Archives mensuelles : août 2011

Brest, août 1935 (2): Nizan sur les barricades

L'Humanité, 14 août 1935

Paul Nizan, envoyé spécial de l’Humanité arrive à Brest le 13 août 1935. Il doit rendre compte de l’agitation ouvrière qui a lieu depuis le début du mois dans cette ville. Nizan est depuis peu journaliste au quotidien communiste, normalement prédisposé aux affaires internationales; mais pris de cours car de nombreux journalistes sont en vacances, l’Humanité dépêche l’écrivain pour couvrir les événements. Il se retrouve donc de manière précipitée à Brest pour comprendre ces journées d’affrontement et pour prendre le pouls de cette classe ouvrière bien remuante dans ce milieu des années Trente où crise économique, peur du fascisme et aspiration à un monde plus juste se côtoient et parfois s’affrontent[1].

Pour Paul Nizan, ce séjour n’est toutefois pas tout à fait lié au hasard : tout d’abord il connaît bien la Bretagne, et bon nombre de ses écrits mentionnent cette région importante à ses yeux. Ensuite, il doit faire ses preuves, lui le nouveau journaliste au quotidien du Parti communiste, et quoi de plus passionnant que de débuter cette nouvelle carrière par un reportage sur des manifestations ouvrières ? Enfin, il vient d’achever la rédaction d’un roman, Le Cheval de Troie, qui relate justement une protestation ouvrière qui dégénère. Voilà une bonne occasion pour vérifier les impressions du romancier, de vivre un événement dont on a créé auparavant l’ambiance par des artifices littéraires[2].

Son séjour est pourtant bref et ses articles peu nombreux : il écrit deux reportages et arrive à Brest au moment où l’on enterre le dernier ouvrier assassiné, en marge de la mobilisation ouvrière, par un sergent de la Coloniale. Mais grâce aux articles, à ses lettres et aussi par les réactions des communistes brestois, on peut en savoir plus sur les émeutes brestoises. A travers l’analyse  que fait Nizan de cette protestation ouvrière, on peut en outre déceler les contradictions entre l’intellectuel militant et le romancier révolté et s’interroger sur les liens qu’entretiennent la littérature et l’histoire[3].

«  Brest très nerveux. Très violent »[4]

            Le départ de Paul Nizan pour Brest comme envoyé spécial de l’Humanité semble assez précipité car il envoie avant de prendre le train le soir du 12 août un télégramme à Malraux pour le prévenir qu’il ne pourra pas déjeuner comme prévu avec lui le lendemain car il est en reportage. Nizan précise également à sa femme[5]qu’il a été chargé de ce reportage par Paul Vaillant-Couturier, qui est le rédacteur en chef du journal et par Marcel Cachin qui est à ce moment au VIIème congrès de l’Internationale Communiste à Moscou.

L’envoi de Nizan à Brest s’explique aussi par la difficulté pour l’Humanité d’avoir des informations fiables sur les événements. Le nom des principaux leaders du mouvement brestois ou celui des victimes est souvent mal orthographiée, les informations arrivent avec deux ou trois jours de retard et le journal doit aux militants locaux, comme Paul Valière ou Auguste Havez, d’obtenir des informations de première main, mais les télégrammes sont parfois longs à venir. En conséquence, l’Huma doit reprendre les dépêches des agences de presse, mais précise : «on remarquera que cette dépêche d’agence bourgeoise que nous reproduisons sous toutes réserves, rejette systématiquement les responsabilités sur les travailleurs »[6]. De plus, il y a également des troubles en lien avec ceux de Brest à Toulon, et le journal communiste a pu y envoyer un journaliste. Il fallait donc absolument un journaliste communiste à Brest d’autant que le quotidien socialiste, Le Populaire, a depuis le début des troubles un envoyé spécial qui ,d’ailleurs, est victime de la répression policière, ce qui renforce la couverture des événements par le journal de la Sfio[7]. Nizan est donc à plus d’un titre le journaliste qu’il faut.

Il connaît bien la Bretagne pour y passer de régulières vacances et a dépeint dans ces romans à de nombreuses reprises  des territoires bretons, comme dans «Antoine Bloyé »(1933) où il évoque le village de Dirinon proche de Brest[8]. Nizan doit surtout rendre compte des émeutes brestoises, comprendre pourquoi depuis une semaine les ouvriers expriment leur colère, et sa mission est d’importance pour le quotidien communiste: le journal connaît un succès croissant (plus de 200 000 exemplaires par jour) et Vaillant-Couturier souhaite en faire un vrai journal d’information en rendant plus attrayante la présentation, avec des photographies en Une par exemple, afin de concurrencer non seulement le Populaire socialiste, mais les grands titres de la «presse bourgeoise » comme Paris-Soir[9].

Nizan réalise son premier reportage pour l'Huma à Brest

Mais Paul Nizan arrive à la fin du mouvement brestois: il ne peut que constater tout d’abord la marque visible des barricades, les vitrines brisées et la présence policière très voyante. Il arrive au moment où on a appris la mort du troisième ouvrier tué par un sergent de l’infanterie coloniale qui avait participé à la répression des 6, 7 et 8 août. L’affaire n’est d’ailleurs pas claire, mais Nizan se veut affirmatif dans son premier article : « Le sergent Eslan est un assassin qui a prémédité son acte[…] il disait au mess des sous officiers qu’il fallait qu’il en descende un »[10].

Dans son article, Nizan écrit que «la colère est violente » mais en même temps, il souhaite montrer que les ouvriers sont responsables et ne céderont pas à la vengeance: c’est que les forces politiques de gauche et les syndicats sont en pleine recherche d’unité, et qu’il ne faut pas effrayer les plus rétifs à ce type d’accords unitaires, en particulier les radicaux. La stratégie officielle du Pcf a évolué rapidement: les communistes sont en faveur de l’unité et ils ne souhaitent pas donner libre cours aux aspirations révolutionnaires. De plus, Staline a signé en mai de la même année un accord de défense avec la France et les communistes doivent tout faire pour préserver cette association et donc ne plus chercher à affaiblir la défense nationale, à laquelle l’activité des ouvriers brestois est si intimement liée. S’il nomme les coupables (les militaires, la bourgeoisie, les fascistes, le gouvernement) Nizan n’incite pas à la vengeance: dans cette affaire, la classe ouvrière a beaucoup appris et elle « a avancé dans la voie de l’unité»[11]. C’est cette aspiration à l’unité qui explique sans aucun doute que Paul Nizan, contrairement à ce qu’on pourrait attendre, va à la rencontre non pas des ouvriers ou des militants communistes, mais des représentants des forces de l’ordre; dans son premier article, il relate les propos des gardes mobiles qu’il est allé interviewer et explique qu’ils ne sont pas les ennemis de la classe ouvrière parce que eux-mêmes en sont issus.

Sa méthode de travail a pu lui être reprochée; le militant communiste Eugène Kerbaul écrit plus tard dans sa chronique: «ses reportages sur la situation à Brest n’avaient pas été du goût des camarades brestois qui reprochaient au ‘camarade-journaliste-parisien’ d’avoir plus cherché ses informations auprès des autorités que des militants locaux et régionaux »[12]. Mais les deux articles de l’écrivain-journaliste sont très utiles pour l’historien car il évoque de nombreux éléments qu’on ne peut trouver nulle part ailleurs. Ses deux articles sont surtout consacrés à la mort de l’ouvrier Gautron et à ses funérailles, thème cher à l’écrivain qui l’a abordé à plusieurs reprises dans ses œuvres de fiction.

