Archives pour la catégorie recherches personnelles

Comment déchiffrer un espace blanc?

Après plusieurs mois de silence ici, c’est le moment de reprendre le fil d’une narration entreprise depuis un assez long moment déjà. C ‘était le but premier de la tenue de ce carnet: montrer une recherche en train de se faire, soulever en quelque sorte le capot pour essayer d’y voir plus clair, s’arrêter peut-être davantage sur les copeaux de ce que l’on peut trouver lorsqu’on chemine dans les archives, regarder l’échafaudage plutôt que le bâtiment qui est en construction.

explorer d'autres horizons dans la recherche en cours. Photo DR
explorer d’autres horizons dans la recherche en cours. Photo DR

S’interroger sur les formes de narration en histoire aussi. Pour cela, les travaux de Carlo Ginzburg sont de merveilleux guides. J’ai d’ailleurs emprunté le titre de ce billet à un de ces articles, « déchiffrer  un espace blanc » paru dans Rapports de force[1]. L’historien s’interroge sur la signification d’un espace blanc laissé par Flaubert dans L’éducation sentimentale, et passant de Proust à Marc Bloch, il étudie les formes narratives de l’Histoire.Pour Ginzburg, il est important:

« de bien comprendre que les interrogations de l’historien sont toujours formulées, directement ou indirectement, en des formes narratives (le pluriel est important). Ces narrations provisoires délimitent un champ de possibilités, qui seront souvent modifiées, voire totalement écartées, au cours du processus de recherche. On peut comparer ces narrations à des instances médiatrices entre interrogations et sources, lesquelles influencent profondément (même si nullement de manière exclusive) la manière dont les données sont recueillies, éliminées, interprétées, et, pour finir, incorporées à une narration. [2]»

C’est là, je crois, une très bonne explication de ce en quoi l’écriture sur un carnet de recherches en ligne peut apporter dans le processus de la recherche en train de se faire. Comme souvent pour les écrits de Carlo Ginzburg, il faut peut-être lire et relire ce qu’il écrit, pour bien en saisir la teneur et la portée. Souvent en effet, il semble s’écarter d’un chemin rapidement tracé pour ensuite entraîner le lecteur dans des méandres pas toujours faciles à suivre. Mais parallèlement, on peut découvrir une pensée très éclairante sur l’histoire et sa pratique.  Sans doute aussi que la pratique d’une histoire numérique complexifie encore les formes narratives de cette discipline, mais pour les enrichir. Alors il faut continuer à poser quelques jalons ici. Parce que aussi précise également Ginzburg « la projection du désir, sans laquelle nul ne s’adonnerait à la recherche, n’est pas incompatible avec les démentis infligés par le principe de réalité. [3]»

Donc pour déchiffrer un espace blanc, il faut d’abord le créer.

Et ensuite partir vers d’autres chemins a priori éloignés du principal sujet de recherche, mais ce n’est peut-être pas vraiment le cas. À suivre dans les prochains jours.


[1] Carlo Ginzburg, «  Déchiffrer un espace blanc » in Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », 2000, pp. 87-97.

[2] Carlo Ginzburg, op.cit., p.95.

[3] Carlo Ginzburg, op.cit., p34.

Un billet de transition: ralentir le mouvement et appuyer sur pause?

 

déserter les archives et le bureau pour mieux y revenir ensuite
déserter les archives et le bureau pour mieux y revenir ensuite

Il y a quelques jours je me suis rendu compte un peu par hasard qu’il y aura bientôt cent billets sur ce carnet de recherche ! J’ai trouvé cette information étrange, je ne croyais pas du tout en avoir  autant. Cela m’a obligé également à m’interroger à nouveau sur cette pratique publique d’écriture qui accompagne un travail souterrain de rédaction de thèse, et qui n’a rien d’évident pour de nombreuses personnes. Travail souterrain ? En ce moment c’est plutôt d’ailleurs un travail enlisé, une période où rien ne vient facilement et où les choses à écrire s’accumulent, avec le retard et toutes les autres petites contrariétés. J’avais prévu un programme de billets sur le centenaire du congrès de 1913 à Brest et je me suis arrêté en plein milieu comme presque à bout de souffle. Mais ce que j’aime aussi ici, c’est que cela n’a pas grande importance, ne pas tenir son planning ou arrêter d’écrire parce que cela ne vient pas. Du coup, ce carnet en ligne, comme les autres carnets de papier que j’ai sous le bras, permet aussi de pratiquer une forme particulière d’écriture, l’écriture-refuge, celle qui permet de vivre la période de « soudure » sans trop de difficultés, de continuer à avancer dans cette période de repli.

En ce moment la phrase qui est la plus difficile à entendre est « alors tu finis quand ta thèse ? ». Je ne sais pas mais le plus important, c’est que malgré tout, ça avance ! C’est pourquoi les deux prochains billets qui compléteront cette première série de 100 seront plus que les autres ancrés dans l’actualité, dans le présent, non pas parce que je considère dans un facile raccourci que l’histoire aide à comprendre le présent, mais tout simplement parce que c’est ce présent qui pour le moment est au centre de mes réflexions. Après, le travail de recherche pourra reprendre pleinement.

Le 99e billet s’intitulera « Ceci n’est pas du fascisme : observation ethnographique d’une manifestation ». Il faudra attendre au mieux dimanche soir pour le lire puisqu’il sera basé  sur la manifestation des anti-mariage pour tous qui aura lieu le même jour. Travaillant sur des manifestations de l’entre-deux-guerres, sur ces micro-dynamiques de mobilisations collectives qui parfois utilisent des actions violentes, il me paraît utile de confronter mon travail d’historien en cours à ce type de manifestations actuelles qui mobilisent de plus en plus des moyens radicaux.

Le 100e billet reviendra lui évidemment sur le centenaire du congrès socialiste de Brest en 1913 et aura pour titre : » De passage à Marseille pour revenir à Brest ». Là aussi je partirai du présent car je parlerai davantage d’un autre congrès récent auquel j’ai participé. Non pas que je souhaite évoquer réellement ce présent personnel : il s’agira plutôt d’interroger cette antienne un peu paresseuse du rôle de l’histoire comme clé de compréhension du présent . Le livre récent de Gérard Lenclud  L’universalisme ou le pari de la raison  sera dans ce domaine mon guide.

Il faudra ensuite aller au-delà du chiffre 100 et surtout trouver la réponse à cette fameuse question  » tu finis quand alors ta thèse ? ».

Mes erreurs et la tour d’ivoire

extrait du  » travailleur socialiste de l’Yonne » 10 avril 1915

Il est souvent difficile de faire la part des choses lorsqu’on est enseignant et apprenti chercheur en histoire. La première des activités oblige à consacrer le maximum de temps à la préparation et à la réalisation des cours, et en conséquence la seconde peut parfois être négligée. Mais ce ne sont pas les seules différences. Lorsqu’on est enseignant, « prof d’histoire » écrit-on souvent (comme si d’ailleurs la géographie n’existait pas !), on doit régulièrement plonger dans l’actualité du monde et à certaines périodes, comme en ce moment, entendre à longueur de journée : « ah c’est vrai qu’on enseigne plus çà ? » ou encore «  tiens il y a un livre qui vient de sortir sur les programmes d’histoire». Et là, je dois reconnaître qu’il m’est très difficile de rester dans la tour d’ivoire du chercheur même si j’ai cette thèse à finir. En effet, on parle beaucoup (on parle, on ne lit pas visiblement…) de livres qui viennent de sortir sur l’enseignement de l’histoire en France et sur ces supposées imperfections. J’ai dans un autre cadre fait le compte rendu d’un de ces livres L’Histoire fabriquée ? qui jouit d’une publicité médiatique dont l’auteur semble se régaler. J’en profite pour remercier ici publiquement les responsables dAggiornamento Histoire-géographie, et en particulier Laurence de Cock, d’avoir publié ce texte. L’auteur du livre n’a semble-t-il pas apprécié les remarques et essaye en conséquence de discréditer mes propres critiques. Et là, ce n’est plus le simple enseignant en Histoire-Géographie qui doit réagir, mais l’apprenti chercheur que je suis, et c’est pourquoi je le fais dans mon carnet de recherche, justement parce que je ne peux plus dans ce cas séparer mes activités.

L’attitude la plus raisonnable serait sans doute de se taire, d’autant que les multiples indications que l’on peut lire sur le net à propos de ce livre sont souvent accompagnées de commentaires plus ou moins amènes d’internautes aux opinions peu compatibles avec la poursuite d’une activité apaisée de recherche. Mais ce n’est pas grave, je prends le risque. Pour ensuite retourner dans ma tour d’ivoire, c’est-à-dire rendre compte ici de la progression de ma recherche de doctorat, et seulement cela.

Je le fais aussi après avoir lu une critique élogieuse du livre L’Histoire Fabriquée ? sur un site d’informations dont j’apprécie énormément le travail, à savoir le blog Guerres et conflits XIXe-XXIe s. qui est une véritable mine d’informations pour tout chercheur intéressé par l’histoire militaire. Je dois dire que lire cela m’a beaucoup perturbé, tant on ne semblait pas avoir lu le même livre et tant L’Histoire fabriquée affirme de choses bien légères sur la Première Guerre mondiale et  sur son enseignement !

Revenons aux critiques. Tout d’abord, et visiblement l’auteur du livre n’a pas dû bien lire mon compte rendu, ce ne sont pas seulement deux erreurs – fausses selon lui – que j’ai pu relever mais plus d’une dizaine ! Ce ne sont pas de simples «regrettables fautes d’orthographe » mais des erreurs, et j’insiste sur ce terme, qui révèlent que l’auteur n’a pas une bonne connaissance de la production scientifique en histoire. Mal orthographier des noms d’historiens, oublier de mentionner le nom de co-auteurs de livres, inventer des nationalités pour des historiens au prétexte qu’ils travaillent sur tel ou tel pays, cela fait quand même beaucoup pour un travail prétendument sérieux dont l’ambition est de révèler les erreurs des manuels scolaires ! Que des journalistes ne veuillent pas voir qu’écrire à répétition le nom Hannah Arendt avec une faute d’orthographe révèle une méconnaissance dommageable, libres à eux, mais tout lecteur un tant soit peu informé, peut douter de la qualité de l’ouvrage dans son ensemble. C’est aussi l’utilisation des sources qui posent problème : l’auteur du livre s’approprie des citations de documents qu’il ne semble pas avoir consultés ! Mais de tout cela, la réponse aux  critiques ne parle pas, c’est dommage.

Donc j’aurais moi-même « inventé » des erreurs dans le livre chroniqué ! Je dois dire que j’aurais accepté bien volontiers si cela était le cas, puisque les erreurs sont sans doute inhérentes à notre métier, le tout étant de le reconnaître lorsque c’est nécessaire.

 Tout d’abord j’ai évoqué un passage assez obscur du livre à propos du génocide arménien : j’ai peut-être mal compris mais l’auteur dans la même page dit une chose et son contraire ; je constate d’ailleurs avec plaisir qu’il s’est ensuite mieux informé et a lu un livre que je lui conseillais, je n’en dirais donc pas plus, si ce n’est qu’en effet il vaut mieux lire et s’informer plutôt que de lancer à la va-vite des arguments. J’aurais aussi, deuxième erreur de ma part, une méconnaissance du sort des députés SFIO durant la Seconde Guerre mondiale ! Si vous êtes un lecteur  habitué de ce carnet de recherches, vous goûterez comme moi l’ironie involontaire du propos. L’auteur du livre affirme avoir compté à partir du site de l’Assemblée Nationale, le nombre de députés socialistes accusés de collaboration. Bien, et les chiffres qu’il donne correspondent à ceux que donnent des chercheurs en qui j’ai davantage confiance, des historiens comme Jean Sagnes et Olivier Wierviorka. Mais dans ma critique, je voulais souligner davantage deux éléments problématiques : tout d’abord pourquoi ne parler que des « députés » et non pas des parlementaires ? Etonnant lorsqu’on souhaite voir en quoi les hommes politiques de la IIIème république peuvent être considérés comme responsables de la mise en place du régime de Vichy. Et surtout c’était l’expression choisie ,« collaboration parisienne», que je ne comprenais, et que je ne comprends toujours pas : selon l’auteur du texte 16 % des députés socialistes sont accusés de « collaboration  parisienne» mais cela signifie-t-il qu’ils ont collaboré avec les Allemands à Paris ? Et les autres ? Les députés socialistes proches de Vichy ? Est-ce que c’est les mêmes ? Le lecteur n’en saura rien, mais ce qui compte visiblement pour l’auteur du livre, c’est de montrer que des socialistes ont participé à la collaboration avec les Allemands ; il semble croire que je ne le sais pas, j’avoue que je trouve cela très drôle, parce qu’une partie de ma thèse cherche justement à étudier pourquoi une partie importante des socialistes ont pu accepter la fin de la République en juillet 1940. Je maintiens donc que dans l’Histoire fabriquée ? en ce qui concerne les députés socialistes durant la Seconde Guerre mondiale, il y a une imprécision et une méconnaissance qui ne permet pas une juste compréhension des évènements.

