Archives mensuelles : octobre 2010

Séminaire sur la Première Guerre mondiale ( Ehess)

La première guerre mondiale, guerre du XIXe, guerre du XXe siècle (2010-2011)

Annonce provenant de Calenda (15 octobre 2010)

Séminaire mensuel de recherche à l’EHESS Paris. Ce séminaire se propose de décloisonner l’étude de la Grande Guerre par une nouvelle approche chronologique et pluridisciplinaire.Scrutée à la loupe par une histoire politique, sociale et culturelle qui l’a souvent enfermée dans son « événementialité », la première guerre mondiale mérite d’être étudiée dans une temporalité nouvelle. Afin de dépasser les simples concepts d’entrée et de sortie de guerre qui restent encore trop collés à l’événement lui-même, la Grande Guerre sera travaillée non pas comme un « pur événement » mais tout à la fois comme continuité du XIXe siècle et comme catalyseur du XXe siècle. Le séminaire se présente sous la forme d’un atelier de discussion ouvert à tous, articulé autour de la mise en commun de textes et de présentations de recherches en cours. Continuer la lecture de Séminaire sur la Première Guerre mondiale ( Ehess) 

A rebours : présentation de recherche

Avant d’expliquer avec davantage de détails ma recherche en cours, un petit retour en arrière paraît nécessaire.

J’ai commencé à m’intéresser au socialisme en Bretagne lors de la réalisation de mon mémoire de maîtrise en 1995 qui portait sur Jean Louis Rolland. Militant socialiste, il a participé à la Première Guerre mondiale, adhère ensuite quelques mois au nouveau parti communiste puis retourne à la «  vieille maison » en gravissant petit à petit toutes les étapes de la carrière militante. Maire de la commune de Landerneau en 1929, il est député de Brest en 1936 et est un des 80 élus de la République qui refuse de donner les pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940. Pacifiste, appartenant au courant paul-fauriste, il devient toutefois résistant au sein du mouvement Libération Nord et dans le réseau Jade Fitzroy. Il continue ensuite à être un élu important de la fédération socialiste du Finistère, dans l’ombre de celui qui incarne durant toutes ces années le visage du socialisme en Bretagne, Tanguy Prigent.

Photo DR, archives municipales de Brest

Ce mémoire de maîtrise intitulé «  la carrière politique de Jean Louis Rolland, 1919-1946 » a été soutenu à l’Université de Bretagne Occidentale en 1995.

Ensuite, après de nombreuses interruptions dues aux vicissitudes de l’existence, j’ai soutenu en 2005 un mémoire de master 2 intitulé  «  Résister à la guerre ? Les militants ouvriers du Finistère face à la guerre, 1914-1962 ». Il s’agissait dans ce travail de problématiser la recherche entamée : comment se comportaient les militants ouvriers en temps de guerre ? Derrière cette trop vaste question, j’essayais d’élaborer une démarche qui m’aurait permis d’étudier les trajectoires militantes face aux guerres du XXème siècle.

Assez vite, je me suis rendu compte des nombreuses impasses dont lesquelles un tel projet  ne risquait pas de m’entraîner.

J’ai donc modifié à nouveau mon projet en me focalisant d’une part sur les militants socialistes (au sens large) et d’autre part sur les usages de la violence (ou les réfutations de celle-ci) par ces mêmes militants. J’ai surtout restreint la période chronologique, ou plutôt il y a eu un déplacement de période. Plutôt que de faire de la Seconde Guerre mondiale le cœur de ma recherche, c’est dorénavant le premier conflit mondial qui me paraît central.

Pour en savoir plus :

Un article sur les grèves d’août 1935 à Brest paru dans le Monde diplomatique :

http://www.monde-diplomatique.fr/2006/06/KERMOAL/13540

Ma page de présentation au sein du CRH de l’Ehess :

http://crh.ehess.fr/document.php?id=1547

enklask

Il s’agit de rendre compte de l’avancement d’une thèse en histoire sur le socialisme en Bretagne préparée à l’Ehess.Le sujet de thèse porte plus particulièrement sur les liens qu’entretiennent les militants socialistes avec la violence ( violence politique, violence de guerre) entre 1905 et 1940.Le carnet permettra de rendre compte de l’avancée de mes recherches, mais aussi de susciter contacts et échanges d’informations avec d’autres chercheurs, mais aussi avec d’autres personnes qui pourraient m’aider à trouver des informations ( familles de militants, généalogistes, passionnés d’histoire locale, etc.)