« Ce qui compte, c’est les dépôts mortuaires »[13]

L’écrivain Paul Nizan vient au même moment de mettre la dernière main sur son nouveau roman, « le Cheval de Troie » qui est publié en octobre 1935. «Très révolutionnaire» écrit-il pour le caractériser[14], mais en contradiction avec ce que le journaliste a pu écrire ensuite des événements de Brest, du moins du point de vue de la portée politique ; car une chose est tout de même identique : l’évocation de la mort.

Nizan écrit avant tout dans l’Humanité sur la mort de l’ouvrier Pierre Gautron. Il décrit l’endroit où repose le corps, le dépôt mortuaire où règne une ambiance sinistre, « une grande horreur dans cette odeur de mort ». Il est impressionné par le corps du défunt gonflé par l’autopsie. Il décrit dans le second article les funérailles de l’ouvrier et on ne peut qu’être frappé par des ressemblances avec les autres écrits de l’écrivain : il a déjà évoqué dans « Antoine Bloyé » l’odeur si particulière de la mort, et dans le « Cheval de Troie », la fin du roman se passe devant le corps d’un militant communiste mort des blessures reçues lors d’une manifestation qui a dégénéré; on retrouve le style sec, nerveux de Nizan dans l’Huma comme dans son roman pour décrire le corps du mort ou l’attitude des personnes présentes devant le mort, à tel point qu’on pourrait presque superposer les deux scènes, l’une réelle, l’autre fictionnelle, et voir qu’elles sont relatéesà l’identique : la scène de visite du corps de Paul, victime de la manifestation du roman ressemble à celle du Nizan journaliste dans le dépôt mortuaire de Brest : même estrade, même corps déformé, même dégoût et aussi même envie de fuir devant ce spectacle.

            Mais les deux situations sont tout de même différentes : le journaliste Nizan, en droite ligne de la nouvelle ligne officielle du Pcf insiste dans ses articles sur le fait qu’il faut favoriser l’unité, ne pas chercher à se venger, et attendre l’horizon suggéré par le Rassemblement populaire qui se met en place. L’écrivain Nizan fait tout le contraire: son roman contient une espérance de guerre civile, où la manifestation décrite avec brio ne serait qu’une première étape de la révolution tant espérée. Les compagnons du militant mort sont dominés par un sentiment que Nizan a voulu bannir à Brest: «on ne parle pas de fatalité. On parle de vengeance, et la vengeance est une justification de la vie»[15]. Si Nizan a pour les deux événements une lecture totalement contradictoire, il faut en chercher l’origine davantage dans les différences entre le romancier et le journaliste, ce qui pour l’historien peut être très utile à mesurer, tant on a parfois tendance à oublier que les œuvres de fiction ne sont qu’au mieux un reflet de l’époque et non pas une évocation absolument véridique du passé. Nizan ne s’y trompe pas, lui qui précise dans la lettre à sa femme « Quoi, tout ce qu’on ne peut pas écrire dans l’Huma ». Cette contradiction apparente chez Nizan est après tout une aide précieuse pour le chercheur en histoire qui doit souvent utiliser des sources littéraires en oubliant parfois qu’elles nécessitent un traitement bien particulier[16].

Le Cheval de Troie paraît en octobre 1935.

Il y a fort à parier que les premiers lecteurs du «Cheval de Troie » ont pu voir des similitudes entre le contenu du roman et les récentes émeutes brestoises. Ainsi J.B Séverac qui en fait le compte rendu dans Le Populaire le 24 décembre 1935 écrit que le livre se base sur des faits réels. Dans l’Humanité, on souhaite promouvoir aussi l’écrivain communiste: alors que le roman sort le 10 octobre, le journal le place en feuilleton dès le 5 octobre. Après un premier chapitre et la mention «à suivre», le journal n’évoque plus le roman. Simple coup de pouce pour le lancement du nouveau roman? Ou alors embarras devant le contenu qui ne correspond plus du tout à la ligne officielle du Pcf qui se veut dorénavant un acteur responsable du Front populaire? Difficile à dire ici. Nizan lui reviendra en Bretagne en 1938 comme envoyé du journal communiste «Ce Soir» mais cette fois ci pour évoquer le Tour de France.


[1] Sur la période, on peut lire J.Kergoat, La France du Front Populaire, Paris, La Découverte, 2006 ( rééd.)

[2] J’ai pu évoquer auparavant les reportages de Nizan lors du colloque organisé par le GIEN, Groupe Interdisciplinaire d’études nizaniennes, en 2005.Je remercie tous les participants et les organisateurs, en particulier Anne Mathieu, Serge Halimi et Bernard Pudal pour leurs remarques. Ce billet tient compte des évolutions de mes recherches par rapport à 2005.

[3] Sur cet aspect, voir la synthèse récente et très utile de Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’Historien et la Littérature, La Découverte, Coll. « Repères », 2010.

[4] Lettre de Paul Nizan à sa femme, 13 août 1935, in Paul Nizan, Intellectuel communiste, II, textes présentés par J.J. Brochier, éditions Maspéro, 1970, p. 97-98.

[5] Lettre du 13 août 1935, op.cit.

[6] L’Humanité, 8 août 1935

[7] Je reviendrai dans le dernierbillet de cette série sur les émeutes d’août 1935 sur l’attitude des socialistes.

[8] Annie Cohen-Solal dans sa biographie sur Nizan commence son livre par le rôle de la Bretagne dans la vie du romancier, voir A.Cohen-Solal, Nizan, un communiste impossible, Ramsay,1980.

[9] Sur l’histoire de l’Humanité, C.Delporte et alii (dir.), L’ « Humanité » de Jaurès à nos jours, éd. du Nouveau monde, 2004.

[10] P.Nizan «à Brest, on enterrera aujourd’hui Gautron victime de vingt ans… », L’Humanité, 14 août 1935, p.2

[11] Idem.

[12] E.Kerbaul, Chronique d’une section communiste de province, Brest (1935-1943), Bagnolet, chez l’auteur,1992. Si ce livre est un document très précieux pour l’étude du mouvement ouvrier brestois, il doit être utilisé avec précaution, tant l’auteur adopte un point de vue communiste très orthodoxe, au détriment assez souvent de la vérité des faits. Aussi son appréciation sur Nizan est-elle sans doute la conséquence du parcours postérieur de Nizan qui démissionne du Pcf, et se voit caractérisé de traître par de nombreux communistes.

[13] Lettre à sa femme du 13 août 1935, op.cit.

[14] Lettre à sa mère du 22 avril 1935,cité dans P.Ory, Nizan, destin d’un révolté, Complexe, 2005, p.123

[15] P.Nizan, Le Cheval de Troie, Gallimard, coll. «L’Imaginaire », 2005 (première édition, 1935) p.219.