Mais tout cela, cette recherche en cours, je le fais en historien, pas en parangon d’une idéologie. Je suis sûr que l’auteur du livre pense que je ne suis qu’un professeur d’histoire et un chercheur qui est aveuglé par ses idées socialistes, communistes, ou gauchistes. De son côté, il semble avoir du mal à reconnaître que le contenu de son livre plaît particulièrement à une famille politique, à raison car tout a été fait pour que cela lui plaise. Là encore je voudrais répondre en chercheur : faire de l’histoire implique qu’on se plie à des règles scientifiques éprouvées. Ces règles, je les ai apprises et je les apprends encore dans de nombreux livres, chez de nombreux auteurs et l’écoute de nombreux historiens et chercheurs en sciences sociales. Je ne regarde pas leur coloration politique, et je m’en moque d’ailleurs, ce qui m’intéresse c’est l’apport que je peux en tirer pour mes propres recherches. Bien sûr, les rapports entre objectivité et subjectivité de la recherche sont plus complexes et méritent notre attention, mais je crois les avoir abordé avec honnêteté et esprit scientifique dans les billets du mois de juillet dans les Espaces réflexifs.

L’auteur de  L’Histoire fabriquée ?  a écrit un livre très peu intéressant et qui contient des erreurs énormes, c’est pour moi, et d’autres, un très mauvais livre. Je n’ai pas du tout voulu comme il le laisse entendre faire « un éloge indirect », mais comme à part le collectif Aggiornamento HG – et encore merci à eux de faire entendre la forte voix de la raison dans ce domaine- peu nombreux sont les critiques de ce livre, il m’a semblé important d’en souligner les insuffisances, en tant que professeur d’histoire-géographie, mais aussi maintenant en tant qu’apprenti-chercheur. Une fois rédigé ce billet, je crois qu’il faut maintenant  que je retourne justement à mes sujets de préoccupation scientifiques. J’espère cependant que l’auteur de ce livre n’utilisera pas à nouveau des arguments erronés (car malheureusement les erreurs ou insuffisances que j’ai relevées ne sont qu’une partie de ce qui peut être critiqué). Cela serait bien pour l’enseignement de l’histoire, et pour la pratique scientifique des historien-ne-s. Après cet écart, les prochains billets de ce carnet de recherches concerneront le parcours de militants socialistes dans la Première Guerre mondiale et aussi Louis L’Hévéder, un des députés socialistes qui a voté en faveur de Philippe Pétain en juillet 1940 ! On ferme la parenthèse.

«Un courant d’air démocratique»: le Front populaire et l’épuration des fonctionnaires

La récente nomination de nouveaux recteurs par le ministre de l’éducation Vincent Peillon a été l’occasion pour l’un des évincés de s’étonner avec fracas qu’il soit remplacé. Dans une lettre qu’il destinait aux personnels de l’académie de Lyon, Roland Debbasch manie avec peu d’élégance des arguments historiques expliquant qu’ « aussi étrange que cela puisse paraître, c’est la première fois depuis l’épuration consécutive à la Libération de la France, en 1944, qu’un recteur de l’académie de Lyon est relevé de ses fonctions à la suite d’un changement de gouvernement »[1]. S’il est exact que son prédécesseur de 1944, l’historien André Gain, a été remplacé à la Libération pour maréchalisme avéré, l’ancien recteur Debbasch semble oublié que son prédécesseur avait lui-même été remplacé pour des raisons politiques, bien que cela ne se soit pas fait à la suite d’un changement de gouvernement (voir cet article de Libération). Surtout le raccourci historique a une autre fonction : laisser sous-entendre que le gouvernement actuel outrepasse ses droits en faisant référence à une période sombre de notre histoire. S’il ne m’appartient pas de juger l’argumentation de l’ancien recteur, on peut toutefois constater que la question de l’ « épuration » des fonctionnaires a été posée dans un autre épisode historique, celui du Front populaire.

Le Front populaire et l’épuration des administrations

la question de l’ épuration des fonctionnaires est abordé dans cette brochure

Arrivée au pouvoir en 1936, la coalition de gauche doit prendre les rênes du pouvoir  alors que de nombreux hauts fonctionnaires, responsables militaires et importants commis de l’Etat sont très hostiles aux idées de la gauche et peu déterminés à défendre les institutions démocratiques. Il faut donc pour le gouvernement Blum se poser la question de l’épuration, qui prend son sens de procéder à l’élimination d’éléments indésirables dans une société ou un groupe durant la Révolution française, tout en s’inscrivant dans une continuité de l’Etat démocratique.

Une brochure rédigée en 1937 pour dresser un premier bilan de l’action du gouvernement de Front populaire aborde sans ambages la question .Tout d’abord il ne faut pas exagérer l’action du pouvoir de gauche dans ce domaine :

« Épuration, c’est peut-être la formule qui fut populaire. Mais elle est en partie impropre, surtout si on l’entend dans son sens le plus rigide. Quelques esprits furent enclins à se figurer qu’on allait assister à un véritable massacre de fonctionnaires de tous les ordres et de tous les grades »[2]

Et s’il est nécessaire de se débarrasser de ceux qui ne feraient pas preuve d’un « loyalisme indispensable vis-à-vis des institutions républicaines », il faut faire attention dans ce domaine à ne pas prendre des décisions arbitraires, mais quelques mesures s’imposent selon le Front populaire:

« Des mesures importantes ont été prises et sont  renouvelées de temps en temps pour faire passer à tous les degrés des administrations un courant d’air démocratique qui doit assainir l’atmosphère(…) l’œuvre d’épuration, de démocratisation des grandes administrations, pour aussi nécessaire qu’elle soit, ne saurait être l’œuvre d’un jour, ni de quelques mois. »[3]

La confrontation de deux mondes politiques

Pour mettre en place sa politique, et résister aux tentations autoritaires de l’époque, le gouvernement de Léon Blum a donc cherché à placer à la tête des administrations des personnalités respectueuses des institutions démocratiques et aptes à promouvoir la politique mise en place. Une telle pratique a pu rencontrer de nombreuses résistances. On peut le voir en particulier dans les archives militaires où les orientations du nouveau gouvernement ne sont pas très appréciés. Cela entraîne une confrontation de deux cultures que tout semble opposé. On peut en particulier le voir dans le compte rendu d’une visite du nouveau ministre de la marine, François Blancho à Brest en octobre 1936. Un rapport destiné à l’État-major s’étonne des pratiques qui ont eu cours lors de cette visite officielle : on s’offusque de voir des ouvriers accueillir les officiels en levant le poing et en chantant l’Internationale. Surtout l’attitude de l’ordonnance du ministre est condamnée en ces termes :

« C’est alors qu’on voit le lieutenant de vaisseau d’ordonnance de M.Blancho qui, en tenue civile, accompagne son chef, lever le poing à l’invitation de celui-ci.»[4]

Cet exemple nous illustre la difficulté que ces deux « mondes » – les responsables politiques de gauche d’un côté, l’État-major de l’autre –  ont à se comprendre à la fin des années Trente. Il est d’ailleurs intéressant d’un point de vue historique de chercher à analyser la confrontation du milieu de l’armée et du milieu de gauche lors du Front populaire. C’est un aspect de ma recherche en cours. Il est plus étonnant de voir qu’aujourd’hui, des dizaines d’années plus tard,certains hauts fonctionnaires semblent encore avoir du mal à respecter et comprendre l’alternance politique, signe s’il en est d’une vitalité de notre République.



[1] Lettre de M.Debbasch aux personnels de l’académie de Lyon, 28 septembre 2012.

[2] Le Gouvernement à direction socialiste, ses réalisation, sa politique, 1937, 93 p., p.80.

[3] Op.cit., p.81.

[4] SHD Vincennes, archives de la Marine, 1BB2

«On me souffle que je ferais mieux de me taire » : lectures de Jean Guéhenno

Pour comprendre l’importance que va prendre la commémoration prochaine du début de la Première Guerre mondiale  en 2014, il peut être profitable de s’attarder sur les anniversaires précédents : ainsi en 1968, cinquante ans après 1918, Jean Guéhenno publiait un livre portant sur ce premier conflit mondial et sur sa mémoire. Intitulé La Mort des autres[1], son essai, aujourd’hui un peu oublié, est pourtant bien d’actualité.

           J’ai commencé à lire ce livre un peu par hasard après l’avoir découvert sur une étagère du CDI de mon lycée. Je connaissais son auteur mais je n’avais pas encore trouvé le temps de mieux le découvrir: né dans une famille ouvrière de Fougères, il avait assisté en 1907 dans cette ville bretonne à une grève mémorable dont l’écho fut national. J’avais également noté à plusieurs reprises  le nom de Guéhenno dans la relation du rôle des intellectuels lors du Front populaire[2], mais c’était à peu près tout, en dehors du fait que je savais également qu’il était aussi l’auteur d’un témoignage remarqué sur les années de l’Occupation[3]. J’ai commencé à lire La Mort des autres, et très rapidement j’ai voulu tout lire dans une sorte d’envie boulimique de découvrir un nouvel auteur que j’aurais dû connaître avant[4]. Il y a tout d’abord une écriture ciselée et souvent bouleversante, celle d’un homme lucide mais toujours en colère. Il cherche ainsi dans La Mort des autres à expliquer cette colère qui depuis 1914 ne l’avait pas quitté. Il y condamne la guerre tout en s’interrogeant sur le sens de cet évènement, l’analysant à hauteur d’homme et il le fait en superposant les époques (la Première Guerre mondiale, où il devient très rapidement hostile aux combats, et la Seconde, où malgré son pacifisme, il prend part aux actions de la Résistance ). Mais son témoignage offre également une réflexion sur l’Histoire et sur le travail des historiens. Guéhenno est revenu marqué pour le reste de sa vie de son expérience guerrière de 14-18. C’est l’objet de ses interrogations dans ce récit autobiographique. Il me faudrait pouvoir multiplier les citations pour tenter de montrer l’acuité de ses remarques et de ses affirmations concernant par exemple les historiens trop prompts à porter un regard désabusé et cynique sur le passé («une longue habitude de la bassesse des hommes les incline à une certaine délectation morose»[5]), le « vieux prestige de la violence [6]» ou encore le silence des témoins («on me souffle que je ferais mieux de me taire, que ces vieux malheurs n’intéressent plus personne[7]») et l’ambivalente place dans la mémoire de la guerre des monuments aux morts (« il n’est guère de lieux au monde sans doute où l’on mente davantage[8] »).

                Il me faut maintenant lire plus en détail son œuvre afin de l’utiliser dans ma recherche en cours, en particulier lorsqu’il revient sur la grève des cordonniers de Fougères de 1907. Je ne sais pas encore comment utiliser ses propos mais je sais déjà que certaines lectures peuvent modifier le cours d’une recherche, voire d’une vie: je place d’emblée dans cette catégorie les écrits de Guéhenno aux côtés de ceux de Louis Guilloux,  de Nizan ou d’autres comme Roger Martin du Gard. Surtout la fréquentation de cet auteur s’est faite à un moment où il m’était presqu’impossible faute de temps d’avancer dans l’écriture, la recherche ou même la tenue de ce carnet en ligne. Pourtant,  étudier les écrits de Guéhenno dans cette période m’a permis de ne pas douter devant le coup d’arrêt temporaire porté à mon travail.Il faut parfois savoir se taire pour avancer. Maintenant que j’ai davantage de temps disponible, je vais pouvoir poursuivre le processus de recherche. J’ai, il y a déjà quelque temps ici même, présenté un programme de billets à venir. Mais la souplesse d’un carnet de thèse, c’est justement de modifier le planning, de laisser jaillir d’autres idées, puis ensuite de revenir aux anciens projets. Ces traces écrites, relues avec un regard neuf, servent de guide aléatoire mais fécond. Je reviendrai donc sur le programme évoqué en y incluant de nouvelles idées : ainsi le prochain billet rédigé d’ici quelques jours concernera un sujet d’actualité : les députés socialistes dissidents vus à travers l’exemple de l’un d’entre eux, souvent évoqué ici, Emile Goude. Comme Guéhenno l’écrit dans une lettre à Louis Guilloux en 1929 « j’écrirai mieux bientôt ».


[1] J.Guéhenno, La Mort des autres, Paris, Grasset, 1968.

[2] Voir à ce propos G.Leroy, A.Roche, Les écrivains et le Front populaire, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1986

[3] Sur cet auteur, on peut consulter la notice biographique rédigée par N.Racine parue dans le Dictionnaire Biographique  du Mouvement Ouvrier, publié sous la direction de J.Maitron et C.Pennetier, Paris, éditions de l’Atelier. On peut également consulter le site Internet des Amis de Guéhenno.

[4] Parmi ses écrits autobiographiques on peut citer Changer la Vie (publié en 1961), Le Journal d’un homme de 40 ans (publié en 1934) ou encore Journal des années noires, 1940-1944 (publié en 1947). Ces trois livres sont aujourd’hui disponibles en poche. On peut aussi consulter: J.Guéhenno, Louis Guilloux, Correspondance (1927-1967), les paradoxes d’une amitié, Rennes, La Part commune, 2011.

