Archives quotidiennes :

démêler les fils d’une recherche

Présenter la recherche en cours est un exercice obligé mais qui est toutefois difficile à réaliser. Comment vraiment savoir où on va ? Combien de fois ai-je été incapable d’expliquer quelle était ma recherche en cours ? Pourtant, on ne peut éviter périodiquement d’expliquer le travail que l’on fait. Certaines séances de séminaire permettent de clarifier un work in progress. Cela sera le cas lors du prochain séminaire des doctorants de l’Ahmoc, où chacun devra présenter sa thèse en cours.

Alors que dire à propos de mon travail en cours ?

Peut-être partir de cette photo :

Il y a dans ces carnets de nombreuses notes prises lors des dernières années. Des compte rendus de lecture, des résumés d’articles, la tenue épisodique d’un journal de recherches, des listes de livres ou d’archives, des débuts d’articles ou de paragraphes, des morceaux d’auto-analyse ou d’hypothèses, un paragraphe rédigé, un autre plus loin dans un autre carnet, un début de plan, un nom à rappeler, une idée pas encore aboutie. Comme sur cette photographie, il y a là les idées amassées, rassemblées et discutées. Je préfère écrire sur des carnets plutôt que d’écrire à l’ordinateur, sans doute y-a-t-il un côté «  old school » qui ne me déplaît pas.

Je les relis souvent, les raye, j’ajoute, je recopie. Parfois, j’oublie des pans entiers de réflexion, mais la relecture m’y replonge. Je sais que dans quelques mois, il faudra y mettre de l’ordre, puis tout rassembler et rédiger. Pour le moment, cela donne une impression de désordre. D’autant que je suis loin d’avoir fini la collecte d’informations.  Mais les doctorant(e)s trop organisé(e)s, qui ont déjà tout planifié, tout organisé, cela me terrifie un peu. Comment ne pas se laisser happer par une idée nouvelle, par un fait nouveau, par un « grain de sable » qu’on avait pas prévu jusqu’à lors ?

En même temps, on ne peut pas passer son temps à faire des «  rêves d’histoire », il faut aussi par moment concrétiser et établir par écrit la recherche en cours. S’interroger trop sur sa pratique a aussi des effets néfastes : on se regarde faire, à tel point que parfois on oublie de faire. Pour le moment, la plus grande part de mon temps consiste à collecter des informations, à lire et relire de multiples travaux. Mais  je n’ai pas forcément le temps que je voudrais (mais qui l’a ?). Sans doute que le fait de tenir un carnet/blog de recherches m’incite à écrire et à réfléchir davantage.

Ma recherche tente de comprendre les rapports qu’ont entretenus les militants socialistes avec la violence au cours du premier vingtième siècle. Mais comme a pu l’écrire Jean Pierre Vernant, lorsqu’on tire un fil et qu’on essaye de se l’approprier, très souvent une pelote de fils emmêlés vient avec, et il faut donc patiemment tenter de s’y retrouver et de délier chacun des fils.

Au hasard des lectures de ce week end, je suis tombé sur un article de Jean le Tréis dans le journal socialiste le Cri du Peuple en 1923. J’ai déjà évoqué LeTréis dans un billet précédent. Mais là, on peut voir que quelques années après avoir quitté avec fracas la Sfio pour aller rejoindre les communistes, il revient à la Sfio. C’est un parcours que l’on retrouve très souvent : la violence de guerre a conduit Le Tréis à vouloir la révolution. Il plonge alors dans un désir de violence politique incarnée par le jeune parti communiste. Mais très vite, il se désengage : il faudrait pouvoir comprendre pourquoi.