils sont toutefois minoritaires et ce sont davantage des instituteurs socialistes persuadés de la justesse de la cause française et déterminés à la victoire que je peux étudier pour le moment. Beaucoup de ces instituteurs sont également militants syndicaux et il me faut également creuser dans cette direction. J’ai en ce moment sur mon bureau une vingtaine d’ouvrages sur le sujet, plusieurs dossiers individuels de ces instituteurs, très surveillés par les autorités si j’en juge par la masse de rapports les concernant et qui sont bien utiles aujourd’hui pour l’historien. J’ai aussi  préparé mes prochaines visites dans les archives, avec le sentiment ambivalent qu’il m’en reste beaucoup à consulter encore, et qu’en même temps je commence à avoir l’essentiel pour bien rédiger. J’ai d’ailleurs rédigé pas mal de pages, pas définitives ; bref, tout avance.

                Et pourtant dans une dizaine de jours, il faudra retrouver de nouvelles habitudes de travail, puisque la rentrée scolaire aura lieu. Mener de front les deux oblige à une organisation stricte, ou du moins dans l’idéal la plus stricte possible, et surtout cela signifie qu’il faut plus de temps de mener à bien la thèse. Je crois qu’officiellement le temps d’une thèse doit durer trois ou quatre ans, moi je me suis inscrit en décembre 2007, j’aurai donc à la fin mis presque 6 ans. Je triche un peu puisque j’avais déjà mené des recherches avant de pouvoir m’inscrire. Alors est-ce un avantage ou un inconvénient d’écrire sa thèse lorsqu’on enseigne en même temps ? Les personnes qui méconnaissent le travail d’enseignant diront sans doute que j’ai du temps de libre, des vacances, mais justement le métier de professeur ne se fait pas à moitié, ce n’est ni intéressant ni viable à long terme si l’on se contente de peu, il faut donc lui donner la priorité, le reste arrive ensuite. J’aurai donc mis davantage de temps, je serai aussi bien plus âgé que la moyenne des doctorant-e-s ; d’autres que moi auront profité d’avantages, de meilleures conditions de recherche, d’aides, de bourses doctorales, de contrats mais en réalité je les envie pas. Il faudrait d’ailleurs s’interroger plus longuement sur les conditions dans lesquelles on rédige une thèse et sur les différences que cela peut entraîner. Lorsque j’ai obtenu mon CAPES, un de mes profs de fac m’a tout de suite dit que je devais préparer l’agrégation, l’avoir serait facile selon lui pour moi, et ensuite que je pourrais me consacrer à une thèse. Je lui alors répondu que je ne voulais pas, et il m’a rétorqué, déçu et dédaigneux : «ah chacun voit midi à sa porte !». Plutôt que de lui expliquer que je n’avais aucun moyen financier de poursuivre mes études, qu’il me fallait travailler pour rembourser mon prêt étudiant, j’ai préféré esquiver et lui laisser penser que je manquais cruellement d’ambition. Lorsque j’ai parfois un peu de mal à gérer le travail de thèse et le métier d’enseignant, je me souviens de cette phrase et je retrouve toute ma motivation. Certains d’entre vous verront dans ces lignes un peu d’un «refus de parvenir» cher à Albert Thierry ou alors un air de « lutte des classes/lutte des places» : dans les deux cas, ils n’auront pas forcément tort !

                Mais concrètement, contrairement à ce qu’on entend depuis lundi sur les médias, ce n’est pas encore la rentrée, et donc plein de nouvelles perspectives de recherche. À suivre dans quelques jours.

Louis Guilloux père,février 1917,«Voulez vous la paix ?»

L.Guilloux, La Maison du Peuple,1927

Je travaille en ce moment sur l’activité des sections socialistes bretonnes durant la Première Guerre mondiale. L’idée que l’on retrouve souvent exprimée, sans doute à cause de l’existence de l’Union sacrée, serait que ces groupes de militants soient peu actifs durant ce conflit ; on assisterait alors à une mise en sommeil du milieu partisan socialiste[1]. Il est en effet assez difficile de mesurer l’activité de celui-ci car par exemple la plupart des publications militantes ne sont plus publiées durant cette période. Toutefois, on peut retrouver des traces de la permanence d’une identité militante qui s’exprime de multiples façons. Les archives de contrôle des autorités peuvent le montrer, bien que de nombreuses lacunes existent. Mais on trouve ainsi le compte rendu régulier de réunions des sections socialistes dans le Finistère entre 1914 et 1918, et dans ce département, la publication du journal fédéral continue malgré la censure. C’est donc à un patient travail de reconstitution et de rassemblement d’informations que j’essaye de procéder afin d’avoir une vision assez précise des actions militantes durant la Première Guerre. Cela peut se concrétiser par la signature de pétitions comme on peut le voir en février 1917 à Saint-Brieuc. A cette période, ceux que l’on appelle les « minoritaires » de la Sfio, partisans d’une paix rapide, sont de plus en plus nombreux et ils sont davantage surveillés par les autorités. Dans la préfecture des Côtes-du-Nord, c’est le père de l’écrivain Louis Guilloux qui est responsable de la section socialiste durant la guerre[2]. Celui qui se nomme également Louis, est connu par le portrait qu’en fait son fils dans son livre La Maison du Peuple, publié en 1927, qui relate l’action de militants ouvriers avant guerre et est dédié à quelques-uns d’entre eux touchés par les malheurs du conflit. On peut aussi découvrir les liens, parfois difficiles, que le fils entretient avec le père dans le livre de Sylvie Golvet Louis Guilloux. Devenir romancier qui retrace la naissance de l’écrivain Louis Guilloux. Et il y a aussi ces notes du commissaire de police de Saint-Brieuc, en date du 21 février 1917, relatant une forme d’action militante :

«  J’ai l’honneur de vous faire connaître que le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, fait signer en ce moment un factum en vue d’obtenir la paix. Il appelle quelques unes des personnes qui passent et leur dit ‘ Voulez vous la paix ?’ – ‘ Oui ?’ lui répondent-elles – ‘alors ajoute-t-il signez ceci’ » et le commissaire précise « Guillou est un socialiste militant »

Ce premier rapport est suivi d’un autre rédigé le même jour après que le policier ait été rendre visite à Louis Guilloux père. La demande lui en avait été faite par le préfet.

« J’ai été trouvé le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, et l’ait invité à me représenter le factum qu’il fait signer en vue et en l’obtention de la paix. Il me l’a remis aussitôt, et m’a déclaré que c’était sans mauvaise intention qu’il l’avait fait signer».

Le commissaire précise qu’il a saisi la pétition et qu’il le remet au préfet. On ne la trouve pas dans la liasse consultée, tout comme on ne trouve pas d’autres papiers en lien avec cette affaire. Mais la défense de Louis Guilloux semble a posteriori assez savoureuse à lire : « c’était sans mauvaise intention », ce qui rappelle la volonté manifeste ou naïve de continuer à jouir des droits élémentaires du citoyen à s’exprimer même en temps de guerre, à moins qu’il ne s’agisse de la part de Louis Guilloux d’une forme d’ironie à l’égard du policier : il y a en effet fort à parier qu’il était tout à fait au courant que ce type d’actions pouvait rencontrer l’hostilité des autorités de l’époque. Dans le livre de son fils, tout comme dans les extraits de correspondance entre eux deux, on peut voir que le père était un homme dur à la peine, aux opinions tranchées et peu prompt au compromis. Je crois qu’il y a une expression en breton pour désigner ce type de personne : «penn kalet » ou une « tête dure »[3].

Sur Louis Guilloux, il existe un excellent site de la Société des Amis de Louis Guilloux, qui organise en octobre prochain un colloque sur les relations entre l’écrivain et ses amis. Plusieurs interventions concerneront également l’histoire du mouvement ouvrier. Enfin La Maison du Peuple est disponible en poche (Les Cahiers rouges, Grasset, avec une préface de Camus) associé à un autre texte Compagnons. L’ensemble en fait un livre magnifique que je ne peux que vous conseiller de (re)lire !


[1] Il y a de très nombreuses indications méthodologiques très utiles sur l’étude de la « mise en sommeil » des groupes militants dans le livre dirigé par Olivier Fillieule, Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

[2] On peut retrouver la biographie de Louis Marie Guilloux dans le Maitron. Elle a été rédigée par Alain et François Prigent qui ont par ailleurs publié un article retraçant un épisode historique en lien avec les Guilloux «L’expérience éphémère de la Bourse du Travail de Saint-Brieuc (1904-1909) » Cahiers d’Histoire, n°116, 2012.

[3] Pour analyser ce type d’expressions militantes, le livre de James C.Scott, La Domination et les Arts de la résistance.Fragments du discours subalterne, Paris, éditions Amsterdam, 2008, est très utile.

Consentement? Contrainte? Plutôt lassitude

Archives, juillet 2012,DR

Je travaille plus particulièrement en ce moment sur les itinéraires de militants socialistes durant la Première Guerre mondiale. Ils sont soit militants avant 1914, soit adhérents à la SFIO après 1918 et j’essaye par le biais d’archives de reconstituer leur parcours durant les années de guerre. C’est un axe essentiel de la recherche en cours et pour cela je m’appuie sur de nombreux travaux comme ceux de Vincent Chambarlhac[1], de Jean-Louis Robert [2], Romain Ducoulombier[3] ou encore Galit Haddad[4] pour ne citer que quelques noms. Mais si l’histoire de la SFIO durant cette période commence à être bien connue, je crois cependant qu’il y a matière à approfondir la connaissance de ce sujet en choisissant une optique plus localisée et axée sur des parcours individuels, c’est du moins ce que j’essaye de faire. Mais étudier des militants ouvriers dans la Première Guerre oblige plus largement à lire, relire, exploiter les très nombreux travaux qui existent sur cette période. La présence rapprochée du centenaire  de 1914, l’attrait d’un public qui semble sans cesse renouvelé, ainsi de nouvelles approches historiographiques amènent à une certaine profusion d’études et de recherches très intéressantes dans ce champ historique. Actuellement, j’essaye d’en lire le maximum et inévitablement je tombe sur une controverse qui occupe très souvent le devant de la scène : plutôt que de rappeler encore une fois les éléments de débat, je souhaite davantage examiner les effets que cela peut avoir sur une recherche qui concerne les années 1914-1918.

                On pourra trouver les éléments du débat dans plusieurs publications en ligne, comme dans l’article d’Élise Julien «  à propos de l’historiographie française de la première guerre mondiale » ou dans la série de contributions sur le site de la Vie des idées.fr qui propose un dossier  « la Grande Guerre toujours présente ». On trouvera également deux très bonnes présentations, l’une signée par Christophe Prochasson et intitulée « Qui ne dit mot consent ? Une approche critique du ‘consentement patriotique’ »[5], l’autre rédigée par Nicolas Beaupré dans son livre 1914-1945,les grandes guerres (12ème tome d’une Histoire de France publiée sous la direction de J.Cornette)  intitulée « Du débat à la polémique : la question du consentement des soldats de 1914-1918 »[6] qui offre le grand mérite d’être une très récente présentation des enjeux de la question. On pourra également lire les très nombreuses contributions du site du CRID 14-18. Mais, ne serait-ce qu’en indiquant ces quelques références, j’ai bien peur de m’exposer à des préférences involontaires. En effet, j’ai de plus en plus l’impression que sur ce point le lecteur, l’apprenti-chercheur et même l’enseignant du secondaire que je suis, est soumis à une injonction de plus en plus forte : il me faudrait « choisir » un camp, et même si l’intention de ne pas choisir me venait, ce ne serait qu’un choix déguisé, un positionnement qui ne voudrait pas s’avouer.

                En effet en lisant les plus récents travaux, on peut voir que tous relatent cette controverse scientifique qui n’en est plus une puisqu’elle est devenue davantage une polémique où chacun doit affirmer ses positions et par là même, doit contester par tous les moyens les positions du camp d’en face.

                Je sais bien que les controverses sont nécessaires aux avancées historiographiques, mais dans ce cas je dois avouer une grande lassitude. C’est déjà le cas dans mon activité d’enseignant du secondaire où les éléments de ce débat peuvent parfois devenir envahissants et bizarrement peuvent devenir également une configuration impliquant des positions politiques, telle option du débat étant plus « à gauche » telle autre « plus à droite ».

                Je dois dire ici que je n’ai pas du tout envie, ni ne ressens le besoin, de me positionner dans tel ou tel camp. Sans doute d’une part, puisque je dois encore «faire mes preuves» avant de disposer d’une parole scientifique comme certains ont pu me le rappeler à la lecture de ce carnet de recherches, mais d’autre part parce j’aimerais lire, utiliser et discuter tout un pan de l’historiographie de la Première Guerre mondiale sans me sentir obligé , « contraint » de choisir un camp et d’oublier ou de jeter aux gémonies tel ou tel travail historique parce qu’il émane de l’autre rive. J’avoue donc après avoir lu beaucoup pendant ces quelques jours  ma grande lassitude devant cette polémique à répétition qui en plus semble s’enliser et bégayer, la proximité de 2014 pouvant peut-être expliquer cela.

