Archives quotidiennes :

kalos thanatos des soldats socialistes?

Pour les semaines à venir, je vais plus me pencher sur les militants socialistes morts au combat durant la 1ère Guerre mondiale. Je suis frappé par la teneur des articles de la presse militante dans les années 1914/1915 : lorsqu’on évoque la mort des militants, il faut insister sur leurs vertus et leur combat politique. Il y a une « belle mort » pour ces socialistes et il faut impérativement que les articles nécrologiques montrent cet aspect. Ainsi un de ces soldats socialistes bretons peu connus laisse une lettre que le Cri du Peuple publie où il explique que s’il meurt, cela sera en bon socialiste car il est à jour de cotisations. Importance de son adhésion, importance des timbres mensuels qu’il faut coller sur la carte d’adhérent à la Sfio. Un des éléments parmi d’autres à interroger.

Mourir au combat pour ces militants doit être aussi l’occasion d’intégrer pleinement la communauté nationale, mais cela doit signifier bien davantage. Comment cela se passe-t-il concrètement? Quels sont les liens entre le socialisme et la mort? Comment doit-on se faire enterrer? Quelle  signification donner à cette mort au combat pour celles et ceux qui restent? Ce sont ces questions qui me préoccupent. On retrouve des aspects déjà évoqués dans les travaux historiques sur les deuils de guerre. Christophe Prochasson a aussi quelques bonnes pages très intéressantes sur les liens entre les socialistes et la mort dans son dernier ouvrage, « La Gauche est-elle morale? ». Cela alimente ma réflexion, d’autant que j’ai l’impression que cela n’a pas encore vraiment été étudié : quels sont les aspects de la mort au combat des socialistes ? Cela constitue-t-il une « belle mort » pour reprendre le titre d’une étude de Jean Pierre Vernant?

Dans les semaines qui suivent, je vais essayer de bien cerner cet aspect. On m’a offert un nouveau carnet, c’est l’occasion de l’utiliser. Je commence par la lecture de penseurs socialistes: que disent, entre autres,  Jaurès, Adler, de Man ou Blum de la mort au combat? Je reviendrai sur ce point dans le prochain billet. Je lis aussi les travaux de l’anthropologue Louis Vincent Thomas. Très intéressant. Je ferai en outre un compte rendu de lecture du travail de Romain Ducolombier.

Retour sur une intervention impromptue

Expliquer en très peu de minutes le contenu de la recherche expose à plusieurs risques : ne pas se faire comprendre, oublier l’essentiel ou noyer son auditoire sous un flux d’informations débitées le plus vite possible. C’est sans doute un peu tout cela que j’ai fait au dernier séminaire des doctorants. Pourtant j’avais un peu préparé et je comptais évoquer bien d’autres éléments. Mais peut-être que la configuration n’était pas si favorable. Voici ce que j’aurais bien voulu dire :

« Mon sujet de thèse porte tout d’abord sur les années 1905-1940, soit le premier XX ème siècle, période durant laquelle la Sfio devient un parti politique de plus en plus institutionnalisé en France.  Dans cette période, ce qui m’intéresse plus particulièrement, c’est l’étude des militants, la reconstitution de leur carrière militante, les rapports entre les épisodes de leur vie et leur expérience du militantisme.

Surtout, ces militants ont dû faire face, ou faire avec la violence. C’est le second point important de ma démarche. Sous le terme générique de «  violence », ce sont les expériences de la guerre qui seront tout d’abord étudiées, en lien avec l’historiographie actuelle sur les « violences de guerre ».Mais il faut élaborer une typologie des violences, tant ce terme est polysémique : on évoquera donc aussi les violences politiques, en y impliquant les violences symboliques ou ancrées dans les discours. Il faudra donc apprécier tout au long de la thèse la variation des réalités de la violence. Mais cela implique aussi deux autres éléments importants : tout d’abord on peut nier la violence, ou du moins combattre les causes de celle-ci, que ce soit la violence en temps de guerre ou encore la violence politique. Les voies du réformisme politique tout comme le pacifisme devront donc être étudiées comme contre point à la violence en temps de guerre ou en temps de paix. Enfin, il faudra s’interroger pour savoir si telle ou telle forme de violence peut être utilisée dans une autre configuration : ce sont donc les porosités des violences qui occuperont le gros de l’étude. Peut-on utiliser la violence si on est un militant révolutionnaire ? Quelles sont les porosités et les «  chemins » pris par ces porosités ? On peut reconnaître ici une problématique issue des travaux de George Mosse qui a pu parler de «brutalisation» des sociétés européennes après la 1ère Guerre mondiale. Les travaux de Paul Pasteur sur la social-démocratie autrichienne sont aussi utilisés avec profit.

Afin de mener à bien mon étude, quelques précautions méthodologiques se sont imposées d’elles même : un trop large terrain d’enquête n’aurait pas pu permettre de prendre en compte les itinéraires individuels, ni de déceler les rapports intimes que peuvent entretenir les militants avec les multiples formes de violence. J’ai choisi donc un espace restreint à la Bretagne, mais en laissant place à de nombreuses discontinuités géographiques. En clair, j’utilise quelques espaces à l’intérieur de la Bretagne, en fonction des sources et du projet d’ensemble. Il peut y avoir des territoires urbains (Brest, Lorient, Saint Brieuc, Rennes) ou des territoire ruraux ( le Trégor et le centre-Bretagne, ou encore certains littoraux). Parallèlement à la discontinuité géographique, on fonctionnera avec des discontinuités chronologiques, privilégiant l’étude de certains « moments» (comme l’étude de Lorient seulement durant les années Trente, en lien avec la question du pacifisme) bien que des territoires seront concernés par toute la période (comme Brest).Il y aura donc des changements, des ruptures d’échelle. Pourquoi ? C’est là qu’intervient le mode opératoire. Tout d’abord on doit se poser la question des sources : la presse socialiste, tout comme les comptes-rendus officiels venant des services de police sont primordiales. Mais pour connaître plus précisément le rapport à la violence, des sources plus personnelles sont nécessaires : lettres, journaux personnels, discours seront mis à contribution. Mais il faut aussi une analyse fine des comportements en temps de guerre et en temps de paix : une démarche empruntant à d’autres sciences sociales s’est imposée d’elle-même. Si on doit résumer : il s’agit d’effectuer une anthropologie historique du militantisme socialiste face à la violence. Trois points m’occupent particulièrement en ce moment : tout d’abord l’étude de la municipalité brestoise d’avant 1914, ensuite les rapports entre la Sfio, le pacifisme dans les années Trente à travers l’étude de Paul Ricoeur, et enfin le sort des militants socialistes durant la 1ère Guerre mondiale. Quant au planning de recherches : disons une soutenance dans deux ans. »

Voilà le résumé du texte préparé. Je ne crois pas avoir réussi à dire tout à fait cela. En même temps, je repense à un texte de Bourdieu à propos du séminaire qu’il menait à l’Ehess où il affirmait que durant une recherche, on ne pouvait pas être très sûr de soi, et que la pensée s’éclaircissait par la confrontation, les hésitations et les phrases pas terminées. Alors, l’essentiel est de continuer à se plonger dans ma recherche.