[16] Dans mon travail de recherches en cours, les premiers romans de Louis Guilloux me sont ainsi très utiles, mais l’exemple de Nizan évoqué ici m’oblige à utiliser les écrits de l’écrivain briochin avec un traitement méthodologique adapté. J’aurais sans doute l’occasion d’y revenir dans un prochain billet.

Brest, août 1935 : micro-dynamique d’une mobilisation


Tract de la CGT, Brest, juillet 1935 , photo DR

Dans la genèse de l’embellie du Front Populaire, les manifestations violentes de Brest (6, 7 et 8 août 1935) occupent une place importante et paradoxale. Coincées entre le 6 février 1934 et l’arrivée au pouvoir au printemps 1936 des forces de gauche, elles n’ont pas laissé a priori beaucoup de traces dans les mémoires, y compris à Brest. Pourtant, elles obligèrent toutes les organisations de gauche, syndicats et partis politiques à répondre aux questions posées par le déroulement de cette flambée de colère ouvrière: assistait-on à un processus révolutionnaire susceptible de dynamiser le Front populaire ? Devait-on au contraire freiner les revendications sociales afin de ne pas fragiliser une alliance électorale naissante impliquant le parti radical, plus modéré et moins sensible à l’expression aussi violente d’une contestation sociale ?

En rappelant rapidement les événements, ce qui m’occupera dans ce premier billet d’une série de trois, c’est tout d’abord de tenter de mieux connaître la composition des manifestations, de passer  ensuite en revue les différents modes d’action mis en pratique par les protestataires et enfin d’établir une typologie des cadres, souvent contradictoire, de l’action collective mis en évidence lors de cette protestation ouvrière du mois d’août 1935[1].

Encore une fois, on ne lira ici d’une série d’ébauches sur cette question, tout d’abord car il s’agit d’un « work in progress » associé à mon travail de thèse, et ensuite parce que je reviens sur cette mobilisation sociale dans deux billets suivants[2].

Une semaine dans Brest en colère :

            En juillet 1935, alors que la gauche fête la naissance du Front Populaire, le gouvernement de Pierre Laval tente de trouver des solutions pour sortir la France de la crise économique. Parmi  elles, Laval impose une série de décrets-lois qui amputent le salaire des ouvriers d’Etat entre 5 et 10% par mois. La population de Brest est concernée au premier chef par une telle mesure. Cette ville[3] dépend en effet de l’arsenal maritime, car une bonne moitié de la population est composée de fonctionnaires, ouvriers d’Etat ou de retraités d’Etat, autant de catégories touchées par les décrets-lois.

La population ouvrière représente quant à elle, environ 10 000 personnes et ce sont 6 000 ouvriers qui travaillent à l’arsenal. Si leur statut leur donne des avantages par rapport à d’autres catégories, les décrets-lois entraînent une amputation de salaire d’environ 10%.

Fin juillet, une première manifestation se déroule. Elle a été au préalable interdite par les autorités qui craignent des débordements, mais les leaders syndicaux n’arrivent pas à canaliser la colère qui s’exprime ce jour-là. Et le défilé se lance alors dans les rues de Brest, tant en restant calme. On peut donc déjà sentir une contradiction entre la détermination des ouvriers qui passent outre l’interdiction et l’attitude majoritaire des dirigeants de la CGT confédérée, de la CGTU, du Pcf et de la Sfio qui de leur côté tentent d’éviter sans succès la tenue d’une telle manifestation.

Le second acte se situe le 5 août, c’est le jour de paie des ouvriers qui constatent de visu les baisses annoncées. Certains débrayent sur le champ (ce que redoutaient les autorités de l’Etat) et manifestent dans l’enceinte de l’arsenal, qui est coupé du reste de la ville et normalement soumis aux autorités militaires. Un service d’ordre est présent, renforcé depuis quelques jours, mais près de la moitié des ouvriers se joignent à la grogne et un cortège improvisé défile avec, en tête, des fanions rouges (qui servent normalement pour signaler un danger) en guise de drapeaux. Il n’y a cependant aucun incident et la manifestation est restée confinée dans l’espace fermé de l’arsenal maritime.

Le lendemain, la préfecture maritime a renforcé le service d’ordre, les baïonnettes sont visibles et les ouvriers acceptent mal de devoir travailler sous aussi bonne garde. C’est que les autorités militaires ne veulent pas tolérer un autre arrêt de travail. Très vite cependant, les ouvriers affichent des signes de nervosité et des bagarres éclatent.

Un travailleur, Joseph Baraer, qui n’était pas connu pour être un militant actif d’un syndicat ou d’un groupe politique, est frappé mortellement à coups de crosse. C’est l’élément déclencheur des manifestations tournant en émeutes. La violence devient très présente et les autorités militaires ferment l’arsenal, les ouvriers se déversant dans les rues de Brest. Plusieurs cortèges se mettent en place sans coordination apparente, ce qui compte, c’est exprimer sa colère. Plusieurs rumeurs accentuent la nervosité ouvrière.

S’enchaînent trois autres jours de manifestations et d’émeutes, avec des destructions de plus en plus importantes, une inquiétude grandissante des autorités. Deux autres ouvriers sont tués, le second l’est à coups de crosse lors d’une échauffourée près de l’hôtel de la poste, alors que le troisième Pierre Gautron est tué par arme à feu par un sergent de l’infanterie coloniale le 10 août alors que la ville tendant à redevenir calme. Cet acte, encore inexpliqué n’entraîne d’ailleurs pas l’inculpation du sergent qui est libéré rapidement, alors qu’il semble avoir prémédité son geste. Il y a également une centaine d’arrestations, plus de 250 blessés et de nombreux dégâts dans toute la ville.

C’est une véritable explosion sociale qui a eu lieu, et il convient maintenant de revenir sur la composition des manifestations, les modes d’action mis en œuvre et les interprétations que l’on peut donner à un tel mouvement social. Ces trois aspects pourront ainsi illustrer la micro-dynamique d’une mobilisation[4].

Micro-dynamique d’une mobilisation 1/ : qui sont les manifestants ?

La question est en apparence anodine tant la réponde semble évidente : les manifestants sont les ouvriers de l’arsenal qui participent aux marches de protestation. Mais plusieurs aspects peuvent amener à mieux examiner la question : tout d’abord, et afin de discréditer les revendications ouvrières, de nombreuses sources de la presse ou des autorités signalent la présence de personnes ou de groupes n’ayant que peu de liens avec la population ouvrière :ce sont des «  éléments tarés » selon un rapport que le préfet du Finistère destine au gouvernement, la presse de droite ou d’extrême droite n’hésitant pas quant à elle à parler de «  racailles » sans que l’on sache si le terme désigne les fauteurs de troubles ou l’ensemble des manifestants[5]. On retrouve dans la presse de gauche une volonté de se démarquer des agitateurs et là aussi on évoque les «gamins » sur les barricades, on fustige les  « voyous » auteurs des saccages et on valorise les ouvriers responsables qui ne se sont pas joints aux troubles. C’est en particulier le discours de la presse socialiste.

De nombreux observateurs enfin, évoquent la présence de « provocateurs » qui seraient responsables des dégâts matériels, des rumeurs et d’avoir excité la violence des ouvriers. Mais si tous en parlent, peu savent vraiment quelle est l’identité de ces « agents provocateurs ».La commission d’enquête parlementaire qui suit les événements doit elle-même reconnaître que « disons le tout simplement : nous n’avons pu identifier aucun de ces provocateurs ».