                Cette polémique me semble d’autant plus gênante que mon sujet de recherche implique d’aborder beaucoup d’aspects en jeu dans les travaux concernés : qu’est-ce qui fait en effet tenir les soldats socialistes ? Cela a-t-il davantage à voir avec le patriotisme, le consentement, la contrainte, un ensemble d’autres faits d’une configuration que je ne maîtrise pas encore, travail en cours oblige ?

                Je n’ai pas envie de choisir non plus parce que je n’ai pas l’impression d’être à la recherche de lettres inédites, de documents contenus dans des cartons poussiéreux , d’articles de journaux jamais lus par les historien-nes qui pourraient invalider ou confirmer telle ou telle explication pré-établie. Sans doute que ce qui m’intéresse ici davantage c’est ce que Wittgenstein a pu écrire : « Nous attendons – à tort – une explication, alors que c’est une description qui est la solution de la difficulté, pour peu que nous lui donnions le rang qui convient dans la hiérarchie de nos considérations »[7].

                Cette polémique entraîne un autre risque, outre la lassitude, c’est la «glaciation» de la recherche sur cette période, ce qui serait bien regrettable avant le centenaire du début de la Première Guerre. En effet, les récents travaux historiques sont très rapidement soumis au feu de la critique, et bien souvent cela me semble tellement dépasser le cadre légitime de la critique scientifique, qu’on peut se demander s’il ne vaut pas mieux choisir une autre période historique à étudier. En écrivant ce billet, illustration aussi d’un agacement, j’ai bien conscience du côté naïf voire ridicule de son contenu. Je vais donc retourner à mes archives, et pour comprendre, décrire et étudier ces militants qui ont vécu les années 1914-1918, je continuerai à lire et à faire côtoyer le maximum d’études historiques, peu m’importe le « courant historique » de leur auteur.


[1] Vincent Chambarlhac, Romain Ducoulombier, Les Socialistes français et la Grande Guerre, ministres, militants, combattants de la majorité ( 1914-1918), Dijon, EUD, 2008.

[2] Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la Patrie et la Révolution, Paris, 1914-1919, Annales littéraires de l’université de Besançon, 1995.

[3] Romain Ducoulombier, Camarades, la naissance du Parti communiste français, Paris, Perrin, 2010.

[4] Galit Haddad, 1914-1919, Ceux qui protestaient, Paris, Les Belles lettres, 2012.

[5] Christophe Prochasson, 14-18, retours d’expérience, Paris, Tallandier, 2008, pp.123-159.

[6] Nicolas Beaupré, 1914-1945, les Grandes Guerres, Paris, Belin, 2012, pp.1046-1050.

[7] L.Wittgenstein, cité par Francis Laplantine, La Description ethnographique, Paris, Armand Colin, 2010, p.114.

«Ce n’est pas à moi que revient le mérite»: que viennent faire ici Freud et Jung?

La Charrue rouge, journal dans lequel Yves Le Lay publia de nombreux articles

«Ce n’est pas à moi que revient le mérite » est le début de la première phrase des Cinq leçons sur la psychanalyse de Freud[1]. Cet ensemble de conférences fut traduit en français en 1920 et publié la première fois dans la Revue de Genève, puis en 1921 sous forme de livre par les éditions Payot . Hier soir, j’ai enfin fait le lien entre deux informations qui a priori n’avaient rien en commun. Le traducteur de ce livre de Freud est Yves Le Lay et je n’avais jamais fait le lien entre lui et un autre Yves Le Lay qui était militant socialiste durant l’entre-deux-guerres dans la région de Lannion, aujourd’hui située dans les Côtes d’Armor. Sans doute était-ce pour moi improbable : que l’un des premiers traducteurs de Freud et de Jung soit aussi militant de la SFIO en Bretagne, cela ne paraissait pas possible. Surtout si c’était le cas, travaillant depuis plusieurs années sur le sujet, je suppose que j’aurais fini par le découvrir assez rapidement. Ma surprise fut donc grande lorsque j’ai enfin fait le lien. C’est donc ensuite un certain sentiment de stupeur voire peut-être même de honte qui m’a envahi. Mais très vite je me suis lancé à la recherche d’informations complémentaires. Je voudrais ici non pas relater un aspect abouti de la recherche en cours, mais faire l’inverse, c’est à dire élaborer une feuille de route de l’enquête à venir sur ce militant à l’itinéraire pour le moins hors du commun.

Le rôle du « Maitron »

                Comme toujours lorsque je suis à la recherche de données biographiques sur les militants bretons, la lecture première du « Maitron », le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, s’est imposée. Beaucoup de choses sont déjà dites dans la notice relativement courte mais complète à propos de ce militant : originaire de Saint-Brieuc, Yves Le Lay après avoir obtenu son baccalauréat en 1906 fait des études en Allemagne à l’université de Leipzig et est retenu durant la Première Guerre mondiale comme prisonnier civil. Après un séjour en Suisse, il revient dans les Côtes du Nord et il est nommé professeur de philosophie à Lannion. Dans les années 1920 il est un des traducteurs de Freud et de Jung tout en étant un militant actif de la fédération socialiste. Candidat aux élections législatives de 1928, il se révèle un des dirigeants du journal d’Augustin Hamon La Charrue rouge et quitte le département en 1934 pour s’établir à Blois. Mais surtout la notice biographique mentionne son activité très importante de propagandiste et de journaliste militant durant ses années dans les Côtes du Nord. C’est donc un militant de premier plan de la fédération socialiste.

Le rôle des sources en ligne

                J’ai ensuite cherché à en connaître davantage sur ses traductions des textes de psychanalyse. Dans un domaine que je connais mal, j’ai toutefois réussi à trouver un article en ligne de Jacques Sédat intitulé « la réception de Freud en France durant la première moitié du XXème siècle. Le freudisme à l’épreuve de l’esprit latin »[2]. L’auteur mentionne à plusieurs reprises Yves Le Lay et en annexe on peut lire un de ses articles publiés en 1924 dans la revue Le Disque vert  où il fait un bilan de l’introduction de la psychanalyse en France, le début de son article illustrant les réticences que l’on peut avoir contre la psychanalyse dans ce pays puisque « si la psychanalyse est restée ignorée du public français, c’est qu’elle parle trop de sexualité »[3]. La figure de Le Lay devenait ainsi plus précise.

                Comme il était en lien avec le journal militant La Charrue rouge, j’ai relu un article en ligne de François Prigent «Les mondes d’Augustin Hamon, itinéraire d’un intellectuel socialiste breton oublié »[4]. Là encore Yves Le Lay est évoqué et on peut ainsi mieux comprendre son rôle de militant. L’historien mentionne en particulier les polémiques entre les socialistes et la presse de droite. Ainsi le journal Ouest Éclair semblait avoir publié un article polémique contre le professeur de philosophie de Lannion. La consultation en ligne étant possible, je me rends compte qu’il y en en réalité non pas un mais plusieurs articles au mois de juin 1933 où l’action de Le Lay et d’Hamon est évoquée. Alain Le Lay envoie d’ailleurs un droit de réponse que le journal publie[5]. On remet en cause son enseignement et la mauvaise influence qu’il peut avoir sur la jeunesse. La polémique rebondit d’ailleurs dans le journal socialiste de la fédération L’Éveil breton, que j’avais commencé à consulter quelques mois auparavant. L’auteur des articles de Ouest Éclair adopte d’ailleurs dans sa réponse un ton nettement moins mesuré que dans le quotidien puisqu’il écrit au responsable du journal socialiste «  Si je ‘pisse de la prose’ vous n’éjaculez que des pauvretés »[6].

                Peu à peu la figure d’Alain Le Lay devenait donc plus consistante et si je n’en avais pas fini avec cette lancinante question – comment avais-je pu passer à côté de ce militant ? -, il me restait à trouver le moyen de poursuivre l’enquête.

Ce qu’il reste à faire

                La première impression, peut-être fausse en réalité l’avenir le dira, est que les deux champs historiographiques, d’un côté l’histoire du mouvement ouvrier et de l’autre l’histoire de la psychanalyse en France, sont dans le cas d’Yves Le Lay restés à distance, alors que je suis persuadé que l’association des deux aurait pu aider à une meilleure connaissance de ce militant socialiste traducteur des premières œuvres de Freud et de Jung. Mais je vais peut-être découvrir dans quelques temps que l’histoire de Le Lay est parfaitement connue, ce n’est cependant pas l’impression que j’ai pour le moment. Il semble pourtant que le traducteur breton est mentionné dans plusieurs travaux d’histoire de la psychanalyse comme étant  » un psychologue suisse », ce qui semble confirmer que son itinéraire est encore mal connu.

                Il me faut donc lire ce que je pourrais sur l’histoire de l’introduction de la psychanalyse en France. Étudier un domaine qu’on ne connaît pas risque parfois d’entraîner des confusions et une mauvaise compréhension de son histoire. Mais l’enjeu ici me semble d’importance, bien que l’histoire de la psychanalyse paraît être, tout comme celle des traductions de Freud en français, conflictuelle et traversée de polémiques nombreuses. Deux ouvrages me paraissent ici essentiels pour le moment :

E.Roudisnesco, Histoire de la psychanalyse en France, 2 tomes, Paris, Fayard, 1994 ( rééd.)

A.de Mijolla, Freud et la France, 1885-1945, Paris, PUF, 2010.

           Sans doute que progressivement d’autres références bibliographiques vont s’imposer. Par ailleurs, Yves Le Lay écrit très régulièrement dans L’Éveil breton, le journal de la fédération socialiste et dans la Charrue rouge. Il me faudra donc dépouiller ces deux publications, moins partiellement que ce que j’ai fait jusqu’à présent. De plus, les archives départementales des Côte d’Armor ou encore les archives privées (comme celle de Augustin Hamon disponibles au centre d’histoire du travail de Nantes) me seront sans doute très utiles pour restituer le parcours de ce militant socialiste.

                Enfin j’ai peine à croire que ce militant n’ait pas laissé davantage de traces tant son travail de traducteur l’a obligé jusqu’aux années 1960 à être en lien avec les grands noms de la psychanalyse. Aussi, depuis hier soir je me prends à faire comme le dirait Philippe Artières un «rêve d’histoire»[7] : trouver des archives privées d’Alain Le Lay. Peut-être est-ce aussi le but de billet : qu’une lectrice ou un lecteur puisse m’apporter de l’aide dans cette nouvelle partie de l’enquête. Quoi qu’il en soit, en découvrant l’importance de ce militant socialiste, je me suis également remémoré un autre figure du mouvement ouvrier pour laquelle j’ai un attachement : Pierre Hervé, qui a été député communiste du Finistère en 1945 a eu Alain Le Lay comme professeur de philosophie et il en a gardé un fort souvenir. Si tout cela peut paraître un peu désordonné, j’ai plutôt l’impression que ma recherche commence à se structurer davantage. Comme l’écrit Freud traduit par Yves Le Lay :« Je crains que cette partie de mon exposé ne vous paraisse pas très claire. Mais soyez indulgents. Il s’agit de vues nouvelles et difficiles qu’il est peut-être impossible de présenter plus clairement, pour le moment tout au moins. »[8]


[1][1] S.Freud, Cinq leçons sur la psychanalyse, 1909, traduction en français par A. Le Lay en 1921. On peut lire en ligne ce recueil sur le site Les Classiques des sciences sociales. Je citerai d’après cette édition

[2] J.Sédat «la réception de Freud en France durant la première moitié du XXème siècle. Le freudisme à l’épreuve de l’esprit latin », Topique, 2/2011,n°115, pp.51-68.

[3] Y.Le Lay « études et opinions sur Freud et la psychanalyse » Le Disque vert, février 1924, cité par J.Sédat, op.cit.

[4] F. Prigent «Les mondes d’Augustin Hamon, itinéraire d’un intellectuel socialiste breton oublié, engagements, trajectoires, identités » Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 113-2, 2006, pp.117-134  consulté en ligne le 17 juin 2012

[5] Plusieurs articles sont publiés dans Ouest-Éclair à propos des militants de la Charrue rouge durant le mois de juin 1933. Le journal est consultable en ligne ici.

[6] Louis Even, L’Éveil Breton, 18 juin 1933.

