Archives mensuelles : novembre 2010

démêler les fils d’une recherche

Présenter la recherche en cours est un exercice obligé mais qui est toutefois difficile à réaliser. Comment vraiment savoir où on va ? Combien de fois ai-je été incapable d’expliquer quelle était ma recherche en cours ? Pourtant, on ne peut éviter périodiquement d’expliquer le travail que l’on fait. Certaines séances de séminaire permettent de clarifier un work in progress. Cela sera le cas lors du prochain séminaire des doctorants de l’Ahmoc, où chacun devra présenter sa thèse en cours.

Alors que dire à propos de mon travail en cours ?

Peut-être partir de cette photo :

Il y a dans ces carnets de nombreuses notes prises lors des dernières années. Des compte rendus de lecture, des résumés d’articles, la tenue épisodique d’un journal de recherches, des listes de livres ou d’archives, des débuts d’articles ou de paragraphes, des morceaux d’auto-analyse ou d’hypothèses, un paragraphe rédigé, un autre plus loin dans un autre carnet, un début de plan, un nom à rappeler, une idée pas encore aboutie. Comme sur cette photographie, il y a là les idées amassées, rassemblées et discutées. Je préfère écrire sur des carnets plutôt que d’écrire à l’ordinateur, sans doute y-a-t-il un côté «  old school » qui ne me déplaît pas.

Je les relis souvent, les raye, j’ajoute, je recopie. Parfois, j’oublie des pans entiers de réflexion, mais la relecture m’y replonge. Je sais que dans quelques mois, il faudra y mettre de l’ordre, puis tout rassembler et rédiger. Pour le moment, cela donne une impression de désordre. D’autant que je suis loin d’avoir fini la collecte d’informations.  Mais les doctorant(e)s trop organisé(e)s, qui ont déjà tout planifié, tout organisé, cela me terrifie un peu. Comment ne pas se laisser happer par une idée nouvelle, par un fait nouveau, par un « grain de sable » qu’on avait pas prévu jusqu’à lors ?

En même temps, on ne peut pas passer son temps à faire des «  rêves d’histoire », il faut aussi par moment concrétiser et établir par écrit la recherche en cours. S’interroger trop sur sa pratique a aussi des effets néfastes : on se regarde faire, à tel point que parfois on oublie de faire. Pour le moment, la plus grande part de mon temps consiste à collecter des informations, à lire et relire de multiples travaux. Mais  je n’ai pas forcément le temps que je voudrais (mais qui l’a ?). Sans doute que le fait de tenir un carnet/blog de recherches m’incite à écrire et à réfléchir davantage.

Ma recherche tente de comprendre les rapports qu’ont entretenus les militants socialistes avec la violence au cours du premier vingtième siècle. Mais comme a pu l’écrire Jean Pierre Vernant, lorsqu’on tire un fil et qu’on essaye de se l’approprier, très souvent une pelote de fils emmêlés vient avec, et il faut donc patiemment tenter de s’y retrouver et de délier chacun des fils.

Au hasard des lectures de ce week end, je suis tombé sur un article de Jean le Tréis dans le journal socialiste le Cri du Peuple en 1923. J’ai déjà évoqué LeTréis dans un billet précédent. Mais là, on peut voir que quelques années après avoir quitté avec fracas la Sfio pour aller rejoindre les communistes, il revient à la Sfio. C’est un parcours que l’on retrouve très souvent : la violence de guerre a conduit Le Tréis à vouloir la révolution. Il plonge alors dans un désir de violence politique incarnée par le jeune parti communiste. Mais très vite, il se désengage : il faudrait pouvoir comprendre pourquoi.

Le socialisme, le pacifisme et Ricoeur (suite)

Lorsqu’on s’interroge en historien sur l’action de Paul Ricoeur au sein de la Sfio d’avant -guerre, on tombe souvent sur un texte polémique de Robert Lévy paru dans la revue Sens Public (lire ici). On y découvre une lecture partiale du parcours de Ricoeur dans l’immédiat avant-guerre et dans ses années de captivité en Allemagne. Ce texte, qui nous retrace la genèse des « découvertes» de Robert Lévy n’obéit pas vraiment aux règles historiques en usage. Superposer des citations et en commenter le sens avec les yeux inquisiteurs de celui qui se place anachroniquement au dessus de la mêlée ne fait pas avancer la connaissance historique. Rançon malheureuse de la gloire : grâce à Internet, on tombe et retombe invariablement sur cet article si on cherche des renseignements sur la vie de Paul Ricoeur.