Il est donc essentiel de s’arrêter sur la composition sociale des différentes manifestations, cortèges ou encore de la participation à l’édification et à la tenue des  barricades qui furent nombreuses durant cette semaine d’agitation. Mais l’opération peut s’avérer délicate : en effet, les rapports de police sont parfois peu précis sur cet aspect, tout comme les articles de la presse locale et nationale. Mais d’autres sources peuvent être utilisées : les déclarations de blessure dans les registres hospitaliers, la liste des personnes arrêtées et jugées, les photographies prises lors des journées de mobilisation ou le compte rendu personnel de certains militants. Pour le moment, quelques données importantes peuvent être mises en évidence : les personnes arrêtées ou blessées sont pour moitié des ouvriers, et sur ce groupe une moitié à nouveau travaille à l’arsenal. Il y a peu d’éléments extérieurs même si les rapports de police insistent sur les quelques cas d’étrangers ou de fauteurs de trouble connus au préalable des services de police.

En ce qui concerne l’origine militante des manifestants, on doit tout d’abord rappeler qu’il y a relativement peu de militants ouvriers à Brest : le Pcf n’a pas cinquante militants, la Sfio est plus structurée avec un groupe de près de 200 membres (en incluant les JS tentés par l’activisme des minorités ouvrières), la CGT confédérée a environ 400 militants, et la CGTU quelques dizaines de militants. A ces groupes, il faut aussi ajouter les militants du milieu anarchiste, dont Brest a toujours formé un bastion, mais au milieu des années 1930, ceux-ci sont moins nombreux et vieillissants. Il est donc important de mesurer l’influence de ces structures dans la construction de la mobilisation (voir 3ème point). Enfin, durant la semaine, on peut aussi trouver des envoyés des partis politiques ou des syndicaux : la CGT confédérée dépêche un responsable national, le Pcf envoie des militants aguerris, plus ou moins secrètement, afin de tenter de contrôler la colère des ouvriers et de lui donner un sens qui corresponde au nouveau positionnement national et international des communistes.

Ces quelques exemples montrent que pour connaître la composition sociale et politique des manifestations, un long travail de recoupement est nécessaire, d’autant que de nombreuses approximations sont véhiculées sur le moment et dans les périodes suivantes. On doit aussi mobiliser l’analyse des photographies[6] qui nous dévoilent aussi de nombreuses informations sur les modes d’action des protestataires.

Micro-dynamique d’une mobilisation 2/ : quels modes d’action ?

            Si on cherche l’étymologie du mot «manifestation », on peut voir qu’à l’époque moderne, manifester signifiait «rendre visible » ou «se rendre visible ». En effet, par l’occupation temporaire d’un espace public comme la rue et par un défilé, on se rend visible du reste de la population. Ainsi en août 1935, la presse a rendu visible la mobilisation des ouvriers de Brest, qui pendant une semaine ont manifesté de manière violente. Parmi les modes d’action, le défilé, la manifestation sont les premiers moyens utilisés. On peut rappeler que la première manifestation du mois de juillet n’était d’ailleurs pas autorisée par la police, mais que les ouvriers ont passé outre, avec l’accord plus ou moins tacite, des responsables syndicaux et politiques. Le second cortège s’est déroulé à l’intérieur de l’arsenal, donc sans que la population extérieure puisse voir cette mobilisation. Dans les jours suivants, on assiste à plusieurs manifestations ou rassemblements qui ont souvent la même organisation : les militants syndicaux et politiques sont tout d’abord en tête, puis la manifestation se déroule et a tendance à s’éparpiller en plusieurs cortèges, qui se rejoignent ensuite très souvent sur la place Wilson qui offre la particularité d’avoir un kiosque à musique, où les allocutions des leaders sont plus audibles. Mais à cette ritualisation des premiers cortèges succède la volonté de conquérir plusieurs lieux de l’espace brestois. Ce sont avant tout les lieux de l’autorité qui sont visés, comme la mairie mais surtout la préfecture maritime. De plus, dès le second jour de mobilisation, on assiste à la construction de barricades, d’abord isolées, puis de plus en plus nombreuses et qui ont la particularité de créer une zone symbolique où l’espace est occupé du moins temporairement. Cette zone repose sur la topographie (on choisit des rues étroites afin de faciliter l’érection des barricades) mais aussi sur la volonté d’encercler des lieux symboliques comme la préfecture maritime. Dans cette mobilisation protestataire, on peut voir que les ouvriers ont voulu conquérir l’espace public en utilisant des moyens de plus en plus coordonnés afin de résister aux assauts de la police et de la gendarmerie mobile. La mise en évidence d’un espace géographique de la mobilisation brestoise est donc nécessaire.

On retrouve donc un point déjà évoqué, qui sera aussi analysée finement par les autorités par la suite, à savoir comment les manifestants se sont organisés durant ces journées de violente colère.

Micro-dynamique d’une mobilisation 3/: quels cadres de l’action collective?

Avant de voir comment on peut caractériser les cadres de l’action collective lors des émeutes d’août 1935, il est important également d’utiliser d’autres concepts de la sociologie des mouvements sociaux afin de mieux comprendre ce qui s’est joué lors de ces journées. On peut ainsi s’interroger sur la naissance de « réseaux » de manifestants : comment se sont –ils organisés ? Comment s’adaptent-ils à la présence policière de plus en plus importante (environ 1 500 membres des forces de l’ordre contre une moyenne de 5 000 manifestants, même si ces derniers chiffre sont à manier avec prudence).On doit constater que l’organisation des manifestants évolue : à de grands défilés organisés, où le soutien de la population brestoise est évidente, on passe ensuite à des manifestations plus confuses, où il est difficile de différencier manifestants, badauds et curieux, et qui sont confrontés aux forces de l’ordre, ce qui entraîne des mouvements de foule. Par la suite ce sont de petits groupes tenant des barricades, jouant à cache-cache avec la police, dont la coordination semble au moins à interroger qui occupe l’espace protestataire, jour et nuit. On évoque dès lors à plusieurs reprises le maniement d’armes à feu, et donc au moins la tentative de guérilla urbaine, terme qui est utilisé à plusieurs reprises dans les rapports des autorités, même ceux qui sont rédigés plus tard et qui essayent d’étudier à froid cette mobilisation protestataire.

Si une telle coordination existe, il faut tout d’abord la mettre en évidence, puis comprendre le rôle des meneurs, des leaders lors de cette mobilisation. L’action de Paul Valière, syndicaliste et membre influent du Pcf semble devoir être plus particulièrement étudiée avec soin, mais cela est d’autant plus difficile qu’il est par la suite exclu du Parti justement à cause de la conduite des émeutes brestoises. Liée à la question de l’étude du leadership, on doit aussi mettre en évidence les structures de la mobilisation, à savoir le rôle préexistant des organisations politiques et syndicales. Car ce qui se passe début août 1935 à Brest doit être relié tout d’abord à l’action des organisations politiques et syndicales, mais aussi mis en perspective par rapport à la constitution du Front populaire, dont le but est la conquête du pouvoir par les élections et non pas par un mouvement social violent et révolutionnaire. Ce sont autant de points dont il faut rendre compte si on veut mieux comprendre cet épisode de colère ouvrière. Après avoir relaté le séjour de Nizan à Brest durant ces émeutes dans un second billet de cette série, ce que je tenterai de faire en me centrant sur le rôle de la Sfio dans ce mouvement de protestation et en revenant sur l’apport de la sociologie des mouvements sociaux pour mieux comprendre ce qui se passait à Brest ces jours-là.