[7] P.Artières, Rêves d’histoire, Paris, Les Prairies ordinaires, 2006

[8] S.Freud, op.cit, p.13

Y-a-t-il une « école du renégat »? Sur Fontenoy, Lemonnier, Le Nabec et quelques autres

         Je termine actuellement la lecture du livre de Gérard Guégan, Fontenoy ne reviendra plus. Cet ouvrage, publié au début de l’année 2011, vient de recevoir le Prix Renaudot-Essais; il retrace le parcours de l’écrivain Jean Fontenoy qui a vécu les deux guerres mondiales. Esprit libre et fantasque, il s’est rallié, après avoir navigué dans les milieux d’extrême gauche, au PPF de Jacques Doriot, puis s’est rapproché de l’Allemagne hitlérienne au point d’entrer dans la LVF pour lutter contre le communisme durant la Seconde Guerre mondiale. Gérard Guégan nous relate le parcours de Fontenoy avec brio et son livre est une lecture palpitante, comme beaucoup de critiques l’ont déjà écrit (voir par exemple le compte-rendu de Jérôme Garcin). Mais est-ce vraiment un «essai» ? En effet, l’auteur mêle la réalité de la vie de l’écrivain à des dialogues ou des monologues le plus souvent inventés. On a du mal à distinguer ce qui se retrouve réellement dans les documents d’archives des artifices littéraires de Guégan, qui a pourtant utilisé une somme considérable de documents ; ainsi aucune note n’accompagne le livre, mais c’est une formidable restitution du parcours de Jean Fontenoy, et je l’ai trouvé passionnant. S’il s’écarte de la méthode de recherche en histoire, l’essai de Guégan réussit à décrire plus que tout autre l’atmosphère de l’époque de Fontenoy et l’auteur s’interroge et se met en scène comme jamais ne pourrait le faire un historien. Je suis aussi d’accord, si je me place du côté de la méthode historique stricto sensu, avec l’analyse critique qu’en fait Vincent Chambarlac, fin connaisseur du mouvement ouvrier en France, qui regrette certains raccourcis et certaines  analyses trop floues de Guégan. Pourtant, pour comprendre comment on bascule de la gauche à la droite extrême dans les années Trente et comment on se rallie ensuite à la collaboration la plus active avec l’Allemagne,  Fontenoy ne reviendra plus  me semble essentiel. L’écrivain avait lui-même expliqué dans L’école du renégat (paru chez Gallimard, 1936) ses premiers renoncements. Si sa vie garde un caractère d’exception et une part de mystère, elle correspond cependant à d’autres itinéraires militants qui sont passés de l’appartenance affirmée à la gauche à la droite fascisante et collaboratrice. De tels parcours,moins anecdotiques qu’il n’y paraît, se retrouvent dans mon champ d’étude, au point que l’on peut se poser cette question : y-a-t-il une «école du renégat» ? Comment comprendre l’évolution politique des militants qui ont connu une « dérive fasciste » ?

Lemmonier, Le Nabec : de la Sfio en Bretagne à l’extrême droite

                Lors de ma lecture du dernier livre de Guégan, j’ai également appris la disparition de Guy Lemonnier, qui apparaissait depuis 1945 sous le nom de Claude Harmel. Il était connu pour ses travaux au sein de l’Institut d’Histoire Sociale et pour son appartenance à diverses officines anticommunistes. Né en 1916, il fut nommé à partir de 1938 professeur de lettres au lycée de Brest et était membre de la Sfio. On trouve une dizaine d’articles de lui dans le journal de la fédération  Le Breton socialiste  et il est intervenu lors du congrès fédéral de 1939 pour représenter la tendance « Redressement » de la Sfio. Cette tendance (que l’on retrouve également dans les autres départements bretons, souvent portée par des enseignants, comme Paul Ricoeur à Lorient) est ultra-pacifiste et n’a de cesse  de vouloir négocier avec l’Allemagne, même nazie. Se faisant, on perçoit dans les analyses de ce courant de plus en plus de tolérance à l’écart du nazisme, de plus en plus d’hostilité envers le communisme, au point d’en faire le principal ennemi. Ainsi pour Lemmonier, il faut avant tout éviter la guerre et donc considérer que les demandes d’Hitler sont justes. En 1940, Lemonnier se rallie au maréchal Pétain, puis devient un des membres actifs et influents du RNP de Marcel Déat, réussissant à intégrer dans cette mouvance plusieurs autres militants bretons. Inquiété à la Libération, il publie en 1949 une Lettre à Léon Blum sur le socialisme et la paix  où il cherche à justifier son action. J’ai ce livre sous les yeux : le papier a mal vieilli, sans doute est-il de mauvaise qualité, et chaque page tournée s’effrite un peu plus: cette lettre ouverte commence par aborder la question du pacifisme. Lemonnier/Harmel y affirme son attachement à la paix, y compris face à l’Allemagne nazie, et c’est au nom de ce pacifisme, dont il me faut comprendre toutes les dimensions dans le travail de recherche entamé, qu’il a renié tous ses précédents engagements : le pacifisme est-il la voie unique pour devenir un renégat ?

                Comme je l’ai écrit, d’autres militants, et non des moindres, se sont laissés séduire par les arguments de Guy Lemonnier: c’est semble-t-il le cas de Jean Cornec, un des plus importants militants laïques du département. Mais il est difficile de restituer les parcours de ces années noires. La notice du «Maitron» concernant Cornec reste un peu flou, même si sa ré-actualisation apporte quelques éléments nouveaux. Il n’est pas toujours facile de comprendre comment les militants évoluent dans cette période, d’autant qu’ils sont nombreux à affirmer qu’ils sont restés fidèles, mais fidèles à quoi ? Souvent cette « fidélité» souhaitée passe par quelques trous de mémoire. Je retrouve de telles difficultés dans l’étude d’un autre militant qui apparaît soudainement dans le mouvement socialiste dans le Morbihan au milieu des années Trente, Jean Le Nabec. Le «Maitron» nous apprend qu’il est militant Sfio au Maroc mais après 1935, il n’y a plus d’informations. Pourtant, il est à Lorient, où il est responsable du petit parti néo-socaliste organisé autour de Marcel Déat, l’USR. Ensuite on le retrouve dirigeant régional du PPF de Doriot et cela jusqu’à 1940, où mobilisé, il semble être fait prisonnier et ensuite je perds sa trace. Bel exemple méconnu de « dérive fasciste » en tout cas semble-t-il.

De quoi  le « renégat » est-il le nom ?

                Le livre de Guégan, les parcours de Lemonnier et de Le Nabec m’interrogent encore sur un autre point : est-ce que leur vie ne fait pas seulement un « bon sujet » pour l’actualité littéraire  et un sujet à négliger pour l’historien? En effet, le livre sur Fontenoy avait été précédé de l’enquête de Dominique Fernandez sur son père qui a un même parcours[1], de la gauche au PPF puis à la collaboration, quelques années auparavant c’était Dominique Jamet qui relatait le parcours de son père Claude Jamet[2], intellectuel de la Sfio tenté lui aussi par la collaboration avec le nazisme. Les deux ouvrages ont connu un succès en librairie et on peut trouver depuis d’autres publications, essais et fictions, ayant le même thème. Ainsi, on peut découvrir depuis quelques jours en librairie, le texte republié d’un autre militant ouvrier au parcours semblable, Lucien Cancouët qui dans ses Mémoires d’un authentique prolétaire [3] tente de justifier son parcours marqué par le pacifisme et par une adhésion aux idées de Marcel Déat. Je ne sais pas si il y a un moyen, une école pour devenir renégat, mais les renégats semblent faire école. Qu’y-a-t-il de si fascinant chez eux[4] ?

           Bien sûr jusqu’à présent j’utilise le terme de « renégat » pour rappeler le livre de Jean Fontenoy[5], mais ce n’est pas un terme que les historiens peuvent retenir sans précaution, c’est davantage une appellation idéologique, une insulte destinée à discréditer tel ou tel militant. C’est souvent le PCF qui utilise d’ailleurs cette appellation, mais on le retrouve plus largement dans la presse militante de gauche. Ainsi Paul Valière, leader communiste brestois en 1935, devient rapidement un « renégat », tout comme d’autres, adhérents du PCF ou de la SFIO. Dans mon recherche sur ce point, trois ouvrages me sont plus particulièrement utiles : il s’agit du livre de Philippe Burrin[6], de celui de Zeev Sternhell[7] et de la biographie de Rassinier écrite par Nadine Fresco[8]. Ce sont trois des livres d’histoire qui m’ont le plus marqué. Je me rends compte maintenant que si mon sujet d’étude porte sur les années 1900-1940, et donc ne concernent pas la Seconde Guerre mondiale, ce sont sans doute les questions que posent ces trois livres qui m’ont toutefois poussé à travailler sur mon sujet: qu’est-ce qu’être de gauche, socialiste ou « fasciste » dans ces années là ? Comment passe-t-on d’un bord à un autre ? Dans cette série de questions, deux points me semblent devoir être plus particulièrement analysés : le pacifisme et le rapport à la violence. C’est pourquoi la connaissance de parcours militants sinueux, même difficiles à suivre et à étudier, me paraît essentielle pour la poursuite de mon travail historique. La lecture du livre de Guégan m’a permis de mieux comprendre cela, la disparition de Guy Lemonnier également : je n’ai jamais osé rencontrer ce dernier, alors que dans un courrier, il m’invitait à le faire. Il affirmait avoir peu de souvenirs de cette période. Avec sa mort, c’est un des derniers acteurs de la Sfio brestoise des années Trente qui disparaît. Dommage que je n’ai pas lu le livre de Guégan avant, j’aurai sans aucun doute voulu obtenir avec plus de détermination un entretien. Le travail d’historien, c’est aussi faire cela: chercher à comprendre.

NB : je veux mentionner deux lecteurs qui, directement ou indirectement, m’ont aidé à la rédaction de ce billet : l’un m’a poussé à lire le livre de Gérard Guégan; l’autre a fait en sorte de me faciliter le travail. Qu’ils soient tous les deux remerciés à leur juste valeur.


[1] Dominique Fernandez, Ramon, Grasset, 2008.

[2] Dominique Jamet, Un Petit Parisien, Flammarion, 2000, suivi de Notre après-guerre, Flammarion, 2003.

[3] Lucien Cancouët, Mémoires d’un authentique prolétaire, Vendémiaire, 2011. Le livre est accompagné de notes et d’une postface de Pierre Rigoulot, actuel directeur de l’IHS.

[4] Avant la lecture du livre de Guégan, j’avais été marqué par le roman de Raymond Abellio, alias Georges Soulès, ancien intellectuel de la Sfio, passé au RNP de Déat, paru en 1947 chez Gallimard, Les Yeux d’Ezéchiel sont ouverts. Tout comme Gérard Guégan le raconte à propos de Fontenoy, j’ai acheté ce livre par hasard chez un bouquiniste. Depuis le parcours d’Abellio m’intéresse beaucoup. Mais à un parcours d’ancien socialiste passé à la collaboration ,Soulès/Abellio ajoute une autre donnée : celle d’avoir aussi participé à la Résistance.

[5] Les livres de Fontenoy n’ont pas été réédités, hormis en 2000 par une librairie néo-nazie dont les publications sont fort heureusement difficilement accessibles. J’ai toutefois réussi à consulter L’école du renégat dans sa version originale en bibliothèque.

[6] Philippe Burrin, La dérive fasciste, Seuil, points Histoire, 2003.

[7] Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en france, Complexe, 2000.

[8] Nadine Fresco, Fabrication d’un antisémite, Seuil, 1999.

« Notre misère intellectuelle » ou comment pensent les militants Sfio

image à la Une du "Breton Socialiste" dans les années 1900

  « La pauvreté de notre presse (…) oblige le militant qui se trouve à neuf ou dix heures de Paris, à lire chaque jour les pires feuilles capitalistes ». Ainsi commence un article de Jean Longuet dans le journal brestois « L’égalitaire », publication de la Sfio le 22 août 1908. Dans cet article, L’auteur, qui est à l’époque journaliste à « l’Humanité » met en évidence les difficultés qu’ont les militants provinciaux à s’informer sur le socialisme et à lire au quotidien des analyses des intellectuels de ce courant. Lui-même, en vacances en Bretagne au mois d’août comme il semble l’avoir fait régulièrement[1], affirme dans son article avoir des difficultés à s’informer et surtout à devoir supporter la lecture de journaux de droite qui dénoncent à longueur de pages la « misère intellectuelle » des militants socialistes. Et Jean Longuet[2] de s’évertuer à montrer dans cet article aux lecteurs brestois que le socialisme rayonne dans le monde intellectuel, parmi les écrivains, les penseurs ou les artistes. Se faisant, ses propos ont entraîné ma réflexion sur la question de l’éducation militante des socialistes : comment sont-ils devenus socialistes et surtout quelles sont les lectures, les théories, les penseurs qui les ont influencé et qu’ils utilisent par la suite dans leurs actions militantes ?

                Comment les idées socialistes viennent aux militants ?

