Archives mensuelles : février 2011

Le charme désuet du léninisme en Histoire

A propos de François Bouloc, Les profiteurs de guerre, 1914-1918, Editions Complexe, 2008

Comme je l’ai déjà écrit précédemment, on ne trouvera ici que des recensions d’ouvrages ou d’articles qui ont a priori un intérêt dans le cadre de mes propres recherches. Cela oblige aussi à ne s’intéresser parfois qu’à une toute petite partie des travaux recensés. Le livre de François Bouloc a été lu dans une double perspective : tout d’abord dans le cadre de la préparation d’une séance de TD portant sur « la mobilisation des entreprises françaises durant la Première Guerre mondiale » (séance appartenant à un ensemble de cours intitulé «  Histoire des entreprises françaises XIX-XXI e siècle ») et ensuite dans le cadre de ma recherche personnelle, d’autant que l’auteur évoque le cas d’Albert Thomas, socialiste ayant appartenu au gouvernement durant le conflit.

Ce travail, qui découle d’une thèse soutenue à l’université de Toulouse-le Mirail en 2006 surprend tout d’abord dans sa forme. Sans doute pressé de sortir ce livre dans un contexte de commémoration autour de novembre 2008, l’éditeur n’a pas jugé bon de fournir ni index ni bibliographie, ce qui relève d’une pratique qu’on aimerait bien ne plus voir dans l’édition en sciences sociales et déconsidère les éditions Complexe, habitués à un travail éditorial bien plus abouti. De même, quelques imperfections du texte doivent s’expliquer par cette précipitation (comme l’évocation du maréchal Joffre en septembre 1914 p.124 alors que celui-ci n’est encore que général ou bien encore la présence de deux « appendices » sans qu’on arrive à savoir ce qu’ils sont vraiment – conclusion partielle ? texte plus polémique?-). Oublions rapidement ces points négatifs pour nous concentrer sur les propos de l’auteur.

L’ouvrage est divisé en trois parties, la première tentant d’identifier le plus finement possible la catégorie « profiteur de guerre », suivie d’une tentative de mise au point sur le rôle de l’Etat dans l’économie de guerre et sur les profits qu’il en a tiré, et enfin l’auteur concentre son travail sur la question des impôts et celle des bénéfices réalisés par quelques entreprises, comme Hochkiss, durant le conflit. Mais le lecteur ne trouvera toutefois pas une analyse complète de la mobilisation des entreprises durant la Première Guerre mondiale : François Bouloc le souligne dès les premières pages : il ne s’agit pas d’un livre d’histoire économique mais plutôt « ce qui a été tenté est au fond une compréhension sans ambages de la place et de la perception du capitalisme et de ses agents dans la société française d’alors »p.9. Sans ambages ? Non certes, tant l’auteur nous inflige une série de considérations pour le moins problématiques. En effet, l’auteur a des idées à défendre et c’est bien là que les problèmes commencent. On pourrait s’étonner d’utiliser une citation de Boukharine pour débuter un livre d’histoire (ou alors est-ce l’illustration d’un sens de l’humour exacerbé ?) ou de se placer sous l’égide de la méthode historique d’Annie Lacroix-Riz comme Bouloc le fait en affirmant qu’il faut « d’abord rappeler constamment les faits ! »(p.15).Cela me laisse pour le moins perplexe tant je me rappelle un article de Lacroix-Riz paru dans le Monde diplomatique et dans lequel elle s’efforçait de justifier le pacte germano-soviétique… Mais on comprend peut-être davantage ce patronage si on sait qu’elle a voulu dans ses plus récents livres dénoncer par le rappel constant des faits la collusion du grand capital avec le fascisme en France, et ce dès avant l’occupation allemande. Une vision qui n’exclut pas une vaste conspiration des capitalistes français. Et comme elle, Bouloc a des idées bien arrêtées : tout d’abord le vrai ennemi est le « capitalisme », dont il ne donne pas d’ailleurs de définition, associant toutes les personnes qui ont voulu gagner de l’argent en temps de guerre au capitalisme. L’auteur identifie le capitalisme comme un vaste tout nocif, une sorte de pieuvre dont les principales victimes seraient les poilus. Aux profiteurs de guerre, il adjoint des collaborateurs comme Albert Thomas. Et même si l’auteur se dédouane en écrivant qu’il ne fait pas un réquisitoire, force est de constater que Thomas est selon lui une parfaite illustration du « social-traître » et tant pis si cela n’est une catégorie historique, Bouloc n’est pas une approximation près, en faisant même de Charles Maurras un compagnon de route de ce ministre socialiste. On ne s’étonnera dès lors pas de ne pas trouver de références aux récents travaux sur le rôle d’Albert Thomas dans le Premier conflit mondial.