[1] J’ai pu donner une première interprétation de ce qui va suivre lors d’une communication au séminaire d’Olivier Wieviorka sur la manifestation, ENS Cachan, 15 décembre 2009, « Les manifestations d’août 1935 à Brest ». Je tiens encore à remercier O.Wieviorka de m’avoir donné la possibilité de faire part lors de cette séance de mes recherches en cours dans ce domaine, ainsi que tou-te-s les participant-e-s au séminaire.

[2]  Le second billet portera plus précisément sur Paul Nizan venu à Brest comme envoyé spécial de L’Humanité, tandis que le troisième billet analysera deux autres aspects : tout d’abord le rôle de la Sfio dans cette protestation ouvrière et surtout l’apport des travaux en sociologie des mouvements sociaux pour mieux appréhender cet épisode de mobilisation.

[3] Brest intra-muros a une population de 60 000 habitants, mais si on considère le «grand» Brest, la population dépasse les 120 000 habitants.

[4] J’emprunte le terme de « micro-dynamique d’une mobilisation » à la sociologie des mouvements sociaux inspirée par les travaux de Charles Tilly, Sidney Tarrow ou encore Doug McAdam. J’expliquerai plus en détails mon utilisation de ces travaux dans le troisième billet de la série consacrée aux manifestations violentes de Brest.

[5] Pour les références aux archives ou à la presse de l’époque, je me permets de renvoyer à ma thèse en cours, d’autant plus que je suis actuellement dans la phase de recueillement des informations.

[6] Plusieurs photographies sur ce sujet sont disponibles en ligne sur le site des Archives municipales de Brest 

Émeutes 1935/2011

Brest, août 1935, photo DR

La violence politique a plusieurs modes d’expression disponibles selon les époques et selon les espaces. L’un des moyens les plus remarquables est la manifestation politique qui tente de conquérir l’espace urbain le temps d’une journée ou plus afin de rendre visibles les revendications des manifestants. Parfois, ces manifestations peuvent se transformer en émeutes urbaines, dont l’analyse a posteriori se révèle dès lors plus complexe : comment passe-t-on d’une manifestation exprimant un mécontentement politique et social à une émeute urbaine dont les objectifs deviennent plus flous?

En réfléchissant actuellement à un épisode important de l’histoire sociale de Brest, à savoir les manifestations contre les décrets-lois de 1935, de telles questions  se sont associées à des faits d’actualité : en effet depuis le 6 août, les rues de Londres et des grandes villes britanniques sont touchées par des émeutes dont l’origine ponctuelle – la mort par un tir de la police d’un habitant du quartier populaire de Tottenham[1]– ne suffit pas à expliquer l’ampleur.

Bien que totalement différent des manifestions qui m’intéressent, ce fait d’actualité ne peut avoir que des incidences, même impensées, avec mon travail en cours. C’est ce que je voudrais examiner dans ce premier billet d’une série de quatre sur les manifestions brestoises d’août 1935.

Ne pas se contenter de regarder du rivage :

Il n’est pas dans mon propos de vouloir « comparer l’incomparable » pour reprendre les termes de Marcel Détienne, mais plutôt de tenir compte du contexte précis dans lequel j’écris sur les manifestations de 1935. Voir des images, lire des analyses et utiliser les ressources du réseau Internet à propos des émeutes anglaises actuelles ne peut que modifier, peut-être seulement d’ailleurs à la marge,  mon propre aperçu sur les émeutes précédentes. Plutôt que d’éviter la collision des deux événements, en tentant de garder une analyse historique froide et en laissant l’ « écume » de l’actualité ne pas atteindre mon travail de recherche, il me semble plus judicieux de suivre les conseils de Lucien Febvre qui lors d’une conférence aux étudiants de l’ENS en 1941 expliqua quelle position et quel positionnement devait adopter l’historien : « pour faire de l’histoire, tournez le dos résolument au passé et vivez d’abord. Mêlez vous à la vie (…). Ne vous contentez pas de regarder du rivage, paresseusement, ce qui se passe sur la mer en furie. »[2].

Quelques exemples de concordance :

Plusieurs exemples de concordance sont visibles entre les manifestations violentes de 1935 et les émeutes anglaises actuelles. C’est donc précisément de telles concordances qui peuvent inciter à superposer les deux périodes afin de mieux connaître le déroulement des journées d’août 1935. Prenons deux exemples qui occupent actuellement les analystes au sujet des troubles dans les grandes villes britanniques : la mise en relation des émeutiers et le déploiement des actes violent sur différents espaces.

Lorsqu’on cherche à comprendre le déroulement des émeutes, l’interrogation sur la « conduite » de l’émeute occupe l’un des premiers plans, avec comme interrogation sous-jacente, la question de la mise en relation des participants. Comment se constituent les groupes ? Quels sont les moyens de contact et les lieux de rendez-vous ? Comment faire face au déroulement de l’émeute ensuite, se transmettre des informations sur les objectifs, contourner les forces de l’ordre et ne pas se faire prendre ? Ce que nous pouvons appeler la « conduite de l’émeute » obéit à des règles qu’il est nécessaire de pouvoir mettre en évidence. Si celle-ci doit souvent être approximative et improvisée, on cherche toutefois souvent à en déterminer les caractéristiques. Dans le cas des émeutes récentes, il est souvent mis en évidence le rôle des réseaux modernes de communication et l’impact des réseaux sociaux. C’est en effet le cas aujourd’hui en Grande-Bretagne avec l’évocation du rôle réel ou supposé joué par les nouvelles technologies, comme l’échange d’informations via la messagerie instantanée des téléphones portables Black Berry[3] . A se placer dans une perspective trop « présentiste », on oublie que de telles pratiques ont nécessairement dû exister avant l’invention de telles nouvelles technologies, et il est donc intéressant de s’arrêter sur la  conduite de l’émeute en tant que telle lorsqu’on étudie un exemple historique de manifestation violente.

Ainsi, dans le cas brestois, on peut constater que les journées d’émeute ne sont pas similaires. Au premier jour où les manifestations comme les troubles semblent totalement improvisés succèdent des journées où les groupes de manifestants sont plus organisés, réactifs et semblent être parfaitement au courant des mouvements des forces de l’ordre. Il faut donc croire que les échanges d’informations se font très rapidement et surtout il me paraît intéressant de s’interroger sur la mise en place et l’existence de tels « réseaux »  d’échanges d’informations entre les émeutiers. La focalisation actuelle sur les nouveaux moyens de télécommunications comme accélérateurs des troubles ne semble pas résister à l’épreuve du temps, et c’est bien l’évocation d’une situation actuelle qui m’a conduit à m’interroger sur le problème de la « conduite de l’émeute ».