                Pour étudier cet aspect, il me faut tout d’abord lire les nombreux écrits de théoriciens du socialisme que les militants Sfio ont été susceptibles de lire entre 1900 et 1940. Or, lire des textes de Marx pour le plus connu des théoriciens socialistes, mais aussi de Benoît Malon, de Paul Brousse, d’Eugène Fournière, de Paul Lafargue de Georges Sorel, etc, n’est pas forcément d’une part chose si aisée et d’autre part, demande beaucoup de temps. Deux atouts d’importance toutefois : la plupart des écrits sont disponibles soit en ligne sur le site Gallica (et il faut également ajouter les revues socialistes de l’époque, riches en articles théoriques, comme la « Revue Socialiste » ou le « Mouvement Socialiste« ), ou bénéficient d’éditions récentes, très souvent accompagnées par un appareil critique qui facilite la lecture et l’utilisation pour le chercheur en histoire. C’est en particulier le cas de la collection « Bibliothèque républicaine» des éditions Le Bord de l’eau  qui offrent de nombreux « classiques » de la pensée socialiste, ainsi que des ouvrages reprenant les textes militants pour les discuter, comme le livre de Philippe Chanial, La délicate essence du socialisme . Quant aux textes de Marx, et provenant d’auteurs marxistes, c’est davantage à une profusion parfois confuse auquel le chercheur doit faire face. Mais là encore des travaux récents, comme ceux de Jean-Numa Ducange, sont très utiles.

                Une fois ces lectures entamées, il me faut revenir aux militants bretons : comment ont-ils lu, compris, déformé, contesté les textes théoriques ? L’ont-ils seulement fait ? Se sont-ils contentés des opuscules que la Sfio diffusait pour édifier les militants ? La question de l’appropriation des idées socialistes oblige à quitter l’histoire des idées politiques et les rivages davantage balisés de l’histoire intellectuelle : c’est tout le problème qui m’occupe en ce moment. Pour se faire, je pars des articles publiés dans les journaux socialistes. Souvent en effet, sont publiés des articles théoriques des militants bretons les plus en vue qui ont pour objectifs d’expliquer les grands principes du socialisme. Avant 1914, on assiste d’ailleurs à une profusion qui nécessite l’étape préalable que j’ai évoqué, à savoir connaître au mieux les théories dont il est question, avant de pouvoir dire comment les militants l’utilisent.  C’est en cela que je trouve intéressant l’article de Jean Longuet :  il montre bien qu’il est difficile pour un militant éloigné de Paris de se tenir bien informé des idées socialistes. Surtout, il oblige aussi le chercheur actuel à changer de focale : comme il est simple, mais peu opérant, de constater par exemple que les militants sont peu formés, ne comprennent pas les principes de base du marxisme ou des courants socialistes révisionnistes sans chercher à aller au delà. Certes, ces articles sont parfois confus, difficiles à comprendre et vulgarisent sans talent les théories du socialisme. Mais il me semble nécessaire de les étudier afin de mieux comprendre comment les militants se perçoivent en tant que socialistes.

                Dès lors il me semble nécessaire de poursuivre ma recherche dans deux directions : tout d’abord mieux comprendre les liens entre les intellectuels et le socialisme. Les travaux de Christophe Prochasson, que ce soit sur l’introduction du marxisme en France ou sur l’étude des rapports entre le socialisme et les intellectuels, sont ici irremplaçables. Ensuite, il me faut interroger les mots en eux-même. Trop souvent, on sous-entend que l’intellectuel est obligatoirement parisien et à dimension nationale. Or, ce serait méconnaître tout un pan de la réflexion sur le socialisme que de penser cela. Dans mon champ de recherches, plusieurs intellectuels ont une action en Bretagne dont il faut déterminer les contours : ce sont eux qui se chargent d’expliquer les idées socialistes, de les populariser, de les critiquer et de leur porter localement au pouvoir. De l’histoire des idées, je passe donc à l’histoire des intellectuels, puis à la sociologie de la lecture et de l’écriture ou à la sociologie politique, ainsi qu’à l’anthropologie historique. C’est un élément d’importance pour ma thèse: en effet, ce sont ces mêmes « intermédiaires » intellectuels qui analysent les rapports que les militants peuvent entretenir avec la violence et la guerre dans des articles qui se retrouvent donc au coeur de ma réflexion. Bien sûr, l’appropriation des idées socialistes par les militants peut se faire avec difficulté : dans l’article cité de Jean Longuet, lorsqu’il indique les noms d’intellectuels ou d’hommes politiques, on peut voir que ceux qui ont mis en page l’article ont parfois du mal à déchiffrer l’écriture de Longuet: on évoque ainsi un «Plekharsoff» trop éloigné de «Plekhanoff » comme on l’écrivait à l’époque pour que ce soit une seule faute de frappe. Sans doute que pour les concepteurs du journal brestois, ce « Plekharsoff » ne voulait pas dire grand chose. Est-ce suffisant pour ne pas aller au-delà d’une «  misère intellectuelle » supposée des militants socialistes ?

Rapide tour d’horizon du travail en cours:

                Concernant l’avancée de mon travail, qui doit tenir compte des aléas du professeur de secondaire que je suis également, j’ai trouvé ce qui sera peut-être le titre de ma thèse.Surtout, j’en suis maintenant à établir deux choses : je revois mon plan en fonction des avancées et des remarques pour qu’il ait une forme à peu près définitive et je fais la liste des dépôts d’archives qui me restent encore à consulter. Comme dit précédemment, je me plonge également dans la lecture des théoriciens du socialisme et je tente aussi de mieux comprendre l’action des militants durant la Première Guerre mondiale, selon une approche micro-historique. Bref, il s’agit de forger les pièces du puzzle avant même de penser ensuite à les rassembler. Le travail d’écriture, lui, se poursuit un peu comme ce que pouvait écrire Karl Marx à propos de la révolution : c’est «notre vieille amie, notre vieille taupe qui sait si bien travailler sous terre pour apparaître brusquement ». J’écris en ce moment, et les billets de ce blog ne sont donc que de brusques apparitions qui surgiront encore en fonction des envies, du temps et des urgences du moment.


[1] Jean Longuet semble avoir passé régulièrement des vacances en Bretagne, dans la région du nord Finistère.

[2] Gilles Candar a écrit une biographie sur ce membre important de la Sfio, Jean Longuet (1876-1938), un internationaliste à l’épreuve de l’Histoire, PUR, 2007. On peut lire ici quelques extraits de son ouvrage. Sur Longuet, on consultera également l’excellent blog «  la bataille socialiste ».

Brest, août 1935 : micro-dynamique d’une mobilisation


Tract de la CGT, Brest, juillet 1935 , photo DR

Dans la genèse de l’embellie du Front Populaire, les manifestations violentes de Brest (6, 7 et 8 août 1935) occupent une place importante et paradoxale. Coincées entre le 6 février 1934 et l’arrivée au pouvoir au printemps 1936 des forces de gauche, elles n’ont pas laissé a priori beaucoup de traces dans les mémoires, y compris à Brest. Pourtant, elles obligèrent toutes les organisations de gauche, syndicats et partis politiques à répondre aux questions posées par le déroulement de cette flambée de colère ouvrière: assistait-on à un processus révolutionnaire susceptible de dynamiser le Front populaire ? Devait-on au contraire freiner les revendications sociales afin de ne pas fragiliser une alliance électorale naissante impliquant le parti radical, plus modéré et moins sensible à l’expression aussi violente d’une contestation sociale ?

En rappelant rapidement les événements, ce qui m’occupera dans ce premier billet d’une série de trois, c’est tout d’abord de tenter de mieux connaître la composition des manifestations, de passer  ensuite en revue les différents modes d’action mis en pratique par les protestataires et enfin d’établir une typologie des cadres, souvent contradictoire, de l’action collective mis en évidence lors de cette protestation ouvrière du mois d’août 1935[1].

Encore une fois, on ne lira ici d’une série d’ébauches sur cette question, tout d’abord car il s’agit d’un « work in progress » associé à mon travail de thèse, et ensuite parce que je reviens sur cette mobilisation sociale dans deux billets suivants[2].

Une semaine dans Brest en colère :

            En juillet 1935, alors que la gauche fête la naissance du Front Populaire, le gouvernement de Pierre Laval tente de trouver des solutions pour sortir la France de la crise économique. Parmi  elles, Laval impose une série de décrets-lois qui amputent le salaire des ouvriers d’Etat entre 5 et 10% par mois. La population de Brest est concernée au premier chef par une telle mesure. Cette ville[3] dépend en effet de l’arsenal maritime, car une bonne moitié de la population est composée de fonctionnaires, ouvriers d’Etat ou de retraités d’Etat, autant de catégories touchées par les décrets-lois.

La population ouvrière représente quant à elle, environ 10 000 personnes et ce sont 6 000 ouvriers qui travaillent à l’arsenal. Si leur statut leur donne des avantages par rapport à d’autres catégories, les décrets-lois entraînent une amputation de salaire d’environ 10%.

Fin juillet, une première manifestation se déroule. Elle a été au préalable interdite par les autorités qui craignent des débordements, mais les leaders syndicaux n’arrivent pas à canaliser la colère qui s’exprime ce jour-là. Et le défilé se lance alors dans les rues de Brest, tant en restant calme. On peut donc déjà sentir une contradiction entre la détermination des ouvriers qui passent outre l’interdiction et l’attitude majoritaire des dirigeants de la CGT confédérée, de la CGTU, du Pcf et de la Sfio qui de leur côté tentent d’éviter sans succès la tenue d’une telle manifestation.

Le second acte se situe le 5 août, c’est le jour de paie des ouvriers qui constatent de visu les baisses annoncées. Certains débrayent sur le champ (ce que redoutaient les autorités de l’Etat) et manifestent dans l’enceinte de l’arsenal, qui est coupé du reste de la ville et normalement soumis aux autorités militaires. Un service d’ordre est présent, renforcé depuis quelques jours, mais près de la moitié des ouvriers se joignent à la grogne et un cortège improvisé défile avec, en tête, des fanions rouges (qui servent normalement pour signaler un danger) en guise de drapeaux. Il n’y a cependant aucun incident et la manifestation est restée confinée dans l’espace fermé de l’arsenal maritime.

Le lendemain, la préfecture maritime a renforcé le service d’ordre, les baïonnettes sont visibles et les ouvriers acceptent mal de devoir travailler sous aussi bonne garde. C’est que les autorités militaires ne veulent pas tolérer un autre arrêt de travail. Très vite cependant, les ouvriers affichent des signes de nervosité et des bagarres éclatent.

Un travailleur, Joseph Baraer, qui n’était pas connu pour être un militant actif d’un syndicat ou d’un groupe politique, est frappé mortellement à coups de crosse. C’est l’élément déclencheur des manifestations tournant en émeutes. La violence devient très présente et les autorités militaires ferment l’arsenal, les ouvriers se déversant dans les rues de Brest. Plusieurs cortèges se mettent en place sans coordination apparente, ce qui compte, c’est exprimer sa colère. Plusieurs rumeurs accentuent la nervosité ouvrière.

S’enchaînent trois autres jours de manifestations et d’émeutes, avec des destructions de plus en plus importantes, une inquiétude grandissante des autorités. Deux autres ouvriers sont tués, le second l’est à coups de crosse lors d’une échauffourée près de l’hôtel de la poste, alors que le troisième Pierre Gautron est tué par arme à feu par un sergent de l’infanterie coloniale le 10 août alors que la ville tendant à redevenir calme. Cet acte, encore inexpliqué n’entraîne d’ailleurs pas l’inculpation du sergent qui est libéré rapidement, alors qu’il semble avoir prémédité son geste. Il y a également une centaine d’arrestations, plus de 250 blessés et de nombreux dégâts dans toute la ville.

C’est une véritable explosion sociale qui a eu lieu, et il convient maintenant de revenir sur la composition des manifestations, les modes d’action mis en œuvre et les interprétations que l’on peut donner à un tel mouvement social. Ces trois aspects pourront ainsi illustrer la micro-dynamique d’une mobilisation[4].

Micro-dynamique d’une mobilisation 1/ : qui sont les manifestants ?

La question est en apparence anodine tant la réponde semble évidente : les manifestants sont les ouvriers de l’arsenal qui participent aux marches de protestation. Mais plusieurs aspects peuvent amener à mieux examiner la question : tout d’abord, et afin de discréditer les revendications ouvrières, de nombreuses sources de la presse ou des autorités signalent la présence de personnes ou de groupes n’ayant que peu de liens avec la population ouvrière :ce sont des «  éléments tarés » selon un rapport que le préfet du Finistère destine au gouvernement, la presse de droite ou d’extrême droite n’hésitant pas quant à elle à parler de «  racailles » sans que l’on sache si le terme désigne les fauteurs de troubles ou l’ensemble des manifestants[5]. On retrouve dans la presse de gauche une volonté de se démarquer des agitateurs et là aussi on évoque les «gamins » sur les barricades, on fustige les  « voyous » auteurs des saccages et on valorise les ouvriers responsables qui ne se sont pas joints aux troubles. C’est en particulier le discours de la presse socialiste.

