Archives quotidiennes :

Brest, août 1935 (2): Nizan sur les barricades

L'Humanité, 14 août 1935

Paul Nizan, envoyé spécial de l’Humanité arrive à Brest le 13 août 1935. Il doit rendre compte de l’agitation ouvrière qui a lieu depuis le début du mois dans cette ville. Nizan est depuis peu journaliste au quotidien communiste, normalement prédisposé aux affaires internationales; mais pris de cours car de nombreux journalistes sont en vacances, l’Humanité dépêche l’écrivain pour couvrir les événements. Il se retrouve donc de manière précipitée à Brest pour comprendre ces journées d’affrontement et pour prendre le pouls de cette classe ouvrière bien remuante dans ce milieu des années Trente où crise économique, peur du fascisme et aspiration à un monde plus juste se côtoient et parfois s’affrontent[1].

Pour Paul Nizan, ce séjour n’est toutefois pas tout à fait lié au hasard : tout d’abord il connaît bien la Bretagne, et bon nombre de ses écrits mentionnent cette région importante à ses yeux. Ensuite, il doit faire ses preuves, lui le nouveau journaliste au quotidien du Parti communiste, et quoi de plus passionnant que de débuter cette nouvelle carrière par un reportage sur des manifestations ouvrières ? Enfin, il vient d’achever la rédaction d’un roman, Le Cheval de Troie, qui relate justement une protestation ouvrière qui dégénère. Voilà une bonne occasion pour vérifier les impressions du romancier, de vivre un événement dont on a créé auparavant l’ambiance par des artifices littéraires[2].

Son séjour est pourtant bref et ses articles peu nombreux : il écrit deux reportages et arrive à Brest au moment où l’on enterre le dernier ouvrier assassiné, en marge de la mobilisation ouvrière, par un sergent de la Coloniale. Mais grâce aux articles, à ses lettres et aussi par les réactions des communistes brestois, on peut en savoir plus sur les émeutes brestoises. A travers l’analyse  que fait Nizan de cette protestation ouvrière, on peut en outre déceler les contradictions entre l’intellectuel militant et le romancier révolté et s’interroger sur les liens qu’entretiennent la littérature et l’histoire[3].

«  Brest très nerveux. Très violent »[4]

            Le départ de Paul Nizan pour Brest comme envoyé spécial de l’Humanité semble assez précipité car il envoie avant de prendre le train le soir du 12 août un télégramme à Malraux pour le prévenir qu’il ne pourra pas déjeuner comme prévu avec lui le lendemain car il est en reportage. Nizan précise également à sa femme[5]qu’il a été chargé de ce reportage par Paul Vaillant-Couturier, qui est le rédacteur en chef du journal et par Marcel Cachin qui est à ce moment au VIIème congrès de l’Internationale Communiste à Moscou.

L’envoi de Nizan à Brest s’explique aussi par la difficulté pour l’Humanité d’avoir des informations fiables sur les événements. Le nom des principaux leaders du mouvement brestois ou celui des victimes est souvent mal orthographiée, les informations arrivent avec deux ou trois jours de retard et le journal doit aux militants locaux, comme Paul Valière ou Auguste Havez, d’obtenir des informations de première main, mais les télégrammes sont parfois longs à venir. En conséquence, l’Huma doit reprendre les dépêches des agences de presse, mais précise : «on remarquera que cette dépêche d’agence bourgeoise que nous reproduisons sous toutes réserves, rejette systématiquement les responsabilités sur les travailleurs »[6]. De plus, il y a également des troubles en lien avec ceux de Brest à Toulon, et le journal communiste a pu y envoyer un journaliste. Il fallait donc absolument un journaliste communiste à Brest d’autant que le quotidien socialiste, Le Populaire, a depuis le début des troubles un envoyé spécial qui ,d’ailleurs, est victime de la répression policière, ce qui renforce la couverture des événements par le journal de la Sfio[7]. Nizan est donc à plus d’un titre le journaliste qu’il faut.

Il connaît bien la Bretagne pour y passer de régulières vacances et a dépeint dans ces romans à de nombreuses reprises  des territoires bretons, comme dans «Antoine Bloyé »(1933) où il évoque le village de Dirinon proche de Brest[8]. Nizan doit surtout rendre compte des émeutes brestoises, comprendre pourquoi depuis une semaine les ouvriers expriment leur colère, et sa mission est d’importance pour le quotidien communiste: le journal connaît un succès croissant (plus de 200 000 exemplaires par jour) et Vaillant-Couturier souhaite en faire un vrai journal d’information en rendant plus attrayante la présentation, avec des photographies en Une par exemple, afin de concurrencer non seulement le Populaire socialiste, mais les grands titres de la «presse bourgeoise » comme Paris-Soir[9].