Avec une repartie heureuse, Olivier Abel a répondu sur le site de la fondation Ricoeur à ce texte (lire ici) ; ainsi il écrit  « Il y a donc ici un travail de vérité sur l’évolution de sa pensée en amont de cet épisode, qu’il faut reprendre si l’on veut comprendre les propos incriminés et ne pas les amalgamer avec des choix idéologiques qui leur sont profondément étrangers. Sa propre mise au point, faite en 1994 sous le titre « Note sur Certaines paroles de prisonniers », nous permet de cerner la façon dont lui-même abordait cette période. Il serait d’ailleurs utile un jour de reprendre tous ces textes du Ricoeur d’avant-guerre afin de vérifier leur cohérence et leur force. » Le texte de 1994 rédigé par Paul Ricoeur est aussi disponible sur le site de la fondation (lire ici).

J’essaye donc à une place modeste de reprendre les écrits de Ricoeur dans l’immédiat avant-guerre. Comme le souligne avec force raison Olivier Abel, certains jugements de Ricoeur peuvent aujourd’hui déconcertés mais il importe avant tout de les replacer dans leur contexte. Le philosophe lui-même est revenu à plusieurs reprises sur son parcours personnel d’avant la Seconde Guerre mondiale.

Qu’il se trompe sur certaines dates ou sur certains faits n’implique pas qu’il faille condamner ses témoignages et les placer sous le sceau d’une quelconque volonté de cacher certains épisodes de son existence. De tels procès d’intention ont souvent été faits sur des témoins de la Seconde Guerre mondiale, comme lors d’une table –ronde organisée par Libération à propos des époux Aubrac. Confronter les sources et la mémoire des témoins soumis naturellement aux méandres du temps peut en effet entraîner des réajustements dans la reconstitution de trajectoires de vie. Cela n’implique pas automatiquement, comme le pensent les «Fouquier- Tinville» de la pensée historique, une volonté de mentir de la part des témoins.

De telles précautions méthodologiques impliquent aussi, comme le souligne Abel, qu’il faut s’intéresser de près aux écrits du jeune Ricoeur.

Ainsi dans le précédent billet, j’évoquais un article de l’hebdomadaire de la fédération socialiste du Morbihan, en date du 29 avril 1939, où il y avait un compte-rendu d’une conférence de Ricoeur fait dans le cadre du cercle « Jeune France » de Vannes. Il est bien précisé l’appartenance du jeune professeur de philosophie de Lorient à ce groupe. Robert Lévy aurait été bien inspiré de s’intéresser à ce type de textes au lieu de se contenter de lancer quelques anathèmes à grand coup de montage de citations. En effet, cette appartenance au cercle « Jeune France » peut aider à expliquer le parcours de Ricoeur dans les années de captivité.

Mais qu’est-ce que le cercle «  Jeune France » ?