De nombreux observateurs enfin, évoquent la présence de « provocateurs » qui seraient responsables des dégâts matériels, des rumeurs et d’avoir excité la violence des ouvriers. Mais si tous en parlent, peu savent vraiment quelle est l’identité de ces « agents provocateurs ».La commission d’enquête parlementaire qui suit les événements doit elle-même reconnaître que « disons le tout simplement : nous n’avons pu identifier aucun de ces provocateurs ».

Il est donc essentiel de s’arrêter sur la composition sociale des différentes manifestations, cortèges ou encore de la participation à l’édification et à la tenue des  barricades qui furent nombreuses durant cette semaine d’agitation. Mais l’opération peut s’avérer délicate : en effet, les rapports de police sont parfois peu précis sur cet aspect, tout comme les articles de la presse locale et nationale. Mais d’autres sources peuvent être utilisées : les déclarations de blessure dans les registres hospitaliers, la liste des personnes arrêtées et jugées, les photographies prises lors des journées de mobilisation ou le compte rendu personnel de certains militants. Pour le moment, quelques données importantes peuvent être mises en évidence : les personnes arrêtées ou blessées sont pour moitié des ouvriers, et sur ce groupe une moitié à nouveau travaille à l’arsenal. Il y a peu d’éléments extérieurs même si les rapports de police insistent sur les quelques cas d’étrangers ou de fauteurs de trouble connus au préalable des services de police.

En ce qui concerne l’origine militante des manifestants, on doit tout d’abord rappeler qu’il y a relativement peu de militants ouvriers à Brest : le Pcf n’a pas cinquante militants, la Sfio est plus structurée avec un groupe de près de 200 membres (en incluant les JS tentés par l’activisme des minorités ouvrières), la CGT confédérée a environ 400 militants, et la CGTU quelques dizaines de militants. A ces groupes, il faut aussi ajouter les militants du milieu anarchiste, dont Brest a toujours formé un bastion, mais au milieu des années 1930, ceux-ci sont moins nombreux et vieillissants. Il est donc important de mesurer l’influence de ces structures dans la construction de la mobilisation (voir 3ème point). Enfin, durant la semaine, on peut aussi trouver des envoyés des partis politiques ou des syndicaux : la CGT confédérée dépêche un responsable national, le Pcf envoie des militants aguerris, plus ou moins secrètement, afin de tenter de contrôler la colère des ouvriers et de lui donner un sens qui corresponde au nouveau positionnement national et international des communistes.

Ces quelques exemples montrent que pour connaître la composition sociale et politique des manifestations, un long travail de recoupement est nécessaire, d’autant que de nombreuses approximations sont véhiculées sur le moment et dans les périodes suivantes. On doit aussi mobiliser l’analyse des photographies[6] qui nous dévoilent aussi de nombreuses informations sur les modes d’action des protestataires.

Micro-dynamique d’une mobilisation 2/ : quels modes d’action ?

            Si on cherche l’étymologie du mot «manifestation », on peut voir qu’à l’époque moderne, manifester signifiait «rendre visible » ou «se rendre visible ». En effet, par l’occupation temporaire d’un espace public comme la rue et par un défilé, on se rend visible du reste de la population. Ainsi en août 1935, la presse a rendu visible la mobilisation des ouvriers de Brest, qui pendant une semaine ont manifesté de manière violente. Parmi les modes d’action, le défilé, la manifestation sont les premiers moyens utilisés. On peut rappeler que la première manifestation du mois de juillet n’était d’ailleurs pas autorisée par la police, mais que les ouvriers ont passé outre, avec l’accord plus ou moins tacite, des responsables syndicaux et politiques. Le second cortège s’est déroulé à l’intérieur de l’arsenal, donc sans que la population extérieure puisse voir cette mobilisation. Dans les jours suivants, on assiste à plusieurs manifestations ou rassemblements qui ont souvent la même organisation : les militants syndicaux et politiques sont tout d’abord en tête, puis la manifestation se déroule et a tendance à s’éparpiller en plusieurs cortèges, qui se rejoignent ensuite très souvent sur la place Wilson qui offre la particularité d’avoir un kiosque à musique, où les allocutions des leaders sont plus audibles. Mais à cette ritualisation des premiers cortèges succède la volonté de conquérir plusieurs lieux de l’espace brestois. Ce sont avant tout les lieux de l’autorité qui sont visés, comme la mairie mais surtout la préfecture maritime. De plus, dès le second jour de mobilisation, on assiste à la construction de barricades, d’abord isolées, puis de plus en plus nombreuses et qui ont la particularité de créer une zone symbolique où l’espace est occupé du moins temporairement. Cette zone repose sur la topographie (on choisit des rues étroites afin de faciliter l’érection des barricades) mais aussi sur la volonté d’encercler des lieux symboliques comme la préfecture maritime. Dans cette mobilisation protestataire, on peut voir que les ouvriers ont voulu conquérir l’espace public en utilisant des moyens de plus en plus coordonnés afin de résister aux assauts de la police et de la gendarmerie mobile. La mise en évidence d’un espace géographique de la mobilisation brestoise est donc nécessaire.

On retrouve donc un point déjà évoqué, qui sera aussi analysée finement par les autorités par la suite, à savoir comment les manifestants se sont organisés durant ces journées de violente colère.

Micro-dynamique d’une mobilisation 3/: quels cadres de l’action collective?

Avant de voir comment on peut caractériser les cadres de l’action collective lors des émeutes d’août 1935, il est important également d’utiliser d’autres concepts de la sociologie des mouvements sociaux afin de mieux comprendre ce qui s’est joué lors de ces journées. On peut ainsi s’interroger sur la naissance de « réseaux » de manifestants : comment se sont –ils organisés ? Comment s’adaptent-ils à la présence policière de plus en plus importante (environ 1 500 membres des forces de l’ordre contre une moyenne de 5 000 manifestants, même si ces derniers chiffre sont à manier avec prudence).On doit constater que l’organisation des manifestants évolue : à de grands défilés organisés, où le soutien de la population brestoise est évidente, on passe ensuite à des manifestations plus confuses, où il est difficile de différencier manifestants, badauds et curieux, et qui sont confrontés aux forces de l’ordre, ce qui entraîne des mouvements de foule. Par la suite ce sont de petits groupes tenant des barricades, jouant à cache-cache avec la police, dont la coordination semble au moins à interroger qui occupe l’espace protestataire, jour et nuit. On évoque dès lors à plusieurs reprises le maniement d’armes à feu, et donc au moins la tentative de guérilla urbaine, terme qui est utilisé à plusieurs reprises dans les rapports des autorités, même ceux qui sont rédigés plus tard et qui essayent d’étudier à froid cette mobilisation protestataire.

Si une telle coordination existe, il faut tout d’abord la mettre en évidence, puis comprendre le rôle des meneurs, des leaders lors de cette mobilisation. L’action de Paul Valière, syndicaliste et membre influent du Pcf semble devoir être plus particulièrement étudiée avec soin, mais cela est d’autant plus difficile qu’il est par la suite exclu du Parti justement à cause de la conduite des émeutes brestoises. Liée à la question de l’étude du leadership, on doit aussi mettre en évidence les structures de la mobilisation, à savoir le rôle préexistant des organisations politiques et syndicales. Car ce qui se passe début août 1935 à Brest doit être relié tout d’abord à l’action des organisations politiques et syndicales, mais aussi mis en perspective par rapport à la constitution du Front populaire, dont le but est la conquête du pouvoir par les élections et non pas par un mouvement social violent et révolutionnaire. Ce sont autant de points dont il faut rendre compte si on veut mieux comprendre cet épisode de colère ouvrière. Après avoir relaté le séjour de Nizan à Brest durant ces émeutes dans un second billet de cette série, ce que je tenterai de faire en me centrant sur le rôle de la Sfio dans ce mouvement de protestation et en revenant sur l’apport de la sociologie des mouvements sociaux pour mieux comprendre ce qui se passait à Brest ces jours-là.



[1] J’ai pu donner une première interprétation de ce qui va suivre lors d’une communication au séminaire d’Olivier Wieviorka sur la manifestation, ENS Cachan, 15 décembre 2009, « Les manifestations d’août 1935 à Brest ». Je tiens encore à remercier O.Wieviorka de m’avoir donné la possibilité de faire part lors de cette séance de mes recherches en cours dans ce domaine, ainsi que tou-te-s les participant-e-s au séminaire.

[2]  Le second billet portera plus précisément sur Paul Nizan venu à Brest comme envoyé spécial de L’Humanité, tandis que le troisième billet analysera deux autres aspects : tout d’abord le rôle de la Sfio dans cette protestation ouvrière et surtout l’apport des travaux en sociologie des mouvements sociaux pour mieux appréhender cet épisode de mobilisation.

[3] Brest intra-muros a une population de 60 000 habitants, mais si on considère le «grand» Brest, la population dépasse les 120 000 habitants.

[4] J’emprunte le terme de « micro-dynamique d’une mobilisation » à la sociologie des mouvements sociaux inspirée par les travaux de Charles Tilly, Sidney Tarrow ou encore Doug McAdam. J’expliquerai plus en détails mon utilisation de ces travaux dans le troisième billet de la série consacrée aux manifestations violentes de Brest.

[5] Pour les références aux archives ou à la presse de l’époque, je me permets de renvoyer à ma thèse en cours, d’autant plus que je suis actuellement dans la phase de recueillement des informations.

[6] Plusieurs photographies sur ce sujet sont disponibles en ligne sur le site des Archives municipales de Brest 

Le Stade du miroir comme formateur de la conscience socialiste

 

Dépasser le stade du miroir? Image réalisée à partir de la photographie de la municipalité de Brest (1904).DR

Le 19 juillet 1904, l’adjoint à la mairie socialiste de Brest intervient lors d’une discussion sur le budget en plein conseil municipal : voulant trouver de nouvelles sources de taxes, il affirme à propos des miroirs : « N’y a-t-il pas moyen de les surtaxer par une loi spéciale ? Car il y a les grandes dames qui aiment bien se voir du haut en bas. » Quelques instants plus tard, il se déclare partisan d’un autre impôt sur les parfums et les savons et affirme : « il n’est pas rare que je rentre à la maison avec une migraine tellement les grandes dames laissent une traînée odorante sur leur passage »[1].

De tels propos, tenus lors d’une des premières réunions du conseil municipal devenu majoritairement socialiste en mai 1904, ont pu servir à discréditer l’ensemble de l’action de cette majorité qui fut régulièrement taxée d’incompétence et qui se comportait selon le célèbre politiste André Siegfried comme « une assemblée d’enfants mutinés s’amusant à brimer leurs maîtres »[2].

Je voudrais donc dans ce billet revenir sur la portée de ces propos qui sont devenus le symbole d’une municipalité incapable a priori de bien administrer la ville. Il s’agit donc, au-delà des considérations négatives émises par André Siegfried et reprises telles quelles par de nombreux observateurs, d’étudier l’action de cette majorité qui se revendique « socialiste » mais qui est en réalité un assemblage de personnalités aux opinions souvent contradictoires (d’autant qu’il n’y a pas encore de parti socialiste unifié en 1904) et qui souffre de ne pas avoir d’expérience dans la gestion communale.

C’est pourquoi, par analogie avec un célèbre texte de Jacques Lacan, je parlerai de cet épisode brestois comme « le stade du miroir » qui a aidé à la formation de la conscience des militants socialistes de cette ville. En effet, selon Lacan le stade du miroir est « la transformation produite chez le sujet quand il assume une image »[3]. Or il apparaît que par de telles interventions, que Siegfried qualifie de « grotesques », les socialistes brestois ont appris, peut-être à leurs dépends, à se comporter en militants responsables et expérimentés et se sont formés à la «conscience socialiste ».

Dans ce billet, qui n’est comme à chaque fois qu’une esquisse  et un programme de recherche à venir sur un aspect du travail de thèse en cours d’élaboration, je voudrais donc tout d’abord revenir sur le contexte dans lequel l’adjoint Le Tréhuidic tient ses propos, ensuite voir comment cette intervention fut utilisée par des adversaires politiques afin de décrédibiliser toute l’équipe municipale socialiste novice dans la gestion des affaires communes, et enfin montrer que si, à court terme, cela a effectivement desservi les socialistes brestois ( ils sont battus aux législatives de 1906 et perdent la municipalité en 1908), à plus long terme cette expérience municipale chaotique leur a permis de se doter d’une identité socialiste plus forte si bien qu’ ils ont été plus à même de présider par la suite aux affaires de la ville de Brest.

