Archives pour la catégorie thèse en cours

Jaurès, la Sfio et le camp de la paix à la veille de la Seconde Guerre mondiale

Le 30 juillet 1939 sont organisées plusieurs cérémonies pour le 25e anniversaire de la mort de Jean Jaurès. Au matin, devant le café du croissant où le grand leader socialiste a été tué, une cérémonie d’hommage a lieu avec les groupes politiques et syndicaux du 2e arrondissement de Paris. Socialistes et communistes sont présents, ainsi que des représentants d’autres organisations pacifistes, des radicaux, des anciens combattants et des membres de la Ligue des droits de l’homme. On y retrouve l’ambiance d’unité du rassemblement populaire depuis 1935. C’est également le cas dans deux autres villes chères au grand tribun socialiste, Albi et Carmaux, où des manifestations unitaires ont lieu le même jour. Cependant, le cœur n’y est plus tant les divisions entre les différentes factions de la gauche sont dorénavant trop importantes. Les hommages à Jaurès au milieu des années 30 avaient pourtant été l’occasion de manifestations unitaires[1], aussi bien en raison de l’héritage jaurésien que partageaient communistes et socialistes que parce les deux partis politiques, aidés par les radicaux et de nombreuses organisations et syndicats, mettaient au point une coalisation qui allait arriver au pouvoir en 1936. Mais à l’été 1939, les divisions entre les deux grands partis de la gauche française sont à nouveau criantes et l’embellie du Front populaire ne semble plus n’être qu’un vague souvenir. C’est pourquoi Pcf et Sfio organisent à Paris ce dimanche de la fin juillet deux manifestations différentes. La première a lieu le matin et rassemble les organisations liées aux communistes, la seconde rassemble les socialistes et leurs alliés ; toutes deux ont pour terme le Panthéon où reposent les restes de Jaurès depuis 1924. Le contexte de cette commémoration est très particulier, puisqu’elle a lieu quelques semaines seulement avant le déclenchement d’un nouveau conflit mondial. Quelques semaines auparavant, la gauche s’est également retrouvée dans la rue pour commémorer le 150e anniversaire de la Révolution française. La manifestation organisée par les communistes fait d’ailleurs le lien entre les deux événements, puisque des pancartes reprenant ces citations de Jaurès et d’autres, où sont inscrites des citations des grands leaders de la Révolution française, sont nombreuses dans le cortège.

Jean Bruhat et le rassemblement communiste

Une de l'Humanité, 3O juillet 1939
Une de l’Humanité, 3O juillet 1939

Le rassemblement du matin réunit les communistes, les anciens combattants de l’ARAC, l’Association républicaine des anciens combattants, et les membres du mouvement  Paix et Liberté, une organisation liée au Pcf qui œuvre pour la préservation de la paix. On ne dispose que peu de données sur le nombre de manifestants, mais on croise également dans le cortège plusieurs délégations des communes de la banlieue, ainsi que des intellectuels comme Louis Aragon.

L’hommage des communistes à Jaurès semble selon les comptes rendus de la presse avoir réuni bien plus de monde que la manifestation de l’après-midi. On doit également ici évoquer un article de l’historien Jean Bruhat publié dans les Cahiers du bolchevisme, la revue théorique du Pcf, paru en août 1939. L’article intitulé « À propos du 25e anniversaire de Jean Jaurès » est intéressant à plus d’un titre. L’historien trace tout d’abord avec de nombreuses précisions le portrait du leader assassiné, en insistant sur ses liens avec le marxisme. Il s’arrête également plus particulièrement sur le livre de Jaurès, L’Armée nouvelle. C’est l’occasion pour l’historien communiste d’évoquer la nécessaire participation du peuple à la défense nationale, reflétant ici la position officielle du Pcf dans ce domaine. Surtout, Bruhat s’interroge sur l’actualité de Jaurès dans le contexte bien particulier de l’été 1939, où les communistes sont encore le fer de lance de la lutte contre le fascisme. L’auteur s’en prend violemment aux pacifistes qui se revendiquent de la pensée de Jaurès :

 « Pas pour Dantzig » a écrit M.Déat. D’autres avaient dit : « Pas pour le Négus ! ». L’écho avait répété « Pas pour les Tchèques ! » Quand les Arméniens étaient massacrés en 1896 par les bandes d’irréguliers lancés par le Sultan, le gouvernement français se taisait – et d’autres parlaient pour dire « Que nous importent quelques milliers d’Arméniens éventrés. Pas pour l’Arménie ! » Jaurès a sauvé l’honneur de la France »[2]

En effet, Jaurès a défendu à la Chambre des députés le sort des Arméniens victimes de l’Empire ottoman[3]. En écrivant ces mots, Bruhat a également en tête la non-intevention en Espagne décidée par le premier gouvernement du Front populaire. Continuant sa dénonciation d’une forme de pacifisme présente au sein de la gauche, l’historien ajoute :

 Il faut tout ignorer de Jaurès, son courage personnel et aussi son assassinat  pour oser justifier par une référence à  Jaurès le cri : « Plutôt la servitude que la mort ! »

Abordant point par point les opinions des pacifistes, Jean Bruhat les conteste en s’appuyant sur des citations de Jaurès. L’article dénonce avec force les renonciations de nombreux pacifistes qui n’effacent devant la menace du fascisme et utilisent l’héritage jaurésien. Bruhat, de son côté, défend une ligne claire : il faut lutter contre le fascisme à l’intérieur du pays et aussi à l’extérieur. Le jeune historien communiste s’oppose à ceux qui souhaitent préserver la paix à tout prix. Son article, très déterminé, trouve aujourd’hui un écho particulier lorsque l’on sait que quelques semaines après l’Urss signe le pacte de non-agression avec l’Allemagne nazie, obligeant tous les militants communistes à réviser leur positionnement antifascistes. Mais restons en juillet 1939 pour le moment. Bruhat et les communistes rendent hommage au Jaurès révolutionnaire et à l’homme politique courageux. Du côté de la Sfio, l’hommage au socialiste assassiné en 1914 est avant tout placé sous le signe de la paix.

La manifestation des socialistes : «  Manifestation du souvenir – Pour la Paix »

extrait de la Une du Popualire, 30 juillet 1939
extrait de la Une du Populaire, 30 juillet 1939

Le rassemblement de l’après-midi se veut unitaire et souhaite rendre un double hommage : il y a bien sûr la commémoration du grand Jaurès, mais c’est aussi l’occasion de rappeler le rôle d’Aristide Briand, en particulier dans sa défense de la paix après la Première Guerre mondiale[5]. Ce double hommage montre qu’en ce jour orageux du 30 juillet 1939, les socialistes désirent avant tout manifester pour la paix. On dispose de quelques données dans la presse en ce qui concerne le nombre de manifestants. Il y a moins de monde que le matin, et ce sont seulement quelques centaines de personnes qui se rendent au Panthéon pour cette deuxième manifestation. Il faut dire que les principaux leaders de la Sfio, en premier lieu Léon Blum, sont alors absents de la capitale et sont dans le Nord pour une série de rassemblements à l’affluence nombreuse. Cependant, à côté de la fédération socialiste de la Seine qui est chargée de l’organisation de la cérémonie, plusieurs autres organisations sont présentes, ce qui permet de tracer les contours du camp de la paix lié au socialisme en 1939. Mais avant de détailler la composition du cortège, il faut évoquer rapidement le déroulement et l’organisation de la manifestation. C’est avant tout un cortège de recueillement : aucun drapeau n’est présent, pas de slogans non plus. Il y a seulement en tête des pancartes où sont inscrites des citations de Jaurès, et chaque manifestant peut avoir un insigne où se trouve inscrit : «  30 juillet 1939 – Manifestation du souvenir – Pour la Paix ». Chaque groupe est encadré par un service d’ordre bien coordonné. Les socialistes dans ce service d’ordre sont nombreux, reconnaissables à un brassard rouge doté des lettres Sfio. Les Jeunesses socialistes sont eux aussi visibles en chemises bleues et en cravate rouge. Le cortège doit être discipliné, très organisé et place en tête les associations d’anciens combattants. A la fin du rassemblement, un haut parleur diffuse le discours enregistré de Renaudel racontant les derniers instants de Jaurès. Ce discours était diffusé dans la plupart des commémorations jaurésiennes organisées par les socialistes. Le Populaire insiste dans l’évocation des préparatifs, puis du déroulement de la manifestation, sur la discipline des militants. Cela est en lien avec l’élaboration de nouvelles pratiques militantes qui doivent impressionner en dehors du parti socialiste et renforcer la cohésion interne du groupe. Mais d’autres organisations sont également présentes ce jour-là.

Les autres organisations pacifistes

Il y a tout d’abord les associations d’anciens combattants qui sont liées au milieu partisan socialiste. On trouve ainsi la Fédération ouvrière et paysanne des anciens combattants (FOP) animée par des socialistes comme Camille Bedin ou encore par le Breton Albert Aubry. De nombreux membres de la FNCR, Fédération nationale des combattants républicains, sont également présents ; c’est également le cas de la LACP, la ligue des anciens combattants pacifistes fondé par le socialiste Camille Planche[6]. Ce sont donc les anciens combattants qui sont mis à l’honneur lors de cette commémoration. À leurs côtés, les socialistes sont les plus nombreux, mais on trouve également d’autres partis politiques.

Il y a tout d’abord une délégation du Psop, le Parti socialiste ouvrier et paysan de Marceau Pivert qui est d’ailleurs présent ce jour-là. Ce parti est né d’une scission avec la Sfio en 1938 et rassemble plusieurs courants situés à la gauche des socialistes ou à l’extrême-gauche. Jeune république est également présente : héritier de Marc Sangnier, ce parti rassemble des chrétiens partisans du Front populaire. Deux autres organisations politiques sont aussi là, bien qu’elles entretiennent des rapports parfois conflictuels avec la Sfio : ce sont ceux que Philippe Burrin, dans sa magistrale étude la Dérive fasciste[7] appelle « les francs-tireurs du Front populaire», à savoir les partisans du frontisme de Bergery et l’Union socialiste-républicaine qui est l’héritière du courant néo-socialiste et dont l’un des leaders est Marcel Déat. La présence de ces deux organisations peut étonner : en effet, depuis la dislocation du Front populaire, elles ont entamé ce que Burrin appelle leur « dérive fasciste », du moins en ce qui concerne leur leader respectif. Mais ce qui fait qu’elles sont présentes ce jour-là, c’est l’adhésion sans faille au pacifisme, ce que de nombreux militants socialistes partagent à la même époque. Enfin, on trouve encore dans le rassemblement organisé par la Sfio de nombreux membres de la Ligue des droits de l’homme, des représentants de la Ligue française de l’enseignement, des militants de syndicats affiliés à la Cgt ainsi des membres de la LICP, la Ligue internationale des représentants de la paix. Un tel assemblage peut paraître de prime abord hétéroclite mais ce serait oublier la force du symbole que représente Jaurès pour l’ensemble de ces groupes, ainsi que la forte prégnance du pacifisme à la veille de la Seconde guerre mondiale.

Certains socialistes regrettent d’ailleurs ce qu’ils appellent la tonalité « munichoise » de ce rassemblement, ce qui illustre les divisions du camp de la paix au sein de la Sfio et dans les structures amies. On le voit en particulier en lisant le compte rendu de cette manifestation que fait le journal socialiste Agir qui regroupe les partisans d’une politique de fermeté et condamne le pacifisme intégral.

« Au Panthéon, deux cortèges » Agir pour la paix, pour le socialisme, n°12, août 1939

Agir, n°12, août 1939
Agir, n°12, août 1939

Le compte rendu publié dans ce journal est particulièrement critique. Réunissant les socialistes partisans de la fermeté contre Hitler, Agir souhaite également entraîner une réflexion sur les cultures militantes et le corpus idéologique de la Sfio. Plusieurs militants appelés à jouer un rôle plus important dans les mois ou les années à venir participent à sa rédaction : c’est le cas de Pierre Brossolette, de Daniel Mayer, de Georges Izard ou encore de Tanguy-Prigent alors jeune député du Finistère. Le bimensuel est l’organe d’un nouveau courant dirigé par Georges Monnet, le ministre de l’agriculture du gouvernement de Léon Blum. Ce sont avant tout des blumistes qui souhaitent  contrecarrer l’influence du courant pacifiste de Paul Faure, le secrétaire général du parti. L’un des plus actifs dans le groupe est Angelo Tasca qui signe ses articles du pseudonyme André Leroux[8].

«  Ainsi donc, ce sont deux cortèges qui, le 30 juillet, ont honoré la mémoire de Jean Jaurès. De Jean Jaurès, dont toute la vie fut un combat pour l’unité. [9]» C’est la première phrase de l’article non signé qui déplore d’entrée la division du mouvement ouvrier en 1939, alors que Jaurès a tout fait pour maintenir l’unité en son sein avant 1914. La suite est tout aussi critique :

« C’est pénible à dire dans un journal socialiste qui se flatte de n’attaquer personne. Mais enfin la présence de certains des allées des socialistes de la Seine au cortège de l’après-midi, n’enchantait pas certains militants qui se souviennent. »

Ce sont les membres du parti de Déat qui sont ainsi désignés, tout comme les militants du Psop « l’injure aux lèvres, la haine dans le regard. » Ce qui est encore plus remise en cause dans le compte rendu, c’est la tonalité « munichoise » du rassemblement :

« Toute cette belle réconciliation s’est faite sous le signe de Munich. Pensez donc, il y avait le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, les « mères éducatrices pour la Paix », la ligue internationale des Combattants de la Paix, bref, toutes les organisations de gauche qui depuis septembre, mènent une politique contraire à celle du parti socialiste, contraire à l’esprit de classe, contraire au véritable internationalisme prolétarien. »

Sur ce point les remarques du journal rejoignent celles du communiste Bruhat cité plus haut. Cela illustre qu’il n’est pas facile de caractériser avec précision le camp de la paix à la veille de la Seconde guerre mondiale. La commémoration du 25e anniversaire de la mort de Jaurès est cependant l’occasion de voir plus précisément les composantes, les divisions et les tensions de cet ensemble. Mais si ce portrait esquissé ici concerne essentiellement des organisations parisiennes, il est important maintenant de voir comme cet hommage se déroule localement, en prenant l’exemple de la Bretagne

Le 25e anniversaire de la mort de Jaurès en Bretagne

Pour le moment, je n’ai en réalité que peu d’éléments à ce sujet. La presse militante contient bien davantage d’informations sur la célébration du 150e anniversaire de 1789 et, de plus, les publications militantes paraissent moins régulièrement au mois d’août. Deux articles sont toutefois en lien avec Jaurès. Le Breton socialiste, le journal de la fédération du Finistère, comme chaque année à la même période, rend hommage en Une au leader assassiné. C’est un rappel très conventionnel, avec une lettre d’Anatole France, le poème d’Anna de Noailles sur « La mort de Jaurès » et deux textes, l’un concernant Jaurès, l’autre Guesde pour former un double hommage comme il est de coutume depuis plusieurs années à la Sfio. La seule allusion au débat sur le pacifisme pourrait être un ensemble de citations de Léon Blum, mais celles-ci sont choisies comme si on avait voulu contenter tous les côtés. Le second article provient de l’hebdomadaire de la fédération d’Ille-et-Vilaine l’Aurore socialiste dans son numéro du 29 juillet 1939. On peut y lire un grand article, «Le socialisme de Jaurès » qui a été écrit par Guy Lemonnier. Professeur de lettres à Brest, et membre actif de la section socialiste de cette ville, Lemonnier a toutefois gardé des liens avec les socialistes de Rennes, où il avait fait ses études. C’est en outre un partisan du courant Redressement au sein de la Sfio, c’est-à-dire la tendance qui regroupe des pacifistes intégraux. Lemonnier a, à de multiples reprises, évoqué la figure de Jaurès dans ses nombreux articles. Dans son écrit paru le 29 juillet 1939, il évoque l’ensemble du parcours du leader socialiste, en regrettant que de nombreux militants ne connaissent plus la pensée et l’action du grand tribun. Pour lui, dans ce moment de crise que traverse la Sfio, il est au contraire important de se pencher sur l’héritage jaurésien :

« Le socialisme aujourd’hui meurtri, mutilé et comme privé de son âme ne sent-il pas que rien pour lui n’est plus nécessaire qu’un retour à Jaurès ? »[10]

Mais, contrairement aux autres articles que Lemonnier écrit à la même période, il ne mentionne pas véritablement les enjeux de la paix et du pacifisme. Ce qu’il souhaite, et c’est une thématique que l’on retrouve dans de nombreux écrits militants à l’époque, c’est s’inspirer de Jaurès afin de refonder le socialisme. Pour lui, c’est en effet le guide le plus précieux. Guy Lemonnier continue dans les mois et les années qui suivent, après la défaite française de 1940, à valoriser l’héritage de Jaurès au nom de la primauté de la paix. Il le fait non plus au sein de la Sfio mais dans le cadre du parti collaborateur de Marcel Déat, le RNP, Rassemblement national-populaire qu’il essaye d’implanter en Bretagne. Ce parcours illustre la difficulté qu’il y a à étudier le pacifisme au sein du mouvement socialiste à la fin des années 30, car on a l’impression que de nombreux itinéraires ont évolué d’une manière inattendue et imprévisible. C’est pourquoi, il me semble important de tenter d’y revenir dans les billets suivants, afin d’essayer d’apporter quelques jalons à une meilleure compréhension de ce phénomène, étudié avant tout dans un cadre localisé, selon des principes proches de la micro-histoire.

Le prochain billet évoquera les travaux de l’historien Norman Ingram sur le pacifisme et sur l’histoire de la Ligue des droits de l’homme.