[5] J .Guéhenno, La Mort des autres, p.33

[6] J.Guéhenno, op.cit., p.32

[7] J.Guéhenno, op.cit., p.18

[8] J.Guéhenno, op.cit.,p.24

 

 

Un 1er mai fleuri et calme

Ouest-éclair, 2 mai 1936

« Un 1er mai fleuri et calme » c’est le titre en Une du quotidien Ouest-Eclair le 2 mai 1936. Pourtant les nouvelles mises en avant montrent l’inverse depuis quelques jours. Ce quotidien qui se proclame «journal républicain du matin » dans les premiers jours du mois de mai 1936 tente de convaincre ses lecteurs de la dangerosité du Front populaire qui est en passe de gagner les élections législatives. Tous les moyens sont bons : les articles expliquant savamment qu’il ne faut pas voter pour la gauche malgré le mécontentement justifié, les dénonciations du communisme en France ou ailleurs, surtout les articles polémiques où la « peur du rouge » et d’une nouvelle « terreur» sont affirmées. Le premier tour des législatives a eu lieu le 26 avril, le second tour est prévu le 3 mai. La journée du 1er mai n’est donc qu’une journée d’attente pour de nombreux partisans du Front populaire. Ainsi à Brest, le 1er tour a donné 45% des voix au candidat socialiste Jean-Louis Rolland. Difficilement désigné candidat, perçu comme trop réformiste, pas assez unitaire (voir sur sa désignation ce billet précédent) il a toutefois réussi dans la campagne électorale à convaincre les Brestois, s’est transformé en leader de plus en plus apprécié et il arrivé facilement en tête au soir du 26 avril. Pour le second tour, il a face à lui un candidat démocrate-populaire Jaouen, soutenu justement par Ouest-Eclair. Mais Jean-Louis Rolland est confiant et dans sa profession de foi, il écrit « les positions sont prises une fois de plus à Brest : les rouges vaincront les blancs ». Malgré les articles de plus en plus hostiles de la presse quotidienne, d’Ouest-Eclair mais aussi de la Dépêche de Brest, malgré les attaques de plus en plus vives de toutes les forces partisanes de la droite, Jean-Louis Rolland est triomphalement élu le 3 mai avec près de 58 % des voix. Il devient un des nouveaux députés socialistes à l’Assemblée nationale. Une nouvelle vie commence pour lui. Le 1er mai 1936 à Brest, tout le monde attend donc le second tour des élections qui se dérouleront deux  jours plus tard. Parfois l’attente est la même ce jour là, quelle que soit l’année, en 1936 ou en 2012.

A Marie, née un premier mai

«Série R, Caisse des écoles, livre de détail des dépenses»: traces d’un cinéma socialiste

          Les moments d’écriture ou de réflexion s’accompagnent de temps d’écoute (la radio par exemple) ou de moments de lecture: actuellement, je me plonge, après plusieurs autres tentatives, dans certains écrits de Michel Foucault, pour y trouver des «béquilles» afin de mener à bien ma propre recherche. Et mes moments de travail se rencontrent ou se superposent: l’émission La Fabrique de l’Histoire  de ce matin portait sur le cinéma dans l’Entre-deux-guerres, et au même instant je lisais ce que Foucault a écrit à propos des sources de son travail qu’il plaçait volontiers du côté de l’histoire. Pour lui «il faut avoir à sa disposition l’archive générale d’une époque à un moment donné[1]». Perplexe devant une telle affirmation, qui implique comme il indique plus loin, de tout lire, sans faire de hiérarchisation dans les sources afin de saisir au mieux «l’archéologie d’une époque», mon écoute fut au même moment portée sur un des intervenants de l’émission de France culture qui expliquait que pour faire de l’histoire, il fallait toujours faire face aux problèmes des sources, et surtout aux lacunes de ces mêmes sources. Si ce «problème des sources» est important (j’aurai plus tard l’occasion d’y revenir), il me semble que trop souvent on se contente sans approfondir de signaler que les données n’existent pas, et du coup de nombreux aspects historiques risquent de rester dans l’ombre du passé. Je considère donc que, au risque d’ailleurs de s’y perdre, ce qu’écrit Michel Foucault à ce sujet peut être un objectif primordial: il faut en effet essayer de vouloir tout lire et tout consulter pour pouvoir faire cette histoire en creux, que l’on peut révéler parce qu’on a réussi à faire «revenir» des traces en examinant des documents d’archives peu consultés. Et si ma lecture de Foucault se déroule maintenant, c’est justement parce que je m’interroge sur ma pratique des archives.Ainsi, je commence à rédiger ma thèse, tout en ayant de nombreuses archives à consulter, je ne sais pas si cela est raisonnable d’effectuer les deux opérations en même temps, mais je ne me vois pas faire autrement pour l’instant. Bien sûr, je sais parfaitement que l’objectif assigné par Foucault à l’historien ressemble davantage à un idéal qu’à une réalité. Je voudrais dans ce billet lier mes lectures en cours avec le thème de l’émission écouté ce matin.

« Laïque, venir au cinéma, c’est nous aider à faire le bien »

         Le thème du cinéma apparaît dans mon projet de compréhension de l’éthos socialiste entre 1900 et 1940. Dans ce domaine d’étude se pose donc également la question des sources. Ainsi, si le cinéma est utilisé comme un instrument d’éducation politique par la SFIO dès les premières années du siècle, les sources ne semblent pas nombreuses et peu exploitées pour le moment, et on retrouve une telle situation dans les années 1930 pourtant plus fournies en documentation[2]. Pourtant je voudrais ici mentionner un exemple qui montre justement l’inverse, à savoir l’existence de données précises sur l’utilisation du cinéma comme vecteur d’une éducation socialiste.

      En effet, lorsque que la mairie de Landerneau devient socialiste en 1929, l’une des premières décisions de la municipalité – avec un changement de noms des rues, ce qui sera finalement refusé par la préfecture, mais ce qui renseigne sur les «héros» de la geste militante socialiste- est de construire une salle de réunion et de cinéma. Ce projet devient un symbole du Landerneau socialiste et est mené à bien très rapidement. La nouvelle salle de près de 800 places, prévue dans un premier temps pour s’appeler «Salle Jean Jaurès» devient plus prosaïquement le «Family-Cinéma». Cette salle est conçue par la municipalité socialiste comme un instrument au service de l’éducation populaire  mais aussi très utile pour servir à la cause militante. C’est la caisse des écoles qui doit gérer le budget du Family-cinéma mais cette oeuvre est avant tout un symbole de l’action du maire socialiste Jean-Louis Rolland. Deux types de sources aident à mieux comprendre comment a fonctionné cette salle : tout d’abord la caisse des écoles dispose d’un journal militant de quatre pages Le Laïque. On y lit tout une page entière consacrée au cinéma. Dans le premier numéro du journal on trouve ainsi en gros titre « Laïque, venir au cinéma, c’est nous aider à faire le bien ». On peut découvrir le programme des séances, mais pas de façon régulière, on y trouve surtout une véritable volonté d’informer le lectorat à propos du cinéma. Des articles sont publiés sur l’interprétation, la sonorisation, ou encore la construction de scénarios, bref, tous les domaines liés à la production cinématographique. On évoque également la fabrique des trucages, la question de la censure et les aspects économiques et industriels du cinéma. On assiste donc à une véritable pédagogie du cinéma, mais on y lit aussi des lettres de spectateurs : «les films de Pagnol sont trop théâtre filmé», il faut des films qui « fassent réfléchir », ou alors il est nécessaire de programmer davantage de films comiques.

        Surtout le journal permet de mieux comprendre en quoi le cinéma est perçu comme un outil d’éducation populaire, mais aussi de culture politique. On peut ainsi esquisser une anthropologie historique d’une pratique  militante socialiste.

     La seconde source très utile, je l’ai découverte après de très longues heures passées à consulter des liasses peu intéressantes : Série R, Caisse des écoles «livre de détail des dépenses de la caisse des écoles ».Il s’agit d’un grand cahier et toutes les dépenses de la caisse des écoles y sont indiquées avec une précision toute bureaucratique. J’ai lu cette source après de nombreux comptes financiers, de la paperasse administrative, des centaines de feuilles dont on peine souvent à trouver l’intérêt. Et pourtant, si le chercheur novice que je suis a éprouvé plus d’une fois une grande lassitude à la consultation de tels dossiers, je dois reconnaître que la pratique de l’archive de Foucault me revient ici en écho: essayer de lire le maximum de choses sur le sujet afin de pouvoir connaître tous les tenants et les aboutissants du sujet étudié. Dans le livre de comptes, on peut ainsi reconstituer une liste des films projetés, indication ô combien précieuse. A Landerneau entre 1934 et 1939, on a ainsi 115 titres de film qui sont mentionnés: la moitié des films projetés provient des Etats-Unis, l’autre moitié concerne les films français. On pouvait voir à Landerneau beaucoup de comédies et de films d’aventure, peu en réalité de films en lien avec le socialisme. Ce qu’une telle liste montre, c’est aussi les films qui attirent le public puisqu’on les projette à plusieurs reprises ( et qu’il faut âprement négocier pour faire revenir les bobines), ainsi que le temps( parfois plus de deux ans!) qu’il faut à une petite ville de province pour voir des films sortis tout d’abord à Paris. Enfin, les films politiques sont aussi indiqués, donnant au chercheur une vision plus précise pour déceler ensuite les références culturelles des militants socialistes.

       Ce que je souhaite illustrer ici, c’est que trop souvent le «problème des sources» est en réalité mal posé: bien sûr si de nombreux documents ont aujourd’hui disparu et si en conséquence de nombreux aspects du passé nous restent méconnus, il ne faut pas abandonner la piste des archives trop rapidement. Sur bien des aspects, les sources sont en réalité là, peut-être n’y-a-t-il tout simplement pas assez d’yeux qui s’y arrêtent. C’est pourquoi même si la pratique de l’histoire de Michel Foucault doit elle aussi être soumise à la critique[3], elle offre l’avantage de justifier l’obstination dans la recherche d’informations. Je pense avec lui que la lecture d’archives, y compris les plus obscures, permet de comprendre «cette vibration que j’éprouve aujourd’hui encore lorsqu’il m’arrive de rencontrer ces vies infimes devenues cendres[4] »


[1] Michel Foucault, Dits et écrits, tome 1 : 1954-1969, Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines, 1994, p.499.

[2] On peut lire sur cette question les travaux de Tangui Perron par exemple ici.

[3] Voir sur ce point les contributions réunies par Michelle Perrot, L’impossible prison: recherches sur le système pénitentiaire au XIXème siècle, Paris, Seuil, L’Univers historique, 1980.

[4] Michel Foucault, « La vie des hommes infâmes » in collectif Maurice Florence, Archives de l’infâme,Paris, Les Prairies ordinaires, 2009, p.8.

« L’oeil de la caméra » de la thèse en cours

W.Wilson, France, décembre 1918

Au hasard des rayonnages de mon bouquiniste préféré (il faudra un jour que je lui dise combien les nombreux livres pris parfois au hasard parce qu’ils coûtent seulement un euro, ont joué un rôle inattendu dans la conduite de ma recherche), j’ai trouvé il y a quelques jours L’An dernier du siècle  de John Dos Passos[1]. J’avais lu quelque part que Dos Passos relatait dans un des ces livres la visite de Wilson en France en 1918. Le président américain reçu en héros avait débarqué à Brest avant de se rendre à Paris. Par chance, le livre trouvé s’est révélé être effectivement le texte que je recherchais. L’arrivée de Wilson à Brest fut l’occasion de grandes manifestations de joie et de nombreux reportages dans la presse nationale, mais aussi dans la presse militante socialiste. Le président américain était avant tout perçu à l’époque comme l’homme de la paix qui souhaite de nouvelles règles internationales basées sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

«Mistair Uilson» à Brest

        Le passage où John Dos Passos relate cet épisode m’a obligé à réfléchir sur un aspect que je n’ai pas encore étudié : «Mistair Uilson vit-il les gendarmes de Brest repousser à coups de matraque les dockers qui venaient l’accueillir avec des drapeaux rouges ? »[2]. En effet, dans les mois qui suivent la signature de l’armistice du 11 novembre 1918, on perçoit dans toute la France une agitation politique et sociale, et les socialistes sont au coeur de l’action. Les socialistes ? Peut-être qu’ils ne sont d’ailleurs déjà plus des socialistes au sens où on l’entendait avant 1914. La Révolution russe est passée par là, et ils sont nombreux les militants décidés à en découdre avec le pouvoir en place, mais aussi avec les instances du Parti socialiste qui ont accepté trop largement les efforts que la nation a dû consentir durant la Première Guerre mondiale. Et si à Brest, le président Wilson n’a peut-être vu que des manifestations de joie lorsqu’il est descendu dans les rues où la foule très nombreuse le saluait, il ne faut pas oublier, comme Dos Passos nous y invite, de penser à celles et ceux qui en France comme ailleurs croient que la fin de la guerre marque l’avènement d’une révolution. Alors je sais qu’il me reste dorénavant à étudier plus en détails la venue du président américain à Brest en décembre 1918.