La question des rapports entre la violence et le militantisme socialiste – problématique majeure de mon travail de recherches- se retrouve ici dans plusieurs aspects : on peut être tout d’abord frappé par la violence de la polémique consécutive à l’intervention de l’adjoint Le Tréhuidic, mais aussi plus globalement par la violence verbale et la violence symbolique qui découlent des délibérations au conseil municipal de Brest durant cette période. De plus, le contexte social est marqué par la prégnance de grèves souvent violentes et l’équipe municipale, « étendard » du socialisme dans la ville, est traversée par des courants contradictoires qui soit prônent l’utilisation de la violence révolutionnaire soit veulent l’arrivée au pouvoir du socialisme par la conquête démocratique, nécessairement plus pacifique.

Brest socialiste par surprise en 1904 ?

Lors du premier tour des élections municipales de 1904, les partisans du socialisme présentent une liste incomplète « d’action républicaine et sociale ». On y retrouve plusieurs candidats dont les idées divergent : il faut en effet rappeler qu’il n’y a pas encore du parti socialiste unifié, et en conséquence la liste rassemble des partisans d’un socialisme doctrinal, des syndicalistes et même des personnes marquées par l’anarchisme. Cet assemblage hétéroclite a un programme basé sur des mesures sociales avancées[4] et les radicaux soutiennent ce regroupement sans y participer. En face, deux listes se présentent sans réelle divergence et ont un programme défendant les intérêts de la bourgeoisie, des commerçants et des professions libérales. Elles sont persuadées de gagner facilement et ne se considèrent pas vraiment opposées l’une à l’autre mais plutôt en légère dissidence.

Or, au soir du premier tour, c’est la liste socialiste qui est en tête provoquant la panique du camp adverse. La deuxième liste de droite se retire, mais la liste socialiste se complète avec des radicaux-socialistes ou des personnalités comme René Litalien dont il est pour le moment difficile de connaître la position politique à cette période[5]. Au second tour, la liste socialiste est élue dans son ensemble amenant au pouvoir des hommes qui n’étaient pas forcément préparés à ce rôle. Victor Aubert est élu maire, aidé par des adjoints partisans affirmés du socialisme comme Emile Goude, ou encore par René Litalien qui se positionne en caution morale et intellectuelle de cette nouvelle municipalité[6]. Jean-Marie le Tréhuidic, compagnon menuisier et juge aux prudhommes, est également désigné adjoint.

Le Tréhuidic, l’homme aux miroirs et aux parfums :

Né en 1861, Jean-Marie Le Tréhuidic ne reste adjoint au maire que quelques mois, de mai 1904 à février 1905, date à laquelle il choisit de démissionner pour devenir secrétaire de la bourse du travail de Brest en se ralliant au syndicalisme révolutionnaire[7]. Il est toutefois dans les premiers temps un homme clé de la nouvelle municipalité brestoise et on le désigne parfois après son intervention comme « l’homme aux parfums » (comme l’écrit encore l’Echo de Paris, deux ans après les faits, le 20 avril 1906).

Son intervention eut lieu lors de la séance du 19 juillet 1904. On doit d’ailleurs constater que de nombreux auteurs donnent une date erronée : Louis Coudurier parle du 20 juillet (date qui est reprise dans tous les livres d’histoire évoquant cette affaire), tandis qu’André Siegfried évoque la séance du 24 juillet. Surtout, lorsqu’on consulte les délibérations du conseil municipal, on peut être étonné de ne pas trouver l’intervention évoquée de Le Tréhuidic ; on peut y lire deux mentions assez laconiques :

–          «  MM Le Tréhuidic , le Bars et Goude échangent sur cette modification diverses observations »

–          « Diverses observations sont échangés entre presque tous les conseillers et il est décidé : que la taxe sur les savons parfumés, odeurs etc sera portée à 24 fr. les 100 kilogr. »[8]

La séance portait sur le budget de la nouvelle municipalité, avec des aspects très techniques dans la discussion, à tel point que le journaliste de l’Ouest-éclair, journal catholique, écrit dans son article du lendemain « la séance du conseil municipal peu intéressante s’est encore prolongée fort tard »[9]. Séance peu intéressante ? Peut-être pas pour le journaliste du quotidien La Dépêche de Brest  par qui la polémique arrive.

Polémiques et interprétations :


Si le journaliste d’Ouest-éclair a trouvé la séance peu intéressante, cela n’est sans doute pas le cas de Louis Coudurier qui est à l’époque le directeur de la  Dépêche de Brest. Ce quotidien est tout sauf neutre à l’époque : partisan de la liste concurrente, il a mené campagne en cherchant à discréditer les socialistes. Depuis qu’ils ont gagné les élections, ce quotidien ne passe pas une journée sans critiquer l’action de la « municipalité collectiviste». C’est donc dans ce journal, puis plus tard dans le livre écrit par Coudurier pour faire un réquisitoire à charge des socialistes, que l’on peut lire le compte rendu de la séance du conseil municipal où les propos de Jean-Marie Le Tréhuidic sont mentionnés : citons le passage en entier :

        » -M.Thoury : Et l’article 60 ? Les savons parfumés et les eaux d’odeur ? Ce n’est pas nous qui nous en servons.

                        -M.LeTréhuidic : Est-ce que les glaces sont taxées ?

                       – M.Thoury : Elles sont taxées au maximum.

                       – M.Le Tréhuidic : N’y a-t-il pas moyen de les surtaxer par une loi spéciale ? Car il y a les grandes dames qui aiment bien se voir du haut en bas.

                       – M.Hascöet : Quel est le maximum pour les savons parfumés ?

                       – M.Le Bras : Vingt-quatre francs pour 100 kilos. Le tarif actuel est de cinq francs.

                       – M.Vibert : Je crois qu’en demandant 24 francs vous allez faire tort à beaucoup de petits perruquiers.

                        -M.Fouquet : Il y a beaucoup de petits forains qui en vendent.

                       – M.Goude : Ce n’est pas l’intermédiaire que nous visons, mais le consommateur.

                        -M.Le Tréhuidic : Je suis de l’avis du camarade Goude. Au moins on sera peut-être moins incommodé rue de Siam. Il n’est pas rare que je rentre à la maison avec une migraine, tellement les grandes dames laissent une traînée odorante sur leur passage « [10]

L.Coudurier publie en 1908 un réquisitoire contre la municipalité socialiste.DR

Ces propos, encore une fois qui n’apparaissent pas dans le compte rendu officiel et qui ne sont pas évoqués dans un premier temps par l’autre quotidien local, sont très vite par contre repris avec des variantes diverses dans la presse nationale[11]. Le Temps (23 juillet) se base sur les informations de la Dépêche en y ajoutant des appréciations négatives englobant l’ensemble des socialistes, car Jean-Marie Le Tréhuidic « semble avoir entrepris de jouer le rôle de l’ilote ivre et de dégouter le public du socialisme, par le spectacle de ses sottises ». Comme pour l’expression «  ilote ivre », le Temps manie l’insulte comme commentaire politique, puisque les socialistes brestois sont « ridicules », dignes de l’« homme des cavernes », « socialistes du Danube » et plus simplement annonciateurs d’« un retour à la barbarie »[12]Le Matin (22 juillet 1904) insiste davantage sur le fait que le « socialisme révolutionnaire brestois » est tyrannique, violent et despotique. Ouest-éclair, quelques jours après avoir écrit que la réunion du conseil municipal était inintéressante, revient sur les propos de J.M. Le Tréhuidic dans un long éditorial : les socialistes sont des «  violents qui les [ les riches] tyrannisent et menacent de les ruiner ». Mais on peut constater que ce journal ne reprend pas directement les propos tenus par l’adjoint socialiste tel que la Dépêche l’a écrit ; le quotidien fait preuve de davantage de prudence en affirmant : « il paraît d’après un adjoint que ces droits ne sont pas encore assez élevés, car aurait-il dit ‘ si nous femmes font usage de miroirs grands comme la main, les belles dames aiment à se voir de haut en bas ‘ » (Ouest-éclair, 23 juillet 1904). On peut voir qu’ici la citation se veut prudente et l’emploi du conditionnel montre ce que dévoilent les délibérations officielles du conseil municipal de Brest, à savoir que les propos de Le Tréhuidic se sont tenus alors que tous les membres de la chambre municipale discutaient et qu’il n’était sans doute pas facile de reprendre textuellement les propos de tout le monde. De plus, et c’est encore l’Ouest-éclair qui le précise, chaque séance du conseil municipal brestois est suivi par une foule nombreuse et on peut penser que certains membres de l’assemblée en profitent pour tenter d’intéresser l’auditoire par des interventions intempestives ou qui se veulent humoristiques.

Mais on doit enfin tenter de connaître les réactions des socialistes eux-mêmes devant les comportements décriés de la municipalité brestoise.

Sortir du stade du miroir par l’autodiscipline et la connaissance de l’idéologie socialiste :

Les socialistes brestois ne disposent pas encore d’un journal  leur permettant d’exprimer leurs vues ; il existe toutefois « l’Avenir brestois » qui est un journal de gauche, regroupant toutes les nuances de cette famille politique mais qui est davantage proche du radicalisme. L’affaire n’est pas évoquée et on préfère essayer d’expliquer les principes de la doctrine du socialisme. C’est en particulier le cas d’Yves Lefebvre qui écrit régulièrement de longs articles afin d’expliquer l’idéologie collectiviste : pour lui d’ailleurs,  le socialisme doit se construire par la République et les réformes et pas du tout par la violence ou encore par « les vieilles méthodes des guerres sociales » ( L’Avenir brestois, 9 avril 1904). L’attitude du conseil municipal de Brest ne lui convient donc pas : dans sa correspondance il s’en prend régulièrement aux élus municipaux de cette villle et il espère que « Brest pourra bientôt sortir de la période de démagogie où le mouvement s’enlisait» ( lettre à Ch.Brunellière, 31décembre 1904). Pour lui, qui est un des militants les plus actifs dans la construction d’un mouvement socialiste discipliné et efficace, tout comme pour René Litalien qui essaie de  contrôler les autres élus municipaux de gauche lors des délibérations municipales, il est nécessaire de dépasser le « stade du miroir » et de construire un parti socialiste qui évite les comportements tels que les débordements de Le Tréhuidic, adopte une politique démocratique de conquête du pouvoir et se dote d’une conception réfléchie et bien comprise de l’idéologie socialiste. Ces militants n’ont de cesse  que de vouloir se débarrasser de comportements violents, démagogiques ou extrémistes qui sont présents chez de nombreux militants au même moment. Ce faisant, ils s’exposent à la difficulté qui consiste à ne pas se couper de la base électorale du socialisme qui est parfois séduite par des meneurs d’hommes comme Jean-Marie Le Tréhuidic. On reproche en retour souvent à Yves Lefebvre et René Litalien d’avoir une conception trop intellectuelle du socialisme. Quelques années plus tard, des militants comme Emile Goude réussissent à allier les deux, privilégiant la conquête électorale du pouvoir et l’éducation au socialisme, tout en gardant une attitude de tribun populaire. Mais cela passe également par de nombreux échecs, aussi bien électoraux que dans l’organisation d’une structure militante stable. Dépasser le stade du miroir nécessite sans aucun doute de fendre la glace, ce qui n’est pas chose aisée ![13]


[1] L.Coudurier, Une Ville sous le régime collectiviste, histoire de la municipalité brestoise, 1904-1908, Brest, 1908.

[2] André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest, présentation de Pierre Milza, Imprimerie nationale, 1995 ( 1ère éd. 1913), p.273.

[3] Il n’est pas dans mon propos ici de définir ce qu’est la théorie lacanienne du stade du miroir, d’autant que j’utilise davantage l’expression dans un sens métaphorique, en lien avec les propos sur les surtaxes pour les miroirs demandés par Le Tréhuidic. Disons simplement que le stade du miroir est pour Lacan le moment où l’enfant entre 6 et 18 mois prend conscience de soi et de son unité corporelle en se reconnaissant par exemple dans un miroir.

[4] On peut retrouver le programme de cette liste dans le journal L’Avenir Brestois , 26 avril 1904.

[5] R.Litalien fut étudiant à l’Ecole Normale supérieure de Paris, où il est un socialiste affirmé. Nommé à Brest, il semble dans un premier temps s’être tenu à l’écart des partisans du socialisme  dans cette ville avant d’être présent au second tout des élections en 1904 sur la liste progressiste. En 1905, il adhère à la Sfio.

[6] On peut constater que l’action de cette première municipalité socialiste de Brest est en réalité assez mal connue encore et n’a pas fait l’objet pour le moment d’une étude systématique à ma connaissance, même si les travaux de G.M.Thomas ou de Cl.Geslin sont très utiles.

