Archives quotidiennes :

Où va le pacifisme? conférence de Paul Ricoeur, 10 mars 1939, Lorient

«  Cette brillante causerie, très documentée du professeur Ricoeur, a eu lieu le 10 courant et a séduit tous les auditeurs ». C’est ainsi que débute le compte rendu d’une conférence sur le pacifisme faite par Paul Ricoeur à Lorient. Ce compte rendu est publié dans le Rappel du Morbihan, le journal de la fédération socialiste de ce département, en date du 18 mars 1939.

Ricoeur est en effet dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, professeur de philosophie à Lorient. Tout en étant proche de la revue Esprit et en écrivant dans des petites revues chrétiennes de gauche, il est aussi un militant de la fédération socialiste du Morbihan, et à ce titre intervient dans le débat public à Lorient. Profondément attaché à la liberté  religieuse et proche d’André Philip, il doit faire face à de nombreux autres socialistes bretons farouchement anticléricaux. Pacifiste, il est en accord sur ce point avec le directeur du Rappel qui est le député Louis Lhévéder. Pourtant, il ya de nombreux éléments à découvrir sur cette période bretonne de Ricoeur. Tout d’abord il est successivement actif dans trois villes  Rennes, Saint Brieuc et Lorient. Ensuite, il écrit dans les journaux socialistes, parfois même sous le pseudo de «Péric». Il est ainsi l’auteur d’une série d’articles sur «socialisme et christianisme en 1934, où il analyse les rapports entre le socialisme et la violence.

A Lorient, il est militant au sein de la tendance «Redressement» de la Sfio, c’est-à –dire la tendance la plus pacifiste de ce parti et cela jusqu’au déclenchement du Second conflit mondial. Il est d’ailleurs en quelque sorte le leader de ce courant dans le département.A y regarder de plus près, son parcours dans les villes bretonnes et surtout son activité militante sont assez mal connus, quand bien même il soit revenu par la suite à plusieurs reprises dans des entretiens sur ces années, et en dépit de la biographie de François Dosse qui ne prend pas  en compte les articles publiés dans les journaux socialistes bretons. Il faut donc tenter de restituer son action dans les fédérations socialistes, d’autant que dans le bouillonnement  des années 30, il a participé à d’autres actions, par exemple en lien avec le groupe « Jeune France » à Lorient, qui souhaitait dépasser le clivage droite/gauche.

Extrait du Rappel du Morbihan, 29avril 1939.

Il semble appartenir à cette faction de la Sfio qui travaille à la fin des années 1930 à  mettre en place de nouvelles références idéologiques, en lien avec la revue Esprit ou des intellectuels comme Georges Lefranc. Bien des confusions et des recompositions ont suivi cette période. Il est pour le moment difficile de connaître Ricoeur dans ses années de militantisme breton au sein de la Sfio. Mais je m’y attelle. Même si on peut le critiquer, le formidable livre de Zeev Sternhell, « Ni droite, ni gauche » est un très bon guide pour se retrouver dans les méandres de ce nouvel esprit des années Trente.

En attendant, les liens entre philosophie et guerre étaient  aussi le thème de la première séance de séminaire sur la Première Guerre mondiale à l’Ehess. Ce fut l’occasion d’entendre le philosophe Frédéric Worms dans une belle intervention,  et qui a d’ailleurs un peu évoqué Ricoeur. A nouveau, la violence, la guerre et le pacifisme.

Surtout, il y a dans les jours qui suivent un colloque consacré au grand philosophe.

Pour connaître le programme , et en savoir plus sur Paul Ricoeur : le site de la fondation Ricoeur (clic dans l’image). Il y a de très nombreuses ressources.  J’y reviendrai plus tard.