Dans le climat des années Trente, prompt à une remise en cause, venant de toutes parts, de la démocratie et sujet à de multiples interrogations sur l’avenir, apparaissent des structures politiques et intellectuelles «  non-conformistes ». « Jeune France » est l’un de ces groupes souvent éphémères. Lancé en 1937 par Jean Rivain, cet ensemble de cercles de réflexion se développe sur l’ensemble du territoire français, comme nous l’apprend Pierre Laborie dans  L’Opinion française sous Vichy (pp 88-89, Seuil, coll. Points, édition de 2001). « Jeune France » a la volonté de regrouper tous les courants politiques et d’aller au-delà de la gauche ou de la droite, mais comme le souligne Laborie «  il y a quelque chose de pathétique à découvrir chez les hommes de cette génération une telle volonté de surmonter le désarroi et de lutter contre le sentiment lucide d’une désagrégation de l’unité nationale » (P.Laborie, op.cit., p.89). Ricoeur appartient donc dans ces années au cercle de Lorient, comme d’autres socialistes,  présents dans ces groupes un peu partout en France. Mais la confusion idéologique entretenue par de telles structures, si elle ne semble pas avoir dérangée Paul Ricoeur, pose problème à d’autres socialistes au même moment. Ainsi, une de ses connaissances, lui aussi ancien étudiant rennais, socialiste et protestant, Robert Gravot ( dont Ricoeur rédigera bien plus tard une préface à son livre regroupant des conférences) , est à l’époque militant brestois  et il s’oppose à l’initiative de Jeune France en des termes très durs :  il écrit dans le Breton socialiste du 11 mars 1939 «  les ‘ cercles Jeune France’ étaient créés, qui rassemblaient les hommes de bonne volonté de tous les partis, pour élaborer un programme d’action commune, et pour sauver notre Empire. Admettons qu’ils furent des pèlerins sincères. La sincérité n’empêche pas l’erreur ».Plus loin dans l’article, il ajoute  que Jeune France représente selon lui «  un état d’esprit pré-fasciste ». Mais le terme employé doit bien sûr être remis dans un contexte bien plus global.

De plus, l’appartenance de Ricoeur à un cercle Jeune France montre qu’il connaissait donc avant son arrivée dans le camp de prisonniers en Allemagne Jean Rivain qui fut par la suite responsable de la publication non autorisée de textes attribués à Ricoeur, cet épisode étant évoqué dans les « notes sur certaines paroles de prisonniers » ou dans la biographie de François Dosse (dont on peut lire le chapitre correspondant aux années de guerre ici).

Loin de confirmer les écrits de Robert Lévy, ce qui précède montre cependant que les activités de Ricoeur dans ces années sont encore mal connues. Comme il l’a lui-même écrit dans les « notes », il faut avant tout retrouver les articles qu’il a pu écrire dans la presse militante socialiste. Plus largement, on ne dispose pas sauf erreur de ma part d’un article ou d’un livre expliquant l’action du philosophe au sein de la Sfio. C’est bien regrettable car cela pourrait éviter des polémiques lancées sur des bases tronquées et fausses. Cela permettrait aussi de mieux restituer le cheminement de la pensée de Ricoeur, confronté aux malheurs de l’époque. D’autres grands intellectuels, comme Claude Lévi-Strauss lui aussi militant socialiste avant-guerre, ont été étudiés en ce sens comme dans le livre d’Alexandre Pajon (qu’on peut lire ici).

Bien sûr ces quelques lignes ne sont qu’une infime part de mon travail de recherche en cours.

Où va le pacifisme? conférence de Paul Ricoeur, 10 mars 1939, Lorient

«  Cette brillante causerie, très documentée du professeur Ricoeur, a eu lieu le 10 courant et a séduit tous les auditeurs ». C’est ainsi que débute le compte rendu d’une conférence sur le pacifisme faite par Paul Ricoeur à Lorient. Ce compte rendu est publié dans le Rappel du Morbihan, le journal de la fédération socialiste de ce département, en date du 18 mars 1939.

Ricoeur est en effet dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, professeur de philosophie à Lorient. Tout en étant proche de la revue Esprit et en écrivant dans des petites revues chrétiennes de gauche, il est aussi un militant de la fédération socialiste du Morbihan, et à ce titre intervient dans le débat public à Lorient. Profondément attaché à la liberté  religieuse et proche d’André Philip, il doit faire face à de nombreux autres socialistes bretons farouchement anticléricaux. Pacifiste, il est en accord sur ce point avec le directeur du Rappel qui est le député Louis Lhévéder. Pourtant, il ya de nombreux éléments à découvrir sur cette période bretonne de Ricoeur. Tout d’abord il est successivement actif dans trois villes  Rennes, Saint Brieuc et Lorient. Ensuite, il écrit dans les journaux socialistes, parfois même sous le pseudo de «Péric». Il est ainsi l’auteur d’une série d’articles sur «socialisme et christianisme en 1934, où il analyse les rapports entre le socialisme et la violence.