L’oeil de la caméra:

      Mais la lecture de 1919 m’a dans un second temps, une fois repéré le court passage concernant Brest, totalement déconcerté. En effet, le livre, comme les deux autres romans qui composent une  trilogie intitulée U.S.A., est organisé selon des principes de narration bien particuliers.Plusieurs chapitres relatent la biographie de personnages de fiction, mais entre ces chapitres qui sont l’élément majeur du texte, trois autres formes de récit sont présentes: la première catégorie, « les actualités », reprend des titres de journaux, des extraits de chansons, des slogans dont la présence rend compte du contexte dans lequel les personnages centraux du roman vivent. La deuxième catégorie,« Gros bonnets et fortes têtes », rassemble des biographies de personnages connus des Etats-Unis comme Wilson ou encore le journaliste révolutionnaire John Reed. Le troisième ensemble intitulé «L’oeil de la caméra » peut vraiment déconcerter le lecteur: pas de ponctuation, des pensées rassemblées sans lien apparent; la lecture en est difficile, mais après quelques lignes rédigées ainsi, on s’y fait et on y trouve même un sens. Peut-être faut-il aussi l’aide des informations contenues dans la préface : « l’auteur évoque ses souvenirs personnels (…) notes prises à la hâte et que l’auteur publie telles qu’il les retrouve des années plus tard dans ses vieux calepins de reporter»[3]. Si à la même époque, on trouve d’autres formes similaires d’expérimentation littéraire, je dois dire  que la lecture de  L’An premier du siècle  pour déroutant qu’il soit est en train de me passionner.

L’écriture dans le travail de thèse:

      Si cette lecture me passionne à ce point, c’est aussi que je vois dans ce roman, dans cette façon d’écrire des similitudes avec mon propre travail d’écriture. S’interroger sur le travail d’écriture des chercheurs en histoire n’est pas si fréquent: l’important semble être davantage la masse des informations cumulées, les comptes-rendus d’archives, les découvertes faites dans des vieux cartons, l’énonciation des faits en respectant la logique du temps (causes/faits/conséquences), et le fil de l’écriture semble être une simple opération de mise en place de mots qui feront ensuite sens. Je ne suis pas sûr que cela soit si simple: l’écriture historique, il faut y réfléchir. Pour conventionnelle qu’elle semble être, même si quelques formes nouvelles de narration semblent voir le jour[4], cette forme d’écriture nécessite un apprentissage, du moins je le crois.

       Je suis au moment où je commence à écrire non plus sous forme de courts textes qui ne sont pas liés entre eux, comme les billets publiés dans ce carnet de recherches. Non, c’est pour moi le moment où j’écris ma thèse en suivant la logique (du moins c’est ce que je crois) d’un plan et dans une perspective longue. Et la lecture de Dos Passos a libéré ma volonté d’écriture, ou plutôt elle valide les statuts multiples que peuvent avoir les textes que j’écris : s’il y a la thèse et sa logique scientifique, il peut y avoir aussi des digressions, des textes qui reprennent les doutes, les pensées, des mots, des bouts de phrase sans que la forme écrite soit définitive ou respecte même la syntaxe. Comme dans les romans de Dos Passos, j’ai aussi de nombreux carnets où s’écrivent peu à peu «l’oeil de la caméra » de la thèse en cours. Et puis il y a des textes intermédiaires, comme là encore on peut le lire chez Dos Passos. Peut-être que les billets de ce blog ont la même fonction pour moi que celle qu’avaient pour l ‘écrivain américain les parties intitulées «Actualités» et «Gros bonnets et fortes têtes» : des textes  indispensables accompagnant la trame principale du récit.

Comment écrire?

       Le dernier point que je voudrais aborder ici est le «comment écrire ?». Depuis quelques jours, j’y réfléchis. J’avoue avoir le plaisir des carnets de papier, du stylo qu’on manipule, de la ligne qu’on raye et de la page qu’on tourne. Alors aussi paradoxal que cela puisse être, je vais rédiger ma thèse sur un carnet de papier: j’ai prévu pour le moment un lourd et grand cahier de 232 pages, sans doute que cela ne suffira pas. Je me souviens en effet avoir écrit ainsi mon premier travail de recherche, et je garde des images plaisantes de ces moments où je noircissais les pages avec un stylo sculpté dans le bois qui à la fin était un peu élimé par les heures passées dans ma main. Pour le second travail de recherches, j’ai tout rédigé sur l’ordinateur directement: je n’en garde aucun souvenir. Alors le choix a été vite fait: je souhaite retrouver le plaisir de la page d’un cahier et d’un stylo  et peut-être aussi «les mains nues quelques chansons et pas très bonnes plutôt la geste prolétaire»[5]


[1] John Dos Passos, L’An premier du siècle, Folio Gallimard, 1980.

[2] John Dos Passos, op.cit., p.279.

[3] John Passos, op.cit., préface non signée p.9.

[4] Deux exemples : le livre de P.Artières et D.Kalifa, Vidal, le tueur de femmes : une biographie sociale, Paris, Perrin, 2001 emprunte au découpage cinématographique et à la technique du collage pour relater la biographie d’un criminel. Le livre de Jacques Guilhaumou, La parole des Sans, les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution française, Paris, ENS éditions, 1998 (on peut lire une version électronique ici) offre une réflexion roborative sur le processus d’écriture et les liens entre l’histoire et le présent.

[5] John Dos Passos, op.cit., « L’oeil de la caméra 41 », p.466.

Brest, 1908: « Le Semeur » a des lectures soréliennes

Le Semeur, 2 janvier 1908

 L’utilisation des journaux militants est une des sources les plus utiles pour ma recherche. Ce sont donc de longues heures que j’ai passé à consulter ce type de documents, soit en ligne grâce à des sites comme Gallica ou encore celui des archives départementales du Morbihan, soit à l’aide des lecteurs de microfilms dont j’oublie à chaque nouvelle visite aux archives le maniement si délicat. Mais de nombreux titres ne sont toutefois consultables qu’en version papier; fort heureusement la prise de photographies numériques est souvent tolérée. Pour la presse socialiste avant 1914, le chercheur dispose d’un excellent guide: L’inventaire de la presse socialiste, 1871-1914 réalisé par Marjorie Gaudemer[1] permet de mieux connaître tous les titres parus dans cette période. Le classement par département est très pratique, même si quelques oublis peuvent être constatés[2]. Mais je suis surtout confronté à un problème bien gênant: plusieurs titres anciens ne sont plus consultables actuellement en raison de leur fragilité. L’inventaire de la presse socialiste le signale, mais depuis la première parution en 2006, plusieurs autres journaux semblent avoir été écartés à nouveau de la consultation. C’est ainsi le cas du journal éphémère le Semeur, pour le socialisme intégral, le syndicalisme et l’émancipation des travailleurs  qui paraît en 1908 à Brest, entre janvier et mai (19 numéros parus) et n’est plus actuellement consultable à la Bnf.

«Le Semeur, pour le socialisme intégral, le syndicalisme et l’émancipation des travailleurs »

                Fort heureusement concernant Le Semeur, une autre collection complète est encore consultable sans restriction aux Archives départementales du Finistère. Ce journal est intéressant à plus d’un titre pour mon travail de recherches. En effet, il a été créé par un regroupement de militants qui cherchent à faire exister un courant nouveau dans la vie politique brestoise : on y retrouve des déçus de la nouvelle SFIO qui vient pourtant de se créer depuis 1907 dans les départements bretons (après avoir gardé une structure régionale héritée de la fédération socialiste  de Bretagne d’avant 1905), ainsi  que des partisans du syndicalisme révolutionnaire et des bourses du travail. L’antagonisme le plus violent les oppose aux membres de la SFIO brestoise qui voient en eux des traîtres, des partisans de Biétry -le député jaune de la ville- ou des serviteurs de la police. Mais cette vive opposition entre les deux groupes, où les querelles de personnes semblent être l’élément le plus important, ne doit faire oublier  le contenu du journal en question.

                Se pose alors un problème essentiel pour moi: utiliser la presse militante, ce n’est pas seulement pour connaître des faits à propos des socialistes ou pour y lire des comptes rendus de congrès ou de réunions. Non, par le contenu de telles publications, en croisant bien sûr avec d’autres sources, on peut commencer à connaître l ‘ « être-socialiste » des militants en question. Ainsi dans le numéro paru le 23 avril 1908, on peut lire en Une deux articles : l’un est signé par Edouard Berth, l’autre par Georges Sorel.

Georges Sorel

                Georges Sorel est un passage obligé pour qui travaille sur la violence et le mouvement ouvrier. Son ouvrage, reprise d’articles déjà publiés dans la revue de Lagardelle Le Mouvement socialiste, Réflexions sur la violence [3] paraît justement en 1908  et marque un moment important dans la construction d’un corpus idéologique qui emprunte au marxisme tout en y ajoutant d’autres références : il est d’ailleurs difficile de caractériser l’ « inclassable » Sorel[4] et toute une production scientifique ,ou plus militante, a déjà essayé et poursuit l’étude[5]. Mais dans le cas de l’article publié dans Le Semeur, il m’a tout d’abord fallu identifier la provenance de cet écrit : était-ce un article rédigé exprès pour le journal brestois, ce qui révélerait l’existence de liens entre Sorel et des militants brestois ? Etait-ce plutôt un article repris d’une autre publication militante comme cela se pratique régulièrement à l’époque? La tâche s’annonçait lourde tant Sorel a publié de façon prolixe. Pourtant, en dehors de ce premier problème, ce qui m’importait en vérité était d’établir un panorama des références idéologiques et intellectuelles des militants socialistes brestois, au delà de l’espace purement partisan, puisque Le Semeur  est une publication indépendante et opposée au socialisme unifié de la Sfio.

      C’est ainsi que l’on peut voir que Georges Sorel faisait partie des références de plusieurs militants, certains même comme René Litalien, un des militants les plus en vue de la Sfio brestoise, l’ayant côtoyé lors de séjours parisiens. Dès lors, la connaissance des références idéologiques des militants brestois devient possible, ou du moins mérite attention.Et on peut aussi espérer comprendre les déformations, les appropriations, les ajouts ,ainsi que les lectures incohérentes, que les militants font à ce propos. En effet, l’idéologie, que ce soit le «marxisme», le «guesdisme» ou bien encore le «sorélisme» ne sont pas des données absolues et intangibles. Surtout, on a parfois trop tendance à considérer dans l’étude du « système de pensée » des militants qu’ils ne connaissent pas au final ce dont ils parlent, qu’ils n’ont jamais lu les auteurs socialistes qu’ils évoquent, cette attitude étant souvent renforcée dès qu’on étudie des militants vivant en province et non pas dans la région parisienne. On suppose ou on sous-entend qu’ils sont ignorants des doctrines dont ils se revendiquent. Je ne dis toutefois pas qu’une insuffisance de formation militante n’est pas présente, mais peut-être pas selon les termes qu’on utilise trop souvent. Quoi qu’il en soit, la présence de l’article de Georges Sorel m’a obligé à lire le maximum de documentation à son propos.

L’article n’en est pas un mais un extrait des «  Réflexions »

A propos d'intellectualisme, G.Sorel, 23 avril 1908

     L’article en question n’en est en réalité pas un : c’est plutôt un extrait des Réflexions sur la violence  que j’ai finalement réussi à identifier, plus précisément un extrait de l’avant propos qui est une lettre à Daniel Halévy. Le texte est d’ailleurs un peu modifié et aussi tronqué sans aucune explication. Ce qui oblige à m’interroger sur les conditions de réalisation de ce type de publication militante. Il faut aussi aller plus loin, mais déjà dans Le Semeur, les références à des théoriciens du socialisme sont très nombreuses, ce qui suppose une familiarité avec des écrits, ce qui va à l’encontre de considérations que l’on retrouve parfois à propos des militants liés à ce journal, présentés comme incultes, violents et maladroits. Par contre je n’ai pas encore réussi à identifier la provenance de l’article de Berth, qui est à l’époque le plus proche collaborateur de Sorel. Lui aussi a publié un livre en 1908, Les Nouveaux aspects du socialisme , mais l’article du Semeur n’en est pas issu, bien que les idées et les formulations soient les mêmes. Cela signifie qu’il va me falloir encore poursuivre mes prospections dans les lectures soréliennes, tout en avançant dans ce qui commence peu à peu à ressembler à la rédaction de la thèse.


[1] M.Gaudemer, Inventaire de la presse socialiste, 1871-1914, Codhos éditions, 2006.

[2] Pour le département des Côtes d’Armor par exemple, il n’est mentionné qu’une seule publication socialiste, or il y a d’autres titres qui sont socialistes au moins pendant quelques années, comme le journal du docteur Boyer, Le Réveil des Côtes-du-Nord .

[3] Dans le récent Dictionnaire de la violence, publié sous la direction de M.Marzano,PUF, 2011, on peut lire deux notices, l’une sur Georges Sorel ( W.Gianinazzi) l’autre sur les Réflexions sur la violence (P.A. TAgguieff). Ce sont de précieuses mises au point actualisées sur la question.

[4] Vois sur cette question, S.Sand, L’illusion du politique. Georges Sorel et le débat intellectuel 1900, La découverte, 1984.

[5] On peut lire sur le sujet les Cahiers Georges Sorel  devenus ensuite la revue  Mil neuf cent .