[1] Voir à ce sujet le livre de Vincent Duclert, Jaurès. La politique et la légende, Paris ,  Autrement, coll. « Vies parallèles », 2013
[2] Jean Bruhat, « À propos du 25e anniversaire de la mort de Jaurès », Les Cahiers du bolchevisme, n°8, août 1939, p. 1119-1147 ; citation p.1138-1139
[3] Voir à ce sujet, Jean Jaurès, Il faut sauver les Arméniens, édition établie et présentée par Vincent Duclert, Paris, éditions Mille et une nuits, 2006.
[4] Jean Bruhat, op.cit., p.1140.
[5] Ma principale source d’information sur ce point provient des articles du journal Le Populaire, des 30 et 31 juillet 1939.
[6] Si l’histoire du mouvement des anciens combattants est bien connue grâce aux travaux d’Antoine Prost, la connaissance des organisations locales en Bretagne, surtout celles qui sont en lien avec les socialistes, est encore mal connue. J’essaye dans ma thèse d’apporter quelques pistes dans ce domaine.
[7] Philippe Burrin, La Dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery, Paris, Seuil, coll.  « Points histoire », 2003.
[8] Je reviendrai dans un prochain billet sur l’ensemble de l’équipe d’Agir et ses positionnements à la veille de la Seconde Guerre mondiale.
[9] « Au Panthéon, deux cortèges » Agir pour la paix, pour le socialisme, n°12, août 1939. Ce numéro est le dernier de la revue qui décide d’arrêter sa publication pour ne pas être un facteur supplémentaire de division au sein de la Sfio.
[10] Guy Lemonnier, «Le socialisme de Jaurès », L’Aurore socialiste, 29 juillet 1939.

L’action par le cinéma : Brest, mars 1913

Même si en apparence je m’éloigne avec ce nouveau billet de mon projet évoqué précédemment portant sur l’étude de militants ouvriers inscrits au carnet B, je voudrais aussi aborder la question de l’utilisation du cinéma comme outil de propagande. Lorsque que l’on étudie cette question, on tombe obligatoirement sur quelques travaux de recherche concernant le groupe du Cinéma du Peuple, créé dans la seconde partie de l’année 1913. Gustave Cauvin en est le principal acteur : anarchiste, militant de l’antialcoolisme, il fréquente les milieux du militantisme ouvrier pour diffuser ses idées par l’intermédiaire de films concernant la question sociale. Si les travaux de recherche le concernant sont relativement nombreux, on a parfois du mal toutefois à suivre son parcours. Dans la genèse du Cinéma du Peuple, il est très fréquemment mentionné l’organisation d’une projection à Brest en 1913. C’est ce qui m’a fait m’intéresser au sujet. Cette séance semble être l’une des premières utilisations du cinéma comme outil de diffusion des idées du mouvement ouvrier. Mais quelques zones d’ombre demeurent et j’aimerais tenter d’apporter quelques éléments nouveaux.

Gustave Cauvin et le Cinéma du Peuple : un parcours historiographique

Logo du cinéma du Peuple, photo DR
Logo du cinéma du Peuple, photo DR

Sauf erreur de ma part, la première étude conséquente sur le Cinéma du Peuple a été écrite par Tangui Perron dans son article « ‘Le Contrepoison est entre vos mains, camarades’. CGT et cinéma au début du siècle » paru dans la revue le Mouvement social[1]. La défiance du mouvement ouvrier vis-à-vis de ce nouveau moyen d’expression est étudiée, ainsi que l’historique du Cinéma du Peuple. On y mentionne en particulier la séance cinématographique qui a lieu à Brest en 1913 : on y projette quelques saynètes comiques, un documentaire ainsi qu’un plus long métrage L’Assommoir tiré de l’œuvre de Zola. Tangui Perron a précisé récemment, avec Nina Almberg, le parcours de Gustave Chauvin avec de nombreux compléments dans l’article « La propagande par le film : les longues marches de Gustave Cauvin [2]». Isabelle Marinone a également abordé la biographique de Cauvin et ses liens avec l’anarchisme dans « Gustave Cauvin, the inventor of educational cinema [3]». On dispose également de mises au point sur son parcours militant comme dans le récent Dictionnaire des anarchistes[4].

On trouve également d’autres évocations de Cauvin dans quelques autres travaux. Toutefois, sauf erreur de ma part, en ce qui concerne la séance de 1913 qui a lieu à Brest, on mentionne simplement le programme sans préciser la date exacte. Surtout, en s’intéressant à son contexte précis, on se rend compte qu’elle a lieu à un moment particulier de l’histoire de la ville.

Deux séances de cinéma ouvrier  pour le prix d’une !

Gustave Cauvin qui destine ses projections aux libertaires, aux socialistes, aux syndicalistes et aux coopérateurs est à Brest à la fin du mois de mars 1913.La séance évoquée a lieu le samedi 29 mars. Si je n’ai pas retrouvé de compte-rendu de cette réunion, son programme complet est donné dans le journal de la fédération socialiste du Finistère le Cri du Peuple en date du 29 mars. La séance doit commencer par une allocution de Gustave Cauvin, puis il y a une représentation des pupilles de la Maison du peuple. Ce groupe est dirigé par le libertaire Victor Pengam et constitue une œuvre éducative pour les enfants des classes ouvrières qui comprend un éveil à la culture et une éducation basée sur des principes pédagogiques novateurs. Plusieurs films sont également au programme : Little Moritz fait du sport, une comédie, Saida bouleverse la force armée, là encore une comédie ; il y en plus trois documentaires et surtout un reportage sur la mobilisation contre la loi des trois ans qui venait d’avoir lieu au Pré Saint Gervais le 16 mars précédent. Enfin L’Assommoir est également projeté devant le public. On précise que les vues sont commentées par Cauvin et Pengam.

Si la programmation ne comporte pas de films réalisés par les militants ouvriers, on peut voir toutefois que les vues sur la manifestation du Pré Saint Gervais sont projetées assez rapidement – une dizaine de jours- après le déroulement du rassemblement.

Il faut également revenir sur la date de la séance : depuis le 22 mars, Brest accueille le congrès national de la SFIO et cela doit durer une semaine. On voit donc que le spectacle est prévu pour clore le congrès. Dans la réalité, cela ne se fera pas puisqu’à la suite de discussions houleuses, le congrès ne dure finalement que trois jours. Mais ce qui est essentiel ici, c’est que la séance de propagande par le film était prévue pour avoir lieu à un moment où les dirigeants socialistes seraient nombreux en ville. La séance se place sous l’égide de la ligue anti-alcoolique, de la jeunesse syndicaliste et de la bourse du travail. Sauf erreur de ma part, cette proximité des deux événements n’a pas été jusqu’à présent soulignée. Surtout ce n’est pas une séance qui est prévue, mais deux ! Là encore le journal de la SFIO nous est précieux, car si on ne trouve pas de compte rendu de la séance du 29 mars, on peut lire un résumé de la séance qui se déroule le mardi 25 mars. C’est la ligue pour le suffrage des femmes qui organise la soirée, sous la présidence du socialiste Francis de Pressensé. Plusieurs milliers de personnes sont présentes et de nombreux dirigeants de la SFIO sont parmi les spectateurs. C’est Cauvin qui a mis en place la programmation : un film contre les méfaits de l’alcool, des vues sur les mobilisations internationales contre la vie chère et contre la guerre. Ces films ont produit selon le journal «  une énorme impression » et c’est Victor Pengam qui a fait les commentaires des images.C’est l’association « L’Avenir cinématographique » qui avait mis à disposition le matériel de projection. Ce groupe, auquel appartient Gustave Cauvin, peut être considéré comme la première étape de la naissance du Cinéma du Peuple.

Extrait du Cri du Peuple, 29 mars 1913
Extrait du Cri du Peuple, 29 mars 1913

Cauvin est également un militant de groupes anti-alcooliques : cinéma et lutte contre l’alcoolisme vont de paire pour lui. Et lors du congrès de la SFIO, on retrouve l’intervention d’un délégué de la Seine : « il faut qu’on précise la question agraire, la question des monopoles et même une autre question qui est celle de l’alcoolisme[5]» Ce délégué qui souhaite que le parti socialiste s’occupe la lutte contre l’alcoolisme s’appelle aussi Cauvin ! Je sais pas pour vous, mais deux Cauvin dans la même ville au même moment, dont l’une des préoccupations est identique, il me semble que l’on peut s’interroger pour savoir s’il ne s’agit pas du même. Le Gustave Cauvin anarchiste d’avant guerre adhère à la SFIO après 1918 selon les études que j’ai pu consultées. Peut-être qu’en réalité dès 1913, il est membre de cette organisation politique, c’est du moins ce que je pense. Mais il faut poursuivre la recherche, su ce point, comme sur de nombreux autres. Je reviendrai dans le prochain billet sur les militants ouvriers Pengam, Trévennec et Le Levé pour étudier leur parcours durant la Grande Guerre.


[1] Tangui Perron  «  ‘Le Contrepoison est entre vos mains, camarades’. CGT et cinéma au début du siècle » Le Mouvement social, n°172, juillet-septembre 1995, p. 21-38.

[2] Nina Almberg, Tangui Perron, « « La propagande par le film : les longues marches de Gustave Cauvin » 1895, n°66, 2012, p. 34-49.

[3] Isabelle Marinone «  Gustave Cauvin, the inventor of educational cinema », Cinéma et Cie, n°11, 2008, p.79-90.

[4]Guillaume Davranche, Rolf Dupuy, Marianne Enckell, Hugues Lenoir, Anthony Lorrry, Claude Pennetier, Anne Steiner, Les anarchistes. Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone, Paris, éditions de l’Atelier, 2014.

[5]   Compte rendu sténographique, 10e Congrès national de la SFIO, Brest, 23-24-25 mars 1913, p.348.

« C’est avec une profonde affliction »

En cherchant une information sur Victor Pengam, un militant ouvrier brestois inscrit au carnet B, en lien avec la série débutée dans le précédent billet, je suis tombé sur cette petite annonce :

« C’est avec une profonde affliction que nous avons appris la mort, à l’âge de 20 ans, du sous-lieutenant Julien Léon, du 23e colonial, tué dans un des derniers combats. Il était le fils de notre sympathique camarade Julien, instituteur, adjudant mobilisé au 68e d’artillerie au front. En cette douloureuse circonstance, la section de Saint-Pierre adresse au militant Julien, à son épouse et à ses enfants, l’expression de ses plus sincères condoléances »

Ce petit article est paru le 23 novembre 1918 dans le Cri du Peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère. Au moment où les militants lisent ces lignes, la Grande Guerre est terminée depuis quelques jours. Pourtant, on apprend encore la mort au combat de certains soldats. Jean Julien, le père du sous-lieutenant, est un instituteur que j’ai plusieurs fois rencontré dans mon parcours de recherche. Jeune enseignant, il a  été en poste à Landerneau. Il a exercé une grande influence sur un de ses élèves, Jean-Louis Rolland – plusieurs fois évoqué dans ce carnet de recherches – qui devient plus tard maire socialiste de cette ville et député du Front populaire. Lui-même fut par la suite un responsable actif de la fédération finistérienne. Il a droit à une notice biographique assez conséquente dans le Maitron, mais celle-ci ne mentionne pas son parcours durant la Première Guerre mondiale. Né en 1874, il est en conséquence relativement âgé durant ces années, mais l’article nous apprend qu’il a toutefois été mobilisé. J’ai repéré depuis sa fiche matricule conservée aux Archives départementales du Finistère. Il doit y avoir également un dossier sur son parcours professionnel qui permettra aussi de reconstituer son engagement durant la guerre. Ce sera la première piste de recherche qu’il faudra suivre. Et puis, il y a surtout ici la mort de son fils, le deuil et le traumatisme que l’on peut imaginer, d’autant que Léon est décédé dans les derniers jours du conflit. En cherchant sur le site Mémoire des hommes, on découvre en effet qu’il est mort le 29 octobre 1918 dans les Ardennes. Né le 15 décembre 1898, il n’a donc pas eu le temps d’avoir 20 ans. Comme pour tout officier, il doit rester un dossier individuel le concernant conservé aujourd’hui au SHD de Vincennes. Ce sera donc la seconde piste de recherche. J’ai déjà  relaté  à quelques reprises  le deuil des soldats morts au combat. Ce fut le cas dans ce billet évoquant les réactions d’Yves Le Febvre lors des funérailles d’un jeune militant socialiste de Morlaix. L’histoire de Jean et Léon Julien a également quelques similitudes avec le cas d’André Durkheim et de son père Émile.

Jean Julien, 1934, DR
Jean Julien, 1934, DR

Dans l’entre-deux-guerres, Jean Julien est un militant important de la SFIO dans la région brestoise. La dernière piste de recherche sera donc de tenter d’étudier la mémoire personnelle de la guerre qu’il a pu exprimer dans son parcours militant. Cette tragédie a laissé des traces, il faudra donc les retrouver. « Alors cette recherche ça avance ? » me demande-t-on parfois avec d’autres mots suspendus comme «Dis, tu en mets du temps…» Peut-être pas assez rapidement, mais oui ça avance.

«Je me crois aussi patriote que vous» l’affaire Ihuel inscrit au carnet B

André Breton est en vacances durant l’été 1914 avec ses parents à Lorient. Lui qui a participé aux grandes manifestations contre la loi des trois ans l’année précédente, déplore l’ambiance exaltée de la mobilisation qu’il voit dans la ville bretonne : il assiste, écrit-il à un de ses amis, «au plus ridicule enthousiasme belliqueux que j’aie connu (déclarations puérilement chauvines, confiance exorbitante en soi-même, marseillaise d’ivrognes, etc.)[1]» On ignore s’il évoque dans sa lettre le départ du 262e régiment de Lorient qui a lieu le 5 août. Selon le quotidien de la ville, le Nouvelliste du Morbihan, ce départ est fêté dans une grande communion patriotique: «Ce fut une scène indescriptible d’enthousiasme délirant. La Marseillaise retentit, et toute cette foule, hommes, femmes, enfants, vieillards, tête nue, répètent en chœur.[2] » Mais si André Breton était présent ce jour-là, il a peut-être vu une scène qui n’a pas dû lui déplaire : au moment où le régiment parcourt les rues de la ville, un événement invraisemblable se déroule. Le quotidien lorientais rapporte les faits :

«  Tout à coup, au moment où toutes les têtes étant découvertes devant le drapeau qui allait tourner l’angle de la rue du Cimetière, régnait un silence relatif, un cri surgit de la foule : « A bas la guerre ! » La stupéfaction est telle que personne ne bouge, quand à nouveau, la même voix s’élève, plus aiguë encore : «  Vive l’Allemagne ! » Cette fois on n’a pas rêvé : Un homme est là, face au drapeau, la tête couverte (lui seul), gesticulant de façon provocatrice. [3]»

L’homme est roué de coups par la foule, puis, le visage ensanglanté, il est sauvé par des gendarmes qui ont accouru ; ils le conduisent au poste de police, escortés par de nombreuses personnes qui manifestent leur colère. Le « sans patrie » est connu des autorités : Jean-Michel Ihuel est depuis 1911, inscrit sur la liste du Carnet B. Dans le département, le préfet a confirmé le 2 août qu’il n’a pas, conformément aux ordres reçus dans la nuit précédente, procédé à l’arrestation des suspects inscrits sur cette liste[4]. En effet, le ministre de l’Intérieur Louis Malvy avait interdit toute arrestation des militants inscrits sur ces listes car il était persuadé de la loyauté des organisations du mouvement ouvrier. L’Union sacrée était en marche et les militants ouvriers, comme tous les autres Français, allaient s’y rallier, peu importe leur antimilitarisme d’avant-guerre. Il aurait peut-être dû toutefois arrêter préventivement ces militants, puisqu’on le voit ici, ces derniers semblent être toujours des individus dangereux. L’ «affaire Ihuel» commence.

Esquisse de portrait d’un inscrit au Carnet B

Jean-Michel Ihuel, ouvrier charpentier à l’arsenal de Lorient, est né en 1881. Il est lié à la Bourse du travail de Lorient qui regroupe des syndicalistes révolutionnaires actifs dans la ville. La plupart d’entre-eux sont les seuls militants qui demeurent en juillet 1914 inscrits au carnet B de ce département[5]. Ihuel est ami avec le secrétaire de la bourse du travail,  Yves Trévennec dont j’aurais l’occasion de parler dans un prochain billet. D’après les rapports de police, cette structure, liée à la CGT, propage des idées révolutionnaires, antimilitaristes et cela explique la surveillance policière mise en place. Ihuel a été accusé en 1907 pour diffusion d’idées révolutionnaires en faisant du colportage de chansons révolutionnaires mais il fut acquitté comme son ami Trévennec. Il est en 1914 correspondant du journal l’Émancipateur de Toulon et écrit également dans la publication de la bourse du travail de Lorient, le Prolétaire du Morbihan[6]. C’est un militant très présent dans les milieux libertaires de Lorient. Ce groupe a été particulièrement actif durant la campagne contre la loi des trois ans, menée conjointement avec la SFIO. Ihuel appartient à un petit groupe de syndicalistes toujours fidèles à l’action directe que revendique pourtant de moins en moins la direction centrale de la CGT avant la Première Guerre mondiale. Si les syndicalistes gardent leur autonomie vis-à-vis des socialistes, on peut voir partout dans le pays que de nombreux militants de la CGT, dans les mois précédents le conflit, adoptent de plus en plus une ligne réformiste qui les éloigne des revendications révolutionnaires. Un tel positionnement a sans aucun doute favorisé l’acceptation de la guerre chez ces militants ouvriers. Mais en ce qui concerne Jean-Michel Ihuel, les différentes indications le concernant semblent corroborer ce que le Nouvelliste du Morbihan a rapporté le 7 août : c’est un « Sans patrie » et pour cette raison, il mérite la prison. Après son arrestation, il passe devant le conseil de guerre maritime le 19 août 1914. Mais les faits qui lui sont reprochés nécessitent de longs compléments d’enquête et le militant ouvrier passe à plusieurs reprises devant le conseil de guerre dans les mois qui suivent, jusqu’en novembre 1914.

