Archives mensuelles : septembre 2011

De l’influence du roman noir sur le déroulement d’une recherche historique

Au moment où j’essaye, en respectant au mieux les règles de la production scientifique en Histoire, d’avancer dans la construction de ma thèse, j’éprouve le besoin de m’éloigner un peu des listes bibliographiques, des notes de bas de page et de l’articulation dialectique du plan d’une sous-partie pour écrire sur l’influence que le roman noir a pu avoir, et peut encore, avoir sur le déroulement de mes recherches historiques.

Les liens entre l’Histoire et le roman noir, que l’on peut définir avec Jean-Pierre Manchette comme « le roman criminel violent et réaliste à l’américaine »[1] ont plusieurs fois été exploré : que ce soit pour le meilleur avec l’étude d’Elfriede Müller et Alexander Rueff sur Le Polar français, crime et histoire [2] ou pour le moins bon avec le livre de L.Broche et J.C. Sarrot Le Roman policier historique [3], on dispose de plusieurs études sur les liens qu’entretiennent les deux, auxquelles il faut ajouter les livres des auteurs de romans noirs eux-mêmes comme J.P. Manchette, déjà cité ou J.F Vilar, mais aussi les nombreux articles publiés au cours des années 1990 dans Libération pour le journaliste Edouard Waintrop.

                Mais ce qui m’intéresse ici, c’est comment la fréquentation régulière des auteurs de romans noirs a influencé la conduite de ma recherche historique. Autant de choses qu’il est peut-être difficile de relater dans une thèse pour le doctorat d’histoire.

Une première référence clé : « De Passage » Paco Ignacio Taibo II

                Si je dois trouver un titre qui synthétise au mieux l’influence du roman noir, ce serait le livre de Paco Ignacio Taibo II « De Passage »[4] : on peut y lire le parcours de Sebastien San Vincente (figure inventée ou réelle ? Le lecteur le découvre peu à peu) avec la compilation des extraits de rapports du FBI, des impressions de l’auteur et des pensées du personnage. San Vicente est un anarchiste des années 1920, essayant de semer la Révolution en Espagne, au Mexique ou aux Etats-Unis. Outre la construction littéraire si particulière (même si actuellement de nombreuses productions littéraires françaises jonglent avec la réalité historique et la fiction), Taibo II nous relate merveilleusement bien le travail du chercheur en histoire : « Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît ça et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie »[5]. Je trouve que cette phrase qualifie très bien le travail de recherche historique que je mène, à tel point que je l’ai cité dans mon mémoire de maîtrise et mon master 2 (et peut-être aussi dans ma thèse achevée ?)

          Taibo II est aujourd’hui un des grands auteurs de roman noir, qui utilise très souvent les méandres de l’Histoire et du mouvement ouvrier pour écrire ses livres. De formation historienne (On lui doit un livre de référence sur la naissance du communisme au Mexique), il manie et manipule l’histoire pour construire une œuvre qui ne cesse de m’intéresser et me m’influencer. Mais au-delà d’une forme utile de « bricolage méthodologique » que peut procurer la lecture de romans noirs, cela peut également être source d’autres découvertes.

Lire « Belleville Barcelone » et découvrir l’existence d’anarchistes italiens à Brest :

                Le travail que j’ai entrepris sur les itinéraires de militants passe par une longue, et parfois décourageante, enquête. Mais il faut aussi miser sur des hasards objectifs qui apportent des faits nouveaux. La lecture des travaux de Carlo Ginzburg m’a déculpabilisé sur ce point : le départ d’une collecte d’informations peut débuter par un fait a priori totalement éloigné et ensuite entrainé une recherche de « traces » selon ce qu’il nomme le paradigme indiciaire[6].

                Le roman noir s’inspirant beaucoup de l’histoire, j’ai eu la surprise de découvrir par ricochets dans l’un d’entre eux des éléments qui me servent aujourd’hui dans mon travail d’enquête : dans Barcelone Belleville, Patrick Pécherot[7] poursuit l’évocation de la « préhistoire » de Nestor Burma en en faisant le héros d’une enquête policière qui se situe dans les années 1930 avec en toile de fond la guerre d’Espagne. Le cœur de l’action se situe dans le milieu des Italiens antifascistes réfugiés en France. L’un d’entre eux, évoqué dans le roman, est Camillo Berneri. Cherchant davantage de renseignements sur ce dernier, et commençant comme souvent par la  notice Wikipédia, j’ai découvert que Berneri était l’auteur d’un opuscule L’Operaiolatria ( L’Ouvrier Idôlatre) qui fut publié pour la première fois en France en 1934, par le « Gruppo d’Edizioni libertaria » établi à la Maison du peuple de Brest.