A Lorient, il est militant au sein de la tendance «Redressement» de la Sfio, c’est-à –dire la tendance la plus pacifiste de ce parti et cela jusqu’au déclenchement du Second conflit mondial. Il est d’ailleurs en quelque sorte le leader de ce courant dans le département.A y regarder de plus près, son parcours dans les villes bretonnes et surtout son activité militante sont assez mal connus, quand bien même il soit revenu par la suite à plusieurs reprises dans des entretiens sur ces années, et en dépit de la biographie de François Dosse qui ne prend pas  en compte les articles publiés dans les journaux socialistes bretons. Il faut donc tenter de restituer son action dans les fédérations socialistes, d’autant que dans le bouillonnement  des années 30, il a participé à d’autres actions, par exemple en lien avec le groupe « Jeune France » à Lorient, qui souhaitait dépasser le clivage droite/gauche.

Extrait du Rappel du Morbihan, 29avril 1939.

Il semble appartenir à cette faction de la Sfio qui travaille à la fin des années 1930 à  mettre en place de nouvelles références idéologiques, en lien avec la revue Esprit ou des intellectuels comme Georges Lefranc. Bien des confusions et des recompositions ont suivi cette période. Il est pour le moment difficile de connaître Ricoeur dans ses années de militantisme breton au sein de la Sfio. Mais je m’y attelle. Même si on peut le critiquer, le formidable livre de Zeev Sternhell, « Ni droite, ni gauche » est un très bon guide pour se retrouver dans les méandres de ce nouvel esprit des années Trente.

En attendant, les liens entre philosophie et guerre étaient  aussi le thème de la première séance de séminaire sur la Première Guerre mondiale à l’Ehess. Ce fut l’occasion d’entendre le philosophe Frédéric Worms dans une belle intervention,  et qui a d’ailleurs un peu évoqué Ricoeur. A nouveau, la violence, la guerre et le pacifisme.

Surtout, il y a dans les jours qui suivent un colloque consacré au grand philosophe.

Pour connaître le programme , et en savoir plus sur Paul Ricoeur : le site de la fondation Ricoeur (clic dans l’image). Il y a de très nombreuses ressources.  J’y reviendrai plus tard.

11 novembre: « le cauchemar est fini » O.Kerjean

« Le cauchemar est fini. Les mugissements des canons, les sifflements des balles se sont tus. Le ciel bleuté de cette fin d’automne n’est plus terni par les lourdes fumées pestilentielles. Il s’égaie d’un soleil chaud encore qui affirme que la vie peut être vécue comme elle le fut jadis.

Des plateaux crevassé de trous immenses, des tranchées emplies de fils de fer déchirés et de gabions éventrés, des amas de cailloux que sont les ruines des pauvres villages, ne montent plus ni les cris déchirants des blessés, ni les longues plaintes monotones des mourants ».

C’est ainsi que Olivier Kerjean dans le Cri du Peuple du 16 novembre décrit la situation après la signature de l’armistice du 11 novembre 1918. Dans le même article, on perçoit le pessimisme de l’auteur sur la sortie de guerre tant la situation lui semble correspondre à un monde détruit. Pourtant il appelle de tous ses vœux à une action de plus en plus forte du mouvement ouvrier pour construire un monde nouveau où pourraient régner ce qu’il nomme « la concorde et la fraternité universelles ».

Kerjean est un des socialistes dont on retrouve le plus le nom dans les journaux socialistes du Finistère. Il a droit à sa biographie dans le Maitron mais il y a au final peu de renseignements sur son itinéraire. Il est, selon les sources et les périodes, soit avocat, soit publiciste ; membre influent de la Sfio, il participe aussi activement à la Ligue des droits de l’Homme. Après 1920, il reste à la Sfio, et se situe de plus en plus à la droite du parti. Il joue un rôle actif de journaliste au Breton socialiste et ce jusqu’à l’après Seconde Guerre mondiale. Mais il est difficile de croiser les faits le concernant, de rassembler des pièces de puzzle pouvant ressembler à la trajectoire de sa vie. Encore un de ces socialistes dont je peine pour le moment à connaître véritablement le rôle. Mais j’espère bien en savoir plus sur lui dans les semaines à venir.

