Archives quotidiennes :

Le Stade du miroir comme formateur de la conscience socialiste

 

Dépasser le stade du miroir? Image réalisée à partir de la photographie de la municipalité de Brest (1904).DR

Le 19 juillet 1904, l’adjoint à la mairie socialiste de Brest intervient lors d’une discussion sur le budget en plein conseil municipal : voulant trouver de nouvelles sources de taxes, il affirme à propos des miroirs : « N’y a-t-il pas moyen de les surtaxer par une loi spéciale ? Car il y a les grandes dames qui aiment bien se voir du haut en bas. » Quelques instants plus tard, il se déclare partisan d’un autre impôt sur les parfums et les savons et affirme : « il n’est pas rare que je rentre à la maison avec une migraine tellement les grandes dames laissent une traînée odorante sur leur passage »[1].

De tels propos, tenus lors d’une des premières réunions du conseil municipal devenu majoritairement socialiste en mai 1904, ont pu servir à discréditer l’ensemble de l’action de cette majorité qui fut régulièrement taxée d’incompétence et qui se comportait selon le célèbre politiste André Siegfried comme « une assemblée d’enfants mutinés s’amusant à brimer leurs maîtres »[2].

Je voudrais donc dans ce billet revenir sur la portée de ces propos qui sont devenus le symbole d’une municipalité incapable a priori de bien administrer la ville. Il s’agit donc, au-delà des considérations négatives émises par André Siegfried et reprises telles quelles par de nombreux observateurs, d’étudier l’action de cette majorité qui se revendique « socialiste » mais qui est en réalité un assemblage de personnalités aux opinions souvent contradictoires (d’autant qu’il n’y a pas encore de parti socialiste unifié en 1904) et qui souffre de ne pas avoir d’expérience dans la gestion communale.

C’est pourquoi, par analogie avec un célèbre texte de Jacques Lacan, je parlerai de cet épisode brestois comme « le stade du miroir » qui a aidé à la formation de la conscience des militants socialistes de cette ville. En effet, selon Lacan le stade du miroir est « la transformation produite chez le sujet quand il assume une image »[3]. Or il apparaît que par de telles interventions, que Siegfried qualifie de « grotesques », les socialistes brestois ont appris, peut-être à leurs dépends, à se comporter en militants responsables et expérimentés et se sont formés à la «conscience socialiste ».

Dans ce billet, qui n’est comme à chaque fois qu’une esquisse  et un programme de recherche à venir sur un aspect du travail de thèse en cours d’élaboration, je voudrais donc tout d’abord revenir sur le contexte dans lequel l’adjoint Le Tréhuidic tient ses propos, ensuite voir comment cette intervention fut utilisée par des adversaires politiques afin de décrédibiliser toute l’équipe municipale socialiste novice dans la gestion des affaires communes, et enfin montrer que si, à court terme, cela a effectivement desservi les socialistes brestois ( ils sont battus aux législatives de 1906 et perdent la municipalité en 1908), à plus long terme cette expérience municipale chaotique leur a permis de se doter d’une identité socialiste plus forte si bien qu’ ils ont été plus à même de présider par la suite aux affaires de la ville de Brest.

La question des rapports entre la violence et le militantisme socialiste – problématique majeure de mon travail de recherches- se retrouve ici dans plusieurs aspects : on peut être tout d’abord frappé par la violence de la polémique consécutive à l’intervention de l’adjoint Le Tréhuidic, mais aussi plus globalement par la violence verbale et la violence symbolique qui découlent des délibérations au conseil municipal de Brest durant cette période. De plus, le contexte social est marqué par la prégnance de grèves souvent violentes et l’équipe municipale, « étendard » du socialisme dans la ville, est traversée par des courants contradictoires qui soit prônent l’utilisation de la violence révolutionnaire soit veulent l’arrivée au pouvoir du socialisme par la conquête démocratique, nécessairement plus pacifique.

Brest socialiste par surprise en 1904 ?

Lors du premier tour des élections municipales de 1904, les partisans du socialisme présentent une liste incomplète « d’action républicaine et sociale ». On y retrouve plusieurs candidats dont les idées divergent : il faut en effet rappeler qu’il n’y a pas encore du parti socialiste unifié, et en conséquence la liste rassemble des partisans d’un socialisme doctrinal, des syndicalistes et même des personnes marquées par l’anarchisme. Cet assemblage hétéroclite a un programme basé sur des mesures sociales avancées[4] et les radicaux soutiennent ce regroupement sans y participer. En face, deux listes se présentent sans réelle divergence et ont un programme défendant les intérêts de la bourgeoisie, des commerçants et des professions libérales. Elles sont persuadées de gagner facilement et ne se considèrent pas vraiment opposées l’une à l’autre mais plutôt en légère dissidence.