Liée à ce premier point, l’appréhension de l’espace géographique des émeutes est un autre exemple de concordance entre les deux mobilisations. On a en effet vu à de multiples reprises des représentations spatiales des émeutes récentes en Angleterre qui utilisent également les nouvelles technologies[4]. De telles cartes permettent de mieux connaître le contexte spatial des émeutes et peuvent ainsi apporter une meilleure analyse des raisons de telles mobilisations violentes. Dans le cadre des manifestations de Brest, l’analyse de la mobilisation en termes d’espace géographique permet également de connaître les quartiers concernés par les troubles, ainsi que de donner une cartographie des lieux symboliquement importants pour les manifestants : ils souhaitent contrôler par la tenue de barricades certains points névralgiques à leurs yeux de la ville. Les liens entre espace géographique et mobilisation sociale, qui semblent si évidents dans le cas actuel des émeutes londoniennes, sont aussi à mettre en évidence dans un contexte historique plus ancien. On peut ainsi dresser la « carte du monde social » des participants aux manifestations violentes. Cette dernière expression de « carte du monde social » provient des travaux du sociologue américain Marshall Ganz qui parle de « mapping social world » afin de mieux comprendre les motivations des acteurs d’un mouvement social.[5]

Histoire/ sciences sociales :

On voit bien que pour étudier un exemple historique de manifestation violente, le chercheur a tout intérêt à utiliser au maximum les ressources des autres sciences sociales. La sociologie des émeutes est une discipline qui est très riche, traversée toutefois par des oppositions fortes, ce qui en rend parfois l’utilisation délicate pour un historien. Pour ma part « Le Temps des émeutes » D’Alain Bertho[6] et « Le dictionnaire des mouvements sociaux » sous la direction d’ Olivier Fillieule[7] seront mes guides dans ce domaine qui bien souvent passe de controverses scientifiques à des polémiques moins productives, comme on peut encore le constater dans les commentaires de l’actualité. Mais de très nombreux points de ma propre analyse sont tributaires de ces travaux de sociologie. Il y sera donc souvent fait référence.

Série à venir :

Trois billets seront mis en ligne prochainement et tenteront de faire le point sur les manifestations violentes à Brest en août 1935.

1/3 : « Brest août 1935 : il pleuvait ces jours-là mais le fond de l’air était rouge ». Il s’agira ici de rendre compte des journées de mobilisation en insistant sur la composition des manifestations, les modes d’action et les buts espérés.

2/3 : « Nizan sur les barricades : les contradictions d’un journaliste-écrivain ». Paul Nizan s’est rendu pour L’Humanité à Brest et a écrit plusieurs articles rendant compte des émeutes. Il s’agira donc d’étudier le contenu des ses articles et de montrer les contradictions entre ses écrits de journaliste et son œuvre romanesque.

3/3 : « Que rendent visible les manifestations brestoises d’août 1935 ? ». Après avoir rappelé les différentes interprétations de cette mobilisation sociale, tout en évoquant les travaux d’historien liés à ce sujet, je tenterai de voir dans ce billet comment la Sfio s’est positionnée face à cet événement.

Fernand Braudel a pu écrire que les questions que l’on se posait en histoire venaient avant tout des questions que nous pose le présent. Cette série de billets vient de là.


[1] Sur ces émeutes, on peut lire les articles de Libération, Le Monde, Le Figaro, publiés entre le 6 et le 11 août 2011.

[2] Lucien Febvre « Vivre l’histoire. Propos d’initiation, conférence aux élèves de l’ENS, 1941 »in Combats pour l’Histoire, A.Colin, 1992 (1ère éd. 1952)

[3] Voir à titre d’exemple «Les réseaux sociaux au cœur de la mobilisation » M.C. Beuth, Le Figaro, 10 août 2011.

[5] M.Ganz « Organizing : people, power and Change »,disponible en ligne

https://www.scribd.com/doc/22861872/Organizing-people-power-and-change

 

[6] A.Bertho, Le Temps des émeutes, Bayard, 2009.

[7] O.Filieule, L.Mathieu, C.Péchu, s.d., Dictionnaire des mouvements sociaux, Presses de Sciences Po, 2009. Ce dernier ouvrage contient de très nombreuses notices en lien avec mon sujet.

Le Stade du miroir comme formateur de la conscience socialiste

 

Dépasser le stade du miroir? Image réalisée à partir de la photographie de la municipalité de Brest (1904).DR

Le 19 juillet 1904, l’adjoint à la mairie socialiste de Brest intervient lors d’une discussion sur le budget en plein conseil municipal : voulant trouver de nouvelles sources de taxes, il affirme à propos des miroirs : « N’y a-t-il pas moyen de les surtaxer par une loi spéciale ? Car il y a les grandes dames qui aiment bien se voir du haut en bas. » Quelques instants plus tard, il se déclare partisan d’un autre impôt sur les parfums et les savons et affirme : « il n’est pas rare que je rentre à la maison avec une migraine tellement les grandes dames laissent une traînée odorante sur leur passage »[1].

De tels propos, tenus lors d’une des premières réunions du conseil municipal devenu majoritairement socialiste en mai 1904, ont pu servir à discréditer l’ensemble de l’action de cette majorité qui fut régulièrement taxée d’incompétence et qui se comportait selon le célèbre politiste André Siegfried comme « une assemblée d’enfants mutinés s’amusant à brimer leurs maîtres »[2].

Je voudrais donc dans ce billet revenir sur la portée de ces propos qui sont devenus le symbole d’une municipalité incapable a priori de bien administrer la ville. Il s’agit donc, au-delà des considérations négatives émises par André Siegfried et reprises telles quelles par de nombreux observateurs, d’étudier l’action de cette majorité qui se revendique « socialiste » mais qui est en réalité un assemblage de personnalités aux opinions souvent contradictoires (d’autant qu’il n’y a pas encore de parti socialiste unifié en 1904) et qui souffre de ne pas avoir d’expérience dans la gestion communale.

C’est pourquoi, par analogie avec un célèbre texte de Jacques Lacan, je parlerai de cet épisode brestois comme « le stade du miroir » qui a aidé à la formation de la conscience des militants socialistes de cette ville. En effet, selon Lacan le stade du miroir est « la transformation produite chez le sujet quand il assume une image »[3]. Or il apparaît que par de telles interventions, que Siegfried qualifie de « grotesques », les socialistes brestois ont appris, peut-être à leurs dépends, à se comporter en militants responsables et expérimentés et se sont formés à la «conscience socialiste ».

Dans ce billet, qui n’est comme à chaque fois qu’une esquisse  et un programme de recherche à venir sur un aspect du travail de thèse en cours d’élaboration, je voudrais donc tout d’abord revenir sur le contexte dans lequel l’adjoint Le Tréhuidic tient ses propos, ensuite voir comment cette intervention fut utilisée par des adversaires politiques afin de décrédibiliser toute l’équipe municipale socialiste novice dans la gestion des affaires communes, et enfin montrer que si, à court terme, cela a effectivement desservi les socialistes brestois ( ils sont battus aux législatives de 1906 et perdent la municipalité en 1908), à plus long terme cette expérience municipale chaotique leur a permis de se doter d’une identité socialiste plus forte si bien qu’ ils ont été plus à même de présider par la suite aux affaires de la ville de Brest.