Le procès

Si on en croit l’article du 7 août 1914, l’affaire semble être assez simple : Ihuel a proféré des paroles antimilitaristes, il doit en temps de guerre être condamné. Mais son procès dure jusqu’en novembre, avec plusieurs audiences contradictoires. C’est le signe que les crimes qui lui sont reprochés, ne sont pas forcément avérés.

Il est surtout assez difficile pour l’historien d’établir ici les faits avec certitude. En effet, les sources que j’ai à ma disposition sont les comptes rendus d’audience parus dans la presse[7], des rapports de police et quelques documents liés à l’affaire mais postérieurs de plusieurs années aux événements. Il existe sans aucun doute de nombreuses autres traces du procès et d’autres sources disponibles[8], mais on peut toutefois évoquer l’affaire dans ses grandes lignes dès à présent.

 En clair, l’accusé conteste avoir crié contre l’armée française et nie tout au long de son procès avoir dit les slogans antimilitaristes. Les témoins ne sont plus sûrs d’avoir entendu de telles paroles et les autorités militaires semblent avoir des difficultés à établir les faits. Une telle confrontation contradictoire des sources n’est pas sans rappeler les travaux de l’historien Carlo Ginzburg, qui a souvent étudié les correspondances entre le travail du juge et celui de l’historien[9]. Dans ce cas précis, je partirai du principe qu’il est presque impossible de savoir si réellement le militant ouvrier a fait ce qu’on lui reproche. Ce qui m’intéresse davantage, c’est l’étude des arguments des uns et des autres, les liens avec le contexte plus général des premiers jours de la guerre, et plus encore l’intérêt de cette affaire pour comprendre comment des militants ouvriers, antimilitaristes et révolutionnaires avant guerre, se sont finalement ralliés à la guerre contre l’Allemagne.

La première impression que l’on peut avoir lorsque l’on se plonge dans le procès, c’est de considérer qu’il est normal que Jean-Michel Ihuel nie les faits pour éviter la prison. Il a volontairement refusé d’enlever son chapeau alors que tous les présents le faisaient. On peut rapprocher ce fait des idées  des anarchistes toujours tentés par l’action directe et l’opposition à l’ordre établi. Pourtant au fil des semaines, les doutes sont de plus en plus nombreux. Lors de la première audience, les témoins à charge qui affirment que le militant a effectivement crier « Vive l’Allemagne » sont peu nombreux ; d’autres témoins qui étaient juste à côté de l’accusé affirment n’avoir rien entendu ! Les gendarmes et les policiers n’ont eux non plus rien entendu alors qu’ils étaient proches de la scène. La seule chose dont on soit sûr est que l’accusé n’a pas ôté son chapeau comme le reste de la foule en signe de respect pour le drapeau. Il l’explique par le fait qu’il était concentré pour essayer de trouver un cousin qu’il pensait être mobilisé au 262e régiment qui défilait. Le conseil de guerre réuni le 19 août ajourne sa décision en demandant un complément d’enquête. L’accusé a droit à la liberté provisoire et doit revenir en justice quelques semaines plus tard. Ihuel demande un pourvoi en révision au conseil de guerre de Brest qui l’estime pas recevable, et il est donc à nouveau en audience à Lorient le 7 octobre.

On retrouve dans les archives que les autorités maritimes ont mené une enquête poussée sur le militant ouvrier, sur ses proches et sa famille. Mais on voit également que son cas fait l’objet d’examens de plusieurs autres personnes. Il est très lié à Yves Trévennec, le secrétaire de la Bourse du travail de Lorient qui connaît bien Léon Jouhaux, le secrétaire général de la CGT. Le secrétaire de la Bourse est également apprécié du préfet du Morbihan car Trévennec a su être un chef de file responsable des syndicalistes dans des affaires précédentes d’arbitrage. C’est en quelque sorte la caution morale du suspect et il est intervenu pour que Ihuel soit lavé des soupçons contre lui. Au même moment, d’autres affaires similaires ont lieu : ainsi à Brest, un ouvrier accusé d’avoir lui aussi crié des slogans pacifistes est jugé le 4 septembre 1914 et est condamné à un mois de prison. Le procès n’a duré que quelques minutes et le prévenu n’a pas contesté ce qu’on lui reprochait. Pourtant Ihuel de son côté nie toujours.

Le 7 octobre 1907, il est défendu par un avocat de Paris, Maurice Juncker : membre de la SFIO, il a défendu régulièrement des syndicalistes auparavant souvent avec l’aide de l’avocat Pierre Laval. Il assure de plus la direction de la revue Le Droit ouvrier qui est d’une grande aide pour les syndicalistes de la CGT dans tout ce qui concerne le droit social et le droit des militants ouvriers. On peut raisonnablement penser que la venue de cet avocat, pourtant mobilisé à ce moment, montre que la CGT nationale souhaite apporter son secours à l’inculpé. Il faut dire que Léon Jouhaux aide durant la Première Guerre mondiale tous les militants ouvriers qui sont inquiétés par les autorités. C’est un recours qui a du poids, d’autant qu’il s’est rallié à la défense du pays et à l’Union sacrée. Le jour de l’audience, il n’y a plus de témoin qui a entendu directement l’accusé crier des slogans pacifistes et l’interrogatoire montre la difficulté qu’il y a à établir la vérité :

« M.Yves Trévennec, secrétaire général de la Bourse du travail, connaît intimement le prévenu. Celui-ci lui a exprimé, bien avant l’incident son indignation contre les Allemands, qui avaient violé la neutralité de la Belgique. Il estime qu’il y a eu machination pour perdre Ihuel. D’ailleurs, à la Bourse du Travail, en raison des agissements des ennemis, tous les camarades se sont montrés patriotes et ont même créé une caisse de secours pour les blessés ou leurs familles. [10]»

Il est condamné pour avoir proféré des injures contre l’armée à 45 jours de prison malgré une longue plaidoirie de Maître Juncker qui a montré les insuffisances de l’accusation. Ihuel se pourvoie en cassation contre le jugement sur les conseils de son avocat, qui  mobilisé comme sergent de la territoriale et affecté à Hennebont ne peut plus ensuite le défendre. La dernière audience a lieu le 5 novembre 1914 : mais l’ouvrier n’a pas d’avocat, le conseil de guerre ne souhaite pas à nouveau ajourner la décision et désigne assez étonnamment comme défenseur le gendarme qui était chargé du service d’ordre dans la salle ! On réinterroge l’accusé :

« -Vous n’avez pas pu vous montrer patriote en restant couvert devant le drapeau.

– Il y a plusieurs façons de comprendre le patriotisme et je me crois aussi patriote que vous.

– Vous avez dit n’avoir pas vu le drapeau. Si vous l’aviez vu, l’auriez-vous salué ?

– Je pense que oui. Je ne fuis aucune responsabilité. Si j’avais crié, je vous le dirai.[11] « 

Jean-Michel Ihuel est condamné cette fois-ci à 30 jours de prison et il a épuisé tous ces recours. L’accusation insiste davantage sur le fait qu’il ne se soit pas découvert devant le drapeau que sur les injures contre l’armée, dont plus personne n’est sûre qu’elles aient été finalement prononcées.

Après avoir purgé sa peine à la prison maritime de Brest, Ihuel revient à Lorient. Le journal de la bourse du travail publie un seul numéro durant la guerre en janvier 1915, soit quelques jours après sa libération. Le syndicaliste a voulu y publier une lettre de remerciement à ses soutiens mais la lettre est censurée : on ne trouve finalement qu’un petit encart pour signaler cela. Le militant ouvrier était alors en âge de combattre mais je ne sais pas s’il a été mobilisé. On perd sa trace durant les années de la guerre.

 Le mouvement ouvrier en guerre

Une du Prolétaire breton, janvier 1915
Une du Prolétaire breton, janvier 1915

Les enseignements que l’on peut tirer cette affaire Ihuel sont assez nombreux : l’accusé tout d’abord ne cherche pas à cacher son passé de syndicaliste antimilitariste et affirme qu’il pouvait très bien agir de cette façon en temps de paix s’il respectait les lois. Il explique également ses sentiments concernant les premiers jours de la guerre. Pour lui, c’est une guerre défensive contre l’Allemagne. Ce pays a envahi la Belgique qui était un pays neutre et plusieurs exécutions de Français dans les premiers jours du conflit ont servi de révélateur. Selon Ihuel, ces crimes allemands expliquent son ralliement à l’Union sacrée et à la défense nationale. On retrouve à de nombreuses reprises de telles justifications parmi les militants ouvriers et socialistes au même moment : les « atrocités allemandes », vraies ou fausses, ont un fort impact sur l’opinion publique[12]. Il faut donc revenir sur les conséquences de ces événements, dont certains se sont révélés plus tard inexacts, pour comprendre pourquoi les militants ouvriers se rallient aussi facilement à la défense de la patrie. On devine également toutes les tractations entre les autorités civiles, les autorités militaires et les représentants de la CGT dans le déroulement de l’affaire. Si l’armée souhaite condamner rapidement les inculpés, les autorités civiles et la CGT ,agissant comme un groupe de pression, ont une action de contrôle dont on peut voir l’action durant toute la guerre. Les nombreuses doléances, conservées aujourd’hui et adressées à Léon Jouhaux, aux ministres socialistes du gouvernement comme Albert Thomas, ou à l’échelle locale au seul député socialiste de Bretagne, Emile Goude, sont des révélateurs des évolutions du comportement des militants durant le conflit. Leur analyse raconte l’adhésion à la défense nationale, la difficulté à agir à la fois en tant que militant et en tant que soldat, mais aussi la défiance des autorités militaires et les illusions perdues devant la longue durée de la guerre. C’est pourquoi j’aborderai dans le prochain billet le parcours de deux militants ouvriers, inscrits au carnet B mais qui à la différence de J.M.IHuel, ont  participé avec certitude aux combats de la Grande Guerre. Il s’agit d’Yves Trévennec, déjà évoqué ici, et de Victor Pengam, militant syndicaliste révolutionnaire de Brest.

Mais il faut revenir pour terminer ce billet à Jean-Michel Ihuel. Il laisse ensuite peu de traces dans les archives même s’il est toujours surveillé par les autorités militaires. J’ai retrouvé presque par hasard sa trace en 1921.L’ « ombre de l’ombre » peut-être? Lors d’une réunion à Lorient, devant 1000 personnes, il est désigné pour être le président de séance[13]. La réunion donne lieu à un affrontement entre socialistes et communistes et elle se termine dans la confusion. Ihuel regrette les divisions entre les deux partis mais s’affirmant anarchiste, il  ne veut pas prendre parti dans cette querelle. Toujours un peu marge.


[1] André Breton à Théodore Fraenkel, début août 1914, cité in Marguerite Bonnet, André Breton. Naissance de l’aventure surréaliste, Paris, édition José Corti, 1988,  p.45.

[2] Le Nouvelliste du Morbihan, 7 août 1914. Ce journal est consultable en ligne sur le site des archvies départementales de Lorient.

[3] Le Nouvelliste du Morbihan, 7août 1914.

[4] Jean-Jacques Becker, Le carnet B. Les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Paris, éditions Klincksieck, 1973

[5] Archives Départementales du Morbihan, M1773 et M4553.

[6] Ce journal est consultable en ligne sur le site des Archives départementales du Morbihan.

[7] C’est avant tout le Nouvelliste du Morbihan qui évoque le procès, les autres titres de la presse régionale ne l’évoque pas.

[8] Ihuel est également mentionné dans les rapports de surveillance de l’armée que l’on peut consulter au SHD de Vincennes, voir par exemple les séries 16N 1546-1548 : propagande défaitiste ou révolutionnaire, surveillance des militaires suspects de propagande pacifiste ou antimilitariste.

[9] Voir par exemple Carlo Ginzbug, Le Juge et l’Historien, Lagrasse, Verdier, 1997 et Le Fil et les traces. Vrai faux fictif, Lagrasse, Verdier histoire, 2010.

[10] Le Nouvelliste du Morbihan, 7 octobre 1914.

[11] Le Nouvelliste du Morbihan, 5 novembre 1914.

[12] John Horne et Alan Kramer, 1914.Les atrocités allemandes. La vérité sur les crimes de guerre en France et en Belgique, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2011.

[13] Archives Départementales du Morbihan, M 1762, PS-SFIO, 1911-1939, rapport du commissaire de police de Lorient au préfet, 5 juin 1921.

«Front fuyant, yeux châtains, nez moyen» : le carnet B du Morbihan en 1914

En août 1914, l’ensemble du mouvement ouvrier en France, aussi bien les militants politiques que les syndicalistes, adhèrent à l’Union sacrée pour défendre le territoire contre l’Allemagne que l’on identifie alors sans nuance à l’agresseur. Ce ralliement entraîne l’annulation des mesures de répression qui avaient été envisagées contre les militants ouvriers. Ces derniers avaient été identifiés et fichés depuis quelques années dans un document que l’on retrouve dans chaque département : le fameux carnet B, qui reste en fonction dans l’entre-deux-guerres, donne le signalement de tous les individus que l’on considère comme dangereux en cas de mobilisation. Avant 1914, ce sont avant tout les pacifistes et les antimilitaristes que l’on répertorie ainsi dans ce document et les autorités préfectorales le mettent à jour avec sérieux. Il n’est toutefois pas aisé de caractériser ce qui peut a priori faire que l’on considère tel ou tel militant comme dangereux en temps de guerre. Ce sont avant tout les anarchistes qui sont scrupuleusement indiqués dans ces registres, mais on y trouve également bon nombre de militants socialistes, des syndicalistes ou d’autres personnes actives dans ces milieux comme les habitués des bourses du travail. Les départements du Finistère et du Morbihan, à cause de la présence militaire à Brest et à Lorient, sont des territoires où les autorités accordent une grande importance au fichage des personnes suspectes.

L’historien Jean-Jacques Becker a été le premier à étudier ce sujet, en particulier en menant une étude poussée du carnet B dans le Finistère[1]. Par ailleurs, selon ses calculs et avec l’aide des archives départementales, il avait établi une liste de 17 départements dans lesquels on avait gardé des archives sur ce fichage des militants. Outre le Finistère, le département des Côtes d’Armor dispose d’une documentation sur le carnet, mais il ne reste aucune trace dans l’Ille-et-Vilaine. Quant au Morbihan, l’historien précisait alors :

« Dans 6 départements, les dossiers ont été détruits, au moment de l’approche des Allemands en 1914 ou en 1940, ou accidentellement : Aisne, Ardennes, Loiret, Morbihan, Nord, Seine-et-Marne. [2]»

Mais au moment où Becker mène sa recherche, il y a dans les archives de nombreux documents qui ne sont pas classés. Contrairement à ce que l’on pensait à l’époque, on dispose aujourd’hui d’une liasse dans le Morbihan qui se révèle contenir ce fameux carnet B pour la période de la Grande Guerre[3].

Je souhaite donc, dans une série de billets à venir, m’arrêter plus longuement sur le fichage des suspects en Bretagne au moment de la déclaration de guerre : qui sont les militants mentionnés ? Quel est le motif de leur inscription ? Sont-ils anarchistes, socialistes, ou syndicalistes ? Voici quelques questions que j’essayerai de traiter dans les billets suivants. Cela permettra d’apporter des éléments de réponse à l’adhésion ou non des militants ouvriers  à l’Union sacrée.

les délégués au 1er congrès des jeunesses syndicalistes de l'Ouest, 1912. (photo DR)
les délégués au 1er congrès des jeunesses syndicalistes de l’Ouest, 1912. (photo DR)

 En ce qui concerne le carnet B du Morbihan, le document que l’on peut consulter semble dater de 1911. Il y a 35 noms indiqués, et beaucoup viennent de Lorient. Pourtant, on peut également trouver des traces antérieures d’autres types de fichage. Ainsi, en 1909 un socialiste, Jean-Marie Baco est listé comme suspect : « C’est un personnage très remuant qui fait beaucoup parler de lui.[4]»

Pourtant dans le document de 1911, il n’apparaît plus dans la liste, ce qui indique sans doute que les militants de la SFIO sont moins perçus comme dangereux à ce moment-là. Mais ce n’est pas tout, on dispose aussi d’une précieuse mise à jour datant du 28 juillet 1914 : onze noms sont inscrits, mais un est à nouveau barré. A cette liste bien plus courte, deux noms ont été ensuite rajoutés. Il ne reste donc plus que douze suspects inscrits au carnet B avant le déclenchement du conflit. Parmi eux, un charpentier de l’arsenal de Lorient : Jean Michel Ihuel qui sera le sujet du prochain billet.


[1] Jean-Jacques Becker, Le carnet B. Les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Paris, éditions Klincksieck, 1973.

[2] Jean-Jacques Becker, op.cit., p.208.

[3] Archives Départementales du Morbihan, M1773 : personnages suspects, guerre 14-18.

[4] Fiche signalétique de Jean-Marie Baco, 1909, AD Morbihan, M1773.