« Notre misère intellectuelle » ou comment pensent les militants Sfio

image à la Une du "Breton Socialiste" dans les années 1900

  « La pauvreté de notre presse (…) oblige le militant qui se trouve à neuf ou dix heures de Paris, à lire chaque jour les pires feuilles capitalistes ». Ainsi commence un article de Jean Longuet dans le journal brestois « L’égalitaire », publication de la Sfio le 22 août 1908. Dans cet article, L’auteur, qui est à l’époque journaliste à « l’Humanité » met en évidence les difficultés qu’ont les militants provinciaux à s’informer sur le socialisme et à lire au quotidien des analyses des intellectuels de ce courant. Lui-même, en vacances en Bretagne au mois d’août comme il semble l’avoir fait régulièrement[1], affirme dans son article avoir des difficultés à s’informer et surtout à devoir supporter la lecture de journaux de droite qui dénoncent à longueur de pages la « misère intellectuelle » des militants socialistes. Et Jean Longuet[2] de s’évertuer à montrer dans cet article aux lecteurs brestois que le socialisme rayonne dans le monde intellectuel, parmi les écrivains, les penseurs ou les artistes. Se faisant, ses propos ont entraîné ma réflexion sur la question de l’éducation militante des socialistes : comment sont-ils devenus socialistes et surtout quelles sont les lectures, les théories, les penseurs qui les ont influencé et qu’ils utilisent par la suite dans leurs actions militantes ?

                Comment les idées socialistes viennent aux militants ?

                Pour étudier cet aspect, il me faut tout d’abord lire les nombreux écrits de théoriciens du socialisme que les militants Sfio ont été susceptibles de lire entre 1900 et 1940. Or, lire des textes de Marx pour le plus connu des théoriciens socialistes, mais aussi de Benoît Malon, de Paul Brousse, d’Eugène Fournière, de Paul Lafargue de Georges Sorel, etc, n’est pas forcément d’une part chose si aisée et d’autre part, demande beaucoup de temps. Deux atouts d’importance toutefois : la plupart des écrits sont disponibles soit en ligne sur le site Gallica (et il faut également ajouter les revues socialistes de l’époque, riches en articles théoriques, comme la « Revue Socialiste » ou le « Mouvement Socialiste« ), ou bénéficient d’éditions récentes, très souvent accompagnées par un appareil critique qui facilite la lecture et l’utilisation pour le chercheur en histoire. C’est en particulier le cas de la collection « Bibliothèque républicaine» des éditions Le Bord de l’eau  qui offrent de nombreux « classiques » de la pensée socialiste, ainsi que des ouvrages reprenant les textes militants pour les discuter, comme le livre de Philippe Chanial, La délicate essence du socialisme . Quant aux textes de Marx, et provenant d’auteurs marxistes, c’est davantage à une profusion parfois confuse auquel le chercheur doit faire face. Mais là encore des travaux récents, comme ceux de Jean-Numa Ducange, sont très utiles.

                Une fois ces lectures entamées, il me faut revenir aux militants bretons : comment ont-ils lu, compris, déformé, contesté les textes théoriques ? L’ont-ils seulement fait ? Se sont-ils contentés des opuscules que la Sfio diffusait pour édifier les militants ? La question de l’appropriation des idées socialistes oblige à quitter l’histoire des idées politiques et les rivages davantage balisés de l’histoire intellectuelle : c’est tout le problème qui m’occupe en ce moment. Pour se faire, je pars des articles publiés dans les journaux socialistes. Souvent en effet, sont publiés des articles théoriques des militants bretons les plus en vue qui ont pour objectifs d’expliquer les grands principes du socialisme. Avant 1914, on assiste d’ailleurs à une profusion qui nécessite l’étape préalable que j’ai évoqué, à savoir connaître au mieux les théories dont il est question, avant de pouvoir dire comment les militants l’utilisent.  C’est en cela que je trouve intéressant l’article de Jean Longuet :  il montre bien qu’il est difficile pour un militant éloigné de Paris de se tenir bien informé des idées socialistes. Surtout, il oblige aussi le chercheur actuel à changer de focale : comme il est simple, mais peu opérant, de constater par exemple que les militants sont peu formés, ne comprennent pas les principes de base du marxisme ou des courants socialistes révisionnistes sans chercher à aller au delà. Certes, ces articles sont parfois confus, difficiles à comprendre et vulgarisent sans talent les théories du socialisme. Mais il me semble nécessaire de les étudier afin de mieux comprendre comment les militants se perçoivent en tant que socialistes.

                Dès lors il me semble nécessaire de poursuivre ma recherche dans deux directions : tout d’abord mieux comprendre les liens entre les intellectuels et le socialisme. Les travaux de Christophe Prochasson, que ce soit sur l’introduction du marxisme en France ou sur l’étude des rapports entre le socialisme et les intellectuels, sont ici irremplaçables. Ensuite, il me faut interroger les mots en eux-même. Trop souvent, on sous-entend que l’intellectuel est obligatoirement parisien et à dimension nationale. Or, ce serait méconnaître tout un pan de la réflexion sur le socialisme que de penser cela. Dans mon champ de recherches, plusieurs intellectuels ont une action en Bretagne dont il faut déterminer les contours : ce sont eux qui se chargent d’expliquer les idées socialistes, de les populariser, de les critiquer et de leur porter localement au pouvoir. De l’histoire des idées, je passe donc à l’histoire des intellectuels, puis à la sociologie de la lecture et de l’écriture ou à la sociologie politique, ainsi qu’à l’anthropologie historique. C’est un élément d’importance pour ma thèse: en effet, ce sont ces mêmes « intermédiaires » intellectuels qui analysent les rapports que les militants peuvent entretenir avec la violence et la guerre dans des articles qui se retrouvent donc au coeur de ma réflexion. Bien sûr, l’appropriation des idées socialistes par les militants peut se faire avec difficulté : dans l’article cité de Jean Longuet, lorsqu’il indique les noms d’intellectuels ou d’hommes politiques, on peut voir que ceux qui ont mis en page l’article ont parfois du mal à déchiffrer l’écriture de Longuet: on évoque ainsi un «Plekharsoff» trop éloigné de «Plekhanoff » comme on l’écrivait à l’époque pour que ce soit une seule faute de frappe. Sans doute que pour les concepteurs du journal brestois, ce « Plekharsoff » ne voulait pas dire grand chose. Est-ce suffisant pour ne pas aller au-delà d’une «  misère intellectuelle » supposée des militants socialistes ?

Rapide tour d’horizon du travail en cours:

                Concernant l’avancée de mon travail, qui doit tenir compte des aléas du professeur de secondaire que je suis également, j’ai trouvé ce qui sera peut-être le titre de ma thèse.Surtout, j’en suis maintenant à établir deux choses : je revois mon plan en fonction des avancées et des remarques pour qu’il ait une forme à peu près définitive et je fais la liste des dépôts d’archives qui me restent encore à consulter. Comme dit précédemment, je me plonge également dans la lecture des théoriciens du socialisme et je tente aussi de mieux comprendre l’action des militants durant la Première Guerre mondiale, selon une approche micro-historique. Bref, il s’agit de forger les pièces du puzzle avant même de penser ensuite à les rassembler. Le travail d’écriture, lui, se poursuit un peu comme ce que pouvait écrire Karl Marx à propos de la révolution : c’est «notre vieille amie, notre vieille taupe qui sait si bien travailler sous terre pour apparaître brusquement ». J’écris en ce moment, et les billets de ce blog ne sont donc que de brusques apparitions qui surgiront encore en fonction des envies, du temps et des urgences du moment.


[1] Jean Longuet semble avoir passé régulièrement des vacances en Bretagne, dans la région du nord Finistère.

[2] Gilles Candar a écrit une biographie sur ce membre important de la Sfio, Jean Longuet (1876-1938), un internationaliste à l’épreuve de l’Histoire, PUR, 2007. On peut lire ici quelques extraits de son ouvrage. Sur Longuet, on consultera également l’excellent blog «  la bataille socialiste ».

Retrouver la trace d’un militant Sfio grâce à une recherche en ligne? Retour d’expérience

                Tout part d’une phrase lue hier dans le dernier livre de C.Bougeard qui venait d’arriver par la poste: « le professeur d’EPS et secrétaire fédéral [de la Sfio dans le Morbihan] de 1911 à 1914, Frédéric Bonneaud, tué au front en 1914 »[1]. Il m’est alors venu une idée simple : est-ce que en utilisant seulement les ressources de l’Internet, je pourrais trouver des éléments complémentaires sur ce militant Sfio que je ne connaissais pas encore? Car je me pose souvent la question de l’utilité de ce type de recherches faites exclusivement en ligne : est-ce que l’historien peut y trouver son compte et quel en est la plus-value? N’est-ce pas plutôt une perte de temps et ne faudrait-il pas mieux consacrer mon temps libre à fréquenter les centres d’archives qu’il me reste à consulter ? Je me souviens d’avoir lu il y a de cela plusieurs années un débat aujourd’hui délicieusement suranné dans la revue «  L’Histoire » : le thème en était ‘ l’historien doit-il photocopier les documents lorsqu’il travaille en archives ?’ Plusieurs chercheurs renommés s’insurgeaient contre la tendance des nouveaux chercheurs de l’époque à photocopier en masse lorsque cela était possible. Nous sommes aujourd’hui bien éloignés d’un tel débat et pourtant on pourrait sans doute retrouver de telles attitudes rétives devant l’utilisation d’outils de son temps comme les technologies numériques. Alors voici mon compte rendu d’expérience[2] d’une pratique connectée de la recherche en histoire.

Qui es-tu ? Bonneaud, ou Bonnaud ou Bonneau ? Frédéric ou Louis ?

                Le plus simple est tout d’abord de rechercher si le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français, le fameux Maitron, contient une notice sur ce Fréderic Bonneaud. On peut y avoir  accès en ligne , mais cela ne donne que les débuts des biographies pour l’utilisateur lambda de l’Internet (il faut pour aller plus loin un accès autorisé, soit en étant soi-même auteur de biographies soit en ayant acheté le dernier volume qui fournit un code). De toute façon, la notice «  Bonneaud ( ou Bonneau ou Bonnaud) » est très courte, ne donne qu’un minimum de renseignements : secrétaire fédéral en 1911, rédacteur au journal « le Rappel du Morbihan », délégué au Congrès national de 1913 qui se déroule à Brest, candidat aux législatives de 1914 ; bref une notice très minimale, peu d’informations, un de ces très nombreux militants qui bien que présent dans le Maitron n’en est pas moins un inconnu de l’Histoire.

                La Seconde étape consiste à partir de l’affirmation trouvée dans le livre de C.Bougeard : mort en 1914 ! Et là l’apprenti chercheur que je suis pense immédiatement au site «  Mémoire des Hommes » qui contient les fiches de tous les morts durant la Première Guerre mondiale (et de plus en plus pour les autres conflits du XXème siècle). Bien qu’il y ait incertitude sur l’orthographe du nom, je trouve effectivement un « Frédéric Bonneaud » originaire de Charente qui semble correspondre, rien n’indique qu’il puisse toutefois avoir habité Lorient. Un peu sur ma faim, j’utilise le moteur de recherche Google, et trouve après plusieurs pages l’indication sur un site destiné à l’utilisation du vélo à Lorient (!) d’une place Bonneaud à Lorient, mais il s’agit de la place « Louis Bonneaud » non pas « Frédéric » ; pourtant,il y a également une courte notice qui m’indique qu’il fut conseiller municipal et également mort au combat , avec d’ailleurs une faute de frappe qui indique 1944 au lieu de 1914. Et si Fréderic s’appelait Louis ? Je trouve également sur le site «  Mémoire des hommes » une notice « Louis Bonneaud », avec les mêmes indications biographiques que celles du site précédent. Mais comment me débarrasser de cette confusion ?

Ce Bonneaud est mon bonhomme :

                Il me reste maintenant à utiliser la presse ancienne en ligne. Le plus simple est de commencer par le journal « L’Humanité » qui est disponible sur Gallica et dispose d’un outil de recherches des termes : Je trouve rapidement un article conséquent du 26 juin 1913 intitulé « un professeur va être poursuivi pour avoir critiqué la loi de 3 ans ». Dans l’article, on parle de Bonneaud, sans son prénom, mais je sais que ce Bonneaud est mon bonhomme. J’y trouve de nombreux renseignements sur son parcours, son métier de professeur à l’école primaire supérieure et son action militante. Il me reste à consulter la presse ancienne locale. Pour le département du Morbihan, fort heureusement, je dispose de deux sites de consultation en ligne : la médiathèque de Lorient a mis à disposition du chercheur connecté plusieurs titres de la presse militante, l’utilisation en est très pratique et peu difficile, d’autant que comme dans Gallica, on peut télécharger les numéros voulus. Le second site à proposer la presse en ligne est le site des archives départementales du Morbihan: un atout, il y a presque tous les titres du département avant 1940 ; mais un gros défaut : la navigation est très laborieuse, il faut sans cesse manipuler les pages, on ne peut pas télécharger les journaux voulus, on peut à peine imprimer, il faut sans cesse régler le zoom. On s’épuise très rapidement et c’est vraiment peu pratique. J’en viens sincèrement à regretter les visionneuses pour microfilms ! Mais je persiste en sachant que j’ai une piste sûre : si Bonneaud a été candidat aux législatives de 1914, le journal socialiste «Le Rappel du Morbihan » a dû évoquer longuement la campagne électorale de ce candidat. Après plusieurs essais infructueux tant l’outil proposé est compliqué d’utilisation, je trouve mon « Graal » : «le Rappel du Morbihan » du 18 avril 1914 met en une un portrait de «F. Bonneaud », candidat Sfio. Je découvre ensuite que son nom est en réalité « Louis Frédéric Bonneaud », voilà pour ce qui est des atermoiements sur son prénom et des confusions qui ont pu en découler.