                J’ai donc cherché ensuite à en savoir plus sur ces anarchistes établis à Brest dans les années 1930. Ce groupe avait publié d’autres brochures en italien comme celle de Simone Weil «  Réflexions sur la Guerre ». J’ai pu ainsi trouver les noms des Italiens qui résidaient à Brest, avant tout Pio Turroni et Ulysse Merli, puis j’ai mis la main sur des lettres ou d’autres documents en contactant des centres d’archives (en Italie ou en Suisse), tout en lisant le livre de René Lochu[8] qui les a connu. Dans les archives départementales du Finistère, après plusieurs journées infructueuses, j’ai retrouvé leurs traces : Ulysse Merli est ainsi décrit pour un dangereux anarchiste, soupçonné d’utilisation d’explosifs en Italie. Mais il reçoit l’aide d’élus de la Sfio et n’est pas expulsé. Peu à peu des bribes de parcours se reconstituaient. Beaucoup de ces Italiens allèrent ensuite combattre en Espagne, puis ont participé à la Résistance, en France ou en Italie.

       Le 8 mars 2006, j’entrais dans un petit appartement d’une rue de Brest : la femme d’Ulysse Merli m’accueillit au départ avec méfiance, puis elle se mit ensuite à compléter ce que je savais sur son mari. Peut-être pas « suffisamment pour que l’histoire soit finie ».


[1] J.P.Manchette, Chroniques, Rivages Noir, 2003, p.20

[2] E.Müller et A.Rueff, Le Polar français. Crime et histoire, La Fabrique éditions, 2002.

[3] J.C.Sarrot et L.Broche, Le Roman policier historique. Histoire et polar: autour d’une rencontre, Nouveau Monde éditions, 2009. Contrairement au premier livre cité, ce dernier n’est pas une analyse et compile des auteurs très divers, en passant totalement à côté du sujet, ce qui s’explique par l’absence de très nombreux auteurs, pour qui pourtant les rapports entre histoire et roman noir sont au cœur de leurs œuvres.

[4] Paco Ignacio Taibo II, De Passage, Métailié,1995. Ce livre est publié en français lors de l’année où j’ai rédigé mon premier travail de recherches, un mémoire de maîtrise sur Jean-Louis Rolland, Députe socialiste et résistant.

[5] P.I. Taibo II, op.cit., p43.

[6] Voir par exemple C.Ginzburg, Mythes, Emblèmes,Traces, Verdier, 2010 (nouvelle édition).

[7] P.Pécherot, Belleville Barcelone, Gallimard, Série Noire, 2003

[8] R.Lochu, Libertaires, mes amis de Brest et d’ailleurs, éditions La Digitale,2003( rééd.)

Comment choisir le bon candidat socialiste? Retour sur le Front populaire à Brest

Jean-Louis Rolland, député Sfio en 1936

L’organisation actuelle des primaires socialistes pour désigner celui ou celle qui portera les couleurs du PS aux élections présidentielles de 2012 marque selon Rémi Lefebvre « la fin du parti militant ». Mais si on peut remettre en cause l’idée selon laquelle les primaires seraient une évolution nécessaire du fonctionnement démocratique actuel, il ne faut pas non plus oublier que la désignation des candidats socialistes pour toutes les élections a toujours reposé sur le choix des militant(e)s, que ce soit pour les élections présidentielles depuis la naissance de la Vème république, mais aussi pour les candidatures aux législatives, et ce depuis la naissance du Psu-Sfio en 1905.

Et comme pour les primaires actuelles, le choix du « bon candidat socialiste » peut se révéler difficile à faire et susciter bon nombre des divisions qu’il est difficile d’oublier par la suite. C’est en particulier le cas lors de la genèse du Front Populaire, où la Sfio fait figure de pilier de cette alliance et dont les candidats, une fois élus, peuvent constituer une majorité de gouvernement. On peut ainsi observer qu’à Brest une vive querelle a lieu lors du choix du candidat pour les élections législatives de mai-juin 1936.