Du bruit dans Landerneau autour du monument aux morts (11 novembre 1929)

La période autour du 11 novembre revêt un caractère un peu particulier lorsque l’on mène un travail de recherche portant sur la Première Guerre mondiale. C’est encore plus vrai cette année, où les cérémonies rappelant l’armistice participent à l’ouverture officielle de la commémoration de 14-18. Mais c’est encore le cas avec les troubles qui ont eu lieu lors de la cérémonie à l’Arc de Triomphe de ce matin. Plutôt que de s’attarder sur la signification de ces perturbations fomentées par quelques franges extrémistes de mouvements hostiles au gouvernement actuel, il paraît plus utile de rappeler que les cérémonies du 11 novembre n’ont pas toujours été unanimes et n’ont pas toujours fait l’objet de cette union républicaine qui malheureusement semble faire défaut parfois en France. Ainsi dans l’entre-deux-guerres, il n’est pas rare de voir des commémorations locales de la fin de la Grande Guerre particulièrement agitées.

Du bruit dans Landerneau

Ce fut le cas à Landerneau le 11 novembre 1929. Le nouveau maire fraichement élu, Jean-Louis Rolland, militant de la SFIO,  doit présider aux cérémonies officielles de sa commune. Les opposants au maire socialiste font tout depuis leur défaite pour décrédibiliser J.L. Rolland en lui organisant une série de procès en légitimité à tous les rassemblements officiels. Le maire avait ainsi annoncé quelques jours auparavant qu’il refusait que la musique du patronage catholique de la ville ouvre le défilé comme cela se faisait du temps où la droite était aux commandes de la ville. Cela avait été décidé au nom du respect de la laïcité. Même si cette décision avait suscité quelques remous, le directeur de ce patronage avait donné son accord, mais le jour même, la situation devient plus confuse. Finalement, passant outre la décision officielle, le patronage catholique prend la tête du défilé, avec des conseilles de droite bien visibles et des religieux. Parmi eux on peut voir également des anciens combattants de l’UNC.

Mis devant le fait accompli, J.L.Rolland réagit en essayant de faire appel à la police  mais il a également le souci de mener à bien le défilé aux monuments aux morts. Là, de nouveaux incidents éclatent : le maire dans son discours «  déplore que cette journée de deuil et de recueillement ait été troublée par le bruit d’une fanfare »[1]. C’est l’occasion pour certains extrémistes de droite d’insulter le nouveau maire socialiste : «  Hou, hou, ta gueule ! Ta gueule ! Ferme ça » hurle-t-on selon le rapport du commissaire de police. Comme il s’agit du 11 novembre, les partisans du maire ne réagissent que peu et attendent avec impatience la fin de la cérémonie, mais les adversaires montrent quant à eux qu’ils souhaitent en venir aux mains.

Cet épisode de la vie locale me semble avoir plusieurs significations qu’il est intéressant d’aborder aujourd’hui, en faisant peut-être aussi apparaître quelques éléments de concordance des temps comme pourrait le dire l’historien Jean-Noël Jeanneney.

Une vie politique locale « brutalisée » ?

Ce qui frappe tout d’abord, c’est le choix de ce jour de recueillement pour faire une manifestation d’hostilité. Cela montre que pour les opposants à J.L.Rolland, celui-ci n’a pas la légitimité nécessaire. La droite landernéenne n’accepte pas, en effet, la défaite aux municipales et n’a de cesse de critiquer le nouvel élu. Selon la presse locale de la droite catholique, c’est d’ailleurs lui qui est « sectaire », contre l’Union sacrée ; il a même un comportement de tyran selon eux ![2] Mais surtout, J.L.Rolland est un socialiste – un ancien communiste qui plus est – et il apparaît que pour eux, un socialiste ne peut pas être maire de Landerneau. Rolland, de son côté, met en avant son expérience d’ancien combattant face aux manifestants hostiles et se place dans la stricte légalité. Mais puisqu’il fait appel aux forces de l’ordre, il est vu comme un tyran par la droite réactionnaire.

A moyen terme, cette manifestation illustre le début d’une mobilisation collective de la droite réactionnaire et catholique dans toute la région. Landerneau connaît en effet d’autres troubles organisés par ces opposants, qui ont pour chef de file le leader des Croix de Feu, de plus en plus influent, le commandant Leclerc. C’est en ça également que les échauffourées du 11 novembre 1929 sont importantes à analyser. Durant toutes les années Trente, on assiste à une série de mobilisations de la droite de plus en plus sensible à l’emploi de la pression physique et de la violence : catholiques, réactionnaires, militants paysans et partisans de l’extrême droite se rassemblent pour lutter contre la gauche qui en plus nationalement accède au pouvoir en 1936. Derrière le raout du 11 novembre 1929, il y a selon le commissaire de police  le Croix de feu Leclerc qui devient l’ennemi personnel de J.L.Rolland et cela pour de nombreuses années.

De mon côté, ce sont davantage les réactions des socialistes face à cette droite réactionnaire qui m’intéressent. Mais il est évident que pour bien étudier les ripostes de la SFIO face à la droite, il est nécessaire de bien connaître ces mobilisations menées par Leclerc et ses partisans. Plusieurs études historiques me sont utiles sur ce point, comme le livre de David Benssoussan, Combats pour une droite catholique et rurale[3]. Toutefois en ce qui concerne l’étude de l’utilisation de la violence dans l’affrontement droite-gauche dans les années Trente en Bretagne, cette étude, si précieuse par ailleurs, ne me semble pas fournir les  données suffisantes. Peut-être faut-il sur ce point aller lire l’historiographie anglo-saxonne sur les droites françaises dans les années Trente qui ose davantage remettre en perspective l’anti-républicanisme de ce courant et sa sensibilité aux idéologies d’extrême droite, voire même son adhésion au fascisme. Nombreux en effet sont les manifestants hostiles à J.L.Rolland ce 11 novembre 1929 qui se retrouvent aux commandes de la ville durant l’Occupation allemande, toujours sous la houlette du commandant Leclerc. Une telle continuité mérite d’être soulignée même si elle n’a pas un caractère automatique, tout comme on peut penser que les manifestants d’aujourd’hui s’avancent à grand pas vers une conception de la politique ne respectant plus le consensus démocratique et républicain. En tout cas  aujourd’hui pour reprendre les mots du maire socialiste de Landerneau en 1929, « deuil et recueillement» n’ont malheureusement pas été respectés.


[1]  Archives départementales du Finistère, 1M87, rapport de police du 11 novembre 1929.

[2] L’événement est rapporté par toute la presse locale, que l’on peut consulter en ligne sur le site des Archives du Finistère.

[3] D.Benssoussan, Combats pour une droite catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006.

Les Bonnets rouges, le socialisme et la Bretagne: Histoire et mémoire (1900-1940)

 

Aujourd’hui, dimanche 27 octobre 2013, on peut lire en Une du Télégramme de Brest, un gros titre « La révolte des bonnets rouges ». Relatant la manifestation organisée à Pont de Buis dans le Finistère contre l’écotaxe par des paysans bretons et leurs soutiens, le journal se focalise ainsi sur un élément visible par tous de cette action de colère : les manifestants portaient tous un bonnet rouge, en mémoire de la révolte des Bonnets rouges de 1675, façon de  revendiquer une mémoire longue des mouvements collectifs contre l’impôt et d’intéresser par là-même les médias. L’observateur ne peut qu’être étonné pour cette forme d’action : le bonnet rouge, facilement assimilable en plus au bonnet phrygien, pourrait objectivement être perçu comme un symbole du peuple de gauche et non pas a priori  comme celui d’un mouvement hostile à une nouvelle taxe mise en place par un gouvernement socialiste. C’est sans doute que ce qui peut rassembler les deux mouvements de colère est une animosité  vis-à-vis du reste de la France et d’un gouvernement jugé trop centralisé. Ce type d’action serait alors destiné à montrer l’existence d’une « identité » bretonne en lutte contre une forme d’ « impérialisme» de l’Etat, unifiant les partisans de celle-ci, les opposants à un supposé « matraquage fiscal » du gouvernement actuel et d’autres personnes sensibles à la seule vue d’un bonnet de couleur rouge, couleur symbolique s’il en est d’un mouvement social populaire de gauche. Le tout sur fond de nombreux plans sociaux en cours dans la région.

Pourtant, il me semble nécessaire d’aller bien plus loin dans l’analyse en ne ciblant cependant qu’un aspect peut-être marginal : comment cette mémoire des Bonnets rouges a-t-elle été entretenue par la gauche bretonne dans la première partie du XXème siècle ? Ce sera mon interrogation de départ. Celle-ci s’ancre dans un questionnement bien plus large sur les pratiques militantes du milieu partisan socialiste dans ces années et sur l’étude d‘un imaginaire social et d’une mémoire collective des militants de la SFIO en Bretagne. Au final du coup, l’actualité n’est qu’un prétexte pour poursuivre la recherche et peu importe ce que je pense de la situation. L’événement actuel aiguise ma curiosité, mais ce qui prime, c’est une analyse historique.

La révolte de 1675

La révolte des Bonnets rouges de 1675 est un épisode de l’Ancien régime fréquemment étudié en histoire moderne. Au départ, on trouve une réaction hostile et violente à l’instauration d’une nouvelle taxe voulue par le pouvoir royal. Mais cette révolte du papier timbré est avant tout urbaine et dans les campagnes du Centre-Bretagne, un mouvement concomitant se déroule, les paysans se mobilisant non seulement contre les nouveaux impôts mais aussi contre les abus des seigneurs. Ceux qui portent un bonnet rouge comme signe distinctif entrent en lutte contre une oppression fiscale lointaine mais aussi toute proche. Quelques meneurs, comme Sébastien Le Balp, font de cette révolte un mouvement collectif assez bien organisé. Une répression sévère est rapidement mise en place par le pouvoir central et laisse des traces nombreuses dans les traditions orales dans cette région. Un très bon résumé de l’histoire de cette révolte est visible dans ce documentaire réalisé sous la houlette de l’historien Alain Croix . Plusieurs études historiques sont également disponibles comme le livre d’Yvon Garlan et de Claude Nières , Les révoltes bretonnes de 1675.Papier timbré et bonnets rouges ( Paris, éditions sociales, 1975) dont l’analyse est influencée par le courant dominant du marxisme à l’époque de la rédaction de l’ouvrage. Car cette révolte de 1675 a été également l’objet d’un débat historiographique important, j’y reviendrai tout à l’heure.

En ce qui concerne la mémoire de cette révolte des Bonnets rouges, quelques études comme celle d’Alain Croix[1], ou plus récemment celle de Gauthier Aubert , donnent de précieux jalons pour comprendre comment cet évènement a pu laisser des traces dans la mémoire collective jusqu’à nos jours.

De mon côté, je voudrais apporter quelques réponses à deux questions complémentaires liées à mon objet d’étude : est-ce que d’une part l’histoire des Bonnets rouges a servi lors des mobilisations collectives des socialistes entre 1900 et 1940 ? La SFIO a-t-elle eu, d’autre part, un discours historique ou engagé à propos de cette révolte bretonne de 1675 ?

 Historiens socialistes et  Bonnets rouges

La seconde question oblige tout d’abord à considérer le rôle possible des historiens socialistes. Il se trouve que la fédération de l’Ille-et-Vilaine a durant cette période deux historiens spécialistes de la période moderne, Henri Sée[2] et Armand Rébillon. Tous deux professeurs à l’université de Rennes, ils ont milité au sein de la SFIO dans les suites de l’affaire Dreyfus dès le début du XXème siècle. Historiens reconnus, ils ont aussi participé activement à l’implantation du socialisme en Bretagne pour Henri Sée jusqu’à sa mort en 1936 et pour Rébillon encore après la Seconde Guerre mondiale. Surtout, leurs études historiques ont porté sur l’histoire économique et sociale de la région à l’époque moderne. Historiens engagés, ils écrivaient régulièrement dans la presse militante et parfois sur leurs propres sujets de recherche. Pourtant, sous réserve d’une étude plus exhaustive, on ne trouve pas sous leur plume de référence aux Bonnets rouges. Henri Sée par exemple signe une étude sur « Le socialisme et les paysans » en trois articles, du 22 août au 10 septembre 1922 dans le journal de la fédération socialiste des Côtes du Nord L’éveil breton mais il ne mentionne pas la révolte de 1675. Armand Rébillon, de son côté, fait plusieurs conférences sur la Révolution russe et ses antécédents historiques, ou encore sur l’histoire de la paysannerie, mais là encore il ne mentionne pas l’exemple des Bonnets rouges. Mais les deux historiens évoquent cette révolte dans leurs travaux historiques comme Henri Sée dans son étude Les classes rurales en Bretagne du XVIème à la révolution [3]parue en 1906, où il explique que les paysans pris dans cette révolte ont conscience de leur classe et de leurs intérêts collectifs. Si le discours intellectuel sur la révolte des Bonnets rouges ne semble pas être utilisé comme une arme politique au sein de la SFIO en Bretagne, on peut être tenté d’explorer plus en avant la question afin de savoir si lors de mobilisations collectives, l’exemple de la révolution de 1675 est utilisé. Là encore, force est de constater que ce n’est guère le cas. La seule mention que j’ai retrouvée pour le moment est associée à une contremanifestation organisée par le parti socialiste en septembre 1933.

Des Bonnets rouges de 1933 ?

 A cette date, l’Action française souhaite organiser un rassemblement à Saint-Goazec dans le centre-Bretagne. La SFIO du Finistère organise la riposte et mentionne la mémoire des Bonnets rouges à cette occasion :

« Face aux Camelots du Roy

Notre appel a été entendu. D’excellentes nouvelles nous parviennent de tous les points du département et même des Côtes du Nord et du Morbihan. Du Nord comme du Sud, du Trégorrois avancé, de la Montagne rouge comme de la Cornouaille d’avant-garde, tous se préparent à venir contre-manifester (…) Les paysans de Cléden, de Laz, de Landeleau, de Kergloff, de Saint-Hernin, dignes descendants des bonnets rouges ».[4]

Mais c’est la seule évocation de la révolte de 1675, même si les contre-manifestants utilisent tout un vocabulaire contre les royalistes qui peut se rattacher à l’hostilité que manifestaient les bonnets rouges vis-à-vis du pouvoir royal. On trouve même des pratiques similaires au XVIIe siècle puisque lors de la manifestation de 1933 une effigie de Jean III, le duc de Guise, qui est à l’époque le prétendant au trône allié de l’Action française, est exhibée puis brûlée. Des pratiques collectives identiques pouvaient exister à l’époque moderne lors des révoltes paysannes dirigées contre le roi. Le journal national de la SFIO, Le Populaire, insiste encore davantage sur la mémoire des Bonnets rouges à propos de cet épisode.

Ainsi dans l’édition du 1er septembre 1933, on précise qu’il faut réagir à la présence de l’Action française :

« Nos amis demandent aux forces antifascistes de se dresser résolument contre la réaction, contre le bellicisme fauteur de guerre. Ils font appel aux descendants de ces Bretons, de ces « bonnets rouges » qui, bien avant la Révolution osèrent se dresser contre l’absolutisme royal et furent massacrés sans pitié. »[5]

Cette évocation de la mémoire des Bonnets rouges est toutefois la seule que j’ai retrouvée jusqu’à présent et cela montre que c’est plutôt parce que la mobilisation a lieu près du lieu d’origine de la révolte de 1675 que cet exemple est ici rappelé, pas forcément parce que c’était un exemple à suivre. Sans doute, aussi faut-il rappeler qu’à la même période, le mouvement nationaliste breton utilisait cet exemple mais dans un tout autre but : il s’agissait alors de rappeler la volonté autonomiste que les Bretons avaient selon eux en mémoire. Cela peut sans doute expliquer pourquoi les socialistes n’évoquent qu’avec parcimonie cet exemple de mobilisation collective. Pourtant, comme je le rappelle au début de ce billet, la révolte de 1675 devient aussi un enjeu historiographique. Ainsi l’historien soviétique Boris Porchnev publie quelques temps après en 1940 son étude sur « Les buts et les revendications des paysans lors de la révolte bretonne de 1675 » inscrivant les Bonnets rouges dans une analyse marxiste qui allait entraîner un débat historiographique après 1945. Au-delà, la révolte de 1675 sera à nouveau évoquée au sein de la gauche autonomiste à partir de la fin des années 60 comme un épisode précurseur et à valeur d’exemple.

De mon côté, ces quelques indications m’incitent surtout à utiliser plus en avant les recherches de l’historien H. Roderick Kedward qui travaillant sur l’histoire de la Résistance en France a cherché ,selon une approche d’anthropologie historique, à comprendre comme la Résistance s’inscrivait dans des continuités avec d’autres contestations collectives des siècles antérieurs. C’est pourquoi cette action collective actuelle que l’on connaît en Bretagne m’aide également de me plonger dans l’imaginaire social des socialistes bretons avant 1940. Dans le prochain billet, retour à Pierre Guéguin.


[1] Alain Croix «  La révolte des bonnets rouges, de l’histoire à la mémoire » revue Ar Men, nov-déc. 2002

[2] Sur Henri Sée, voir l’article «  nécrologie et bibliographie des travaux de Henri Sée » écrit par Armand Rébillon à la suite de son décès dans les Annales de Bretagne, 1936, p2-33 consultable en ligne.

[3] Henri Sée, Les classes rurales en Bretagne du XVIème siècle à la Révolution, Paris, Giard et Brière, 1906, consultable en ligne.

[4] Le Breton socialiste, 2 septembre 1933.

[5] Le Populaire, 1er septembre 1933.