Nizan réalise son premier reportage pour l'Huma à Brest

Mais Paul Nizan arrive à la fin du mouvement brestois: il ne peut que constater tout d’abord la marque visible des barricades, les vitrines brisées et la présence policière très voyante. Il arrive au moment où on a appris la mort du troisième ouvrier tué par un sergent de l’infanterie coloniale qui avait participé à la répression des 6, 7 et 8 août. L’affaire n’est d’ailleurs pas claire, mais Nizan se veut affirmatif dans son premier article : « Le sergent Eslan est un assassin qui a prémédité son acte[…] il disait au mess des sous officiers qu’il fallait qu’il en descende un »[10].

Dans son article, Nizan écrit que «la colère est violente » mais en même temps, il souhaite montrer que les ouvriers sont responsables et ne céderont pas à la vengeance: c’est que les forces politiques de gauche et les syndicats sont en pleine recherche d’unité, et qu’il ne faut pas effrayer les plus rétifs à ce type d’accords unitaires, en particulier les radicaux. La stratégie officielle du Pcf a évolué rapidement: les communistes sont en faveur de l’unité et ils ne souhaitent pas donner libre cours aux aspirations révolutionnaires. De plus, Staline a signé en mai de la même année un accord de défense avec la France et les communistes doivent tout faire pour préserver cette association et donc ne plus chercher à affaiblir la défense nationale, à laquelle l’activité des ouvriers brestois est si intimement liée. S’il nomme les coupables (les militaires, la bourgeoisie, les fascistes, le gouvernement) Nizan n’incite pas à la vengeance: dans cette affaire, la classe ouvrière a beaucoup appris et elle « a avancé dans la voie de l’unité»[11]. C’est cette aspiration à l’unité qui explique sans aucun doute que Paul Nizan, contrairement à ce qu’on pourrait attendre, va à la rencontre non pas des ouvriers ou des militants communistes, mais des représentants des forces de l’ordre; dans son premier article, il relate les propos des gardes mobiles qu’il est allé interviewer et explique qu’ils ne sont pas les ennemis de la classe ouvrière parce que eux-mêmes en sont issus.

Sa méthode de travail a pu lui être reprochée; le militant communiste Eugène Kerbaul écrit plus tard dans sa chronique: «ses reportages sur la situation à Brest n’avaient pas été du goût des camarades brestois qui reprochaient au ‘camarade-journaliste-parisien’ d’avoir plus cherché ses informations auprès des autorités que des militants locaux et régionaux »[12]. Mais les deux articles de l’écrivain-journaliste sont très utiles pour l’historien car il évoque de nombreux éléments qu’on ne peut trouver nulle part ailleurs. Ses deux articles sont surtout consacrés à la mort de l’ouvrier Gautron et à ses funérailles, thème cher à l’écrivain qui l’a abordé à plusieurs reprises dans ses œuvres de fiction.

« Ce qui compte, c’est les dépôts mortuaires »[13]

L’écrivain Paul Nizan vient au même moment de mettre la dernière main sur son nouveau roman, « le Cheval de Troie » qui est publié en octobre 1935. «Très révolutionnaire» écrit-il pour le caractériser[14], mais en contradiction avec ce que le journaliste a pu écrire ensuite des événements de Brest, du moins du point de vue de la portée politique ; car une chose est tout de même identique : l’évocation de la mort.

Nizan écrit avant tout dans l’Humanité sur la mort de l’ouvrier Pierre Gautron. Il décrit l’endroit où repose le corps, le dépôt mortuaire où règne une ambiance sinistre, « une grande horreur dans cette odeur de mort ». Il est impressionné par le corps du défunt gonflé par l’autopsie. Il décrit dans le second article les funérailles de l’ouvrier et on ne peut qu’être frappé par des ressemblances avec les autres écrits de l’écrivain : il a déjà évoqué dans « Antoine Bloyé » l’odeur si particulière de la mort, et dans le « Cheval de Troie », la fin du roman se passe devant le corps d’un militant communiste mort des blessures reçues lors d’une manifestation qui a dégénéré; on retrouve le style sec, nerveux de Nizan dans l’Huma comme dans son roman pour décrire le corps du mort ou l’attitude des personnes présentes devant le mort, à tel point qu’on pourrait presque superposer les deux scènes, l’une réelle, l’autre fictionnelle, et voir qu’elles sont relatéesà l’identique : la scène de visite du corps de Paul, victime de la manifestation du roman ressemble à celle du Nizan journaliste dans le dépôt mortuaire de Brest : même estrade, même corps déformé, même dégoût et aussi même envie de fuir devant ce spectacle.