La question des rapports entre la violence et le militantisme socialiste – problématique majeure de mon travail de recherches- se retrouve ici dans plusieurs aspects : on peut être tout d’abord frappé par la violence de la polémique consécutive à l’intervention de l’adjoint Le Tréhuidic, mais aussi plus globalement par la violence verbale et la violence symbolique qui découlent des délibérations au conseil municipal de Brest durant cette période. De plus, le contexte social est marqué par la prégnance de grèves souvent violentes et l’équipe municipale, « étendard » du socialisme dans la ville, est traversée par des courants contradictoires qui soit prônent l’utilisation de la violence révolutionnaire soit veulent l’arrivée au pouvoir du socialisme par la conquête démocratique, nécessairement plus pacifique.

Brest socialiste par surprise en 1904 ?

Lors du premier tour des élections municipales de 1904, les partisans du socialisme présentent une liste incomplète « d’action républicaine et sociale ». On y retrouve plusieurs candidats dont les idées divergent : il faut en effet rappeler qu’il n’y a pas encore du parti socialiste unifié, et en conséquence la liste rassemble des partisans d’un socialisme doctrinal, des syndicalistes et même des personnes marquées par l’anarchisme. Cet assemblage hétéroclite a un programme basé sur des mesures sociales avancées[4] et les radicaux soutiennent ce regroupement sans y participer. En face, deux listes se présentent sans réelle divergence et ont un programme défendant les intérêts de la bourgeoisie, des commerçants et des professions libérales. Elles sont persuadées de gagner facilement et ne se considèrent pas vraiment opposées l’une à l’autre mais plutôt en légère dissidence.

Or, au soir du premier tour, c’est la liste socialiste qui est en tête provoquant la panique du camp adverse. La deuxième liste de droite se retire, mais la liste socialiste se complète avec des radicaux-socialistes ou des personnalités comme René Litalien dont il est pour le moment difficile de connaître la position politique à cette période[5]. Au second tour, la liste socialiste est élue dans son ensemble amenant au pouvoir des hommes qui n’étaient pas forcément préparés à ce rôle. Victor Aubert est élu maire, aidé par des adjoints partisans affirmés du socialisme comme Emile Goude, ou encore par René Litalien qui se positionne en caution morale et intellectuelle de cette nouvelle municipalité[6]. Jean-Marie le Tréhuidic, compagnon menuisier et juge aux prudhommes, est également désigné adjoint.

Le Tréhuidic, l’homme aux miroirs et aux parfums :

Né en 1861, Jean-Marie Le Tréhuidic ne reste adjoint au maire que quelques mois, de mai 1904 à février 1905, date à laquelle il choisit de démissionner pour devenir secrétaire de la bourse du travail de Brest en se ralliant au syndicalisme révolutionnaire[7]. Il est toutefois dans les premiers temps un homme clé de la nouvelle municipalité brestoise et on le désigne parfois après son intervention comme « l’homme aux parfums » (comme l’écrit encore l’Echo de Paris, deux ans après les faits, le 20 avril 1906).

Son intervention eut lieu lors de la séance du 19 juillet 1904. On doit d’ailleurs constater que de nombreux auteurs donnent une date erronée : Louis Coudurier parle du 20 juillet (date qui est reprise dans tous les livres d’histoire évoquant cette affaire), tandis qu’André Siegfried évoque la séance du 24 juillet. Surtout, lorsqu’on consulte les délibérations du conseil municipal, on peut être étonné de ne pas trouver l’intervention évoquée de Le Tréhuidic ; on peut y lire deux mentions assez laconiques :

–          «  MM Le Tréhuidic , le Bars et Goude échangent sur cette modification diverses observations »

–          « Diverses observations sont échangés entre presque tous les conseillers et il est décidé : que la taxe sur les savons parfumés, odeurs etc sera portée à 24 fr. les 100 kilogr. »[8]

La séance portait sur le budget de la nouvelle municipalité, avec des aspects très techniques dans la discussion, à tel point que le journaliste de l’Ouest-éclair, journal catholique, écrit dans son article du lendemain « la séance du conseil municipal peu intéressante s’est encore prolongée fort tard »[9]. Séance peu intéressante ? Peut-être pas pour le journaliste du quotidien La Dépêche de Brest  par qui la polémique arrive.

Polémiques et interprétations :


Si le journaliste d’Ouest-éclair a trouvé la séance peu intéressante, cela n’est sans doute pas le cas de Louis Coudurier qui est à l’époque le directeur de la  Dépêche de Brest. Ce quotidien est tout sauf neutre à l’époque : partisan de la liste concurrente, il a mené campagne en cherchant à discréditer les socialistes. Depuis qu’ils ont gagné les élections, ce quotidien ne passe pas une journée sans critiquer l’action de la « municipalité collectiviste». C’est donc dans ce journal, puis plus tard dans le livre écrit par Coudurier pour faire un réquisitoire à charge des socialistes, que l’on peut lire le compte rendu de la séance du conseil municipal où les propos de Jean-Marie Le Tréhuidic sont mentionnés : citons le passage en entier :

        » -M.Thoury : Et l’article 60 ? Les savons parfumés et les eaux d’odeur ? Ce n’est pas nous qui nous en servons.

                        -M.LeTréhuidic : Est-ce que les glaces sont taxées ?

                       – M.Thoury : Elles sont taxées au maximum.

                       – M.Le Tréhuidic : N’y a-t-il pas moyen de les surtaxer par une loi spéciale ? Car il y a les grandes dames qui aiment bien se voir du haut en bas.

                       – M.Hascöet : Quel est le maximum pour les savons parfumés ?

                       – M.Le Bras : Vingt-quatre francs pour 100 kilos. Le tarif actuel est de cinq francs.

                       – M.Vibert : Je crois qu’en demandant 24 francs vous allez faire tort à beaucoup de petits perruquiers.

                        -M.Fouquet : Il y a beaucoup de petits forains qui en vendent.

                       – M.Goude : Ce n’est pas l’intermédiaire que nous visons, mais le consommateur.

                        -M.Le Tréhuidic : Je suis de l’avis du camarade Goude. Au moins on sera peut-être moins incommodé rue de Siam. Il n’est pas rare que je rentre à la maison avec une migraine, tellement les grandes dames laissent une traînée odorante sur leur passage « [10]

