Archives mensuelles : avril 2011

La question du duplicata de Mauss ou comment fonctionne la presse socialiste avant 1914

Le 24 juin 1914, Marcel Mauss publie dans L’Humanité un article en page 6 : intitulé «  La semaine américaine », cet écrit porte sur l’amélioration nécessaire des conditions de travail en France, et Mauss commente un exemple d’aménagement du temps de travail pris aux Etats-Unis. On peut retrouver cet article dans le recueil réalisé par Marcel Fournier «  Ecrits politiques » de Marcel Mauss, ou encore sur le site Gallica de la Bnf qui propose la numérisation complète de L’Humanité jusqu’en 1939.

Marcel Mauss, " la semaine américaine", L'Humanité, 24 juin 1914

Mais ce qui m’intéresse ici, plus que l’article en lui-même, c’est que nous pouvons retrouver le même article trois jours plus tard, le 27 juin, dans l’hebdomadaire de la fédération socialiste du Finistère, le Cri du Peuple, dirigé par le député Emile Goude. Même organisation de l’article, même typographie, il n’y a guère que la manchette de l’article qui est écrite en caractères différents.

Plusieurs questions se posent dès lors : tout d’abord, est-ce qu’on retrouve le même article dans les autres hebdomadaires de la Sfio ? Un rapide coup d’œil dans le Rappel du Morbihan montre que cet article n’a pas été publié. Il semble donc que le duplicata de l’article ne soit réservé qu’à quelques autres journaux, à moins que Le Cri du Peuple soit le seul à procéder de la sorte. Surtout cela entraîne une vraie autre question : comment réalise-t-on en province un journal socialiste ? Les emprunts à d’autres publications militantes sont très nombreux dans cette période, et il n’est pas rare de retrouver des éditoriaux de grands hommes politiques ou de militants nationaux à la Une du journal finistérien. Mais comment se font ces emprunts ? Qui décide ce qui doit être mis en évidence dans les publications locales ? Ce sont autant de questions qu’il faut aborder en avançant doucement, tant l’étude des publications militantes socialistes en est à ses débuts, du moins en ce qui concerne la région bretonne. Surtout dans le cas de l’article de Marcel Mauss, on peut se demander pourquoi cet article est republié trois jours seulement après être paru dans L’Humanité ? Cela entraîne d’autres questionnements : est-ce que Mauss bénéficie d’une aura si grande en juin 1914 pour que n’importe quel article de lui soit multi-diffusé ? Ou alors est-ce simplement le fruit du hasard ? Ou bien encore y-a-t-il au même moment à Brest ou dans les environs un conflit social qui concerne la durée du travail, auquel cas on comprendrait les intentions du rédacteur du journal du Finistère : reprendre un article de L’Humanité serait dès lors un moyen d’armer les militants socialistes et de justifier leurs revendications.

Je ne peux pour le moment répondre à aucune de mes questions. Mais c’est l’occasion de mieux connaître l’œuvre et la vie de Marcel Mauss, grand militant socialiste et aussi de mieux étudier et comprendre le rôle de la presse militante locale. En résumé, cela avance et comme l’écrit Mauss dans l’article évoqué «  tout ceci se passe non pas dans le pays d’Utopie, mais à deux pas de nous. On peut y aller voir ! ». Ces interrogations sont surtout pour moi l’occasion de m’interroger également sur les fonctions de ce carnet numérique de recherches : plein d’améliorations ( du moins pour moi) sont à venir très prochainement.

Zeev Sternhell sur France Culture:Enklask à l’écoute

L’historien Zeev Sternhell est à l’honneur cette semaine sur France Culture. Depuis lundi dans l’émission « à Voix nue » (à 20 heures), on peut l’écouter dans une tentative d’  « ego-histoire » qui se mêle à une explication de son travail d’historien. Je me rends compte de l’importance prise par ses travaux dans ma propre recherche. Il y a tout d’abord  Ni droite, ni gauche, l’idéologie fasciste en France qui est un des livres d’histoire que j’ai le plus lu et relu, d’autant que Sternhell a revu à plusieurs reprises son travail, ajoutant corrections et nouvelles explications. Mais il y a aussi La Droite révolutionnaire , où le mouvement des Jaunes tient un rôle essentiel , livre qui est un des premiers que j’ai acheté et que j’ai tenté de lire sans trop rien comprendre à l’époque (j’avais 18 ans)  ou encore Naissance de l’idéologie fasciste , où Georges Sorel prédomine, que j’ai lu à l’université et relu au fin fonds de ma voiture lors d’une nuit nomade. Bref, je me rends compte que cet historien a une grande importance.

"Ni droite ni gauche", un livre essentiel

Dans Ni droite, ni gauche , Sternhell est un des premiers à avoir vraiment étudié l’influence du planisme au sein de la Sfio, avec une précision éclatante. On peut critiquer la méthode de l’historien, trop calé sur une « histoire des idées » qui laisse de côté l’histoire sociale, ou encore regretter son oubli de l’impact de la Première Guerre mondiale sur les différentes révisions du socialisme en Europe. On peut aussi rester dubitatif sur la logique impérieuse qu’il inscrit dans un processus allant de la révision du marxisme au fascisme. Cà et là, on peut aussi trouver des erreurs factuelles : ainsi il affirme ( p. 283 de l’édition Complexe de 2000) que Guy Lemonnier est un ancien néo-socialiste, qui est au moment où il écrit le texte cité en 1942 membre du RNP. Or, Lemonnier, militant sur lequel je reviendrai, n’est pas néo-socialiste mais membre de la fédération socialiste du Finistère et partisan du courant « Redressement ». Malgré cela, je dois dire que les travaux de Zeev Sternhell sont brillants et très importants dans mon propre cheminement de recherche historique. Outre Ni droite, ni gauche , les autres livres de l’auteur évoquent les Jaunes, et ils sont importants en Bretagne car Biétry est élu à Brest, le syndicalisme révolutionnaire ou les idées de Georges Sorel, autant de points essentiels dans mes recherches.

Demain sur France Culture, Sternhell reviendra sur l’impact de son livre Ni droite ni gauche. Les précédentes émissions (et les émissions à venir) peuvent être réécoutées sur le site de France Culture.