«L’effondrement de notre rêve» : les frères Bougot au combat

Chercher à reconstituer le parcours militaire de militants socialistes durant la Grande Guerre oblige à partir à la recherche de traces souvent peu visibles. Car il y  avant tout un problème de sources pour faire l’histoire de ces hommes  partis combattre souvent à contre cœur. J’utilise pour tenter d’avancer dans la recherche sur ce domaine des archives qui permettent toutefois de dresser un portrait collectif de plus en plus affiné. Des dossiers d’officiers conservés au SHD de Vincennes aux correspondances disponibles dans différents dépôts, en passant par d’autres archives privées ou des articles de la presse ancienne, on peut avec le matériel disponible avancer dans la connaissance de ces soldats. Une telle approche est toutefois longue et ne permet sans doute pas de connaître parfaitement la biographie de guerre de ces militants. Mais même si les traces sont peu nombreuses et éparpillées, l’un des paris de ma recherche en cours, est qu’une telle opération vaut le coup d’être tenter, y compris si a priori les sources sont trop lacunaires. Ce billet a pour but de tenter de le démontrer à partir d’un cas individuel, ou plutôt de deux cas, issus d’une même fratrie, les frères Bougot originaires de l’Ille-et-Vilaine. Il n’est pas anodin d’avoir choisi deux hommes aux liens forts, car dans toute mon étude, les liens, familiaux mais surtout amicaux, sont à mettre en évidence pour mieux comprendre l’impact de la guerre de 14-18 sur le parcours militant de ces socialistes.

Portrait des frères Bougot

Charles et Albert Bougot sont au début de la guerre des hommes à la vie bien remplie. Ils ont tous deux plus de 40 ans, ce qui normalement les rend, dans un premier temps du moins, à l’abri d’une mobilisation. Ils partent pourtant à la guerre, en première ligne même. Charles y réchappe après avoir été blessé à la jambe par un éclat d’obus. Albert par contre y laisse sa vie : il meurt en Belgique, des suites de la première attaque au gaz orchestrée par l’armée allemande en avril 1915. Tous deux étaient socialistes depuis le tournant du siècle. Ils avaient même activement participé à l’implantation du socialisme à Rennes. Et cela ne peut être dissocié d’un autre temps fort de l’histoire de la ville à savoir les suites de l’affaire Dreyfus. C’est en effet au moment de l’Affaire que se développe autour d’intellectuels comme Victor Basch et d’ouvriers comme Charles Bougot le mouvement socialiste à Rennes. Etudier le parcours des Bougot oblige donc à revenir en arrière pour désenclaver l’histoire de la Première Guerre mondiale. Mais si cela est vrai pour les années précédent le conflit, cela est aussi exact pour les années d’après même s’il n’y a plus que Charles qui est en vie. Il poursuit en effet son action militante au sein de la SFIO rennaise devenant un des acteurs les plus en vue du mouvement socialiste du département.

Les deux frères Bougot ne sont donc pas des inconnus, et pourtant on dispose de peu d’informations sur leurs années de guerre.

Le parcours des Bougot au prisme des sources disponibles

J’ai peu de sources disponibles pour établir l’histoire de Charles et d’Albert durant la guerre. Le premier fut mobilisé dans un régiment colonial, mais je ne sais pas lequel. Albert, quant à lui, est mobilisé au sein du 76e Régiment d’Infanterie territoriale.

Comme souvent le point de départ est le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le fameux Maitron. On y apprend qu’ils sont donc tous les deux mobilisés; Charles est sergent dans un régiment d’infanterie coloniale mais on ne précise pas lequel. Albert est dit être mobilisé dans le 75e régiment d’infanterie territoriale, mais j’ai découvert par la suite que c’était plutôt dans le 76e . Ces imprécisions sont souvent fréquentes dans le Maitron comme si la période de la guerre était une simple parenthèse. C’est aussi bien souvent à cause de la difficulté qu’il y a à reconstituer de tels parcours a posteriori. Les deux notices n’ont pas d’auteur mais comme souvent pour ces militants rennais, on peut penser que l’historien Armand Rébillon, lui aussi militant socialiste à cette époque, a été l’artisan de ces recherches biographiques.

La presse fournit peu de documentation. La presse socialiste locale ne paraît plus en effet durant la guerre, mais l’Humanité publie cependant chaque jour des listes de militants morts ou blessés. C’est une ressource extrêmement précieuse et la mise en ligne  sur Gallica permet surtout l’interrogation par mot clé, ce qui est évidemment un gain de temps irremplaçable. On signale ainsi la blessure de Charles ainsi que le décès d’Albert. Il a droit d’ailleurs à une nécrologie assez importante et très précieuse pour les informations fournies. Pour ce dernier, on dispose également de sa fiche sur le site « Mémoires des hommes » qui recense tous les morts pour la France durant la Première Guerre mondiale. Enfin, j’ai également une correspondance entre Charles Bougot et Augustin Hamon, responsable socialiste de la fédération du département voisin des Côtes du Nord, établi à cette période à Londres. Cet échange de lettres permet d’ailleurs de mieux comprendre le parcours des deux hommes durant la Grande Guerre.

C’est toute la documentation primaire dont je dispose, c’est sans doute assez peu. On peut cependant y ajouter plusieurs travaux historiques portant sur Rennes et l’Affaire Dreyfus ou encore sur le parcours de Victor Basch. Ce dernier a d’ailleurs laissé un portrait de Charles dans un discours qu’il prononce à Rennes au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme :

« A cette époque, j’avais quant à moi, trente-quatre ans et jamais, vous m’entendez, jamais, je n’avais vu de près un ouvrier, je n’avais parlé avec un ouvrier, je ne savais pas ce que c’est un ouvrier (…) Je fus vite rassuré. Nous fûmes accueillis à bras ouverts par les chefs et leurs amis. Nous fûmes vite rassurés et lorsque j’entendis Bougot nous parler avec ce clair bon sens et cette spirituelle bonhomie dont vous avez pu juger vous-mêmes l’autre soir au théâtre et au Congrès, lorsque je le vis avec ses lourds poings et son large torse, symbole de la force ouvrière, je sentais que nous n’étions plus seuls et que la lutte devenait possible. »[1]

Ce moment, qui a tout de la scène d’origine restituée après coup du ralliement des ouvriers aux partisans de Dreyfus et dont il faudrait analyser en détail le compte rendu fait par l’intellectuel face au monde ouvrier, nous donne à voir une image forte et virile de Bougot. Militant ouvrier reconnu et responsable socialiste, Charles est aidé également par son frère. Ce dernier était  militant syndical cheminot et trésorier de la section socialiste de Rennes avant la guerre. Lorsque le conflit se déclenche, les deux hommes ne sont pas mobilisés dans un premier temps, mais quelques mois plus tard tous deux sont en première ligne.

La guerre des deux frères

Charles est mobilisé comme sergent du génie et il appartient à un régiment de la coloniale. Ce traitement particulier s’explique selon la notice du Maitron par le fait qu’il était inscrit avant 1914 sur le carnet B[2]. Sur ces registres tenus par département, on inscrivait  tous les responsables ouvriers que l’on pensait nécessaire d’arrêter en cas de guerre car ils avaient  des opinions pacifistes et révolutionnaires Même si dans les mois précédent août 1914, de nombreux militants sont rayés de la liste, il est tout à fait possible que la présence du nom de Bougot sur ce fichier explique son enrôlement dans une structure souvent reconnue pour accueillir les fortes têtes et les personnes à surveiller.

« Que la terre lui soit légère »

Extrait de l'Humanité, 7 août 1915
Extrait de l’Humanité, 7 août 1915

Albert ,lui , est mobilisé au 76e Régiment d’infanterie territoriale, destiné normalement à ne pas être en première ligne car ce type de régiment regroupait les soldats les plus âgés que l’on surnommait les «  pépères ». Mais la guerre durant au delà de ce qui est prévu, plusieurs régiments de ce type servirent par la suite en première ligne. La fiche du sergent Albert Bougot nous indique qu’il meurt dans la région d’Ypres en Belgique en avril 1915. Une étude plus poussée a révélé qu’il meurt le 23 avril, soit un jour après la première attaque au gaz faite par l’armée allemande dans cette zone de combat sans que l’on sache si sa mort est la conséquence de cette attaque. On pourrait le penser mais la nécrologie de l’Humanité indique une autre raison.

C’est seulement dans l’édition du 7 août 1915 que l’on évoque le sort d’Albert. Cela peut paraître très tardif mais l’on sait que le journal attend longtemps avant de publier les avis de décès pour ne pas que les familles apprennent la mort d’un proche dans la presse ; cela permet aux autorités de prévenir les personnes liées au défunt. Cette notice nous apprend qu’il est mort d’une « balle au front ». On y lit aussi qu’il fut trésorier en plus de la section de Rennes de l’ensemble de la fédération du département et on revient bien sûr sur son rôle durant les suites de l’affaire Dreyfus :

« Il fut sa vie entière, un camarade dévoué, un ami sûr. C’est pourquoi ses amis ne se consolent pas de sa mort et cherchent encore, instinctivement, dans les réunions où il était si assidu, la figure souriante et fine de l’absent…Que la terre lui soit légère : il combattit le bon combat ! »[3]

On peut être surpris par cette notice très précise et aux accents si personnels. Elle n’est pas signée mais on devine que c’est forcément un proche qui l’a écrite. Le journal , un mois plus tard, évoque le sort de son frère Charles « sergent en traitement à Avignon »[4]

Charles Bougot  et la guerre

Dès la publication de cette indication, un ami de Bougot s’inquiète et lui écrit. Il s’agit d’Augustin Hamon, un des socialistes les plus importants en Bretagne à cette époque. Il est alors à Londres mais entretient une riche correspondance avec des militants bretons. Il écrit à Bougot pour s’inquiéter, demander des précisions sur la blessure, ainsi que des nouvelles d’Albert. Il ne semble pas avoir lu l’Humanité du mois d’août qu’il l’aurait informé de sa mort. C’est une lettre courte, précautionneuse car Hamon ne connaît pas l’état de son camarade.[5]

Bougot lui répond le 21 septembre au moment où il quitte l’hôpital pour aller en convalescence à Rennes. Il lui apprend la mort de son frère et lui donne des nouvelles des autres militants rennais Armand Rébillon et Carle Bahon. Il détaille également les circonstances de sa blessure à la jambe . Surtout il détaille son propre sentiment vis-à-vis de la guerre :

« Quand on fera le compte (si toutefois on le fait jamais) des pertes que cette guerre aura occasionné je vous assure que ce sera effrayant. En France avec la presse muselée comme elle est on a pas l’air de s’en douter et cependant que de vide il y a. »[6]

Et il ajoute que s’il en réchappe, il faudra que les deux hommes s’entretiennent à propos de « l’effondrement de notre  rêve ».

Maintenant continuer à chercher

J’ai bien aimé tout de suite à la première lecture cette dernière expression « l’effondrement de notre rêve ». Il n’est sans doute pas nécessaire de s’interroger longtemps pour deviner que ce rêve qui s’effondre désigne l’aspiration à construire un monde meilleur grâce au socialisme et à l’internationalisme au moment où la guerre mondiale s’éternise. Mais il faut aller delà de cette première impression et essayer de savoir ce que pense Bougot de la guerre par la suite. On retrouve l’idée de désenclavement de l’étude de la Première Guerre mondiale. Si pour connaître davantage les frères Bougot dans la guerre, il a fallu revenir sur leur parcours avant 1914, il est nécessaire aussi d’essayer de retracer le parcours militant de Charles après 1918. Il est resté à la SFIO, devient adjoint au maire de Rennes, Carle Bahon, à partir de 1925 mais à partir du milieu des années Trente il est moins présent dans le milieu partisan socialiste. Comme pour beaucoup de militants qui ont participé aux combats de 14, il me faut maintenant tenter de voir en quoi cela a influencé la suite de son parcours. Donc il faut continuer à chercher. Mais comme le dit Carlo Ginzburg « c’est pourquoi par définition, la recherche est sans fin. »[7]


[1] V.Basch, discours au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme, 1909, cité par André Hélard, L’Honneur d’une ville. La naissance de la section rennaise de la Ligue des droits de l’homme, Rennes, éditions Apogée, p.116.

[2] Sur le carnet B, l’ouvrage de référence reste celui de Jean-Jacques Becker, Le Carnet B, Paris, Klincksieck, 1973. On y trouve en particulier une analyse poussée du carnet B du Finistère. Par contre l’auteur affirme que le même fichier du Morbihan a disparu depuis la guerre, ce qui est inexact car j’ai pu le consulter aux Archives départementales de ce département. Plus globalement, on peut toutefois constater que dans l’ensemble les militants socialistes sont rayés de ce carnet B avant 1914 contrairement aux militants du syndicalisme révolutionnaire qui sont toujours à surveiller. En août 1914, le gouvernement décide finalement de ne pas utiliser ces fichiers pour arrêter préventivement les militants. Pourtant plusieurs cas montrent que par la suite ceux qui y étaient inscrits ont eu droit à un traitement particulier durant la Grande Guerre, en étant par exemple enrôlés dans des bataillons disciplinaires ou dans des régiments coloniaux à la réputation plus stricte.

[3] L’Humanité, 7 août 1915.

[4] L’Humanité, 16 septembre 1915.

[5] La correspondance d’Augustin Hamon est conservée au Centre d’Histoire du Travail de Nantes. Je remercie vivement son personnel d’avoir permis la consultation de cette très riche correspondance.

[6] Charles Bougot, lettre à Hamon , 21 septembre 1915.

[7] C.Ginzburg, conférence au collège de France, 19 mars 2013, visible en ligne .

De passage à Marseille (2013) pour revenir à Brest (1913): l’historien n’est pas un antiquaire !

C’est donc le centième billet de carnet. Après celui là, il y  aura une pause. Parce qu’il me faut écrire de nombreuses autres choses, sur d’autres supports, parce qu’il me faut surtout écrire la suite de la thèse, et comme le temps n’est pas une donnée extensible, je pense qu’il faudra attendre longtemps pour le 101ème billet.

«La qualité maîtresse de l’historien» (M.Bloch)

Ce  100e billet ne pouvait évidemment que parler d’un centenaire, celui du congrès de la Sfio à Brest en 1913. J’avais prévu d’aborder ce congrès sous plusieurs aspects mais  faute de temps, ce ne sera pas pour tout de suite. J’ai récolté de nombreuses informations sur ce congrès, de quoi avancer dans ma recherche, de quoi aussi mieux comprendre certains pans de la culture militante des socialistes avant 1914. Mais je crois que j’ai aussi appris beaucoup, peut-être de façon plus étonnante, sur ce congrès dans un autre cadre. C’est ce que je voudrais évoquer ici.

J’ai déjà abordé dans la #Villa réflexive la question de l’engagement et de la distanciation dans la pratique de l’histoire. C’est une question importante à mes yeux, tant il me paraît difficile de déconnecter l’histoire de mes autres activités. Marc Bloch dans le formidable Apologie pour l’histoire explique parfaitement ce que je pense à ce sujet : relatant un propos d’Henri Pirenne, il explique ce qu’est la qualité maîtresse de l’historien :

« J’ai déjà ailleurs rappelé l’anecdote : j’accompagnais, à Stockholm, Henri Pirenne ; à peine arrivés, il me dit : «  Qu’allons-nous voir d’abord ? Il paraît qu’il y a un Hôtel de Ville tout neuf. Commençons par lui. »Puis, comme s’il voulait prévenir un étonnement, il ajouta : «  Si j’étais un antiquaire, je n’aurais d’yeux que pour les vieilles choses. Mais je suis un historien. C’est pourquoi j’aime la vie. » Cette faculté d’appréhension du vivant, voilà bien, en effet, la qualité maîtresse de l’historien.»[1]

J’adore ce passage qui explique parfaitement ce que je pense à ce sujet. Pour faire de l’histoire, il faut avant tout être dans la vie.

Le passage par Marseille 2013

s'engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR
s’engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR

Alors que je travaillais plus particulièrement sur le congrès socialiste de 1913, j’ai participé il y a quelques semaines au congrès du syndicat dans lequel je milite. Le parallèle des situations fut très intéressant. Il ne s’agissait pas du tout pour moi de faire lors de ces trois jours de congrès une observation participante avec un regard de scientifique. Il n’y avait là que de l’engagement, aucune distanciation, et ce fut d’ailleurs très réjouissant. Discuter avec d’autres militantes et militants, découvrir les arcanes du fonctionnement du congrès syndical, expliquer pourquoi on est là, et parfois sentir le frémissement de participer à une œuvre collective, ce sont autant de moments vécus lors de ce congrès. Je sais aussi que cette expérience m’a permis ensuite de lire mes archives avec un œil neuf, de m’arrêter sur des points qui étaient passés inaperçus, de poser de nouvelles questions afin d’enrichir l’étude en cours. Comme l’écrit Gérard Lenclud :

« On se hasardera à avancer qu’observation ethnographique et historique ne se distinguent, avec quelque netteté, que dans les procédures mises en œuvre pour commuer des observables en objets de connaissance. Et ces distinctions, dans les problématiques et le langage conceptuel, sont seulement de type «plus » ou «  moins ». Si les anthropologues et les historiens ont les mêmes yeux pour voir, ils ne disposent pas à ce jour du moins, des mêmes lunettes intellectuelles pour observer. Ils n’observent donc pas tout à fait du même œil. Rien n’oblige à croire qu’il en sera ainsi demain. »[2]

Impossible en conséquence de séparer mes activités, comme l’affirmait Pirenne, être historien c’est aimer la vie. Je ne peux qu’être reconnaissant aux personnes avec qui j’ai beaucoup échangé lors des trois jours de congrès à Marseille pour tout ce que cela m’a apporté.

Et maintenant ?

Pendant plus de deux ans, ce carnet m’a servi de béquille pour avancer dans ma recherche. J’ai découvert tous les bienfaits de cette forme publique d’écriture historique non définitive, de cette avancée dans la recherche en tâtonnant par l’écriture des billets. J’ai aussi découvert qu’il y avait des lectrices et des lecteurs qui trouvaient parfois cela intéressant. C’est donc le moment de vous remercier avant d’entamer une pause qui durera peut-être un temps assez long, ou peut-être pas ! Citant Meyerson, Jean-Pierre Vernant disait souvent qu’il fallait trois choses pour avoir une vie complète : une grande tâche, un grand espoir et un grand amour. Ce sera donc le principe des jours à venir !