Tout cela ne serait pas bien si grave si on ne trouvait pas dans d’autres occasions les travaux et les idées arrêtées de François Bouloc dans d’autres circonstances. Ainsi dans mon travail du moment sur le rôle de la mort au combat pour les militants socialistes, j’utilise le très bon livre collectif co-dirigé par Christian Benoit, Gilles Boëtsch, Antoine Champeaux et Eric Deroo, Le Sacrifice du Soldat, Cnrs éditions, 2009 et je peux aussi y lire, à côté de très bons articles, «  le combattant français, en parangon de vertu, ou le sacrifice instrumentalisé » du même François Bouloc, article fort heureusement plus mesuré, bien qu’il y dénonce à tour de bras à nouveau les « méchants capitalistes ». Par contre, plus embêtant selon moi, Bouloc est également un des membres du CRID 14/18, un collectif de chercheurs qui souhaite construire une nouvelle production sur la Première Guerre mondiale. Je dois reconnaître que l’entreprise peut se révéler séduisante (on peut le voir grâce à leur intéressant site internet) mais les arguments assenés par François Bouloc ont pour effet sur moi de jeter le discrédit sur l’ensemble de l’entreprise. En effet, notre historien anticapitaliste a réalisé le compte rendu critique de l’ouvrage dirigé par Vincent Chambarlac et Romain Ducoulombier, Les socialistes français et la Grande Guerre, ministres, militants, combattants de la majorité ( 1914-1918), et le moins que l’on puisse dire est que cette recension laisse l’apprenti chercheur que je suis bien interloqué : on y trouve en effet surtout une lourde charge contre les militants socialistes qui ont accepté de participer au premier conflit mondial ; « tous des traîtres » pense François Bouloc. Mais on n’y trouvera aucune perspective scientifique, juste quelques arguments léninistes remis à l’ordre du jour. Comment peut-on confondre à ce point opinion politique et recherche scientifique ? Ce qui est surtout regrettable, c’est qu’on a après la lecture l’envie de tout jeter avec l’eau du bain : les idées de l’auteur, ses travaux et l’ensemble du projet collectif du Crid 14/18. Mais peut-être suis-je trop réformateur et social-démocrate ?  L’intérêt de tout cela : cela m’a permis de mesurer combien des présupposés politiques pouvaient paralyser la recherche historique. Ce qui ne signifie pas a contrario qu’il ne soit pas nécessaire d’avoir des idées : mais à la lecture pénible des écrits de Bouloc, je préfère, si je souhaite m’en prendre au capitalisme, la lecture du petit opus de Karl Korsch, La Guerre et la Révolution (c’est plus rapide et moins ennuyeux à lire que les « profiteurs de guerre »). Et si en plus, je souhaite montrer mon hostilité à la guerre, l’écoute du dernier album de PJ Harvey fera très bien l’affaire.

Enklask au point mort?

