Archives quotidiennes :

Tout historien a un rapport à « ses » morts (Philippe Artières)

Philippe Artières est un des historiens dont les travaux m’aident le plus à concevoir mon propre objet d’étude.  Je conseille d’ailleurs la lecture de l’entretien d’où j’ai tiré cette citation (entretien avec Ph.Artières paru dans Vacarme, n°43, printemps 2008).

Vouloir reconstituer des parcours de militants implique parfois de commencer par la fin. Lorsque je ne trouve aucun indice, aucune archive personnelle, ni d’aide pour contacter des descendants de personnes dont je cherche à connaître l’histoire, il m’arrive de partir d’un endroit a priori incongru, à savoir les cimetières.  Je cherche en ce moment par exemple des données sur Emile Goude. Il n’y a pas, du moins je ne le sais pas encore, d’archives privées venant de lui. On trouve sa trace dans les différents journaux qu’il a dirigés comme le Cri du Peuple de Brest, ou dans les archives d’Yves Le Febvre qui contiennent plusieurs dizaines de ses lettres.

D’autres documents personnels sont éparpillés dans d’autres fonds d’archives (comme une carte de lui dans les archives privées de Blum ou un rapport personnel rédigé par lui dans les archives de Jules Guesde à L’IIHS d’Amsterdam). Mais il ne semble pas rester d’autres archives personnelles et c’est bien regrettable.

Alors j’ai lu je ne sais plus où ( ce n’est pas dans la biographie que lui consacre le « Maitron» sans doute dans la Dépêche de Brest de 1941 annonçant sa mort ) qu’il a été enterré au cimetière d’Asnières Sur Seine. Alors je vais aller voir (peut-être dimanche ?).

Les tombes peuvent en effet révéler de nombreuses indications. Peut-être  est-ce la lecture du livre d’Olivier Schefer Revenants que je trouve plutôt intéressant ( il écrit ainsi que l’une des questions majeures du cinéma est «  que faire avec un cadavre sur les bras » ) ou alors le fait que ce soit aujourd’hui , mardi 2 novembre, le jour des morts ; mais toujours est-il qu’arpenter les cimetières peut être une piste de recherche à suivre lorsqu’on est sur les traces de personnes aujourd’hui oubliées.

portrait de Louis Dupoux, photo DR

On peut y trouver des photographies comme celle-ci, prise sur la tombe de Louis Dupoux au cimetière de Ploujean (Finistère).Dupoux était un des leaders de la Sfio dans les Finistère dans les années 1930 jusqu’aux années 1950, il écrivait sous le pseudonyme de «La Tour rouge» dans les publications socialistes et fut un résistant au sein de Libération-Nord et devint président du CDL du département. Le jour où j’ai visité ce cimetière, pas de traces autres, pas de fleurs qui pouvaient supposer que sa tombe était régulièrement « visitée ».Aucune autre indication en plus. Quelques mètre plus loin, ce n’était pas le cas de la tombe d’Henri Hémery, lui aussi militant socialiste et surtout un leader important de la CNP (Confédération Nationale Paysanne, qui était une organisation paysanne proche de la Sfio). La tombe était très fleurie, signe d’une « activité» autour de cette stèle. Une piste à suivre donc, mais pas d’autres indications pour autant, pas d’autres noms de personnes, pas d’autres noms de famille.

stèle d'Henri Hémery, cimetière de Ploujean, photo dr

Parfois on peut en effet trouver d’autres renseignements et remonter ensuite par une généalogie inscrite dans le marbre vers des descendants encore vivants de nos jours. Lors d’une visite au cimetière de Saint –Martin à Brest, j’ai ainsi trouvé quelques renseignements complémentaires sur les socialistes Léon Nardon, ancien maire de Brest, ou sur Guillaume Messager, adjoint au maire et responsable de la section socialiste de la ville. Mais s’y retrouver dans le dédale des tombes et des allées des cimetières est parfois long et fastidieux. Mais je suis persuadé que c’est aussi souvent un bon départ. Partir de la fin et faire une histoire régressive.

stèle de Guillaume Messager, cimetière Saint-Martin, Brest, photo dr

La stèle de Guillaume Messager fournit ainsi plusieurs données :  les titres « agrégé de physique, professeur honoraire, chevalier de la légion d’honneur », les noms d’autres familles associées « famille Daniel-Messager », d’autres renseignements qui montrent qu’il y a de nos jours des descendants « à notre arrière grand-mère ».

Par ailleurs, Le programme de lecture avance, d’ailleurs d’autres livres s’ajoutent encore. L’étude de Juliette Courmont sur   l’Odeur de l’ennemi, 1914-1918 , A.Colin, 2010, me semble très bien, bien que je n’ai encore lu que quelques pages. Elle allie histoire et anthropologie, ce qui est aussi une de mes démarches.

Question : est-ce que je vais trouver la tombe d‘Emile Goude au cimetière d’Asnières? Sera-t-elle fleurie?