            Mais les deux situations sont tout de même différentes : le journaliste Nizan, en droite ligne de la nouvelle ligne officielle du Pcf insiste dans ses articles sur le fait qu’il faut favoriser l’unité, ne pas chercher à se venger, et attendre l’horizon suggéré par le Rassemblement populaire qui se met en place. L’écrivain Nizan fait tout le contraire: son roman contient une espérance de guerre civile, où la manifestation décrite avec brio ne serait qu’une première étape de la révolution tant espérée. Les compagnons du militant mort sont dominés par un sentiment que Nizan a voulu bannir à Brest: «on ne parle pas de fatalité. On parle de vengeance, et la vengeance est une justification de la vie»[15]. Si Nizan a pour les deux événements une lecture totalement contradictoire, il faut en chercher l’origine davantage dans les différences entre le romancier et le journaliste, ce qui pour l’historien peut être très utile à mesurer, tant on a parfois tendance à oublier que les œuvres de fiction ne sont qu’au mieux un reflet de l’époque et non pas une évocation absolument véridique du passé. Nizan ne s’y trompe pas, lui qui précise dans la lettre à sa femme « Quoi, tout ce qu’on ne peut pas écrire dans l’Huma ». Cette contradiction apparente chez Nizan est après tout une aide précieuse pour le chercheur en histoire qui doit souvent utiliser des sources littéraires en oubliant parfois qu’elles nécessitent un traitement bien particulier[16].

Le Cheval de Troie paraît en octobre 1935.

Il y a fort à parier que les premiers lecteurs du «Cheval de Troie » ont pu voir des similitudes entre le contenu du roman et les récentes émeutes brestoises. Ainsi J.B Séverac qui en fait le compte rendu dans Le Populaire le 24 décembre 1935 écrit que le livre se base sur des faits réels. Dans l’Humanité, on souhaite promouvoir aussi l’écrivain communiste: alors que le roman sort le 10 octobre, le journal le place en feuilleton dès le 5 octobre. Après un premier chapitre et la mention «à suivre», le journal n’évoque plus le roman. Simple coup de pouce pour le lancement du nouveau roman? Ou alors embarras devant le contenu qui ne correspond plus du tout à la ligne officielle du Pcf qui se veut dorénavant un acteur responsable du Front populaire? Difficile à dire ici. Nizan lui reviendra en Bretagne en 1938 comme envoyé du journal communiste «Ce Soir» mais cette fois ci pour évoquer le Tour de France.


[1] Sur la période, on peut lire J.Kergoat, La France du Front Populaire, Paris, La Découverte, 2006 ( rééd.)

[2] J’ai pu évoquer auparavant les reportages de Nizan lors du colloque organisé par le GIEN, Groupe Interdisciplinaire d’études nizaniennes, en 2005.Je remercie tous les participants et les organisateurs, en particulier Anne Mathieu, Serge Halimi et Bernard Pudal pour leurs remarques. Ce billet tient compte des évolutions de mes recherches par rapport à 2005.

[3] Sur cet aspect, voir la synthèse récente et très utile de Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’Historien et la Littérature, La Découverte, Coll. « Repères », 2010.

[4] Lettre de Paul Nizan à sa femme, 13 août 1935, in Paul Nizan, Intellectuel communiste, II, textes présentés par J.J. Brochier, éditions Maspéro, 1970, p. 97-98.

[5] Lettre du 13 août 1935, op.cit.

[6] L’Humanité, 8 août 1935

[7] Je reviendrai dans le dernierbillet de cette série sur les émeutes d’août 1935 sur l’attitude des socialistes.

[8] Annie Cohen-Solal dans sa biographie sur Nizan commence son livre par le rôle de la Bretagne dans la vie du romancier, voir A.Cohen-Solal, Nizan, un communiste impossible, Ramsay,1980.

[9] Sur l’histoire de l’Humanité, C.Delporte et alii (dir.), L’ « Humanité » de Jaurès à nos jours, éd. du Nouveau monde, 2004.

[10] P.Nizan «à Brest, on enterrera aujourd’hui Gautron victime de vingt ans… », L’Humanité, 14 août 1935, p.2

[11] Idem.

[12] E.Kerbaul, Chronique d’une section communiste de province, Brest (1935-1943), Bagnolet, chez l’auteur,1992. Si ce livre est un document très précieux pour l’étude du mouvement ouvrier brestois, il doit être utilisé avec précaution, tant l’auteur adopte un point de vue communiste très orthodoxe, au détriment assez souvent de la vérité des faits. Aussi son appréciation sur Nizan est-elle sans doute la conséquence du parcours postérieur de Nizan qui démissionne du Pcf, et se voit caractérisé de traître par de nombreux communistes.

[13] Lettre à sa femme du 13 août 1935, op.cit.

[14] Lettre à sa mère du 22 avril 1935,cité dans P.Ory, Nizan, destin d’un révolté, Complexe, 2005, p.123

[15] P.Nizan, Le Cheval de Troie, Gallimard, coll. «L’Imaginaire », 2005 (première édition, 1935) p.219.

[16] Dans mon travail de recherches en cours, les premiers romans de Louis Guilloux me sont ainsi très utiles, mais l’exemple de Nizan évoqué ici m’oblige à utiliser les écrits de l’écrivain briochin avec un traitement méthodologique adapté. J’aurais sans doute l’occasion d’y revenir dans un prochain billet.