Archives quotidiennes :

Émeutes 1935/2011

Brest, août 1935, photo DR

La violence politique a plusieurs modes d’expression disponibles selon les époques et selon les espaces. L’un des moyens les plus remarquables est la manifestation politique qui tente de conquérir l’espace urbain le temps d’une journée ou plus afin de rendre visibles les revendications des manifestants. Parfois, ces manifestations peuvent se transformer en émeutes urbaines, dont l’analyse a posteriori se révèle dès lors plus complexe : comment passe-t-on d’une manifestation exprimant un mécontentement politique et social à une émeute urbaine dont les objectifs deviennent plus flous?

En réfléchissant actuellement à un épisode important de l’histoire sociale de Brest, à savoir les manifestations contre les décrets-lois de 1935, de telles questions  se sont associées à des faits d’actualité : en effet depuis le 6 août, les rues de Londres et des grandes villes britanniques sont touchées par des émeutes dont l’origine ponctuelle – la mort par un tir de la police d’un habitant du quartier populaire de Tottenham[1]– ne suffit pas à expliquer l’ampleur.

Bien que totalement différent des manifestions qui m’intéressent, ce fait d’actualité ne peut avoir que des incidences, même impensées, avec mon travail en cours. C’est ce que je voudrais examiner dans ce premier billet d’une série de quatre sur les manifestions brestoises d’août 1935.

Ne pas se contenter de regarder du rivage :

Il n’est pas dans mon propos de vouloir « comparer l’incomparable » pour reprendre les termes de Marcel Détienne, mais plutôt de tenir compte du contexte précis dans lequel j’écris sur les manifestations de 1935. Voir des images, lire des analyses et utiliser les ressources du réseau Internet à propos des émeutes anglaises actuelles ne peut que modifier, peut-être seulement d’ailleurs à la marge,  mon propre aperçu sur les émeutes précédentes. Plutôt que d’éviter la collision des deux événements, en tentant de garder une analyse historique froide et en laissant l’ « écume » de l’actualité ne pas atteindre mon travail de recherche, il me semble plus judicieux de suivre les conseils de Lucien Febvre qui lors d’une conférence aux étudiants de l’ENS en 1941 expliqua quelle position et quel positionnement devait adopter l’historien : « pour faire de l’histoire, tournez le dos résolument au passé et vivez d’abord. Mêlez vous à la vie (…). Ne vous contentez pas de regarder du rivage, paresseusement, ce qui se passe sur la mer en furie. »[2].

Quelques exemples de concordance :

Plusieurs exemples de concordance sont visibles entre les manifestations violentes de 1935 et les émeutes anglaises actuelles. C’est donc précisément de telles concordances qui peuvent inciter à superposer les deux périodes afin de mieux connaître le déroulement des journées d’août 1935. Prenons deux exemples qui occupent actuellement les analystes au sujet des troubles dans les grandes villes britanniques : la mise en relation des émeutiers et le déploiement des actes violent sur différents espaces.

Lorsqu’on cherche à comprendre le déroulement des émeutes, l’interrogation sur la « conduite » de l’émeute occupe l’un des premiers plans, avec comme interrogation sous-jacente, la question de la mise en relation des participants. Comment se constituent les groupes ? Quels sont les moyens de contact et les lieux de rendez-vous ? Comment faire face au déroulement de l’émeute ensuite, se transmettre des informations sur les objectifs, contourner les forces de l’ordre et ne pas se faire prendre ? Ce que nous pouvons appeler la « conduite de l’émeute » obéit à des règles qu’il est nécessaire de pouvoir mettre en évidence. Si celle-ci doit souvent être approximative et improvisée, on cherche toutefois souvent à en déterminer les caractéristiques. Dans le cas des émeutes récentes, il est souvent mis en évidence le rôle des réseaux modernes de communication et l’impact des réseaux sociaux. C’est en effet le cas aujourd’hui en Grande-Bretagne avec l’évocation du rôle réel ou supposé joué par les nouvelles technologies, comme l’échange d’informations via la messagerie instantanée des téléphones portables Black Berry[3] . A se placer dans une perspective trop « présentiste », on oublie que de telles pratiques ont nécessairement dû exister avant l’invention de telles nouvelles technologies, et il est donc intéressant de s’arrêter sur la  conduite de l’émeute en tant que telle lorsqu’on étudie un exemple historique de manifestation violente.