Ce qu’il écrit a bien sûr une résonance particulière. Je pense aussi aux dernières images du documentaire réalisé par Laurent Veray, « l’Héroïque cinématographe» qui montre les passants lors du 11 novembre. Ces images montrées au ralenti illustrent cette période où la « sortie de guerre » et la démobilisation dans tous les domaines fut parfois difficile.

Le documentaire vient de sortir en dvd ( éditions Scéren-Cndp)

Peu de journaux pourtant ce matin pour rappeler cette Première Guerre mondiale. Si on évoque le 11 novembre, c’est plus le 11 novembre 1940 qui est relaté comme dans Le Figaro ou dans La Croix. Peut-être faudra-t-il attendre 2014 pour renouer avec une actualité mémorielle de la Grande Guerre. J’ai ainsi appris que la BNF prépare une grande exposition sur la période d’entrée en guerre. D’ici là j’aurai- du moins je le souhaite- terminer la rédaction de ma thèse.

Plusieurs publications récentes évoquent des aspects de  cette guerre : les livres d’André Loez, de Juliette Courmont ou de Romain Ducolombier. Je suis en train de les lire et en ferais probablement une recension ici. Relecture aussi du brillant essai de Stéphane Audoin-Rouzeau sur les deuils de guerre. Mais il y a tellement de choses à lire.

Mais Olivier Kerjean dans l’article que je viens de citer me donne une ligne de conduite :

« L’heure presse. L’heure n’est plus aux méditations et aux hésitations. Elle est à la préparation réfléchie, mais sans solution de continuité, en attendant que l’action suive», le Cri du Peuple, 16 novembre 1918.

Le goût de l’archive

Des historien(ne)s comme Arlette Farge ou encore Philippe Artières ont pu évoquer le  » choc physique » qu’entraîne parfois la lecture des archives. Après plusieurs feuillets lus, après de longues prospections dans des cotes qu’il n’est pas toujours aisé de comprendre, après la fatigue des yeux à force de lire le même type de document ou à force de tourner la molette de la machine à microfilms, il arrive qu’on tombe sur une indication, une lettre ou le compte rendu qui en un instant fait disparaître l’ennui et la fatigue.

Je suis ainsi tombé « par hasard » dans les archives d’ Yves Le Febvre consultées il y a quelques mois sur un brouillon d’article écrit par Jean Jaurès lorsqu’il est venu effectuer une tournée de propagande dans le département du Finistère aux alentours des années 1900. Hébergé chez Le Febvre, qui est à l’époque un des militants les plus entreprenants dans la construction du socialisme en Bretagne, Jaurès a dû écrire ce brouillon puis l’oublier ensuite. Ce sont juste quelques lignes, quelques phrases, le tout est interrompu en plein milieu de phrase. Il n’y a là rien de bien utile a priori pour l’historien. A part peut-être l’essentiel : l’émotion à lire et relire quelques mots écrits par celui qui allait devenir un grand leader socialiste. Et puis il y a aussi la teneur de ces mots, qui nous « parle » bien davantage après l’assassinat de Jaurès. Ces lignes évoquent en effet la guerre et la paix. La dernière phrase en suspension prend tout à coup une autre dimension :

« Petite république, Paris

La Paix nous n’avons jamais désespéré de la paix et nous avons indiqué aux lecteurs les raisons de notre optimisme les raisons confirment no » ; la phrase s’arrête là en plein milieu d’un mot. Comment ne pas penser , par une juxtaposition des années, par une collision des évènements à ce qui se passe en juillet 1914?

Les archives d’ Yves le Febvre sont conservées au CRBC de l’UBO de Brest.

As-tu vu Le Treïs?

Hier fut consacré à la lecture d’articles du Cri du Peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère, concernant les militants au front durant la Première Guerre mondiale.