1936: querelle de Brest pour désigner le candidat socialiste

Le 20 janvier 1936 se constitue un comité brestois du Front Populaire ; s’y retrouvent des membres de la Sfio, du Pcf, de la Cgt récemment réunifiée ainsi que des militants laïques ou de la Ligue des Droits de l’Homme. C’est la Sfio qui regroupe largement le plus grand nombre de militants. Ils ont désigné comme secrétaire de section depuis août 1935 Joseph Goasdoué[1], adepte de l’unité d’action avec les communistes, qui apparaît comme le «candidat naturel » des socialistes pour les élections de 1936. Mais les militants brestois vont devoir choisir entre trois candidats et celui qui porte les couleurs socialistes va se révéler être une surprise.

    Goasdoué est instituteur, fils d’un des premiers militants socialistes de Brest au début du siècle, qui depuis 1934 se montre en faveur d’une unité d’action avec les communistes tout en étant hostile à une participation gouvernementale des socialistes tant qu’ils ne seront pas majoritaires. Il est surtout celui qui se charge de pacifier et de dynamiser la section brestoise qui depuis plusieurs années a connu de nombreuses difficultés. En effet, l’ancien homme fort du parti socialiste à Brest, Emile Goude a été exclu depuis 1929 tout en voulant régulièrement réintégrer la Sfio, avec le soutien parfois des instances nationales. Mais cette réintégration a toujours été refusée par la fédération du Finistère qui ne supporte plus la mainmise de Goude sur toutes les affaires du parti dans ce département. Goude a été depuis 1905 l’ossature de la Sfio à Brest et même au-delà : régulièrement élu député, il est connu pour sa faconde et sa tendance à prendre des initiatives sans consulter les autres militants. Partisan de la participation ministérielle, il s’est placé à partir des années 1920 à la droite de la Sfio, et va jusqu’à refuser de suivre les consignes de vote, ce qui a entraîné son exclusion en 1929. Mais en 1932, il est réélu député avec le soutien de la Sfio et bénéficie aussi avec son journal  Le Cri du peuple  d’une audience importante. Les membres de la Sfio du Finistère se déchirent : faut-il soutenir Goude et accepter son autoritarisme et ses manquements à la discipline ? Où faut-il plutôt reconstruire la Sfio sur des bases nouvelles ? L’avènement du Front populaire a modifié la donne : Emile Goude est hostile aux communistes, alors que les socialistes se montrent de plus en plus conciliants avec leurs nouveaux partenaires. Surtout la stratégie «goudiste» a  connu un échec définitif aux élections municipales de 1935: une liste associant socialistes et partisans de Goude, conduite par ce dernier, se présente mais subit un échec cuisant face aux radicaux. Dès lors pour les membres de la Sfio, il est temps de tourner la page du «goudisme ». Joseph Goasdoué se charge de donner à la section brestoise une nouvelle ligne politique.

Désignation du candidat socialiste : un mort

                Mais le 19 janvier 1936, lorsque l’ensemble des sections socialistes de la 1ère circonscription du Finistère (qui comprend avant tout la ville de Brest), deux autres candidats se déclarent[2]. Le premier est Joseph Le Meur, lui aussi instituteur. Il était avant Goasdoué chef de file de la section socialiste à Brest, mais surtout c’est un proche de Goude qui a beaucoup œuvré pour sa réintégration dans le parti socialiste. Le troisième candidat est le maire de Landerneau, Jean Louis Rolland.

     Jean-Louis Rolland est un des membres de la Sfio qui commence à compter dans le département. Maire de Landerneau depuis 1929, il a subi l’influence de Goude dans son apprentissage politique mais a su s’en détacher pour incarner un socialisme rassembleur, farouchement attaché à l’unité du parti tout en faisant preuve de réelles qualités d’administrateur pour sa ville. D’ailleurs Landerneau n’est pas dans la circonscription de Brest, mais Jean-Louis Rolland, qui travaille à l’Arsenal de la ville, souhaite devenir député brestois. Mais il a trop de défauts aux yeux de nombreux socialistes brestois : il est perçu comme proche de Goude, il s’est prononcé dans les années précédentes en faveur de la participation ministérielle et se montre réservé sur une alliance avec les communistes. Surtout il n’est pas Brestois, ce qui semble rédhibitoire pour de nombreux militants.  Pourtant, c’est finalement lui qui est désigné à la suite d’une séance où de nombreux rebondissements ont lieu.