Ainsi, dans le cas brestois, on peut constater que les journées d’émeute ne sont pas similaires. Au premier jour où les manifestations comme les troubles semblent totalement improvisés succèdent des journées où les groupes de manifestants sont plus organisés, réactifs et semblent être parfaitement au courant des mouvements des forces de l’ordre. Il faut donc croire que les échanges d’informations se font très rapidement et surtout il me paraît intéressant de s’interroger sur la mise en place et l’existence de tels « réseaux »  d’échanges d’informations entre les émeutiers. La focalisation actuelle sur les nouveaux moyens de télécommunications comme accélérateurs des troubles ne semble pas résister à l’épreuve du temps, et c’est bien l’évocation d’une situation actuelle qui m’a conduit à m’interroger sur le problème de la « conduite de l’émeute ».

Liée à ce premier point, l’appréhension de l’espace géographique des émeutes est un autre exemple de concordance entre les deux mobilisations. On a en effet vu à de multiples reprises des représentations spatiales des émeutes récentes en Angleterre qui utilisent également les nouvelles technologies[4]. De telles cartes permettent de mieux connaître le contexte spatial des émeutes et peuvent ainsi apporter une meilleure analyse des raisons de telles mobilisations violentes. Dans le cadre des manifestations de Brest, l’analyse de la mobilisation en termes d’espace géographique permet également de connaître les quartiers concernés par les troubles, ainsi que de donner une cartographie des lieux symboliquement importants pour les manifestants : ils souhaitent contrôler par la tenue de barricades certains points névralgiques à leurs yeux de la ville. Les liens entre espace géographique et mobilisation sociale, qui semblent si évidents dans le cas actuel des émeutes londoniennes, sont aussi à mettre en évidence dans un contexte historique plus ancien. On peut ainsi dresser la « carte du monde social » des participants aux manifestations violentes. Cette dernière expression de « carte du monde social » provient des travaux du sociologue américain Marshall Ganz qui parle de « mapping social world » afin de mieux comprendre les motivations des acteurs d’un mouvement social.[5]

Histoire/ sciences sociales :

On voit bien que pour étudier un exemple historique de manifestation violente, le chercheur a tout intérêt à utiliser au maximum les ressources des autres sciences sociales. La sociologie des émeutes est une discipline qui est très riche, traversée toutefois par des oppositions fortes, ce qui en rend parfois l’utilisation délicate pour un historien. Pour ma part « Le Temps des émeutes » D’Alain Bertho[6] et « Le dictionnaire des mouvements sociaux » sous la direction d’ Olivier Fillieule[7] seront mes guides dans ce domaine qui bien souvent passe de controverses scientifiques à des polémiques moins productives, comme on peut encore le constater dans les commentaires de l’actualité. Mais de très nombreux points de ma propre analyse sont tributaires de ces travaux de sociologie. Il y sera donc souvent fait référence.

Série à venir :

Trois billets seront mis en ligne prochainement et tenteront de faire le point sur les manifestations violentes à Brest en août 1935.

1/3 : « Brest août 1935 : il pleuvait ces jours-là mais le fond de l’air était rouge ». Il s’agira ici de rendre compte des journées de mobilisation en insistant sur la composition des manifestations, les modes d’action et les buts espérés.

2/3 : « Nizan sur les barricades : les contradictions d’un journaliste-écrivain ». Paul Nizan s’est rendu pour L’Humanité à Brest et a écrit plusieurs articles rendant compte des émeutes. Il s’agira donc d’étudier le contenu des ses articles et de montrer les contradictions entre ses écrits de journaliste et son œuvre romanesque.

3/3 : « Que rendent visible les manifestations brestoises d’août 1935 ? ». Après avoir rappelé les différentes interprétations de cette mobilisation sociale, tout en évoquant les travaux d’historien liés à ce sujet, je tenterai de voir dans ce billet comment la Sfio s’est positionnée face à cet événement.

Fernand Braudel a pu écrire que les questions que l’on se posait en histoire venaient avant tout des questions que nous pose le présent. Cette série de billets vient de là.


[1] Sur ces émeutes, on peut lire les articles de Libération, Le Monde, Le Figaro, publiés entre le 6 et le 11 août 2011.

[2] Lucien Febvre « Vivre l’histoire. Propos d’initiation, conférence aux élèves de l’ENS, 1941 »in Combats pour l’Histoire, A.Colin, 1992 (1ère éd. 1952)

[3] Voir à titre d’exemple «Les réseaux sociaux au cœur de la mobilisation » M.C. Beuth, Le Figaro, 10 août 2011.

[5] M.Ganz « Organizing : people, power and Change »,disponible en ligne

https://www.scribd.com/doc/22861872/Organizing-people-power-and-change

 

[6] A.Bertho, Le Temps des émeutes, Bayard, 2009.

[7] O.Filieule, L.Mathieu, C.Péchu, s.d., Dictionnaire des mouvements sociaux, Presses de Sciences Po, 2009. Ce dernier ouvrage contient de très nombreuses notices en lien avec mon sujet.