Le Cri du Peuple est une aide précieuse pour connaître le parti socialiste dans le Finistère, ( photo dr)

La consultation des tomes du «  Maitron » m’a permis d’identifier certains militants. Mais aussi surtout de voir que les «  soldats socialistes » n’ont pas souvent laissé beaucoup de traces car le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français est lui-même trop souvent silencieux sur eux. Il faut donc poursuivre le travail de recoupement des données. Ainsi, dans les premiers mois du conflit, le journal finistérien met en valeur les militants morts au combat, blessés ou qui se sont illustrés par des actes de bravoure. Par exemple plusieurs soldats originaires de Carhaix sont évoqués par Jean Le Treïs, un des dirigeants de la fédération. Mais d’eux le «  Maitron » ne dit mot. Le Treïs exalte la geste socialiste dans les premiers temps du conflit, c’est plutôt intéressant à étudier. D’autant que ce militant va peu à peu rejoindre la «  minorité » du parti hostile à la guerre, pour devenir ensuite un des fondateurs du parti communiste dans le Finistère. Il est muté en 1922 et peu à peu on perd ensuite sa trace. C’est regrettable d’autant que c’est un personnage clé de ces années.

Jean Le Treïs est un militant socialiste important dans ces années de guerre ( photo dr)

J’espère en découvrir bien plus sur lui, un peu comme Roger Faligot et Rémi Kauffer qui s’étaient lancés à la recherche de Jean Cremet. Mais pour le moment j’essaye juste de mettre un peu d’ordre dans les notes que j’ai prises.

Tout historien a un rapport à « ses » morts (Philippe Artières)

Philippe Artières est un des historiens dont les travaux m’aident le plus à concevoir mon propre objet d’étude.  Je conseille d’ailleurs la lecture de l’entretien d’où j’ai tiré cette citation (entretien avec Ph.Artières paru dans Vacarme, n°43, printemps 2008).

Vouloir reconstituer des parcours de militants implique parfois de commencer par la fin. Lorsque je ne trouve aucun indice, aucune archive personnelle, ni d’aide pour contacter des descendants de personnes dont je cherche à connaître l’histoire, il m’arrive de partir d’un endroit a priori incongru, à savoir les cimetières.  Je cherche en ce moment par exemple des données sur Emile Goude. Il n’y a pas, du moins je ne le sais pas encore, d’archives privées venant de lui. On trouve sa trace dans les différents journaux qu’il a dirigés comme le Cri du Peuple de Brest, ou dans les archives d’Yves Le Febvre qui contiennent plusieurs dizaines de ses lettres.

D’autres documents personnels sont éparpillés dans d’autres fonds d’archives (comme une carte de lui dans les archives privées de Blum ou un rapport personnel rédigé par lui dans les archives de Jules Guesde à L’IIHS d’Amsterdam). Mais il ne semble pas rester d’autres archives personnelles et c’est bien regrettable.

Alors j’ai lu je ne sais plus où ( ce n’est pas dans la biographie que lui consacre le « Maitron» sans doute dans la Dépêche de Brest de 1941 annonçant sa mort ) qu’il a été enterré au cimetière d’Asnières Sur Seine. Alors je vais aller voir (peut-être dimanche ?).

Les tombes peuvent en effet révéler de nombreuses indications. Peut-être  est-ce la lecture du livre d’Olivier Schefer Revenants que je trouve plutôt intéressant ( il écrit ainsi que l’une des questions majeures du cinéma est «  que faire avec un cadavre sur les bras » ) ou alors le fait que ce soit aujourd’hui , mardi 2 novembre, le jour des morts ; mais toujours est-il qu’arpenter les cimetières peut être une piste de recherche à suivre lorsqu’on est sur les traces de personnes aujourd’hui oubliées.

portrait de Louis Dupoux, photo DR

On peut y trouver des photographies comme celle-ci, prise sur la tombe de Louis Dupoux au cimetière de Ploujean (Finistère).Dupoux était un des leaders de la Sfio dans les Finistère dans les années 1930 jusqu’aux années 1950, il écrivait sous le pseudonyme de «La Tour rouge» dans les publications socialistes et fut un résistant au sein de Libération-Nord et devint président du CDL du département. Le jour où j’ai visité ce cimetière, pas de traces autres, pas de fleurs qui pouvaient supposer que sa tombe était régulièrement « visitée ».Aucune autre indication en plus. Quelques mètre plus loin, ce n’était pas le cas de la tombe d’Henri Hémery, lui aussi militant socialiste et surtout un leader important de la CNP (Confédération Nationale Paysanne, qui était une organisation paysanne proche de la Sfio). La tombe était très fleurie, signe d’une « activité» autour de cette stèle. Une piste à suivre donc, mais pas d’autres indications pour autant, pas d’autres noms de personnes, pas d’autres noms de famille.