                Mais si je peux connaître de nombreuses choses sur ce militant avant la Première Guerre mondiale, je n’oublie pas que ce qui m’intéresse ici est son action au combat et sa mort dès le mois d’aôut 1914. Je sais qu’il est mobilisé dans le 307e régiment d’infanterie soit le régiment de réserve du 107e régiment d’infanterie. Une notice Wikipédia m’indique que lors de la bataille de Moislains où il décède, il y a eu 1246 disparus. Une véritable hécatombe. Je m’interroge d’ailleurs sur le terme « disparus », pourquoi pas «morts » ? Je relis alors la très courte notice trouvée en premier sur le site avec les noms de rues de Lorient, je relis que le conseil municipal de la ville lui a rendu hommage le 25 novembre 1915. Il n’y a pas, comme c’est le cas pour d’autres communes, de mise en ligne des délibérations du conseil municipal pour Lorient. Quant aux publications socialistes du département, elles se sont arrêtées le temps de la guerre. D’autres prospections rapides dans les journaux du département ne m’apportent rien. Mais je ne veux pas que l’enquête soit encore terminée, même si elle semble à bout de souffle : le quotidien régional «Ouest éclair » est en ligne sur le site de son descendant Ouest france : l’utilisation en est pratique si on sait ce que l’on cherche et si on a des dates. J’ai la date de la réunion du conseil municipal qui lui rend hommage. Le 27 novembre 1915, «L’Ouest éclair » fait le compte-rendu de la réunion : on vient seulement d’apprendre la mort de Louis- Frédéric Bonneaud, soit plus d’un an et demi après sa mort : « depuis le jour de son départ au front on n’avait jamais eu aucune nouvelle ».

                Voilà, mon expérience touche à sa fin : force est de constater que j’en sais maintenant beaucoup plus sur ce militant socialiste mort au combat en août 1914.En recoupant toutes les sources à ma disposition, j’en sais d’ailleurs davantage que toutes les personnes qui se sont un jour intéressées à lui. Pour finir, je découvre dans l’index du livre de Christian Bougeard, juste au-dessus de son nom une « Renée Bonneau» qui dans le corps du livre est caractérisée comme étant l’épouse d’un responsable fédéral : est-ce la femme de mon militant retrouvé ? Une rapide dernière recherche en ligne me permet de relire un texte de François Prigent sur les femmes militantes dans le Morbihan : « La figure de Renée Bonneau, femme du jeune secrétaire fédéral, incarne ce premier réseau d’institutrices mariés » (p.4). Voilà : Renée Bonneau est en réalité Renée Bonneaud et semble avoir continué à militer au sein de la Sfio après la mort de son mari ; la figure d’une gardienne du temple me vient en tête et un nouveau sujet de réflexion : comment entretenir la mort des militants socialistes ? En poursuivant leur action qu’ils avaient entreprise avant la Première Guerre mondiale ? Mais c’est déjà une autre histoire…

Faire une recherche connectée apporte donc des résultats:

Alors la réponse s’impose : oui pratiquer une recherche connectée apporte de nombreuses possibilités. Si des zones d’ombre sont toujours présentes dans la vie de Louis-Frédéric Bonneaud, je peux maintenant rédiger pour ma thèse un passage sur lui, un passage pas terminé, car il me reste évidemment plusieurs pistes à explorer, et surtout il me faut bien sûr aller consulter maintenant les archives, chercher d’autres sources, non plus juste derrière mon ordinateur mais en réel. Je sais aussi qu’il avait des descendants, je vais donc poursuivre mon enquête. Mais ce sera en continuant également une pratique connectée de la recherche.


[1] C.Bougeard, Les forces politiques en Bretagne, notables, élus et militants (1914-1946),PUR, 2011, p.88

[2] Je me suis inspiré du livre collectif, Le dossier Bertrand, Jeux d’histoire, éditions Manuella, 2008, dont on peut retrouver le principe en ligne ici. C’est une excellente lecture pour tout chercheur. Je me suis donc fixer quelques règles : pas d’autres ressources que l’Internet, et pas plus d’une demi-journée de travail sur cette expérience.

La tentation de l’émeute: théâtre laïque et réaction cléricale (novembre 1934)

Ouest-éclair, 1er décembre 1934

 La mobilisation actuelle des catholiques traditionalistes et intégristes contre la représentation de la pièce de théâtre « Sur le concept du visage du fils de Dieu » de Romeo Castellucci m’a replongé dans un épisode que j’étudie pour mon travail de thèse. Si je laisse à d’autres le compte-rendu des faits et leur interprétation[1], je ne peux en effet que constater à nouveau une certaine concordance des temps. Aujourd’hui, ces intégristes et traditionnalistes catholiques tentent d’interrompre les représentations d’une pièce de théâtre, manifestent bruyamment chaque soir et expriment verbalement et physiquement une violence qui nécessite une présence policière renforcée. Par cette mobilisation, ils prétendent chercher la reconnaissance publique de la douleur provoquée par les paroles proclamées : il s’agit pour eux d’une offense morale causée par le blasphème que représenterait l’ensemble de la pièce. Si de telles actions ne sont pas nouvelles et sont de plus présentes dans l’espace public contemporain[2], en novembre 1934 dans le Finistère, des actes similaires se sont déroulés et ont entraîné la réaction des milieux partisans laïque et socialiste.

                « Du bruit dans Landerneau » : les coulisses de l’émeute du 29 novembre 1934

                Le 29 novembre 1934, la troupe de Jules Sédillot, effectuant une tournée pour le compte du Comité de défense laïque du Finistère, doit jouer deux pièces dans la nouvelle salle du Family que la municipalité socialiste vient tout juste d’inaugurer. C’est tout d’abord la pièce « Mon royaume n’est pas de ce monde » d’André Lorulot qui doit être jouée, puis « La Terre des prêtres » du Breton Yves Le Febvre. Les deux œuvres sont ouvertement anticléricales, et remettent en cause pour la première les fondements même du dogme et pour la seconde la morale des prêtres. Le soir de la première représentation, la salle est envahie par une foule violente. Les autorités affirment par la suite qu’il a eu près de 3000 manifestants hostiles à la tenue du spectacle. Qui sont les manifestants ? « La mobilisation des troupes est parfaite(…) ce sont les «  jeunesses catholiques » qui sont à la base, et à leur tête, elles ont dans chaque commune où existent des sections, le ou les vicaires et quelquefois le recteur. Elles n’ont aucun frais à débourser »[3]. Mais parmi eux, on trouve aussi des membres des ligues d’extrême droite et des conseillers municipaux de l’opposition au maire socialiste de Landerneau, Jean-Louis Rolland. Il est d’ailleurs pris à partie physiquement et il fait appel à la garde mobile pour tenter de faire restaurer le calme. Mais les affrontements se poursuivent entre forces de l’ordre et catholiques d’un côté  et entre militants de gauche et catholiques de l’autre côté.

                L’affaire est évoquée à la chambre des députés par Hyppolite Masson, élu Sfio du département et dans la presse nationale, comme le journal La Croix, on s’insurge souvent contre les violences faites contre les militants catholiques.

                A gauche : lutte contre les «  cléricaux fascistes »

                L’ordre public étant mis en péril, le préfet décide de suspendre la tournée de la troupe, mais à gauche on cherche rapidement les ripostes. C’est avant tout le Comité de défense laïque qui réagit. Il rassemble tous les partisans de la laïcité, hormis les communistes, et dans le département, cette organisation regroupe près de 10 000 personnes, proches de la Sfio, des radicaux-socialistes ou des libertaires. Véritable structure fondamentale dans la gauche bretonne, ce comité devient d’ailleurs très rapidement le lieu de gestation du Front populaire naissant. Mais ce sont aussi les soutiens de la République qui réagissent et s’estiment menacer par ceux que l’on appelle de plus en plus « les cléricaux fascistes ».

                C’est que cet événement pour les militants de gauche du département représente leur « six février », l’acte par lequel l’extrême droite montre sa volonté de prise du pouvoir par la force. Et pour eux, les militants catholiques sont clairement perçus comme des fascistes[4]. C’est donc tout d’abord un traumatisme et une prise de conscience du danger factieux puis la volonté affirmée de riposter à la mesure de l’assaut.

                La tournée est donc maintenue, tout en respectant les consignes officielles, à savoir que les lieux de représentation sont modifiés afin d’assurer le bon déroulement des spectacles. Mais surtout le Comité de défense laïque et la Sfio mettent en place des groupes d’auto-défense et des comités antifascistes. C’est surtout ce dernier aspect qui m’intéresse ici dans le cadre de ma recherche sur le rapport à la violence entretenu par les militants socialistes.

                Les coulisses de cette émeute : quelles significations ?

                La première chose qu’il est important de retenir ici est l’utilisation du théâtre comme instrument de propagande pour la gauche. En effet, la tournée est scrupuleusement organisée et implique de nombreux participants, des militants mais aussi des mairies de gauche. Or, il me semble que c’est un champ de recherches novateur que l’étude du théâtre socialiste. On peut disposer de la thèse récente de Marjorie Gaudemer sur « le théâtre de propagande socialiste en France, 1880-1914 »(2009)[5], des travaux de Pascal Ory[6] ou encore dans le cas brestois de l’article récent de Pierre Le Goïc[7]. Mais l’étude des tournées de propagande laïque entre 1918 et 1940, où les membres de la Sfio jouent un grand rôle, reste à faire. On soulignera juste pour le moment qu’à la suite des troubles de la fin de l’année 1934, le Comité de défense laïque reçoit un millier de nouvelles adhésions.

                Le deuxième point est plutôt d’ordre méthodologique. En effet, pour comprendre au mieux l’histoire des militants socialistes dans cette période, il faut d’une part prendre en compte toutes dimensions du « milieu partisan »[8], mais d’autre part, il me semble nécessaire d’avoir une bonne connaissance de l’ « autre », de l’adversaire politique. C’est pourquoi l’étude des droites en Bretagne m’est utile, puisque leurs pratiques et leurs idées ont pour effet de modifier l’identité militante socialiste. Comme le souligne Michel Lagrée, on assiste dans ces années Trente en Bretagne à « un climat de guerre idéologique »[9] et donc pour en connaître les données, il faut pouvoir étudier les deux groupes en présence.

                Enfin, le dernier élément essentiel ici découle du précédent. C’est en effet à cause de la mobilisation cléricale qui a cherché à interdire par la force les représentations théâtrales que les militants de gauche vont s’organiser de façon différente. Sous couvert d’ « antifascisme », c’est toute une évolution théorique et dans les pratiques qui se met en place. Qu’en est-il en effet de ces groupes d’auto-défense ? Comment la Sfio et les organisations associées mettent-elles en place de telles organisations, dont le but est avant tout de maintenir la liberté de parole, y compris en utilisant la violence ? C’est un sujet auquel je vais consacrer plusieurs heures de travail à venir. D’autres thématiques importantes voient également le jour : en effet, si ici j’associe sans nuance les militants socialistes à la laïcité, à l’anticléricalisme et à l’hostilité à l’encontre du christianisme, il ne faut pas oublier que quelques militants tentent de concilier militantisme à la Sfio et pratique religieuse en Bretagne. Je reviendrai également dans un prochain billet.

                Toujours est-il, et c’est déjà un premier élément de réponse, que les pièces de théâtre sont par la suite  fin 1934 et début 1935 jouées dans de nombreuses villes bretonnes, ce qui montre que la liberté de parole a été maintenue. On peut espérer, revenant à notre actualité, que les représentations prévues dans les mois à venir de la pièce de Castelluci puissent elles aussi avoir lieu sans heurt et en respectant la liberté de parole et de conscience.

Et quelles avancées temporaires dans mon travail ?

                En dehors de cet aspect, plusieurs autres points m’ont occupé ces temps derniers. Tout d’abord j’ai eu l’occasion dans le cadre de la formation « outils informatiques pour les historiens » de l’Ehess organisée par E.Ruiz et F.Heimburger, de revenir un an après l’ouverture de ce carnet de recherches sur l’utilisation que je peux en faire dans le cadre de mon travail de thèse. Vous pouvez lire le compte rendu d’ensemble de la formation ainsi que celui d’un autre participant, F.Clavert. Je reviendrai très prochainement sur mon intervention dans ce cadre dans un autre billet. Par ailleurs, je poursuis mon travail de classement des archives consultées, en repérant ce qu’il me reste encore à explorer. J’ai aussi rencontré  le petit-fils d’un dirigeant brestois de la LDH qui m’a permis de consulté ses archives et je poursuis en conséquence l’étude sur les membres de la LDH, sur la question des refugiés politiques venus en Bretagne et sur l’atittude de la Sfio sur cette question. Où se situe la violence dans ce dernier point ? Tout simplement lorsqu’on parle de réfugiés politiques à la fin des années Trente, on évoque avant tout le sort des juifs et je m’intéresse aux réactions des socialistes vis-à-vis de l’antisémitisme dont ils sont victimes. Derrière l’antisémitisme, tout comme derrière le fondamentalisme religieux, se cache, très mal souvent, la violence symbolique et réelle.


[1] Voir sur ce point l’excellent site Droite(s) extrême(s) qui relate de façon très régulière le déroulement des faits. On y trouve de très bonnes mises au point sur la mouvance d’extrême droite ultra-catholique qui s’oppose actuellement à la tenue de la pièce de théâtre. On pourra compléter par la lecture d’un très bon article de Jean-Marie Guillebaud paru dans l’hebdomadaire La Vie et qui reflète l’opinion de la majorité catholique, bien éloignée de cet intégrisme.