     Joseph Goasdoué est donné très largement favori après les prises de parole de chaque candidat: mais lors du début du vote, tout s’arrête. Un des délégués en effet s’écroule raide mort, victime d’une crise cardiaque. L’interruption de séance est utilisée par les partisans de Jean-Louis Rolland pour sceller une alliance avec Joseph Le Meur. Difficile de ne pas y voir l’influence d’Emile Goude ! Le vote s’effectue donc dans une ambiance étonnante : les secours n’arrivent pas à ranimer le délégué foudroyé par un arrêt cardiaque et Jean-Louis Rolland arrive en tête avec trois voix d’avance.«  L’effervescence née dans le parti socialiste de la région brestoise, en raison de la désignation de J.L. Rolland comme candidat SFIO aux élections législatives, est loin de s’apaiser »[3]. On parle de «non-sens », on s’insurge contre l’influence de Goude et on se désole de la désignation d’un candidat qu’on estime trop modéré. Les querelles de personnes et de tendances se ravivent. Certains demandent même l’annulation du vote ou cherchent un autre candidat en recours. La plupart des socialistes brestois selon le rapport du commissaire central déjà cité pensent que la défaite est assurée.

Réussir à devenir le bon candidat pour être élu

    Jean-Louis Rolland, mal désigné par les socialistes brestois, doit convaincre pour espérer devenir le nouveau député de Brest. Il est servi dans cette mission par le mouvement général qui se développe dans le pays et aussi par sa personnalité. Surtout à partir de février, Le candidat Rolland multiplie les prises de parole, les meetings et réussit à fédérer toutes les forces qui se placent sous la bannière du Front populaire. On a là l’exemple d’un candidat mal désigné qui peu à peu réussit à incarner l’idée de changement promise par le Rassemblement populaire. Son talent oratoire semble faire le reste : on retrouve cela dans un compte rendu où l’officier de police semble avoir du mal à cacher son approbation, ce qui est très exceptionnel à l’époque tant les mentions négatives sont généralement nombreuses dans les rapports de police à l’encontre des socialistes : « son éloquence prolixe, émaillée de traits humoristiques et satyriques [sic] contre les chefs de ligues Daudet, Maurras, Dorgères, etc…lui acquièrent de très nombreux applaudissements » et surtout « seul le maire de Landerneau a soulevé l’enthousiasme de l’auditoire»[4].

                La campagne électorale qui se déroule par la suite confirme cette impression : Jean-Louis Rolland, candidat surprise désigné en janvier, se révèle un tribun hors-pair et au premier tour des législatives, il arrive largement en tête avec 45% des voix. Il est élu au second tour avec 58% des suffrages, la droite ayant tenté de se rassembler. Jean-Louis Rolland devient avec Tanguy Prigent  un des députés socialistes du Finistère. Il a réussi à s’imposer comme candidat légitime et à être élu avec un large soutien. Son élection peut fournir quelques éléments de réponse à une question qu’on ne cesse de poser en période électorale : qu’est-ce qui fait qu’on devient un bon candidat socialiste?


[1] Voir sa notice biographique dans le Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier français, publié sous la direction de J.Maitron et C.Pennetier, éditions de l’Atelier.

[2] Archives municipales de Brest, 1K46, rapport commissaire central de Brest, 19 janvier 1936. L’ouvrage Les Socialistes dans le Finistère, 1905-2005 sous la direction de M.Lucas, Apogée, 2005 indique qu’il y a quatre candidats, alors qu’il y en a trois selon les comptes rendus des autorités policières et fournit des chiffres que nous ne retrouvons pas dans les archives consultées.

[3] Archives Départementales du Finistère, 3M325, commissaire central de Brest, 24 janvier 1936.

[4] Archives municipales de Brest, 2I76, comité antifasciste, rapport au commissariat central de Brest, 22 février 1936.