stèle d'Henri Hémery, cimetière de Ploujean, photo dr

Parfois on peut en effet trouver d’autres renseignements et remonter ensuite par une généalogie inscrite dans le marbre vers des descendants encore vivants de nos jours. Lors d’une visite au cimetière de Saint –Martin à Brest, j’ai ainsi trouvé quelques renseignements complémentaires sur les socialistes Léon Nardon, ancien maire de Brest, ou sur Guillaume Messager, adjoint au maire et responsable de la section socialiste de la ville. Mais s’y retrouver dans le dédale des tombes et des allées des cimetières est parfois long et fastidieux. Mais je suis persuadé que c’est aussi souvent un bon départ. Partir de la fin et faire une histoire régressive.

stèle de Guillaume Messager, cimetière Saint-Martin, Brest, photo dr

La stèle de Guillaume Messager fournit ainsi plusieurs données :  les titres « agrégé de physique, professeur honoraire, chevalier de la légion d’honneur », les noms d’autres familles associées « famille Daniel-Messager », d’autres renseignements qui montrent qu’il y a de nos jours des descendants « à notre arrière grand-mère ».

Par ailleurs, Le programme de lecture avance, d’ailleurs d’autres livres s’ajoutent encore. L’étude de Juliette Courmont sur   l’Odeur de l’ennemi, 1914-1918 , A.Colin, 2010, me semble très bien, bien que je n’ai encore lu que quelques pages. Elle allie histoire et anthropologie, ce qui est aussi une de mes démarches.

Question : est-ce que je vais trouver la tombe d‘Emile Goude au cimetière d’Asnières? Sera-t-elle fleurie?

A peine le début d’un commencement

Julien Blanc : Au Commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme, 1940-1941, Seuil, La librairie du XXIe siècle, 2010.

Faire la recension d’un livre est toujours chose difficile.  Pourtant ce passage obligé de tout travail de recherche est nécessaire afin de souligner les dettes que l’on peut contracter  ou de contester certains résultats obtenus. Dans ce carnet, il ne s’agira pas pour moi de faire des compte-rendus d’ouvrages selon les normes habituellement admises. Je souhaite plutôt partir de la lecture d’essais pour ensuite mieux déceler ce qui peut m’être utile afin de construire ma propre réflexion. Autrement dit, je cherche dans les livres lus ce qui peut m’être utile et je n’ai pas pour objectif de faire une recension complète des livres évoqués.

Alors pourquoi commencer par un livre sur la Résistance, alors que cet objet d’étude est a priori exclu de mon propre champ de recherche ? C’est que si mon sujet de thèse trouve son terme en 1940, la période de la Résistance en est la «  page suivante » naturelle. C’est en effet à partir d’une réflexion sur la participation ou non des socialistes à l’opposition à Vichy et à l’occupation allemande que ma problématique d’ensemble s’est peu à peu constituée. Il est donc normal que les études sur la Résistance trouvent une résonnance particulière dans mes propres investigations et nourrissent encore ma réflexion. Continuer la lecture de A peine le début d’un commencement 

L’ombre de l’ombre : sur les traces de René Litalien et programme des jours à venir

«  Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît çà et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment  pour que l’histoire soit finie ».C’est une citation de Paco Ignacio Taibo II tirée de  De Passage, un de mes livres préférés. Je trouve que c’est une description parfaite de mon travail en cours.