Or, au soir du premier tour, c’est la liste socialiste qui est en tête provoquant la panique du camp adverse. La deuxième liste de droite se retire, mais la liste socialiste se complète avec des radicaux-socialistes ou des personnalités comme René Litalien dont il est pour le moment difficile de connaître la position politique à cette période[5]. Au second tour, la liste socialiste est élue dans son ensemble amenant au pouvoir des hommes qui n’étaient pas forcément préparés à ce rôle. Victor Aubert est élu maire, aidé par des adjoints partisans affirmés du socialisme comme Emile Goude, ou encore par René Litalien qui se positionne en caution morale et intellectuelle de cette nouvelle municipalité[6]. Jean-Marie le Tréhuidic, compagnon menuisier et juge aux prudhommes, est également désigné adjoint.

Le Tréhuidic, l’homme aux miroirs et aux parfums :

Né en 1861, Jean-Marie Le Tréhuidic ne reste adjoint au maire que quelques mois, de mai 1904 à février 1905, date à laquelle il choisit de démissionner pour devenir secrétaire de la bourse du travail de Brest en se ralliant au syndicalisme révolutionnaire[7]. Il est toutefois dans les premiers temps un homme clé de la nouvelle municipalité brestoise et on le désigne parfois après son intervention comme « l’homme aux parfums » (comme l’écrit encore l’Echo de Paris, deux ans après les faits, le 20 avril 1906).

Son intervention eut lieu lors de la séance du 19 juillet 1904. On doit d’ailleurs constater que de nombreux auteurs donnent une date erronée : Louis Coudurier parle du 20 juillet (date qui est reprise dans tous les livres d’histoire évoquant cette affaire), tandis qu’André Siegfried évoque la séance du 24 juillet. Surtout, lorsqu’on consulte les délibérations du conseil municipal, on peut être étonné de ne pas trouver l’intervention évoquée de Le Tréhuidic ; on peut y lire deux mentions assez laconiques :

–          «  MM Le Tréhuidic , le Bars et Goude échangent sur cette modification diverses observations »

–          « Diverses observations sont échangés entre presque tous les conseillers et il est décidé : que la taxe sur les savons parfumés, odeurs etc sera portée à 24 fr. les 100 kilogr. »[8]

La séance portait sur le budget de la nouvelle municipalité, avec des aspects très techniques dans la discussion, à tel point que le journaliste de l’Ouest-éclair, journal catholique, écrit dans son article du lendemain « la séance du conseil municipal peu intéressante s’est encore prolongée fort tard »[9]. Séance peu intéressante ? Peut-être pas pour le journaliste du quotidien La Dépêche de Brest  par qui la polémique arrive.

Polémiques et interprétations :


Si le journaliste d’Ouest-éclair a trouvé la séance peu intéressante, cela n’est sans doute pas le cas de Louis Coudurier qui est à l’époque le directeur de la  Dépêche de Brest. Ce quotidien est tout sauf neutre à l’époque : partisan de la liste concurrente, il a mené campagne en cherchant à discréditer les socialistes. Depuis qu’ils ont gagné les élections, ce quotidien ne passe pas une journée sans critiquer l’action de la « municipalité collectiviste». C’est donc dans ce journal, puis plus tard dans le livre écrit par Coudurier pour faire un réquisitoire à charge des socialistes, que l’on peut lire le compte rendu de la séance du conseil municipal où les propos de Jean-Marie Le Tréhuidic sont mentionnés : citons le passage en entier :

        » -M.Thoury : Et l’article 60 ? Les savons parfumés et les eaux d’odeur ? Ce n’est pas nous qui nous en servons.

                        -M.LeTréhuidic : Est-ce que les glaces sont taxées ?

                       – M.Thoury : Elles sont taxées au maximum.

                       – M.Le Tréhuidic : N’y a-t-il pas moyen de les surtaxer par une loi spéciale ? Car il y a les grandes dames qui aiment bien se voir du haut en bas.

                       – M.Hascöet : Quel est le maximum pour les savons parfumés ?