Seulement la partie visible de l’iceberg

Après plusieurs billets sur des aspects de ma recherche en cours, il peut être utile de se poser tout simplement cette question : à quoi bon tenir un carnet de recherches en ligne, alors qu’on a en même temps des cours à préparer, des archives à consulter et une thèse à écrire ?Est-ce que tout cela n’est pas une perte de temps ? Est-ce que ce n’est pas surtout un piédestal pour se mettre en valeur (le fameux « je » en histoire est-il toujours signe d’arrogance et de mise en avant de soi ?) et faire croire qu’on entre dans « la cour des grands » alors qu’on est encore qu’un simple doctorant en histoire qui à tout moment peut échouer à mener à bien son projet ?

Je n’ai pas de réponse définitive mais je sais que je continuerai dans la rédaction régulière des billets sur ce blog. Tout simplement parce le travail d’écriture d’une thèse est certes un travail que l’on fait de façon isolée, mais qui nécessite tout de même que cela soit lu à la fin de la rédaction. Et les billets du blog sont des essais, parfois réussis, parfois complètement ratés, mais ils ont un avantage : ils ont le mérite d’être lus, même par peu de monde. Un encouragement peut ainsi entraîner d’autres billets, et mieux peut impulser le travail d’écriture de la thèse.

Car malgré mes précautions, certains lecteurs semblent penser que les billets de ce blog forment l’ensemble de ma recherche. Mais ce ne sont que des esquisses, des portions d’un puzzle qui n’a pas de modèle, un ensemble de pièces de lego qui s’emboîtent mal et ne forment encore aucun objet. Pourtant, je continue tout d’abord pour m’entraîner à l’écriture. Mais je continue également car cette forme d’exercice a le mérite d’ordonner ma recherche, de me permettre de classer, de creuser et suivre des pistes et de ne pas avoir l’impression paralysante de faire du surplace.

Alors bien sûr pour le lecteur, cela peut paraître brouillon, trop brouillon, et aussi sans doute trop égocentré comme peut l’être un journal d’enquête que l’on garde pour soi. Mais « Enklask/Enquête » n’est pas un carnet de brouillons (j’en ai déjà plein) ; ce n’est pas non plus une liste de billets formant des articles définitifs et rédigés dans les règles de l’art historique. C’est une forme hybride, une exploration de plusieurs chemins avant de trouver la bonne route. Il ne faut pas craindre dès lors de revenir en arrière, de s’avouer perdu ou de reconnaître ses erreurs. Mais l’important est quand même d’avancer dans la recherche. Une telle forme hybride implique aussi de multiplier les changements de ton, les points de vue et les angles d’attaque : par exemple à qui s’adressent les billets? C’est selon, soit à moi seul, soit à tous les lecteurs, ou encore parfois aux doctorant-e-s ou aux amateurs d’histoire locale ou d’histoire du mouvement ouvrier. Mais c’est surtout un travail qui me permet de structurer ma recherche.

Quoi qu’il en soit, il faut juste accepter que ce blog ne soit qu’une petite partie du travail en cours, ce n’est donc pas l’essentiel de ma recherche, mais cela en fait tout de même partie intégrante, comme la partie visible de l’iceberg est indispensable à la partie invisible.

Programme des jours à venir: plusieurs directions sont à l’ordre des prochains jours :

–   Tout d’abord revenir sur les émeutes d’août 1935 pour analyser les réactions de la Sfio face à cet événement. Mais ce ne sera pas tout de suite.

–   Le prochain billet portera par contre, sur un groupe d’Italiens anarchistes établis à Brest au milieu des années Trente, groupe que j’ai découvert par hasard et qui a publié plusieurs textes anarchistes à partir de Brest.

–  Je ferai également le point sur ma méthode pour découvrir des sources et des renseignements sur les militants ouvriers, à partir de l’exemple d’Alain Le Dem, qui adhère à la Sfio du Finistère au milieu des années Trente, tout en étant partisan du Trotskysme.

–  Deux autres axes  seront abordés pour le moment : écrire un billet sur l’intérêt de faire une recherche d’histoire « interconnectée », c’est-à-dire qui utilise au mieux les nouvelles technologies et les ressources d’Internet ; et une tentative de mise au point sur la presse militante socialiste en Bretagne entre 1900 et 1940.

–  Enfin, je ferai le compte rendu du livre de Marie-Cécile Thoral, From Valmy to Waterloo, France at War, 1792-1815, Palgrave, 2011, qui s’inspire beaucoup de l’historiographie de la Première Guerre mondiale.

De quoi créer et amonceler encore quelques pièces de lego.