Je suis en ce moment à la recherche des traces d’un militant socialiste de Brest, René Litalien, et j’ai bien l’impression de ne voir que «  l’ombre de l’ombre » – autre livre de Taibo II-,  de cette personne. Litalien a été adjoint au maire de Brest après l’élection de la première municipalité socialiste de cette ville en 1904 .Professeur de lettres au lycée, il a été étudiant à l’Ecole normale supérieure dans la même promotion que Charles Péguy et Albert Mathiez. Devenu un des piliers de la Sfio dans le Finistère (il est ainsi trésorier de la jeune fédération entre 1907 et 1909), il est ensuite muté à Dijon, semble-t-il sur ordre de l’administration publique. Mais il continue de garder de nombreux liens avec la Bretagne, écrivant régulièrement dans Le Cri du Peuple, le journal socialiste de Brest ou encore plus tard dans la Pensée Bretonne de l’ancien socialiste Yves le Febvre.

J’ai collecté plusieurs de ses articles, plusieurs de ses lettres adressées à Le Febvre, ou encore pour l’une d’elle adressée aux frères Tharaud à propos de Péguy et de sa collaboration aux Cahiers de la Quinzaine. Dans ses écrits, on peut voir que René Litalien est un fin connaisseur du socialisme et de ses multiples chapelles dans les années d’avant la Première Guerre mondiale, discutant les analyses de Lagardelle ou de Sorel. Il est par ailleurs un des principaux animateurs de l’Université populaire brestoise et participe à la lutte antialcoolique dans les milieux ouvriers de Brest. Les quelques rares livres d’histoire qui l’évoquent ne le font qu’en quelques lignes. Pourtant, il joue un rôle important dans mes recherches : son analyse du socialisme, ses interrogations à propos de la révolution, de la violence offrent de nombreux éléments qu’il me faudra évoquer. Et puis il y a aussi quelques photographies, comme celle -ci :

René Litalien, DR, Archives municipales de Brest

Pourtant, j’ai l’impression de ne pas en connaître assez pour le moment sur lui. Il a bien sa biographie dans le «  Maitron », mais j’ai la désagréable sensation de me retrouver dans le passage écrit par PIB II : son nom apparaît çà et là mais jamais assez pour que l’histoire soit finie !

Comme souvent, je suis à la recherche d’archives privées l’évoquant, est-ce que la «  toile mondiale » pourra m’aider ?

En attendant, les vacances se terminent, le travail pour le lycée va reprendre le dessus et les séminaires vont débuter, mais je me suis fixé un programme de travail pour les jours à venir :

Tout d’abord, toute recherche nécessite un programme de lectures : plusieurs livres m’attendent, dont je ferai pour certains d’entre eux un compte rendu critique ici :

–          Sur l’histoire du socialisme : R.Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Perrin, 2010 et C.Prochasson, La Gauche est-elle morale ?, Flammarion, 2010.

–          Sur la Première Guerre mondiale : N.Offenstadt, 14-18 aujourd’hui, O.Jacob, 2010 et le Journal d’un gendarme 1914-1916, présenté par A.Farge, Bayard, 2010.

–          En ce qui concerne l’anthropologie : A.Bensa, Après Lévi-Strauss, pour une anthropologie à taille humaine, Textuel, 2010 ; F.Laplantine, La Description ethnographique, A.Colin, 2010 ; C.Severi, Le Principe de la chimère, une anthropologie de la mémoiree, 2007 et F.Weber, Manuel de l’ethnographe, PUF, 2009.

–          Sur la Résistance : J.Blanc, Au commencement de la Résistance, Seuil, 2010 et C.Vast, L’identité de la Résistance, Payot, 2010.

–          Pour réfléchir, C.Guinzburg, Mythes, emblèmes et traces, nvlle éd., Verdier, 2010 et O.Scheler, Des Revenants, Bayard, 2009.

Mais il me faut aussi m’intéresser à ce qui me reste à faire, à organiser et mettre de l’ordre dans les vieux papiers, archives et microfilms. Cela risque de prendre du temps. Quelques fils directeurs : le parcours de René Litalien, la collecte d’informations sur la première municipalité socialiste de Brest, l’analyse du rôle de Paul Ricoeur dans la fédération socialiste du Morbihan et la recherche de données sur les militants socialistes qui ont combattu durant la Première Guerre mondiale.  Mais tout cela n’est que la face immergée de l’iceberg…