Archives quotidiennes :

Comment choisir le bon candidat socialiste? Retour sur le Front populaire à Brest

Jean-Louis Rolland, député Sfio en 1936

L’organisation actuelle des primaires socialistes pour désigner celui ou celle qui portera les couleurs du PS aux élections présidentielles de 2012 marque selon Rémi Lefebvre « la fin du parti militant ». Mais si on peut remettre en cause l’idée selon laquelle les primaires seraient une évolution nécessaire du fonctionnement démocratique actuel, il ne faut pas non plus oublier que la désignation des candidats socialistes pour toutes les élections a toujours reposé sur le choix des militant(e)s, que ce soit pour les élections présidentielles depuis la naissance de la Vème république, mais aussi pour les candidatures aux législatives, et ce depuis la naissance du Psu-Sfio en 1905.

Et comme pour les primaires actuelles, le choix du « bon candidat socialiste » peut se révéler difficile à faire et susciter bon nombre des divisions qu’il est difficile d’oublier par la suite. C’est en particulier le cas lors de la genèse du Front Populaire, où la Sfio fait figure de pilier de cette alliance et dont les candidats, une fois élus, peuvent constituer une majorité de gouvernement. On peut ainsi observer qu’à Brest une vive querelle a lieu lors du choix du candidat pour les élections législatives de mai-juin 1936.

1936: querelle de Brest pour désigner le candidat socialiste

Le 20 janvier 1936 se constitue un comité brestois du Front Populaire ; s’y retrouvent des membres de la Sfio, du Pcf, de la Cgt récemment réunifiée ainsi que des militants laïques ou de la Ligue des Droits de l’Homme. C’est la Sfio qui regroupe largement le plus grand nombre de militants. Ils ont désigné comme secrétaire de section depuis août 1935 Joseph Goasdoué[1], adepte de l’unité d’action avec les communistes, qui apparaît comme le «candidat naturel » des socialistes pour les élections de 1936. Mais les militants brestois vont devoir choisir entre trois candidats et celui qui porte les couleurs socialistes va se révéler être une surprise.

    Goasdoué est instituteur, fils d’un des premiers militants socialistes de Brest au début du siècle, qui depuis 1934 se montre en faveur d’une unité d’action avec les communistes tout en étant hostile à une participation gouvernementale des socialistes tant qu’ils ne seront pas majoritaires. Il est surtout celui qui se charge de pacifier et de dynamiser la section brestoise qui depuis plusieurs années a connu de nombreuses difficultés. En effet, l’ancien homme fort du parti socialiste à Brest, Emile Goude a été exclu depuis 1929 tout en voulant régulièrement réintégrer la Sfio, avec le soutien parfois des instances nationales. Mais cette réintégration a toujours été refusée par la fédération du Finistère qui ne supporte plus la mainmise de Goude sur toutes les affaires du parti dans ce département. Goude a été depuis 1905 l’ossature de la Sfio à Brest et même au-delà : régulièrement élu député, il est connu pour sa faconde et sa tendance à prendre des initiatives sans consulter les autres militants. Partisan de la participation ministérielle, il s’est placé à partir des années 1920 à la droite de la Sfio, et va jusqu’à refuser de suivre les consignes de vote, ce qui a entraîné son exclusion en 1929. Mais en 1932, il est réélu député avec le soutien de la Sfio et bénéficie aussi avec son journal  Le Cri du peuple  d’une audience importante. Les membres de la Sfio du Finistère se déchirent : faut-il soutenir Goude et accepter son autoritarisme et ses manquements à la discipline ? Où faut-il plutôt reconstruire la Sfio sur des bases nouvelles ? L’avènement du Front populaire a modifié la donne : Emile Goude est hostile aux communistes, alors que les socialistes se montrent de plus en plus conciliants avec leurs nouveaux partenaires. Surtout la stratégie «goudiste» a  connu un échec définitif aux élections municipales de 1935: une liste associant socialistes et partisans de Goude, conduite par ce dernier, se présente mais subit un échec cuisant face aux radicaux. Dès lors pour les membres de la Sfio, il est temps de tourner la page du «goudisme ». Joseph Goasdoué se charge de donner à la section brestoise une nouvelle ligne politique.

Désignation du candidat socialiste : un mort

                Mais le 19 janvier 1936, lorsque l’ensemble des sections socialistes de la 1ère circonscription du Finistère (qui comprend avant tout la ville de Brest), deux autres candidats se déclarent[2]. Le premier est Joseph Le Meur, lui aussi instituteur. Il était avant Goasdoué chef de file de la section socialiste à Brest, mais surtout c’est un proche de Goude qui a beaucoup œuvré pour sa réintégration dans le parti socialiste. Le troisième candidat est le maire de Landerneau, Jean Louis Rolland.