                       – M.Le Bras : Vingt-quatre francs pour 100 kilos. Le tarif actuel est de cinq francs.

                       – M.Vibert : Je crois qu’en demandant 24 francs vous allez faire tort à beaucoup de petits perruquiers.

                        -M.Fouquet : Il y a beaucoup de petits forains qui en vendent.

                       – M.Goude : Ce n’est pas l’intermédiaire que nous visons, mais le consommateur.

                        -M.Le Tréhuidic : Je suis de l’avis du camarade Goude. Au moins on sera peut-être moins incommodé rue de Siam. Il n’est pas rare que je rentre à la maison avec une migraine, tellement les grandes dames laissent une traînée odorante sur leur passage « [10]

L.Coudurier publie en 1908 un réquisitoire contre la municipalité socialiste.DR

Ces propos, encore une fois qui n’apparaissent pas dans le compte rendu officiel et qui ne sont pas évoqués dans un premier temps par l’autre quotidien local, sont très vite par contre repris avec des variantes diverses dans la presse nationale[11]. Le Temps (23 juillet) se base sur les informations de la Dépêche en y ajoutant des appréciations négatives englobant l’ensemble des socialistes, car Jean-Marie Le Tréhuidic « semble avoir entrepris de jouer le rôle de l’ilote ivre et de dégouter le public du socialisme, par le spectacle de ses sottises ». Comme pour l’expression «  ilote ivre », le Temps manie l’insulte comme commentaire politique, puisque les socialistes brestois sont « ridicules », dignes de l’« homme des cavernes », « socialistes du Danube » et plus simplement annonciateurs d’« un retour à la barbarie »[12]Le Matin (22 juillet 1904) insiste davantage sur le fait que le « socialisme révolutionnaire brestois » est tyrannique, violent et despotique. Ouest-éclair, quelques jours après avoir écrit que la réunion du conseil municipal était inintéressante, revient sur les propos de J.M. Le Tréhuidic dans un long éditorial : les socialistes sont des «  violents qui les [ les riches] tyrannisent et menacent de les ruiner ». Mais on peut constater que ce journal ne reprend pas directement les propos tenus par l’adjoint socialiste tel que la Dépêche l’a écrit ; le quotidien fait preuve de davantage de prudence en affirmant : « il paraît d’après un adjoint que ces droits ne sont pas encore assez élevés, car aurait-il dit ‘ si nous femmes font usage de miroirs grands comme la main, les belles dames aiment à se voir de haut en bas ‘ » (Ouest-éclair, 23 juillet 1904). On peut voir qu’ici la citation se veut prudente et l’emploi du conditionnel montre ce que dévoilent les délibérations officielles du conseil municipal de Brest, à savoir que les propos de Le Tréhuidic se sont tenus alors que tous les membres de la chambre municipale discutaient et qu’il n’était sans doute pas facile de reprendre textuellement les propos de tout le monde. De plus, et c’est encore l’Ouest-éclair qui le précise, chaque séance du conseil municipal brestois est suivi par une foule nombreuse et on peut penser que certains membres de l’assemblée en profitent pour tenter d’intéresser l’auditoire par des interventions intempestives ou qui se veulent humoristiques.

Mais on doit enfin tenter de connaître les réactions des socialistes eux-mêmes devant les comportements décriés de la municipalité brestoise.

Sortir du stade du miroir par l’autodiscipline et la connaissance de l’idéologie socialiste :