[1] Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Paris, A.Colin, 1974 ( réed.) , p.47.

[2] G.Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Ehess, Gallimard, Seuil, 2013, p.68.

Ceci n’est pas du fascisme: observation ethnographique d’une manifestation

"Reconstitution" de Ph.Artières comme une source d'inspiration.
« Reconstitution » de Ph.Artières comme une source d’inspiration.

Une partie importante de ma recherche concerne les mobilisations collectives de l’entre-deux-guerres auxquelles des militants socialistes ont participé. Souvent se posent pour eux la question de la violence comme moyen d’action : son recours est alors bien plus rare qu’avant 1914, puisque l’ensemble de la Sfio s’inscrit plutôt dans un mouvement de participation active à la vie politique dans la période suivant la Grande Guerre, ce qui passe par une exclusion de la violence perçue comme anti-démocratique et par l’utilisation de pratiques partisanes régies par un processus pour employer l’expression de Norbert Elias de «civilisation des mœurs ». Pourtant dans le contexte particulier des années Trente, la question de la violence doit être réexaminée à l’aune de nouvelles considérations : face aux ligues d’extrême droite qui utilisent tout un répertoire d’actions marquées par le sceau de la violence, les militants socialistes doivent expérimenter de nouveaux moyens de riposte ; c’est le « socialisme actif » dont parle Serge Tchakhotine qui doit faire face à ce que les socialistes nomment le fascisme, et l’utilisation de moyens d’actions physiques ne sont dès lors plus exclus. On peut particulièrement le voir avec la mobilisation organise par Tanguy Prigent pour faire faire aux chemises vertes qui essayent de trouver du soutien à leur idéologie d’extrême droite dans les campagnes bretonnes.

Je fais cette remarque liminaire pour expliquer que je m’intéresse en conséquence à l’étude des manifestations violentes du point de vue historique. Mais se retirer du présent est toutefois difficile, et comme à d’autres reprises, je voudrais dans ce billet partir de l’actualité afin de progresser dans mon travail de rédaction de thèse. Il m’est en effet impossible de considérer que pour faire de l’histoire, il soit nécessaire de rester sourd et aveugle à la situation présente. On peut même penser que les frontières poreuses entre le passé et le présent, la dynamique d’une concordance des temps mobilisée pour mieux comprendre les deux époques, ou plus largement le travail par analogie, sont autant d’outils utiles à l’élaboration d’un récit historique plus pertinent.

Même si cette question mériterait un examen bien plus approfondi, je souhaite davantage faire part d’un retour d’expérience : puisque j’étudie des manifestations violentes fomentées par les ligues d’extrême droite, pourquoi ne pas aller voir de telles manifestations actuelles ? En effet, la loi sur le mariage pour tous, adoptée depuis seulement quelques minutes au moment où j’écris ses lignes, a suscité des réactions nombreuses dont plusieurs ont consisté en des manifestations où les débordements furent nombreux. Au lieu de condamner les violences, on a pu entendre plusieurs responsables politiques soutenir, au moins à demi-mot, de tels débordements. Il m’a paru donc utile d’aller voir par moi-même.

« J’aurais dû mettre une soutane »

Non il ne s’agit pas du tout pour moi de ridiculiser les manifestants qui ont participé à la mobilisation du dimanche 21 avril 2013.  C’est tout simplement une réflexion que je me suis faite en pensant au livre de l’historien Philippe Artières Vie et mort de Paul Gény[1]. Ce récit retrace l’enquête de l’auteur à Rome à propos du meurtre de son grand-oncle philosophe jésuite. Ce formidable livre d’histoire – et j’insiste sur le dernier terme ! – débute par l’achat d’une soutane, sans que l’auteur d’ailleurs ne sache vraiment répondre à la question du pourquoi. Dans un autre livre[2], pendant du premier, on peut d’ailleurs voir l’auteur, habillé de cette soutane, allant jusqu’à reconstituer le meurtre de Paul Gény. Je ne sais pas encore pourquoi mais ces livres m’ont beaucoup plu, non pas d’un simple point de vue esthétique ou émotionnel, mais parce qu’il touche du doigt le mystère de la création du travail de l’historien.

Donc dès le début de cette manifestation pour tous (sic), j’ai aperçu de nombreux ecclésiastiques  au milieu des manifestants, portant souvent ostentatoirement leur soutane. Cette présence de membres de l’Église catholique montre également un des aspects de la mobilisation des anti-mariage pour tous. En effet, le réseau de base dans certains cas semble être la paroisse catholique. Me rendant à la manifestation avec plusieurs groupes, j’ai en effet pu constater que ceux-ci s’organisaient par groupes affinitaires, aux liens forts préexistant avant la mobilisation. Paroisse, école privée, organisations de jeunesse, lieux de parole, sont autant de lieux de sociabilité qui sont mobilisées lors de cette manifestation. D’ailleurs, une des fonctions de ce rassemblement semble également d’être la mise en commun des informations reçues, entendues, dites depuis la dernière manifestation : il n’était pas rare d’entendre « tu as vu le mail ? », « tu as vu la vidéo sur le réseau ? » etc. , ce qui montre également l’utilisation de tous les moyens actuels de communication. Je retrouvais ce jour là une organisation efficace de la mobilisation reposant sur des réseaux catholiques préexistants comme on pouvait également le voir dans les années Trente en Bretagne.

Donc j’ai pensé « j’aurais dû mettre une soutane » pour me fondre dans le paysage, car il est évident que je me suis tenu à distance, il m’était impossible de me placer au milieu des manifestants. Rester sur le trottoir était déjà suffisant, faire de l’observation participante en « milieu hostile » n’est pas mon fort.

L’inversion des rites 

Décidément, vous allez croire que mes intentions sont polémiques ! Si je parle d’ «inversion», ce n’est pas pour évoquer une quelconque orientation sexuelle, mais plutôt pour aborder un point qui m’a étonné, avant de revenir sur la visibilité – ou plutôt l’invisibilité- de la violence, point de départ de mon expédition.

J’ai vu peu de symboles traditionnels de la droite réactionnaire lors de cette manifestation : quelques drapeaux tricolores avec le Sacré-Coeur, quelques pancartes aux slogans minorant le rôle de la démocratie, mais c’est tout. Cela ne correspondait en rien aux images que l’on a pu voir lors de précédentes manifestations où des intégristes catholiques, des militants affirmés de groupes d’extrême-droite, ou de farouches partisans de la Contre-Révolution étaient présents en nombre. Non, là il y avait pour tout dire bien plus de symboles pris dans le camp adverse mais revu à la sauce anti-mariage pour tous. Du bonnet phrygien au poing serré, de la main dessinée façon «Touche pas  à mon pote » au slogan « on ne lâche rien », c’est davantage à un plagiat des symboles que l’on pouvait voir. Cette inversion des rites de la manifestation me pose question : est-ce parce qu’il ne fallait pas apparaître comme une manifestation réactionnaire que les symboles de la droite tradi-catho ne sont pas utilisés ? Ou alors est-ce dû plus simplement à un manque de culture politique évident des organisateurs de la manifestation, pour qui tout symbole est bon à utiliser, bravant ainsi tout confusionnisme mais s’exposant aux impasses du « ni droite ni gauche » ?

Je n’ai pas approfondi la question car il me fallait revenir à mon propos : où est passée la violence dans tout ça ?

« Observation ethnographique, observation historique »

Je reprends ici le titre du premier chapitre du livre de Gérard Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison[3].S’interrogeant sur les différences entre l’observation ethnographique et l’observation historique, l’auteur analyse les composantes de la méthode historique et de la méthode anthropologique d’une façon très éclairante. Un peu comme pour  le livre déjà cité d’Artières, je considère que Lenclud apporte de précieuses aides pour mon travail en cours, sans que je puisse encore les cerner. Quoi qu’il en soit, il me paraissait ici d’ajouter à l’observation historique, une observation ethnographique.

Je n’ai vu aucune violence, et pourtant tout le monde en parlait. On prévenait par micro qu’il ne fallait pas être violent, tout le monde s’accordait à trouver l’ambiance bon enfant (et les enfants étaient en effet très nombreux) ; il y avait du côté des manifestants comme une volonté de dire et de montrer qu’ils n’étaient pas violents, tout comme ils n’étaient pas homophobes. Mais il ne faut pas être un observateur naïf pour autant : lorsqu’on affirmait dans le micro que les manifestants aimaient les homos, tout près de moi quelques jeunes s’insurgeaient « non nous pas trop…», et le service d’ordre mis en place par les organisateurs a dû interdire à des groupes de brandir telle ou telle banderole portant des slogans trop contestataires. La forte présence policière avait aussi réussi à dissuader les plus acharnés. Ce dimanche, à la différence des jours précédents, la violence n’était pas au rendez-vous, mais ce n’est pas pour cela qu’elle n’a pas été utilisée par de mêmes groupes lors de rassemblements précédents. À cette violence dans les rues, qu’il ne semble pas falloir réduire à quelques groupes d’extrême droite, s’ajoute une violence verbale qui n’a eu de cesse de s’exprimer ces jours derniers y compris au sein de la droite parlementaire. Deux jours avant, suivant les débats de l’Assemblée nationale, j’ai pu entendre un député reprendre mot à mot des idées que Charles Maurras développait à propos de la différence entre « le pays réel » et « le pays légal » et ce dimanche, une pancarte contenait la même référence. On se demande bien quelle « divine surprise » peuvent attendre celles et ceux qui reprennent les paroles de Maurras ?


[1] P.Artières, Vie et mort de Paul Gény, Paris, Seuil, 2013.

[3] G.Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Ehess, Gallimard, Seuil, 2013

23 mars 1913: début des Pâques socialistes à Brest

Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur ce évènement. Photo DR, coll.particulière.
Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur cet évènement. Photo DR, coll.particulière.

Lors du congrès socialiste de Brest, chaque fédération départementale est représentée par un nombre de délégués qui varie selon le nombre d’adhérents.  Plusieurs des militants présents sont connus à cette date, certains le deviendront plus tard. Ainsi, sont venus Jean Longuet, Pierre Renaudel, Francis de Pressensé, mais aussi Sixte-Quenin, Bracke, Jacques Sadoul, Rappoport ou encore Édouard Vaillant. D’autres leaders socialistes sont absents, tant l’actualité politique, entre la discussion de la loi des trois ans et le remaniement ministériel, oblige de nombreux socialistes à reste à Paris. C’est en particulier le cas de Jean Jaurès, mais aussi de Jules Guesde ou de Marcel Sembat. Pour ce qui est des délégués bretons, on constate  que la fédération du Finistère, organisatrice du rassemblement, a le droit d’être représentée par davantage de délégués, cinq au total. Le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine quant à eux, sont représentés par une seule personne, ce qui montre la faiblesse du nombre d’adhérents dans ces départements. Plusieurs des délégués sont jeunes et c’est la première fois qu’ils assistent à un congrès national: c’est le cas du nouveau responsable fédéral du Morbihan, Louis Bonneaud, mais aussi d’Octave Brilleaud qui représente la fédération des Côtes du Nord. Cela illustre le renouvellement des fédérations bretonnes qui, avant 1914, sont en développement .Elles reposent sur de jeunes militants qui vont être touchés de plein fouet par les années de guerre, ce qui parfois rend plus délicate la connaissance des parcours de ces militants. Mais plutôt que de citer l’ensemble des délégués bretons, je voudrais  m’arrêter sur l’un d’entre eux moins connus que d’autres.

Un inconnu breton au congrès : Cymerman

Il s’agit de Bernard Cymerman, mais l’écriture de son nom est bien souvent fluctuante ce qui renforce la difficulté à trouver des données sur lui. Ce militant du sud du Finistère apparaît à partir des années 1910 dans la fédération socialiste et il est désigné régulièrement  comme délégué aux congrès nationaux. Après 1914, il disparaît par contre totalement des documents socialistes. On trouve en conséquence bien peu de traces de lui, du moins en apparence. Le nom de ce militant m’a bien sûr interrogé, il m’a fallu chercher davantage de précisions. Il a ainsi droit à une série de rapports de la police que l’on peut lire aujourd’hui dans les archives départementales de Quimper. J’ai aussi retrouvé un de ses descendants, qui n’a pas voulu pour le moment donné suite à mes demandes de renseignements. Mais  j’en sais toutefois davantage : Cymerman est d’origine polonaise et est venu en Bretagne afin de mener une étude ethnographique sur le pays bigouden. Il s’installe dans le Finistère et organise la propagande socialiste dans le sud du département. Il est clairement marxiste, un jeune intellectuel que l’on remarque mais que l’on peut aussi redouter. C’est en particulier le cas de l’homme fort de la fédération, Émile Goude qui semble mal voir son intelligence et sa connaissance théorique du socialisme. Marcel Cachin, délégué à la propagande du parti socialiste, en fait le portrait suivant dans ses carnets :

« Jeune Polonais (du PS polonais) [il] fait une thèse sur les Bigoudens et est venu de l’université de Zurich pour la préparer à Pont l’Abbé. Il y a formé un groupe socialiste et lui a fait prendre des ordres du jour d’ordre marxiste. Aussi est-il en lutte avec Goude. Il est venu à la réunion de Rosporden pour se mettre en rapport avec moi. [1]»

Aux côtés de ce délégué qui représente le Finistère, mais qui est Polonais, on trouve a contrario des militants qui eux sont originaires de la région même s’ils sont les représentants d’autres départements. Marcel Cachin, militant né dans les Côtes du Nord qui garde toute sa vie des racines bretonnes,  est délégué de la fédération de la Charente inférieure. Jean-Marie Baco, quant à lui, est né à Lorient. Il a participé à la création de la fédération du Morbihan en 1907 mais il est installé depuis 1910 en Tunisie, où il dirige le groupe socialiste tout en gardant des liens forts avec son département d’origine. Baco est lui aussi délégué à Brest. C’est encore le cas du représentant de l’Yonne Gustave Hervé, né dans le quartier brestois de Recouvrance et véritable «héros» local pour de nombreux socialistes du cru.

Tous ces délégués sont arrivés depuis quelques jours dans la ville de Brest. On escomptait toutefois davantage de monde. Plus de 400 représentants socialistes étaient attendus, moins de la moitié devaient finalement se rendre dans le Finistère. Le rassemblement devait durer 8 jours, mais trois jours suffiront.

Les sources

Pour connaitre le déroulement du congrès de Brest, on doit tout d’abord se référer aux rares études historiques portant sur le sujet. La seule étude spécifiquement consacrée au congrès de 1913 est à ma connaissance l’article de l’actuel maire de Brest François Cuillandre « la Sfio à l’heure du congrès de Brest ( 23,24,25 mars 1913 »[2] mais on peut aussi utiliser le numéro spécial des Cahiers Jaurès portant sur  les années 1905-1914 de la Sfio[3] ou encore la publication collective de C.Bougeard, G.Gramoullé, M.Lucas et J.J.Urvoas  les Socialistes dans le Finistère ( 1905-2005).[4]

Les sources principales sur ce sujet sont toutefois des sources primaires, au premier rang desquelles se trouve le compte-rendu sténographique du congrès qui paraît quelques mois après le congrès[5]. Il y a d’ailleurs lors de ce congrès une discussion pour savoir s’il faut continuer à publier les compte-rendus sténographiques qui peuvent être souvent très longs, ou s’il ne vaut pas mieux publier simplement un résumé des discussions. Pour le chercheur, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique complet est bien sûr une énorme chance et ce type de document est une mine d’informations. On peut y trouver la liste des délégués, avoir des tableaux comparatifs des cartes d’adhérents de tous les départements, lire l’ensemble des rapports déposés au Conseil national du parti et surtout la totalité des discussions. Bien sûr, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique oblige à se poser la question pour savoir si réellement la totalité des propos est reprise par écrit. C’est pourquoi à ce document doivent être ajoutés les nombreux rapports de police rendant compte de évènement  De ce point de vue, les archives départementales sont particulièrement riches puisque on dispose de plusieurs résumés très précis sur les journées de congrès[6].On peut  ainsi connaître certains aspects restés dans l’ombre du compte-rendu officiel. L’ensemble documentaire doit aussi être complété par d’autres publications socialistes, que ce soit le quotidien national l’Humanité ou les publications locales de la Sfio, en Bretagne (Le Cri du Peuple pour le Finistère, ou bien encore le Rappel du Morbihan) mais aussi dans les autres départements. C’est le cas par exemple du journal de la fédération Sfio de Seine-et-Oise La Lutte sociale  qui contient plusieurs articles très intéressants sur le déroulement du congrès de 1913.

Mais comment maîtriser l’espace public socialiste lors du congrès ?

Brest est une municipalité socialiste depuis 1912, après avoir connu une première expérience malheureuse quelques années auparavant. La ville a également amené au parlement un député de la Sfio depuis 1910. En ouvrant le congrès, le maire de la ville, Masson, revient  sur cette histoire encore récente et tumultueuse de l’implantation du socialisme dans l’extrême-ouest breton. Mais surtout, il faut ici s’interroger sur la gestion par la commune de cet évènement  Plusieurs fois inquiété par les autorités, Masson vient de perdre son autorité de maire dans le domaine de la gestion de la police qui est directement exercée dorénavant par l’Etat et  par la préfecture maritime. Cette sanction est une illustration des relations difficiles et compliquées que la municipalité Sfio entretient avec le pouvoir central. Mais c’est encore plus le cas lorsqu’on aborde les relations avec la presse locale. La Dépêche de Brest, qui est le quotidien le plus lu dans la ville, est fermement hostile aux socialistes et lorsque ce journal évoque le congrès, c’est avant tout pour dénigrer l’action municipale et l’idéologie socialiste. C’est pourquoi Masson et son équipe savent qu’ils doivent parfaitement réussir l’organisation de ce rassemblement national. La question de la logistique du congrès sera, entre autres éléments, abordée dans le prochain billet, mais voici une photographie de la salle de réunion pendant le congrès qui permet de connaître les lieux. Cette photographie est parue dans l’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière qui est publiée sous la direction de Compère-Morel[7].