     Jean-Louis Rolland est un des membres de la Sfio qui commence à compter dans le département. Maire de Landerneau depuis 1929, il a subi l’influence de Goude dans son apprentissage politique mais a su s’en détacher pour incarner un socialisme rassembleur, farouchement attaché à l’unité du parti tout en faisant preuve de réelles qualités d’administrateur pour sa ville. D’ailleurs Landerneau n’est pas dans la circonscription de Brest, mais Jean-Louis Rolland, qui travaille à l’Arsenal de la ville, souhaite devenir député brestois. Mais il a trop de défauts aux yeux de nombreux socialistes brestois : il est perçu comme proche de Goude, il s’est prononcé dans les années précédentes en faveur de la participation ministérielle et se montre réservé sur une alliance avec les communistes. Surtout il n’est pas Brestois, ce qui semble rédhibitoire pour de nombreux militants.  Pourtant, c’est finalement lui qui est désigné à la suite d’une séance où de nombreux rebondissements ont lieu.

     Joseph Goasdoué est donné très largement favori après les prises de parole de chaque candidat: mais lors du début du vote, tout s’arrête. Un des délégués en effet s’écroule raide mort, victime d’une crise cardiaque. L’interruption de séance est utilisée par les partisans de Jean-Louis Rolland pour sceller une alliance avec Joseph Le Meur. Difficile de ne pas y voir l’influence d’Emile Goude ! Le vote s’effectue donc dans une ambiance étonnante : les secours n’arrivent pas à ranimer le délégué foudroyé par un arrêt cardiaque et Jean-Louis Rolland arrive en tête avec trois voix d’avance.«  L’effervescence née dans le parti socialiste de la région brestoise, en raison de la désignation de J.L. Rolland comme candidat SFIO aux élections législatives, est loin de s’apaiser »[3]. On parle de «non-sens », on s’insurge contre l’influence de Goude et on se désole de la désignation d’un candidat qu’on estime trop modéré. Les querelles de personnes et de tendances se ravivent. Certains demandent même l’annulation du vote ou cherchent un autre candidat en recours. La plupart des socialistes brestois selon le rapport du commissaire central déjà cité pensent que la défaite est assurée.

Réussir à devenir le bon candidat pour être élu

    Jean-Louis Rolland, mal désigné par les socialistes brestois, doit convaincre pour espérer devenir le nouveau député de Brest. Il est servi dans cette mission par le mouvement général qui se développe dans le pays et aussi par sa personnalité. Surtout à partir de février, Le candidat Rolland multiplie les prises de parole, les meetings et réussit à fédérer toutes les forces qui se placent sous la bannière du Front populaire. On a là l’exemple d’un candidat mal désigné qui peu à peu réussit à incarner l’idée de changement promise par le Rassemblement populaire. Son talent oratoire semble faire le reste : on retrouve cela dans un compte rendu où l’officier de police semble avoir du mal à cacher son approbation, ce qui est très exceptionnel à l’époque tant les mentions négatives sont généralement nombreuses dans les rapports de police à l’encontre des socialistes : « son éloquence prolixe, émaillée de traits humoristiques et satyriques [sic] contre les chefs de ligues Daudet, Maurras, Dorgères, etc…lui acquièrent de très nombreux applaudissements » et surtout « seul le maire de Landerneau a soulevé l’enthousiasme de l’auditoire»[4].

                La campagne électorale qui se déroule par la suite confirme cette impression : Jean-Louis Rolland, candidat surprise désigné en janvier, se révèle un tribun hors-pair et au premier tour des législatives, il arrive largement en tête avec 45% des voix. Il est élu au second tour avec 58% des suffrages, la droite ayant tenté de se rassembler. Jean-Louis Rolland devient avec Tanguy Prigent  un des députés socialistes du Finistère. Il a réussi à s’imposer comme candidat légitime et à être élu avec un large soutien. Son élection peut fournir quelques éléments de réponse à une question qu’on ne cesse de poser en période électorale : qu’est-ce qui fait qu’on devient un bon candidat socialiste?


[1] Voir sa notice biographique dans le Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier français, publié sous la direction de J.Maitron et C.Pennetier, éditions de l’Atelier.

[2] Archives municipales de Brest, 1K46, rapport commissaire central de Brest, 19 janvier 1936. L’ouvrage Les Socialistes dans le Finistère, 1905-2005 sous la direction de M.Lucas, Apogée, 2005 indique qu’il y a quatre candidats, alors qu’il y en a trois selon les comptes rendus des autorités policières et fournit des chiffres que nous ne retrouvons pas dans les archives consultées.

[3] Archives Départementales du Finistère, 3M325, commissaire central de Brest, 24 janvier 1936.

[4] Archives municipales de Brest, 2I76, comité antifasciste, rapport au commissariat central de Brest, 22 février 1936.