[7] Notice «  Le Tréhuidic Jean-Marie » dans le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier français, sd J.Maitron et C.Pennetier, tome 34, Les éditions de l’Atelier, 1989.

[8]  Extraits des délibérations du Conseil municipal de Brest, 19 juillet 1904.

[9] L’Ouest-éclair, 20 juillet 1904.

[10] L.Coudurier, op.cit., p.58-59

[11] Je n’ai pas encore fait de revue de presse systématique, je n’évoque donc que quelques exemples.

[12] Pour une étude de l’insulte comme argumentation politique, on pourra lire T.Bouchet, Noms d’oiseaux. L’insulte en politique, de la Restauration à nos jours, Stock, 2010.

[13] De nombreux aspects ne sont pas étudiés dans ce billet, bien qu’ils soient importants : l’histoire culturelle ( à travers le rôle de l’hygiène et des parfums, grâce aux travaux de G.Vigarello et de A.Corbin), l’histoire de l’antiféminisme de gauche (Ch.Bard), la comparaison avec d’autres municipalités socialistes comme Roubaix (R.Lefebvre), le rôle de la violence symbolique dans les luttes politiques (P.Bourdieu), la recherche d’une légitimisation politique par l’autocontrainte (M.Offerlé, N.Elias)ou encore la construction d’un ethos socialiste chez les militants sont autant d’éléments qui nécessitent un examen profond dans ce cadre. Mais je réserve de telles analyses pour mon travail de thèse.

Alcool, intempérance et socialisme: les militants bretons de la Sfio face à l’alcool, 1905-1940

Les récentes rumeurs sur l’alcoolisme supposé de Martine Aubry, candidate aux primaires du Ps pour l’élection présidentielle de 2012 s’inscrivent dans une longue tradition où les militants ouvriers étaient perçus obligatoirement comme des alcooliques par leurs adversaires, le patronat ou encore les autorités de l’Etat. En effet, au moins jusqu’en 1940, il n’est pas rare de trouver l’ évocation des penchants pour l’alcool, supposés ou réels, des militants de la Sfio dans des comptes rendus de la presse régionale,  dans des rapports de police ou dans des discours d’hommes politiques de droite. En Bretagne, ce type d’accusations est peut-être encore plus utilisé tant l’alcoolisme généralisé d’une partie de la population de cette région est souvent véhiculé comme une évidence permanente.

Comme la consommation d’alcool peut être également associée à la violence[1], il paraît important dans le cadre de mon étude de revenir sur les liens entre l’alcoolisme et le socialisme. Bien que, comme pour tous les billets de ce blog, le lecteur ne trouvera qu’une esquisse de mon travail de recherche, deux questions seront brièvement abordées  :

–          Comment se construit l’accusation d’alcoolisme comme arme politique pour les adversaires du mouvement ouvrier ?

–          Quels sont les discours et les pratiques des militants bretons de la Sfio eux-mêmes à propos de l’alcool ?

On ne trouvera pas ici de réponses définitives à ces questions. Disons simplement qu’il s’agit de plusieurs pistes de réflexion, qui sous une forme ou sous une autre se retrouveront dans mon travail de recherche définitif. De tels aspects sont, de plus, parfois difficiles à aborder car nous touchons là un aspect qui se glisse dans les interstices de la vie privée et de la vie publique des militants, c’est pourquoi cela peut également avoir une vertu méthodologique en questionnant la part d’intime qu’un chercheur en histoire peut avoir à connaître afin de reconstituer des itinéraires militants.

L’importance de l’alcool dans la société française dans son ensemble, tout comme dans la sphère bretonne a été évoquée à de nombreuses reprises : que ce soit Sarah Howard qui  en a étudié les représentations  sous toutes ses formes dans la société française de l’Entre-deux-guerres[2] et surtout Thierry Fillaut[3] qui s’est interrogé sur sa présence en Bretagne, plusieurs historien-ne-s ont montré l’importance de l’alcool comme phénomène social. Mais trop souvent dans de telles approches, les rapports aux pratiques politiques ne sont qu’à peine esquissés. On en revient dès lors à évoquer l’alcool et sa consommation excessive que pour décrédibiliser une mobilisation collective et ce dès le XIXème siècle : par exemple, lors du coup d’Etat de décembre 1851, dans le Finistère, ceux qui refusent de se soumettre aux nouvelles autorités sont présentés comme des alcooliques ayant trop bu et vociférant à la sortie des cabarets[4]. Les documents d’archives issus de la surveillance policière du mouvement socialiste à la fin du XIXème –début XXème siècle à Brest font très fréquemment référence à l’intempérance des militants : «  alcoolique notoire » fait figure bien souvent de synonyme d’ «ouvrier socialiste ». Cette construction négative se retrouve également dans l’Entre-deux-guerres comme lors des manifestations brestoises d’août 1935 : les autorités et de nombreux journalistes ne voient dans les manifestants que des personnes excitées par l’alcool. Pourtant à y regarder de plus près, on peut grâce aux archives du commissariat central de la ville se rendre compte que lors des soirs de mobilisation collective ou de réunions publiques, les incidents dus à l’alcool ne sont pas plus nombreux que les autres jours[5].

Mais c’est surtout à l’encontre d’élus socialistes qu’on peut retrouver des accusations, directes ou indirectes, concernant une consommation excessive d’alcool. Cela fut en particulier le cas pour les élus municipaux de Brest entre 1904 et 1908 ou encore à l’encontre du député du Front populaire Jean –Louis Rolland[6]. Une construction de l’accusation d’alcoolisme comme insulte contre les représentants du mouvement ouvrier se met ainsi rapidement en place au XIXème siècle et perdure durant la première partie du XXème siècle[7]

Mais il paraît important de voir en quoi ce discours des opposants au socialisme a modifié ou non le rapport à l’alcool des militants de la Sfio.

Je dois reconnaître que depuis les débuts de mon travail sur les militants socialistes, il m’est fréquemment arrivé d’écouter et d’enregistrer des anecdotes en lien avec l’alcool. C’est en particulier le cas pour Jean-Louis Rolland, maire de Landerneau et député socialiste avant 1940 puis résistant. J’ai pu retrouver cette proximité avec la consommation d’alcool à de très nombreuses reprises, tant cette pratique peut être associée à une convivialité propice à la constitution de réseaux de sociabilité militante. Cela est d’autant plus vrai que lors des réunions socialistes au moins dans l’Entre-deux-guerres, une buvette était souvent disposée dans le fond de la salle, quand la réunion ne se tenait pas elle-même dans un café. Lors des comptes rendus de ces réunions politiques, la presse militante n’évoque que rarement la présence de telles buvettes ; mais à partir de 1939, dans le climat lourd de venue de la guerre, il n’est pas rare de trouver sous la plume du camarade chargé de résumer les réunions l’indication selon laquelle les discours furent si importants que personne n’avait pensé à  fréquenter la buvette[8].

Il faut dire que la consommation d’alcool, même excessive, n’est pas forcément perçue comme condamnable. L’alcool favorise les échanges, peut renforcer la cohésion des groupes et offre un effet intégrateur aussi bien pour les nouveau militants que pour les plus jeunes. Cela peut aussi renforcer et illustrer la virilité des militants ouvriers. Cette proximité avec l’alcool se retrouve aussi dans les mémoires de Tanguy Prigent, où il évoque à de nombreuses reprises sa consommation excessive d’alcool à partir de 1944, alors qu’il se décrit comme sobre auparavant. Il mentionne surtout le fait que de nombreux autres camarades consommaient eux aussi très régulièrement des boissons alcoolisées[9].

On voit donc que la consommation d’alcool n’est pas forcément perçue négativement et que cela fait partie de la culture militante socialiste par bien des aspects qu’il serait intéressant de mieux cerner. Peu de travaux historiques, sauf erreur de ma part, abordent de telles questions.

Mais surtout il y a au sein de la Sfio un contre discours sur l’alcool : dans l’optique de constituer une humanité nouvelle, la lutte contre l’alcoolisme occupe une place importante dont il faudrait aussi mesurer les effets. Je peux évoquer le rôle important de René Litalien[10], professeur à Brest et militant acharné de la lutte antialcoolique avant 1914. Il développe une action volontariste  et s’acharne dans les journaux militants à défendre une politique de prohibition : «  l’alcool, qui est l’ennemi mortel de toutes les organisations ouvrières, est le fléau des grèves. C’est lui qui surexcitant les cerveaux, rend les conflits plus meurtriers : c’est lui, d’autre part, qui ruine les énergies, affaiblit les résistances, prépare les militants aux capitulations » écrit-il dans L’égalitaire, journal socialiste de Brest, le 11 décembre 1909. En tentant de reconstituer son action, son parcours et en rassemblant ses écrits (il a lancé plusieurs publications antialcooliques), je pourrai peut-être mesurer l’impact de son action qui semble toutefois minoritaire, même si un vaste mouvement de regénération morale est actif au sein de la Sfio durant cette période [11].

Au-delà des quelques considération présentes dans ce billet, on peut se rendre compte que l’étude des rapports entre l’alcool et les pratiques militantes au sein de la Sfio offre un chantier que je souhaite explorer davantage. C’est peut-être le seul aspect positif du lancement des rumeurs concernant Martine Aubry ; mais quand bien même on ne peut pas forcément connaître l’origine d’une rumeur, on peut penser ici qu’il s’agit  d’ une sorte d’impensé de la droite politique française qui a volontiers associé depuis le XIXème siècle mouvement ouvrier, socialisme et alcoolisme.


[1] Pour une première sur les rapports entre la consommation d’alcool et la violence, Laurent Bègue «  pourquoi l’alcool rend-il violent ? » Sciences Humaines, n°220, Novembre 2010.

[2] Sarah Howard, Les images de l’alcool en France, 1915-1946, Paris, CNRS, 2006.

[3] Thierry Fillaut put être considéré comme le meilleur des historiens sur le rôle de l’alcool dans la société française à l’époque contemporaine. Il a également travaillé sur la Bretagne, voir par exemple, Les Bretons et l’alcoolisme (19-20ème siècles), ENSP, 1991.

[4] Laurent Le Gall , « Le 2 décembre 1851 dans le Finistère, un coup d’État évanescent ? », Revue d’histoire du XIXe siècle,22,2001.

[5] La police de Brest doit faire face à de multiples débordements nocturnes durant cette période à cause de la présence du port, de nombreuses troupes françaises et étrangères et d’une population ouvrière nombreuse. Ainsi, une grande partie de son activité durant la nuit consiste à limiter le nombre d’accidents ou de tapages nocturnes. Les archives rendent compte de telles pratiques, ce qui permet au chercheur aujourd’hui de mieux connaître le comportement nocturne de la population. Lors des émeutes de 1935, on constate ainsi que les arrestations pour violences dues à l’alcool, contrairement à ce que disent les autorités préfectorales et la presse, sont peu nombreuses.

[6]La presse de droite, mais aussi parfois les publications communistes évoquent régulièrement, parfois ouvertement, parfois à mots couverts, l’intempérance du socialiste Jean Louis Rolland entre 1936 et 1940.

[7] Une telle considération négative sur les militants ouvriers doit être replacée dans un contexte global de peur de la foule et des mouvements populaires, voir S.Barrows, Miroirs déformants. Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXème siècle, Aubier, 1990.

[8] On retrouve à plusieurs reprises de telles indications dans le Breton Socialiste des années 1939-1940.

[9] Mireille Prigent, Les maitres de la vérité, M.André, 1985.

[10] Je compte faire un prochain billet sur ce militant.

[11] Plus généralement, on lira avec profit le dernier livre de Christophe Prochasson, La Gauche est-elle morale ? Flammarion, 2010

La question du duplicata de Mauss ou comment fonctionne la presse socialiste avant 1914

Le 24 juin 1914, Marcel Mauss publie dans L’Humanité un article en page 6 : intitulé «  La semaine américaine », cet écrit porte sur l’amélioration nécessaire des conditions de travail en France, et Mauss commente un exemple d’aménagement du temps de travail pris aux Etats-Unis. On peut retrouver cet article dans le recueil réalisé par Marcel Fournier «  Ecrits politiques » de Marcel Mauss, ou encore sur le site Gallica de la Bnf qui propose la numérisation complète de L’Humanité jusqu’en 1939.

Marcel Mauss, " la semaine américaine", L'Humanité, 24 juin 1914

Mais ce qui m’intéresse ici, plus que l’article en lui-même, c’est que nous pouvons retrouver le même article trois jours plus tard, le 27 juin, dans l’hebdomadaire de la fédération socialiste du Finistère, le Cri du Peuple, dirigé par le député Emile Goude. Même organisation de l’article, même typographie, il n’y a guère que la manchette de l’article qui est écrite en caractères différents.