La salle du congrès ( Tome II de l'encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)
La salle du congrès ( Tome II de l’encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)

La salle choisie est  un grand espace situé à l’Hôtel de ville. Toute l’organisation a été soigneusement préparée comme on pourra le voir dans le prochain billet. Pourtant comme l’écrit un des délégués après le congrès, André Lebey représentant de la Seine-et-Oise, ce congrès est un échec cuisant :

« Quel triste spectacle nous y avons donné ! Je regardais les bonnes figures des militants venus assister à nos délibérations et j’y surprenais une stupeur nouée, une désillusion profonde, tandis que nous nous disputions sans fin – et sans ménagement. Les Bretons sont des croyants. Certains ont quitté la religion pour nous. Prenons garde qu’ils y retournent.[8] »

Le congrès de Brest commence en effet lors du week-end pascal, comme pour montrer en Bretagne et ailleurs que le socialisme devait remplacer le christianisme et incarner une nouvelle «religion». Mais comme ce témoin le souligne, le congrès va être davantage le théâtre de querelles nombreuses au point qu’il sera écourté. La suite de ce centenaire de papier Brest 1913-2013 le montrera.


[1] Marcel Cachin le 23 août 1911 in  Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993.

[2]  Cette étude est parue dans un ouvrage collectif, Histoire et politique, mélanges offerts à Edmond Monange, Brest, 1994, p.27-34. Monange a été un de mes professeurs d’histoire contemporaine à l’UBO de Brest. Son enseignement m’a beaucoup appris.

[3] Cahiers Jaurès « les débuts de la Sfio », n°187-188, 2008. On peut lire le sommaire de ce numéro ici.

[4] C.Bougeard et alii, Les Socialistes dans le Finistère (1905-2005), Rennes, éditions Apogée, 2005. Ce livre a été publié lors du centenaire de la Sfio ; bonne synthèse souvent très utile, cette publication n’est toutefois pas exempte d’approximations parfois dommageables pour la connaissance du milieu socialiste dans ce département.

[5] 10e congrès national tenu à Brest, 23-24-25 mars 1913, Parti Socialiste, 1913.

[6] Les rapports sur le congrès de Brest sont rassemblés dans le dossier 1M 218 qui porte sur l’activité des socialistes dans le département. Comparé à d’autres archives départementales de Bretagne, on doit reconnaître que ces archives ( ainsi que le dossier suivant 1M 219) sont très riches et permettent de bien connaître le milieu partisan socialiste dans le Finistère

[7]  Cette photographie se trouve dans le Tome II de cette Encyclopédie intitulé La France socialiste qui est un très important document sur les fédérations de la Sfio avant et après la guerre de 14. On peut en consulter les volumes en ligne ici

[8] « Bon sens » article de André Lebey, La Lutte sociale de Seine-et-Oise, 5 avril 1913.

De la butte du Chapeau-Rouge à Brest : «ces innombrables langues de feu» contre la guerre (mars 1913)

Le congrès de la Sfio débute le 23 mars 1913.Une semaine auparavant, la ville de Rennes a été le théâtre d’affrontements entre les socialistes et les nationalistes. Il faut dire que les opposants à la guerre depuis 1912 occupent l’espace public pour montrer leur mécontentement. Le projet de loi sur les trois ans accélère encore la mobilisation. Le congrès du parti socialiste s’ouvre dans ce contexte particulier. Une semaine auparavant, les opposants ont également manifesté dans un lieu qui devient peu à peu le symbole de cette mobilisation, la butte du Chapeau-Rouge au Pré-Saint-Gervais. Il paraît important nécessaire ici de revenir tout d’abord sur cette fameuse loi des trois ans avant de voir comment les opposants vont, de la butte du Chapeau-Rouge à Brest la Rouge, se mobiliser contre cette loi et contre la guerre.

La loi des trois ans

Il s’agit de faire passer dans cette loi militaire la durée du service de deux à trois ans afin de faire face à la menace allemande que l’on perçoit plus présente depuis 1911. Au début de l’année 1913, l’Empire allemand a organisé l’augmentation de ses effectifs militaires et les responsables de l’armée française désirent en conséquence obtenir le même nombre de soldats. Une loi des trois ans est la solution la plus simple afin de rivaliser avec l’armée du Reich. Il faut dire que pour de nombreux responsables de l’État-major, ce qui fait la force d’une armée, c’est son nombre et que, partisans d’une stratégie basée sur l’offensive avant tout, les généraux ont besoin dans cette optique des effectifs les plus larges possibles. Début mars, le projet de loi est soutenu par le gouvernement et le débat peut avoir lieu. Les opposants les plus vifs sont les socialistes, à la Chambre, mais aussi dans tout le pays. Cette loi est pour eux le symbole du militarisme, de la force outrancière de l’armée et c’est aussi l’occasion de mobiliser l’ensemble du mouvement ouvrier contre ce projet en réactivant leur antimilitarisme et leur pacifisme. De plus le gouvernement Briand qui est à l’initiative du projet doit faire face à des difficultés avec ses soutiens, ce qui entraîne d’ailleurs son renversement le 18 mars, élément qui jouera aussi dans le déroulement du congrès de Brest.

La butte du Chapeau-Rouge

manifestation au Pré-Saint-Gervais, 16 mars 1913.Source : gallica.bnf.fr
manifestation au Pré-Saint-Gervais, 16 mars 1913.Source : gallica.bnf.fr

Commune limitrophe de Paris et tenue par les socialistes, le Pré-Saint-Gervais devient l’espace symbolique de cette mobilisation contre la loi des trois ans et contre la guerre. La première manifestation a lieu un peu avant la tenue du congrès de Bâle et ensuite la butte du Chapeau-Rouge devient  le site habituel de rassemblement des opposants. Ainsi le 16 mars 1913 se déroule le premier grand rassemblement contre le projet de la loi des trois ans. Ce n’est pas encore la manifestation du mois de mai de la même année qui est restée célèbre grâce aux nombreuses photographies montrant Jaurès haranguant la foule. Pourtant, l’Humanité décrit cette manifestation comme un temps fort de l’opposition des socialistes au projet de loi, tout comme le congrès national qui doit avoir lieu une semaine plus tard. On dispose pour cette manifestation de quelques photographies et surtout d’un témoignage écrit plusieurs années plus tard par un jeune homme de 17 ans à l’époque, André Breton qui assiste ce jour-là à la manifestation :

«Le drapeau rouge, tout pur de marques et d’insignes, je retrouverai toujours pour lui l’œil que j’ai pu avoir à dix-sept-ans, quand, au cours d’une manifestation populaire, aux approches de l’autre guerre, je l’ai vu se déployer par milliers dans le ciel bas du Pré Saint-Gervais. Et pourtant – je sens que par raison je n’y puis rien – je continuera à frémir plus encore à l’évocation du moment où cette mer flamboyante, par places peu nombreuses et bien circonscrites, s’est trouée de l’envol de drapeaux noirs(…)Dans les plus profondes galeries de mon cœur, je retrouverai toujours le va-et-vient de ces innombrables langues de feu dont quelques-unes s’attardent à lécher une superbe fleur carbonisée. »[1]

Dans ce passage, André Breton, outre la poésie que lui évoquent  les drapeaux rouges et noirs transformés en «langues de feu», insiste sur l’union des socialistes, des syndicalistes et des anarchistes dans ce large mouvement d’opposition à la guerre. Bien que très souvent en désaccord, les différentes composantes du mouvement ouvrier retrouvent en effet une unité d’action qui fait peur aux autorités de l’État et aux partisans de la loi des trois ans. Pourtant, loin d’être totalement unis sur la question de la guerre, les socialistes doivent aborder la question de la position à défendre dans ce débat. Le congrès de Brest arrive à point nommé pour discuter de ce sujet. Cela va d’ailleurs éclipser tous les autres sujets de discussion.

En route vers le congrès socialiste de Brest

Il est prévu que le rassemblement socialiste dure toute une semaine. 400 délégués sont invités, mais à peine la moitié assiste réellement au congrès dans la ville de l’Ouest breton. Surtout plusieurs ténors, au premier rang Jean Jaurès, doivent rester à Paris car la formation d’un nouveau gouvernement doit être discutée à la Chambre des députés. Pourtant, la fédération socialiste a tout fait pour organiser au mieux le congrès. Si Jaurès est absent, un autre grand leader socialiste est bien présent et il fait figure d’enfant du pays, puisqu’il s’agit de Gustave Hervé, qui est né à Brest en 1871 et qui connaît parfaitement la ville. Surtout, Hervé incarne la tendance anti-militariste de la Sfio, l’opposition radicale à la guerre et à l’armée, lui qui a passé plusieurs séjours en prison pour s’être opposé fermement au nationalisme et à l’armée. Mais même sur ce point, la période est déterminante car Gustave Hervé est en train d’amorcer un revirement idéologique sur ces questions qui l’amèneront quelques mois plus tard à devenir un partisan acharné du nationalisme.

Mais avant, la ville se pare de rouge, de nombreuses enseignes aux couleurs de la Sfio sont déployées dans toutes les rues. C’est l’ensemble du mouvement ouvrier qui est concerné par l’événement, y compris les syndicalistes de la Cgt ou les anarchistes, même s’ils regardent cette préparation avec distance. A la bourse du travail, on a ainsi prévu une soirée cinématographique : une nouvelle «arme» de propagande contre la loi des trois ans va ainsi être expérimentée devant un public que l’on pense conquis d’avance. Dans de nombreuses villes avoisinantes, on a également prévu des meetings avec des leaders nationaux de la Sfio. Les autorités, elles aussi, dans ce contexte d’opposition à la loi des trois ans font au mieux pour encadrer la venue des socialistes de toute la France. Enfin à l’arsenal de Brest, on met la dernière main sur le cuirassé Bretagne qui va être lancé dans quelques semaines. Peu à peu, les délégués socialistes arrivent en ville. C’est aussi le cas du délégué du Spd allemand Hermann Molkenbuhr. Dans son journal, le premier sentiment à propos de ce congrès qu’il mentionne est que Brest est très loin de Paris : 12 heures de train ! Le dimanche 23 mars, à 10h50, la première séance débute. 100 ans plus tard, j’évoquerai donc dans les prochains billets le déroulement de ce congrès brestois qui ne se passe pas du tout comme prévu.


[1] André Breton, Arcane 17, Paris, éditions 10-18, 1965, p.14-15.

«C’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants»: une manifestation socialiste à Rennes en mars 1913

Extrait de la Une de l'Humanité, 17 novembre 1912
Extrait de la Une de l’Humanité, 17 novembre 1912

Le mouvement ouvrier, en s’opposant à la guerre durant la période 1912-1914, adopte une multitude de pratiques qu’il est difficile de considérer comme étant toutes identiques. Il faut pourtant reconnaître que la mobilisation contre les trois ans qui atteint son paroxysme en 1913 parvient à cacher ces nombreuses divergences puisque l’union du mouvement ouvrier dans son ensemble est alors valorisée. Ainsi, si les membres de la Sfio, les syndicalistes de la Cgt, mais aussi  les anarchistes se retrouvent sous une même bannière contre la guerre, il ne faut pas perdre de vue que leurs opinions sur ce sujet ne sont pas identiques. Cela peut être également le cas au sein d’une même organisation : les socialistes sont eux-même divisés sur l’attitude à avoir face à la guerre. Faut-il s’opposer par tous les moyens au militarisme et aux armements? Faut-il au contraire être en faveur de la défense nationale tout en étant pacifiste ? Au fonds, qu’est-ce signifie cette identité pacifiste si souvent et fièrement revendiquée avant le premier conflit mondial ? Ce ne sont là que quelques interrogations qu’il faut approfondir si on souhaite  avoir une vision plus exacte du mouvement en faveur de la paix avant 1914. Plusieurs travaux déjà anciens comme ceux de J.J. Becker ou J.Julliard ont posé des jalons précieux pour aborder ce sujet. Cependant, lorsqu’on souhaite analyser cet aspect sous un angle plus localisé en retraçant la micro-dynamique de la mobilisation contre la loi des trois ans, il semble nécessaire au moins pour partie de reprendre certains points.

Comment être antimilitariste dans un port de guerre ou un arsenal ?

            La mobilisation contre la loi des Trois ans est développée à la suite du congrès socialiste international de Bâle. La tenue du congrès de la Sfio à Brest en mars 1913 s’inscrit dans le temps de cette mobilisation sociale aux contours multiples. Chaque semaine, des manifestations ou des meetings se tiennent  depuis 1912 dans l’ensemble du territoire français. En Bretagne, on retrouve de tels rassemblements à répétition bien que le contexte soit particulier. En effet, les plus grands centres urbains, qui sont également les principaux lieux d’implantation du mouvement ouvrier, sont marqués par les activités militaires : Brest, Lorient et Rennes, mais aussi d’autres lieux comme la poudrerie de Pont-Buis par exemple, disposent d’arsenaux qui sont bien souvent le principal employeur du lieu. Il y a donc ce premier paradoxe qu’il faut aborder, à savoir que la mobilisation contre la guerre se fait justement dans des lieux où les principales activités économiques sont intrinsèquement tournées vers l’industrie militaire. D’ailleurs, lorsque le maire de Brest ouvre le congrès socialiste en 1913, il éprouve le besoin de préciser  l’environnement particulier de la ville:

 « Je souhaite que cette ville de Brest qui est au milieu des instruments de destruction et de carnage, des instruments de meurtre, voie la première sortir une résolution qui, mise en pratique, empêchera les guerres entre les nations européennes. [1]»

Au delà d’une typologie des positionnements des militants socialistes sur la question de la guerre et de la paix, c’est justement ici l’étude d’une mise en pratique qui m’intéresse.

La mise en pratique d’une manifestation pacifiste

La manifestation socialiste de Rennes a lieu le 14 mars 1913. Un jour auparavant, de nombreux étudiants de la ville se sont réunis pour soutenir le projet de loi des Trois ans et s’opposer à toute forme de pacifisme. Selon eux, la France avait besoin de cette loi pour faire face aux pays ennemis et il n’était pas question de s’opposer aux trois ans de service militaire, un sacrifice certes pour la jeunesse, mais surtout une obligation face aux dangers de l’époque.

La mobilisation rennaise contre les trois ans doit donc être située dans ce contexte mouvementé où les appels à manifester d’un côté ou de l’autre sont nombreux et où les autorités s’inquiètent de plus en plus de ce mouvement contre les trois ans. J’ai pris connaissance il y a seulement quelques mois de cette manifestation dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international qui l’évoque juste avant le résumé du congrès de Brest.[2]

Cela m’a dans un premier temps interrogé : la France connaît au même moment une série de rassemblements bien plus importants que celui de Rennes ; que ce soit à Toulouse, Lyon, Lille ou au Pré-Saint-Gervais, les socialistes ont été beaucoup plus nombreux à s’opposer à la loi des trois ans, souvent portés par des discours des leaders de la Sfio. Rien de tout cela à Rennes, alors pourquoi retenir cette date dans une chronique résumant pour l’Internationale socialiste l’actualité du parti en France ? Sans doute parce que lors de ce rassemblement, partisans et opposants de la loi des trois ans se sont affrontés physiquement et que les premiers plus nombreux ont alors montré leur force contre les nationalistes et leur superiorité.

La réunion contre la loi des trois ans a lieu à la bourse du travail de la ville. Organisée conjointement pour la Sfio et la Cgt, elle est dirigée d’un côté par Charles Bougot, conseiller municipal et l’homme fort des socialistes rennais depuis le début du siècle, et par Ernest Chéreau, militant de la Cgt. Cela montre l’union des deux forces principales du mouvement ouvrier même si leurs points d’opposition sont nombreux à l’époque. Surtout dans la région, de nombreux militants sont en réalité membres des deux organisations. Enfin, en ce qui concerne la Sfio, il faut bien garder en tête que les socialistes sont peu  nombreux à cette période à Rennes et dans le département de l’Ille-et-Vilaine et que s’ils souhaitent lancer un mouvement de masse, cela implique l’appel à d’autres groupes militants.

Un millier de personnes assiste à la réunion. À peine celle-ci a-t-elle débutée que 200 ou 300 étudiants nationalistes arrivent, drapeaux français déployés et vindicatifs. La réunion se transforme en une immense bagarre dans un premier temps dans la salle, puis ensuite dans les rues avoisinantes. Le compte rendu de La Dépêche de Brest, toujours à cette époque très hostile à l’ensemble du mouvement ouvrier mérite ici très cité :

« À la sortie les étudiants patriotes se formèrent en cortège, mais les syndicalistes alors renforcés de nombreux apaches réussirent par une habile tactique à isoler les premiers rangs de tête où se trouvaient les drapeaux tricolores. En un instant, ceux-ci furent lacérés, brisés piétinés cependant que dix ou douze étudiants qui formaient en quelque sorte la garde d’honneur étaient odieusement lynchés »[3]

Quelle signification donner à cette « mêlée[4] » ?