[2] On peut lire sur un fait similaire l’excellent article de Nadia Marzouki : « Offense morale contre liberté religieuse, la controverse de Ground Zero » Revue Française de Sciences Politiques, octobre 2011/5, vol.61. Cette recherche m’a beaucoup apporté pour la conceptualisation de mon travail  qui n’est ici ébauché.

[3] Archives départementales du Finistère, rapport du préfet au ministère de l’intérieur, 24 décembre 1934.

[4] Il ne s’agit pas ici pour moi de revenir sur le débat historiographique à propos de la nature fasciste ou non des mouvements de la droite extrême en France dans les années Trente. Je constate seulement que pour les militants de gauche, ce sont évidemment des fascistes qui ont agi et qu’ils sont soutenus par les militants catholiques et c’est sur ce constat que j’établis pour le moment mon propos. On pourra lire avec profit sur la question l’excellent travail de Gilles Vergnon, L’antifascisme en France, de Mussolini à Le Pen, PUR, 2009.

[5] Sur les travaux de M.Gaudemer, on peut voir la présentation de ses publications, ainsi que son blog  teatropoli /théâtre militant.

[6] P.Ory, La Belle Illusion, culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Plon, 1994

[7] P.Le Goïc, « les revues théâtrales locales en France, 1855-1930, s’identifier en riant ? », Histoire Urbaine, n° 31, août 2011, pp93-114. Cet article porte, malgré son titre, essentiellement sur la ville de Brest, et repose en grande partie sur les archives d’un homme de spectacles brestois, Maurice Marchand, par ailleurs membre de la Sfio. J’y reviendrai dans un prochain billet.

[8] J’emprunte ce terme et ce concept, désormais bien connu, aux travaux de F.Sawicki, que l’on peut lire pour la plupart en ligne  sur le site du Ceraps de Lille.

[9] M.Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Fayard, 1992 p.151. Ce dernier magistral travail m’est très ici très utile. L’histoire des droites dans la région est aussi mieux connue grâce au livre de David Bensoussan, Combat pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Fayard, 2006. Toutefois ce dernier ouvrage, pour intéressant qu’il soit, me semble méconnaître l’histoire de la gauche dans cette région, ce qui entraîne parfois des raccourcis ; surtout il néglige totalement la question de l’imprégnation d’une réaction autoritaire voire fascisante sur les droites bretonnes.

Dessiller le regard : socialisme et mouvement breton

Le Breton socialiste, 5 février 1905

Mener une recherche historique sur la Bretagne au XXème siècle oblige à croiser à un moment ou un autre, la question de l’identité bretonne et du militantisme breton. Pour diversifié qu’il soit, le « mouvement breton » apparaît en filigrane à plusieurs reprises dans mon travail sur les militants socialistes entre 1900 et 1940. La mort récente d’un des membres importants de cet Emsav (« mouvement breton »), Yann Fouéré[1], et les réactions plus ou moins informées qui en ont découlé[2], sont l’occasion pour moi dans ce billet de mieux examiner les relations entre les militants de la Sfio et la question bretonne.

                Une historiographie prolixe, mais de nombreux angles morts :

                L’histoire des militants de la cause bretonne est désormais bien connue[3]. La production historiographique est en effet riche et globalement la longue chronologie des faits est bien établie et connue. Mais si on peut en connaître l’histoire et les composantes, on doit toutefois constater que ce terrain  historiographique est continuellement brouillé  par des considérations qui n’ont que très peu à voir avec la rigueur scientifique. On ne compte plus en effet les hagiographies de militants, la multiplication des interprétations sur le positionnement idéologique de ce mouvement, les procès en accusation ou les plaidoyers pour la défense de telle ou telle personne, ou de tel ou tel groupe. En conséquence, le chercheur doit faire face à davantage de polémiques épuisantes qu’à de réels travaux historiques pertinents. Pourquoi une telle forclusion sur le passé du mouvement breton ? Deux explications sont ici nécessaires : il faut tout d’abord, à n’importe quel prix, dédouaner la majorité des militants bretons de l’entre-deux-guerres qui ont sympathisé avec les idées fascistes, la collaboration et le soutien à la politique de Vichy. On ne compte dès lors plus les justifications a posteriori et les travestissements de l’histoire qui aboutissent souvent à de véritables «  inventions » du passé. Or, c’est un fait indiscutable : la majorité de l’Emsav a eu durant la Seconde Guerre mondiale une position de soutien à Vichy et à l’occupant, quant bien même on peut reconnaître par ailleurs de multiples positionnements sur l’échelle de l’adhésion. Ensuite, et cela surtout à partir des années 1960, les nouveaux militants bretons marqués par des mouvements de libération nationale, par le marxisme et les idées de gauche, ont cherché, là encore trop souvent au détriment de la rigueur historique, à reconsidérer la généalogie du mouvement breton en se focalisant sur d’éventuelles influences des  idées progressistes pour mettre entre parenthèses la compromission des années de guerre et redonner une «  virginité » aux partisans de l’Emsav, couvert des oripeaux du marxisme et en conséquence bien plus respectables. En simplifiant, on a depuis l’impression d’avoir des militants pas si collaborateurs ni partisans de Vichy, mais surtout pauvres victimes de la France, de l’épuration forcément sauvage et du centralisme républicain. Pour un peu qu’ils aient eu une ou deux idées progressistes, et les voilà transformés en d’authentiques militants révolutionnaires bretonnants !

                Aujourd’hui de telles considérations sont toujours présentes – les éloges funèbres de Yann Fouéré le montrent : qu’il semble difficile d’admettre de simples évidences, comme l’adhésion aux idées de la collaboration de ce dernier-  et je ne peux que m’étonner qu’il n’y ait toujours pas de forte synthèse sur le mouvement breton dans le 1er vingtième siècle et que des questions soient totalement abandonnées. Les chercheurs qui étudient le mouvement breton très souvent eux-mêmes militants de tel ou tel groupe voire groupuscule – s’échinent à affirmer leur vérité, laissant peu de place aux règles scientifiques du travail historique. C’est donc un véritable champ de ruines historiographique que l’histoire des militants bretons, et la situation ne semble guère s’améliorer pour le moment. Cela est d’autant plus détestable que trop souvent l’histoire de la Bretagne se fait au prisme de cet Emsav, si minoritaire soit-il dans l’histoire réelle de cette région. Peut-être que les concepts forgés par les études post-coloniales ou l’existence d’une nouvelle génération de chercheurs va changer la donne, mais ce n’est pas le cas pour le moment. Cela a une conséquence directe sur mon travail, bien que j’avoue personnellement avoir peu d’intérêt pour toutes ces querelles sur l’histoire du mouvement breton : la question des rapports entre l’identité bretonne et l’adhésion à la Sfio n’a pas été abordée, si ce n’est sous des aspects peu satisfaisants. Pourtant, c’est tout un pan de la recherche historique dans ce domaine qui pourrait être abordée. Voici quelques pistes de réflexion.

Socialistes bretons / Bretons socialistes ?

                Tout d’abord les militants de la Sfio en Bretagne peuvent être amenés à s’interroger sur la place de la langue bretonne dans leur militantisme. Faut-il écrire des articles en breton ? Faut-il prendre la parole dans des meetings dans cette langue ? Comment faire une campagne électorale dans des zones géographiques où les bretonnants sont majoritaires et maîtrisent encore mal la langue française ? A ces questions, force est de constater que pour le moment, nous n’avons pas de réponse tant cela n’est pas réellement abordé dans l’historiographie du socialisme, malgré quelques travaux sur les rapports entre la Sfio et les « petites patries ». Le seul aspect qui est mieux connu est la question de l’enseignement du breton à l’école, mais là encore les connaissances sont trop souvent parcellaires.

                Ensuite il y a au sein de la Sfio, des militants de la cause bretonne. Trop souvent, ce sont d’ailleurs leurs activités en lien avec le mouvement breton qui est connue, alors qu’ils ont par ailleurs milité activement au sein du Parti socialiste. C’est le cas par exemple de Charles Rolland, qui est surtout connu pour être un chansonnier bretonnant mais qui fut aussi un membre actif de la fédération Sfio du Finistère avant 1914. Mais il y aussi Armand Kéravel, militant de la langue bretonne très connu après 1945, qui écrit dans les publications socialistes des années Trente. De plus, de multiples structures qui forment un réseau de militants, un milieu partisan autour de la Sfio, ont des liens avec le mouvement breton, comme par exemple la revue Ar Falz dont la position idéologique est trop souvent mal comprise. Autrement dit, c’est un vaste champ d’études qui s’ouvre et semble pour le moment très mal connu.

                Enfin, dans la période de l’entre-deux-guerres, qui marque la renaissance du mouvement breton, les socialistes ont réagi à ce développement de structures nouvelles qui peu à peu se laissent tenter par une idéologie d’extrême-droite, le racisme, l’antisémitisme ou le fascisme. Il faut mieux connaître les composantes de leur riposte et bien souvent se faisant, les socialistes développent un discours qui leur est propre sur la «  question nationale » bretonne.

Y-a-t-il une manière bretonne d’être socialiste ?

                La question des rapports entre l’identité bretonne et le socialisme ne doit pas toutefois se limiter à l’étude des années d’entre-deux-guerres. En effet, dès la naissance des premiers groupes socialistes au début du vingtième siècle, c’est un aspect qui est souvent abordé. Ainsi Yves Lefebvre, créateur et animateur de nombreuses structures socialistes dans le Finistère, a très souvent étudié ces idées dans ses articles. Mais là encore, force est de constater que nous manquons de réelles études dans ce domaine.

                Je dois dire aussi qu’un certain nombre de clichés sont parfois véhiculés et doivent donc être appréhendés comme symptômes de nombreux présupposés qui ne facilitent pas l’analyse: les Bretons seraient têtus, violents, alcooliques et en conséquence les socialistes bretons obéiraient à de tels  traits de caractère qui seraient bien évidemment renforcés. Je m’étonne chaque jour de la persistance de  telles considérations essentialistes qui trop souvent encombrent les esprits et ne répondent pas à la vraie question des rapports entre l’identité bretonne et l’adhésion au socialisme.

                Je me rends compte au moment de conclure ce billet de deux aspects essentiels pour moi : tout d’abord pour bien aborder ces problèmes liés à l’identité, ce sont avant tout les travaux des anthropologues qui me sont utiles. Ensuite, au-delà des sempiternelles querelles sur le mouvement breton, le champ d’étude que je propose ici me semble plus encore pertinent pour mon sujet de recherche. Il me reste donc à me mettre au travail et à explorer cette nouvelle piste! Parmi les projets d’articles en cours pour ce blog, il y a l’étude de l’antisémitisme au sein de la Sfio dans les départements bretons dans les années Trente, des comptes rendus d’exposition ou de livres et la poursuite des recherches concernant la Première Guerre mondiale. Surtout deux autres directions vont m’occuper dans les prochains jours : la consultation (et la recherche) d’archives privées de militants et l’élaboration d’un vrai plan de thèse. Programme de vacances ambitieux  sans doute ; je vous tiens au courant. Kenavo provisoire!


[1] J.Y Camus «  Mort à 101 ans de Yann Fouéré », Rue 89, 23 octobre 2011,

[2] On pourra consulter avec prudence le site «  Agence Bretagne Presse » qui propose une biographie de Fouéré où les erreurs factuelles et les interprétations douteuses sont très nombreuses

[3] On pourra sur cet aspect consulter le livre de J.Cornette, Histoire de la Bretagne et des Bretons, Seuil, 2005.

48 rue Jean-Louis Rolland

« Chaque historien a un parcours individuel, une histoire personnelle de laquelle ce serait un leurre de penser qu ’il peut s’extraire l’après-midi de 14h à 17h lorsqu’il est en bibliothèque. On ne fait pas d’histoire sans ses névroses » Philippe Artières, Vacarme, printemps 2008.

Immanquablement on vous demande lorsque vous préparez un doctorat tout d’abord en quoi consiste votre sujet, et dans la foulée «  pourquoi tu travailles sur çà ? ». Répondre à la première question est déjà très difficile et je ne compte plus les approximations, les hésitations, les « c’est compliqué » que j’ai pu fournir comme explications. Mais la seconde question ramène souvent à une part encore plus personnelle : donner les raisons qui peuvent expliquer le travail de recherche en cours revient à autoriser celui ou celle qui vous pose la question à entrer dans votre for intérieur, et y découvrir peut-être des choses cachées. Mais il peut paraître aussi nécessaire de se prémunir des explications toutes faites : dans mon cas, plusieurs interlocuteurs ont justifié ma recherche en me rétorquant que si je travaillais sur « ça » c’était parce que je suis « Breton », « socialiste », « originaire de », «  fasciné par », etc. Mais en réalité, très souvent aucune de mes réponses ne me convient vraiment, tout comme je ne suis pas satisfait de ces réponses toutes faites venant d’autrui, et je me contente alors d’un «  c’est plus compliqué » pas très satisfaisant.

                Pourtant, après ce qu’on peut appeler « l’égo-histoire » selon l’expression de Pierre Nora[1], ou encore en compagnie de la tentative de Bourdieu d’ « esquisse d’une auto-analyse »[2], on peut peut-être s’autoriser à aborder de front cette question, qui encore une fois, m’est très souvent posée : pourquoi travailler sur l’histoire des socialistes bretons et sur leurs rapports à la guerre et à la violence ?