Plusieurs questions se posent dès lors : tout d’abord, est-ce qu’on retrouve le même article dans les autres hebdomadaires de la Sfio ? Un rapide coup d’œil dans le Rappel du Morbihan montre que cet article n’a pas été publié. Il semble donc que le duplicata de l’article ne soit réservé qu’à quelques autres journaux, à moins que Le Cri du Peuple soit le seul à procéder de la sorte. Surtout cela entraîne une vraie autre question : comment réalise-t-on en province un journal socialiste ? Les emprunts à d’autres publications militantes sont très nombreux dans cette période, et il n’est pas rare de retrouver des éditoriaux de grands hommes politiques ou de militants nationaux à la Une du journal finistérien. Mais comment se font ces emprunts ? Qui décide ce qui doit être mis en évidence dans les publications locales ? Ce sont autant de questions qu’il faut aborder en avançant doucement, tant l’étude des publications militantes socialistes en est à ses débuts, du moins en ce qui concerne la région bretonne. Surtout dans le cas de l’article de Marcel Mauss, on peut se demander pourquoi cet article est republié trois jours seulement après être paru dans L’Humanité ? Cela entraîne d’autres questionnements : est-ce que Mauss bénéficie d’une aura si grande en juin 1914 pour que n’importe quel article de lui soit multi-diffusé ? Ou alors est-ce simplement le fruit du hasard ? Ou bien encore y-a-t-il au même moment à Brest ou dans les environs un conflit social qui concerne la durée du travail, auquel cas on comprendrait les intentions du rédacteur du journal du Finistère : reprendre un article de L’Humanité serait dès lors un moyen d’armer les militants socialistes et de justifier leurs revendications.

Je ne peux pour le moment répondre à aucune de mes questions. Mais c’est l’occasion de mieux connaître l’œuvre et la vie de Marcel Mauss, grand militant socialiste et aussi de mieux étudier et comprendre le rôle de la presse militante locale. En résumé, cela avance et comme l’écrit Mauss dans l’article évoqué «  tout ceci se passe non pas dans le pays d’Utopie, mais à deux pas de nous. On peut y aller voir ! ». Ces interrogations sont surtout pour moi l’occasion de m’interroger également sur les fonctions de ce carnet numérique de recherches : plein d’améliorations ( du moins pour moi) sont à venir très prochainement.

Zeev Sternhell sur France Culture:Enklask à l’écoute

L’historien Zeev Sternhell est à l’honneur cette semaine sur France Culture. Depuis lundi dans l’émission « à Voix nue » (à 20 heures), on peut l’écouter dans une tentative d’  « ego-histoire » qui se mêle à une explication de son travail d’historien. Je me rends compte de l’importance prise par ses travaux dans ma propre recherche. Il y a tout d’abord  Ni droite, ni gauche, l’idéologie fasciste en France qui est un des livres d’histoire que j’ai le plus lu et relu, d’autant que Sternhell a revu à plusieurs reprises son travail, ajoutant corrections et nouvelles explications. Mais il y a aussi La Droite révolutionnaire , où le mouvement des Jaunes tient un rôle essentiel , livre qui est un des premiers que j’ai acheté et que j’ai tenté de lire sans trop rien comprendre à l’époque (j’avais 18 ans)  ou encore Naissance de l’idéologie fasciste , où Georges Sorel prédomine, que j’ai lu à l’université et relu au fin fonds de ma voiture lors d’une nuit nomade. Bref, je me rends compte que cet historien a une grande importance.

"Ni droite ni gauche", un livre essentiel

Dans Ni droite, ni gauche , Sternhell est un des premiers à avoir vraiment étudié l’influence du planisme au sein de la Sfio, avec une précision éclatante. On peut critiquer la méthode de l’historien, trop calé sur une « histoire des idées » qui laisse de côté l’histoire sociale, ou encore regretter son oubli de l’impact de la Première Guerre mondiale sur les différentes révisions du socialisme en Europe. On peut aussi rester dubitatif sur la logique impérieuse qu’il inscrit dans un processus allant de la révision du marxisme au fascisme. Cà et là, on peut aussi trouver des erreurs factuelles : ainsi il affirme ( p. 283 de l’édition Complexe de 2000) que Guy Lemonnier est un ancien néo-socialiste, qui est au moment où il écrit le texte cité en 1942 membre du RNP. Or, Lemonnier, militant sur lequel je reviendrai, n’est pas néo-socialiste mais membre de la fédération socialiste du Finistère et partisan du courant « Redressement ». Malgré cela, je dois dire que les travaux de Zeev Sternhell sont brillants et très importants dans mon propre cheminement de recherche historique. Outre Ni droite, ni gauche , les autres livres de l’auteur évoquent les Jaunes, et ils sont importants en Bretagne car Biétry est élu à Brest, le syndicalisme révolutionnaire ou les idées de Georges Sorel, autant de points essentiels dans mes recherches.

Demain sur France Culture, Sternhell reviendra sur l’impact de son livre Ni droite ni gauche. Les précédentes émissions (et les émissions à venir) peuvent être réécoutées sur le site de France Culture.

Où va le pacifisme? conférence de Paul Ricoeur, 10 mars 1939, Lorient

«  Cette brillante causerie, très documentée du professeur Ricoeur, a eu lieu le 10 courant et a séduit tous les auditeurs ». C’est ainsi que débute le compte rendu d’une conférence sur le pacifisme faite par Paul Ricoeur à Lorient. Ce compte rendu est publié dans le Rappel du Morbihan, le journal de la fédération socialiste de ce département, en date du 18 mars 1939.

Ricoeur est en effet dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, professeur de philosophie à Lorient. Tout en étant proche de la revue Esprit et en écrivant dans des petites revues chrétiennes de gauche, il est aussi un militant de la fédération socialiste du Morbihan, et à ce titre intervient dans le débat public à Lorient. Profondément attaché à la liberté  religieuse et proche d’André Philip, il doit faire face à de nombreux autres socialistes bretons farouchement anticléricaux. Pacifiste, il est en accord sur ce point avec le directeur du Rappel qui est le député Louis Lhévéder. Pourtant, il ya de nombreux éléments à découvrir sur cette période bretonne de Ricoeur. Tout d’abord il est successivement actif dans trois villes  Rennes, Saint Brieuc et Lorient. Ensuite, il écrit dans les journaux socialistes, parfois même sous le pseudo de «Péric». Il est ainsi l’auteur d’une série d’articles sur «socialisme et christianisme en 1934, où il analyse les rapports entre le socialisme et la violence.

A Lorient, il est militant au sein de la tendance «Redressement» de la Sfio, c’est-à –dire la tendance la plus pacifiste de ce parti et cela jusqu’au déclenchement du Second conflit mondial. Il est d’ailleurs en quelque sorte le leader de ce courant dans le département.A y regarder de plus près, son parcours dans les villes bretonnes et surtout son activité militante sont assez mal connus, quand bien même il soit revenu par la suite à plusieurs reprises dans des entretiens sur ces années, et en dépit de la biographie de François Dosse qui ne prend pas  en compte les articles publiés dans les journaux socialistes bretons. Il faut donc tenter de restituer son action dans les fédérations socialistes, d’autant que dans le bouillonnement  des années 30, il a participé à d’autres actions, par exemple en lien avec le groupe « Jeune France » à Lorient, qui souhaitait dépasser le clivage droite/gauche.

Extrait du Rappel du Morbihan, 29avril 1939.

Il semble appartenir à cette faction de la Sfio qui travaille à la fin des années 1930 à  mettre en place de nouvelles références idéologiques, en lien avec la revue Esprit ou des intellectuels comme Georges Lefranc. Bien des confusions et des recompositions ont suivi cette période. Il est pour le moment difficile de connaître Ricoeur dans ses années de militantisme breton au sein de la Sfio. Mais je m’y attelle. Même si on peut le critiquer, le formidable livre de Zeev Sternhell, « Ni droite, ni gauche » est un très bon guide pour se retrouver dans les méandres de ce nouvel esprit des années Trente.

En attendant, les liens entre philosophie et guerre étaient  aussi le thème de la première séance de séminaire sur la Première Guerre mondiale à l’Ehess. Ce fut l’occasion d’entendre le philosophe Frédéric Worms dans une belle intervention,  et qui a d’ailleurs un peu évoqué Ricoeur. A nouveau, la violence, la guerre et le pacifisme.

Surtout, il y a dans les jours qui suivent un colloque consacré au grand philosophe.

Pour connaître le programme , et en savoir plus sur Paul Ricoeur : le site de la fondation Ricoeur (clic dans l’image). Il y a de très nombreuses ressources.  J’y reviendrai plus tard.

Séminaire sur la Première Guerre mondiale ( Ehess)

La première guerre mondiale, guerre du XIXe, guerre du XXe siècle (2010-2011)

Annonce provenant de Calenda (15 octobre 2010)

Séminaire mensuel de recherche à l’EHESS Paris. Ce séminaire se propose de décloisonner l’étude de la Grande Guerre par une nouvelle approche chronologique et pluridisciplinaire.Scrutée à la loupe par une histoire politique, sociale et culturelle qui l’a souvent enfermée dans son « événementialité », la première guerre mondiale mérite d’être étudiée dans une temporalité nouvelle. Afin de dépasser les simples concepts d’entrée et de sortie de guerre qui restent encore trop collés à l’événement lui-même, la Grande Guerre sera travaillée non pas comme un « pur événement » mais tout à la fois comme continuité du XIXe siècle et comme catalyseur du XXe siècle. Le séminaire se présente sous la forme d’un atelier de discussion ouvert à tous, articulé autour de la mise en commun de textes et de présentations de recherches en cours. Continuer la lecture de Séminaire sur la Première Guerre mondiale ( Ehess) 

A rebours : présentation de recherche

Avant d’expliquer avec davantage de détails ma recherche en cours, un petit retour en arrière paraît nécessaire.

J’ai commencé à m’intéresser au socialisme en Bretagne lors de la réalisation de mon mémoire de maîtrise en 1995 qui portait sur Jean Louis Rolland. Militant socialiste, il a participé à la Première Guerre mondiale, adhère ensuite quelques mois au nouveau parti communiste puis retourne à la «  vieille maison » en gravissant petit à petit toutes les étapes de la carrière militante. Maire de la commune de Landerneau en 1929, il est député de Brest en 1936 et est un des 80 élus de la République qui refuse de donner les pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940. Pacifiste, appartenant au courant paul-fauriste, il devient toutefois résistant au sein du mouvement Libération Nord et dans le réseau Jade Fitzroy. Il continue ensuite à être un élu important de la fédération socialiste du Finistère, dans l’ombre de celui qui incarne durant toutes ces années le visage du socialisme en Bretagne, Tanguy Prigent.

Photo DR, archives municipales de Brest

Ce mémoire de maîtrise intitulé «  la carrière politique de Jean Louis Rolland, 1919-1946 » a été soutenu à l’Université de Bretagne Occidentale en 1995.

Ensuite, après de nombreuses interruptions dues aux vicissitudes de l’existence, j’ai soutenu en 2005 un mémoire de master 2 intitulé  «  Résister à la guerre ? Les militants ouvriers du Finistère face à la guerre, 1914-1962 ». Il s’agissait dans ce travail de problématiser la recherche entamée : comment se comportaient les militants ouvriers en temps de guerre ? Derrière cette trop vaste question, j’essayais d’élaborer une démarche qui m’aurait permis d’étudier les trajectoires militantes face aux guerres du XXème siècle.

Assez vite, je me suis rendu compte des nombreuses impasses dont lesquelles un tel projet  ne risquait pas de m’entraîner.

J’ai donc modifié à nouveau mon projet en me focalisant d’une part sur les militants socialistes (au sens large) et d’autre part sur les usages de la violence (ou les réfutations de celle-ci) par ces mêmes militants. J’ai surtout restreint la période chronologique, ou plutôt il y a eu un déplacement de période. Plutôt que de faire de la Seconde Guerre mondiale le cœur de ma recherche, c’est dorénavant le premier conflit mondial qui me paraît central.

Pour en savoir plus :

Un article sur les grèves d’août 1935 à Brest paru dans le Monde diplomatique :

http://www.monde-diplomatique.fr/2006/06/KERMOAL/13540

Ma page de présentation au sein du CRH de l’Ehess :

http://crh.ehess.fr/document.php?id=1547

enklask

Il s’agit de rendre compte de l’avancement d’une thèse en histoire sur le socialisme en Bretagne préparée à l’Ehess.Le sujet de thèse porte plus particulièrement sur les liens qu’entretiennent les militants socialistes avec la violence ( violence politique, violence de guerre) entre 1905 et 1940.Le carnet permettra de rendre compte de l’avancée de mes recherches, mais aussi de susciter contacts et échanges d’informations avec d’autres chercheurs, mais aussi avec d’autres personnes qui pourraient m’aider à trouver des informations ( familles de militants, généalogistes, passionnés d’histoire locale, etc.)