On notera l’association entre les opposants à la loi des trois ans et des «apaches», mot de l’époque pour désigner ce qu’aujourd’hui on appellerait « casseurs » ou « voyous ». Dans la logique anti-socialiste  de ce journal, il est nécessaire qu’à ces manifestants se soient joints des délinquants, manière de porter le discrédit sur l’ensemble du mouvement ouvrier. Plus important peut-être ici, on peut également relever la mention d’une possible tactique des socialistes et des syndicalistes pour s’opposer aux étudiants nationalistes. Cela supposerait un dispositif dont on aimerait mieux connaître les composantes. Mais une telle tactique est-elle seulement réelle et ne s’agit-il pas plutôt d’un simple réflexe de défense collective ? Toujours est-il que dans le bulletin périodique du BSI, cette manifestation est mise en avant parce qu’elle illustre une réussite dans la mobilisation des socialistes contre des adversaires. Une semaine avant le congrès national, la Sfio montre dans la région bretonne qu’elle tient le haut du pavé et qu’elle sait faire face aux partisans de la loi des trois ans. Les socialistes pacifistes et antimilitaristes peuvent se montrer violents si les circonstances l’obligent. C’est assez pour inquiéter les autorités à Rennes, Brest ou ailleurs. Mais c’est aussi un signal d’alarme pour les socialistes : sur quoi peut aboutir cette grande mobilisation contre les trois ans ? Le congrès national arrive à point nommé pour tenter de régler la question.


[1]Intervention d’ H.Masson, 10e Congrès socialiste de Brest, 23-25 mars 1913, compte rendu sténographique, Paris, 1913 p.83-84.

[2] Voir Bulletin périodique du BSI, 1909-1913, introduction de G.Haupt, Genève, Minkoff reprint, 1979.

[3] La Dépêche de Brest, 16 mars 1913. Depuis quelques semaines, ce quotidien est disponible à la lecture en ligne . Bien que journal d’informations, durant une bonne partie de la période sur laquelle je travaille, la Dépêche est farouchement anti-socialiste. Cela implique des considérations très négatives pouvant aller jusqu’à l’énoncé de faits erronés. C’est pourquoi l’utilisation de ce quotidien doit être toujours associée à d’autres sources d’informations.

[4] Le terme « mêlée » est utilisé dans le compte-rendu du bulletin du BSI.

NB : la citation du titre « c’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants » provient d’un compte rendu de la manifestation paru dans Ouest-éclair le 16 mars 1913.

Pour qui sonnent les cloches de Bâle?Les délégués bretons au congrès socialiste international de 1912

Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912
Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912

Revenir sur le congrès socialiste international de Bâle de 1912 avant d’évoquer le congrès de la Sfio à Brest s’explique par l’importance du contexte international et du problème de la guerre pour les socialistes avant 1914. Entre ce grand rassemblement international et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, un large mouvement social défendant la paix se développe en Europe mais l’adhésion  durant l’été 1914 des socialistes à la guerre dans chacun des pays belligérants a eu tendance à l’occulter. Pourtant, si on cherche à comprendre ce que l’on perçoit souvent au mieux comme un revirement inexplicable, au pire comme une trahison, un retour sur la période 1912 à 1914 permet de suivre les sinuosités du mouvement socialiste d’opposition à la guerre. Le congrès de Bâle en est à la fois un accélérateur et une vitrine comme peut l’illustrer le roman de Louis Aragon Les Cloches de Bâle publié pour la première fois en 1934, mais dont le contenu est influencé par les évènements postérieurs. L’écho de Bâle se mesure également lors de la tenue du congrès brestois, où il est à plusieurs reprises évoqué. C’est pourquoi je voudrais dans ce premier billet d’ouverture évoquer le congrès international, mais selon un angle particulier : quelques délégués bretons sont en effet présents à Bâle où l’opposition  socialiste à la guerre se trouve au cœur des débats.

Les délégués bretons à Bâle

127 délégués français sont présents en Suisse les 24 et 25 novembre 1912. Parmi eux, on trouve le député de Brest Émile Goude ainsi que le maire de la ville, Hippolyte Masson. Ils sont accompagnés par Augustin Hamon et sa femme habitants des Côtes du Nord. On peut ajouter au groupe breton Charles Brunellière, originaire de Nantes, qui est surtout l’ancien responsable de la Fédération Socialiste de Bretagne, une structure qui rassemblait tous les socialistes de Bretagne afin sa disparition voulue entre 1907 et 1908 afin de constituer des fédérations départementales dans l’ensemble de la région. Si on compare ce petit groupe au reste des délégués, on peut se rendre compte qu’outre les dirigeants les plus en vue de la Sfio, sont présents des représentants des plus grosses fédérations départementales. Il n’y a pas, ainsi, de représentant du Morbihan ni de l’Ille-et-Vilaine, fédérations socialistes bien plus petites à l’époque. Si chaque militant breton présent à Bâle s’est engagé dans des actions contre la guerre, comme par exemple Masson qui vient au même moment de perdre son pouvoir de police à Brest pour avoir conduit une manifestation pacifiste agitée le 16 novembre dans sa ville, ce n’est sans doute une raison suffisante pour expliquer leur présence. En effet,au mois d’août de la même année, un socialiste de Lorient, Louis Cren s’était illustré au congrès des instituteurs de Chambéry où l’opposition à la guerre fut exprimée et il n’est pourtant pas présent à Bâle alors qu’il est un des dirigeants fédéraux. On peut alors penser aussi que la présence des deux Brestois s’explique par la proche tenue du congrès de la Sfio dans leur ville. Être présents à Bâle permet tout d’abord à Masson et Goude d’être connus et reconnus par les autres délégués, mais surtout cela peut leur donner peut-être des idées sur l’organisation du congrès national qu’ils doivent accueillir quelques mois plus tard.

Si on connaît bien le déroulement du congrès international grâce aux compte rendus de l’époque mais aussi par des travaux historiques, on peine toutefois à avoir des données sur le séjour des Bretons lors de ce congrès. Mais même dans le cas de militants dont on a conservé des écrits personnels, on peut noter qu’on ne dispose pas forcément de beaucoup de détails sur cette conférence internationale. Ainsi Marcel Cachin, qui est à ce moment un des responsables de la propagande au sein de la Sfio, précise dans son carnet le trajet effectué – Paris-Nancy- Bâle en passant par Strasbourg – mais il ne s’arrête que très peu sur le déroulement en lui-même :

« À la réunion de la cathédrale, des vieux, K.Hardie, Greulich et Bebel qui ne peut plus causer. Les drapeaux rouges, une centaine dans le chœur. Les cloches. »[1]

On ne trouve pas d’autre précision et dans ce cas, c’est donc un résumé bien rapide que nous pouvons lire. En ce qui concerne les Hamon pour le moment, je n’ai pas trouvé de compte rendu de leur participation au congrès. Lié à de nombreux militants socialistes étrangers, l’intellectuel Augustin Hamon a pourtant sans doute écrit à ce propos, mais il me faut encore chercher sur cette question. Quant aux deux Brestois, ils rendent compte de leur participation au congrès de Bâle lors d’un meeting quelques jours après leur retour à Brest.

Le compte rendu à Brest

5000 personnes assistent au meeting de Brest contre la guerre en décembre 1912. En effet, l’un des principes adoptés à Bâle était l’organisation d’une agitation militante contre la guerre afin de sensibiliser le maximum de personnes sur ce point. On retrouve en conséquence dans tout le pays une série de manifestations ou de meetings pacifistes. Masson en profite pour dire ce qu’il faut retenir de la mobilisation internationale :

« Le maire de Brest, dans ce langage clair et ferme qui lui est particulier, rend compte du Congrès de Bâle et comment le manifeste. Eloquemment, il s’élève contre les terribles méfaits de la guerre et parle de la magnifique manifestation qui se composait de 30.000 socialistes et qui se déroula pacifiquement dans les rues de Bâle. »[2]

C’est ensuite Goude qui intervient :

« Le député de Brest clôt la série des orateurs. Son apparition est saluée par les applaudissements. Au début, il fait part des impressions qu’il a ressenties au Congrès de Bâle auquel il a assisté avec son ami Masson. Rarement, dit-il, il a été donné de voir manifestation plus imposante et les chauvins à l’esprit étroit et guerrier ont reçu là une excellente et forte leçon. »[3]

La manifestation qui est évoquée par les deux Brestois s’est déroulée à l’ouverture du congrès. On en connaît  la description par le compte rendu analytique paru dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international[4] et par des travaux historiques: outre l’ensemble des publications de l’historien Georges Haupt sur le sujet, une étude récente Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität[5] – dont on peut lire un extrait en ligne – offre de nombreux renseignements sur le congrès. On y trouve en particulier de nombreux documents qui illustrent le dispositif nécessaire au bon déroulement de cette grande réunion internationale.

L’ensemble documentaire donne une vision assez précise de la réunion à laquelle les délégués bretons ont pu assisté. La description du cortège nous est fournie par le bulletin du Bureau Socialiste international :

« Vers 2 heures, le cortège partit de la cour de la caserne. Il était précédé de l’Union ouvrière cycliste ‘Solidarité’ et d’un groupe d’enfants habillés de blanc et portant des palmes symboliques de la paix. Sur leurs drapeaux, on lisait des inscriptions pacifistes : ‘Il est plus honorable de sécher des larmes que de verser des flots de sang’.Venaient ensuite les membres du Bureau Socialiste International. Derrière eux, marchaient les groupes nationaux qui chantaient leurs chants de parti (…)De nombreux corps de musique figuraient dans le cortège, animé d’une multitude de bannières rouges claquant au vent. »[6]

Cette liturgie socialiste a marqué les esprits et Masson précise lors du meeting brestois son admiration pour une telle organisation:

«Dans une superbe envolée il établit la différence des procédés des deux pays et exprima le regret de ne pouvoir à Brest commencer une manifestation à la caserne Fautras pour la terminer à l’église St Louis. »[7]

 Comment organiser un congrès socialiste?

Le maire de Brest, sachant qu’il doit organiser un grand rassemblement socialiste quelques mois plus tard, a sans doute accordé beaucoup d’importance à l’organisation de ce congrès de Bâle. A-t-il pour autant emprunté des éléments de mise en scène ? On aimerait pouvoir en savoir davantage, tout comme on voudrait en savoir davantage sur ce qu’ont pensé les délégués bretons de ce grand rassemblement contre la guerre. La seule chose qu’on peut mentionner à ce sujet pour le moment est un rapport du sous-préfet de mars 1913 relatant la préparation du congrès national de la Sfio dans la ville de Masson. Sur le même principe des bannières et des oriflammes qu’il a vu à Bâle, le maire souhaite en effet décorer les rues de la ville, et le sous-préfet de préciser les choses :

«En vue du prochain congrès socialiste qui doit se tenir samedi prochain, la Municipalité fait ériger dans les rues de Brest des mâts rouges surmontés d’une oriflamme également rouge portant les initiales P.S du parti socialiste. J’estime que ces oriflammes ne constituent pas un emblème séditieux. »[8]

Ce courrier du sous-préfet, qui précise aussi qu’il ne souhaite pas prendre des mesures coercitives contre la municipalité socialiste durant cette période où tous les leaders socialistes nationaux seront présents, nous montre donc un aspect de la préparation du congrès de la Sfio. Comme à Bâle, les socialistes bretons ont souhaité décoré les rues tout au long du parcours du cortège qui est prévu. Passant de Bâle à Brest, j’y reviendrai dans un prochain billet ; mais avant cela deux étapes d’escale seront faites : le Pré-Saint-Gervais et Rennes, où les manifestations contre la guerre et contre la loi des trois ans mobilisent les forces  socialistes. Entre temps, il me faudra aussi finir de lire Les Cloches de Bâle d’Aragon, que je trouve par bien des côtés ennuyeux, ainsi que Gegen Den Krieg. Dans ce dernier cas,  lisant très mal l’allemand, je le ferai sans doute avec grande difficulté, un peu comme les congressistes qui lors de la réunion à Brest ont écouté le discours du socialiste allemand Molkenbuhr avant qu’on traduise dans un second temps ses propos.Mais je reviendrai aussi plus tard sur cet aspect! Enfin le congrès de Bâle a fait l’objet d’une commémoration en novembre dernier : on peut avoir davantage de renseignements en consulter le site de ce centenaire .


[1] Marcel Cachin, Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993, p.677.

[2] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912 «  le meeting contre la guerre ».

[3] Idem.

[4] Georges Haupt (édit.) Congrès international extraordinaire, Bâle, 24-25 novembre 1912, Genève, Minkoff reprint, 1980.

[5][5] Bernard Degen et alii, Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität, Bâle, C.Merian Verlag, 2012.

[6] G.Haupt, op.cit, p.30

[7] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912.

[8] Rapport du 19 mars 1913, Archives départementales du Finistère, 1M218.

À quoi sert un centenaire? Retour sur le congrès socialiste de Brest (mars 1913)

Le congrès de Brest à la Une de l'Humanité, 25 mars 1913
Le congrès de Brest à la Une de l’Humanité, 25 mars 1913

La pratique de l’histoire semble être de plus en plus liée à l’existence de commémorations qui valorisent tel ou tel évènement qu’on estime significatif et signifiant pour notre époque. Une telle profusion d’ «anniversaires» stimule la recherche historique par une demande sociale grandissante, mais en même temps restreint cette même recherche à quelques périodes ou quelques évènements dont on estime qu’ils ont une portée actuelle au risque de délaisser d’autres périodes qui auraient pourtant méritées qu’on s’y attarde. Comme mon sujet de thèse porte pour partie sur la Première Guerre mondiale, il est probable que l’année 2014 aura une influence sur mon travail. La commémoration du centenaire de 14-18, que l’on peut sentir déjà effervescente, donnera en effet lieu à de nombreux colloques, publications ou documentaires. Si comme tous les historien-ne-s, je me réjouis de cette perspective, il me semble aussi important d’interroger une telle pratique, celle qui consiste à réduire l’histoire à une série de commémorations, même si celles-ci impulsent de nombreux travaux novateurs (ce qui n’est toutefois pas toujours le cas).

Avant d’aborder plus en avant cette question, je vais donc durant le mois de mars sur ce carnet de recherches « créer » un centenaire. Il n’y a a priori aucune raison à cela, juste un point de départ commençant par « il y a cent ans commençait… ». Je prendrai le prétexte du centenaire du congrès de la Sfio à Brest, qui s’est déroulé en mars 1913, pour écrire une série de billets sur ce thème. Il n’y a pas, à ma connaissance, de commémoration officielle de cet évènement  mais ce n’est bien sûr le point essentiel. Il s’agira plutôt, d’une part, de relater le déroulement de ce congrès selon plusieurs angles d’étude, et d’autre part de tirer quelques enseignements de cette « commémoration de papier » dans un cadre plus large de la pratique de la recherche en histoire.

Pour le moment, voici la liste des billets qui seront publiés dans le cadre de ce mois « Brest 1913-Brest 2013 » :

Le 1er billet portera sur la journée de manifestation qui a lieu à Rennes le 14 mars 1913. En effet durant ce mois, la France connaît une forte mobilisation du mouvement ouvrier contre la loi des trois ans et ce jour-là dans la ville bretonne, des affrontements entre socialistes et camelots du roi ont lieu. Ce sera l’occasion de s’arrêter sur les pratiques militantes des socialistes dans un contexte de mobilisation sociale.

Plus largement, le second billet portera sur ce moment historique où la loi des trois ans est discutée en France. Une semaine avant le congrès de Brest a eu lieu en effet un très large rassemblement au Pré-Saint-Gervais, qui sera suivi d’autres rassemblements au même endroit en mai de la même année. J’étudierai donc l’importance de cette mobilisation qui atteint son paroxysme lors de ces manifestations parisiennes restées dans les mémoires militantes.

Les billets suivants porteront ensuite plus précisément sur le congrès de Brest : le troisième texte s’intéressa ainsi à la préparation et à l’organisation du congrès par la fédération du Finistère en posant la question de la « logistique » d’un tel congrès. Dans le 4ème billet, les idées défendues par les socialistes seront analysées, en particulier celles concernant le pacifisme, l’internationalisme et la loi des trois ans. Le 5ème texte s’intéressa au grand absent du congrès : Jaurès, retenu par les débats à la Chambre, n’est en effet pas présent et on s’interrogera pour savoir si c’est sa seule absence qui a fait du congrès de Brest « un congrès raté ». La 6ème étude portera sur l’internationalisme en action à travers l’étude de la présence du socialiste allemand Molkenbuhr qui fait un discours à la tribune. L’avant-dernier texte aura pour but d’étudier la portée de ce congrès si proche du déclenchement du Premier conflit mondial. Et enfin dans un 8ème et dernier billet, je reviendrai sur le thème évoqué dans ce début de ce texte, à savoir l’utilité des commémorations dans la pratique de la recherche en histoire.

Deux remarques pour finir : tout d’abord, il ne faudra voir dans cet ensemble que des esquisses, pas une étude aboutie sur le sujet. Ensuite et surtout, le congrès de 1913 par bien des aspects marque en quelque sorte le début de la période chronologique sur laquelle repose mon travail de recherche, même si pour certains points je remonte plus loin dans le temps. Il sera donc commode d’y voir aussi quelques idées que j’essaye en ce moment de rassembler dans l’écriture de ma thèse. C’est pourquoi dans une sorte d’introduction à l’ensemble de la série ici évoquée je vais au préalable évoquer un autre congrès qui se déroule en 1912 à Bâle. Il s’agit du congrès de l’Internationale socialiste consacré aux questions de la guerre et de la paix. Plusieurs délégués bretons y assistent et le prochain billet qui sera publié dans un ou deux jours portera sur ce congrès international contre la guerre avant de débuter franchement la série du mois de mars consacré à  Brest 1913-Brest 2013.