                Réfléchir à cet aspect de la recherche, c’est tout d’abord accepter qu’il y ait un faisceau d’explications subjectives et objectives qui forme la réponse à la question du pourquoi. C’est aussi accepter de se confronter à sa propre individualité, à sa propre personnalité, avec ce que cela implique de positionnement inconfortable. Mais surtout une telle introspection peut donner un nouvel éclairage sur le travail en cours et impliquer de nouvelles pistes. Voici quelques premières explications.

                J’ai habité durant mon enfance à Landerneau, au 48 rue Jean-Louis Rolland. Je me souviens que je me suis demandé à plusieurs reprises qui pouvait bien être cette personne. Mes parents ne m’apportaient guère plus de réponse que ce que la plaque de rue indiquait, à savoir qu’il avait été maire de la ville et résistant. Mais ma curiosité d’enfant fut dès lors éveillée. Puis plusieurs années plus tard, nous avons déménagé dans un logement que ce même Jean-Louis Rolland avait lui-même décidé de construire, les premières Habitations à bon marché (HBM) de la ville. Curieuse coïncidence peut-être, mais ensuite au cours de mes études d’Histoire, dès la Deuxième année, j’ai vérifié rapidement qu’il n’y avait pas de travaux sur Jean-Louis Rolland et j’ai décidé que mon travail de maîtrise porterait sur son action. Je laisse imaginer aux lecteurs, ce qu’une éventuelle enfance passée dans une rue Général de Gaulle ou un boulevard Henri IV aurait pu entraîner comme conséquences. Mais il faut aller plus loin que cette simple explication topographique.

                Avec cette première recherche, j’ai pris plaisir à trois choses : tout d’abord le «goût des archives », la fréquentation régulière, parfois ennuyeuse, parfois exaltante de ces lieux de conservation où les jeunes étudiants ne sont parfois pas si bien accueillis. Depuis ce moment, ce plaisir ne m’a plus jamais quitté. Mais j’y ai découvert aussi le goût de l’écriture, exercice naturel pour l’historien-ne mais exercice parfois dédaigné au profit de la seule recherche des faits bruts. Et enfin, en tentant de reconstituer le parcours militant de J-L Rolland, j’ai aussi apprécié de rencontrer des témoins, de passer des moments avec eux, d’essayer de poser les questions qu’il fallait pour faire avancer ma connaissance de mon sujet d’étude. Avec les témoignages oraux, c’est aussi l’utilisation des archives personnelles, des documents privés que j’ai pu découvrir. Il n’était dès lors plus pensable d’arrêter.

                Jean-Louis Rolland était socialiste, membre de la Sfio. Se profile une autre interrogation: est-ce que c’est ce positionnement politique qui explique ma démarche ? Suis-je avant tout et naturellement « socialiste », ce qui expliquerait mon intérêt pour la connaissance historique sur ce parti ? Trop souvent, on peut être tenté d’en faire un marqueur pour caractériser les chercheurs en histoire. En effet, dans le domaine de l’histoire politique, il n’est pas rare de constater que les choix politiques impliquent les choix historiques. Mais un tel raisonnement a de nombreuses limites : tout d’abord, la proximité des deux n’implique pas que le chercheur soit « inféodé » à son sujet en fonction de sa position politique. On peut se considérer comme socialiste, sans forcément réaliser un panégyrique du parti  en mettant la recherche historique au service de la propagande. Mais surtout, on doit se méfier d’une logique qui voudrait que la similitude de vues soit nécessaire. Je ne suis pas militant socialiste, simplement je peux dire que je me reconnais dans l’appartenance au peuple de gauche. Je ne cache donc pas mes sympathies, mais je me garderai de les sortir comme instruments de protection ou de valorisation. Faire de la pratique de l’histoire une tribune politique m’a toujours paru être incongru et surtout contreproductif.

                Un autre rapprochement, sociologique cette fois-ci, peut également être fait : j’étudie l’histoire de militants qui peuvent être ouvriers, paysans ou enseignants. De mon côté, je suis enseignant issu d’une famille ouvrière et paysanne. Est-ce que cette proximité sociologique fait de moi un chercheur plus à même d’étudier les militants du mouvement ouvrier ?  Là encore je ne suis pas sûr qu’une telle équation soit nécessaire, mais la lecture des travaux de Richard Hoggart[3] m’a appris que cela pouvait me servir pour mieux cerner mon objet d’étude. Tout comme le dernier livre de Mona Ozouf « Composition française » [4] qui pose bien les rapports entre la naissance bretonne et la culture française. Je ne parle pas breton, ne me sens pas plus « Breton » que cela. Certains écrits militants sur lesquels je travaille sont d’ailleurs rédigés en breton, l’idée d’apprendre cette langue revient donc périodiquement, mais juste pour progresser au niveau du travail de recherche. Mais cela n’est pas non plus un marqueur identitaire suffisant pour expliquer la recherche en cours.

                Pourquoi s’interroger aujourd’hui sur la part personnelle de ma recherche en cours ? Je suis passé il y a quelques jours au 48 rue Jean-Louis Rolland ; la rue a changé, tout comme la maison. J’y suis passé parce depuis quelques jours, plus rien ne m’attache à cette ville. Mais là devant la maison de mon enfance, j’ai compris que mon travail en cours avait bien plus de rapports que je ne voulais me l’avouer avec mon histoire personnelle. Il faut parfois un choc pour s’en rendre compte. Passée l’onde de choc, le travail de recherche continue et doit continuer. A suivre très prochainement : un compte rendu sur le dernier livre de Philippe Artières et Jean-François Laé, un billet sur le mutualisme paysan et son histoire et sans doute plein d’autres choses encore!

Billet dédié à Marie (1er mai 1933-1er octobre 2011)


[1] P.Nora, Essais d’ego-histoire, Gallimard, 1986.

[2] P.Bourdieu, Esquisse pour une auto-analayse,Raisons d’Agir, 2004.

[3] R.Hoggart, La Culture du pauvre, éditions de Minuit, 1970.

[4] M.Ozouf, Compostion française, Gallimard, 2009.

De l’influence du roman noir sur le déroulement d’une recherche historique

Au moment où j’essaye, en respectant au mieux les règles de la production scientifique en Histoire, d’avancer dans la construction de ma thèse, j’éprouve le besoin de m’éloigner un peu des listes bibliographiques, des notes de bas de page et de l’articulation dialectique du plan d’une sous-partie pour écrire sur l’influence que le roman noir a pu avoir, et peut encore, avoir sur le déroulement de mes recherches historiques.

Les liens entre l’Histoire et le roman noir, que l’on peut définir avec Jean-Pierre Manchette comme « le roman criminel violent et réaliste à l’américaine »[1] ont plusieurs fois été exploré : que ce soit pour le meilleur avec l’étude d’Elfriede Müller et Alexander Rueff sur Le Polar français, crime et histoire [2] ou pour le moins bon avec le livre de L.Broche et J.C. Sarrot Le Roman policier historique [3], on dispose de plusieurs études sur les liens qu’entretiennent les deux, auxquelles il faut ajouter les livres des auteurs de romans noirs eux-mêmes comme J.P. Manchette, déjà cité ou J.F Vilar, mais aussi les nombreux articles publiés au cours des années 1990 dans Libération pour le journaliste Edouard Waintrop.

                Mais ce qui m’intéresse ici, c’est comment la fréquentation régulière des auteurs de romans noirs a influencé la conduite de ma recherche historique. Autant de choses qu’il est peut-être difficile de relater dans une thèse pour le doctorat d’histoire.

Une première référence clé : « De Passage » Paco Ignacio Taibo II

                Si je dois trouver un titre qui synthétise au mieux l’influence du roman noir, ce serait le livre de Paco Ignacio Taibo II « De Passage »[4] : on peut y lire le parcours de Sebastien San Vincente (figure inventée ou réelle ? Le lecteur le découvre peu à peu) avec la compilation des extraits de rapports du FBI, des impressions de l’auteur et des pensées du personnage. San Vicente est un anarchiste des années 1920, essayant de semer la Révolution en Espagne, au Mexique ou aux Etats-Unis. Outre la construction littéraire si particulière (même si actuellement de nombreuses productions littéraires françaises jonglent avec la réalité historique et la fiction), Taibo II nous relate merveilleusement bien le travail du chercheur en histoire : « Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît ça et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie »[5]. Je trouve que cette phrase qualifie très bien le travail de recherche historique que je mène, à tel point que je l’ai cité dans mon mémoire de maîtrise et mon master 2 (et peut-être aussi dans ma thèse achevée ?)

          Taibo II est aujourd’hui un des grands auteurs de roman noir, qui utilise très souvent les méandres de l’Histoire et du mouvement ouvrier pour écrire ses livres. De formation historienne (On lui doit un livre de référence sur la naissance du communisme au Mexique), il manie et manipule l’histoire pour construire une œuvre qui ne cesse de m’intéresser et me m’influencer. Mais au-delà d’une forme utile de « bricolage méthodologique » que peut procurer la lecture de romans noirs, cela peut également être source d’autres découvertes.

Lire « Belleville Barcelone » et découvrir l’existence d’anarchistes italiens à Brest :

                Le travail que j’ai entrepris sur les itinéraires de militants passe par une longue, et parfois décourageante, enquête. Mais il faut aussi miser sur des hasards objectifs qui apportent des faits nouveaux. La lecture des travaux de Carlo Ginzburg m’a déculpabilisé sur ce point : le départ d’une collecte d’informations peut débuter par un fait a priori totalement éloigné et ensuite entrainé une recherche de « traces » selon ce qu’il nomme le paradigme indiciaire[6].

                Le roman noir s’inspirant beaucoup de l’histoire, j’ai eu la surprise de découvrir par ricochets dans l’un d’entre eux des éléments qui me servent aujourd’hui dans mon travail d’enquête : dans Barcelone Belleville, Patrick Pécherot[7] poursuit l’évocation de la « préhistoire » de Nestor Burma en en faisant le héros d’une enquête policière qui se situe dans les années 1930 avec en toile de fond la guerre d’Espagne. Le cœur de l’action se situe dans le milieu des Italiens antifascistes réfugiés en France. L’un d’entre eux, évoqué dans le roman, est Camillo Berneri. Cherchant davantage de renseignements sur ce dernier, et commençant comme souvent par la  notice Wikipédia, j’ai découvert que Berneri était l’auteur d’un opuscule L’Operaiolatria ( L’Ouvrier Idôlatre) qui fut publié pour la première fois en France en 1934, par le « Gruppo d’Edizioni libertaria » établi à la Maison du peuple de Brest.

                J’ai donc cherché ensuite à en savoir plus sur ces anarchistes établis à Brest dans les années 1930. Ce groupe avait publié d’autres brochures en italien comme celle de Simone Weil «  Réflexions sur la Guerre ». J’ai pu ainsi trouver les noms des Italiens qui résidaient à Brest, avant tout Pio Turroni et Ulysse Merli, puis j’ai mis la main sur des lettres ou d’autres documents en contactant des centres d’archives (en Italie ou en Suisse), tout en lisant le livre de René Lochu[8] qui les a connu. Dans les archives départementales du Finistère, après plusieurs journées infructueuses, j’ai retrouvé leurs traces : Ulysse Merli est ainsi décrit pour un dangereux anarchiste, soupçonné d’utilisation d’explosifs en Italie. Mais il reçoit l’aide d’élus de la Sfio et n’est pas expulsé. Peu à peu des bribes de parcours se reconstituaient. Beaucoup de ces Italiens allèrent ensuite combattre en Espagne, puis ont participé à la Résistance, en France ou en Italie.

       Le 8 mars 2006, j’entrais dans un petit appartement d’une rue de Brest : la femme d’Ulysse Merli m’accueillit au départ avec méfiance, puis elle se mit ensuite à compléter ce que je savais sur son mari. Peut-être pas « suffisamment pour que l’histoire soit finie ».


[1] J.P.Manchette, Chroniques, Rivages Noir, 2003, p.20

[2] E.Müller et A.Rueff, Le Polar français. Crime et histoire, La Fabrique éditions, 2002.

[3] J.C.Sarrot et L.Broche, Le Roman policier historique. Histoire et polar: autour d’une rencontre, Nouveau Monde éditions, 2009. Contrairement au premier livre cité, ce dernier n’est pas une analyse et compile des auteurs très divers, en passant totalement à côté du sujet, ce qui s’explique par l’absence de très nombreux auteurs, pour qui pourtant les rapports entre histoire et roman noir sont au cœur de leurs œuvres.

[4] Paco Ignacio Taibo II, De Passage, Métailié,1995. Ce livre est publié en français lors de l’année où j’ai rédigé mon premier travail de recherches, un mémoire de maîtrise sur Jean-Louis Rolland, Députe socialiste et résistant.

[5] P.I. Taibo II, op.cit., p43.

[6] Voir par exemple C.Ginzburg, Mythes, Emblèmes,Traces, Verdier, 2010 (nouvelle édition).

[7] P.Pécherot, Belleville Barcelone, Gallimard, Série Noire, 2003

[8] R.Lochu, Libertaires, mes amis de Brest et d’ailleurs, éditions La Digitale,2003( rééd.)