Archives quotidiennes :

Enklask au point mort?

Comme dans toute enquête, il y a des périodes où on ne sait pas vraiment où on va, et en conséquence, on doute de l’ensemble : de l’utilité de la recherche, de l’utilité de la thèse, peut-être même un peu parfois de l’utilité de la vie. Alors Ensklask/Enquête au point mort ? Je n’ai rien écrit sur le blog depuis plus de deux mois. Quant à la thèse en elle-même, sans doute faudrait-il reconnaître que cela n’a pas beaucoup avancé, même si comme tout(e) doctorant(e), je minimise sans doute le surplace. Sans doute est-ce la faute à une audition ratée pour un poste de PRCE à l’université, des cours pour le lycée que me prennent de plus en plus de temps, mais aussi à cause de la préparation de cours de TD «  Histoire des entreprises françaises ». Mais toutefois l’enquête  totalement dans l’impasse.

une place vide aux archives, pour combien de temps encore?

J’ai aussi profité de ces mois de repos en termes d’écriture numérique pour me poser un tas de questions (parmi elles, je suppose une ou deux bonnes) et pour lire de nombreux livres. Parmi les questions, celle-ci : à quoi cela sert-il de tenir un carnet de thèse sous cette forme ? L’idée première était de me pousser à mettre au clair mes idées, l’avancement de mes travaux, mais aussi de pouvoir entrer en contact avec des personnes qui pourraient m’aider à trouver des traces ou des archives privées concernant les militants socialistes bretons entre 1905 et 1940. Résultats des courses : la seule personne qui m’a contacté à partir d’Enklask/Enquête a été une de mes anciennes connaissances qui fut un jour très proche de moi. Autrement dit, on ne peut pas dire que l’objectif premier est atteint. Quant à mettre mes idées au propre, et bien depuis quelques jours je tiens un nouveau carnet papier, où je peux mettre par écrit tout ce qui me passe par la tête sans tenir d’une quelconque interface ou d’un éventuel lecteur. Pourtant je poursuivrai la tenue de ce carnet de recherches sans réellement savoir où cela me mènera : «  le chemin se fait en marchand, et quand tu regardes en arrière, tu vois le chemin que jamais tu ne dois à nouveau fouler » a écrit Machado.Cela semble une bonne devise pour la tenue plus régulière et plus rigoureuse d’Enklask, même si je considère de plus en plus que l’utilisation d’Internet devient une perte de temps.

L’avancée de mes recherches passe par un retour aux archives. Dans le précédent billet, je m’interrogeais sur le rôle de la « belle mort» socialiste pour les militants durant la Première Guerre mondiale. J’en suis toujours là : le livre de George Mosse L’Image de la virilité, en particulier le chapitre intitulé « soldats et socialistes» semble être un bon guide. Mais il me faut surtout mettre de l’ordre dans les différentes notes prises lors de mes recherches en archives.

Par ailleurs, plusieurs lectures simultanées me guident aussi ces temps –ci. Une des interventions au séminaire sur la Première Guerre mondiale à l’Ehess concernait « les philosophes et la guerre» et je dois dire que j’avais particulièrement apprécié la conférence de Frédéric Worms. Quelques jours plus tard, je suis tombé un peu par hasard sur le livre de Benoît Peeters  Trois ans avec Derrida.C’est une sorte de carnet de recherche que l’auteur a tenu lorsqu’il écrivait la biographie de Jacques Derrida. Je l’ai lu d’un seul trait pour de nombreuses raisons qu’il me faudra expliquer ici plus tard. Alors j’ai commencé à lire plusieurs livres de/sur Derrida sans tout comprendre, sans même savoir pourquoi j’y consacrais autant de temps. Peeters dit à un moment donné que l’archive et la cendre sont deux idées chères à Derrida, peut-être est-ce après avoir lu cela que je me suis pris de passion pour cet auteur. Mais dur de lire Derrida.

En conséquence, d’autres livres de philosophie ont suivi : j’essaye en ce moment de lire «Ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue, de la pharmacologie» de Bernard Stiegler et «La Traversée des catastrophes» de Pierre Zaoui, deux livres qui viennent de paraître. Et puis toujours les écrits de /sur Guinzburg, de Foucault ou Marcel Mauss. Et puis bien sûr des travaux sur la Première Guerre mondiale.

Une phrase à retenir dans un roman d’Ismaël Kadaré lu dans cette petite traversée du désert personnelle : « Continue ton chemin, moi j’ai affaire ici ».Belle formule pour les jours à venir.

Reprise !