L.Coudurier publie en 1908 un réquisitoire contre la municipalité socialiste.DR

Ces propos, encore une fois qui n’apparaissent pas dans le compte rendu officiel et qui ne sont pas évoqués dans un premier temps par l’autre quotidien local, sont très vite par contre repris avec des variantes diverses dans la presse nationale[11]. Le Temps (23 juillet) se base sur les informations de la Dépêche en y ajoutant des appréciations négatives englobant l’ensemble des socialistes, car Jean-Marie Le Tréhuidic « semble avoir entrepris de jouer le rôle de l’ilote ivre et de dégouter le public du socialisme, par le spectacle de ses sottises ». Comme pour l’expression «  ilote ivre », le Temps manie l’insulte comme commentaire politique, puisque les socialistes brestois sont « ridicules », dignes de l’« homme des cavernes », « socialistes du Danube » et plus simplement annonciateurs d’« un retour à la barbarie »[12]Le Matin (22 juillet 1904) insiste davantage sur le fait que le « socialisme révolutionnaire brestois » est tyrannique, violent et despotique. Ouest-éclair, quelques jours après avoir écrit que la réunion du conseil municipal était inintéressante, revient sur les propos de J.M. Le Tréhuidic dans un long éditorial : les socialistes sont des «  violents qui les [ les riches] tyrannisent et menacent de les ruiner ». Mais on peut constater que ce journal ne reprend pas directement les propos tenus par l’adjoint socialiste tel que la Dépêche l’a écrit ; le quotidien fait preuve de davantage de prudence en affirmant : « il paraît d’après un adjoint que ces droits ne sont pas encore assez élevés, car aurait-il dit ‘ si nous femmes font usage de miroirs grands comme la main, les belles dames aiment à se voir de haut en bas ‘ » (Ouest-éclair, 23 juillet 1904). On peut voir qu’ici la citation se veut prudente et l’emploi du conditionnel montre ce que dévoilent les délibérations officielles du conseil municipal de Brest, à savoir que les propos de Le Tréhuidic se sont tenus alors que tous les membres de la chambre municipale discutaient et qu’il n’était sans doute pas facile de reprendre textuellement les propos de tout le monde. De plus, et c’est encore l’Ouest-éclair qui le précise, chaque séance du conseil municipal brestois est suivi par une foule nombreuse et on peut penser que certains membres de l’assemblée en profitent pour tenter d’intéresser l’auditoire par des interventions intempestives ou qui se veulent humoristiques.

Mais on doit enfin tenter de connaître les réactions des socialistes eux-mêmes devant les comportements décriés de la municipalité brestoise.

Sortir du stade du miroir par l’autodiscipline et la connaissance de l’idéologie socialiste :

Les socialistes brestois ne disposent pas encore d’un journal  leur permettant d’exprimer leurs vues ; il existe toutefois « l’Avenir brestois » qui est un journal de gauche, regroupant toutes les nuances de cette famille politique mais qui est davantage proche du radicalisme. L’affaire n’est pas évoquée et on préfère essayer d’expliquer les principes de la doctrine du socialisme. C’est en particulier le cas d’Yves Lefebvre qui écrit régulièrement de longs articles afin d’expliquer l’idéologie collectiviste : pour lui d’ailleurs,  le socialisme doit se construire par la République et les réformes et pas du tout par la violence ou encore par « les vieilles méthodes des guerres sociales » ( L’Avenir brestois, 9 avril 1904). L’attitude du conseil municipal de Brest ne lui convient donc pas : dans sa correspondance il s’en prend régulièrement aux élus municipaux de cette villle et il espère que « Brest pourra bientôt sortir de la période de démagogie où le mouvement s’enlisait» ( lettre à Ch.Brunellière, 31décembre 1904). Pour lui, qui est un des militants les plus actifs dans la construction d’un mouvement socialiste discipliné et efficace, tout comme pour René Litalien qui essaie de  contrôler les autres élus municipaux de gauche lors des délibérations municipales, il est nécessaire de dépasser le « stade du miroir » et de construire un parti socialiste qui évite les comportements tels que les débordements de Le Tréhuidic, adopte une politique démocratique de conquête du pouvoir et se dote d’une conception réfléchie et bien comprise de l’idéologie socialiste. Ces militants n’ont de cesse  que de vouloir se débarrasser de comportements violents, démagogiques ou extrémistes qui sont présents chez de nombreux militants au même moment. Ce faisant, ils s’exposent à la difficulté qui consiste à ne pas se couper de la base électorale du socialisme qui est parfois séduite par des meneurs d’hommes comme Jean-Marie Le Tréhuidic. On reproche en retour souvent à Yves Lefebvre et René Litalien d’avoir une conception trop intellectuelle du socialisme. Quelques années plus tard, des militants comme Emile Goude réussissent à allier les deux, privilégiant la conquête électorale du pouvoir et l’éducation au socialisme, tout en gardant une attitude de tribun populaire. Mais cela passe également par de nombreux échecs, aussi bien électoraux que dans l’organisation d’une structure militante stable. Dépasser le stade du miroir nécessite sans aucun doute de fendre la glace, ce qui n’est pas chose aisée ![13]


[1] L.Coudurier, Une Ville sous le régime collectiviste, histoire de la municipalité brestoise, 1904-1908, Brest, 1908.

[2] André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest, présentation de Pierre Milza, Imprimerie nationale, 1995 ( 1ère éd. 1913), p.273.

[3] Il n’est pas dans mon propos ici de définir ce qu’est la théorie lacanienne du stade du miroir, d’autant que j’utilise davantage l’expression dans un sens métaphorique, en lien avec les propos sur les surtaxes pour les miroirs demandés par Le Tréhuidic. Disons simplement que le stade du miroir est pour Lacan le moment où l’enfant entre 6 et 18 mois prend conscience de soi et de son unité corporelle en se reconnaissant par exemple dans un miroir.

[4] On peut retrouver le programme de cette liste dans le journal L’Avenir Brestois , 26 avril 1904.

[5] R.Litalien fut étudiant à l’Ecole Normale supérieure de Paris, où il est un socialiste affirmé. Nommé à Brest, il semble dans un premier temps s’être tenu à l’écart des partisans du socialisme  dans cette ville avant d’être présent au second tout des élections en 1904 sur la liste progressiste. En 1905, il adhère à la Sfio.

[6] On peut constater que l’action de cette première municipalité socialiste de Brest est en réalité assez mal connue encore et n’a pas fait l’objet pour le moment d’une étude systématique à ma connaissance, même si les travaux de G.M.Thomas ou de Cl.Geslin sont très utiles.

[7] Notice «  Le Tréhuidic Jean-Marie » dans le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier français, sd J.Maitron et C.Pennetier, tome 34, Les éditions de l’Atelier, 1989.

[8]  Extraits des délibérations du Conseil municipal de Brest, 19 juillet 1904.

[9] L’Ouest-éclair, 20 juillet 1904.

[10] L.Coudurier, op.cit., p.58-59

[11] Je n’ai pas encore fait de revue de presse systématique, je n’évoque donc que quelques exemples.

[12] Pour une étude de l’insulte comme argumentation politique, on pourra lire T.Bouchet, Noms d’oiseaux. L’insulte en politique, de la Restauration à nos jours, Stock, 2010.

[13] De nombreux aspects ne sont pas étudiés dans ce billet, bien qu’ils soient importants : l’histoire culturelle ( à travers le rôle de l’hygiène et des parfums, grâce aux travaux de G.Vigarello et de A.Corbin), l’histoire de l’antiféminisme de gauche (Ch.Bard), la comparaison avec d’autres municipalités socialistes comme Roubaix (R.Lefebvre), le rôle de la violence symbolique dans les luttes politiques (P.Bourdieu), la recherche d’une légitimisation politique par l’autocontrainte (M.Offerlé, N.Elias)ou encore la construction d’un ethos socialiste chez les militants sont autant d’éléments qui nécessitent un examen profond dans ce cadre. Mais je réserve de telles analyses pour mon travail de thèse.