Les socialistes brestois ne disposent pas encore d’un journal  leur permettant d’exprimer leurs vues ; il existe toutefois « l’Avenir brestois » qui est un journal de gauche, regroupant toutes les nuances de cette famille politique mais qui est davantage proche du radicalisme. L’affaire n’est pas évoquée et on préfère essayer d’expliquer les principes de la doctrine du socialisme. C’est en particulier le cas d’Yves Lefebvre qui écrit régulièrement de longs articles afin d’expliquer l’idéologie collectiviste : pour lui d’ailleurs,  le socialisme doit se construire par la République et les réformes et pas du tout par la violence ou encore par « les vieilles méthodes des guerres sociales » ( L’Avenir brestois, 9 avril 1904). L’attitude du conseil municipal de Brest ne lui convient donc pas : dans sa correspondance il s’en prend régulièrement aux élus municipaux de cette villle et il espère que « Brest pourra bientôt sortir de la période de démagogie où le mouvement s’enlisait» ( lettre à Ch.Brunellière, 31décembre 1904). Pour lui, qui est un des militants les plus actifs dans la construction d’un mouvement socialiste discipliné et efficace, tout comme pour René Litalien qui essaie de  contrôler les autres élus municipaux de gauche lors des délibérations municipales, il est nécessaire de dépasser le « stade du miroir » et de construire un parti socialiste qui évite les comportements tels que les débordements de Le Tréhuidic, adopte une politique démocratique de conquête du pouvoir et se dote d’une conception réfléchie et bien comprise de l’idéologie socialiste. Ces militants n’ont de cesse  que de vouloir se débarrasser de comportements violents, démagogiques ou extrémistes qui sont présents chez de nombreux militants au même moment. Ce faisant, ils s’exposent à la difficulté qui consiste à ne pas se couper de la base électorale du socialisme qui est parfois séduite par des meneurs d’hommes comme Jean-Marie Le Tréhuidic. On reproche en retour souvent à Yves Lefebvre et René Litalien d’avoir une conception trop intellectuelle du socialisme. Quelques années plus tard, des militants comme Emile Goude réussissent à allier les deux, privilégiant la conquête électorale du pouvoir et l’éducation au socialisme, tout en gardant une attitude de tribun populaire. Mais cela passe également par de nombreux échecs, aussi bien électoraux que dans l’organisation d’une structure militante stable. Dépasser le stade du miroir nécessite sans aucun doute de fendre la glace, ce qui n’est pas chose aisée ![13]


[1] L.Coudurier, Une Ville sous le régime collectiviste, histoire de la municipalité brestoise, 1904-1908, Brest, 1908.

[2] André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest, présentation de Pierre Milza, Imprimerie nationale, 1995 ( 1ère éd. 1913), p.273.

[3] Il n’est pas dans mon propos ici de définir ce qu’est la théorie lacanienne du stade du miroir, d’autant que j’utilise davantage l’expression dans un sens métaphorique, en lien avec les propos sur les surtaxes pour les miroirs demandés par Le Tréhuidic. Disons simplement que le stade du miroir est pour Lacan le moment où l’enfant entre 6 et 18 mois prend conscience de soi et de son unité corporelle en se reconnaissant par exemple dans un miroir.

[4] On peut retrouver le programme de cette liste dans le journal L’Avenir Brestois , 26 avril 1904.

[5] R.Litalien fut étudiant à l’Ecole Normale supérieure de Paris, où il est un socialiste affirmé. Nommé à Brest, il semble dans un premier temps s’être tenu à l’écart des partisans du socialisme  dans cette ville avant d’être présent au second tout des élections en 1904 sur la liste progressiste. En 1905, il adhère à la Sfio.

[6] On peut constater que l’action de cette première municipalité socialiste de Brest est en réalité assez mal connue encore et n’a pas fait l’objet pour le moment d’une étude systématique à ma connaissance, même si les travaux de G.M.Thomas ou de Cl.Geslin sont très utiles.

[7] Notice «  Le Tréhuidic Jean-Marie » dans le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier français, sd J.Maitron et C.Pennetier, tome 34, Les éditions de l’Atelier, 1989.

[8]  Extraits des délibérations du Conseil municipal de Brest, 19 juillet 1904.

[9] L’Ouest-éclair, 20 juillet 1904.

[10] L.Coudurier, op.cit., p.58-59

[11] Je n’ai pas encore fait de revue de presse systématique, je n’évoque donc que quelques exemples.

[12] Pour une étude de l’insulte comme argumentation politique, on pourra lire T.Bouchet, Noms d’oiseaux. L’insulte en politique, de la Restauration à nos jours, Stock, 2010.

[13] De nombreux aspects ne sont pas étudiés dans ce billet, bien qu’ils soient importants : l’histoire culturelle ( à travers le rôle de l’hygiène et des parfums, grâce aux travaux de G.Vigarello et de A.Corbin), l’histoire de l’antiféminisme de gauche (Ch.Bard), la comparaison avec d’autres municipalités socialistes comme Roubaix (R.Lefebvre), le rôle de la violence symbolique dans les luttes politiques (P.Bourdieu), la recherche d’une légitimisation politique par l’autocontrainte (M.Offerlé, N.Elias)ou encore la construction d’un ethos socialiste chez les militants sont autant d’éléments qui nécessitent un examen profond dans ce cadre. Mais je réserve de telles analyses pour mon travail de thèse.