Comme dans toute enquête, il y a des périodes où on ne sait pas vraiment où on va, et en conséquence, on doute de l’ensemble : de l’utilité de la recherche, de l’utilité de la thèse, peut-être même un peu parfois de l’utilité de la vie. Alors Ensklask/Enquête au point mort ? Je n’ai rien écrit sur le blog depuis plus de deux mois. Quant à la thèse en elle-même, sans doute faudrait-il reconnaître que cela n’a pas beaucoup avancé, même si comme tout(e) doctorant(e), je minimise sans doute le surplace. Sans doute est-ce la faute à une audition ratée pour un poste de PRCE à l’université, des cours pour le lycée que me prennent de plus en plus de temps, mais aussi à cause de la préparation de cours de TD «  Histoire des entreprises françaises ». Mais toutefois l’enquête  totalement dans l’impasse.

une place vide aux archives, pour combien de temps encore?

J’ai aussi profité de ces mois de repos en termes d’écriture numérique pour me poser un tas de questions (parmi elles, je suppose une ou deux bonnes) et pour lire de nombreux livres. Parmi les questions, celle-ci : à quoi cela sert-il de tenir un carnet de thèse sous cette forme ? L’idée première était de me pousser à mettre au clair mes idées, l’avancement de mes travaux, mais aussi de pouvoir entrer en contact avec des personnes qui pourraient m’aider à trouver des traces ou des archives privées concernant les militants socialistes bretons entre 1905 et 1940. Résultats des courses : la seule personne qui m’a contacté à partir d’Enklask/Enquête a été une de mes anciennes connaissances qui fut un jour très proche de moi. Autrement dit, on ne peut pas dire que l’objectif premier est atteint. Quant à mettre mes idées au propre, et bien depuis quelques jours je tiens un nouveau carnet papier, où je peux mettre par écrit tout ce qui me passe par la tête sans tenir d’une quelconque interface ou d’un éventuel lecteur. Pourtant je poursuivrai la tenue de ce carnet de recherches sans réellement savoir où cela me mènera : «  le chemin se fait en marchand, et quand tu regardes en arrière, tu vois le chemin que jamais tu ne dois à nouveau fouler » a écrit Machado.Cela semble une bonne devise pour la tenue plus régulière et plus rigoureuse d’Enklask, même si je considère de plus en plus que l’utilisation d’Internet devient une perte de temps.

L’avancée de mes recherches passe par un retour aux archives. Dans le précédent billet, je m’interrogeais sur le rôle de la « belle mort» socialiste pour les militants durant la Première Guerre mondiale. J’en suis toujours là : le livre de George Mosse L’Image de la virilité, en particulier le chapitre intitulé « soldats et socialistes» semble être un bon guide. Mais il me faut surtout mettre de l’ordre dans les différentes notes prises lors de mes recherches en archives.

Par ailleurs, plusieurs lectures simultanées me guident aussi ces temps –ci. Une des interventions au séminaire sur la Première Guerre mondiale à l’Ehess concernait « les philosophes et la guerre» et je dois dire que j’avais particulièrement apprécié la conférence de Frédéric Worms. Quelques jours plus tard, je suis tombé un peu par hasard sur le livre de Benoît Peeters  Trois ans avec Derrida.C’est une sorte de carnet de recherche que l’auteur a tenu lorsqu’il écrivait la biographie de Jacques Derrida. Je l’ai lu d’un seul trait pour de nombreuses raisons qu’il me faudra expliquer ici plus tard. Alors j’ai commencé à lire plusieurs livres de/sur Derrida sans tout comprendre, sans même savoir pourquoi j’y consacrais autant de temps. Peeters dit à un moment donné que l’archive et la cendre sont deux idées chères à Derrida, peut-être est-ce après avoir lu cela que je me suis pris de passion pour cet auteur. Mais dur de lire Derrida.

En conséquence, d’autres livres de philosophie ont suivi : j’essaye en ce moment de lire «Ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue, de la pharmacologie» de Bernard Stiegler et «La Traversée des catastrophes» de Pierre Zaoui, deux livres qui viennent de paraître. Et puis toujours les écrits de /sur Guinzburg, de Foucault ou Marcel Mauss. Et puis bien sûr des travaux sur la Première Guerre mondiale.

Une phrase à retenir dans un roman d’Ismaël Kadaré lu dans cette petite traversée du désert personnelle : « Continue ton chemin, moi j’ai affaire ici ».Belle formule pour les jours à venir.

Reprise !